Category Archives: Diffusion de la Kabbale

La prédisposition à la spiritualité

Question : C’està partir de 1995, la Kabbale a commencé à être connue. Cela signifie-t-il que les enfants nés après 1995 ont un niveau spirituel plus élevé que nous et qu’ils sont plus sensibles à la spiritualité ? Ou sont-ils plus égoïstes, ce qui rend la chose plus difficile de se corriger eux-mêmes ?

Réponse : Peu importe quel égoïsme ils endurent, qu’il soit plus grand, plus petit ou quoi que ce soit. Cependant, chaque génération à venir est plus disposée aux concepts abstraits que la précédente.

Les âmes de plus en plus basses descendent constamment dans notre monde. Mais d’un autre côté, en travaillant sur elles-mêmes, elles atteignent des sommets encore plus grands.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/10/2017

Responsable de chaque mot

Question : Y a-t-il une différence entre un professeur et un enseignant de la Kabbale ?

Réponse : Il y a un professeur de Kabbale, et il y a aussi ses assistants qui enseignent certains aspects de la Kabbale. Mais en tout cas, tout vient d’un enseignant qui définit la direction générale et l’esprit de développement. Ses assistants se rapportent à lui, mais chacun enseigne séparément.

Question : L’enseignant se sent-il responsable de chaque mot qu’il dit à ses élèves ?

Réponse : Absolument. On ne peut transmettre cette connaissance uniquement dans la mesure où nous croyons qu’elle est vraie, et que nous l’ayons testé et souffert pour elle. Elle lui appartient, ce qui signifie qu’il l’a mérité.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 01/10/2017

Les vraies origines de la Kabbale

Question : Quelle est la différence entre l’école du Baal Shem Tov et celle du Gaon de Vilna ?

Réponse : C’est un système très complexe de deux tendances dans la sagesse de la Kabbale. En général, il y a quatre courants dans la sagesse de la Kabbale :

1 – La sagesse orientale de la Kabbale,

2 – La Kabbale du Baal HaSoulam, qui est une continuation de la sagesse de la Kabbale du Baal Shem Tov,

3 – La Kabbale du Gaon de Vilna, qui est une continuation de la sagesse de la Kabbale du Ramchal (Rabbi Moshe Chaim Luzzatto),

4 – La sagesse de la Kabbale du Ramak (Rabbi Moshe Cordovero).

Aujourd’hui cependant, il n’y a plus de courants uniques. Ils sont tous étudiés étant mélangés ensemble et différentes sources kabbalistiques sont utilisées. De nos jours, vous ne pouvez même pas comprendre lesquels sont vrais et lesquels ne le sont pas.

Je crois que les vraies sources sont Le livre du Zohar avec le commentaire du Soulam, les écrits du Ari et les écrits du Baal HaSoulam et du Rabash. Nous étudions selon eux.

Il y a des courants qui étudient selon d’autres courants, avec d’autres sources. Je ne peux rien dire à leur sujet, et je ne veux rien dire non plus les concernant. Chaque personne choisira en fonction de ses intérêts.

Notre tâche principale est de rendre la sagesse de la Kabbale accessible à tous dans toutes les langues et de la manière la plus simple possible afin que chaque personne dans le monde puisse l’utiliser et découvrir comment se corriger et découvrir le système de gouvernance supérieure.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 01/10/2017

Quand la génération est indigne

Remarque : Le Baal HaSoulam a écrit que les désirs des gens commenceraient à se développer pour la spiritualité durant la période dans laquelle il vivait.

Mon Commentaire : Si on m’avait dit il y a vingt ans que je donnerais des conférences partout dans le monde, je ne l’aurais certainement pas cru.

Question : Aurait-il été possible de voir cela en fonction de ses racines spirituelles ?

Réponse :  Non

Question : Pouvez-vous voir ce qui se passera dans 20 ans ? Par exemple, au lieu de 120 groupes, aurez-vous 220 groupes ?

Réponse : Cela ne dépend pas de moi. Le Baal HaSoulam voulait aussi tout faire rapidement ; mais il n’a pas réussi. Ils lui ont même interdit de publier ses livres. Mais il espérait toujours qu’il serait capable de les imprimer et de les publier.

Remarque : Il est étonnant que le Baal HaSoulam, un kabbaliste de si haut niveau, ait cru que sa génération était indigne de ces livres.

Réponse : Il a compris que la génération ne le méritait pas parce qu’elle lui a interdit de publier ses livres. Et nous progressons malgré tout et nous avons même un autre niveau de diffusion. Nous pouvons faire de la publicité dans les journaux, nous avons notre propre voix sur les réseaux sociaux et ainsi de suite. Mais ce n’est toujours pas suffisant.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 24/12/2017

Mes vœux du Nouvel An pour mes étudiants

Nous avons commencé une année merveilleuse, une année d’éveil humain. Je vous demande de vous préparer à être des profs. Cela dépend de vous.

Vous regarderez devant vous, vous apprendrez comment approcher les gens correctement, comment leur expliquer correctement ce à quoi la nature nous conduit, ce que nous devons faire pour profiter de ce moment, de cette situation correctement, pour atteindre le prochain niveau supérieur et éternel de la nature.

En quittant le cadre de la vie matérielle, nous allons commencer à ressentir une vie éternelle et parfaite et à exister sur un plan spirituel où nos vies ne sont plus évaluées selon l’état que notre corps ressent.

Nous devons atteindre cet état et expliquer à tous les gens que la sagesse de la Kabbale nous y conduit. Atteignons cet état ensemble. Nous n’avons pas besoin de changer quoi que ce soit ou de nous limiter de quelque façon que ce soit. Nous n’avons besoin que d’une seule chose : établir les bonnes relations entre nous et ensuite, à l’intérieur d’elles, précisément dans les espaces entre nous, nous commencerons à découvrir l’état supérieur.

Je vous souhaite la prospérité et l’immense amour mutuel afin que nous puissions répandre notre chaleur à travers le monde, et le monde entier se rassemblera autour de nous, et nous nous élèverons tous ensemble, comme sur un tapis volant, au niveau suivant.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 24/12/2017

Comprendre le sens de la vie

Question : Si une personne vient au Créateur de toute façon, alors pourquoi nous surcharger en lisant des livres interminables ?

Réponse : Il n’y a pas besoin de vous surcharger avec quoi que ce soit. Vous avez juste besoin de comprendre qu’une personne agit selon son désir et qu’il ne peut pas y avoir de contrainte ici. La sagesse de la Kabbale s’offre aux personnes qui ressentent le besoin de leur propre réalisation au plus haut niveau. Mais pour cela, une personne doit avoir un désir intérieur.

J’avais un désir de révéler le sens de la vie. Je ne voulais rien savoir à part cela. J’ai compris que tout le reste avait été inventé par l’homme, mais le sens de la vie devait venir du plus haut niveau de la nature, peut-être de la raison.

Question : A quel âge avez-vous commencé à ressentir cela ?

Réponse : À l’âge de six ou sept ans, je devais le savoir. Cependant, pour moi cela était mélangé avec mon intérêt pour l’anthropologie et la cosmologie, je voulais soit creuser dans le sol soit aller dans l’espace au-delà des frontières de la Terre. Tout le reste, être un constructeur, un médecin, un concepteur d’avions, m’intéressait peu.

Si une personne possède une aspiration à révéler le sens de la vie, et seul un petit nombre de personnes a ce désir, alors elle commence à étudier la Kabbale. Elle doit déterrer ce secret à l’intérieur d’elle-même. Et pas du point de vue de la religion pour croire en quelque chose, mais précisément pour le révéler.

En d’autres termes, il y a des forces cachées qui doivent être révélées. Lorsque nous brisons cet écran, nous voyons ce qui se cache derrière la coquille de notre monde. Nous devons l’atteindre clairement de manière absolue, sans pensées et désirs imaginaires, seulement dans nos organes sensoriels.

Extrait de la leçon sur la Kabbale en russe, le 14/05/2017

Ne renoncez pas à ce monde

Question : Est-ce que je comprends correctement que la réticence des kabbalistes à parler de questions terrestres est due au fait que nous devons nous heurter au grand public et recevoir des « coups » sérieux ?

Réponse : Un kabbaliste ne renonce en aucune façon à ce monde. Au contraire, sa mission est d’expliquer à toute l’humanité comment atteindre la spiritualité depuis ce monde. Et sans connexion entre les deux mondes, sans être ensemble avec les gens, cela ne peut pas se faire.

Mes étudiants sont dispersés dans le monde entier et ils sont tous connectés aux sociétés dans lesquelles ils vivent.

Moi-même, chaque semaine, je rédige des articles sur les problèmes les plus récents qui sont publiés dans des dizaines de journaux sur Internet et sur papier, sur des blogs, et même sur Twitter.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/01/2017

La sagesse de la Kabbale est ouverte à tous

Question : Les prêtres de l’Égypte ancienne connaissaient-ils la sagesse de la Kabbale ? On dit que Pythagore a appris d’eux.

Réponse : Selon les sources kabbalistiques, les gens venaient de la Grèce antique jusqu’en Judée pour étudier même au temps des prophètes, et ils ont écrit à ce propos.

Le philosophe allemand Johann Raichlen par exemple, qui a vécu au Moyen Âge, dit : « Mon professeur Pythagore, le père de la philosophie, n’a pas appris des Grecs, mais en fait des Juifs. »

Les Juifs n’ont pas caché leur connaissance à personne, et Abraham a d’abord voulu raconter et enseigner cette connaissance dans toute Babylone, mais les Babyloniens s’y sont opposés. Tout dépend des désirs des gens. Même aujourd’hui, nous voyons que les gens ne la veulent pas actuellement.

La sagesse de la Kabbale devait être dissimulée pendant seulement 1500 ans, du premier siècle après J.-C. jusqu’à l’époque du Ari car l’humanité devait se développer intérieurement et mûrir durant cette période. Ensuite, à partir du Ari et au-delà, il a été possible de révéler la sagesse de la Kabbale à tous. Le Baal Shem Tov a commencé à le faire, et aujourd’hui elle est ouverte à tous.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/01/2017

Le souvenir de l’Holocauste ne justifie pas l’inaction

Le souvenir de l’Holocauste ne justifie pas l’inaction

Donner un sens au jour du Souvenir de l’Holocauste

Donner un sens au jour du Souvenir de l’Holocauste