Category Archives: Egoïsme

L’entêtement a toujours une limite

Dr. Michael LaitmanToute l’humanité est aujourd’hui confrontée à un choix. Nous avons avancé dans notre égoïsme jusqu’à ce qu’il nous ait enfermé à l’intérieur d’un système intégré où nous sommes totalement interdépendants. Par conséquent, le monde d’aujourd’hui est devenu global, ce qui signifie que le lien entre nous est devenu universel et mutuel, et nous ne pouvons rien faire pour le contourner.

C’est pourquoi nous perdons la capacité de contrôler ce genre de monde. Après tout, il devient semblable au système supérieur, et ces deux systèmes existent en parallèle l’un et l’autre. L’un est un système de connexions rigides réciproques, comme Malkhout du monde d’Atsilout ou le Monde de l’Infini, qui est déjà dans l’état corrigé  corrigée. Et le second système est l’état actuel où nous, les égoïstes, s’affrontons.

Si nous étions juste des égoïstes individuels, alors chacun d’entre nous expérimenterait les petits malheurs et les problèmes, mais nous saurions comment les corriger. Cependant, aujourd’hui, quand notre développement nous a amené ver un état où tout ce système est rigidement bloqué et fermé, nous ne savons pas quoi faire.

Chacun d’entre nous n’est plus en mesure de faire face aux problèmes de sa vie. La crise éclate partout: à partir de notre vie privée dans la famille, au travail, et avec nous-mêmes, de la crise mondiale de la société, la culture, l’éducation, et même l’écologie, ce qui signifie dans la nature qui nous entoure.

La crise est révélée partout, à l’intérieur de l’homme et à l’extérieur de lui. Et il ne sait pas comment y faire face, parce qu’il est dans un système fermé et intégral. Et maintenant, nous n’avons plus le choix : Sous la pression de la souffrance, il nous faudra trouver un lien entre nous qui sera similaire au système supérieur de sorte que ces deux mondes, le monde supérieur et ce monde, correspondent l’un avec l’autre, jusqu’à ce qu’ils s’unissent complètement, en un tout.

Maintenant nous mettons en place nos propres limites vers lesquelles nous voulons avancer dans le sens de cette correspondance. Mais dans la mesure où nous ne voulons  pas avancer, ce «refus» nous reviendra comme un boomerang sous la forme de souffrances. Par exemple, selon le programme de la création, à partir du chronomètre qui montre comment les commandes du développement  se révèlent, j’ai déjà à un certain niveau, par exemple, je suis arrivé « 10 centimètres » plus proche de la spiritualité maintenant.

Et tout le monde doit progresser de cette manière même s’il y a des gens différents en elle. Certains comprennent mieux les choses et d’autres, pire encore, et bien d’autres encore ne ressentent rien du tout. Après tout, comme toute la nature se compose de différents niveaux: minéral, végétal, animal et humain, la même division existe à l’intérieur de l’homme également.

Mais tout le monde, tous les peuples, doivent maintenant faire un pas en avant. Et si nous ne faisons pas cela, alors ce delta, le manque de nos progrès, se feront sentir par nous sous une forme négative, comme la souffrance. Mais la souffrance nous poussera toujours vers l’avant.

Cela signifie que vous ne serez pas capable de vous échapper de ce travail. Le moteur continue de tourner, et si vous ne voulez toujours pas à travailler, alors au lieu d’un « -1 », vous recevrez un «-2» puis un «-3», et ainsi de suite, jusqu’à atteindre d’énormes souffrances que vous ne serez plus en mesure de refuser de bouger.

L’entêtement a toujours une limite. En réalité, nous sommes très sensibles au plaisir et à la douleur parce que notre matière est la volonté d’en profiter. Par conséquent, il ne fait aucun doute que finalement, le monde avance.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 29/07/11, Shamati

Le développement peut-il avoir lieu sans destruction?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Les nouvelles tendances semblent montrer que les nations du monde devaient se désintégrer de l’intérieur afin de se reconstruire à nouveau ….

Réponse: Le monde entier doit être détruit, mais la destruction peut soit se produire sur le plan physique ou sur le niveau de la compréhension et de la réalisation. Soit nous allons devoir nous détruire totalement dans le sens physique afin de comprendre que nous devons aussi détruire notre esprit égoïste, ou bien nous pouvons contourner la composante physique de l’effondrement et immédiatement commencer à travailler sur sa réalisation spirituelle pour ensuite corriger la situation.

D’une façon ou d’une autre, vous devez atteindre la cassure, la destruction intérieure. Et il est possible que pour y parvenir, vous aurez également besoin de l’effondrement externe.

Par exemple, aujourd’hui en Israël, nous essayons d’ajouter notre message à la vague de la protestation sociale sur la nécessité de l’unité et pour construire une société intégrale. La question est: quelle est l’efficacité de nos efforts? Peut-être une certaine quantité de souffrance sera également nécessaire ici pour que les gens comprennent que c’est la seule chose qui manque dans la réalité, et la seule façon de parvenir à une répartition équitable des ressources.

Les gens veulent vraiment la justice sociale, mais comment peut-elle être atteinte ? Cel  ne peut pas être fait en imposant ce que vous voulez alors que d’autres ne l’aiment pas. La justice sociale doit englober tout le monde, toute la société. Mais est-il vraiment possible d’actualiser cette réalisation sans la garantie mutuelle ?

Il serait bon que les gens la réalisent. Sinon des troubles vont être nécessaires. Il n’y a pas d’autres alternatives: soit le bon chemin, ou le chemin de la souffrance. Si nous ne réussissons pas sur le bon chemin, alors nous devrons rejoindre le deuxième chemin. C’est ce qui se passera dans tous les domaines de notre vie.

Cependant, plus nous pouvons influencer l’environnement, plus il y a de chances  de ne pas avoir à traverser  de véritables guerres, dont lesquelles le monde peut dégringoler dans le cas où les événements tournent mal, comme le Baal HaSoulam l’écrit.

De la 5ème partie du cours de Kabbale quotidien du 18/08/2011, « La nation »

Cessez de regarder le monde à travers un rideau déchiré!

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quelle phrase puis-je écrire en face de moi en lettres majuscules afin que chaque fois que je suis distrait et que mes pensées vagabondent, je puisse y revenir et me recentrer à nouveau?

Réponse: Imaginez un état qui aspire constamment à la peine, et qui décrit cela alors cette peine vous rappellerait immédiatement que vous percevez la réalité comme divisée et décomposée en différentes parties seulement parce que vous êtes à l’intérieur de l’égoïsme.

Dès que vous jetez ce point de vue grâce à votre ego, tout devient un tout unique. C’est comme si vous recherchiez la réalité à travers un rideau qui a des petits trous et ce que vous voyez semble être composé de parties distinctes. Mais alors vous retirez ce rideau de vos yeux et toute la réalité se révèle être un.
De la 2ème partie du  Cours quotidien de Kabbale 28/07/11, Le Zohar

Tout le développement humain est le développement des connexions

Dr. Michael LaitmanUne personne ne peut pas exister séparément de la société. Nous sommes délibérément construits d’une manière qui nous oblige à vivre avec d’autres personnes. Cela découle de la brisure de l’âme commune en de nombreuses âmes particulières.

Afin de révéler le Créateur, nous avons à révéler le lien rompu entre nous et à le corriger. Puis, en atteignant Ses actions, nous atteindrons Sa perfection. C’est pourquoi nous sommes construits de sorte qu’aucun de nous n’est capable de vivre dans un isolement total. Sinon, il glisserait en bas au niveau d’un animal. Si quelqu’un s’est développé au niveau humain, alors il doit vivre comme une personne, ce qui signifie que tout le monde utilise l’autre et aussi contribue pour sa part à tout le monde.

Le développement de l’humanité doit être considéré comme le développement des liens entre nous et comme notre dépendance de l’un envers l’autre. D’abord seules les familles ont existé. Puis de grandes communautés familiales ont commencé à se développer, suivies par des tribus, puis les villages, villes et nations. Il y a quelques centaines d’années, un commerce international actif  a commencé entre de nombreux pays.

C’est exactement pourquoi les nations développées ont voyagé vers la conquête d’autres pays et la découverte de nouvelles terres, ressentant que des connexions leur manquaient. Le désir égoïste nous pousse toujours vers l’interconnexion et l’échange.

C’est ainsi que nous avons développé l’économie, qui est un reflet de notre aspiration intérieure à être connectés les uns aux autres. C’est pourquoi l’économie tout entière est construite sur notre égoïsme, de la volonté de profiter en estimant qu’on doit gagner et profiter au détriment de tout le monde: je vous donne, vous me donnez, et ainsi de suite. Quelqu’un était agriculteur, un autre – artisan, et en s’unissant, chacun a gagné un grand profit.

Il est clair qu’il est impossible d’arrêter l’évolution du développement et de produire tout par nous-mêmes, de maintenir une famille naturelle, comme autrefois les gens dans les anciens temps. C’est ainsi que nous avons construit toutes les formes de liens entre nous. Ils conviennent tous à notre caractère égoïste, qui s’est développé pendant de nombreux millénaires et des générations jusqu’à ce qu’à notre époque, nous ayons soudainement révélé que cette connexion n’était plus aussi simple que nous pensions, lorsque nous avons examiné les choses à partir de notre ego! Aujourd’hui une autre connexion est révélée – une qui est mutuelle et universelle. Voilà comment cela se révèle à partir de fin de la nature.

Nous avons construit la connexion de toutes les manières que nous voulions, de la façon qu’il nous semblait la meilleure pour établir des connexions profitables l’un à l’autre. Nous l’avons construite par notre libre choix, suivant les exigences de notre égoïsme. C’est ce qui a donné naissance à la politique, la société, l’économie, la famille, l’éducation, et tous les systèmes vitaux.

Mais soudain, une sorte de nouvelle connexion est révélée, qui est différente et contredit tout ce que j’ai fait jusqu’à maintenant! C’est pourquoi un problème émerge et une crise éclate. 

De la 5ème partie du  cours quotidien de Kabbale du 17/0/2011, « La nation »

Il n’y a pas d’amour sans haine

Dr. Michael LaitmanLorsque nous parlons de concepts spirituels, s’il n’y a pas de haine au début, il n’y aura pas d’amour plus tard.  Il est écrit: «J’ai créé le mauvais penchant et j’ai créé la Torah comme une épice parce que la Lumière en elle ramène vers le bien. »

La bonne source, c’est l’amour. Mais il ne peut pas être révélé, à moins que le mal, la haine et le rejet soient révélés en premier. Nous devrions nous habituer au fait que l’amour et la haine sont toujours révélés ensemble et travaillent ensemble.

C’est pourquoi nous découvrons à la fois la haine et l’amour dans notre société, et nous devrions comprendre que l’un est impossible sans l’autre. Nous ne sommes pas des anges parfaits, préservés au niveau inanimé, mais des gens avec tout notre égoïsme cruel.

A la mesure où vous aspirez à ressentir l’amour, vous ne découvrirez qu’une plus grande haine. C’est la seule façon que vous allez devenir dignes de « la sortie d’Egypte » et viendrez au  «Mont Sinaï ». La montagne de la haine, le « mont Sinaï» est le résultat de notre travail  précédent.

La Tour de Babel n’est que le début, rien n’y avait été révélé. Par conséquent, les 20 générations d’Adam HaRishon jusqu’à Abraham, étant les premières générations de kabbalistes, sont appelés les patriarches. Ce n’est que la préparation initiale, car un fort désir n’y a pas encore été révélé.

La première fois que le désir a été divulgué a été à Babylone, là où la science de la Kabbale est originaire. Il y avait déjà une petite montagne de haine là – «La Tour de Babel», au-dessus de laquelle il était possible de s’élever. La science de la Kabbale, la science de la connexion, y est née, et les gens qui étaient capables de se connecter y ont aussi émergé. Ainsi, la révélation est toujours au-dessus de la haine.

Par conséquent, il n’ya pas besoin d’avoir peur du fait que le monde d’aujourd’hui est révélateur de la haine. Nous devons juste la faire se révéler naturellement et faire précéder le coup par un remède de telle sorte que la haine serait révélée par la compréhension, consciemment. Et nous devons être confiants dans le fait que nous avons les instructions précises sur la façon de l’utiliser correctement. 

Du cours du  15/08/11, extraits choisis lors de la Journée de l’amour

Un petit pas pour la personne, un pas de géant pour l’humanité

Dr. Michael LaitmanAfin d’atteindre l’équilibre avec l’intégralité de la nature, nous devons commencer à nous traiter les uns les autres différemment dans tous les domaines de notre activité. Même si le changement est minime, même si ce n’est qu’1%, mais quecela arrive partout dans le monde, cela apportera au monde des changements radicaux et énormes meilleurs.

En général, nous sous-estimons les petites choses. Par exemple, au cours des 50 dernières années la température de la planète a augmenté de 0,1%, et regardez quel genre de changements cela a causé: les glaciers en Alaska et dans d’autres endroits fondent, le niveau des océans a augmenté de plusieurs centimètres, et le climat change .Et tout cela a été causé par un simple changement de 0,1%, parce qu’il se passe dans le monde entier.

De la même manière, le changement infime dans chaque individu sera multiplié par sept milliards d’âmes qui sont absolument interconnectées les unes aux autres, circonstance qui n’était pas présente auparavant. Il y a déjà une  proximité universelle parmi nous à certains égards, et donc ce mouvement  minuscule causera d’énormes changements, en transformant  le monde d’une manière extraordinaire.

Les processus actuels se déroulent sur une très grande échelle. Par conséquent, ce petit changement va apporter de nombreuses conséquences dans nos vies. Dans des conditions d’influence réciproque, chaque personne influence tout le monde car nous sommes tous connectés au sein d’un réseau unique avec nos pensées, nos désirs, nos plans, et ainsi de suite. Les scientifiques en parlent déjà ainsi. En conséquence, nos pensées et nos désirs se rapprochent et s’incluent les uns dans les autres.

Ceci crée un territoire complètement différent et une plateforme pour l’existence de l’humanité. Grâce à cela, nous, les gens, nous multiplions nos changements dus à l’influence de chaque personne sur tout le monde. Un petit changement dans chaque personne est multiplié par sept milliards, tandis que sept milliards de personnes interconnectées influencent chaque individu d’autant plus fortement. Une progression spéciale est créée, comme une boule de neige qui continue de grossir. C’est comme si vous activiez un moteur dont la rotation augmente en raison de la multiplication, en vertu de notre interconnexion.

Les gens sont au plus haut niveau de la nature. La force de la pensée et du désir qui  nous est inhérente dépasse tous les autres facteurs. La force la plus dissimulée est toujours le plus grande. La force de l’échelle humaine réside au-dessus des forces des niveaux  minéral, végétal, et animé de la nature. Par conséquent, avec nos changements, nous avons une influence sur tout ce qui nous entoure. Et les résultats ne sont pas confinés à la société humaine. En changeant, nous apportons toutes les forces destinées à l’équilibre du  monde.

Puis le climat va se normaliser, toutes sortes de phénomènes naturels vont se calmer, et les problèmes comme le déficit énergétique et la diminution des ressources naturelles seront résolus. Dans chaque région où nous rencontrons des problèmes d’aujourd’hui, nous allons connaître des changements et atteindre le succès, car nous créons ainsi l’équilibre dans l’ensemble du système naturel, qui constitue un tout.

Par conséquent, nous ne voulons pas seulement rendre nos vies un peu plus faciles. Si vous observez la  loi de la nature à votre niveau, alors, en étant une personne, une créature qui s’élève au-dessus de tous les autres niveaux de la nature, vous exercez une influence sur eux. Comme le Baal HaSoulam l’écrit, toute la nature monte et descend avec l’homme. Il n’y a pas de liberté de choix pour avancer vers l’équilibre. Seul l’homme, qui a évoqué le déséquilibre, est capable de l’amener à l’équilibre, à l’unité. Toute la nature s’adapte à l’homme d’en bas, étant un système qui accompagne simplement notre système humain.

Dans une conversation sur un nouveau livre le 11.07.11

Moi et mes neuf premières Sefirot

Dr. Michael LaitmanIl y a différents niveaux à l’intérieur de notre désir de recevoir du plaisir, qui sont des désirs qui ne sont pas encore formés complètement pour la réception égoïste, au dernier et 4ème degré. Ils sont aux degrés 0, 1, 2 et 3. A l’intérieur d’eux nous sentons diverses possibilités pour se réjouir de choses. Ce sont nos  « neuf premières Sefirot. » égoïstes. Après cela, la dernière étape, c’est moi, Malkhout, souhaitant profiter à travers eux.

Cependant, dans le désir de donner sans réserve, d’autres opportunités surgissent devant moi pour se réjouir en vue du don sans réserve plutôt que de la réception. Si je fais une restriction sur ma volonté de recevoir du plaisir et que je commence à penser de quelle façon je peux donner sans réserve à autrui, alors en face de moi, je vois toutes sortes de possibilités de don sans réserve par rapport au désir égoïste que j’ai restreint.

Par conséquent, je sens que je suis construit hors de la « première 9ème Sefirot» et de Malkhout, et je commence à travailler pratiquement pour me réaliser à travers les opportunités de don sans réserve qui me sont révélées. Cela signifie que Malkhout travaille avec les neuf premières Sefirot.

Si nous examinons le lien entre nous, alors chacun de nous est Malkhout, tandis que les « neuf premières Sefirot» est ce qui me relie aux autres. La distance entre moi et l’ami m’est révélé comme les «9 premières Sefirot » si je veux lui donner sans réserve. Et dans la mesure où je peux les réaliser à l’intérieur de moi afin de donner à ces neuf Sefirot la force du don sans réserve, à ce degré j’attache ma Malkhout à eux. De cette façon, je change la distance entre eux de la «tête» ( Rosh du Partsouf, à partir du calcul) dans sa partie intérieure (Tokh, où la lumière est révélée).

Ceci est déterminé par la mesure dans laquelle j’ai été capable d’élever mon désir et de l’attacher à la connexion entre nous afin de réaliser ces neuf premières Sefirot. Maintenant, le « corps intérieur » de mon Partsouf spirituel se forme entre nous. Et sa « fin » est mes désirs, qui sont restés sous contrôle, que je ne peux pas utiliser encore.

Après que les conditions changent et une fois encore je travaille de la même façon. C’est comme ça que je passe par 125 niveaux jusqu’à ce que j’utilise mon désir entier dans toute sa profondeur. Le principe ici est que seul mon désir fonctionne, alors que les « neuf premières Sefirot » changent selon lui.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale du 25.07.11, Préface à la sagesse de la Kabbale

Donnez le pouvoir à la science !

Dr. Michael LaitmanSi nous regardons les différents manuels d’histoire, nous verrons comment sont différentes leurs descriptions. Il semblerait que l’humanité ait traversé la même histoire, y compris tous ses problèmes, les guerres, les troubles et les réussites, et pourtant chaque nation décrit son point de vue. En conséquence, les manuels qui sont censés représenter la vérité finissent par se contredire l’un l’autre.

Parfois, je parle avec les dirigeants des différents mouvements dans d’autres pays. Chacun d’eux est absolument certain que son mouvement doit diriger le monde entier. Cela comprend les mouvements religieux et laïcs, les organisations liés à l’écologie, la protection de la faune et bien d’autres. Je suis parmi eux, de quelle façon suis-je diffèrent d’eux ?

Sans tenter de répondre à cette question, nous apportons le message kabbalistique aux personnes sous une forme différente. Nous n’essayons pas de prouver qui a raison et qui a tort, et nous ne disséquons pas les opinions différentes. Nous n’essayons pas d’examiner les choses du point de vue de l’histoire ou d’une orientation religieuse car dans chacun de ces domaines, toute personne peut présenter sa propre logique pour justifier son opinion.

Nous n’invitons les gens qu’à se désengager de tout ce qui existe – du passé et du présent, et à se pencher sur l’avenir de l’instant présent. En ce point, nous voyons que la nature nous oblige à mettre en place la bonne interconnexion, d’entrer en équilibre, la mutualité et l’harmonie, semblable à un seul corps, un système intégral, global, panhumain qui ressent lui-même et fonctionne véritablement comme un ensemble.

La Nature nous oblige et nous pousse à cela. Il y a beaucoup de recherches qui confirment cela, et nous pouvons compter sur elles. En outre, nous n’avons pas d’autre chose. Tout ce sur quoi nous pouvons compter de sûr est la science, comme il est écrit, « une personne est guidée que par ce qu’elle voit ». Aujourd’hui les faits sont tout ce dont nous avons besoin, et nous devons progresser selon eux.

Les faits indiquent que, que nous le voulions ou non, nous devenons une société mondiale, intégrale qui est soudée à l’intérieur par l’interconnexion et la garantie mutuelle totale. Essentiellement, il s’agit de la tendance de l’ensemble de la nature, et d’un jour à l’autre, nous voyons comment cela devient de plus en plus clairement exprimé.

Se pose une question : quel est notre rôle dans ce processus ? Pouvons-nous maintenant inventé quelque chose d’artificiel, quelle que soit l’idée de certains politiciens, sociologues, politologues ou autre partie qui l’a soudainement imaginé ? Le monde a déjà essayé toutes sortes d’idées et l’humanité a dûment souffert à cause d’eux

Peut-être nous devrions simplement rechercher la nature et être guidés par les résultats de nos recherches, sans envisager autre chose que cela ? Si nous progressons selon notre recherche, qui est menée dans la nature, alors il n’y a aucun doute que toutes les possibilités que peu de gens ont sur cette terre minuscule, au bord de la galaxie, qui est abandonné à la périphérie de l’univers, au moins nous avons cela, une chance réelle.

Alors ne sombrons pas dans la philosophie et ne démontrons pas l’incompatibilité. Par expérience, nous savons déjà que lorsque vous vous tenez sur votre position et moi sur les miennes, ceci conduit uniquement aux guerres et à l’auto-annihilation.

Aujourd’hui nous avons désespérément besoin d’un dénominateur commun, qui ne peut provenir que de l’inviolable loi de la nature. Basés sur ces lois, nous pouvons bâtir la société intégrée qui vise à la créativité plutôt qu’à la destruction.
D’une conversation sur un nouveau livre sur 7/11/11

Au tournant du passé vers l’avenir

Dr. Michael LaitmanHeureusement, nous sommes nés dans l’ère de la transition. Après des milliards de processus historiques qui ont eu lieu dans notre univers et sur Terre, nous nous sommes retrouvés à la charnière entre le passé et l’avenir, lorsque nous devons nous-mêmes réaliser la transition entre un système égoïste, individuel, et un système détaché allant vers un système altruiste, intégrant, et identique.

Dans toutes les générations passées, nous avons existé dans un désir égoïste agissant linéairement, chacun pour son propre intérêt. Maintenant, sous l’influence de la nature, nous sommes obligés de sentir que nous devons changer notre perspective et toutes les actions dans notre monde pour notre existence future.

Puisque l’humanité est devenue globalement connectée, nous ne pouvons pas continuer à agir individuellement, car dans ce cas, nous allons nous causer du tort. Chaque jour, ce nouveau système, ce général, la relation globale et intégrale devient plus révélée à tout le monde et apparente à des milliers de personnes dans le monde.

Dans la science de la Kabbale, nous ne devinons pas mais en fait examinons de quelle  façon le prochain niveau spirituel de l’humanité s’élèvera à notre époque et la façon dont ce système est créé. Par ailleurs, nous étudions non seulement le système lui-même, mais aussi la méthode pour l’atteindre: comment nous pouvons nous élever vers lui, sans attendre que la nature commence à nous pousser par derrière comme d’habitude.

Durant toutes les étapes précédentes de notre développement égoïste, seule la nature nous a propulsésépar l’arrière. On nous a donné un peu d’égoïsme et nous nous sommes élancés dans les tentatives de le satisfaire. Nous sentions plus d’égoïsme et nous courions dans la direction opposée à la recherche d’un autre accomplissement.

Nous avancions en zigzag: Nous avons construit la société, un système d’éducation, et la famille, élevé des enfants, créé les états, la technologie, l’industrie, etc. Tout cela a été causé par le développement de l’égoïsme, qui nous a exhorté à la recherche de plus en plus de contentement.

Mais maintenant nous avons un problème: L’égoïsme ne nous anime plus. Cependant, nous sommes rassemblés par le système de déroulement intégral, de la nature intégrale, ce qui nous oblige à se connecter ensemble afin de continuer notre existence.

C’est la technologie, les familles, les relations sociales, la politique, les pays et les écoles, tout ce qui a été créé tout d’un coup s’arrête de fonctionner parce que nous ne pouvons plus fonctionner dans ce monde avec notre conduite égoïste passée. Maintenant nous ne pouvons qu’avancer en utilisant un système différent, le système d’interconnexion générale. Mais nous y entrons avec nos actions passées, les habitudes, les lois, et nos relations publiques.

Nous nous trouvons dans un système complètement différent. Nous avons une attitude différente envers le monde de ce qu’elle devrait être aujourd’hui, différent de ce que le monde exige de nous. Il s’avère que nous devons à faire quelque chose avec nous-mêmes, et nous ne savons pas quoi. Nous ne savons pas comment nous connecter les uns aux autres afin de correspondre au monde.

Comment pouvons-nous réaliser cette connexion? Comment pouvons-nous nous convaincre que cela est nécessaire? Bien que beaucoup de gens aujourd’hui comprennent cette logique, ils sont encore incapables de trouver la réponse à ces questions.

Donc, aujourd’hui, nous sommes dans cette transition du plus faible degré au degré le plus élevé. Cette transition n’est pas le quart de travail habituel d’une formation à l’autre, d’un niveau technologique à l’autre, comment cela était par le passé. Maintenant, nous sommes dans une transition qualitative et non quantitative.

Une transition qualitative n’est pas simplement un changement dans la qualité de nos vies, de la qualité de la relation entre nous, mais un changement complet de tout ce qui est arrivé dans le passé. Le monde doit devenir totalement différent. C’est notre problème.

Le monde est devenu différent et plus proche de nous, mais nous ne savons pas encore comment le sentir correctement, nous sommes encore dans la vieille idéologie, la vieille conscience et la vieille perception. Comme si nous nous trouvions dans un espace inconnu, et donc, nous ne pouvions pas fonctionner correctement à l’intérieur.

Parce que de nos mauvaises actions, toutes nos façons de vivre de la vie précédente nous ont conduit à une soi-disant crise d’aujourd’hui. J’espère que nous nous rendrons vite compte que nous devons changer. La science de la Kabbale parle de ce sujet. J’espère que cela non seulement nous aidera mais aussi tous les gens dans le monde pour en arriver là.

De la série de la leçon virtuelle du dimanche 17/07/2011

Une génération qui ne sent pas le lendemain

Dr. Michael LaitmanSelon les statistiques, la plupart des manifestants  à Tel Aviv, ainsi que les organisateurs de la protestation, appartiennent aux classes moyennes et supérieures.  On a effectué  des  recherches spéciales pour savoir quelles  couches de la société  étaient représentées dans ces manifestations et  leurs pourcentages.

Et la même chose se passe actuellement à Londres. Nous pensons que les gens sortent dans les rues et  font des ravages parce qu’ils n’ont rien à manger. Mais ce n’est pas là le problème. Pourquoi est-il devenu possible de les inciter et de les agiter  à  organiser une révolution? C’est parce que la nouvelle génération a  le sentiment que l’avenir ne leur réserve rien de bon. La tendance est que les choses s’aggravent. Et c’est le fond du problème: il n’y a pas d’avenir !

Que m’importent les problèmes comme un appartement, la famille et les enfants s’il n’y a pas de lendemain pour moi? Cela signifie le désespoir total, comme la dépression, quand une personne ne comprend pas ce qu’elle doit vivre. Et si elle entre dans cet état, alors elle est prête à tout  faire tout et n’importe quoi, pour détruire ce sentiment horrible de tristesse intérieure. C’est pourquoi les gens sortent dans la rue et tiennent des révolutions, même quand ils appartiennent aux  hautes  couches de la société.

Leur désespoir intérieur les rend vulnérables pour être à l’écoute et dirigés dans cette direction, alors qu’ils ne comprennent même pas ce qui se passe pour eux. Ils expliquent cela par un millier d’autres raisons, telles que la recherche de la justice  sociale, comme si elle était réellement nécessaire. En réalité, ils ne savent même pas ce que signifie ce concept, car une approche juste leur rendrait  la vie encore pire que ce qu’ils sont aujourd’hui. Ils ne sont pas en quête de justice.

Si nous examinons les raisons sérieuses et intérieures, du point de vue de la volonté de profiter que nous cherchons le long de sa profondeur totale, alors la raison des manifestations réside dans le fait qu’il n’y a pas de lendemain! Et ce sentiment règne dans le monde entier. Il n’ya rien qui puisse être fait au sujet de la situation, à moins que nous ne donnions aux gens la lumière de l’espoir pour l’avenir, et qui ne peut provenir que d’une seule source – la  science de la Kabbale.