L’unité est un merveilleux remède contre l’antisémitisme

groupeAprès l’horrible holocauste des Juifs d’Europe, nous avons tous cru qu’il ne se reproduirait jamais, parce que dans un monde moderne ouvert il y a une place pour chaque nation y compris la nôtre. Mais nous voyons comment cette tendance menaçante réapparaît: l’antisémitisme mondial.

Ce phénomène est mal compris à notre génération éclairée quand tout le monde peut accéder librement à toutes les universités et tout le monde peut s’engager dans tout ce qu’il souhaite: affaires, la science, la technologie et la culture. Mais c’est en fait les représentants intellectuels, développés de chaque nation, les scientifiques et les gens de la culture, qui sont le plus grand antisémites.

Une nouvelle vague de haine du peuple juif commence à nouveau à l’intérieur, de la profondeur des générations, et il est d’un caractère irrationnel. Qui plus est, cette vague est si grande et si puissante, si large et complète, qu’il est impossible de la cacher davantage. Elle ne cesse de croître de jour en jour.

Il sera sans aucun doute continuer à développer. La seule méthode pour corriger cette situation est les mêmes moyens que Abraham découvert en son temps: l’unité entre nous.

Le peuple juif doit sentir qu’il est un. Dès l’instant, où nous commençons à avancer vers l’unité, nous influencerons tous les pays qui nous entourent. Ils vont soudain sentir la nécessité de s’unir ainsi, et commenceront à s’unir automatiquement et nous suivront comme une ombre. Nous allons voir immédiatement un changement dans leur attitude à notre égard.

C’est parce qu’il y a une raison à la croyance des antisémites, ils pensent que nous contrôlons et gérons le monde et que tous les problèmes n’existent qu’à cause de nous. En outre, ils sentent aussi qu’ils dépendent de nous, ce qui est vrai.

Aujourd’hui il n’y a qu’un moyen pour empêcher le cours tragique des événements: s’unir. L’antisémitisme  inonde les rues et nous ne serons pas en mesure de cacher comme cela c’est déjà produit dans notre histoire.

Nous devons agir uniquement en fonction de la méthode que la nature nous a préparé. Ce n’est que par l’unité entre nous que nous trouverons la paix et, en même temps, apporterons au monde la force de la bonté, dont il a besoin actuellement dans cet état de crise mondiale.

De «histoires courtes » de KabTV 24/10/14

L’influence des juifs sur les nations du monde

Dr. Michael Laitman

En étudiant les longues périodes de Juifs en diaspora et l’exil de deux mille ans, nous pouvons dire que le même phénomène se reproduit encore et encore.

Chaque fois qu’ils sont venus dans un nouveau pays, le peuple juif a cherché un abri et un lieu où il pourrait habiter et survivre, et il ne pouvait survivre qu’en s’unissant fortement entre eux. Par conséquent, sans avoir le choix, nous nous sommes rapprochés quand nous étions en exil, et des relations mutuelles correctes se sont formées entre nous, non pas parce que nous le voulions, mais parce que nous avons forcé à le faire.

Notre attitude positive envers l’autre touche ceux qui nous entourent. Nous avons apporté la science et la culture aux personnes dans les pays où nous avons vécu et ces pays ont commencé à prospérer.

Mais dès l’instant où nous nous y sommes habitués, l’ego a grandi entre nous, de même que la concurrence, et nous nous sommes ignorés. Ces relations négatives se sont reflétées dans les gens qui nous entouraient et ont éveillé en eux la haine et des accusations contre nous. En conséquence, nous avons été expulsés de ces pays et le pays a commencé à décliner.

L’état interne du peuple juif a toujours été transmis aux gens avec lesquels ils vivaient et leur a apporté la prospérité ou la récession.

Par conséquent, si nous commençons à nous rapprocher les uns des autres aujourd’hui et établissons de bonnes relations mutuelles, nous allons faire que les nations auront une attitude positive à notre égard, et ce dans le monde entier.
[147958]
De «Histoires courtes » de KabTV 24/10/14

Telles des noix dans un sac

Dr. Michael LaitmanQuestion : De quelle façon pouvons-nous nous entre aider pour pousser notre wagon commun vers l’avant et progresser ?

Réponse : Tout ce qui est dit dans une leçon doit être intériorisé dans le cœur d’une personne afin qu’elle commence à le vivre. Tout ce qui est couvert par nous doit se déplacer dans les Kelim, ses émotions, dans le but de formater et d’organiser ses désirs intérieurs de sorte que l’on ressente en leur sein les phénomènes dont elle a entendue parler.

Chacun est certainement familier avec le texte que nous avons déjà lu de nombreuses fois auparavant. Mais réaliser l’action spirituelle la plus simple n’est possible que si nous pensons à la connexion de nos Kelim brisés. Il est nécessaire de nous imaginer l’image précise et claire : l’enveloppe égoïste dans laquelle l’étincelle spirituelle est recouverte ne nous permet pas de nous connecter avec les autres.

Même si nous devons essayer plusieurs fois de nous connecter entre nous avec la bonne intention, nous ne sommes certainement pas prêts pour cela. Et à partir de là, un véritable cri vers le Créateur éclatera en chacun de nous pour nous permettre et nous aider à nous connecter.

Chacun est dans sa bulle ou capsule égoïste dans laquelle l’étincelle du don sans réserve est retenue captive. Et nous demandons au Créateur de nous aider à nous connecter, même si chacun est enveloppé dans une coquille égoïste, rigide et externe, comme des noix dans un sac, comme le décrit le Baal HaSoulam. Et en dépit de tout cela, les noix avec lesquelles nous pouvons nous connecter sont dans le sac.

De ce fait, nous devons découvrir notre véritable état et ne pas nous cacher ou fuir cela. Ceci parce qu’il est très désagréable de ressentir notre véritable essence égoïste, qui soudainement se découvre après tant d’années d’efforts pour atteindre le don sans réserve. Et ainsi la prière naît en nous.

La Lumière Supérieure arrive seulement s’il y a un manque pour elle. Et nous devons atteindre ce manque, car il est impossible de crier artificiellement. Il est donc nécessaire pour nous d’essayer et d’imaginer notre forme correcte et véritable, et nous nous rapprochons déjà d’elle. La diffusion généralisée est très utile à cet égard, car à travers elle, nous avons plus avancé durant les deux derniers mois que lors des précédentes années.

Seule la prière correcte aidera lorsque nous sentons que nous ne sommes pas prêt à nous connecter. C’est ainsi parce que nous nous attendons à découvrir le Créateur avec la bonne intention, voulant Lui donner sans réserve et non pas à nous-mêmes. Pour cela, il est nécessaire qu’une révolution radicale se produise, une révolution intérieure au sein de nos Kelim, qui dépend de l’ensemble de notre grand groupe mondial.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 29/10/14, Shamati n°1

Un état de repos

groupe, congrèsLa Torah, Lévitique 19:1-4 : Le Seigneur parla à moïse en ces termes : “Parle à toute la communauté des enfants d’Israël et dis-leur : Soyez saints ! Car Je suis saint, moi le Seigneur, votre Dieu. Révérez, chacun, votre mère et votre père, et observez Mes shabbats : Je suis le Seigneur votre Dieu. Ne vous adressez point aux idoles, et ne vous fabriquez point des dieux de métal : Je suis le Seigneur votre Dieu.”

Il y a un plan qui opère sur le monde et le mène vers le but. Le but de la création est l’unité totale de l’ensemble de l’humanité, qui devient un seul système de forces (désirs) verrouillées et équilibrées qui sont corrigées dans l’amour et le don sans réserve. Cette force générale qui connecte totalement chacun de nous et qui nous transforme en participants égaux dans l’unique système s’appelle le Créateur.

“Soyez saints ! Car Je suis saint, moi le Seigneur, votre Dieu” signifie que nous devons atteindre une connexion absolue entre nous, une coopération mutuelle absolue et l’amour absolu. Le Créateur semble nous appeler pour garder notre sainteté, la conserver et la faire devenir notre objectif principal.

L’état que nous devons atteindre s’appelle le Shabbat (la fin de la correction), ce qui signifie que nous devons le voir comme notre but ultime.

Le Shabbat symbolise aussi le repos absolu, alors qu’en fait, il n’y a rien d’autre à corriger parce qu’une personne a corrigé son inclusion dans chaque personne, et chacun a corrigé son incorporation en Lui à tel point qu’il a atteint une connexion intégrale absolue. C’est cela qui est appelé le repos.

De KabTV, “Les Secrets du Livre Éternel” du 26/03/14

La sagesse de la Kabbale et les kabbalistes

Dr. Michael LaitmanLa sagesse de la Kabbale n’est pas une religion. Ce n’est pas du mysticisme, ni une méthode de guérison. Elle n’a pas de pouvoir magique de faire des miracles et n’est ni de la magie ni une force obscure. La sagesse de la Kabbale n’aide pas une personne à profiter des autres. Au contraire, sous son influence, une personne devient aimante et se soucie des autres.

La sagesse de la Kabbale nous oriente pour percevoir le monde d’en haut, et, en conséquence, tous les paramètres initiaux à une personne sont modifiés, ce qui signifie ses caractéristiques et attitude envers notre monde et toute la création. Elle change la personne en une créature absolument différente. Son intelligence (pensées) et le cœur (désirs) deviennent complètement différents et elle commence à penser, à se comporter, et à se sentir complètement différente d’une personne ordinnaire.

D’une part, un immense perception du monde entier existe en elle. D’autre part, il lui est difficile de vivre dans ce monde tout comme il est difficile pour un adulte de vivre dans un jardin d’enfants, car il est contraint sans cesse à faire de grands efforts pour s’équilibrer avec les petits enfants. Cependant, pour ce qui est du monde supérieur, il doit aussi exister dans notre monde. En outre, il ne montre pas du tout son particularité et doit faire des compromis à tout moment.

Un kabbaliste ne peut pas être l’ennemi de personne. En fait, il est le meilleur ami de toute l’humanité, car chaque caractétistique est dirigée pour amener l’humanité vers une existence heureuse et parfaite.
[146688]
De «histoires courtes» de KabTV 22/10/14

Le jeu de la vie

Laitman_524_01Question: Comment pouvons-nous acquérir le sens de l’importance de l’avancement spirituel?

 

Réponse: La croissance spirituelle signifie :

 

  • Reconnaitre que l’on ne dispose pas encore un sentiment de l’importance de l’avancement spirituel.
  •  Réaliser que l’on peut contrôler ce processus.
  •  Comprendre que l’importance de l’objectif ne peut être acquise contre les influences extérieures, car nous sommes tous des égoïstes.
  • «Influence extérieure», l’impact de l’environnement, le groupe.
  • Atteindre proportionnellement le degré de l’importance de l’objectif que l’on se efforce d’atteindre.
  • Retour au début (point 1), c’est-à-dire que l’importance de l’objectif nous manque.

Y a t-il une solution à ce problème?

Il n’y a une seule chose que nous pouvons faire : mettre en œuvre la propriété de la jalousie envers des choses que d’autres ont déjà obtenus et de l’objectif qui est important pour eux. Que faire si personne ne dispose d’un sens de l’importance de l’avancement spirituel? Dans ce cas, tout ce que nous pouvons faire, c’est délibérément enflammer les cœurs de nos amis d’une fausse  importance imaginaire de notre croissance spirituelle.

Cette pensée n’est pas nouvelle, ni originale puisque tous ce que nous recevons sur l’importance des valeurs de la vie est faux et imaginaire, les objectifs sur lesquels nous travaillons et aspirons pour notre environnement. C’est possible parce que ces questions semblent très importantes aux yeux de notre environnement. Elles vont effectivement devenir vraiment essentielles pour nous après avoir arrête de jouer !

La même règle s’applique à l’avancement spirituel. Sauf que sur le chemin du développement spirituel nous pouvons reconnaître et organiser consciencieusement la source qui deviendra extrêmement importante pour nous plus tard. Nous sommes ceux qui façonnons notre environnement et définissons les objets qui nous sont importants.

Donc, nous avons à jouer un rôle et faire semblant devant les autres. Le mieux pour nous est de jouer le rôle de prétendre que nous avons déjà compris la signification du progrès spirituel, et ce le plus rapidementpossible. nous passerons d’un état d’indifférence spirituelle à l’inquiétude spirituelle.

Devant les amis , on doit jouer le rôle d’une personne qui se soucie vraiment de la correction du monde et qui aime ses amis. Nous devons jouer les rôles de «gens qui brûlent à l’intérieur”. Nos sentiments réels ne sont pas du tout importants. La chose essentielle est que nous devons jouer le rôle le mieux possible.

Utilisez tous les recours disponibles pour démontrer à vos amis comment le groupe compte pour vous, combien vous vous en inquiétez. Imaginez que vous êtes vraiment «en feu.” Si vous vous comportez de cette façon, vous serez en mesure d’allumer les cœurs de vos amis et votre cœur sera également allumé.

Vous pouvez jouer ce rôle avec vos amis, mais c’est beaucoup mieux si vous jouez ensemble, devant tout le monde. J’ai reçu plusieurs suggestions d’inviter les acteurs professionnels. Rappelez-vous le kabbaliste qui a été inspiré par des musiciens en état d’ébriété? Cependant, je pense que c’est un plus. Nous devons comprendre notre nature et apprendre à la contrôler.

Se connecter à un niveau supérieur

laitman_232_04Question : Est-ce qu’une personne sait que quand on frappe à sa porte” c’est une montée au prochain niveau spirituel ?

Réponse : Non. Le fait est que lorsqu’elle se trouve à un certain niveau, elle ne peut pas comprendre la demande du niveau suivant, tout comme un chien ne peut pas comprendre la réprimande de son maître. Nous n’en avons aucun contrôle du tout.

Nous ne pouvons pas atteindre le niveau suivant à moins que nous en ayons les sens appropriés qui nous permettent de comprendre les permissions, les interdictions et les restrictions morales qu’il peut y avoir à ce niveau. Par conséquent, nous ne pouvons pas du tout nous représenter le niveau suivant car notre monde entier est essentiellement ce qui se reflète dans nos désirs, dans notre conscience. Il est formé par nos cinq sens, et nos sens et nos sensations fonctionnent à l’intérieur des désirs.

Si j’utilise les cinq niveaux de mon désir (vue, ouie, goût, odorat et le toucher) afin de donner sans réserve, cela signifie que j’ai terminé mon travail au niveau de notre monde et qu’il y a un interrupteur en moi vers un nouveau niveau. Je commence à sentir une partie supérieure de la création.

J’ai besoin de me connecter à elle, de l’étudier et de me formater afin que je sois en mesure d’utiliser tout ce qui m’est révélé maintenant de la meilleure façon possible en utilisant mes nouveaux cinq sens. Ils portent déjà un nouveau message et de nouvelles exigences en ouvrant et en découvrant à l’intérieur de moi une nouvelle partie de la création. En même temps, les demandes sont uniquement concentrées sur le don sans réserve, sur le fait de sortir de moi-même. Ainsi, après le niveau de notre monde, je commence à ressentir le prochain niveau, le monde supérieur externe, parce que je m’y suis déjà préparé dans le but de donner sans réserve.

En corrigeant les attributs égoïstes en attributs du don dans la gamme des fréquences qui me sont révélés, je commence à prendre le contrôle du nouveau niveau qui est appelé la terre d’Israël (un désir de donner sans réserve). En le contrôlant et en l’acquérant, j’atteins ce qui entre dans mes cinq sens, ce qui signifie que je commence à exister dans ce pays et à ressentir son attribut.

Le fait intéressant est que tout d’abord je commence à sentir la partie minérale en lui, puis la végétale, l’animale, le parlant et enfin la racine de toute chose, le Créateur. Ainsi j’avance et je ressens chaque nouveau niveau comme un nouveau monde.

De KabTV, “Les Secrets du Livre Éternel” du 19/03/14

Demander des forces pour l’amour des amis

Dr. Michael LaitmanLa chose principale est de ressentir que vous êtes dans l’AHP du supérieur. Nous devrions essayer de sentir cela de toutes nos forces, et le groupe nous aide à le faire. Si je veux entrer dans le groupe et ressentir son esprit, il m’impressionne et me permet de sentir les désirs des amis.

Si j’effectue différentes actions et me concentre sur le groupe, j’augmente mon désir, le connecte aux désirs des amis, et je reçois la Lumière qui ramène vers le bien qui est commune à chacun. Nous voulons la connexion et nous voulons nous connecter car la prière de l’individu ne fonctionne pas. Le désir de donner sans réserve ne peut pas exister en une seule personne, et cela devra se régler dans la matière que l’on appelle un désir de donner, ce qui signifie qu’il est extérieur à moi.

Si je veux vous donner sans réserve, mon désir de donner doit se régler et vivre à l’intérieur de vous et pas en moi. Le désir de recevoir est la sensation de manque en moi qui nécessite un remplissage. Le désir de donner, c’est lorsque je ressens votre désir et que je veux qu’il soit rempli.

Il s’avère que le don sans réserve ne m’appartient pas, mais m’oblige plutôt à agir dans vos désirs. Ainsi nous atteignons l’union. Toutes les forces que je demande de l’En-Haut ne me sont pas destinées, mais sont destinées à être à l’intérieur de l’ami, dans les autres.

Je n’ai besoin de rien ; je reste avec seulement un point quand je demande n’importe quoi. C’est en fait la façon dont je grandis. C’est ainsi parce que ma taille dépend et se mesure selon l’ampleur par laquelle je remplis le désir des autres. Tout m’appartient, devient mon âme, et est le résultat de mon action spirituelle. Finalement, je remplis tous les désirs qui sont externes à mon point.

La Torah nous renseigne à propos de telles actions spirituelles et les gens ne comprennent pas vraiment ce à quoi la Torah se réfère avec des concepts comme Israël, les nations du monde, et tous les événements qui s’y déroulent impliquant la nation israélienne. Il est très difficile pour une personne de s’identifier à cela et d’attribuer ce qui est décrit là à elle-même, car elle est habituée à percevoir toute chose dans le sens corporel, comme dans un conte historique.

Mais la sagesse de la Kabbale explique que la Torah nous parle des états spirituels qu’une personne traverse. Par conséquent, nous devons nous tourner vers toutes les nations, tout comme Abraham le fit en son temps. Nous sommes dans la même Babylone et le même état aujourd’hui, et nous devons nous tourner vers le monde entier avec notre tollé commun : “unissons-nous !” Il n’y a aucune autre correction, mais seulement la Lumière Environnante (Ohr Makif), qui est ce dont tout le monde a besoin.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 17/11/14, Écrits du Rabash

D’où vient la Lumière qui ramène vers le bien?

groupeQuestion : Quelles actions de don sans réserve sommes-nous en train d’accomplir aujourd’hui, avant d’entrer dans le monde spirituel ?

Réponse : Pour l’instant, nos actions sont de s’inquiéter que les amis devraient venir à la leçon et de se soutenir les uns les autres, en préservant les esprits dans le groupe, et en donnant l’exemple pour les autres quant à combien nous aspirons à l’objectif et combien nous nous soucions de l’organisation de notre centre, de sorte que nous serons en mesure d’étudier et de tenir différentes activités et événements ici pour atteindre l’adhésion au Créateur.

Diffuser et étudier dans les campus, etc., sont toutes des actions de don sans réserve. Nous effectuons de nombreuses actions de don, mais elles manquent de bonnes intentions. C’est notre principal problème. Les gens me demandent constamment : “Quoi d’autre devrions-nous faire dans le but de donner plus, afin de faire plus ?”

Bien sûr, nous devrions faire plus, mais nous devons encore être attentifs à nos intentions et à nos actions, qui sont très importantes. Nous ne devrions pas diminuer nos actions, ni leur intensité ni leur quantité. Mais nous avons besoin de nous stimuler les uns les autres et de nous rappeler l’objectif les uns les autres. Chaque action devrait nous faire ressentir la connexion, et au sein de la connexion nous devons commencer à sentir la présence du Créateur qui devrait nous illuminer ici.

Nous recevons la Lumière qui raùène vers le bien à la suite de nos efforts pour nous connecter. La Lumière est dans les récipients, dans Malkhout de Ein Sof (Infini), qui n’est pas brisée mais est entière et complète avec la Lumière de Ein Sof. Mais par rapport à nous, la Lumière de Malkhout de Ein Sof qui vient est sous une forme brisée après tous les mondes, ce qui signifie les dissimulations.

Elle est d’abord cachée, ensuite elle est brisée, puis elle passe par beaucoup plus de partitions de dissimulations, de niveaux d’affaiblissement de la Lumière par les filtres jusqu’à nous. Nous devons faire un effort pour nous connecter, afin de nous rapprocher de la Lumière qui Ramène vers le Bien qui se trouve dans un récipient connecté.

Lorsque j’essaie de me connecter, la Lumière qui ramène vers le bien commence m’illuminer car je fais un effort. Je collecte et je connecte les parties brisées, rassemble et unis le groupe et la Lumière brille sur moi à partir de là selon mes efforts.

Tout le monde travaille selon sa dissimulation, selon la façon dont il est brisé, et la Lumière brille sur moi dans la mesure où j’essaie de connecter toutes les parties en une seule, car c’est dans un récipient général qui est brisé seulement à mon égard.

Cette image doit être constamment devant nos yeux.

Du cours quotidien de Kabbale du 14/11/14, Écrits du Baal HaSoulam

L’absence de consensus

Dr. Michael LaitmanQuestion : Pouvez-vous s’il vous plaît nous dire comment vous avez décidé d’accepter la mission de diffuser largement la Kabbale dans le monde, afin que nous puissions suivre votre exemple ?

Réponse : Aujourd’hui, vous n’avez pas d’autre choix puisque vous vivez dans une autre génération. Je me trouvais encore dans une période de transition, debout avec un pied dans l’époque où les kabbalistes de toutes les générations vivaient en préparant leurs élèves en petits groupes, cachés de tout le monde.

Il en était ainsi avec mon professeur le Rabash, avant mon arrivée. Puis j’ai avancé et j’ai changé cet endroit. Au début, toute sa famille m’a accueilli très chaleureusement parce que je prenais soin de lui.

Mais ils se sont refroidis rapidement envers moi parce qu’à travers moi, une quarantaine de personnes totalement laïques de Tel Aviv sont venues étudier. Dans la zone religieuse de Bnei Brak, c’était inhabituel d’avoir ce genre d’étudiants et cela a jeté une ombre sur leur maison. Le Rabash était le seul qui était heureux à propos des nouveaux étudiants, mais tous les membres de sa famille étaient en colère.

J’étais encore dans le processus de transition et j’ai en quelque sorte aidé à ce que cette révolution commence. Mais aujourd’hui, vous vivez dans une époque différente et dans une nouvelle génération. Ainsi, vous avez seulement besoin de vous unir les uns avec les autres et de tirer le monde entier dans ce sens, en commençant par les cercles les plus proches, des plus unis aux plus larges.

Sinon la pression et les coups dépasseront vos progrès et rouleront à grande vitesse, pas comme cela était au siècle dernier. Les politiciens et les sociologues disent que le principal problème aujourd’hui, c’est la santé de la société, et toute la lutte politique sera menée autour de cette question.

Mais personne d’autre que nous possède les moyens d’améliorer la société ; toutes les autres voies se sont longtemps avérées inefficaces. L’humanité a été obligée de les vérifier et de découvrir que non seulement elles n’apportent aucune aide, mais elles font mal.

Ainsi, on nous montre que la société toute entière peut réussir uniquement à travers le chemin de la Kabbale. Et si nous le faisons ensemble, alors l’amélioration affectera tous les domaines de la vie de la nation, tels que la sécurité et l’éducation.

Question : Comment pouvons-nous prendre par nous-mêmes une telle décision pour vraiment effectuer cette étape ?

Réponse : Je ne peux pas décider pour vous ! Vous me regardez et attentez de moi que je dise quelque chose. Mais je n’ai rien de plus à dire. Je dis quoi faire et la réalisation dépend de vous.

Question : Qu’est-ce qui nous empêche de prendre cette décision ?

Réponse : Il devrait y avoir un consensus, que vous décidiez, vous vous engagiez, signiez un accord les uns avec les autres, puis que vous demandiez les uns aux autres d’effectuer cette action.

De 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 14/11/14, Atelier

Page 1 des 7721234550Dernière »