Category Archives: Fêtes

Quand le bien et le mal fusionnent

962.3Question : Quel est ce commandement de boire du vin à Pourim à tel point que l’on ne distingue pas Haman le brigand de la qualité pure de Mordechai ?

Réponse : A la réparation finale nous recevons tellement de lumière (symbolisée par le vin) que nous ne sommes pas capables de déterminer où se trouve le mal et où se trouve le bien car il n’y a plus de différence entre eux. Ils sont réunis en une seule réalisation de la racine supérieure d’où émanent le plus et le moins. Il n’y a pratiquement rien là, seulement une attitude bienveillante à notre égard.

Une personne acquiert la capacité de voir toutes sortes d’événements, bons ou mauvais, comme un seul et même événement. Aujourd’hui encore, la Kabbale nous conseille de traiter tout de la même manière : Il n’y a que « Le Bien qui fait le bien » en toute chose, « Il n’y a rien hormis Lui ».

Lorsque nous traitons tout comme un bien venant du Créateur, nous nous rapprochons de Lui à chaque fois.

Question : Une personne qui atteint la correction peut justifier intérieurement n’importe quoi, même les choses les plus terribles ?

Réponse : Elle doit les justifier car tout vient du Créateur, et il n’y a rien qui ne vienne de Lui. Et Il est la bonté absolue.

Si nous ne comprenons pas cela et ne pouvons pas le justifier, cela signifie seulement notre manque de correction.

Extrait de « États spirituels » de KabTV

Les evénements matériels et les racines spirituelles

112Commentaire : Le grand kabbaliste ARI a écrit que dans le futur, toutes les fêtes seront annulées sauf Pourim.

Ma réponse : Toutes les fêtes parlent d’états spirituels intermédiaires sur le chemin de la correction de l’égoïsme pur à l’altruisme complet, plein d’amour, et donc le dernier état ne sera pas annulé. Il s’agit de Pourim.

Question : Comment les gens ont-ils écrit le « rouleau d’Esther  » ?

Réponse : Ils étaient dans cet état spirituellement.

Commentaire : Mais le rouleau est écrit comme une histoire pour enfants.

Ma réponse : C’est ce que nous pensons.

Question : Il est clair qu’il y a une certaine profondeur mais si l’on regarde simplement, il est dit que la fête a duré cent quatre-vingts jours. Comment cela peut-il être possible ?

Réponse : Pourquoi pas ? Ils ne sont pas restés assis à table toute la journée. Les dirigeants de tous les États subordonnés se réunissaient, discutaient ensemble, étudiaient quelque chose, regardaient des danses, allaient à la chasse et dînaient. Tout cela s’appelle un festin.

Derrière tout cela, il y a des états spirituels, c’est pourquoi ils l’ont décrit.

Question : Ont-ils pris comme base les événements de notre monde ?

Réponse : Oui. Le fait est que tout événement de notre monde a sa racine dans le monde spirituel. Ainsi, lorsqu’ils décrivaient des événements particuliers, ils indiquaient leurs racines. Par conséquent, nous savons que c’est ainsi que les choses se sont passées, et que c’est ainsi qu’elles doivent être.

Extrait de « États spirituels » de KabTV

Choisir le chemin de la correction

272Pourim vient du mot « Pour » (destin ou sort).

C’est-à-dire que le sort est jeté comme s’il déterminait qui conduira l’humanité vers un état bon, absolu, final et obligatoire. Ou bien l’humanité le fera elle-même consciemment, et alors son chemin sera court, agréable, et adapté à l’humanité avancée. Ou bien ce sera un chemin fait de coups terribles infligés par la force de la nature, de conditions effroyables et de guerres.

Soit nous attirons la force du bien et elle nous développe, soit la force du mal agit automatiquement dans la nature, comme il est écrit : « J’ai créé le mauvais penchant ; je lui ai créé la Torah comme une épice. » Elle nous pousse constamment et nous fait toujours avancer.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV

Derrière le masque de la dissimulation

273.01Question : D’où vient la coutume de se déguiser pour la fête de Pourim ?

Réponse : Dans ce monde, nous ne voyons pas la vérité parce que tout ici est délibérément caché. Nous ne savons pas où est la vérité, où est le mensonge, ou ce qui nous arrive du tout. Le monde entier est un théâtre. L’homme porte toujours une sorte de masque.

Pourim est différent. Lorsque nous mettons des masques, nous prétendons être quelqu’un d’autre parce que toute la création est cachée sous un masque. Nous ne voyons pas le Créateur, ni autrui, nous ne comprenons pas ce qui est quoi. Et puis, tout est révélé.

De la dissimulation nous arrivons à la révélation.

Question : Est-ce comme un masque sur le désir de recevoir ? Sinon, si nous devions nous connecter de manière purement égoïste, ce serait difficile, non ?

Réponse : Ce serait impossible. C’est précisément parce que nous jouons avec des masques et que le monde entier porte des masques (c’est pourquoi le monde s’appelle Olam, du mot « Alama », dissimulation) que nous nous rapprochons de la découverte, de Pourim.

Des « États spirituels » de KabTV

Amalek montre le chemin vers le Créateur

547.02Amalek est une force qui me pousse soi-disant loin de la spiritualité à condition que je m’efforce vraiment d’y parvenir.  Cela me force à renforcer mon aspiration et à chercher un moyen de me connecter au Créateur afin qu’Il me donne la bonne force avec laquelle je peux combattre Amalek, le vaincre et venir au Créateur.

Amalek est une aide à notre encontre.  Il m’aide à trouver comment atteindre le Créateur en me tenant sur mon chemin et en me disant qu’il ne me laissera pas entrer chez le Créateur.  S’il n’y avait pas d’Amalek, je ne saurais même pas que ce chemin mène au Créateur et qu’il est possible de l’atteindre.

Et soudain, Amalek apparaît et dit: « Je ne vous laisserai pas vous rapprocher du Créateur! »  Autrement dit, il me donne une direction, révèle que c’est la voie à suivre, mais il ne me permet tout simplement pas d’avancer.  Amalek me montre que je n’ai pas encore la force d’avancer et que j’ai besoin de l’acquérir, que j’ai besoin de me tourner vers le Créateur et de me renforcer dans le groupe.  Je rassemblerai ainsi des forces pour avancer et lutter contre Amalek.

Que fait Amalek?  Il me montre le chemin vers le Créateur sous une forme inversée!  Il dit: « Ceci est le chemin, mais vous n’avez pas la force de l’emprunter, vous n’êtes pas capable de le faire. »

Essayez de faire un pas vers le groupe, de vous rapprocher vraiment de vos amis, et vous verrez que vous vous tenez devant un mur qui ne peut être brisé.  Il n’y a pas d’autre choix que de se tourner vers le Créateur.  De cette façon, Amalek me rapproche du Créateur, il me montre que je ne peux pas le faire par moi-même.

Amalek n’apparaît que lorsque je suis déjà hors du désir de recevoir, hors de la force de Pharaon, et je veux venir au Créateur.  Amalek se bat contre mon intention en vue du don sans réserve.  C’est une force très importante sans laquelle il est impossible de s’élever dans la spiritualité.  Ce n’est qu’à la réparation finale que nous vainquons finalement Amalek, en corrigeant toutes nos intentions dans un souci de don sans réserve.

Et si les forces perverses disparaissaient avant ce moment-là, je ne saurais pas où aller, comme c’est le cas avec toute l’humanité maintenant.  Il y a tellement plus à apprendre de tels coups comme la pandémie du coronavirus, les guerres et autres problèmes pour finalement être d’accord qu’il est temps de cesser de se battre, de détruire toutes les armes et de commencer à vivre en paix.

C’est très difficile à faire parce qu’une personne n’a que des désirs égoïstes, car on dit que le Créateur a créé le mauvais penchant.  Et si je veux sortir de l’égoïsme, j’ai aussi besoin de la Torah, la lumière de la correction.

Si je me tourne vers le Créateur, je reçois de Lui la force de lutter contre Amalek.  C’est pourquoi le Créateur réveille Amalek, il me force à me tourner vers le Créateur pour obtenir de l’aide.  Le Créateur joue des deux côtés.

Dans la mesure où une personne s’efforce d’atteindre le don, l’union et la spiritualité, elle découvre un obstacle en fonction de son niveau.  Amalek sont des intentions égoïstes.  Ce n’est pas seulement une préférence pour la satisfaction matérielle, mais une force qui s’oppose à la force du don sans réserve, de l’union, la base intérieure de la correction.

Amalek est une Klipa plus élevée que Pharaon.  Pharaon est le désir général de plaisir, et Amalek se rapporte au chemin individuel.  Lorsque le peuple d’Israël est sorti d’Egypte et a voulu atteindre la terre d’Israël à travers le désert, Amalek est apparu devant lui.  Autrement dit, étant déjà sur la bonne voie, dans la bonne direction, avec de bonnes intentions, un obstacle se présente appelé Amalek, ce qui signifie « en vue de recevoir » (héb : Al Menat Lekabel).

Plus une personne veut être dans l’intention du don sans réserve, plus «l’aide à son encontre», l’intention égoïste, se manifeste.  C’est une Klipa[peau/écorce] qui protège le Kli, le fruit spirituel, en l’aidant à atteindre la sainteté.  Nous voyons que tous les fruits poussent à l’intérieur d’une peau, ce qui les préserve pendant la maturation.  Jusqu’à ce que le fruit soit mûr, la peau le protège et empêche les parasites de pénétrer à l’intérieur.  Et lorsque le fruit mûrit, le besoin de la peau disparaît et il devient une partie du fruit lui-même.

Amalek apparaît à tous les niveaux du développement du désir de plaisir et lui donne l’opportunité de grandir correctement.  Au fur et à mesure que nous avançons, nous verrons que le Créateur nous guide constamment et nous dit comment travailler avec les états que nous traversons.  Tous sont donnés à une personne uniquement pour l’aider à atteindre son objectif.  Rien de nocif n’a été créé dans le monde.  La personne est juste normale, c’est juste qu’elle ne sait tout simplement pas comment utiliser ce que le Créateur lui a donné.

Tiré de la leçon quotidienne de Kabbale 18/04/21, «Amalek»

Les états spirituels peuvent-ils être vus dans la vie de tous les jours?

28.02Commentaire: Toutes les sources kabbalistiques ne parlent que de deux forces, altruiste et égoïste, mais dans des interprétations différentes, à travers différentes histoires allégoriques, qui parlent de leur interaction. Tout est aussi simple que cela – deux forces et c’est tout.

Ma réponse: Non, ce n’est pas facile parce que les deux forces sont en nous, et en nous, nous devons comprendre quand, comment et dans quelle mesure chacune d’elles domine en nous.

Question: Et comment toutes les situations de l’histoire de l’exode d’Egypte peuvent-elles être transférées dans notre vie ordinaire? Puis-je voir comment la puissance de l’égoïsme détruit mes inclinations à l’altruisme, à l’amour?

Réponse: Où le verrez-vous? Toute notre vie présente et future est bâtie sur l’égoïsme, il n’y a rien d’altruiste à ce sujet. Le Créateur est caché. A Sa place Lui, il y a seulement Pharaon.

Question: Mais toutes les histoires bibliques décrivent des états spirituels qu’une personne traverse. Peuvent-elles être considérées comme des manifestations de la vie matérielle à travers des situations extérieures qui entourent une personne?

Réponse: Non. Après tout, nous n’avons pas encore traversé d’états spirituels. Nous sommes toujours dans un état où Pharaon se manifeste progressivement et se manifeste comme un mal pour nous. Cette période est appelée la reconnaissance du mal.

Des «États spirituels» de KabTV 26/03/21

Une transition vers une nouvelle existence

709Commentaire: La mer Rouge (Yam Souf – Mer finale) s’ouvre par le pouvoir de la foi de l’homme lorsque Moïse lève son bâton. «Le bâton» en hébreu se dit «Maté» du mot «Mata» signifiant en bas.

Ma réponse: Un homme abaisse son égoïsme et passe ainsi à travers tous les obstacles. Il n’est pas guidé par la raison et la logique, mais par cela il veut donner sans réserve.

Cependant, cela est complètement irréaliste pour lui, car le don, l’amour et la connexion avec les autres sont au-dessus de la réception, du gain personnel et du salut personnel. C’est ce que personnifie le saut de Nachshon dans les puissantes vagues de la mer Rouge.

Question: Pourquoi Nachshon (la qualité de l’homme) saute-t-il dans la mer et non Moïse? D’habitude, le chef commence.

Réponse: Le fait est que Moïse est au-dessus de la qualité de Nachshon. Moïse est Bina, et par conséquent, ce n’est pas du tout un problème pour lui d’être dans le don sans réserve et l’amour. C’est tout ce qui le guide lorsqu’il conduit les enfants d’Israël (désirs), les libère progressivement de l’égoïsme et les conduit à s’aimer entre eux.

Question: Quel est ce miracle qu’une personne se voit soudain offrir une telle opportunité de penser et de se soucier des autres plus que d’elle-même? Après tout, en principe, cela n’est pas naturel et n’apporte aucune récompense.

Réponse: C’est une transition vers une existence complètement différente, lorsque le don sans réserve, l’amour et une bonne attitude envers les autres sont au-dessus de l’attitude égoïste. Un homme entre dans cet état presque pour toujours. Si auparavant il vivait dans son égoïsme habituel, uniquement «pour lui-même», alors, après avoir traversé cette frontière, il ne commence à vivre que «dans l’intérêt des autres».

Question: Est-ce que la vision du monde d’une personne, son approche de la vie changent?

Réponse: Absolument dans tout. Hors de la frontière égyptienne, notre attitude envers le monde change complètement. Il n’y a plus de considération de soi. Vous prenez en compte constamment les autres. Vous savez avec certitude que tout ce qui surgit à l’intérieur de vous doit être inversé en don et en amour.

Question: Mais qu’est-ce qui motive une personne? Pourquoi agit-elle ainsi?

Réponse: parce que c’est la qualité du Créateur. Et elle veut être plus proche de Lui.

Question: Et si cela n’avait pas été la qualité du Créateur, alors elle n’aurait pas fait de telles actions?

Réponse: Non, car elle n’aurait eu aucune raison. C’est la seule raison.

Tiré des «États spirituels» de KabTV le 02/04/21

 

Le décompte de l’Omer

032.01Jour après jour, nous étudions et clarifions le chemin que nous devons parcourir depuis l’exode d’Égypte jusqu’à la réparation finale, c’est-à-dire la révélation de tout le programme de développement.

Lorsque nous parviendrons à nous élever au-dessus de notre désir égoïste appelé Pharaon et à cesser de dépendre de lui, en restreignant notre égoïsme, cela signifiera que nous quittons l’Égypte, recevoir  pour nous-mêmes, et entrerons dans un nouvel état spirituel.

Le monde spirituel, qui nous est absolument inconnu, s’ouvrira devant nous, alors comment pouvons-nous comprendre où nous en sommes?  Par conséquent, l’exode d’Égypte est suivi d’une période appelée le décompte de l’Omer – lorsque nous comptons les désirs révélés en nous dans notre relation avec le groupe et les relions en une gerbe (Omer) comme des épis de blé.

Nous collectons les désirs qui se révèlent en nous et les attachons à cette gerbe.  Leur correction réside précisément dans le fait que nous les regroupons.  Lorsque tous les désirs du groupe sont rassemblés en un seul, cette structure devient prête à recevoir la lumière supérieure.  Cela signifie que nous avons été récompensés du don de la Torah et sommes arrivés à l’étape suivante appelée Chavouot (fin du décompte de sept semaines).

La lumière supérieure apparait dans notre connexion parce que nous sommes devenus comme la lumière: le Créateur apparait aux êtres créés dans l’état appelé «debout devant le mont Sinaï».

Chacun de la dizaine se connecte à elle, puis des dizaines se connectent en un seul tout, et deviennent comme la lumière, et la lumière nous apparait.  C’est la condition pour recevoir la Torah, recevoir la lumière supérieure.

Tout le travail consiste à changer notre intention afin de ne plus penser à nous-mêmes, à notre propre intérêt, mais de penser au Créateur, à Son intérêt.  Et nous ne pouvons le faire qu’à la condition d’être connectés, car le Créateur se révèle que dans notre connexion.  Si nous voulons vraiment Lui donner du contentement, nous devons nous unir à nos amis et permettre ainsi au Créateur de se révéler en nous.

Tout le plaisir du Créateur est d’apparaitre aux êtres créés et de ressentir comment ils aiment sa révélation.  C’est comme une mère dont tout le bonheur est de voir ses enfants en bonne santé et heureux.

La seule façon d’apporter le contentement au Créateur est de lui donner l’opportunité de nous combler et de nous faire plaisir.  C’est ainsi que nous devenons identiques : je fais plaisir au Créateur en ayant du plaisir en Lui.

Cours quotidien de Kabbale du 13/4/2021 : le décompte de l’Omer

L’ouverture de la mer Rouge

709Question: L’ouverture de la mer Rouge est l’un des miracles, un phénomène surnaturel, qui fait débat depuis plus de 3000 ans: est-ce vraiment arrivé?  Comment commenteriez-vous cela?

Réponse: Je dirai que tout phénomène qui peut survenir spirituellement à toute personne au cours de son développement spirituel spécial doit se produire une fois dans notre monde physique.

Tiré des «États spirituels» de KabTV le 02/04/21

La Pâque du point de vue des réalités modernes, partie 1

942Commentaire: Regardons la Pâque du point de vue des réalités modernes.

Lorsque les Juifs sont descendus en Égypte, non seulement le peuple d’Israël mais aussi pour l’Égypte ont connu la prospérité.  Et soudain, cette force et ce grand nombre de Juifs ont commencé à effrayer les Egyptiens.

Ma réponse: Il ne s’agit pas du grand nombre mais du contrôle juif sur l’Égypte.

Pharaon n’était pas stupide.  Il s’est vite rendu compte qu’il disposait d’une force sérieuse à sa disposition et il a mis les Juifs au-dessus de tous les surveillants, commandants, etc. C’est alors qu’ils ont construit les pyramides, et l’Egypte est devenue très riche.  Ainsi, plus tard, Pharaon n’a pas voulu les laisser partir d’Égypte.

Mais ils se sont vite rendu compte qu’ils n’avaient rien à faire en Égypte, qu’ils pouvaient vivre seuls, et ils ont commencé à se préparer lentement pour le voyage.  Et c’est là que les problèmes sont survenus.

Cela ressemble beaucoup à notre vie moderne.  Nous avons vu dans l’exemple des pays européens : lorsque les Juifs arrivaient dans un pays après avoir été expulsés, le pays qui les avait expulsé connaissait un déclin de son économie, de sa culture, etc.

Bien entendu, les pays qui ont refusés leur entrée, ont connu par la suite des problèmes.  On le voit également dans le cas de l’Égypte, qui ne s’est jamais remise depuis.  L’Égypte, alors qu’elle était une grande culture, a construit ses pyramides et à ce jour les «vend».

Extrait de «Nouvelles avec  Michaël Laitman» de KabTV 12/04/19