Category Archives: Evolution

Faire un pas dans un seul cœur

Dr Michael LaitmanLe virus nous sépare physiquement, mais à cause de cela, nous commençons à rechercher des moyens de nous connecter plus intérieurement. Le manque de connexion physique nous réveille et nous aide à comprendre que nous avons besoin d’une proximité intérieure.

Laissons une distance infinie entre nous, mais nous allons toujours la franchir et nous sentir comme « un seul homme avec un seul cœur », et pas seulement que nous sommes dans une même pièce. Puis, dans ce cœur commun, nous ressentirons le Créateur à l’intérieur de nous.

De la 1ère partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, leçon sur le thème « Pessah (Pâque) » du 18/03/2020

Réévaluer les désirs

laitman_258Commentaire : Après avoir commencé à étudier la Kabbale, beaucoup de choses ont changé dans ma vie. J’ai réévalué mes valeurs et mes désirs.

Ma Réponse : En effet, une personne qui commence à étudier la Kabbale est prête à abaisser ses attentes de cette vie à un niveau minimal normal. La nourriture, le logement et la famille sont tout ce dont on a besoin au niveau physique.

Vous ne devez pas vous précipiter vers des objectifs matériels. Vous devriez aspirer à l’atteinte de l’état parfait et éternel, que vous voyez devant vous comme une possibilité à atteindre.

Tout le reste est temporaire et disparaîtra dans tous les cas. À cet égard, la sagesse de la Kabbale aide une personne à se positionner correctement par rapport aux valeurs qu’elle peut acquérir dans notre monde.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 26/01/2020

Le polythéisme : un instinct humain naturel

laitman_552.03Question : Tous les citoyens de l’ancienne Babylone adoraient de nombreux dieux. Que signifie le polythéisme ?

Réponse : Le polythéisme est une évolution naturelle de l’homme. Nous pouvons voir que même aujourd’hui de telles croyances sont préservées dans le monde, en particulier en Orient.

Le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam sont originaires d’Abraham. Toutes les autres croyances sont basées sur le polythéisme, c’est-à-dire l’existence d’une multitude de dieux, une multitude supposée de toutes sortes de forces de la nature, chacune ayant une influence particulière sur la nature et le destin de l’homme.

Question : Peut-on dire que chacun de nous est aussi un idolâtre ? Autrement dit, si une personne ne découvre pas une seule force derrière toute la matière, alors on est un idolâtre ?

Réponse : Je ne pense pas que nous déifions ces forces dans une telle mesure. Après tout, les idolâtres n’étaient pas des gens stupides ; mais, ils ont simplement vu qu’ils dépendaient grandement de diverses propriétés de la nature, mais ils ne pouvaient pas les lier ensemble. Nous non plus.

On croyait que le dieu de la pluie, le dieu du soleil, le dieu de la nuit, le dieu du jour, etc. étaient tous de grandes forces de la nature dont un homme dépend complètement et qu’il doit adorer pour maintenir de bonnes relations avec elles. Après tout, outre le fait que l’homme a déifié la nature, il a ressenti sa dépendance à son égard.

Remarque : Les gens croyaient qu’il y avait certaines forces qui pouvaient être apaisées et qui pouvaient être mieux apaisées par différents prêtres qui savaient exactement comment faire cela.

Mon Commentaire : Oui. Imaginez un paysan sans instruction et ignorant. Il préfère soumettre un sac de céréales et être sûr qu’il n’aura plus de problèmes ni avec la récolte, ni avec la sécheresse, ni avec les inondations des rivières.

Extrait de KabTV, « L’analyse du système de développement du peuple d’Israël » du 24/06/2019

La vie et la mort, partie n°5

laitman_617Pourquoi devons-nous renaître à nouveau ?

Question : Est-il possible de dire qu’en dehors du renouvellement constant des Reshimot (données génétiques), une personne doit changer son corps physiologique toutes les quelques dizaines ou centaines d’années afin de renaître dans un quelconque environnement différent et se connecter à des âmes différentes, des gens ?

Réponse : Oui, c’est nécessaire.

Question : Donc, j’ai bien compris ?

Réponse : Plus ou moins. Dans notre monde, nous ne pouvons pas utiliser notre vocabulaire pour exprimer ce qui se passe réellement dans le monde spirituel. Cependant, imaginez-le au moins de cette façon. Au moins, la vérité est qu’à cause de cela, nous commençons à faire un calcul : que m’arrive-t-il, que devrais-je faire ?

Question : Une personne a-t-elle besoin de mourir pour que les connaissances et l’expérience qu’elle a acquises dans ce monde passent aux sentiments ? Par exemple, le Baal HaSoulam donne un exemple avec le blé : le grain doit pourrir pour qu’une nouvelle pousse puisse croître à partir de lui.

Réponse : Oui. C’est vrai. De cette façon, il y a une transition de la qualité à la quantité ou, inversement, de la quantité à la qualité. Une personne vit environ 80 à 100 ans et tout ce qu’elle a acquis, toutes ses expériences, sont incarnés dans ses descendants.

Question : Où tout cela est-il stocké ?

Réponse : Les données d’information existent dans le champ d’information autour de la personne.

Question : Ce champ est-il commun à tout le monde ou chacun a-t-il le sien ?

Réponse : Chacun a son domaine personnel et il y a un domaine commun pour tout le monde qui nous dirige tous. Nous voyons même dans notre monde comment nous nous développons : toute l’humanité est attirée quelque part, mais chacun a son propre destin personnel.

Extrait de « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 14/01/2019

Le chemin pour atteindre le but supérieur, partie n°2

laitman_961.2L’enchaînement des forces supérieures vers notre monde

Question : Que signifie la séquence des racines qui arrive sous forme de cause et de conséquence ?

Réponse : Il y a deux états : primaire et secondaire, cause et conséquence. La création entière est créée par un tel processus de cause et de conséquence.

Nous voulons découvrir la création à partir de la racine la plus haute, qui est le Créateur. Il est la cause de tout et tout le reste est Sa conséquence, c’est-à-dire l’enchaînement progressif de toutes les lois, les qualités de notre monde, jusqu’à chacun de nous. Ceci est l’œuvre du Créateur, de la nature.

Le Créateur ou la nature est une seule et même chose, seule la « nature » est le sens plus large du mot, qui comprend tout.

Question : Que signifie le terme « enchaînement » ?

Réponse : Le Créateur est une qualité de don sans réserve, d’amour. C’est une qualité absolument bonne, absolument complète, d’où émanent toutes les forces, toutes les qualités de notre monde, afin que nous soyons tous sous Lui. Par conséquent, les forces représentent l’enchaînement venant de Lui (le Créateur) jusqu’à nous.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 18/08/2019

Le chemin pour atteindre le but supérieur, partie n°3

laitman_423.01Les causes des changements démographiques dans le monde

La sagesse de la Kabbale étudie l’ordre de l’enchaînement des forces supérieures à partir de la qualité qui est d’abord révélée dans Malkhout du monde de l’infini en quatre phases de la Lumière directe, puis qui descend à nous à travers le Tsimtsum Aleph (Première Restriction).

Ensuite, les Partsoufim Galgalta, ABSAGMA et BON sont formés, puis les mondes AtsiloutBriyaYetsira et Assiya, ensuite la structure spéciale est créée appelée Adam, ou l’âme commune, et la brisure de cette âme se produit. Nous sommes les morceaux de cette brisure.

L’égoïsme se manifeste de plus en plus afin de créer la possibilité d’une sorte d’ascension et de travailler, de ce fait la masse égoïste générale se divise en plus en plus de parties. Par conséquent, dans notre monde, nous ressentons que nous nous multiplions, la population de la planète augmente.

Inversement, si nous avons des relations négatives entre nous, alors la destruction et les guerres commencent, c’est-à-dire qu’une certaine partie de la population est supprimée.

Ce n’est pas parce que la guerre tue les gens comme nous le pensons, mais parce que dans ce cas, l’humanité n’a pas besoin d’un grand nombre de personnes, elle peut donc être réduite. S’il y a de la souffrance, moins d’âmes peuvent également remplir leur objectif. C’est la façon d’envisager une augmentation ou une diminution de la population sur Terre.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 18/08/2019

La famille et le mariage, partie n°6

laitman_284.01Du temps et de l’amour pour les enfants

Question : Est-ce que je comprends correctement que la nature nous a instinctivement inculqué l’amour pour les enfants seulement pour que nous apprenions à traiter les autres de la même façon ?

Répondez : Oui et non. Avec le temps, l’amour pour les enfants changera. C’est déjà en train de changer. Aujourd’hui, les gens n’ont plus les mêmes rapports avec les enfants qu’auparavant.

Au cours de toutes les générations, les enfants étaient le centre d’intérêt, d’attention et d’amour, mais tout cela est en train de changer.

Puisque notre désir, notre compréhension du monde et notre méthode de communication avec le monde extérieur changent, naturellement, l’attitude envers les enfants en tant que partie du monde change également.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 01/01/2019

La famille et le mariage, partie n°3

Qu’est-ce qui aidera à sauver le mariage ?

Question : Aujourd’hui, l’institution du mariage ne peut pas être maintenue par des impulsions ; il est donc nécessaire de rechercher des objectifs supplémentaires. Quels sont ces objectifs pour qu’un mariage dure ?

Réponse : De nos jours, la consécration religieuse du mariage ne peut pas conserver une famille. Non seulement dans une petite société, mais pratiquement partout dans le monde. Les jeunes ne s’intéressent pas à ce que l’on pense d’eux.

En règle générale, ils ne dépendent pas de leurs parents, ne vivent pas avec eux, ne sont pas dans la même société où ils sont nés et ont grandi. Généralement, les jeunes couples sont indépendants de la génération précédente et de la société dans laquelle ils ont été élevés.

Ils se séparent complètement et créent une famille à un tout autre niveau. Entre eux, des connexions nécessaires complètement différentes apparaissent. Et s’il n’y a pas de telles relations, alors comme nous le voyons, le mariage n’existe pas.

Question : Quels objectifs peuvent soutenir le mariage à l’avenir ?

Réponse : Du moins, pas des enfants communs et des biens communs, mais quelque chose qui est au-dessus de cela. Il ne peut s’agir que d’un but supérieur à la vie : j’ai besoin de cette personne en tant que mari ou femme, avec des enfants et avec tout mon mode de vie car avec eux, je gagne l’espace nécessaire dans lequel je me prépare à un objectif supérieur. Il n’y aura pas de famille sans cela.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 01/01/2019

Avancer efficacement

Question : Quelle attitude devrions-nous adopter vis-à-vis du passé, du présent et de l’avenir pour progresser plus efficacement dans la Kabbale et dans la vie ?

Réponse : D’un côté, c’est très simple, mais de l’autre, c’est difficile. C’est juste que je dois imaginer toute l’humanité, le monde entier, comme une seule entité, une seule construction, contrôlée uniquement par une force supérieure bonne. Je veux avoir ma propre relation avec cette force, m’identifier à elle, lui appartenir et y entrer. Dès que j’essaierai de m’adapter à la force supérieure, c’est-à-dire de me mettre dans un état de fusion avec le Créateur, je commencerai immédiatement à ressentir toute l’humanité comme un seul mécanisme unique.

En général, tout le monde dit que c’est probablement vrai, alors que d’autres ne parlent que de cela. Que peuvent-ils faire d’autre ? Mais je saurai, verrai, ressentirai, découvrirai, comprendrai et aussi réaliserai ceci à travers mes actions.

La sagesse de la Kabbale nous donne les outils pour intervenir correctement dans la nature à travers notre participation. Dans la mesure où je peux correctement interagir avec une nature supérieure, éternelle, parfaite et bonne, en communication absolue avec toutes ses parties, je vais la découvrir, la comprendre et la ressentir, voir son intention, le système et la formule par laquelle elle fonctionne.

Question : Comment se rapproche-t-on de l’avenir dont vous parlez ?

Réponse : Vous avez un groupe pour cela. Si ce n’est pas le cas, vous devez créer un groupe dans lequel les gens aimeraient atteindre un état où ils forment un unique tout, et le réaliseraient.

Cela ne signifie pas que vous devriez être physiquement connecté les uns aux autres. Vous devez simplement vous soutenir mutuellement dans votre mouvement vers un objectif commun, vous inquiéter de la vie spirituelle de chacun, car dans un tel groupe la vie spirituelle de chacun dépend des autres.

Par conséquent, si nous nous relions les uns aux autres de manière pleinement impliquée, où chacun est prêt à être là pour l’autre, nous commencerons alors à ressentir la manifestation d’une force positive, le Créateur, à l’intérieur de nous. Je souhaite que vous le ressentiez.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 28/04/2019

La foi dans le monde futur rend-elle la vie plus facile ?

Question : Si tout le monde disait que l’âme est la chose la plus importante et que le corps n’est rien, les gens auraient probablement une attitude différente face à la mort ?

Réponse : Il n’y a pas de doute.

Question : Pourquoi ne le font-ils pas ?

Réponse : Premièrement, parce que personne dans la population en général ne ressent cela, et deuxièmement, cela est anti-égoïste. Après tout, si c’est dirigé contre l’égoïsme, alors qui veut s’y opposer ?

Ici, il est nécessaire de penser, de faire des efforts, d’agir d’une manière ou d’une autre, d’organiser quelque chose. Que vais-je en tirer ? Rien dans ce monde : pas de nourriture, pas de sexe, pas de famille, pas de gloire, pas de connaissance.

Question : Il est probablement plus facile pour une personne de vivre avec ce que les religions pensent à propos de l’existence d’un monde futur. Mais à quel point l’espoir qu’il y ait quelque chose quelque part améliore-t-il psychologiquement la vie d’une personne ?

Réponse : Aujourd’hui, pour améliorer psychologiquement la vie d’une personne, il n’est pas nécessaire d’être religieux.

Nous voyons les religions s’estomper progressivement. Récemment, de nombreuses personnes non religieuses sont apparues qui méprisent les différentes croyances populaires, car les religions ne répondent pas spécifiquement à nos questions.

Si une personne a besoin de transformer un peu cette vie, elle a Hollywood, Internet ou autre chose. C’est suffisant pour elle. Elle se créera n’importe quel monde illusoire.

Qu’y a-t-il après la mort ? Personne ne le sait. Par conséquent, une personne ne croit plus en cela. Son ego a dépassé ces récits et ne peut plus croire, encore moins sacrifier son temps et son intelligence.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 11/12/2018