Category Archives: Education

Une personne contre toute la Nature

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, «Introduction au Livre du Zohar, » Point 1: Lorsque nous nous examinons, nous constatons que nous sommes aussi corrompus et aussi bas que possible. Et lorsque nous examinons l’opérateur qui nous a fait, nous sommes obligés d’être au plus haut degré, car il n’y en a pas de plus louable que Lui. Car il est nécessaire que seules les opérations parfaites découlent d’un opérateur parfait.

En effet, nous voyons que la nature est parfaite et que tout ce qu’elle contient est disposé de façon bien plus réussie que dans nos vies. L’attitude d’une personne vis-à-vis des autres se résume à un désir de violer, tuer, manger, abuser, et battre les autres toutes les manières possibles. Nous voyons que cette approche est mauvaise et nuisible. Afin de mener une vie normale, il serait préférable si nous existions bien sur la base des principes de réciprocité, de préservation de la nature, et de veiller les uns sur les autres. Nous enseignons à nos enfants à ne pas se battre, à être généreux et à jouer ensemble. Mais il semble que les enfants ne peuvent pas le faire et les adultes pas plus. Il s’avère que notre nature est mauvaise. C’est ce que nous découvrons quand nous nous regardons nous-mêmes.

D’autre part, dans la nature tout est construit à merveille. De nombreuses études illustrent plus clairement l’image de cet équilibre harmonieux et de coopération mutuelle. En fin de compte la nature a créé la vie qui nécessite une coordination entre des mécanismes délicats et complexes qui travaillent ensemble. Nous voyons combien polyvalent et complexe est le monde et avec quelle grande sagesse il a été créé. D’où vient tout cela? De quelque petit « atome » qui a été créé à la suite du Big Bang?

D’une façon ou d’une autre, la précision, la polyvalence complexe que nous voyons nous impressionne, mais quand on regarde l’homme qui est le « couronnement de la création » nous voyons un seul penchant: tout détruire. Cela fait réfléchir : comment cela peut être, que la partie la plus complexe, la «meilleure» partie, soit aussi le pire ?

Une fourmi ou un cafard ne font de mal à personne, ils n’agissent que selon les ordres de la nature et aident les autres dans le système général qui est mutuellement connecté. Dans cela, chacun vit afin de soutenir les autres, chacun a sa propre niche et se maintient pour être connecté avec des milliers d’autres créatures. Ensemble, ils forment tout un puzzle parfait, un ensemble indissociable des lignes de l’image en général. Si vous retirez une partie, tout deviendra immédiatement déformé, et la perfection sera détruite.

En même temps, dans l’ensemble, c’est ce que l’homme fait. Ses actions sont en contraste avec la perfection de la nature. Tous les animaux et les plantes, tout, existe en parfait accord, et le plus important dans l’achèvement mutuelle, tout le monde est connecté, et tout le monde dépend de tout le monde, a besoin de l’autre. Dans la nature, tout est basé sur l’équilibre et là vous ne pouvez pas sortir un lien et de le déplacer à un autre endroit, c’est un puzzle complet et fini. Et l’homme arrive et détruit tout jusqu’à ce que le monde se rapproche progressivement de la catastrophe. Jusqu’à présent, nous n’avons pas compris que d’autres que nous, tout dans la nature est parfait, et les choses qui nous semblent imparfaites sont une indication du « miroir déformant » de notre perception ou résultant de notre participation destructrice.

L’homme ne peut pas être incorporé dans la plénitude car il est corrompu. Il est la seule créature qui est à l’opposé de la nature, ce qui montre que la clé pour la correction est réellement en nous.

De la 4ème partie du Cours quotidien de Kabbale du 26/02/13, “Introduction au Livre du Zohar

Le chômage dans le monde des affaires en suspens !

Dr. Michael LaitmanOpinion (de Gavriil Popov, Président de l’Université Internationale de Moscou) : « Comme on le sait, le modèle d’Etat socialiste soviétique et nazi a exclu le chômage. Il n’y a rien de plus difficile pour une personne que l’impossibilité de trouver un emploi ; c’est pourquoi le chômage en période de crise est le principal facteur des gens qui se tournent vers le socialisme, le national-socialisme, le fascisme.

L’expérience du socialisme soviétique a montré que fournir à tous les membres de la société du travail crée de la stabilité sociale, mais réduit le salaire moyen parce que la production doit être répartie entre tous : le désir de travailler efficacement est diminué, et la société mène à une impasse.

Le chômage est inhérent à la formation de la post-industrialisation moderne. Mais il est intolérable par rapport aux avantages que le post-industrialisme donne au travailleur. La solution doit combiner des récompenses à ceux qui travaillent efficacement et fournir un emploi à tous ceux qui veulent travailler avec des salaires raisonnables.

Par conséquent, il est logique économiquement d’avoir deux systèmes de travail :

– le domaine de l’emploi concurrentiel, fondé sur la compétition, où les hauts revenus stimulent l’efficacité,

– la sphère de l’emploi social, en créant des emplois et des salaires suffisants pour la vie de ceux qui ne peuvent pas travailler dans un environnement compétitif (les personnes âgées, les handicapés, les femmes ayant des enfants, les chômeurs dans la sphère de l’économie efficace). L’emploi social doit être autoportant. Et il y a beaucoup de travail dans le domaine social : la collecte et le recyclage des déchets, l’assainissement des forêts, la réparation des routes, l’assainissement des friches. »

Mon commentaire : Il y aura un besoin pour le travail dans le domaine social pour de nombreuses années à venir. Dans tous les cas, il est nécessaire de combiner le travail dans les deux sphères avec l’éducation intégrale.

Le président allemand demande à la Grande-Bretagne de rester dans l’Union Européenne

Dr. Michael LaitmanAux nouvelles (du The Financial Times) : « Le président allemand a appelé vendredi le peuple du Royaume-Uni à rester membres de l’Union Européenne, dans un discours destiné à contrer l’euroscepticisme à travers le continent.

« Chers habitants de l’Angleterre, de l’Ecosse, du Pays de Galles et d’Irlande du Nord, chers nouveaux citoyens britanniques ! » a déclaré Joachim Gauck. « Nous aimerions que vous restiez avec nous ! »

Son appel à la fierté et au patriotisme britannique (« Pendant la seconde guerre mondiale, vos efforts ont contribué à sauver notre Europe, et elle est aussi votre Europe » dit-il)  a souligné une profonde préoccupation à Berlin concernant un référendum au Royaume-Uni, promis par David Cameron, le premier ministre, qui pourrait mener à un vote britannique pour quitter l’Union Européenne.

« Nous serons en mesure de relever les défis à venir à la seule condition que nous travaillions ensemble. Plus d’Europe ne signifie rien sans vous ! »…

Il a rejeté les accusations selon lesquelles l’Allemagne cherchait à intimider ses partenaires européens, ou à imposer ses idées sur eux, en fixant les règles pour sortir de la crise dans la zone euro…

« Ce n’est pas seulement une lutte pour notre monnaie », dit-il. « L’Europe a fait face à plus d’une crise économique. C’est aussi une crise de confiance dans l’Europe comme projet politique »…

« Nous sommes solidaires… pour la paix et la liberté, pour la démocratie et la primauté du droit, pour l’égalité, les droits de l’homme et la solidarité. »

Mon commentaire : N’est-il pas trop tard pour appeler à la solidarité, et même pas une complète solidarité, mais seulement d’ordre financier ? La racine du problème est un changement graduel dans le programme de contrôle de l’humanité. Le programme est en train de changer à partir de l’égoïsme vers l’altruisme et nécessite que l’humanité devienne semblable à lui et y participe activement. L’incompatibilité avec le programme se traduit par une crise aux multiples facettes.

L’humanité a une méthode d’auto-recyclage afin de devenir semblable au nouveau programme. La méthode s’appelle l’éducation intégrale. Tant que l’humanité reste têtue, le programme s’introduit de plus en plus dans notre monde, sous toutes ses formes, et c’est pourquoi la crise se fait sentir plus forte de jour en jour. Attendons que les paroles sur l’égalité, les droits et ainsi de suite deviennent significatives et souhaitables, au lieu d’être vides.

Équilibre collectif

congrès, groupeQuestion: Les gens ont une sensibilité différente. Y a t-il une chance que quelqu’un ne soit pas en mesure de s’intégrer dans l’unité qui se dégage durant les ateliers?

Réponse: C’est presque impossible parce que les gens qui sont assis en cercle ainsi se contaminent les uns les autres. Et c’est pourquoi le plus insensible d’entre eux obtient la douceur, la tendresse et la sensibilité des autres, et le plus sensible devient équilibré par d’autres. Tout arrive à un dénominateur commun.

Ils n’ont pas quelque chose de personnel, car tout change dans le collectif. Vous dites que certains d’entre eux ressentent de cette façon et quelqu’un d’autre d’une manière différente. Il n’y a plus « quelqu’un », chacun d’eux inclus tous les autres en lui-même.

De KabTV les « secrets professionnels » du 08/02/13

Les temps qui sont révolus

Dr. Michael LaitmanQuestion: Supposons que, deux personnalités opposées, un chef comptable et un directeur du marketing viennent à leur directeur en qualité d’arbitre. Quels principes doit-il prendre en compte pour résoudre le conflit: intérêt commercial, les relations personnelles, ou les lois de la nature?

Réponse: Par exemple, je résous simplement ces problèmes. Je leur demande de quitter le bureau et résoudre leurs problèmes eux-mêmes parce que ce n’est pas la façon de résoudre les problèmes.

Nous avons déjà terminé la phase du développement humain et de l’humain où il était possible de résoudre les problèmes au niveau du « roi-père » qui déciderait à leur place. Il ne décidera pas parce que sa pensée n’est pas intégrale, et donc ça ne marchera pas.

De KabTV les « secrets professionnels » du 08/02/13

Les coulisses d’un théatre d’ombres

Dr. Michael LaitmanQuestion: Peut-on évaluer l’équilibre des pouvoirs dans notre monde en fonction de l’équilibre des forces spirituelles dans l’histoire de Pourim? Comment sont l’éducation intégrale et la science de la Kabbale reflétées dans cette histoire?

Réponse: Jetons un regard sur les personnages de Pourim: Le roi, Mardochée, Haman, et Esther qui les lie. Tous les fils sont tissés en elle.

C’est ainsi que les penchants d’une personne sont présentés: les trois lignes et le Créateur au dessus, c’est à dire, les connaissances et l’aspiration à Keter au dessus de la raison dans la ligne médiane. Mais en réalité, tout cela se manifeste en raison des travaux sur l’union. C’est pourquoi les événements de Pourim eurent lieu pendant l’exil babylonien.

Pourim est le symbole le plus important.

Le groupe d’Abraham vint de Babylone, réalisé une série de corrections, puis a chuté de son degré et il est descendu à Babylone une nouvelle fois pour révéler la méthode ultime de la correction là bas.

Avec cette méthode, le groupe construit un récipient spirituel nouveau, mais il ne peut pas y rester parce que ce récipient est beaucoup plus faible que le précédent. Il a beaucoup plus des limites que le précédent, parce que maintenant tout le monde a besoin d’être corrigée.

Là encore, le mélange a lieu, mais déjà sur la base de ce récipient corrigé dans Babylone et adapté au monde.

Et alors les fils d’Israël sortent dans le monde pour être avec cela, et de nos jours ils viennent à la même Babylone, à la même situation avec Haman, Mardochée, et Assuérus.

Aujourd’hui, tout est prêt, mais nous voulons avancer dans la bonne voie, au-dessus de la raison, et c’est pourquoi nous devons expliquer à tout le monde que le salut est dans l’unité.

À l’époque, Haman voulait utiliser l’état de l’ « endormissement » des fils d’Israël: Ils n’ont pas maintenu la bonne connexion entre eux et cela a fourni une occasion pour les détruire, c’est-à dire détruire l’aspiration spirituelle et les faire travailler égoïstement.

D’un autre côté, l’éducation intégrale nous dit : non, nous devons commencer à nous unir parce qu’en cela se trouve le salut du monde, à la fois matériel et spirituel. Nous n’avons pas d’autre option.

Dans les conditions actuelles, nous sommes apparemment contre le monde entier, appelant à une consommation raisonnable en fonction des besoins de base, de l’égalité, de la distribution équitable, etc. Nous leur expliquons que le secteur bancaire gonflé et la production excessive n’ont pas leur place dans le monde. En comprenant progressivement comment nous devons vivre dans des conditions nouvelles, l’humanité va se débarrasser de toutes ces activités inventées, ne laissant que ce qui est vraiment nécessaire pour l’existence normale.

Cela ne signifie pas que nous revenons en arrière ou inversons l’histoire. Bien sûr, nous pouvons continuer à développer diverses technologies, mais d’une façon où elles ne sont pas superflues, mais des réelles nécessités pour la vie.

Par exemple, si la production est automatisée, les gens n’auront pas à travailler, même pas une heure par jour. Eh bien, laissez-les s’engager dans l’activité principale de leur vie – le développement spirituel. Laissez-les faire le travail interne sur eux-mêmes.

Nous ne comprenons pas encore que les technologies d’avant-garde créent un nouveau monde « virtuel » dans lequel le désir de recevoir existera tranquillement sur le niveau ‘ »animal » parce que, après avoir atteint le degré humain, vous cesserez de sentir la « saveur » des désirs précédents. De la même façon, nous ne sentons pas la façon dont nos cheveux et les ongles poussent, ni comment nous les coupons.

Le sentiment de ce monde va commencer à « s’estomper », et toutes nos actions, toutes les connexions, toute l’existence ne se feront sentir que dans les relations entre les gens. Seulement ces relations ne seront plus fondées sur le principe de «donner et prendre», ni seulement dans l’interaction physique et pas à travers l’échange des marchandises, ce niveau sera repoussé à l’arrière-plan et disparaitront de notre perception. À la place, nous allons de plus en plus sentir l’essence intime de ce qui se passe, des relations profondes, vraies.

Donc, dans notre perception, nous allons passer à l’étape suivante, qui n’existe pas dans notre monde, parce qu’il se compose des niveaux minéral, végétal et animal et le degré humain ne lui appartient pas. Si vous l’atteignez, tous les autres degrés sont inclus en lui et disparaissent en tant que tels. Alors, notre perception est soudainement transportée dans le monde des forces, et non pas dans le monde de la matière. Il s’avère que la «matière» est le désir de recevoir, et non des images matérielles, comme des ombres, projetées sur le miroir de notre conscience.

Les technologies modernes offrent un bon soutien à cette perception. Dans les années à venir, nous allons voir comment les gens perdent leurs activités habituelles et comment ils se retrouvent sans rien. Alors, pourquoi sommes-nous nécessaires, du tout?

Nous sommes nécessaires, mais pas dans la forme de corps. Après tout, le «Moi»est quelque chose d’éternel, immuable, et nous nous élevons à ce degré par le biais de l’éducation intégrale, ce qui nous permet d’avancer en douceur et confortablement, et non sous le déluge de coups qui ne laissent pas d’autre choix.

Nous ne pouvons pas désespérer dans cette voie. Après tout, nos petits moments d’effort spirituel dépassent de beaucoup tous les efforts matériels. Si l’on pense un peu plus, si nous « poussons » un peu plus dans le développement spirituel, il n’y aura pas de bombes ni de missiles qui seront en mesure de résister à cela, des millions d’ennemis seront impuissants devant cela.

Nous devons être conscients de la différence de potentiel entre la force spirituelle et la force matérielle. Comme le Baal HaSoulam l’écrit, tous les représentants du niveau « animé » équivalent à un représentant du niveau humain. En substance, il n’y a rien à comparer du fait que la puissance entre les degrés est tellement différente. Nous avons seulement besoin d’aller plus profondément à l’intérieur, et vous verrez comment nous arrivons à Pourim …

de la 4ème partie du Cours quotidien de Kabbale du 25/02/13, Les écrits du Rabash

Un « redémarrage » des désirs au niveau de l’égoïsme développé

Dr. Michael LaitmanQuestion: Les statistiques montrent que de bonnes relations au travail augmentent la fidélité des salariés envers leur entreprise et même préviennent le risque d’une mort prématurée. Cependant, les collègues continuent à se battre, sont en colère entre eux, restent sur leur position et défendent leurs intérêts. Pourquoi est-il impossible de neutraliser ces conflits?

Réponse: Tout le monde moderne a essayé d’une façon ou d’une autre de connecter tout en un seul ensemble au cours des 20-30 dernières années, de donner aux gens une sensation de douceur, d’harmonie, de coopération, d’amener une équipe à un certain terrain commun, des projets et des solutions communs, pour allumer une étincelle dans leur travail. Mais tout a été vain.

Avant, quand un gestionnaire « lançait » une idée, les gens devenaient excités et le suivaient, mais maintenant personne ne veut rien, même pour de l’argent.

Les gens viennent pour travailler comme des « zombies » seulement parce qu’ils doivent gagner leur vie afin de ne pas devenir les sans-abris de demain. Ils ne sont pas capables de communiquer les uns avec les autres. A moitié endormis, ils passent leur temps au travail et partent à la fin de la journée.

 

Les gens ont perdu le goût du travail, ils n’ont pas de but. Il n’y a rien ni personne pour initier ; il n’y a plus de nouveaux groupes sociaux qui produisent de grandes idées comme avant quand l’égoïsme était encore dans le processus de développement.

Mais le moment est venu du stade avancé de l’égoïsme, lequel devient intégral. Et c’est pourquoi nous perdons les objectifs, la réalisation et les intérêts que nous tenions. Il n’y a rien de tout cela aujourd’hui.

C’est pourquoi il est très difficile pour les patrons et les responsables de garder leurs employés intéressés. Ils ne sont pas en mesure de le faire parce qu’ils doivent se forcer à travailler. Et cela continue à baisser et à régresser de jour en jour, d’année en année.

Une personne n’a pas de motivation pour faire quoi que ce soit: Pour quelle raison? – Je me force à travailler. Bien sûr, je serais heureux de continuer à recevoir mes pathétiques « euros », et rien d’autre ne me préoccupe. Je ne se soucie pas de la production, de l’équipe, du travail lui-même, le rang, ou d’appel intérieur. Les gens ont perdu toute motivation au travail, ils ne se soucient même pas de la récompense monétaire.

C’est juste que nos désirs, qui sont notre matériel très intérieur, qui sont dans un très sérieux « redémarrage ». Ils changent du personnel au collectif. Mais nous ne savons pas comment satisfaire les désirs collectifs.

En outre, nous ne percevons que ces désirs sont collectifs, mais nous continuons à ressentir une dépendance de plus en plus des uns envers les autres, et nous essayons d’y échapper, chacun dans sa propre niche. Une personne s’approche de moi, et je suis déjà prêt à la brûler avec mes yeux. D’avance, je suis prêt à repousser cette personne.

Il s’agit d’un problème universel, mais ce n’est pas notre faute. Les gestionnaires doivent comprendre cela, et en même temps lutter contre ces problèmes en eux-mêmes.

La seule solution est d’expliquer cet état aux salariés de l’entreprise, leur montrer les statistiques, et expliquer un peu le mode de l’éducation intégrale. Quand nous impliquons les gens dans les ateliers, ils développent complètement de nouveaux désirs: collectifs et complets, individuels et pas linéaires, intégraux au lieu de discrets. Et nous obtenons une personne tout à fait différente.

Cette personne se perçoit elle-même et l’équipe comme un tout unique. elle commence à voir que quand elle est impliquée dans son équipe, elle commence à respirer, elle ouvre les yeux, elle ne peut penser plus clairement, elle commence à entendre, tout devient plus marqué — elle se réveille. Elle commence à sentir que la vie a une étincelle, l’enthousiasme est là.

Une fois que nous expliquons que l’union avec les autres est nécessaire pour révéler un nouveau désir commun et collectif où l’on connaîtra l’enthousiasme, la vie commune, la réalisation commune, alors, malgré sa dépendance à l’égard d’une équipe, une personne en profitera parce que cette dépendance est entière et complète. Tout le monde en a besoin parce que nous nous sentons léger et libre, la vie sera un plaisir, et nous monterons en flèche comme si nous avions des ailes.

Aujourd’hui, les gens sont prêts à tout, parce que c’est le plus gros problème dans le monde. Le suicide, la drogue, la dépression, le divorce, la criminalité, le terrorisme, et tout le reste se produit en raison du vide, nous n’avons nulle part où se cacher. Donner aux gens l’accomplissement et tout cela disparaîtra.

 

De KabTV les « secrets professionnels » du 08/02/13

Nous ne pouvons pas nous passer d’assistants

Dr. Michael LaitmanQuestion: Supposons que quelques amis aient organisé une affaire, et ils ont eu un conflit, l’amitié tombe déjà en morceaux et les intérêts commerciaux sont en train de s’effondrer. À ce stade, comment pouvons-nous les aider à parvenir à un accord ou peuvent-ils le faire par eux-mêmes?

Réponse: Je pense que les gens n’arrivent pas à s’entendre entre eux. Afin de se mettre d’accord, ils doivent s’élever au-dessus de leur nature, mais ils ne savent pas comment faire cela.

C’est pourquoi ils ont besoin d’une sorte d’ « arbitre », un spécialiste qui les enseigne et les dirige à la combinaison intégrale correcte.

De KabTV les « secrets professionnels » du 08/02/13

Éduquer un chef d’entreprise

Dr. Michael LaitmanQuestion: Supposons qu’un chef d’entreprise a embauché un directeur général pour gérer son entreprise. Le directeur général est un gestionnaire qualifié, un spécialiste, mais le chef d’entreprise interfère sans cesse dans son travail, surveille, le contrôle, l’empêchant ainsi de s’organiser. Il s’avère que cette personne n’est pas en mesure d’exercer ses fonctions. Que peut-elle faire dans cette situation?

Réponse: Il est nécessaire d’inviter le chef d’entreprise à une réunion d’équipe. « Il semble que nous ne sommes pas en mesure de résoudre un problème et vous demandons de prendre part à la réunion d’aujourd’hui, c’est très important pour nous. Nous avons besoin de votre opinion. » Ainsi, vous l’attirez dans l’équipe, faites de lui votre partenaire dans la prise de décision, de sorte qu’il ne vous commande pas et ne dicte ce qu’il faut faire, mais vous écoute et se joint à l’équipe.

Une équipe doit être soudée. Les employés doivent créer un tel environnement entre eux, dans lequel il ne sera pas en mesure de crier, mais devra se montrer comme un homme agréable et honnête, comme leur coéquipier. Il tombe littéralement sous leur charme: il s’assiéra avec eux à la table commune, aura les mêmes sandwichs et une tasse de thé, sera simple dans sa communication et maintiendra une conversation sur le même ton que tout le monde. Ainsi, il sera établi une sorte de relation chaleureuse avec tous.

De KabTV les « secrets professionnels » du 08/02/13

Comment recevons-nous la lumière?

Dr. Michael LaitmanNous devons comprendre que l’avenir est entre nos mains. Nous sommes ceux qui le déterminent. Si nous restons les bras croisés, rien de bon ne se passera. Nous ne devons pas penser à nous-mêmes ; il faut se soucier de la façon d’apporter la méthode de correction aux gens et commencer à l’accomplir.

La diffusion, elle-même, est en fait la réalisation. C’est parce qu’une personne change ses pensées et ses désirs changent, et son attitude à l’égard du monde et ainsi, elle donne déjà. Ce ne sont pas les actions physiques qui sont si importantes ici, mais les changements internes qui affectent le système spirituel qui gère le monde.

Donc, j’invite tous ceux qui sont avec nous de se rapprocher et, ce qui est plus important, de s’investir dans la diffusion. Aujourd’hui, il s’agit d’Israël en premier lieu. Nous pouvons «adoucir» la situation économique et l’état de la sécurité sans attendre que les catastrophes se produisent.

En fait, même visualiser nos leçons a un impact. Après tout, par ce fait, une personne «absorbe» l’idée du Baal HaSoulam et toute la chaîne de kabbalistes, qui descend à elle de la force supérieure. Elle apprend à connaître le système de la création et les principes qu’elle emploie et qui l’emploient et, ainsi, participe au processus de son propre libre-arbitre dans une certaine mesure, et cela est son investissement.

Question: Il y a beaucoup de gens influents aujourd’hui parmi les spectateurs de notre chaîne de télévision en Israël, les gens qui sont parmi les décideurs du pays.

Réponse: En fait, ils ne décident rien. Les décisions proviennent entièrement du Créateur, de la Lumière, mais nous pouvons y être incorporés dans une certaine mesure et avoir un impact.

En tout cas, personne ne détermine quoi que ce soit dans ce monde. Le plan est très simple. Nous, les humains, nous sommes en-dessous et, au-dessus de nous, c’est la source de la Lumière qui nous apporte le don. Nous pouvons donner comme le Créateur, selon la loi de l’équivalence de forme (∾). ALors la Lumière qui vient fait un tour et se fait déjà sentir différemment par nous. Nous élevons MAN et demandons au Créateur de nous donner la préparation et la l’aptitude à recevoir Sa lumière et d’être compatible avec Lui.

How Do We Receive The Light?

 

 

La Lumière est celle qui donne et je suis celui qui reçoit. Je Lui demande de me permettre de donner un peu. Si je ne peux pas vraiment donner, alors je veux l’adaptabilité minimale, au moins, de sorte qu’il y aura une connexion entre nous, pour que nous ne soyons pas opposés les uns aux autres.

C’est là la demande de correction que je soulève. Alors, nous commençons à agir, à nous connecter. Ainsi, nous coopérons avec la Lumière.

Cependant, quand nous n’élevons pas MAN, la lumière nous apporte de la souffrance et se tourne vers les ténèbres et des souffrances terribles.

Il n’y a aucune autre force que la Lumière, mais elle agit sur nous par l’avant ou par derrière. Cela signifie que tout dépend de la façon dont nous la recevons. Notre action est dans notre préparation à la recevoir correctement. Cela dépend de la personne et, dans la mesure où elle comprend, ressent, et est prête à avancer. Finalement, notre conscience doit se développer.

J’espère que plus de gens vont nous écouter et apprendre ce que nous avons à dire. Nos sites Internet et notre chaîne de télévision peuvent faire le travail, et nous n’aurons pas besoin de chercher d’autres voies pour atteindre les gens.

 

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 14/02/13, «Un discours de conclusion du Zohar«