Category Archives: Diffusion de la Kabbale

Notre méthode est-elle bonne pour les gens?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Vous continuez à parler de l’ importance de la diffusion . Que pouvons-nous faire si nous ne sommes pas certains que notre méthode soit la bonne et que c’est bon pour les gens? Par exemple, je ne veux pas que les gens passent par tout ce que j’ai vécu sur le chemin spirituel. Comment puis-je diffuser de tout coeur ?
Réponse: Les personnes à qui nous diffusons  ne passeront  pas par le même chemin , car elles n’ont pas une double nature : la coexistence de l’embryon spirituel, le point dans le cœur et l’ego. Elles ne passeront pas par tous les tours et détours, les problèmes et la recherche, que nous avons vécu. Elles ont un ego  simple non satisfait et nous devons leur expliquer comment elles peuvent être satisfaites. Voilà c’est  tout. Nous leur apportons simplement un remède et elles ont seulement à prendre. Le remède est appelé l’unité. Alors unissons-nous et résolvons nos problèmes communs et alors tout sera bien et simple.
 » Comment peut-elle être bonne et simple? Nous savons ce que c’est que vivre en Union soviétique communiste. « Ici, vous leur expliquez que c’est un autre type d’unité, de leur propre volonté, quand en nous unissant selon une méthode spéciale, nous commençons à sentir la force de l’unité qui est au-dessus de nous, puisque ce genre d’unité est la phase suivante, notre prochaine étape , lorsque nous devenons un ensemble unique qui ressemble à la nature.
Nous commençons à sentir la nature dans la mesure où nous lui ressemblons et cette force nous aidera à résoudre tous nos problèmes, essayons. Après une demi-heure vous vous sentirez transporté de joie et impressionné et vous sentirez aussi la force de revivre dans la bonne connexion entre nous. Ainsi, elles ne se sentent pas démoralisés et elles ne passent pas par les mêmes phases douloureuses par lesquelles vous êtes passés. Vous pouvez également les passer différemment si vous remplissez les options que vous avez .
Vous n’êtes pas certain et pas convaincus que notre chemin est le bon chemin puisque vous ne le savez pas. Je veux que vous sachiez clairement que c’est possible. Vous devez clarifier cela à fond et ensuite décider si vous êtes certain et confiant ou pas. Maintenant, vous devriez vous sentir incertain de ce que vous savez et non douter de la trajectoire réelle. C’est pourquoi vous devez étudier.
Du cours quotidien de Kabbale 25/08/13 , Questions et Réponses avec Dr. Laitman

Comment ne pas tomber sous l’influence des gens ordinaires

Dr. Michael LaitmanQuestion : Comment puis-je travailler avec d’autres personnes si elles sont toutes égoïstes ? Après tout, je vais tomber sous l’influence de leur ego et finirai par me nuire au lieu de les corriger.

Réponse : Il ne peut y avoir une telle chose parce que je me trouve sur un niveau plus élevé que ceux à qui je diffuse. Ils ont un très petit ego et j’ai un ego qui est dix fois plus grand que le leur. Ils ne savent rien au sujet de la structure du monde, alors que moi oui. Ils ne comprennent pas ce qui les mène, ce qu’est leur nature, ce qui se passe dans le monde, la raison de la crise, tandis que moi je comprends. Je suis plus haut, je peux tout leur expliquer, et je ne peux jamais tomber sous leur influence.

Je n’ai pas vu par exemple qu’un enseignant de 40 ans puisse tomber sous l’influence d’un enfant de 10 ans puisque ce sont des niveaux différents. Si vous êtes au même niveau que le reste de l’humanité, vous n’avez aucune raison d’aller vers elle, vous tomberez immédiatement sous son influence et sans aucun doute elle vous nuira, vous transformera en être inférieur à ce que vous êtes maintenant parce que votre contact avec elle a lieu sur le même niveau. Je parle de ceci à partir de ma propre expérience pratique et de ce que je sais sur la vie. Essayez de pratiquer cela et vous verrez.

Mais d’abord, vous avez besoin de changer vous-même, de devenir un autre ! Vous devez d’abord organiser la connexion avec le groupe, vous devez avoir le soutien et la compréhension de pourquoi vous allez de l’avant.

Cela ne peut pas arriver que nos gens tombent sous l’influence d’une personne ordinaire qui est assise à la maison et qui souffre. Comment peut-elle m’attirer à elle ? Que peut-elle m’offrir de sa vie ? Ai-je envie de vivre comme elle ? Si je suis prêt, si je me trouve sur un niveau plus élevé qu’elle ne l’est, alors elle ne peut pas m’influencer en aucune manière parce qu’elle est petite par rapport à moi ! Je veux l’aider. Au début je la regarde de haut en bas, pas avec mépris, mais plutôt comme un petit enfant qui a besoin d’aide.

Du congrès de Stockholm « La joie dans l’unité » du 31/08/13, Leçon n°3

Qu’est-ce qui nous unit?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Notre groupe s’est scindé en deux parties: ceux qui s’engagent dans l’éducation intégrale et ceux qui ne veulent pas s’engager et pensent que nous devrions simplement nous asseoir ensemble et nous unir, quel est le problème?
Réponse: Je ne voudrais pas forcer ceux qui ne veulent pas s’engager dans l’éducation intégrale à sortir et à diffuser, laissez les s’engager dans d’autres types de travail dans le groupe, après tout, il y a beaucoup d’autres choses dans lesquelles ils peuvent s’engager. Peu à peu, ils comprendront que sans l’éducation intégrale, sans sortir vers les 99% de l’humanité, ils ne sentiront pas la nécessité pour le Créateur.
Quand vous sortez diffuser vous commencez à vous sentir: «Comment puis-je expliquer cela aux gens? Comment puis-je leur transmettre ce sentiment ? Comment puis-je faire qu’ils comprennent ? Je ne peux rien faire par moi-même. Où puis-je trouver la force de les convaincre? « Donc vous sentez que vous avez besoin de l’aide du Créateur.
Le travail intégral avec la population ne vous a pas été donné pour votre intérêt personnel mais pourque vous sentiez que vous avez besoin de Lui. Ce travail n’est pas fait pour eux, mais pour vous.
Ceux qui ne s’engagent pas dans l’éducation intégrale ne sentent pas la nécessité pour le Créateur. Pourquoi existent-ils? Ils resteront dans le groupe, mais ils verront comment vous êtes enthousiastes et se rendront compte qu’ils doivent faire quelque chose.
Vous vous unirez vraiment et ressentirez le besoin de réussir dans votre travail avec les 99%. Ils ne sentent pas cela. Qu’est-ce qui va les pousser à s’unir et pour quoi? Le public pourra exiger de vous la force de l’unité. Vous allez trembler et avoir peur, vous sentirez mal et manquant de clarté, et vous aurez donc sans doute besoin du Créateur et en bénéficierez contrairement à ceux qui ne se livrent pas à l’éducation intégrale.
Du congrès « Joie dans l’unité» Stockholm 31/08/13, Leçon 3

Vivre et ne non péniblement exister

Dr. Michael LaitmanQuestion: Nous savons que maintenant tous nos efforts sont dans la diffusion aux 99% de l’humanité. Y a t-il des étapes, des niveaux qui existent dans le développement de ce processus? A quoi devons-nous préparer ?
Réponse: A partir de ce moment de l’histoire qui se révèle à nous et après, tout est déterminé seulement par le degré de notre diffusion à l’ensemble de l’humanité. Le destin du monde, tout le bien et le mal que nous aurons, ne dépend que de la formation de notre connexion à l’ensemble de l’humanité et  de la diffusion du Créateur, la Lumière Supérieure, en son sein. Pas ouvertement, mais dans la mesure où nous voulons que les 99% de la population le comprennent. Tout ne dépend que de ça!
Donc débarrassez-vous de toutes les choses totalement inutiles. Ce qui ira aux 99% est bon. Ce qui n’ira pas à eux est mauvais. D’après cela vous  changerez la structure de vos groupes, changerez vos événements et activités. Tout doit être basé uniquement sur l’éducation intégrale de la population parce que dans notre monde et dans le monde spirituel tout ne dépend que de cela.
Tout conduit à cela: les deux mondes s’uniront. Et c’est ce que nous devons faire. L’objectif final est la révélation du Créateur aux 99%, des masses. Si chaque action, chaque souffle, est tourné vers cela, alors vous vivrez. Et si non, alors vous existez seulement. Donc décider quoi faire ensuite.
Ducours quotidien de Kabbale 25/08/13, Questions et Réponses avec Dr. Laitman

Résumer l’année

congrès, groupeNotre niveau matériel actuel ne nous laisse pas nous préoccuper naturellement de nos amis comme s’ils étaient nos enfants nouvellement nés ou les personnes que nous aimons. Cela signifie que nous n’avons pas cette attitude envers le Créateur. Même lorsque nous pensons à Lui, nous Le considérons comme la source de notre propre satisfaction. Pourtant , ceci est directement opposé à ce quoi nous avons tous arriver.
En d’autres termes , il y a un problème évident : Nous sommes conscients que nous n’avons pas de désirs ni des pensées correctes et que tous nos problèmes sont pour notre propre bien – totalement égoïstes. Nous devons travailler beaucoup afin de commencer à avoir besoin de la présence du Créateur, Sa puissance et de Lui demander de l’aide pour établir une connexion au groupe. Avec nos amis, nous devons exiger la présence du Créateur en nous. Cela nous permettra de nous connecter.
Où pouvons-nous acquérir ce besoin? Pour commencer à vraiment avoir besoin de ces choses, nous devons faire appel au monde entier, car nous pensons que c’est l’endroit où nous pouvons appliquer notre énergie.
Tout le monde n’est pas d’accord. Certaines personnes se demandent si elles doivent corriger les autres ou pas : « Nous ne leur devons rien !  » Elles ne comprennent pas pourquoi cela est si essentiel. Nous devons bien comprendre que si nous ne tournons pas vers le monde entier, nous serons incapables de nous corriger.
Lorsque nous réalisons et acceptons la volonté du monde à être corrigée, nous n’aurons pas d’autre choix que de nous adresser au groupe et au Créateur. La pression croissante du monde sur nous est en fait très bonne! Nous nous adressons au monde et nous voulons l’aider. Puis, en retour, les gens commencent à nous répondre. Ainsi, nous passons tous correctement et véritablement sur la voie de la Lumière et  » accélérons le temps  » (Akhishena).
Si nous ne faisons pas maintenant appel au monde, si nous sommes en retard, le monde commencera à faire pression sur nous encore plus violemment. Nous perdrons la chance d’absorber les désirs du monde, puisque nous aurons échoué  à aborder les nations du monde et à nous’unir à elles. Tout ce que nous faisons, c’est essayer de les éviter.
C’est ce qui explique pourquoi notre appel au monde est indispensable pour que nous puissions faire appel à nos groupes et au Créateur et acquérir ce besoin. Par conséquent, nous pouvons nous adresser au Créateur et demander qu’Il nous corrige afin que nos modifications puissent encore être transférées à d’autres à travers nous. Comme  des frères aînés, nous gagnerons deux fois plus et c’est ainsi que nous avancerons.
Sinon, notre prière sera toujours fausse. Même si nous nous adressons au grand public, notre prière sera Lo Lishma, c’est-à-dire pas par amour pour le Créateur, pas pour le véritable don. Tout ce que nous faisons correspond à ce jour à notre niveau actuel. Nous aimerions être dans un état supérieur, c’est pourquoi nous voulons avancer vers la spiritualité, soi-disant pour le don, mais en même temps nous voulons nous sentir bien .
Ceci est appelé Lo Lishma, mais la lumière nous touche et nous corrige. Tout ce dont nous avons besoin est d’organiser notre travail, en d’autres termes, nous adresser au grand public, à nos groupes et au Créateur . Notre prière doit être collective et notre objectif ultime devrait être de réjouir le Créateur. Pour cela, nous devons Lui amener tous nos récipients brisés.
C’est pourquoi, dans notre état et notre époque sont appelés par le Baal HaSoulam « le temps d’agir », au mois d’Eloul, juste avant le Nouvel An, c’est-à-dire lors de notre préparation pour monter à l’étape suivante, au cours du mois qui résume l’ensemble de l’année, nous saisissons enfin ce que devrait être une demande correcte.
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 04/09/13 , Shamati n°122

Venez à nous pour être heureux

Dr. Michael LaitmanQuestion: Est-il possible lors de la diffusion, à la place d’un message et d’une promesse de résoudre des problèmes, d’envoyer un message ou une promesse de bonheur supplémentaire pour les personnes qui ne veulent pas admettre qu’elles ont des problèmes, qui sont à la recherche de nouveaux plaisirs? Le message: Venez à nous pour être heureux ….
Réponse: Certainement. Par conséquent, nous allons vers les gens dès le début, avant que le «bâton» qui les pousse vers le bonheur ne les atteigne. Tout le problème est dans ce domaine, nous venons à une personne quand elle ne se sent pas ce bâton, c’est comme s’il n’existait pas et nous devons le faire passer d’un état neutre ou un état de petit bonheur à une meilleur état. C’est l’ensemble de notre mission.
Du congrès « Joie dans l’unité» à Stockholm 31/08/13, Leçon 3

Une zone Duty-free au milieu de Tifferet

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pourquoi le Créateur besoin d’un «intermédiaire », Israël, entre Lui et sa création ?
Réponse: Le matériel (la matière) par lui-même est Malkhout, le désir de recevoir , rien de plus , qui ne peut répondre aux effets agréables et désagréables d’une façon simple,  prédéterminée . Elle ne peut pas apporter des nouveautés dans la nature.
Si je construis une sorte de système mécanique, électrique qui répond à mon influence, il ne peut pas être considéré comme une «nouvelle création ». Après tout, il est basé sur nos pensées, sensations, intellect et attitude. S’il est construit correctement et si nous sommes ses créateurs et s’il est complètement sous notre contrôle, alors c’est juste une partie de nous et il n’y a rien de nouveau ou de différent à ce sujet. Nous l’avons fait comme nous voulions qu’il soit.
Ceci explique pourquoi la nature, végétale et animale, ainsi que les personnes qui mènent une vie purement matérielle ne peuvent pas être appelées « création », car elles sont gouvernés directement d’en haut. Quand on les pique, elles crient « aie !  » Et quand on les tapote , ils jouissent ,  » Ah !  » Sauf pour  » Aïe !  » Et  » Ah !  » Il n’y a rien de plus qu’elles puissent faire: soit subir ou profiter. Leur réaction à la douleur ou plaisir est évident et prévisible. Où est la création dans cette image ?
La création est celle en qui il y a une partie du Créateur et parce qu’elle est déjà là, il y a une certaine opposition, conflit, un fossé, un delta entre les propriétés du Créateur et la création. Si nous pouvons travailler avec ces deux parties correctement, alors entre elles une zone de « libre arbitre » émerge, un endroit spécial où nous ne dépendons pas du Créateur et nous ne dépendons pas de la matière qu’Il a créé ; nous sommes positionnés à la frontière entre eux.
Cette zone neutre est appelée «le tiers médian de Tifferet. « C’est un point qui est considéré comme la véritable création. Nous avons encore à travailler pour atteindre cet état, mais au moins nous savons déjà où chercher et comment nous régler à lui. Quelque part au milieu entre le Créateur et la création ( pas la vraie création mais une création matérielle ), il y a un état qui englobe les deux opposés et en même temps ne dépend pas de l’un d’eux.
Nous ne pouvons pas encore comprendre ce que c’est, mais finalement nous atteignons cet état. Lorsque vous travaillez avec le grand public, nous travaillons avec la création matérielle. Le Créateur est la force avec laquelle nous voulons effectuer l’action. Par cela, nous nous transformons en création cela n’est jamais arrivé auparavant dans l’histoire de l’humanit. Ce processus n’a commencé qu’aujourd’hui. Ce n’est qu’après l’avoir atteint que nous serons capables de nous appeler «peuple», «fils d’Adam », « semblables » ( Domé) au Créateur.
De la préparation au cours quotidien de Kabbale 26/08/13

Comme si je n’avais rien fait…

Dr. Michael LaitmanMême si c’est contre ma nature, je cherche toujours à construire cette chaîne : donner satisfaction à un autre afin de donner satisfaction au Créateur. Ce qui veut dire : « De l’amour pour autrui à l’amour du Créateur » et « Israël, la Torah, et le Créateur sont un ». D’une telle manière, j’attire la Lumière qui Répare à moi, le pouvoir arrive du Créateur et progressivement m’aide à le faire, et m’enseigne progressivement.

Mais un grand nombre d’activités sont incluses ici, l’une après l’autre, car je ne suis pas prêt à collaborer avec tous mes désirs de recevoir avec mon ego. Il est très grand et il ne m’est toujours pas familier. Je n’en connait même pas un pour cent de celui-ci, pas même un milliardième de pour cent !

Et afin de m’aider à faire plaisir à l’autre afin de donner satisfaction au Créateur et de transformer l’invité pour qu’il ressemble à l’hôte, tout mon travail est divisé en petites portions que je peux effectivement faire. Mais ces portions, c’est-à-dire ces niveaux, sont absolument séparées les unes des autres. Chaque fois que je termine une petite portion avec comme but le don sans réserve au Créateur, même sous une forme insignifiante, sans ressentir et comprendre, en dépit de tout cela, je transforme mon état : je passe à un nouveau désir qui est toujours plus grand que le précédent. Et ainsi travailler avec lui est différent à la fois en qualité et en quantité.

Cet état par lequel je suis passé hier me semble tout à fait négligeable par rapport au nouveau et fort désir. C’est comme si je n’avais rien fait. J’examine cela avec mes nouveaux désirs et ils sont plus grands que les anciens. Par conséquent, il n’est pas nécessaire de saisir cela directement dans une telle forme et d’être dans le désespoir que ce soit comme si vous retourniez à cet état tout le temps et qu’il pourrait être encore pire. C’est ainsi que cela doit être parce que vous avez un désir de plus en plus grand tout le temps.

La chose principale est que vous êtes en train de prendre ce qui se trouve en dehors de vous : le minéral, le végétal, l’animal et l’humain, ce qui vous est donné, ainsi que l’enseignant, le groupe et les livres, afin d’être équipé du pouvoir du Créateur, de Son aide, et que vous essayez de travailler avec eux comme un conduit qui les connecte. C’est ainsi que vous construisez un système par lequel et dans lequel vous pourrez faire plaisir au Créateur.

De la préparation au quotidien de Kabbale du 26/08/13

La façon de ressentir l’âme collective

Dr. Michael LaitmanQuestion : Est-ce que l’état de mon groupe est semblable à ce que nous acquérons avec « l’écran » ? L’état du groupe est-il « l’écran » ?
Réponse : Quand je repousse mon ego, mon « moi », loin de moi et que je veux participer à un groupe avec toute mon intention, alors j’atteins mon état correct. Si chacun de nous fait la même chose, nous commençons alors à créer ce qu’on appelle un « groupe ».

The Way To Feel The Collective Soul

Cette intention partagée qui est la somme de nos intentions (Kavana) est appelée une « Neshama » (âme). Elle est entièrement la vôtre.
Avec la diffusion de la méthode intégrale, 99% de l’humanité va commencer à ressentir cette âme à travers vous. Tout ce qui se trouve au-dessus de vous, c’est le groupe, y compris les kabbalistes des générations précédentes et tous ceux qui sont vraiment plus élevés que vous. Et tout ce qui se trouve en dessous de vous, ce sont les 99% de l’humanité. Et vous devenez le tube, le conducteur, entre le niveau supérieur et inférieur.

The Way To Feel The Collective Soul

Question : Est-il possible de dire que, au moment même où je commence à sentir que l’information passe à travers moi vers eux, le groupe commence à être créé ? Est-ce comme si j’étais responsable de ces gens à qui je diffuse et ils entreraient automatiquement dans un état de groupe ?

Réponse : Ils sont reliés à vous, deviennent une partie intégrante du système mondial général, mais pas encore consciemment, comme les petits enfants. Et lentement, selon le degré de leur participation dans ce domaine, ils parviennent à la conscience, au ressenti de l’âme collective.

Du congrès de Stockholm « Joie dans l’Unité » – Jour Deux du 30/08/13, Leçon n°2

En vue du but ultime

congrès, groupeQuestion: Est-ce que nous devons travailler dans le groupe avec l’intention de nous connecter aux amis ou devons-nous nous connectergrâce à la prière de beaucoup pour le bien de tous ?
Réponse: Ce n’est pas le travail qui nous relie à tous, mais le désir de nous connecter et de rencontrer à l’intérieur le Créateur. C’est parce que le lien entre nous (quand nous sommes au sommet de la pyramide de l’humanité) ravit le Créateur.
Mais cette pyramide ne peut s’élever au Créateur que si nous recueillons toutes les parties de la création : la nature minérale, végétale, lanimale et l’être parlant. C’est effectivement ce que notre intention devrait être et c’est l’image que nous devrions garder à l’esprit.
Cela signifie que le Créateur doit être notre objectif et notre concentration et ensemble, nous nous connectons en Lui. Toutes les autres parties qui sont déjà corrigées, les kabbalistes de toutes les générations précédentes, nous rejoignent aussi.
Notre intention devrait être de faire plaisir au Créateur. C’est notre but ultime et la raison de toutes les actions que nous effectuons maintenant. Le but de notre vie est d’atteindre cet objectif et de consacrer toute notre vie à lui. Pour atteindre cet objectif, nous utilisons tous les moyens nécessaires : le public et la diffusion. Grâce à eux, nous espérons atteindre l’objectif et nous sommes prêts à tout faire: aimer les autres, rassembler et corriger les âmes brisées.
Mais c’est déjà le résultat. Si nous avons un but, le résultat sera le communisme, le socialisme comme en Russie, ou le national-socialisme comme en Allemagne. Donc, nous devons d’abord mettre l’accent sur le Créateur, car sans Lui, nous n’avons besoin de rien; nous détestons tout le monde et sommes repoussés par tout le monde. Il ne faut pas se leurrer, nous ne sommes pas de belles âmes ou de gentils altruistes, mais plutôt de grands égoïstes  qui ne se soucient de rien. Seul le but de ravir le Créateur nous oblige à nous tourner vers le public et à nous en soucier.
Nous n’avons pas besoin de le cacher. Il n’est pas nécessaire, bien sûr, de rendre cela public, parce que les gens ne comprendraient pas, mais il n’est pas nécessaire de le cacher, car nous ne sommes pas altruistes ou de belles âmes et nous n’offrons pas d’améliorer la vie des gens parce que ce désir nous a été donné, cette aspiration. Ils doivent savoir que nous ne nous soucions pas d’eux tout comme ils se fichent de nous et des autres. Mais il n’y a pas le choix, le système général, la nature, nous y oblige. Nous devons nous reposer sur une base rationnelle et non sur de vagues nobles fantasmes.
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 28/08/13 , Écrits du Baal HaSoulam