Category Archives: Egoïsme

Travailler en partenariat avec les autres

Dr. Michael LaitmanQuestion: Si mon ami est dans une situation difficile, quelle doit être ma prière? Faut-elle qu’elle soit pour ​​lui ou pour le monde entier?

Réponse: Dans le cas où vous ne savez pas comment vous comporter et vous n’avez pas de discernement clair sur la façon d’agir, et même dans les cas où vous semblez savoir comment vouscomporter, vous devez consulter d’autres amis. Vous faites partie d’un tout et vous n’avez pas le droit d’agir et de vous comporter comme bon vous semble.

Vous êtes un petit rouage dans une grosse machine, et vous devez comprendre que selon ce mécanisme général, vous seul ne pouvez pas insérer de nouvelles relations dans le travail. Il est impossible pour une personne d’agir selon le principe: «C’est ce que j’ai décidé, c’est ce que je suppose, et c’est ce que je vais faire. » Dans un tel cas, nous vous retirons de notre machine. Même si notre mécanisme sera plus petit, il travaillera en partenariat.

Du congrès de Sotchi 25/08/14, leçon 2

Les ténèbres brilleront comme la lumière

Dr. Michael LaitmanQuestion : Le Créateur est appelé Boré (« viens et vois »). Que signifie « viens et vois » ? Qu’est-ce qu’Il veut que nous voyons ?

Réponse : Quand j’étais étudiant, j’ai aussi demandé au Rabash : « Qu’est-ce que voit une personne qui atteint le monde spirituel ? » Il a répondu que si l’on devait rassembler tout le plaisir que l’humanité a connu au cours de son existence en un seul énorme plaisir, ce ne sera qu’une petite lueur, une petite étincelle, comparé au plaisir qui existe au premier degré spirituel.

Imaginez que vous vous réjouissez comme toute l’humanité dans toutes les générations ! Ce serait une sorte de plaisir que nous ne pourrions même pas conserver ! C’est pourquoi, lorsque nous atteignons le monde spirituel, notre désir acquiert une intention pour l’amour du don sans réserve et nous devenons capable de retenir le plaisir qui est un milliard de fois plus grand que le plaisir de ce monde.

D’où vient ce plaisir ? Afin de transmettre mes sensations, je n’ai pas pu trouver de meilleurs mots que « l’harmonie » ou « l’équilibre », ou « une union de propriétés et de processus opposés ». Cela nous donne la sensation de la perfection, le plus grand plaisir.

Il est écrit : « Il n’y a pas de plus grande joie que la résolution des doutes. » C’est exactement ce que nous ressentons. Toutes les choses qui sont considérées comme étant opposées dans notre monde commencent à se connecter et à se compléter les unes les autres dans le monde spirituel parce que l’une ne peut exister sans l’autre, comme l’obscurité et la lumière.

De cette façon, le désir de recevoir du plaisir et la Lumière commencent à se compléter l’un l’autre et travaillent ensemble à travers l’écran.

Comme il est écrit : « Même les ténèbres n’obscurciront [rien] de Toi, et la nuit éclairera comme le jour ; comme si les ténèbres étaient la lumière. » Avant l’entrée dans le monde spirituel, nous ressentons une grande obscurité qui se met soudain à briller comme la lumière, et c’est la première petite sensation qui vient de cette rencontre.

Cependant, nous verrons progressivement comment tous les problèmes et les souffrances, les échecs et les actes répréhensibles, commencent soudainement à nous apporter satisfaction et compréhension sur leur nécessité et leur but.

Extrait de la conférence « La Kabbale pour la Nation » du 21/11/2010

Le Créateur m’a-t-il abandonné, ou est-ce moi?

Dr. Michael LaitmanQuestion : Le Baal HaSoulam a dit qu’une personne doit agir de manière pratique dans le but d’éveiller un amour pour le Créateur en elle, mais pourquoi est-il si difficile de le faire ? Pourquoi y a-t-il une telle résistance intérieure ?

Réponse : Le fait est que dès le moment où vous tombez, non seulement vous cessez de ressentir l’amour pour Lui, mais vous perdez aussi la connexion au Créateur, et il vous semble ainsi que le Créateur vous a quitté.

La vérité est que Son amour est absolu et infini, mais la dissimulation de la part de votre ego augmente chaque jour et à chaque instant, de sorte que vous ne ressentiez pas l’amour en vous. Il se trouve que vous oubliez que c’est un résultat de votre refroidissement interne, et vous pensez que c’est le Créateur qui vous a quitté.

Par conséquent, vous criez : « Pourquoi m’as-tu abandonné! » Mais en fait, personne ne vous a abandonné. Au contraire, le Créateur vous a donné une chance de Le découvrir encore plus, par vous-même. C’est la différence entre la religion et la sagesse de la Kabbale. Une personne religieuse prie le Créateur en lui demandant de tout faire pour elle, tandis qu’un kabbaliste prie le Créateur de lui donner le pouvoir et les moyens par lesquels il peut corriger quelque chose.

Question : Est-ce que l’idée d’éveiller l’amour pour le Créateur signifie éveiller l’amour des amis à l’intérieur de moi ?

Réponse : Il est impossible de faire autrement. C’est uniquement à travers l’amour des amis que vous pouvez atteindre l’amour du Créateur. Comme il est écrit : « De l’amour des créatures à l’amour de Dieu. »

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 19/08/14, Écrits du Baal HaSoulam

De l’autre côté de l’ego

Dr. Michael LaitmanQuestion : En s’annulant elle-même une personne doit annuler son ego, transformant son essence. Mais une peur terrible apparaît en moi : si l’ego physique disparaît, que restera-t-il ? Est-ce que la spiritualité brouille et obscurcit ainsi ?

Réponse : C’est un très bon et véritable sentiment. Si vous ressentez de cette façon, c’est un signe que ce qui apparaît en vous est l’impression correcte de combien vous êtes un égoïste simple, primitif et petit. Et si l’ego disparaît, alors que restera-t-il ? Pas mon « moi » ou quoi que ce soit ?

Toutes les perspectives spirituelles se trouvent de l’autre côté de l’ego. En le rejetant, vous commencerez à ressentir une nouvelle dimension.

Du Congrès de Sotchi, « Deuxième Jour », Leçon n°6 du 14/07/14

Le travail donné par le Créateur

Dr. Michael LaitmanQuestion : Nous façonnons un champ unifié entre nous. Cependant, d’une façon ou d’une autre, chacun investit ses propres pensées. Comment peut-on déterminer le bon choix vers le groupe, vers le champ unifié ?

Réponse : Une personne en elle-même ne peut rien déterminer, sauf si l’influence des amis la dirige. Sinon, elle se retrouvera seulement dans des contradictions et des oppositions continues.

Elle doit être en permanence sous l’influence du groupe, en d’autres termes, en participant à l’ensemble de ses événements. Nous devons méthodiquement renouveler et accroître notre influence sur chacun des membres du groupe.

Nous devons mettre un but devant nous : créer le champ correct autour de nous afin qu’il atteigne les amis, les réveille avec le bon travail, et ils profiteront de la gentillesse, de la sérénité et de la tranquillité, et de la confiance dans notre travail.

Si on tombe, les autres l’aident à se relever. Le Créateur fait constamment des ajustements afin que chacun d’entre nous aille à sa place et mène à bien son travail. L’inquiétude à ce propos doit rester dans l’air.

Autrefois, dans les conventions en Israël, nous jetions de grands ballons en l’air, et chacun faisait un effort pour ne laisser aucun ballon chuter au sol. Plus précisément de cette façon, l’unité, l’Arvout, le soutien mutuel, se révèle lorsque vous n’êtes pas seulement en train de ne pas « percer un trou dans le bateau », mais aussi lorsque vous êtes concerné tout le temps par le fait que les autres ne le font pas.

La chose principale est de soutenir l’élévation de l’esprit et l’excitation des amis. Le Créateur nous a donné du travail : « Les amis, c’est votre partie, et aussi longtemps que vous ne collez pas tous les morceaux ensemble, vous n’obtiendrez pas une âme, car elle est une. C’est ainsi parce qu’aucun d’entre nous n’a une âme, mais plutôt ses parties brisées seulement. »

Il est nécessaire de comprendre que le Créateur nous donne un endroit pour travailler. Ainsi, soyez impliqué en cela. Aspirez à atteindre la connexion avec les fragments de l’âme des amis et faites en sorte qu’ils vous aiment.

Du congrès de Sotchi, « Deuxième Jour », Leçon n°4 du 14/07/14

Identifier l’essence de mes désirs

Dr. Michael LaitmanLa Torah, Lévitique 13:9-11 : Lorsque la lèpre sera observée sur un individu, il sera amené devant le prêtre. Si le prêtre remarque qu’il existe sur la peau une tâche blanche, laquelle ait fait blanchir le poil, ou qu’une chair vive et saine existe au milieu de la tâche, c’est la lèpre invétérée dans la peau du corps, et le prêtre le déclarera impur ; il ne le séquestrera point, car il est impur.

S’il y a un état de « la plaie de la lèpre… et elle a fait blanchir le poil », c’est déjà un problème car une longue série de corrections est requise. Nous devons réexaminer nos désirs pour voir l’obscurité en eux et les corriger.

Cependant, si nous n’identifions pas l’obscurité et percevons tout en blanc, nous perdons notre sensibilité et cessons de ressentir notre ego. C’est déjà la lèpre.

Il existe trois maladies qui sont contagieuses dans toute l’humanité : la gale, la syphilis et le sycosis. Ce sont des maladies très graves qui affectent la physiologie d’une personne et sa vie quotidienne.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 20/02/14

Ouvrir le cœur et non la bouche

Dr. Michael LaitmanQuestion : Quand nos amis sortent vers le grand public pour organiser un atelier, que pouvons-nous, ceux qui ne sont pas avec eux, ajouter à leur intention, à leur message ?

Réponse : Intérieurement, nous devons nous rassembler et penser à eux. C’est ce qu’on appelle prier pour leur succès parce que, à la suite de ce succès, ils nous apporteront un « butin », en d’autres termes, les désirs de tous ceux qui veulent se sentir un peu mieux, être un peu plus heureux, et avoir plus de succès dans cette vie. Il n’est pas important que ces désirs soient égoïstes ; nous les prenons.

Avec cela, nous les percevons. Nous commençons à ressentir un besoin de donner aux gens tout ce qu’ils veulent : le bonheur, la connexion entre eux et tout le reste. Leurs désirs commencent à travailler en nous, et cela signifie que nous avons quelque chose à élever vers le Créateur. Sinon, nous ne montons pas vers Lui.

Comme le Baal HaSoulam l’écrit dans l’article « Pas de Temps pour Acquérir Ce qui est Donné, » nous ne pouvons pas demander pour nous-mêmes en aucune façon. Même si je veux demander : « Donne-moi la possibilité de te donner sans réserve. Donne-moi la possibilité de remplir les autres. Donne-moi la possibilité de… », je ne peux pas dire « moi », parce que de cette façon, je me place à l’opposé de l’ensemble du système, je n’entre pas en lui comme un engrenage.

Je dois dire : « Donne-leur » ou « à nous », mais en aucun cas à « moi ». Cela signifie que, si je prie pour quelque chose, je dois prier pour les autres afin que ce soit bon pour eux. Ensuite, je participe à cela correctement.

De ce fait, si nous pensons maintenant que nos amis vont réussir en sortant vers le public et se connecteront avec lui afin que le public ressente la chaleur de leur part, que leur désir intérieur se révèle aux amis (même s’ils ne le ressentent évidemment pas), qu’ils nous les amènent, alors cela deviendra une prière au Créateur.

Ainsi, nous demandons et supplions le Créateur spirituellement, même si le public demande quelque chose de complètement matérialiste. La Lumière Supérieure vient précisément à travers une prière de ce genre.

Question : Qu’est-ce qui est préférable : de lire un segment, d’être tranquille pendant 30 secondes, ou peut-être de chanter une chanson ? Que faisons-nous afin que chacun d’entre nous pense à eux pendant au moins une seconde ? Qu’est-ce que cela signifie de prier ?

 

Réponse : La prière est votre désir que les amis réussissent à faire cette action, que cela donnera satisfaction au Créateur. C’est la prière. Nous ouvrons le cœur et non la bouche.

Je ne comprends pas ce que vous vous imaginez comme étant une prière, comme une activité spirituelle. Est-ce quand vous dispersez les nuages ​​avec votre esprit ou allumez des bougies ou tombez sur vos genoux ?

Une activité spirituelle, c’est lorsque vous désirez énormément quelque chose en commun avec les autres et que, dans cette activité, en plus de vous et du groupe, le Créateur participe.

Du congrès  de Sotchi, « Jour Un », Leçon n°1 du 13/07/14

Choisir entre la vie et la mort

Dr. Michael LaitmanLe Rabash, Article « L’âme d’Israël » (de Dargot HaSoulam, Article n°561) : Ceux qui préservent une âme unifiée d’Israël, ce qui signifie ceux qui pèsent les autres sur l’échelle du mérite, conservent leurs âmes car « les méchants, dans leurs vies, sont appelés «morts» ».

Sans un penchant pour justifier les autres, on devient « moitié-moitié », semblable à être entre la vie et la mort. Si l’on est prédisposé au bien, cela signifie que l’on appartient à la catégorie de la vie. Ainsi, les Lumières que l’on attire remplissent toute la société.

Nous sommes au point critique car nous possédons une liberté de choix qui nous permet de choisir entre la vie et la mort, ce qui signifie aspirer au bien ou au mal. Si nous nous unissons, alors en fonction de la nature de la propriété que nous atteignons, nous devenons semblables à la Lumière et la Lumière commence à couler à travers nous. La Lumière nous remplit et à travers nous atteint les nations du monde et les influence.

C’est la façon dont notre société est construite. Cela consiste en deux parties : la Lumière passe à travers la partie supérieure, Galgalta ve Eynaim, Israël, et descend vers la partie inférieure, AHP, les nations du monde. Cela se produit lorsque Israël elle-même pèse sur l’échelle du mérite.

Si Israël ne s’unit pas, mais plutôt se sépare, se repousse mutuellement, ou rejette la condition d’être « comme un seul homme avec un seul cœur », la Lumière ne sera pas capable de passer à travers. Quand un goulot de bouteille est bloqué, la Lumière ne peut pas descendre du monde de l’Infini à tous les êtres créés. Cela signifie que Israël pèse le monde entier selon l’échelle de la culpabilité.

Que nous le voulions ou non, par le fait d’être le peuple d’Israël, nous sommes positionnés à l’intérieur d’un tuyau qui canalise la Lumière de l’Infini vers le monde, ce qui conduit le monde entier soit à la bonté soit à la souffrance.

Question : Que sommes-nous censés faire pour passer de l’état de mort à la vie ?

Réponse : Tout dépend de notre connexion ou déconnexion. Nous devons devenir semblables à la Lumière, ou bien nous sommes simplement opposés à elle. Dans la spiritualité, il n’y a qu’une seule loi, la loi de similitude de forme entre l’être créé et le Créateur.
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 21/07/14, Écrits du Rabash

Notre prospérité vient de l’union

Dr. Michael LaitmanRevenons un instant en arrière, à notre histoire.

Quand avons-nous été réellement heureux? Quand avons-nous réussi ? Quand nous étions unis. Des images lumineuses défilent dans la mémoire collective d’Israël telles que le royaume uni d’Israël, la célébration des trois pèlerinages à l’époque du Temple, les succès économiques et militaires et, tout le respect reçu de toutes les nations du monde dus à nos accomplissements, jusqu’aux rondes de Hoara lors de la déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël.

Mais d’autres images s’élèvent également dans notre mémoire: lorsque nous avons perdu cette unité, et nous sommes dispersés en plusieurs camps, quand chacun a sombré dans l’égocentrisme et la haine gratuite, les Temples ont été détruits, et nous avons souffert de luttes intestines et de catastrophes qui ont coûté la vie à des milliers de nos frères. Cette situation nous a démunis de cette force qui était le bouclier contre nos nombreux ennemis.

Extrait de la brochure- une invitation à l’union

La sagesse n’a pas besoin d’artifice

Dr. Michael LaitmanQuestion: Il est dit que la personne qui a la lèpre doit être conduite chez le prêtre. Elle ne va pas de sa propre intiative chez le mais elle y est emmenée.

Réponse: Une personne qui a la lèpre n’atteindra jamais le niveau du prêtre lui-même. Elle est si profondément immergé dans son ego, y baigne, que l’éveil lui a été coupé. Elle devient de la nourriture pour son propre ego, consommant ainsi la peau de son corps.

Question: J’ai entendu dire que les personnes atteintes de lèpre ne sentent pas qu’elles sont malades; elles sont même fières.

Réponse: Les gens se sentent fiers d’une certaine façon de toutes les infections humaines contagieuses car l’ego veut compenser pour lui-même. Une personne veut montrer qu’elle est spéciale en quelque sorte à tous les niveaux. Ce type de compensation découle d’un défaitisme intérieur.

C’est révélé si fortement chez une personne qu’elle transforme un manque en valeur. Les gens paradent de fierté pour se justifier.

Une personne normale qui est plus ou moins équilibrée n’a pas besoin de prouver quoi que ce soit à l’intérieur d’elle-même. La sagesse est tranquillement dans une personne qui se concentre sur la réalisation spirituelle et n’a pas besoin de toute agitation ni dedésordre.

De « les secrets du livre éternel » de KabTV 12/02/14