Category Archives: Crise

Les chefs d’état du G20 ont beaucoup à craindre

G20Question reçue : Bientôt se tiendra un nouveau sommet international du  » Groupe des 20  » (G20) , où les chefs d’état des pays les plus développés seront présents. Mais chacun d’entre eux cache un couteau dans sa poche…

Ma réponse : je ne crois pas qu’ils cachent des couteaux. Chacun d’entre eux fait face à tellement de problèmes dans son propre pays, qu’ils n’ont pas le temps de se confronter entre eux. Ils ont peur de leurs concitoyens et d’être détrônés. La peur d’un soulèvement interne est beaucoup plus grande que la peur de ses voisins. C’est pour cela, que cette fois-ci, ils viennent au sommet avec un sentiment différent.

Jusqu’à présent, chaque chef d’Etat était occupé à coordonner la vie de son propre pays, mais aujourd’hui, ils ont tout simplement peur pour eux-mêmes. Ils ressentent littéralement cette peur au niveau animé, et sont en train de se demander : «  Comment puis-je me préserver et résoudre ce problème ? »

De nombreux pays connaissent déjà des troubles publics, et ils ne peuvent rien faire pour les arrêter avec leur police ou leurs armées, car il s’agit de leurs propres citoyens. En plus de tous leurs autres problèmes, ils ont maintenant peur pour eux-mêmes et leurs propres vies, et c’est pourquoi, les participants au sommet y viennent dans un état d’esprit complètement différent. Ils sont déjà en train de penser à comment corriger la situation et résoudre le problème, même si ce n’est que pour leur bien.

(De la leçon sur l’article du  Baal HaSulam : « Un Précepte », le  08-03-2009)

Venir à bout de la Crise Financière : Changement de Stratégie ?

criseAux infos (du Parlement Européen) : « Focus sur le long terme; tout en s’attaquant dans l’immédiat, à la crise économique ».

Les membres du Parlement Européen et les parlementaires nationaux des 27 États-membres et des pays candidats ont entamé une réunion parlementaire commune de deux jours, pour discuter de « un Nouvel Accord pour la Reprise Economique Européenne ». Le Président de la  B.C.E. (Banque centrale européenne), Jean-Claude Trichet, a dit que les paquets de stimulus devraient viser à favoriser un ajustement structurel à plus long terme.

Mon commentaire : Ils commencent a comprendre qu’ils ne contrôlent pas la situation et qu’il n’y a aucun intérêt à essayer de planifier quoi que ce soit, à partir du moment où il n’y a aucun organisme de contrôle ! L’absence de terrain solide sous leurs pieds leur fera chercher des solutions, jusqu’à ce qu’ils découvrent que la crise est la cause d’une seule chose : le manque de relation parfaite, réciproque et bonne entre les individus.

Alors qu’ils continueront à chercher plus de réponses, ils réaliseront qu’il est nécessaire de trouver un moyen d’améliorer les relations entre tous les individus du monde. Tout ceci ne sera possible qu’en appliquant la méthode de la Kabbale – la science qui explique cette relation. Alors seulement, la Kabbale deviendra vraiment la science traîtant de nos vies.

Penser aux autres est la clef de la fin de la crise

Une question : La fin de la crise est constamment reportée. Tout d’abord on disait qu’elle prendrait fin dans quelques mois – puis quelques années, et aujourd’hui, ils disent qu’elle pourrait durer dix ans. Comment pouvons-nous survivre à de si nombreuses années, sans avantages sociaux, ni retraites, ni réserves alimentaires, et sans pouvoir payer pour le chauffage et l’électricité? Quand est-il de la fin de la crise selon la Kabbale?

Ma Réponse : Elle prendra fin lorsque chaque personne commencera à penser à tout le monde au lieu d’elle-même.

Pouvons-nous éviter une récession ?

Nrécessionouveau reportage (traduit de gazeta.ru) : les Américains ont choisi Barack Obama comme Président, espérant qu’il résolve tous leurs problèmes économiques. Cependant, les experts croient qu’il est trop tard pour inverser le développement de la crise. Il n’y a rien que les gouvernements puissent faire en ce qui concerne l’effondrement du modèle financier global, ou pour empêcher la crise de s’étendre. Quelles que soient les mesures qu’ils prendront, la consommation continuera à baisser, la récession durera longtemps, et le monde assistera à une nouvelle vague de faillites avevc d’autres conséquences; mais cette fois-ci, dans le vrai secteur de l’économie. Le Fonds Monétaire International fait des prédictions pessimistes,  prévoyant une récession des économies mondiales dirigeantes.

Mon commentaire : Le monde ne peut être sauvé qu’en se rendant compte de la signification réelle de l’état global que nous avons atteint dans l’humanité. Nous sommes un seul organisme, et comme tel, nous devrions vivre dans l’égalité, avec une répartition égale pour tous, le don inconditionnel de son bénéfice personnel versé intégralement pour le bien de la société, et l’amour du prochain. Ceci est semblable à la manière dont fonctionne un organisme : toutes les cellules et les organes fonctionnent en parfaite harmonie ; sinon surviennent des maladies (des crises) au point même d’en mourir (extermination).

Tout ceci doit arriver graduellement, mais c’est nécessaire ! Donc, notre principal objectif est de procurer à l’humanité une éducation globale- pour lui enseigner en utilisant des exemples de la nature- la signification de « un seul organisme ». Les gens, en particulier les leaders, doivent réaliser qu’il n’est pas possible de revenir aux anciennes règles. Pour la première fois de l’histoire, le monde est devenu différent. Il doit devenir similaire au Monde Supérieur, ou autrement dit, les gens doivent acquérir la qualité du don sans réserve plutôt que celle de la réception. Ils doivent changer pour l’exact opposé.

Nous devons parler de cela et progressivement nous y habituer. Il n’y a pas d’autre moyen pour y arriver, sinon une autre guerre mondiale éclatera, et mais même après nous devrons encore faire face au même problème : devenir identique à la Nature ou au Créateur, parce que c’est ce que nous devons atteindre selon le plan de la création.

La crise en musique

la crise en musique par Johannes Kreidler

Henry Kissinger .« La crise est une chance pour un nouvel ordre mondial »

Résumé de nouvelles (du International Herald tribune) « L’opportunité d’un nouvel ordre mondial » par Henry A. Kissinger La nature très instable du système international produit une occasion unique pour une diplomatie créative. … Chaque pays devra redéfinir ses priorités nationales. Un ordre international émergera si un système des priorités compatibles se produit.

Mon commentaire : La compatibilité nous est imposée par la nature même de la crise. Nous devons cesser de nous battre les uns contre les autres, comme des petits enfants. Nous devons nous rendre compte que nous sommes confrontés à la question de la survie de l’humanité.
Il n’y a qu’une réponse : chacun doit s’unir au sein d’un seul système, sur un pied d’égalité ; pour être comme un corps ou une famille afin d’atteindre l’équilibre avec la nature. C’est la seule priorité, et nous ne devrions pas essayer d’en inventer une autre. Apprenez de la nature!

Nous ne pouvons sortir de la crise qu’ensemble

Question : Dans une des leçons vous avez dit que l’Amérique est construite égoïstement et peut s’unir plus que les autres nations en raisons de sa diversité ethnique et culturelle, et qu’elle va pouvoir passer cette crise si le peuple s’unit. Ma question est : ceci ne parle-t-il pas à une partie de moi ? Une partie de moi qui voudrait égoïstement s’entendre avec les autres personnes dans ma vie ?

Mon commentaire : Naturellement, c’est comme ça que nous commençons à corriger notre nature : en recherchant une meilleure vie égoïste. Cependant, tout en étudiant la Kabbale nous commençons à sentir la valeur d’une attitude altruiste directe envers les autres; L’indépendance, la grandeur, et les sensations infinies et éternelles sont révélées dans cet attribut. Nous découvrons comment atteindre ceci, et aspirons consciemment à sortir de l’égoïsme.

Aux infos (traduit de SvobodaNews): L’institut des sciences économiques de l’Académie Russe des Sciences (IERAS) rapporte que les Russes sont confrontés à un déclin de leur revenu. Ils seront obligés de prendre n’importe quel travail, économiser leur argent, augmenter leurs qualifications professionnelles, et se soutenir mutuellement. Actuellement il est important de rester lié à la famille et aux amis, parce que les gens ne pourront sortir de cette situation difficile qu’ensemble.

Mon commentaire : En effet, cette douleur prolongée forcera les personnes à s’unir – et pas simplement au sein de chaque nation, mais toutes les nations ensemble. La Kabbale nous permet de comprendre ce qui se produit, et les gens alors pourront également comprendre rapidement quoi faire afin d’atteindre l’équivalence avec la nature, avec la qualité de don et de l’amour. Cette qualité sert de base à la survie dans le système unifié de l’humanité.

L’argent est au centre du conflit Israélo-palestinien

Questions que j’ai reçues à propos du conflit Israélo-palestinien

Question : pourquoi est-ce qu’Israël a choisi ce moment parmi d’autres pour commencer une guerre ?
Ma réponse : La guerre à Gaza a commencé du fait de la chute des prix du pétrole. Le Hamas n’existerait pas sans l’aide de l’Iran, et le but de l’Iran est de devenir une superpuissance arabe, ce qui est possible seulement si le pétrole est cher. Par conséquent, pour faire augmenter les prix du pétrole, l’Iran a ordonné au Hamas de commencer la guerre.

Question : Comment est-ce possible de s’organiser, sans les tunnels utilisés, pour délivrer les biens de consommation ?
Ma réponse : Il y a plus de 1500 tunnels entre l’Egypte et Gaza, et ces tunnels sont la base du pouvoir socio-économique du Hamas. Le Hamas construit les tunnels et vend chacun d’eux pour 170.000 dollars. Le Hamas reçoit aussi 16.000 dollars à chaque fois qu’il donne la permission de creuser un tunnel. De plus, les biens de consommation délivrés au travers de ces tunnels sont taxés par le Hamas, ce qui fait des millions de dollars de profit.
C’est pourquoi le Hamas a réagi ainsi quand son « économie » s’est écroulée. Et il n’y a pas d’autre possibilité pour eux de faire du profit à Gaza. La solution est de remplacer le gouvernement terroriste par un gouvernement pacifique, qui commencera à construire l’économie et à créer ses propres revenus.

Question : Si la qualité de vie s’améliore pour les résidents de Gaza, est-ce que le terrorisme disparaîtra ?
Ma réponse : Tout gouvernement normal prend soin de ses citoyens et essaie de leur apporter du travail, la sûreté, et la sécurité nationale. Un gouvernement terroriste, par contre, essaie de priver ses citoyens de tout cela, pour recevoir de l’aide humanitaire et la distribuer alors en la revendant. Par conséquent, plus la nation est appauvrie, mieux le gouvernement terroriste se porte, car les gens pensent moins et sont d’accord avec tout. C’est pourquoi le gouvernement du Hamas n’a pas construit d’abri de protection contre les bombes à Gaza, et c’est pourquoi les terroristes palestiniens tirent toujours de l’arrière, derrière les civils.

Question : Mais la communauté internationale ne peut-elle pas restaurer l’ordre ?
Ma réponse : Cela n’intéresse personne. Tout le monde profite de la situation. De plus, quand les terroristes subissent des représailles, ils appellent au secours la communauté internationale : « Regardez, ils nous attaquent ».

Question : Mais n’est-ce pas la mission des Nations Unies d’amener la paix dans le monde ?
Ma réponse : Les Nations Unies profitent des tragédies du monde. Les employés des Nations Unies remplissent leurs poches avec l’argent qui reste « collé à leurs mains » lors de la distribution des ressources. C’est pourquoi ils ont intérêt à ce qu’un conflit se poursuive et à laisser Gaza s’appauvrir, pour voler au sein des ressources dégagées par leurs organisations.
Comme nous pouvons le voir, l’argent est au cœur de tout le conflit, et c’est aussi pourquoi la crise globale est par nature économique. C’est exactement le genre de crise qui est capable de faire changer le monde entier.

Qu’y a-t-il au menu pour l’été 2009 ?

Dans la presse russe (traduit de bigness.ru): Plus de 20 % des exploitations agricoles de par le monde risquent la banqueroute d’ici le printemps 2009. L’actuelle tendance à la baisse de la demande en matières biologiques brutes à base de céréales se globalise, ce qui explique la réduction des prix pour ces céréales. La vague de faillites pourra entraîner une chute soudaine des prix de l’alimentaire si les fabricants vident leurs entrepôts de produits alimentaires. Il en résulte, que même les fabricants capables de survivre à la crise souffriront de pertes majeures du fait des chutes de prix brutales. Cependant, 7 à 8 mois plus tard, quand les provisions vendues à des prix bradés auront été épuisées, et en l’absence de nouvelles provisions dues aux faillites, les prix de l’alimentation générale remonteront de façon très significative.

Mon commentaire : C’est un autre exemple montrant, chaque jour qui passe, que le besoin d’un seul régulateur global devient de plus en plus impératif.

Réaliser la transition vers une nouvelle civilisation globale

Une question reçue : Pouvez-vous donner un exemple de liens sociaux et économiques corrects et comment commencer à les construire, ainsi que comment réaliser la transition vers ce nouveau système ? S’il vous plait, donnez des suggestions pratiques.

Ma réponse : Tout ceci peut être étudié en utilisant l’exemple de notre corps.

Un exemple de la Nature : dans notre corps, toutes les molécules, les cellules, les organes et l’organisme comme un tout, ont leurs intérêts personnels. Quand chaque partie de l’organisme montre aux autres qu’elle n’est intéressée que par elle-même, toutes commencent à « négocier » les unes avec les autres. A chaque seconde, les négociations se font dans nos corps amenant le système à un état d’harmonie, car l’intérêt de tout le système prévaut sur les intérêts des parties plus petites, qu’il incorpore. Tout ceci est construit selon une hiérarchie qui inclut les intérêts de tous. De plus, il y a une place pour le bénéfice individuel de chaque partie à l’intérieur de la structure plus large et plus élevée.

Imaginez le système comme un tout. Alors vous comprendrez que chaque niveau de notre système doit rester sain et conserve la capacité de s’occuper de ses propres intérêts, mais ceci au sein de l’organisation de tout l’organisme.

Un exemple de notre économie : Comment le corps se comporterait-il à la façon dont nous conduisons l’économie du monde ? Imaginions que nous prenions le cœur (le système respiratoire – les organes « industriels ») et que nous lui donnions le pouvoir d’utiliser les ressources de tout le reste du corps. Les autres parties fourniraient toutes les matières premières dans le système circulatoire, tel que l’oxygène, et elles purifieraient le sang. De cette façon, elles produiraient un bien utile : le sang. Néanmoins, le service commercial du système circulatoire détermine le prix du sang dans l’organisme, et le fournit aux organes qui peuvent se l’offrir. Mais si certains organes ne pouvaient pas se l’offrir ? Est-ce que notre organisme pourrait rester en bonne santé ?

Globalisation : C’est un processus biologique naturel qui a pour but de former une famille humaine intégrale. Nous voyons déjà cette interaction qui se met en place dans des domaines variés de nos vies. La Nature nous a déjà préparé à devenir une famille globale.

Mais il y a un problème : notre économie est agressive et la manifestation des intérêts personnels à tous les niveaux du tout intégral signifie que les organisations commerciales globales ne seront pas capables de dire aux systèmes économiques locaux ce qui est bien ou mal pour eux. Tout cela signifie que nous avons besoin d’un monde qui sera bon pour tout le monde. C’est notre travail évolutif : créer une économie globale soutenue et devenir une famille globale.

La transition : Les civilisations nouvelles et anciennes doivent coexister pendant un laps de temps. Nous devons créer un Forum de la Civilisation Nouvelle, où nous pouvons discuter de nos connexions nouvelles de façon à construire cette nouvelle civilisation. Nous ne devons pas nous inquiéter de l’ancien système qui est en train de s’éteindre. Au contraire, nous devons respecter la civilisation précédente égoïste, qui est en train maintenant de générer une civilisation globale, nouvelle, et nous devons essayer d’éviter un effondrement de l’ancien système avant d’avoir suffisamment établi nos connexions dans la nouvelle civilisation.

Basé sur les propos du Dr. E. Sathouris, ma collègue du World Wisdom Council