Category Archives: Education

Davos 2019: un bilan mitigé

Mon article sur le Forum économique mondial 2019

Davos 2019 : Le Forum a-t-il répondu aux questions relatives à notre avenir?

 

La peur de la mort

Question : Je justifie le Créateur, mais la seule chose que je ne peux pas justifier, c’est la mort physique. Que devrais-je faire ?

Réponse : S’il n’y avait pas la peur de la mort, nous aurions créé un grand désordre dans ce monde. Imaginez si nous étions immortels. Quels dommages une personne se causerait-elle ainsi qu’aux autres ? Alors chaque jour, comme un Phénix, elle se lèverait à nouveau et ce serait la même chose. C’est horrible !

La mort est le salut. Sans la peur de la mort, une personne ne ferait rien. Elle irait très vite se faire tuer.

La peur de la mort aide une personne en la forçant à réfléchir au sens de la vie : « Pour quoi faire ? Quoi ? Pourquoi ? Avec quel compte est-ce que je finis ma vie ? Y a-t-il autre chose que ça ? »

La question la plus importante : « Pour quelle raison vivons-nous ? »

Remarque : Mais personne ne pose de questions à ce sujet de toute façon.

Mon commentaire : Inconsciemment, tout le monde le fait ! Même les enfants ont cette question.

Question : Serait-il possible d’enseigner aux gens en leur expliquant que la mort est une transition vers un autre état ?

Réponse : Bien sur. Psychologiquement, vous pouvez faire n’importe quoi pour une personne et celle-ci n’aura pas peur de la mort.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/09/2018

Jouer à l’état désiré

La vie est un jeu. C’est comme ça partout et tout le temps. Ceci est déterminé par la nature à tous les niveaux. Afin de grandir, de changer, de se construire dialectiquement et de se développer de manière constante, une personne doit participer au jeu !

Tous les animaux jouent pour grandir. Regardez les chiots, les chatons, n’importe qui : tout est dans un jeu. Les gens jouent constamment, mais ne le ressentent pas. Une personne va au travail, va à l’armée, se bat et meurt : c’est entièrement un jeu.

Si j’imagine le passé, le présent et le futur et que je me connecte entre eux, c’est un jeu. C’est-à-dire que le jeu est une représentation de l’état futur et du mouvement en vue de sa réalisation.

Une personne joue toujours dans le futur, peu importe dans lequel. Si elle s’arrête, cela signe sa mort. C’est ainsi que la nature organise cela.

Question : Le Créateur reçoit-il du plaisir du fait qu’une personne accepte ce jeu ?

Réponse : Par le fait qu’une personne accepte ce jeu, elle oblige elle-même le Créateur à jouer et devient Son partenaire. Par conséquent, elle est appelée « Adam », semblable au Créateur, car elle résout tout ce jeu.

Le choix du libre arbitre et le choix du chemin sont exactement là. Soit une personne ne veut pas y participer, soit au contraire elle y participe pour atteindre un objectif supérieur. Elle comprend que ce jeu n’est requis que pour l’élever au prochain degré.

Le jeu est un système de développement de toute partie de la nature à tous les niveaux.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 30/05/2018

Pourquoi n’y a-t-il pas la paix au Moyen-Orient ?

Question : Pourquoi n’y a-t-il toujours pas la paix au Moyen-Orient ?

Réponse : Le problème ne concerne pas Israël et les nations du monde. La situation est telle que la méthode de correction du monde, qui devrait maintenant être appliquée dans le monde entier, est entre les mains d’Israël.

Dans sa sagesse intérieure appelée la science de la Kabbale, Israël possède la méthode pour corriger l’égoïsme dans le monde : comment passer de la perception égoïste de la vie et de la nature, où chacun veut obtenir quelque chose pour lui-même, à la perception altruiste où chacun sera capable de se sacrifier et de donner de soi-même et, à travers cela, de se réaliser pleinement et de percevoir la vie à travers l’altruisme.

Parce qu’Israël détient cette sagesse, le monde entier a le sentiment qu’Israël est à blâmer pour tout ce qui se passe. Cette pression et cet antisémitisme ne cesseront pas jusqu’à ce qu’Israël apporte une contribution au monde en lui révélant la science de la Kabbale, une méthode de correction du monde, qui explique comment il peut se sauver de son développement égoïste qui est arrivé à une fin et a entraîné la menace de son existence.

Le monde parviendra à la paix, à la tranquillité et au contentement uniquement par la mise en œuvre de cette méthode de correction, qui existe en Israël depuis les temps babyloniens. Sorti de là, du berceau de toutes les civilisations, elle se trouve au milieu d’Israël depuis 6 000 ans et se révèle seulement aujourd’hui. C’est pourquoi la science de la Kabbale est recherchée maintenant dans le monde entier.

La science de la Kabbale est devenue ouverte pour une étude générale au début du 20ème siècle. Après tout, elle représente la méthodologie pour rendre notre monde altruiste, parfait et merveilleux. Alors, il y aura la paix au Moyen-Orient et dans le monde entier. Et sinon, cela ne se produira ni là-bas ni autre part dans le monde, ce qui ne fera que conduire à un plus grand danger d’anéantissement.

Ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient, c’est essentiellement la concentration, la focalisation, le summum du problème mondial. Si nous résolvons ce problème, si Israël révèle la méthode de correction du monde, en faisant ainsi nous pourrons résoudre les problèmes du monde entier et la paix régnera également au Moyen-Orient.

Extrait de La Table Ronde des Opinions Indépendantes, Berlin, 2006

Selon le conseil d’un kabbaliste

Question : Est-il impossible d’expliquer la méthode de la Kabbale à une personne qui n’a pas de point dans le cœur ? Elle ne comprend que la logique cartésienne, la psychologie de groupe, mais pas la psychologie supérieure.

Réponse : La Kabbale ne s’occupe pas des explications car elle fonctionne initialement à un niveau où il n’y a ni pensées ni désirs humains. Cela n’a aucun sens d’expliquer quoi que ce soit. C’est la même chose que de s’asseoir devant un chien en lui interprétant des canons philosophiques, tandis qu’il remue la queue pour répondre à votre affection, et ce que vous dites n’est pas important.

C’est pareil avec un kabbaliste. Lorsqu’il essaie de transmettre quelque chose aux gens, ils acquiescent avec un sourire approbateur, comme s’ils disaient « Continuez à babiller ! » mais ils n’explorent rien.

Le temps passe et s’ils continuent à étudier conformément aux conseils du kabbaliste, alors ils commencent peu à peu à comprendre où cela mène. Ils ressentent divers changements en eux-mêmes ; selon les termes employés, ils commencent à ressentir une réaction adéquate à des actions plus élevées qu’ils n’avaient pas ressenties auparavant. Ils entrent dans un champ où il y a des définitions complètement nouvelles, et de ce fait ils continuent à avancer.

Mais ce n’est pas parce qu’ils absorbent tout dans leur esprit, mais parce qu’ils agissent selon les directives de leur enseignant.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 12/04/2018

Quel rapport un kabbaliste entretient-il avec notre monde ?

Question : Quelles sont les manifestations de la compréhension profonde de notre monde par les kabbalistes s’ils ont acquis la partie la plus développée du monde supérieur ?

Réponse : Le fait est que les deux mondes sont constamment connectés l’un à l’autre. Tout ce qui se passe dans notre monde provient du monde supérieur. Par conséquent, un kabbaliste comprend les origines de ce qui se passe dans notre monde.

Cependant, en règle générale cela ne l’intéresse pas car tôt ou tard, tous les changements nécessaires se produiront dans notre monde. De plus, si quelque chose change dans notre monde, c’est uniquement par l’éducation des gens.

Ainsi, un kabbaliste ne prête pas beaucoup d’attention à notre monde. Il aimerait le changer, mais pour cela, il doit diffuser la sagesse de la Kabbale et enseigner aux gens. C’est à travers cela qu’il peut changer le monde. C’est ce que nous essayons de faire.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 03/06/2018

Je veux la vérité !

Remarque : Vous êtes comme des enfants dans un bac à sable, jouant à un jeu de rôle d’amitié et d’amour, c’est-à-dire des choses que vous ne ressentez pas…

Mon commentaire : Ce n’est pas notre invention. C’est ce que les kabbalistes (des personnes qui ont déjà atteint la spiritualité) ont écrit et ils nous expliquent qu’il n’y a pas d’autre moyen.

Même si je fais un demi-pas vers le but, c’est quand même un grand exploit pour moi. Je ne peux pas imaginer où je me trouve par rapport à la perfection, au Créateur, et par conséquent un demi-pas est très important pour moi. Je veux consacrer ma vie matérielle (animale) sans importance à une vie qui est humaine, à l’atteinte du Créateur.

Si vous ne voulez pas, ne le faites pas. Hors, que vous reste-t-il dans la vie ?

Remarque : Mais tout cela est un jeu et je veux la vérité…

Mon commentaire : Vous recevrez la vérité lorsque vous aurez la perception correspondante envers le spirituel. En attendant, vous devez jouer comme un enfant le fait. Nous avançons selon la nature. Tout comme un enfant accumule de l’expérience jusqu’à atteindre la maturité dans l’esprit et le cœur (dans les sens), nous le faisons de la même manière. Pour nous, c’est vraiment un travail sérieux.

Vingt ans s’écoulent avant qu’un enfant devienne un adulte et commence à peine à comprendre quelque chose à propos de la vie. De même, cela peut aussi nous prendre vingt ans. En effet, il s’agit d’un jeu mais d’un jeu avec une intention précise.

Les enfants ne comprennent pas qu’ils jouent, car par nature ils font tout automatiquement. Cependant, nous comprenons que nous devons jouer et par conséquent, nous nous créons un environnement correct, de sorte qu’en jouant dedans, nous nous élevions au niveau d’un adulte, à savoir celui d’un kabbaliste.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 22/03/2018

Comment écouter vraiment les autres ?

Question : Comment peut-on apprendre à s’écouter soi-même et les autres et pas seulement à entendre ? Après tout, cette qualité ne fera qu’améliorer les relations entre les gens.

Réponse : Cela nécessite un contact interne, un contact des cœurs. Une fois que vous désirez vous remplir l’un l’autre, vous serez capable de vous écouter mutuellement.

Et actuellement les gens ne s’écoutent pas et ne se voient pas les uns les autres. Ils créent une certaine réalité en eux-mêmes et la traitent comme une personne qui est vraiment à l’extérieur d’eux. Nous ne voyons pas ceux qui sont en dehors de nous ; nous voyons tout ce qui est construit par notre égoïsme à l’intérieur de nous.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 29/04/2018

L’éducation à la kabbale

Question : Plusieurs fois, je vous ai entendu parler de la nécessité d’une éducation appropriée. Qu’est-ce que l’éducation selon la Kabbale ? L’égoïsme peut-il être éduqué ou avons-nous besoin d’un égoïste bien éduqué ?

Réponse : Une éducation kabbalistique signifie une éducation au moyen de la Lumière supérieure. C’est lorsqu’avec mes amis, avec l’aide de diverses actions décrites dans la méthodologie kabbalistique, j’attire la Lumière supérieure. La Lumière supérieure nous influence et nous amène à un état d’unité où le Créateur se révèle et où nous devenons tous un seul tout. C’est l’état que nous devons atteindre.

Une éducation kabbalistique est supposée nous unir sous l’influence de la Lumière supérieure, révélant la Lumière à la condition que notre connexion, notre don sans réserve mutuel, ressemblent à ses qualités. Alors, dans l’union entre la Lumière supérieure et nous, nous découvrirons sa source, le Créateur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 29/04/2018

Pauvreté et richesse

Question : L’argent gouverne le monde corporel. Les personnes ambitieuses possèdent plus et exploitent les autres. Quelle est la racine spirituelle de ce phénomène ? Aussi, pourquoi les gens pensent-ils qu’une personne spirituelle doit être pauvre ? Je ne vois aucune spiritualité parmi les pauvres. Au contraire, je vois plus d’envie, un manque de culture, une éducation insuffisante, etc.

Réponse : Selon la Kabbale, être pauvre a un sens totalement différent. Une personne spirituelle se sent pauvre parce qu’il lui manque l’atteinte du Créateur et du monde supérieur. Elle aspire constamment à cela.

La notion de « pauvreté » elle-même ne provient pas d’un manque d’argent, mais plutôt des religions qui appellent les personnes qui pensent constamment à la spiritualité les défavorisées et les pauvres.

Il ne fait aucun doute que la richesse au-dessus des besoins ordinaires asservit aussi une personne. Ces personnes sont incapables d’étudier la Kabbale car elles sont trop occupées à gérer leur richesse.

Question : Quelle est la racine spirituelle de l’argent ?

Réponse : La racine de l’argent est l’écran. « L’argent (Kessef) » vient du mot « Kissouf » et il signifie couverture.

L’argent est une force qui recouvre notre égoïsme et permet à quelqu’un d’agir au-dessus de son désir égoïste. Si j’agis correctement, je peux faire beaucoup de choses bénéfiques dans notre monde grâce à l’argent. Cependant, une personne succombe généralement au pouvoir de l’argent et se vend à lui.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 01/04/2018