Category Archives: Diffusion de la Kabbale

Transmettre des informations kabbalistiques

284Question : Selon vous, quel est le genre de films le plus approprié pour transmettre des informations kabbalistiques : la comédie, le drame ou le film historique ?

Réponse : Je crois que tout ce qu’une personne expérimente peut être approprié. Cela dépend seulement de l’idée.

Question : Quels sont les genres que vous aimez personnellement le plus ?

Réponse : Pour transmettre des informations kabbalistiques, je ne peux imaginer autre chose qu’une conversation sous forme de dialogue ou de monologue.

Quoi d’autre cela pourrait-il être ? Lorsque les acteurs courent sur la scène, cela ne veut rien dire. Tout dépend de ce qu’ils veulent transmettre. Par conséquent, rien ne peut être dit à l’avance.

Commentaire : Mais la Torah est écrite dans un langage dramatique. Il y a toujours des événements qui se produisent : des guerres, l’amour, la haine.

Ma Réponse : Ce n’est pas exactement ce que nous pensons. Nous ne comprenons pas ce qui est écrit dans la Torah. Elle parle de quelque chose de complètement différent. C’est une histoire qui traduit allégoriquement l’élévation de l’homme au-dessus de sa nature jusqu’au niveau du Créateur.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV, le 10/09/2021

Ouvrez le monde supérieur

36Question : Lorsque vous avez rencontré différents leaders spirituels, avez-vous trouvé un quelconque point de contact avec eux ?

Réponse : Non, aucun, car leurs enseignements sont construits sur la suppression de l’égoïsme.

Toutes les méthodes, à l’exception de la Kabbale, sont construites sur la suppression de l’égoïsme : désirer moins, penser moins, manger moins, bouger moins, c’est-à-dire se réduire constamment dans ses manifestations terrestres. Et la Kabbale dit : « Laissez tomber toutes les manifestations terrestres. Vous devez développer votre partie spirituelle. »

La partie terrestre est tout ce à l’intérieur de quoi nous existons, c’est-à-dire prendre soin de notre corps. Tant qu’il vit, nous y pensons, et c’est toute notre vie. Imaginez que vous ayez une sorte d’animal et que votre vie entière soit consacrée uniquement à en prendre soin. Et il vit de tel jour à tel jour, ces soixante-dix ans, et vous vivez avec lui. Il meurt, et vous mourez.

La Kabbale dit : « Élevez-vous au-dessus de cet animal de sorte que non seulement il remplisse toute votre existence, mais qu’en plus il y ait une autre vie. Regardez le monde. » Et lorsque vous commencez à regarder le monde non pas à travers cet animal (vous lui donnez ce dont il a besoin) mais en regardant au-dessus de lui, vous ouvrez le monde supérieur.

Question : Mais une personne ordinaire ne peut pas s’élever au-dessus de cet animal ?

Réponse : Elle ne le peut pas. Elle ne peut même pas essayer d’en sortir et ne comprend pas ce que cela signifie.

Cela signifie acquérir une autre propriété complètement différente, le don sans réserve. Après tout, la propriété avec laquelle je suis à l’intérieur de cet animal est la propriété de recevoir, et elle ne fait que me garder en elle-même.

Mais à l’intérieur de moi, il y a initialement un rudiment de mon prochain état, l’état spirituel. Il me tire hors de cet animal, il me pousse à le découvrir : « Pourquoi j’existe ? Vraiment au nom de cette vie ? Vraiment au nom de ces années pendant lesquelles je suis dans mon corps et je meurs ? ». Si ces questions urgentes me hantent et que je suis obligé d’y répondre, alors je suis déjà dans un état où j’ai vraiment besoin de la Kabbale.

Pour la première fois, de tels états sont révélés uniquement à notre génération. Et par conséquent, c’est seulement de nos jours que la science de la Kabbale se révèle à l’humanité, et de manière très indifférente : à qui le veut, je vous en prie, celui qui n’en veut pas, aucune exigence. Personne ne convainc personne. L’entrée est libre, la sortie est encore plus libre.

Extrait de « Gros Plan » sur KabTV

Tout le monde peut étudier la Kabbale

939.02Question : Pourquoi existe-t-il une opinion selon laquelle les femmes ne devraient pas étudier la Kabbale ?

Réponse : La Kabbale en général n’a pas été enseignée à n’importe qui. Durant les millénaires de son développement, elle n’a été utilisée que pendant une petite période de temps, il y a environ 3500 ans. Depuis lors, elle a cessé d’être appliquée par les gens.

Avec la destruction du Premier Temple, la Kabbale est tombée dans l’oubli. Elle n’a existé que pendant plusieurs décennies au cours de l’errance dans le désert sur le chemin de l’Égypte vers la terre d’Israël.

Avec la destruction du Premier Temple, elle a déjà commencé à être oubliée du peuple, et après la destruction du Second Temple, elle a presque complètement cessé d’être comprise pour ce qu’elle est et a subsisté seulement comme un destin pour des kabbalistes individuels.

Mais d’après ce que nous étudions, il est clair que d’une part, il s’agit du chemin de développement individuel lorsqu’une personne (homme ou femme) entre individuellement en contact avec d’autres et crée ainsi un groupe commun.

Dans ce groupe, selon une certaine méthode, elles atteignent un contact spirituel intérieur absolument complet, s’élèvent au-dessus de leur « moi » et commencent à se ressentir comme « nous » au lieu de « je ». C’est-à-dire que le « nous » est leur « moi » commun et collectif. Et dans ce « moi » collectif, dans cette connexion à multiples facettes entre elles, elles voient une nouvelle force, une nouvelle qualité, la qualité du don sans réserve et de l’amour mutuels.

Extrait de « Vidéoconférence » sur KabTV

Se sentir responsable de tout le monde

117Question : Afin de ressentir le réseau de connexion entre nous, nous devons être dans un état de solidarité. Quel est cette sensation lorsque je suis responsable des autres ?

Réponse : Je suis « responsable des autres » signifie que je dois remplir ma part dans ce réseau comme si j’en étais pleinement responsable.

Cela signifie que chacun d’entre nous, depuis son propre point, son propre nœud dans ce réseau, en a le contrôle. Il est contrôlé par moi, par vous, par lui, par tout le monde. Mais cela se fait sur la base de son point personnel spécifique. Par conséquent, chacun en est responsable, c’est-à-dire envers le monde entier.

Chaque personne ressent cela. En progressant vers cet état, une personne commence à ressentir qu’elle atteint ce réseau, cette âme, et c’est son état intérieur.

En même temps, chacun est responsable du rassemblement de tout le monde en un seul réseau de connexion, et du fait de diffuser la qualité du don sans réserve et de l’amour à travers ce réseau.

Question : Cela signifie-t-il que je suis responsable de l’apparition du Créateur aux autres ?

Réponse : Oui.

Question : Quels sont les états qui accompagnent la sensation du Créateur ?

Réponse : Des états chaleureux, mutuels : une sensation d’éternité, de perfection, de soutien mutuel, d’attention réciproque. C’est-à-dire que c’est complètement opposé à ce que nous ressentons habituellement dans notre monde.

Question : Que faire si je ne peux pas être responsable tout le temps ?

Réponse : Cela s’obtient progressivement et s’appelle le processus de correction d’une personne.

Question : Je vois que d’autres personnes souffrent, qu’il y a des maladies et des guerres. Cela signifie-t-il que je suis responsable de tout cela ? C’est effrayant.

Réponse : La question n’est pas de savoir si c’est effrayant ou non. Il s’agit de savoir si c’est vrai ou pas. Lorsqu’une personne commence à comprendre que le réseau de connexion commune dépend d’elle, cela veut dire qu’en même temps, elle a la possibilité de l’alimenter avec la bonne force.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV, le 17/12/2018

Vous devrez toujours apprendre

251Le Livre du Zohar : Cependant, bien que ces sept saints Havalim soient la subsistance du monde, en face d’eux se trouvent sept Havalim d’où sortent tous les Dinim [jugements] du monde et qui se répandent pour punir les gens et les corriger afin qu’ils empruntent le bon chemin.

Punir les gens signifie qu’une personne voit ses déceptions, ses échecs, ses maladies et tout le reste, et cela la corrige à coup de bâton pour qu’elle atteinge le bonheur, comme on dit.

Bien sûr, ce n’est pas la meilleure façon de se sortir de tous nos états insensés. Mais si nous ne voulons pas apprendre à être de gentils enfants, alors nous sommes punis pour que nous avancions. Que peut-on faire ? Nous devrons toujours apprendre. Nous n’avons pas d’autre choix.

Commentaire : Le fait est que je veux vraiment apprendre, mais je veux apprendre correctement.

Ma Réponse : C’est exact. Même dans le domaine de la diffusion de la Kabbale elle-même, il y a beaucoup de problèmes : il faut encore l’adapter au monde, aux gens, la traduire en de nombreuses langues, la rapprocher des femmes, des enfants, des personnes âgées, la présenter correctement, selon l’humeur de la personne, selon sa spécialité, selon ses qualités.

C’est-à-dire l’adapter autant que possible à tout le monde pour que chacun voie : « Oh ! Ce livre parle de moi ! Il parle de la façon dont je peux me changer un peu et tout ira bien rapidement. »

Extrait de « La force du Livre du Zohar » n°13, sur KabTV

Pourquoi une petite partie du Livre du Zohar a-t-elle été révélée ?

65Commentaire : A l’origine, le Livre du Zohar était un commentaire de la Torah entière, du Tanakh [pentateuque] entier, et incluait tout.

Ma Réponse : En effet, le commentaire du Zohar a été écrit sur la Torah, les Prophètes et les Hagiographes (les trois livres qui sont abrégés en Tanakh). Mais seulement dix pour cent de ce livre nous est parvenu.

Pourquoi le commentaire de la Torah uniquement a-t-il été préservé ? Je n’ai trouvé nulle part de réponse à cette question. Je pense que pour notre génération, peut-être que davantage n’est pas nécessaire.

Pourtant, pourquoi les auteurs du Livre du Zohar ont-ils travaillé si dur si après l’avoir écrit, il a été immédiatement caché et c’est seulement à présent qu’une petite partie a été révélée ?

Je pense que du fait qu’ils ont écrit ce livre ensemble, ils étaient en train de corriger la connexion entre les âmes. Après tout, le Zohar est un système complet de connexion des âmes, comme un programme dans un ordinateur. Lorsque vous l’écrivez, vous mettez cette machine en marche et l’ordinateur commence à fonctionner d’une manière complètement différente selon son programme.

Selon ce programme, les auteurs du Livre du Zohar ont entamé une connexion commune des âmes. Aujourd’hui, nous n’en avons besoin que de dix pour cent pour nous inclure dans ce programme, dans cette bonne communauté.

D’un autre côté, je n’exclus pas la possibilité que les quatre-vingt-dix pour cent restants apparaitront, et que nous les trouvions quelque part, comme les découvertes de Qumran.

Extrait de « La force du Livre du Zohar » n°12, de KabTV

Nouvelle session d’étude de la Kabbale en français- 3 juin 2021

Nous sommes heureux de vous annoncer l’ouverture d’une nouvelle session d’étude de la Kabbale en français.

La session commencera par plusieurs présentations générales de la Kabbale ainsi que son approche des sujets d’actualité.

Pour vous inscrire, cliquez ici

Le monde a besoin que nous allions plus vite

219.01Question : Comment le Rabash vous a-t-il appris à sentir et à appréhender la matière de la structure des mondes supérieurs tout en lisant La Préface à la Sagesse de la Kabbale (Ptikha) ou Le Talmud des dix  Sefirot ?

Réponse : Il ne l’a pas fait. Il m’a simplement enseigné patiemment jusqu’à ce que je commence à sentir quelque chose, seulement de cette manière ! Il ne m’a pas poussé.

Moi par contre, je pousse mes étudiants, et ce, pour une bonne raison : le monde se développe très vite et nous oblige à nous conformer aux formes erronées et déformées qu’il prend. Si ce n’était pas le cas, je ne ressentirais pas cette urgence.

Vous avez raison, nous accélérons notre étude et vous ne comprenez pas ce que vous devez faire. Mais vous y arriverez. Si le monde est dans l’état actuel, cela signifie que vous en êtes capable.

Des « Fondamentaux  de la Kabbale » 4/4/19 de KabTV

Partenariat créatif avec le Créateur

249.01Question: Qu’est-ce qu’un partenariat créatif avec le Créateur? Comment développer cet attribut dans la pratique?

Réponse: Nous devons atteindre un état où nous devenons partenaires du Créateur. C’est vrai. Un partenariat créatif avec le Créateur se résume au fait que nous essayons de transmettre l’attitude du Créateur au monde. Cela signifie que nous incitons les gens à reconnaître le Créateur, à participer à la création de telles relations entre les personnes dans lesquelles le Créateur apparaîtra.

Nous créons un lieu dans lequel Il peut apparaître, Il se révèle à nous, et en cela, nous sommes partenaires. Ensemble, nous créons un lieu où le Créateur peut apparaitre et nous devenons associés, unis dans une seule idée. Plus nous le révélons à nous-mêmes et au monde entier, plus nous nous rapprochons de l’état spirituel absolu.

Extrait des «Fondamentaux de la Kabbale» de KabTV 20/01/19

Texte imprimé, support audio ou vidéo?

219.01Question: Y a-t-il une différence dans la façon de lire un livre ou un autre? Par exemple, le Talmud des dix Sefirot ou le livre du Zohar.

Réponse: Comme dans toute science, il existe certaines règles et approches ici. Au cours des 30 années de fonctionnement de notre organisation, nous avons beaucoup fait à ce sujet.

J’ai publié mon premier livre en 1983 et je l’avais écrit deux ans plus tôt. Aujourd’hui, il existe d’autres médias en plus du texte imprimé, mais cela reste le principal.

Par conséquent, vous pouvez écouter toutes mes conférences et tous mes cours – et il y en a beaucoup, des milliers – en format audio ou les regarder en format vidéo, c’est-à-dire en ayant pleinement l’impression d’être présent à la leçon, en classe et voyez comment tout cela se passe. Nous faisons ces enregistrements depuis vingt ans.

J’ai été l’une des premières personnes du pays à avoir créé mon propre site Web: kabbalah.info.

Question: Cela concerne les leçons. Et les livres? Y a-t-il une différence entre les recevoir via d’autres médias ou lire un texte imprimé?

Réponse: En fait, nous ne lisons pas mes livres. J’enseigne uniquement à partir de sources originales, des œuvres du Baal HaSoulam et du Rabash. Et les livres écrits autour de sources primaires sont pour tout le monde.

Les sources primaires que nous étudions sont destinées aux personnes qui commencent à étudier la Kabbale. Elles leur présentent mieux cette science.

Une personne qui commence à lire ces livres, voit que la Kabbale l’invite à se familiariser avec le monde dans lequel nous existons mais que nous ne ressentons pas.

Il existe en dehors de nous, il nous influence et nous l’influençons. Nous respirons en quelque sorte avec, travaillons à l’unisson. Tout ce que je fais est donné d’en haut. Même les mouvements que je fais avec mes mains maintenant, ainsi que mes pensées, sont contrôlés d’en haut.

Ayant également construit une certaine attitude envers le monde supérieur, je peux également l’influencer, c’est-à-dire entrer dans une connexion correcte avec lui, ressentir ce que le système supérieur veut de moi et comment je peux changer mon destin.

Question: Supposons qu’une personne lise une source principale ou l’écoute en audio. Il y a des insertions musicales, des pauses, etc. Quel format l’influencera le plus?

Réponse: Cela dépend de la personne. Si elle étudie correctement, peu importe le format qu’elle utilise. Tout cela la mènera à un concept commun. C’est la même chose que lorsque nous regardons un tableau; ses couleurs et sa composition nous influencent tous ensemble. Nous ne savons peut-être même pas comment.

From KabTV’s “Questions à propos des livres de Kabbale” 22/10/19