Category Archives: Evolution

La Kabbale et la psychologie sociale

Question : Je suis psychologue et je vois que la Kabbale et la psychologie sociale ont beaucoup en commun, par exemple, les règles de l’atelier. Les avez-vous pris de la psychologie ou avez-vous de telles méthodes dans la Kabbale ?

Réponse : La psychologie est apparue il y a un peu plus de 100 ans, à la fin du 19ème siècle.

La Kabbale est apparue il y a 5778 ans. De ce fait, ce n’est pas la Kabbale qui a pris quelque chose à la psychologie, mais c’est la psychologie et surtout la philosophie, comme l’écrivait le Baal HaSoulam, qui a emprunté beaucoup de la Kabbale. C’est pourquoi les psychologues pensent que la Kabbale leur a pris certaines méthodes.

Tout s’est passé dans l’autre sens parce que les livres kabbalistiques ont été écrits il y a deux, trois et quatre mille ans. De plus, si vous pénétrez dans ce que dit la Kabbale, qui ressemble à la psychologie sociale, vous découvrirez que c’est un système absolument différent.

Après tout, la méthode de la Kabbale conduit une personne à la correction sous l’influence de la force supérieure, la Lumière supérieure. Tous nos exercices, études, repas et tout le reste sont à cet effet.

La psychologie est différente. Elle utilise les forces égoïstes ordinaires et internes de la personne. Par conséquent, nous voyons qu’elle a commencé à disparaître aussi rapidement qu’elle est apparue.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 08/10/2017

Les conditions sociales vont-elles s’améliorer ?

Question : Nous constatons que les conditions sociales s’améliorent d’année en année. Les conditions de travail de la population active il y a 100 ans et aujourd’hui ne peuvent même pas être comparées. Les conditions sociales continueront-elles à s’améliorer davantage ?

Réponse : Le fait est que nous ne pouvons pas comparer les conditions actuelles avec ce qui existait il y a 100 ans, surtout en Afrique. Aujourd’hui, les Africains sont avides d’Europe et exigent qu’ils aient également un niveau de vie européen. Vous ne pouvez pas leur dire : « Comment pouvez-vous exiger cela ?! Vos pères vivaient dans des huttes avec leurs chèvres et ne connaissaient rien d’autre. »

Tout change, un changement est nécessaire. Les gens sont maintenant complètement différents. Ils ressentent l’humanité globale et leurs demandes sont déjà à un niveau différent. Par conséquent, suggérer qu’ils « vivent comme vos ancêtres » est impossible.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 24/12/2017

Découvrir le sens de la vie

Question : Vous avez étudié le sens de la vie toute votre vie. Mais le sens de la vie n’est-il pas unique pour chacun ?

Réponse : C’est correct. Nous sommes absolument différents les uns des autres et nous avons tous notre propre sens de la vie. Mais pour le trouver, il existe un système appelé la Kabbale, qui met un outil entre nos mains pour savoir comment atteindre notre sens de la vie.

Chacun a sa propre âme, la racine de son âme, son destin, son chemin vers le but, qui est de découvrir le sens de la vie, et par conséquent, chacun a sa propre route. Mais encore, il est nécessaire de connaître la façon d’y aller pour ne pas s’enfoncer dans une impasse, ne pas disparaître quelque part, ne pas dévier d’un degré, ce qui plus tard devient une grande déviation.

Afin d’atteindre correctement le but, vous avez besoin de certains guides, compétences, une canne pour marcher avec, une direction, un azimut, une carte : tout ce qui est nécessaire pour le voyageur. C’est ce que la Kabbale nous fournit.

Extrait de KabTV, « L’Actualité avec Michael Laitman » le 19/10/2017

Quand est apparu pour la 1ère fois le terme « ego » ?

Question : La science croit que le terme « ego » a été introduit par la théorie de la psychanalyse de Sigmund Freud. Mais la Kabbale est beaucoup plus ancienne que la psychologie. Quand est-ce que ce terme y est apparu pour la première fois ?

Réponse : Dans la Kabbale, ce terme à l’origine était appelé le désir de recevoir du plaisir. Il a été introduit par Adam il y a 5778 ans.

Le désir de recevoir du plaisir est la matière de notre monde.

Question : Et quand le mot « Kabbale » est-il apparu ?

Réponse : Je ne peux pas dire avec certitude quand le mot « Kabbale » a été utilisé pour la première fois, mais les anciens grecs l’ont traduit par « réception », c’est-à-dire « recevoir », la science du recevoir, de la révélation.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 10/09/2017

Faire partie de la nature

Question : Que pouvez-vous faire si vous voyez que les gens dans ce monde ne sont absolument pas connectés ?

Réponse : Malheureusement, c’est comme ça. Même toute la nature (minérale, végétale et animale) commence déjà à se fermer. Elle se révèle comme de plus en plus intégrale. Tout sans exception entre dans un seul système.

Et la nature a toujours été ainsi, mais maintenant elle se rapproche de l’homme, voulant l’inclure en elle mais sans succès. Nous nous opposons à tous ses degrés et ne pouvons pas en faire partie intégrante parce que nous ne réalisons qui nous sommes et les liens qui existent entre nous.

Il est possible d’être en désaccord avec cela et de dire : « Est-il vrai que la nature minérale, végétale et animale est intégrée ?  » Nous voyons comment les animaux s’entre-tuent, mais pour eux, c’est un moyen d’existence. Ils n’ont aucune intention de se faire du mal, ils le font pour survivre.

Mais nous ne le voyons pas parce que nous les regardons à travers notre point de vue égoïste. Si nous pouvions regarder la nature correctement, nous comprendrions qu’ils ne s’éliminent pas, mais agissent seulement en symbiose.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 13/08/2017

Le « peuple » à l’intérieur d’une personne

La Torah, Exode 23:23 : Lorsque Mon ange, guidant tes pas, t’aura introduit chez l’Amorréen, le Héthéen, le Phérézéen, le Cananéen, le Hévéen, le Jébuséen et que Je les aurai exterminés…

Toutes ces tribus symbolisent les désirs qui doivent changer en passant d’une utilisation égoïste à une utilisation altruiste.

Un ange est une force qui mène à ces désirs. Vous ressentirez comment certaines sortes d’inclinations égoïstes se révèlent en vous. Et vous pouvez les compter car chacune d’elles possède sa propre manifestation et son propre caractère, comme s’il s’agissait d’un peuple à l’intérieur de vous.

Par conséquent, c’est comme si vous deveniez d’abord une seule personne, puis une autre, puis une troisième, et ainsi de suite.

Il est écrit : « Je les aurai exterminés… » Tout en étant à l’intérieur des désirs égoïstes, vous voudrez vous en débarrasser parce que ces qualités sont absolument opposées au Créateur.

Le désir de s’en débarrasser est nécessaire ; nous ne pouvons pas faire sans. À moins qu’une personne ne décide de se débarrasser d’eux quoi qu’il arrive et ne le demande, la Lumière ne sera pas capable d’effectuer cette action.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 01/07/2013

Qui souffre ?

Question : L’histoire de l’humanité est l’histoire de l’exploitation des plus faibles par les plus forts et les plus éduqués. Si ce n’était pas les gens qui souffraient mais des pierres, ce serait plus facile de le comprendre ; ce serait comme regarder un film. Mais ce sont des gens qui ont souffert. Ou est-ce aussi une partie du film ?

Réponse : Il m’est difficile de répondre à la question : « Qui a souffert ? » En réalité, c’est notre égoïsme qui a souffert.

C’est pourquoi, en fin de compte, lorsque nous atteignons la correction, dans l’état corrigé nous ne ressentons pas que nous avons souffert, nous nous en détachons et nous nous élevons à un niveau complètement différent et opposé de celui qui a souffert.

Il s’avère que les kabbalistes, qui s’élèvent le long des niveaux d’atteinte spirituelle, découvrent de vrais états et ne s’attribuent pas le passé. Ils l’attribuent au contrôle de l’égoïsme sur eux.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/07/2017

L’entrée progressive dans la nouvelle société

Le Baal HaSulam, Les Écrits de la Dernière Génération : Il est important de faire une correction telle que personne ne réclamera ses besoins de la société. A la place, il y aura des personnes sélectionnées qui examineront les besoins de chaque personne et fourniront chaque personne. L’opinion publique dénoncera celui qui revendique quelque chose pour lui-même, comme le voleur et le scélérat d’aujourd’hui.

Ainsi, les pensées de chacun seront consacrées au don sans réserve à son prochain, comme la nature de toute édification qui le calcule, avant même que l’on ressente ses propres besoins.

Nous devons avoir foi dans la direction, en ce qu’elle sait tout, comprend tout, est plus intelligente que nous le sommes et qu’elle nous conduit correctement vers le véritable but. La société doit être consciente de cela et l’accepter volontairement.

Lorsqu’un individu est consciemment avisé du mal à l’intérieur de sa propre nature et de la nécessité d’accepter à la place la nature bienveillante du supérieur, alors il sera capable d’échanger toutes les formes d’actions physiques pour l’atteinte spirituel.

Question : Est-ce qu’une seule dizaine dans la société peut être prête pour cela, alors que le reste de la société ne l’est pas ?

Réponse : C’est l’entrée progressive. Le Baal HaSoulam écrit que la société va graduellement, dizaine par dizaine, entrer dans le nouvel état.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 31/07/2017

Comprendre le sens de la vie

Question : Si une personne vient au Créateur de toute façon, alors pourquoi nous surcharger en lisant des livres interminables ?

Réponse : Il n’y a pas besoin de vous surcharger avec quoi que ce soit. Vous avez juste besoin de comprendre qu’une personne agit selon son désir et qu’il ne peut pas y avoir de contrainte ici. La sagesse de la Kabbale s’offre aux personnes qui ressentent le besoin de leur propre réalisation au plus haut niveau. Mais pour cela, une personne doit avoir un désir intérieur.

J’avais un désir de révéler le sens de la vie. Je ne voulais rien savoir à part cela. J’ai compris que tout le reste avait été inventé par l’homme, mais le sens de la vie devait venir du plus haut niveau de la nature, peut-être de la raison.

Question : A quel âge avez-vous commencé à ressentir cela ?

Réponse : À l’âge de six ou sept ans, je devais le savoir. Cependant, pour moi cela était mélangé avec mon intérêt pour l’anthropologie et la cosmologie, je voulais soit creuser dans le sol soit aller dans l’espace au-delà des frontières de la Terre. Tout le reste, être un constructeur, un médecin, un concepteur d’avions, m’intéressait peu.

Si une personne possède une aspiration à révéler le sens de la vie, et seul un petit nombre de personnes a ce désir, alors elle commence à étudier la Kabbale. Elle doit déterrer ce secret à l’intérieur d’elle-même. Et pas du point de vue de la religion pour croire en quelque chose, mais précisément pour le révéler.

En d’autres termes, il y a des forces cachées qui doivent être révélées. Lorsque nous brisons cet écran, nous voyons ce qui se cache derrière la coquille de notre monde. Nous devons l’atteindre clairement de manière absolue, sans pensées et désirs imaginaires, seulement dans nos organes sensoriels.

Extrait de la leçon sur la Kabbale en russe, le 14/05/2017

Pourquoi l’âme a-t-elle besoin de la correction

Question : Pourquoi l’âme a-t-elle besoin d’être corrigée ?

Réponse : Dès le début, une seule créature existait appelée une âme. Pour que la créature puisse se sentir indépendante et atteindre le plus grand épanouissement, c’est-à-dire le niveau du Créateur, elle doit passer par la brisure et la correction.

Par conséquent, dans notre monde, chacun reçoit une petite partie de son âme. En chacun de nous, il y a une petite partie de l’âme générale appelée Adam HaRishon (le Premier Homme) ou simplement Adam (un désir). Le remplissage de l’âme est la Lumière.

En fait, la créature ne se ressent pas au début de sa création car en elle il y avait un très petit désir et une toute petite Lumière. Pour l’amener à un état de ressemblance avec le Créateur, l’âme a été brisée en 600 000 parties principales, et à la suite de la division continuelle, elle est devenue une multitude de beaucoup plus de fragments.

Dans chaque fragment, signifiant dans une petite âme individuelle, il y a un désir et son remplissage. Pendant la brisure, ces fragments ont commencé à se sentir indépendants ; des cloisonnements sont apparus entre eux, comme il y en a entre les gens, et ils commencèrent à se sentir coupés, arrachés et détachés les uns des autres. Ce rejet s’appelle l’égoïsme. Et à l’heure actuelle, il est nécessaire de rassembler tous les fragments et de les amener à leur état d’origine, de les connecter en un seul désir général et de les remplir d’une seule Lumière générale.

Mais où donc disparaîtra l’égoïsme, qui nous sépare d’une manière telle que chacun est emprisonné dans sa Klipa (écorce) ? Nulle part. Il nous appartient de nous connecter les uns aux autres contre l’égoïsme, et ainsi nous recevons une Lumière qui est 613 fois plus grande qu’elle ne l’était auparavant.

De cette façon, au lieu de ressentir un tout petit peu de vie, du froid ici, du chaud là-bas, un peu de lumière, un peu d’ombre, on commence à ressentir des états perçants. Nous ressentons « avec qui nous avons affaire », qui nous donne le pouvoir et la vie, comment il est possible de se rapporter au Créateur et d’entrer en relation avec Lui : « Je suis au plus Haut et Il est pour moi. » En d’autres termes, nous commençons à atteindre le Créateur et à nous élever à Son niveau.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 23/04/2017