Category Archives: Crise

Le dernier jour de l’été

243.07Le dernier jour de l’été est arrivé. Nous entrons dans la période automne-hiver, et bien sûr, la pandémie de coronavirus se poursuivra. C’est une bonne chose que jour après jour, nous réalisions de plus en plus clairement que le virus ne s’en ira pas aussi vite. La pandémie entraîne non seulement la maladie, mais change toute notre existence : le travail, la maison, notre communication les uns avec les autres et l’attitude d’une personne face à la vie.

Il n’y a jamais eu d’épidémie aussi étendue, aussi profonde et aussi durable, et qui a apporté de tels changements qualitatifs chez une personne. L’humanité a encore du mal à comprendre quels changements sont exigés d’elle, mais dans les deux ou trois prochains mois, nous sentirons que ce coup nous oblige à changer, à modifier notre attitude envers la vie et la société. Le coronavirus change les gens et il nous sera plus facile de comprendre quel genre de personnes nous devrions être.

L’automne commence et les gens retournent au travail après les grandes vacances, les enfants retournent à l’école, les étudiants à l’université. Tout commence à reprendre sa routine, et ici nous sentirons à quel point nous sommes incapables d’y revenir.

Nous n’avons nulle part où retourner ! Nous ne serons plus en mesure de prendre en charge les systèmes que nous avions auparavant. Pour l’instant, nous ne savons pas comment continuer le parcours précédent. Quelle devrait être notre attitude vis-à-vis du travail, des études, de la vie dans les nouvelles conditions qui nous sont révélées par la pandémie ? Nous devrons tout comprendre à nouveau.

Nous ressentirons que nous voulons de moins en moins lutter contre ces phénomènes, mais nous devons comprendre leur essence profonde et nous transformer en conséquence.

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, « Le Travail avec la Foi au-dessus de la Raison » du 31/08/2020

Pourquoi devrions-nous atteindre le bien à travers le mal ?

207Question : Nous savons que tout est équilibré par le Créateur, alors pourquoi le mal devrait-il commencer à régner afin que nous puissions atteindre le bien ?

Réponse : Premièrement, parce que c’est ainsi que le Créateur nous fait bouger. Deuxièmement, la nature de l’homme est mauvaise. Ainsi, en éveillant le mal, le Créateur nous secoue et nous réveille très fortement. Supposons que vous ayez reçu une convocation de la police ou un message de la banque vous annonçant que vous avez gagné quelque chose. Qu’est-ce qui aurait un plus grand impact ? Bien sûr, la convocation de la police !

Question : Mais comment le négatif et le positif peuvent-ils être égaux ? Après tout, une personne n’est pas un robot insensible.

Réponse : Tout dépend de mon attitude à l’égard du don sans réserve du Créateur. Si j’apprécie toute forme de Son don sans réserve, comme un enfant qui comprend correctement que toutes les actions de ses parents sont nécessaires et souhaitables, alors ce que je reçois de Lui ne fait aucune différence.

Je peux m’élever au-dessus de mon ego et participer pleinement et mutuellement avec Lui dans des conditions totalement différentes. Mes conditions initiales sont à l’état de zéro où je suis déjà détaché de moi-même, flottant déjà au-dessus de moi-même.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 14/10/2018

Les crises changent la conscience d’une personne

283.01Question : Des millions de personnes comprennent aujourd’hui de quoi vous parlez, mais seuls les politiciens qui établissent des lois peuvent changer l’opinion publique et ils sont choisis par les médias. De plus, les médias sont entre les mains des riches et les riches ne veulent rien changer. Il s’avère que c’est un cercle vicieux. Y a-t-il un moyen de sortir de cette situation ?

Réponse : La nature nous indique la sortie. Cela nous mènera toujours à un big bang, à l’égoïsme, à la frustration. Et alors nous pourrons tout changer. Aucune force basée sur le pouvoir et l’argent ne peut gouverner le monde plus que ce que ne veulent les gens eux-mêmes.

Et les gens commencent progressivement à comprendre que continuer à exister comme cela signifie détruire la nature, eux-mêmes et leurs enfants, et qu’il faut faire quelque chose à ce sujet.

Je crois que nous vivons dans une telle génération et à une époque où les attaques globales et intégrales que le virus mène sur nous changeront rapidement l’opinion de l’humanité sur la façon dont elle devrait regarder le monde, la vie, la nature et elle-même. En fin de compte, tout va changer.

Les crises modifient la conscience d’une personne et il est impossible de se développer plus sans elles.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 30/05/2020

Gérer le stress, partie n°8

80Les causes du stress

Question : Le stress peut être causé par diverses circonstances. Cependant, la chose la plus terrible pour une personne est le stress causé par le rejet de la société. Pourquoi ?

Réponse : C’est parce qu’une personne se trouve entièrement à l’intérieur de la société. Par conséquent, lorsqu’elle sent que la société la rejette, elle n’a aucune raison de s’accrocher à la vie. Elle ne sait pas où elle existera.

Question : Qu’est-ce qui cause généralement du stress, le fait qu’une personne soit trop satisfaite de la vie ou qu’elle se sente vide ?

Réponse : Le stress est causé par le fait qu’une personne perd son orientation. Peu importe l’état dans lequel on se trouve lorsque l’on perd pieds, on se sent alors stressé.

Question : Ils disent que la solitude cause du stress. Une socialisation excessive peut-elle être stressante ?

Réponse : Oui, bien sûr ! Plus encore que la solitude. La solitude, au contraire, peut suggérer la réflexion et le calme. Cependant, lorsqu’une personne est au milieu du tourbillon bouillonnant des gens, elle est affectée par d’énormes vibrations qui peuvent causer un stress très fort.

Question : Il existe de nombreuses méthodes différentes pour gérer le stress. Comment éviter le stress lié à la prise de conscience de la nature limitée de la vie ?

Réponse : En aucune façon. Une personne devrait simplement réfléchir à la façon dont la vie devrait se terminer, si elle la termine correctement et bien. Dans notre psyché, il y a une condition spéciale qui coupe le moment où une personne se sépare de la vie, et elle accepte de s’en séparer. Elle accepte de s’endormir.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Management » du 25/06/2020

Qu’est-ce qui nous préoccupe le plus : les bonnes ou les mauvaises nouvelles ?

laitman_423.01Commentaire : On sait que les médias de masse influencent le développement personnel. Cependant, les mauvaises nouvelles, c’est-à-dire les actes de violence, les affrontements militaires ou les catastrophes naturelles, passent systématiquement beaucoup plus de temps à l’écran que les bonnes relations humaines, l’entraide ou le civisme pour empêcher la brutalité. Et le téléspectateur est plus attiré par cela.

Ma Réponse : Bien sûr. Si je regarde un programme à la télévision qui parle des horreurs de la guerre, des affrontements, des conflits au sein du gouvernement ou entre les gens, cela m’intéresse plus parce que de tels événements me concernent et peuvent me toucher directement.

Tandis que les bons programmes qui parlent de personnes qui se rassemblent, se parlent, chantent ou travaillent ensemble, qui aident dans les hôpitaux, etc., ne représentent aucun danger pour moi. Ainsi, je traite la question de manière factuelle et je peux dédaigner ce sujet.

Commentaire : Je dois noter qu’il y a eu des tentatives de ne diffuser que des informations positives, mais elles n’étaient pas du tout populaires.

Ma Réponse : Naturellement. Cela ne dérange personne. Une personne se nourrit de nouvelles négatives, de souffrances et de tragédies. Même en musique et en art, toutes les grandes œuvres significatives sont toujours tragiques et les comédies sont prises à la légère. Les gens les apprécient avec désinvolture.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 30/04/2020

Un combat dans lequel nous sommes tous

laitman_220Question : Dans la lutte contre le coronavirus, il est clair que nous avons déjà reçu un cerveau mondial : les informations et l’expérience divergent dans tous les pays.

Comment pouvons-nous atteindre un cœur mondial ? Comment ressentons-nous les autres ? Et de quels sentiments parlez-vous ? Les médecins qui sauvent des vies en travaillant 16 heures par jour ne le font-ils pas par sentiment ? Après tout, de nombreuses personnes ont le choix de ne pas travailler.

Réponse : Je ne pense pas que les médecins aient le choix de travailler ou pas. Je ne pense pas qu’ils décident eux-mêmes de rester à la maison. En principe, leur profession et les circonstances n’excluent pas le sacrifice de soi.

Mais le fait est que le moment est venu de comprendre que nous sommes connectés les uns aux autres, et que chaque pays ne peut pas se préoccuper uniquement de lui car le virus n’a pratiquement pas de frontières.

Comment il se transmet et comment il survient, nous ne le savons toujours pas. Par conséquent, tout le monde doit participer à lutter contre lui. Jusqu’à présent, c’est le meilleur résultat que la pandémie nous ait apporté.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 30/04/2020

Sortir de l’impasse

laitman_214Question : Le suicide est l’étape la plus extrême du désespoir. Aujourd’hui, le nombre de suicides est en hausse constante. Pourquoi ?

Réponse : Une personne vivant dans le monde moderne est désespérée car elle ne ressent aucun sens à sa vie, elle ne voit pas de but et elle ne voit même pas la raison pour laquelle elle doit souffrir dans ce monde.

D’un autre côté, une personne est tellement développée qu’elle comprend tout ce qui se passe et tout ce qui peut arriver, et décide ainsi d’y mettre finalement un terme. A quoi bon vivre et souffrir s’il est possible de ne pas exister et de ne pas souffrir ? Cela a certainement un sens.

Bien sûr, personne ne dit que c’est la bonne décision, mais c’est certainement logique. De ce fait, si une personne découvre qu’elle peut atteindre une vie parfaite dans ce monde, dans notre monde, en sachant et en comprenant pourquoi elle vit et comment tout fonctionne et qu’il y a un but parfait et éternel devant elle qu’elle peut atteindre, il sera possible de changer les chiffres de manière significative. C’est le moyen de sortir de l’impasse.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 24/11/2019

Se rapprocher ensemble dans le monde moderne

laitman_275Question : Qu’est-il demandé maintenant aux gens du monde entier ?

Réponse : D’accepter le système de l’attitude correcte envers eux-mêmes et envers la nature, « aime ton prochain comme toi-même », et de créer une connexion mutuelle absolument complète et intégrale entre toutes les personnes dans le monde.

Comme il est écrit : « Ils battront leurs épées en socs de charrue. » Par conséquent, j’espère que nous allons avancer vers cela maintenant. Au moins, selon la Kabbale, nous vivons à une époque, dans une ère qui nous forcera à nous rapprocher les uns des autres et à créer une société correcte.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 10/05/2020

La condition pour le monde futur

laitman_234Question : Quelle sera l’économie et la structure politique du monde futur ?

Réponse : Je pense que les relations entre les pays dépendront des relations entre les gens. Elles ne seront pas aussi déformées qu’aujourd’hui lorsqu’un pays est l’ennemi de l’autre. Les gens peuvent être très proches les uns des autres.

Je crois que tout devrait commencer par les relations entre les gens et continuer à s’étendre jusqu’à ce que le monde entier devienne amical.

Si cela ne se produit pas, alors croyez-moi, la nature nous forcera ! Tous les soi-disant virus commencent à peine à œuvrer. De nombreux autres problèmes nous attendent si nous ne respectons pas la nature intégrale.

Question : À cet égard, l’Union Européenne ne peut-elle survivre que si les liens d’entraide entre les peuples sont établis ?

Réponse : Vous pouvez oublier l’Union Européenne. Elle n’existe plus. Il vaut mieux qu’elle disparaisse quelque part et que vous l’oubliez. Par ailleurs, vous n’avez aucune idée de ce qu’elle peut faire.

Si, après le coronavirus, elle reprend ses activités normales, il est terrible de penser à ce qui va se passer là-bas ! Il est préférable qu’elle s’effrite tranquillement. Mais je pense que ce n’est pas si simple.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 12/04/2020

Ouvrons les yeux !

Laitman_632.3Question : Comment peut-on qualifier ce virus de bon avec un visage impassible et dire qu’il faut l’étreindre, l’embrasser et l’accueillir alors qu’en Italie plus de 720 personnes sont mortes de ce virus en une journée. L’éthique et l’empathie sont-elles étrangères à un kabbaliste ?

Réponse : Qu’est-ce qui changerait si je pleurais ? J’ai vu beaucoup de choses au cours de ma vie dans toutes sortes de débats et de querelles. Toute ma vie, j’ai lutté contre la rigidité, la haine et les malentendus.

Disons qu’une vague arrive qui raccourcit la vie des gens. Naturellement, nous ne pouvons pas nous en réjouir. Mais d’un autre côté, nous devons chercher la cause rationnelle à cela, car la nature est un système fermé qui ne fait rien en vain comme le pensent les personnes bornées. Tout se passe exactement selon la décision du système lui-même, qui se restaure et passe d’un état à l’autre.

Si le système doit éliminer quelques millions de personnes, il le fait. Et c’est son remède. Que je puisse faire partie de ces quelques millions, alors j’en ferai partie. Que puis-je faire ? Cela arriverait quand même.

Par conséquent, ne regardez pas ce qui se passe comme un petit enfant. Reliez-vous à cela du point de vue de la nature globale. Si elle doit se purifier de cette manière, elle se nettoiera à n’importe quel niveau : minéral, végétal, animal et humain également.

Je n’ignore pas ces questions, j’essaie d’expliquer comment percevoir correctement une situation qui se produit. La chose la plus simple à faire est de fermer les yeux et de pleurer comme un petit enfant pour ne pas voir le mal. Ouvrir les yeux et regarder cela correctement, en tant qu’adulte, est très difficile.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 22/03/2020