Category Archives: Fêtes

Pharaon : travailler dans la raison

214Question : Comment Pharaon, la force négative en nous, peut-il rapprocher les gens qui veulent atteindre le Créateur ?

Réponse : La force de Pharaon ne nous semble que négative. En fait, elle nous taquine en quelque sorte et nous rapproche du Créateur.

Elle réveille l’égoïsme en nous et nous tire vers l’avant, ostensiblement pour des satisfactions égoïstes. Lorsque nous nous rapprochons, il s’avère soudain que nous ne pouvons rien découvrir ni personne avec l’aide de l’égoïsme. Nous restons comme avec un pichet brisé.

Cela signifie que nous parvenons à atteindre le Créateur à travers la reconnaissance du mal de notre nature.

Question : Pharaon signifie travailler dans la raison lorsqu’une personne veut comprendre l’ensemble du processus avec son intelligence. Qu’y a-t-il de mal à cela ?

Réponse : Ce n’est pas la question. Ce n’est ni bien ni mal. Mais il est impossible de comprendre ce processus avec votre intelligence, tout comme il est impossible de voir le monde spirituel avec nos yeux. Nous comprenons que notre vision ne perçoit qu’une certaine quantité d’informations à une certaine fréquence et rien d’autre. Un réglage approprié est nécessaire ici, et il est obtenu à travers l’assiduité.

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 14/04/2022

Comment se juger soi-même ?

220Question : Il existe une chose telle que le jour du jugement (en hébreu, Yom Kippour). Que juge une personne ce jour-là ?

Réponse : Ce jour est célébré comme un jour de jugement de manière purement symbolique. Le jour de Yom Kippour, une personne doit considérer ses propres actions et être capable de les juger comme étant des péchés. Cela est donné à des individus particuliers et pas toujours à chaque génération.

Et tout le reste ne sont que des représentations théâtrales de siècle en siècle jouées parmi les Juifs religieux.

Question : Votre professeur le Rabash dit que le mot « prière » (Tefila) vient du verbe « LeHitpalel » (se juger soi-même). Du point de vue de la Kabbale, la prière est-elle un jugement ?

Réponse : Oui. Une personne se juge elle-même et voit que ses actions, dans une certaine mesure, étaient absolument illicites, mauvaises. Mais cela ne se manifeste que dans la mesure où elle reçoit une certaine fraction de la Lumière supérieure. Et en fonction de cette Lumière, avec ses propriétés, elle peut s’évaluer.

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 11/01/2022

La saga de Pourim : le changement des désirs

546.02Question : Dans l’histoire de Pourim, le Roi Assuérus invite la Reine Vashti à un festin, mais elle refuse d’y participer. C’est très étrange. Comment se fait-il que la Reine ait refusé ?

Réponse : La Reine Vashti personnifie toute la création (le désir commun). Et la création n’est pas encore prête à assister à une si grande fête du Créateur ou du Roi, car tout n’a pas encore été corrigé. Par conséquent, Vashti n’étant pas prête à recevoir, elle refuse de prendre part à la fête.

Le Roi décide alors de changer ce désir, c’est-à-dire de changer la Reine. Il annonce un concours de beauté et choisit une nouvelle Reine, un nouveau désir, qui dans cet état peut encore recevoir. Ainsi, Esther la nièce de Mardochée devient la Reine.

Mardochée est l’une des personnes qui vivaient dans le palais du Roi. Lorsqu’il était jeune, il a découvert un complot contre le Roi et l’a sauvé. Du point de vue de la Kabbale, cela signifie que tant dans le monde spirituel que dans notre monde, il existe de nombreuses forces pour et contre, positives et négatives.

Par le Roi, nous entendons le Créateur lui-même. Par conséquent, il existe des forces à la fois contre Lui et pour Lui.

L’histoire de Pourim raconte comment le regroupement des forces a lieu pour aboutir à la révélation absolue de toute la gouvernance du Créateur.

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 15/03/2022

Vous ne pouvez pas fuir le Créateur !

610.2Commentaire : A Yom Kippour, la tradition veut que nous lisions l’histoire du prophète Jonas, qui clarifie la responsabilité de tout le peuple d’Israël, en particulier de ceux qui aspirent à l’atteinte spirituelle, pour se corriger et transmettre cela aux autres.

Ma Réponse : Cette histoire raconte comment le Créateur a demandé au prophète Jonas de se rendre dans la ville de Ninive pour sauver les gens, c’est-à-dire pour les sauver de l’égoïsme. Jonas ne voulait pas y aller, il est monté sur un bateau et a pris la mer.

Le Créateur a causé une tempête de mer, et pour sauver le navire, les marins ont commencé à chercher le responsable. Dans la cale du navire, ils trouvèrent Jonas qui dormait paisiblement et lui demandèrent : « Comment peux-tu dormir tranquillement ? Nous sommes en train de couler ! Que devons-nous faire ? » Il a répondu : « C’est à cause de moi. Si vous voulez que la tempête se calme, jetez-moi à la mer. »

Les marins n’eurent d’autre choix que de le faire, et la mer se calma immédiatement. Jonas a été avalé par un gros poisson qui l’a amené sur le rivage près de la ville de Ninive.

Il se rendit dans cette ville et accomplit ce que le Créateur lui avait ordonné, à savoir rendre justes tous les habitants de Ninive, c’est-à-dire transformer leurs mauvaises relations en bonnes.

Question : Cela signifie-t-il qu’il ne pouvait pas échapper à son devoir ?

Réponse : L’homme ne pourra jamais fuir le Créateur ! C’est évident.

Chaque personne a sa propre mission pour faire de bonnes actions dans le monde. Elle doit l’accomplir et ne pas fuir ses devoirs. C’est ce que symbolise pour nous Yom Kippour (le Jour du grand pardon), à savoir la partie de la Torah appelée « Le Livre de Jonas ».

Il existe un programme de la création, et si un désir de correction a été éveillé chez une personne et qu’elle a entamé ce processus, alors il est impossible de fuir.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV

Quand le bien et le mal fusionnent

962.3Question : Quel est ce commandement de boire du vin à Pourim à tel point que l’on ne distingue pas Haman le brigand de la qualité pure de Mordechai ?

Réponse : A la réparation finale nous recevons tellement de lumière (symbolisée par le vin) que nous ne sommes pas capables de déterminer où se trouve le mal et où se trouve le bien car il n’y a plus de différence entre eux. Ils sont réunis en une seule réalisation de la racine supérieure d’où émanent le plus et le moins. Il n’y a pratiquement rien là, seulement une attitude bienveillante à notre égard.

Une personne acquiert la capacité de voir toutes sortes d’événements, bons ou mauvais, comme un seul et même événement. Aujourd’hui encore, la Kabbale nous conseille de traiter tout de la même manière : Il n’y a que « Le Bien qui fait le bien » en toute chose, « Il n’y a rien hormis Lui ».

Lorsque nous traitons tout comme un bien venant du Créateur, nous nous rapprochons de Lui à chaque fois.

Question : Une personne qui atteint la correction peut justifier intérieurement n’importe quoi, même les choses les plus terribles ?

Réponse : Elle doit les justifier car tout vient du Créateur, et il n’y a rien qui ne vienne de Lui. Et Il est la bonté absolue.

Si nous ne comprenons pas cela et ne pouvons pas le justifier, cela signifie seulement notre manque de correction.

Extrait de « États spirituels » de KabTV

Les evénements matériels et les racines spirituelles

112Commentaire : Le grand kabbaliste ARI a écrit que dans le futur, toutes les fêtes seront annulées sauf Pourim.

Ma réponse : Toutes les fêtes parlent d’états spirituels intermédiaires sur le chemin de la correction de l’égoïsme pur à l’altruisme complet, plein d’amour, et donc le dernier état ne sera pas annulé. Il s’agit de Pourim.

Question : Comment les gens ont-ils écrit le « rouleau d’Esther  » ?

Réponse : Ils étaient dans cet état spirituellement.

Commentaire : Mais le rouleau est écrit comme une histoire pour enfants.

Ma réponse : C’est ce que nous pensons.

Question : Il est clair qu’il y a une certaine profondeur mais si l’on regarde simplement, il est dit que la fête a duré cent quatre-vingts jours. Comment cela peut-il être possible ?

Réponse : Pourquoi pas ? Ils ne sont pas restés assis à table toute la journée. Les dirigeants de tous les États subordonnés se réunissaient, discutaient ensemble, étudiaient quelque chose, regardaient des danses, allaient à la chasse et dînaient. Tout cela s’appelle un festin.

Derrière tout cela, il y a des états spirituels, c’est pourquoi ils l’ont décrit.

Question : Ont-ils pris comme base les événements de notre monde ?

Réponse : Oui. Le fait est que tout événement de notre monde a sa racine dans le monde spirituel. Ainsi, lorsqu’ils décrivaient des événements particuliers, ils indiquaient leurs racines. Par conséquent, nous savons que c’est ainsi que les choses se sont passées, et que c’est ainsi qu’elles doivent être.

Extrait de « États spirituels » de KabTV

Choisir le chemin de la correction

272Pourim vient du mot « Pour » (destin ou sort).

C’est-à-dire que le sort est jeté comme s’il déterminait qui conduira l’humanité vers un état bon, absolu, final et obligatoire. Ou bien l’humanité le fera elle-même consciemment, et alors son chemin sera court, agréable, et adapté à l’humanité avancée. Ou bien ce sera un chemin fait de coups terribles infligés par la force de la nature, de conditions effroyables et de guerres.

Soit nous attirons la force du bien et elle nous développe, soit la force du mal agit automatiquement dans la nature, comme il est écrit : « J’ai créé le mauvais penchant ; je lui ai créé la Torah comme une épice. » Elle nous pousse constamment et nous fait toujours avancer.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV

Derrière le masque de la dissimulation

273.01Question : D’où vient la coutume de se déguiser pour la fête de Pourim ?

Réponse : Dans ce monde, nous ne voyons pas la vérité parce que tout ici est délibérément caché. Nous ne savons pas où est la vérité, où est le mensonge, ou ce qui nous arrive du tout. Le monde entier est un théâtre. L’homme porte toujours une sorte de masque.

Pourim est différent. Lorsque nous mettons des masques, nous prétendons être quelqu’un d’autre parce que toute la création est cachée sous un masque. Nous ne voyons pas le Créateur, ni autrui, nous ne comprenons pas ce qui est quoi. Et puis, tout est révélé.

De la dissimulation nous arrivons à la révélation.

Question : Est-ce comme un masque sur le désir de recevoir ? Sinon, si nous devions nous connecter de manière purement égoïste, ce serait difficile, non ?

Réponse : Ce serait impossible. C’est précisément parce que nous jouons avec des masques et que le monde entier porte des masques (c’est pourquoi le monde s’appelle Olam, du mot « Alama », dissimulation) que nous nous rapprochons de la découverte, de Pourim.

Des « États spirituels » de KabTV

Amalek montre le chemin vers le Créateur

547.02Amalek est une force qui me pousse soi-disant loin de la spiritualité à condition que je m’efforce vraiment d’y parvenir.  Cela me force à renforcer mon aspiration et à chercher un moyen de me connecter au Créateur afin qu’Il me donne la bonne force avec laquelle je peux combattre Amalek, le vaincre et venir au Créateur.

Amalek est une aide à notre encontre.  Il m’aide à trouver comment atteindre le Créateur en me tenant sur mon chemin et en me disant qu’il ne me laissera pas entrer chez le Créateur.  S’il n’y avait pas d’Amalek, je ne saurais même pas que ce chemin mène au Créateur et qu’il est possible de l’atteindre.

Et soudain, Amalek apparaît et dit: « Je ne vous laisserai pas vous rapprocher du Créateur! »  Autrement dit, il me donne une direction, révèle que c’est la voie à suivre, mais il ne me permet tout simplement pas d’avancer.  Amalek me montre que je n’ai pas encore la force d’avancer et que j’ai besoin de l’acquérir, que j’ai besoin de me tourner vers le Créateur et de me renforcer dans le groupe.  Je rassemblerai ainsi des forces pour avancer et lutter contre Amalek.

Que fait Amalek?  Il me montre le chemin vers le Créateur sous une forme inversée!  Il dit: « Ceci est le chemin, mais vous n’avez pas la force de l’emprunter, vous n’êtes pas capable de le faire. »

Essayez de faire un pas vers le groupe, de vous rapprocher vraiment de vos amis, et vous verrez que vous vous tenez devant un mur qui ne peut être brisé.  Il n’y a pas d’autre choix que de se tourner vers le Créateur.  De cette façon, Amalek me rapproche du Créateur, il me montre que je ne peux pas le faire par moi-même.

Amalek n’apparaît que lorsque je suis déjà hors du désir de recevoir, hors de la force de Pharaon, et je veux venir au Créateur.  Amalek se bat contre mon intention en vue du don sans réserve.  C’est une force très importante sans laquelle il est impossible de s’élever dans la spiritualité.  Ce n’est qu’à la réparation finale que nous vainquons finalement Amalek, en corrigeant toutes nos intentions dans un souci de don sans réserve.

Et si les forces perverses disparaissaient avant ce moment-là, je ne saurais pas où aller, comme c’est le cas avec toute l’humanité maintenant.  Il y a tellement plus à apprendre de tels coups comme la pandémie du coronavirus, les guerres et autres problèmes pour finalement être d’accord qu’il est temps de cesser de se battre, de détruire toutes les armes et de commencer à vivre en paix.

C’est très difficile à faire parce qu’une personne n’a que des désirs égoïstes, car on dit que le Créateur a créé le mauvais penchant.  Et si je veux sortir de l’égoïsme, j’ai aussi besoin de la Torah, la lumière de la correction.

Si je me tourne vers le Créateur, je reçois de Lui la force de lutter contre Amalek.  C’est pourquoi le Créateur réveille Amalek, il me force à me tourner vers le Créateur pour obtenir de l’aide.  Le Créateur joue des deux côtés.

Dans la mesure où une personne s’efforce d’atteindre le don, l’union et la spiritualité, elle découvre un obstacle en fonction de son niveau.  Amalek sont des intentions égoïstes.  Ce n’est pas seulement une préférence pour la satisfaction matérielle, mais une force qui s’oppose à la force du don sans réserve, de l’union, la base intérieure de la correction.

Amalek est une Klipa plus élevée que Pharaon.  Pharaon est le désir général de plaisir, et Amalek se rapporte au chemin individuel.  Lorsque le peuple d’Israël est sorti d’Egypte et a voulu atteindre la terre d’Israël à travers le désert, Amalek est apparu devant lui.  Autrement dit, étant déjà sur la bonne voie, dans la bonne direction, avec de bonnes intentions, un obstacle se présente appelé Amalek, ce qui signifie « en vue de recevoir » (héb : Al Menat Lekabel).

Plus une personne veut être dans l’intention du don sans réserve, plus «l’aide à son encontre», l’intention égoïste, se manifeste.  C’est une Klipa[peau/écorce] qui protège le Kli, le fruit spirituel, en l’aidant à atteindre la sainteté.  Nous voyons que tous les fruits poussent à l’intérieur d’une peau, ce qui les préserve pendant la maturation.  Jusqu’à ce que le fruit soit mûr, la peau le protège et empêche les parasites de pénétrer à l’intérieur.  Et lorsque le fruit mûrit, le besoin de la peau disparaît et il devient une partie du fruit lui-même.

Amalek apparaît à tous les niveaux du développement du désir de plaisir et lui donne l’opportunité de grandir correctement.  Au fur et à mesure que nous avançons, nous verrons que le Créateur nous guide constamment et nous dit comment travailler avec les états que nous traversons.  Tous sont donnés à une personne uniquement pour l’aider à atteindre son objectif.  Rien de nocif n’a été créé dans le monde.  La personne est juste normale, c’est juste qu’elle ne sait tout simplement pas comment utiliser ce que le Créateur lui a donné.

Tiré de la leçon quotidienne de Kabbale 18/04/21, «Amalek»

Les états spirituels peuvent-ils être vus dans la vie de tous les jours?

28.02Commentaire: Toutes les sources kabbalistiques ne parlent que de deux forces, altruiste et égoïste, mais dans des interprétations différentes, à travers différentes histoires allégoriques, qui parlent de leur interaction. Tout est aussi simple que cela – deux forces et c’est tout.

Ma réponse: Non, ce n’est pas facile parce que les deux forces sont en nous, et en nous, nous devons comprendre quand, comment et dans quelle mesure chacune d’elles domine en nous.

Question: Et comment toutes les situations de l’histoire de l’exode d’Egypte peuvent-elles être transférées dans notre vie ordinaire? Puis-je voir comment la puissance de l’égoïsme détruit mes inclinations à l’altruisme, à l’amour?

Réponse: Où le verrez-vous? Toute notre vie présente et future est bâtie sur l’égoïsme, il n’y a rien d’altruiste à ce sujet. Le Créateur est caché. A Sa place Lui, il y a seulement Pharaon.

Question: Mais toutes les histoires bibliques décrivent des états spirituels qu’une personne traverse. Peuvent-elles être considérées comme des manifestations de la vie matérielle à travers des situations extérieures qui entourent une personne?

Réponse: Non. Après tout, nous n’avons pas encore traversé d’états spirituels. Nous sommes toujours dans un état où Pharaon se manifeste progressivement et se manifeste comme un mal pour nous. Cette période est appelée la reconnaissance du mal.

Des «États spirituels» de KabTV 26/03/21