Category Archives: Egoïsme

Le monde entier se tient devant le Mont Sinaï

Pour que l’étude devienne un «élixir de vie » plutôt qu’un « poison mortel », elle  doit commencer par la volonté d’attirer la Lumière qui ramène vers le bien. Nous devons étudier et ouvrir le livre seulement en vue de notre correction.

La Kabbale et tous les autres livres saints, quelle que soit la langue dans laquelle ils sont écrits  (par exemple, le Talmud et la Mishna utilisent la langue des allusions et des allégories) sont des descriptions de notre connexion avec la Lumière, de nos états spirituels. Tous ces livres, écrits par des sages, les kabbalistes, au cours de toute notre histoire, parlent du monde spirituel, de nos états supérieurs.

Si une personne étudie dans le but d’atteindre les états et les degrés spirituels dont nous parlent les kabbalistes, comme un enfant qui veut grandir, alors elle atteint d’abord la connaissance de son propre mal. Il est écrit: «J’ai créé le mauvais penchant et en plus, la Torah, le moyen pour sa correction. »

Aussi longtemps que nous étions «en exil», tout cela était caché, mais maintenant nous commençons à sortir de l’exil définitif. Et tout comme lors de l’exode d’Egypte, nous sommes aujourd’hui à nouveau debout avant la réception de la Torah, si nous désirons devenir «comme un seul homme dans un seul cœur », pour atteindre la  garantie mutuelle, tout comme près du  mont Sinaï.

Une montagne de haine se révèle en face de nous (le Mont Sinaï vient du mot Sina – haine). Mais même malgré cela, nous nous unissons avec l’aide de nos points dans le cœur, la qualité supérieure, le Moïse en nous qui nous tire vers le haut et nous conduit à travers le désert, à travers la «période de préparation» vers l’entrée « dans la terre d’Israël, » qui signifie le désir pour l’amour du don sans réserve.

C’est ainsi que l’ensemble de l’humanité est debout devant la montagne de la haine aujourd’hui . Cela se révèle à nous comme un pour tous et on l’appelle la crise mondiale. Nous sommes tous dans le même état, mais pas tout le monde ne le comprend pas bien encore, semblable à la façon d’une foule de personnes qui inclut des personnes aussi différentes que des hommes, des femmes, des personnes âgées et des enfants qui comprenaient à peine ce qui se passait.

Pourtant, tout le monde commence déjà à ressentir cet état. C’est juste que certains ont déjà compris que la cause de tout cela est notre ego et la haine qui nous divise, alors que d’autres l’expérimente  encore comme une mauvaise situation financière. Chaque personne ressent une sorte de manque en fonction de ses qualités, son environnement et des besoins: une personne manque d’un appartement, un autre de fromage blanc, pour un troisième c’est autre chose, et ainsi de suite dans l’ensemble de l’humanité, pour chaque personne 

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 11/08/2011, Écrits du  Rabash

La maladie est claire: il est temps de la traiter

Dr. Michael LaitmanBientôt, nous allons rencontrer de la résistance dans le monde. Jusqu’ici, nous n’y sommes pas très sensibles, mais la résistance nous attend dans le futur. Après tout, le monde ne comprend pas que le mal se révèle afin que nous puissions nous élever au-dessus.

Le monde veut tout simplement éliminer ce mal, tandis que nous, au contraire, devons le corriger. Comme il est dit : « Le plus grand héros est celui qui change son ennemi en ami» . Puis, le serpent, l’ange de la mort, devient un saint ange.

Pour cette raison, nous devons avoir une attitude créative envers toutes les difficultés et l’opposition, à la recherche d’une occasion de les utiliser pour construire le don sans réserve et la vie éternelle. Toute la différence entre un monde brisé et un monde corrigé réside dans la façon dont nous utilisons notre désir. Nous avons seulement besoin de changer l’intention égoïste en intention altruiste. Nous devons expliquer cela à tout le monde en montrant l’essence même de la rupture ou, pour parler dans la langue moderne, l’essence de la crise. Elle porte exclusivement sur la révélation du mal de notre nature. Elle ne peut être corrigée qu’en utilisant l’élévation au-dessus des désirs égoïstes vers l’amour. C’est le seul endroit où nous avons lelibre choix, alors que les gens sont complètement  prisonniers dans tous les autres aspects.

Plus nous serons cohérents, plus nous serons confiants et sérieux, et plus vite nous comprendrons que nous sommes dans la guerre du Créateur et d’Amalek qui se passe dans toutes les générations. Amalek est toute l’essence du mal, notre égoïsme, sa véritable essence. La guerre arrive « dans toutes les générations», ce qui signifie qu’elle se passe à chaque étape de notre existence, d’une réincarnation à l’autre.  

C’est pourquoi il est très important de recueillir des données scientifiques sur la crise dans le monde entier. Les scientifiques n’ont rien à voir avec la Kabbale, et nous présenterons les résultats de leurs études qui établiront que la crise est essentiellement le résultat de l’égoïsme humain. Seule l’unité peut servir de remède à cette maladie, l’unité de nous tous au-dessus de l’égoïsme.

Nous allons utiliser un langage accessible pour expliquer au monde la vue kabbalistique de l’état de l’affliction et de  l’état sain. Ensuite, la seule chose qui reste sera de «prescrire le médicament », pour compléter le lien intermédiaire. Marquer la maladie avec le signe «- »  et l’état corrigé avec le signe « + ».

Le problème est que les gens ne savent pas quelle est la solution. Pour eux, le remède est un grand point d’interrogation.

The Illness Is Clear. It’s Time to Treat It

Aujourd’hui, il est déjà clair que notre ego est la cause de la maladie et que le rétablissement est connecté au don sans réserve. Donc, quand serons-nous en mesure de sortir de la crise? Ce sera une fois que nous serons unis. Ainsi, notre objectif est d’atteindre une garantie mutuelle afin que chacun d’entre nous soit soudé en un seul.

Cependant, le monde est en train d’éviter cette solution car l’égoïsme n’a pas le désir d’unité. Il ne nous laissera pas jusqu’à ce que nous commencions à suffoquer. Cela doit être comme ça dans le but de nous amener directement à l’objectif: la nécessité de nous unir. L’égoïsme continue de nous révéler son mal jusqu’à ce qu’il devienne vraiment insupportable pour nous. C’est seulement alors que nous serons en mesure d’échapper à notre ego envers la qualité du don sans réserve, puis de changer l’égoïsme réel en don sans réserve.

 Du cours n°3 de la Convention en Allemagne, le 06/08/2011

L’égoïsme: un véritable guide pour un meilleur avenir

Dr. Michael LaitmanLes origines de notre chemin spirituel reposent dans la brisure. Nous devons considérer notre égoïsme, l’aliénation et la haine entre nous, comme de bons fondements préliminaires pour la correction.

Lorsque Rabbi Akiva a vu la terre nue à la place du Temple, il a ri et s’est réjoui. Il était l’homme le plus sage de sa génération, un grand kabbaliste. On lui a demandé comment il pouvait se réjouir de l’effondrement de la sainteté alors que l’aspiration au don sans réserve avait été vaincue, et le principe d’aimer son prochain comme soi-même avait été profané. L’effondrement de tous les espoirs pourrait-il vraiment être un motif de joie? 

Il a répondu: « Je n’ai jamais cru, jamais connu, et n’ai jamais senti que nous serions en mesure d’atteindre la correction générale. Mais maintenant, une fois que notre structure spirituelle a été détruite, une fois que l’amour qui régnait entre nous a été brisé, et que les gens sont tombés dans la haine gratuite, je suis convaincu que cette rupture définitive mènera à notre correction générale, à la rédemption complète. »  

C’est pourquoi tout ce qui nous est révélé à chaque instant de nos vies est la rupture que nous aurons besoin de corriger. Peu importe ce qui m’arrive, depuis des questions fondamentales de la vie jusqu’à des choses insignifiantes dans la famille ou au travail, dans tout ce qui se passe en moi, concernant mon bien-être, les relations avec les parents, les amis, les gens, et dans le monde, dans toute la réalité, tout se révèle seulement à des fins de correction.  

A chaque fois, une nouvelle image est esquissée devant moi, qui plonge plus profondément dans mon égoïsme. Dans cette image, je dois voir le résultat de l’influence constante de la Lumière qui, pour l’essentiel, active des couches toujours plus profondes en moi. Nous percevons le monde dans notre ego, et c’est pourquoi nous avons besoin de le corriger. Alors, quelle est cette correction? Elle apporte l’unité aux gens. Surtout maintenant, quand le monde entier commence à réaliser le mal de l’état actuel, nous les aidons  à  ressentir et à comprendre que le « mal » est notre mauvais penchant.

Notre égoïsme est la cause de tout le mal. Nous voyons cela dans les choses qui se passent. Impossible de mettre le monde en ordre, les gens sont en train de le détruire, de se ruiner, de briser les relations, et détruire la nature. Nous sommes incapables de  nous  déplacer vers le bien et de faire une belle vie avec le mal qui est caché en nous.  

La crise s’aggrave tous les jours. En d’autres termes, nous découvrons que notre égoïsme détruit tout et ne nous laisse pas normaliser, équilibrer et améliorer nos vies. D’autre part, nous devons comprendre qu’il nous guide en avant vers le droit chemin et nous aide à nous diriger vers la correction et la bonté. C’est comparable à la façon dont une maladie manifestée nous montre comment la traiter.  

Comme nous réalisons cela, nous devons être reconnaissants envers notre égoïsme et l’aimer car il nous montre l’endroit qui doit être corrigé. Il est écrit que Pharaon a rapproché du Créateur les  fils d’Israël. Il a commencé à faire pression sur eux, et à la fin, ils ont dû fuir l’Egypte. Sinon, ils seraient restés là-bas.  

C’est pourquoi il est écrit: « Viens vers Pharaon car j’ai endurci son cœur. » Il y a deux opposés ici, et nous ne devons pas l’oublier. Peu importe le mal que vous rencontrez, au lieu de le détruire, il faut le corriger.  

Du cours n°3 de la Convention en Allemagne du 06/08/2011

Le fruit a mûri

Dr. Michael LaitmanPourquoi avons-nous besoin de la science de la Kabbale? Quelle en est la nécessité?

Nous percevons le monde à travers les cinq sens. Nous voyons la «photo» de ce monde, nous vivons en elle, et nous organisons notre vie en elle. Nous développons des sciences, afin de l’atteindre. Nous avons assez d’esprit et de sentiment pour cela. Nous étudions le monde et nous nous adaptons à la joie et aux temps troublés. Alors pourquoi avons-nous besoin de la science de la Kabbale, même si ce ne sont pas des fantasmes ou des mensonges? Est-ce que c’est pour savoir combien d’anges il y a dans le ciel? Ou de se familiariser avec la force supérieure, le monde supérieur? …. Peut-être qu’il est temps d’aller consulter un médecin?

Nous ne comprenons pas pourquoi nous avons besoin de cela. Même les gens qui admettent que la Kabbale parle du monde spirituel ne ressentent pas la nécessité pour elle. Certaines personnes ont un peu peur d’elle, certaines se sentent repoussées par elle et sont  négatives à son égard. Il y a beaucoup d’obstacles. Et personne ne les met là délibérément. C’est juste que c’est la façon dont nous sommes construits, c’est notre nature. Nous érigeons nous-mêmes des obstacles sur le chemin : Nous la négligeons, nous ne la désirons pas, et nous la rejetons. Après tout, nous sommes poussés par le désir égoïste, qui est loin d’être le monde spirituel, et opposé à elle.

En conséquence, la science de la Kabbale semble irréaliste pour nous. Quand nous venons à elle, nous ne comprenons pas comment cela est arrivé et ce qui nous retient ici. Nous la quittons souvent et nous retournons à notre vie ordinaire, à l’endroit où nous avons de la force, de l’argent, et le pouvoir dans nos mains, au lieu d’un «brouillard».

Lorsque les kabbalistes ont atteint le monde spirituel, ils comprennent combien elle est importante et grande. Après tout, elle ouvre la vraie vie d’une personne, au lieu de l’existence périssable au niveau animal. Nous agissons au niveau de la nature animale et dépendons du corps: je suis vivant tant qu’elle est vivante, et je mourrai avec elle. Mon « moi » est à l’intérieur de celle-ci. D’autre part, les kabbalistes maitrisent le niveau humain, le niveau d’être comme la force supérieure, d’exister dans l’atteinte, dans la sensation et la puissance qui est égale à la force supérieure, et d’être égale à elle dans une certaine mesure.

Ainsi, la science de la Kabbale est un grand atout qui nous donne l’existence éternelle, au lieu de notre courante et misérable vie courte. Mais il n’y a personne à qui vous pouvez le dire cela. C’est pourquoi la science de la Kabbale a été dissimulée pendant longtemps, jusqu’à ce que l’humanité commence à ressentir son besoin, au lieu de la négligence, de la peur, et du dégout. C’est ce qui nous est arrivé aussi: Nous ne l’avons pas pensé ni planifié, mais soudain nous avons ressenti son besoin. Il s’est avéré que sans elle, notre vie est basique animale, et vide. Nous manquons d’accomplissement.

En réalité, les kabbalistes ne se souciaient pas de ce que les gens diraient à propos de la science de la Kabbale et comment ils la percevaient. Le monde a toujours été confus à ce sujet et croyant en toutes sortes de fables. Les kabbalistes savaient à ce sujet et n’y prêtaient pas attention, car leur principal souci était de garder les gens étant des «fruits pas mûrs». Et le fruit vert n’est pas la science de la Kabbale, mais le désir de l’homme. L’homme est le fruit non mûr. Il est toujours incapable de «digérer» son ego et de le transformer en quelque chose de bien, de sorte que cela lui soit profitable.

Lorsque l’égoïsme mûr qui n’est pas encore capable de se corriger rencontre de la science de la Kabbale, il le relègue à l’enseignement mystique, à la philosophie, à la religion, au New Age, et ainsi de suite. Le Baal HaSoulam écrit que la révélation du Livre du Zohar par la veuve de Rabbi Moshé de-Léon a causé de grands dommages, toutes sortes d’obstacles et de problèmes. C’est parce que les gens ont pris le mauvais chemin vers la spiritualité, en suivant leur égoïsme au lieu de la volonté de se corriger.

Cependant, aujourd’hui, nous sommes entrés dans une nouvelle ère. Les kabbalistes affirment cela et nous voyons cela dans notre monde aussi. Le monde réalise déjà qu’il s’est trouvé dans une situation nauséabonde. La crise universelle recouvre le village mondial dans lequel tout le monde est interconnecté par des liens égoïstes. Nous découvrons que notre réseau égoïste est devenu global, que nous sommes inséparablement et incorrectement interconnectés.

Nous ne pouvons pas sortir de cette situation et nous n’avons aucune possibilité d’être sauvé des griffes de l’égoïsme, qui font pression sur nous de plus en plus fortement.
Dans ces conditions, nous révélons la nécessité de la science de la Kabbale, qui est la seule méthode qui offre la véritable solution au problème.
De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 22.07.11, «De l’enseignement de la Kabbale et son essence »

Il n’est pas bon d’ignorer sa maladie

Dr. Michael LaitmanLa souffrance, le chagrin, le niveau de la brisure doivent être révélés. Cependant, cela  peut soit se révéler  directement comme c’est, sans aucun adoucissement de la fin de la Lumière, soit cela peut se combiner avec la réalisation de sa nécessité, lorsque vous l’attendez comme une personne malade qui va consulter un médecin. Même si on peut avoir peur  d’être diagnostiqué avec une maladie,  on désire tout de même  la révéler afin de recevoir le remède.

Pourtant, il ya des gens qui ne veulent pas connaître leur maladie, bien que cela ne les libère pas de leurs problèmes par la suite.

Par conséquent, nous devons toujours aspirer vers la bonne direction vers l’unification et l’amour, vers la compréhension de l’objectif et du  plan de la création. En faisant cela, nous permettons au mal de  se révéler plus rapidement ! Cela signifie qu’ «Israël accélère le temps », ce qui signifie que je cours en avant, avant que le bâton me  rattrape pour me frapper.

Toutefois, cela n’est possible qu’en recevant en permanence  l’importance de l’objectif et  la révélation du  mal. J’appelle le mal délibérément, et non pas parce que je ressens de la souffrance en lui. Je n’aime pas ce que je ressens. La chose la plus importante est de révéler le mal par rapport à la bonté qui m’attend en avant qui est appelé le don sans réserve, l’amour.

Si je révèle des couches de l’égoïsme, en souffrant dans la forme présente, alors je vais passer par toutes ses phases (0, 1, 2,3) jusqu’à la dernière étape-4, où je vais comprendre que tout est construit sur ​​la révélation du côté gauche. Après tout, c’est seulement en révélant nos désirs vides que nous pouvons révéler la véritable réalité, dans laquelle  nous avons déjà existé

Du cours du 09.08.11 /, Écrits du Rabash

Qu’adviendra t-il de nous?

Dr. Michael LaitmanDe l’état initial où toutes les âmes étaient ensemble (Σ), nous avons transité  vers le monde de la rupture, puis  nous  sommes  tombés dans notre monde. Puis, après le développement de l’égoïsme et l’inclusion mutuelle de toutes ses parties, nous avons atteint un  tournant  (1995), au moment  où nous avons besoin  de  commencer à corriger notre ego pour revenir à l’état initial.

Toutefois, si le premier état ​​a été créé par la Lumière, le Créateur, nous créons nous-mêmes l’état final. Il y a une grande différence ici: nous devenons semblables à la Lumière, le Créateur. C’est le but de la création.

Nous sommes nés sans aucune conscience de nous-mêmes,  comme une goutte de sperme dans l’utérus qui n’est encore rien devenu. Puis nous passons par une période de préparation,  nous acquérons la puissance du bien (+) et du mal  (-), et grâce à ces forces nous pouvons nous développer sur le chemin spirituel.

Chacun mène sa propre guerre intérieure, et ensemble, nous menons des guerres dans la société, l’humanité, jusqu’à ce que nous révélions la vérité en avançant dans la ligne médiane. Dans le même temps,  le plus et le moins forment  ensemble  en nous un tout. Le moins ce sont les forces de notre égoïsme, et  le plus ce sont les  forces de la Lumière en nous. De cette façon,  nous avançons.

Nous devons mener ce travail difficile, consciemment et raisonnablement. Essentiellement, c’est ce que nous avons à faire. Après tout, nous devons revenir à l’état initial,  le révéler  au plus profond de nous. Pour ce faire, nous devenons plus sages, plus sensibles, et plus évolués.

En commençant par l’état actuel, nous commençons à plonger au plus profond de nous: les mondes d’Assiya, de  Yetsira, de Beria, d’Atsilout et d’Adam Kadmon, et à la fin  nous atteignions le monde de l’infini (∞). Notre principale atteinte est la connaissance de notre propre mal.

Nous atteignons tout dans notre ego. En l’orientant vers  le don sans réserve , nous continuons  à nous enfoncer et  à révéler les mondes supérieurs en lui,  jusqu’à ce que tous les mondes , tout Malkhout du monde de l’Infini que nous avions dans l’état initial, se transforme pour obtenir l’intention de donner sans réserve . De cette façon, nous passons par le second état, qui comprend tout  notre chemin, et atteignons  le troisième état.

Comme le  Baal HaSoulam l’écrit, la méthode de la Kabbale nous permet de révéler le mal, l’égoïsme, à  l’intérieur de nous. Comme nous le corrigeons, nous nous enfonçons plus profondément, et là nous révélons tous les mondes, toute la réalité spirituelle. Après tout, le Créateur n’a rien créé que ce soit sauf  le désir de recevoir. Ce désir a pris une forme égoïste  à la brisure, et maintenant nous avons besoin de le corriger en  don sans réserve.

Aujourd’hui nous nous sentons comme si nous existions dans une réalité  misérable, sombre et limitée. Etant  opposés à la Lumière, nous ne pouvons que le percevoir. Nous sommes comme une goutte de sperme qui n’a aucune idée de ce qui  adviendra de lui.

Cependant, comme nous évoquons  la Lumière pour nous développer et  changer notre désir de recevoir en celui de donner sans réserve, nous l’atteignons, le Créateur, selon la loi de l’équivalence de forme, jusqu’à ce que notre désir et la Lumière deviennent semblables l’un  à l’autre.

Du cours n°3  de la  Convention en Allemagne du  06/08/2011

La dépression dans la vie moderne

Dr. Michael LaitmanAvis: (Jerry Kennard, healthcentral.com): « nous sommes plus anxieux et déprimés que jamais et la situation s’aggrave plutôt que s’améliore. L’argument que la technologie moderne serait un jour en mesure de nous protéger contre la maladie et la détresse et ouvrir un monde de loisirs, en impliquant un plus grand bonheur, parait décidément périmé….

« L’auteur principal, le Dr Catriona Morrison, de l’Université de Leeds, au  Royaume Uni,  a conclu que la forte utilisation d’internet est associée à la dépression. La forte utilisation d’internet est fréquemment associée aux jeux de hasard, aux interactions dans les communautés sociales ou au visionnage de contenu sexuel. Selon Morrison, « l’étude renforce les spéculations publiques que trop s’engager dans des sites Web qui servent à remplacer la fonction sociale normale, peut-être être lié à des troubles psychologiques comme la dépression et  l’addiction. »

Mon commentaire : On pense à tort qu’Internet peut remplacer la communication. Cela a la même signification que ce qui nous pousse dans la solitude et isole chacun de nous imperceptiblement  des autres, à tel point que nous ne pouvons plus communiquer directement.

Cette condition va s’aggraver jusqu’à sa pleine réalisation comme un mal, et ensuite, la société sera à même de comprendre la nécessité d’une bonne communication directe et ouverte. C’est seulement cela qui peut éliminer la dépression !

Que dirais-je aux manifestants des tentes à Tel-Aviv?

Dr. Michael LaitmanQuestion: J’ai visité un village de tentes que les jeunes familles ont commencé à implanter dans le centre de Tel Aviv comme signe de protestation contre le prix élevé des logements. Dans la soirée, les gens, ont fait un grand cercle et ont pris tour à tour la parole sur tout ce qu’ils pensaient dans un microphone. Toute personne est autorisée à parler. Si je m’inscris sur la liste des orateurs, que me conseillez-vous de dire?

Réponse: « La fin de l’action est contenue dans le plan initial. » Tout d’abord, que voulons-nous atteindre? Nous voulons parvenir à une solution au problème du logement pour les étudiants et les jeunes couples – des gens qui n’ont pas encore bien encore décollé et qui commencent tout juste dans la vie. Nous pouvons faire cela que si nous devenons un facteur d’influence et de pression sur le gouvernement.

Nous pensons que le gouvernement a assez d’argent pour des besoins différents. Donc laissez-les exprimer une sensibilité à nos demandes. Un membre du parlement reçoit des dizaines de milliers de shekels par mois, mais un étudiant ne reçoit rien et en plus, paie ses études. Il est impossible de vivre de cette façon. Le gouvernement doit diminuer ses dépenses de lui même. Je ne parle pas du domaine de la sécurité, de l’éducation ou de la santé. Nous n’intervenons pas sur ces questions. Supposons que tout est beau là-bas.

Nous parlons du gouvernement: Les étudiants devraient recevoir n’importe quel montant dont ils ont besoin. Les jeunes couples veulent créer une famille et vivre, alors laissons-les avoir une maison. Qu’ils soient en mesure de louer une simple maison de famille au début de leur vie ensemble, jusqu’à ce qu’ils puissent acheter un appartement à eux. Ou donnez-leur la possibilité d’acheter une maison tout de suite, à un prix normal.

Le gouvernement a la terre. Un mètre carré de surface habitable coûte 500 dollars au plus, même ce n’est pas une zone de construction de masse. Imaginez: pour 50 000 $, vous pourriez acheter un appartement qui fait 100 mètres carrés. Mais aujourd’hui, vous devez investir 300 000 $ dans un appartement , qui est parfois six fois plus que ce qu’il peut vraiment coûter, tout compris.

Pourquoi en est-il ainsi? Combien pouvez-vous apporter quand les personnes n’ont pas d’argent?

Par conséquent, ils ont raison. La seule question est: Comment seront-elles capables de s’organiser ensemble? Elles doivent devenir un puissant lobby, un groupe qui exerce successivement une pression puissante jusqu’à ce que le but soit atteint. En outre, elles doivent continuer à aller au-delà également. Dans ce pays, il y a beaucoup d’autres choses autres que les logements qui pourraient être améliorés. Mais le gouvernement ne les améliorera pas, sauf si vous l’obliger à le faire.

Le gouvernement est constamment sous la pression de coalitions et de lobbyistes. Par conséquent, sauf si vous vous implanter dans ce système en tant que groupe de pression, de l’intérieur ou à l’extérieur, vous n’obtiendrez aucun résultat.

Cela signifie que la question est maintenant: Comment pouvons-nous organiser notre protestation afin qu’elle ne se transforme en festival? Je ne serais même pas surpris s’il y a des gens qui essaient de le faire en cachette. Après tout, l’enjeu est important et pas simple car aucun gouvernement au monde prendra grand soin de lui-même et prendra les mesures les plus diverses à cet égard. C’est naturel, car chaque autorité doit tenir son propre terrain. Sinon, comment peut-elle rester au pouvoir?

Par conséquent, les manifestants ont besoin d’une organisation réelle, puissante, fiable et sérieuse, plutôt que des slogans prononcés dans un microphone. Bien sûr, cela est bon et nécessaire aussi, mais si c’est là que tout se termine, alors ils seront encore plus méprisés, et la prochaine fois eux ou leurs partisans auront plus de difficultés. Ils doivent comprendre quel type de responsabilité ils ont. Si les gens soulèvent pour de nouvelles manifestations à l’avenir, leur succès dépendra de la lutte d’aujourd’hui et de ses résultats.

Il est nécessaire d’utiliser les bons services de consultants immobiliers afin de réaliser l’unité et la garantie mutuelle entre eux, afin de s’organiser correctement, afin de comprendre comment exercer une pression, comment travailler avec le public, comment attirer de nouvelles personnes à  leur côté, et de quelle façon communiquer avec les représentants des médias de masse et avec le gouvernement. Ils ont besoin d’une organisation très puissante interne et de conseillers expérimentés. Sinon, ils ne réussiront pas.

J’ai vu la même chose se produire en Espagne: Tout a commencé très sérieusement. L’action de protestation a été rejointe par des couples âgés de 30 à 40 qui se sont retrouvés sans travail. Ce sont des gens bien élevés avec un enseignement supérieur, acquis dans les universités européennes. Elles comprenaient des ingénieurs, des sociologues, des programmateurs, et beaucoup d’autres qui étaient sans emploi. Il pourrait être possible de trouver une sorte de poste de travail commun, mais ces personnes n’avaient pas de chances – elles sont tout simplement impuissantes.

Et donc, elles ont d’abord occupé la place de la ville de Madrid. Cependant, elles ont été incapables de s’organiser correctement et progressivement elles se sont dispersées. En conséquence, la protestation s’est désintégrée et leurs places dans les tentes étaient occupées par d’autres personnes, qui se sont habitués à vivre dans la rue de toute façon. Les médias ont cessé de diffusé l’évènement, le gouvernement joyeusement a agité sa main, l’organisation de la nourriture gratuite, des douches et des toilettes. En conséquence, le gouvernement démontre la présence d’une «démocratie», tandis que les sans-abri ont un endroit pour vivre jusqu’à ce que l’hiver arrive. Quand cela sera le cas, les tentes seront abandonnées et imperceptiblement disparaitront.

Ceci est un exemple très poignant d’un manque d’organisation. Ici, en Israël, les manifestants qui se sont rassemblés sont aussi bien élevés, et c’est leur faiblesse. Après tout, dans ce genre de situation, il est nécessaire de s’organiser et de commencer à exercer des pressions. Ce n’est pas la révolution égyptienne, ce n’est pas un soulèvement spontané, et il est donc nécessaire d’avoir un ordre clair. Dans ce cas, il est plus difficile de viser les manifestants dans une direction commune, de les organiser parce qu’ils sont plus raisonnables et individualiste. Ils ne devraient pas prendre l’exemple de l’Egypte et d’autres pays parce que les gens qui se sont révoltés dans les rues étaient d’un type différent. Dans ce cas, nous parlons d’Israéliens qui sont difficiles à bouger, séparés, et égoïstes. Ici, chaque personne fait son propre calcul. En prenant tout cela en considération, il est difficile pour moi de dire si oui ou non ils vont réussir.

Peut-être qu’ils comprendront néanmoins qu’ils ont besoin d’une solide organisation et un plan d’action clair: la pression sur le gouvernement, la publication des déclarations, des adresses de certaines personnes ou d’organisations. Ils doivent rester au top de l’actualité, et pas seulement pendant les nouvelles sont fraîches. Sinon, ils seront oubliés dans quelques jours. À un certain point les tentes sur la place publique va cesser d’être un évènement. Une personne va lire le titre de journal, « Le 40e jour de la manifestation des tentes » et allez à l’article suivant.
De la 5ème partie de la leçon quotidienne Kabbale 20/07/11, « Arvout »

Dans la zone du choix

Dr. Michael LaitmanDans le passé, l’égoïsme nous a poussé de l’arrière et sur ​​les côtés, en laissant toujours libre la voie à suivre. Cependant, aujourd’hui, les barrières n’ont pas été élevées sur les côtés, mais en face de nous. C’est comme si un mur se dressait  devant nous, en ne nous laissant aucune place pour courir,  rien que nous puissions faire.

Cet état ​​devient de plus en plus évident: je ne veux pas vraiment quelque chose, je ne pense pas que je puisse continuer à grandir dans mon égoïsme. Il est incapable de me donner des réponses aux questions qui se posent à moi aujourd’hui. J’ai dépassé les phases précédentes et suis entré dans le niveau suivant de questions, le niveau de l’âge adulte et de nouvelles nécessités.

La nourriture, le sexe, la famille – tous ces éléments sont en train de s’effondrer, prenant d’étranges formes, « mutées ». La richesse, la célébrité, et les connaissances ne semblent pas me promettre beaucoup non plus.

La science est en crise et ne répond  pas à mes questions, même s’il y a seulement 50 – 60 ans, il semblait encore qu’elle serait en mesure de nous donner des réponses à tout.

Le pouvoir est devenu petit à nos yeux: nous voyons que son seul objectif est l’argent.  Et l’argent …. Est- ce vraiment la peine d’y perdre toute votre vie !?. Mes questions ont déjà dépassé le montant de zéro qu’un compte bancaire peut afficher.

Quand une personne perd le «carburant» nécessaire, le vide émerge en elle et elle se retrouve en train de demander : «Qu’est-ce qui vaut d’être vécu ?  Pour moi-même?  Mais je manque de plénitude. Pour mes enfants? Mais quand ils vieilliront, ils quitteront le nid. Et d’ailleurs, pour quoi les élever? Quel avenir brillant ont-ils devant eux ? C’est la désintégration des familles et une société en décomposition? » Une personne ne se sent attachée à rien et n’a pas beaucoup d’espoir en rien. C’est le genre d’impasse dans laquelle nos questions nous ont conduits.

Aujourd’hui il est déjà clair que le progrès humain ne sera pas infini, tant du point de vue de nos revendications que du point de vue de notre existence, comme un tout. Si nous continuons à dilapider les ressources naturelles au rythme actuel, alors  très vite, nous n’aurons plus aucune matière première, même pour les produits de nécessité vitale.

90% de ce que nous produisons aujourd’hui est composé de pétrole, que ce soit l’énergie, les matières plastiques, etc. Lorsque les réserve de pétrole seront à la fin, nous serons sans plus rien. Mais néanmoins, nous sommes encore continuer à le gaspiller.

Il se pose des questions auxquelles nous ne pouvons trouver des réponses ici, dans notre monde, dans cette petite chambre d’enfants où nous avons eu tellement de plaisir à jouer jusqu’à maintenant.

Aujourd’hui, la situation ressemble déjà à un suicide: Nous utilisons irrationnellement  les dernières ressources restantes.

Nous devons comprendre que pour cette raison, nous nous sommes trouvés dans la zone de choix.  C’est là où la liberté de choix se dégage, la liberté pour nous de commencer à comprendre le programme de notre développement: «Dans quel but sommes-nous faits? Pourquoi sommes-nous ici? Pour quoi faire? » Et avec nous, le reste du monde. Maintenant, c’est exactement le temps pour nous de relever ce défi. Sinon l’humanité va se trouver dans une impasse vraiment désespérée.

En réalité, le fond du problème n’est pas la crise financière, la crise de la technologie, ou la crise de la famille. Nous sommes dans une crise avec nous-mêmes. Nous devons comprendre qui nous sommes et ce pour quoi  nous sommes là, tant du point de vue de la nature, qui nous oblige à cela, et à partir de notre propre point de vue. C’est seulement alors nous serons en mesure de mettre les choses correctement  à l’intérieur de nous et dans le monde.

Tiré d’une  conversation pour un nouveau livre, le  18.07.11

Un seul principe depuis Abraham jusqu’à nos jours

Dr. Michael LaitmanLes gens viennent à la Kabbale avec beaucoup d’illusions et des idées erronées sur cette science, l’imaginant selon leur désir égoïste qui la leur décrit basée sur toutes sortes de rumeurs. Les gens la présentent comme le mysticisme et pense qu’elle est liée à l’astrologie, à la guérison, aux bénédictions, aux miracles, à l’eau bénite et aux bracelets rouge, et qu’elle peut être utilisée pour révéler le passé et l’avenir. Après tout, notre ego est à la recherche d’une sorte particulière d’accomplissement pour lui-même.

Par conséquent, en premier lieu tout le monde passe par un moment difficile pour saisir le principe kabbalistique, « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Même s’ils sont d’accord avec ce principe, ils s’en approchent égoïstement. Ceci est la base de tous types de méthodes «spirituelles».

Cependant, cela demande des personnes spéciales pour se rapprocher de la réalisation réelle de la méthode de la Kabbale. Cela nécessite une grande endurance, de nombreux efforts, et un soutien mutuel à partir d’un groupe de personnes qui sont prêtes pour cela et qui comprennent que sinon, elles n’ont aucune chance de se réaliser. Ce n’est que par ce désir mutuel, le «récipient commun», qu’elles peuvent recevoir la possibilité de devenir des gens et faire quelque chose avec eux-mêmes, afin de s’élever au-dessus du matériau, de l’existence animée au niveau «humain».
L’action spirituelle que nous avons à faire est exprimée dans l’exécution des « 613 commandements », qui signifient les actions de l’unité entre les gens qui ont décidé qu’ils doivent s’unir.

C’est ce qui s’est passé à l’époque d’Abraham et à l’époque de Moïse aussi. Et c’est la même chose de nos jours. Le principe est toujours le même. Si des fragments de l’âme brisée qui a été créé par le Créateur sont prêts à s’unir afin de restaurer le récipient commun, alors il devient un excellent résumé de la Torah – le récipient pour la Lumière. La Lumière devient révélée à l’intérieur de cette volonté commune, les efforts communs, le soutien mutuel et la garantie.

Par conséquent, il est inutile pour une personne de penser à la réalisation spirituelle et son autoréalisation, sauf si elle perçoit tout cela grâce à l’union avec les autres, avec les «voisins», qui signifie avec le même genre de personnes qu’elle, qui a également le désir de s’unir et qui comprend que c’est seulement en s’unissant qu’ils vont acquérir une seconde nature.
De la 1ère partie de la leçon quotidienne Kabbale 20/07/11, Écrits du Rabash