Category Archives: Fêtes

Pessach est un exemple pour tous

Dr. Michael LaitmanNous avons un moyen qui peut aider le monde entier. Lorsque nous sortirons d’Égypte, du dégoût et de la haine mutuelle, nous verrons que la vraie connexion humaine résout tous les problèmes.

Aujourd’hui donc, la méthode d’Abraham est nécessaire partout. Elle est la nécessité actuelle et si nous, la nation israélienne, ne la remplissons pas et ne la présentons pas à l’humanité, la pression qui est mise sur nous va croître. Cela parce que le monde ressent inconsciemment que nous lui cachons la clé du bonheur.

Mais si nous faisons ce que nous devons faire et donnons le bon exemple, le monde la recevra avec gratitude et respect. Dans l’ensemble, c’est exactement ce que le monde attend de nous.

Je souhaite une fête d’unité et de connexion à tous mes amis !

Pessah est une fête qui est toujours avec vous

Afin de parvenir à l’état de « Pâque », nous devons atteindre un tel niveau de développement où nous sommes incapables de travailler avec l’égoïsme ; nous devons nous élever au-dessus de lui.

L’explosion de l’égoïsme est arrivée pour la première fois à Babylone. Contre cette éruption qui eut lieu alors que la population n’était pas importante, Abraham, un prêtre de l’ancienne Babylone, a découvert le système de l’ascension au-dessus de l’égoïsme.

Plusieurs milliers de personnes acceptèrent cette méthode, et elles sont allées avec lui en terre de Canaan, l’Israël d’aujourd’hui. Abraham enseigna à ses disciples ce que cela signifiait d’être dans l’amour les uns enversles autres, en s’élevant au-dessus de l’ego et en enjambant constamment son ego (Pessah vient du mot Passach, passer).

Notre ego ne cesse de croître, et nous grandissons au-dessus de lui, le couvrant par la loi de « … l’amour couvrira tous les péchés ». Les transgressions restent, mais plus elles sont grandes (jusqu’à la haine immense), plus l’amour qui apparaît entre nous est important.

Nous ne cachons pas notre haine, n’avons pas honte d’elle, parce que nous comprenons que cela vient de la nature humaine, et notre tâche est d’identifier la nature de la force suivante, positive, qui nous donnera la possibilité de recouvrir la haine par l’amour.

Ensuite, nous serons dans un état constant d’élévation spirituelle. Cependant, la haine déterminera la hauteur de l’amour avec lequel nous la recouvrons.

Il s’avère que nous pouvons continuer de croître constamment. A savoir, chaque transition d’une étape à l’autre devient la Pâque (Pessah), la fête qui est toujours avec vous.

De KabTV, « Conversations à propos de la Pâque » du 18/03/15

Les plats pour la Pâque

laitman_568_01Question : D’un point de vue spirituel, la Pâque est une séparation du mal régnant en moi, de mes motivations égoïstes par rapport aux autres. Beaucoup de maisons ont une armoire spéciale, qui contient un service distinct de vaisselle pour la Pâque. Que symbolise cette coutume de changer toute la vaisselle pour la Pâque ?

Réponse :
En fait, un service spécial de vaisselle pour la Pâque est une tendance moderne. Auparavant, avant la Pâque les gens fabriquaient simplement de nouveaux plats, en argile, en bois ou en peau d’animaux.

Une nouvelle vaisselle symbolise de nouveaux récipients, à savoir, nos désirs, que nous utilisions auparavant pour notre propre bien. Maintenant, nous ne pouvons pas les utiliser de cette manière, mais seulement dans le but de donner sans réserve. Je dois changer l’ensemble de mes désirs par rapport aux autres.

Question :
Que signifie « un service de plats de tous les jours » que nous utilisons toute l’année et « un service de plats pour la Pâque » ?

Réponse :
« Un service de plats de tous les jours » est un désir égoïste de profiter au détriment des autres, et ainsi vous le réprimez et l’utilisez.

« Un service de plats pour la Pâque » représente, au contraire, l’utilisation des désirs altruistes pour le bien des autres.

Vous devez remplacer un service par un autre, utiliser vos désirs dans l’amour pour les autres, dans le don sans réserve. Cela s’appelle de « nouveaux récipients ». Et après avoir utilisé ces nouveaux récipients pendant une semaine, vous pouvez commencer à revenir à vos anciens récipients parce que vous savez déjà comment les corriger, c’est-à-dire, comment les utiliser dans le bon sens.

De KabTV, « Une Nouvelle Vie » du 24/03/14

Un esclave ne peut pas comprendre celui qui est libre

Dr. Michael LaitmanQuestion : Pourquoi la Pâque, l’exode de l’esclavage égyptien, rappelle le fait d’être né de nouveau ? L’histoire commence avec le récit de la naissance de Moïse et se termine avec les plaies d’Égypte, qui sont similaires aux contractions lors de l’accouchement. Après cela, ils traversent la Mer Rouge, comme s’ils étaient nés dans un monde nouveau.

Réponse :
Une nouvelle vie est conçue et préparée à l’intérieur du pot géant appelé l’Égypte. Elle se forme sur nos discernements et nos tentatives pour comprendre comment faire face à notre nature égoïste.

Finalement, nous nous rendons compte que nous sommes incapables de résister à notre égoïsme et n’avons pas d’autre choix que de s’enfuir loin de lui, c’est-à-dire, s’élever au-dessus de lui. Cela nécessite des changements qualitatifs : remplacer toutes nos habitudes, formes de relations et éducation précédente, que nous avons reçues à Babylone.

Lorsque nous commençons à nous unir en utilisant la méthode d’Abraham, nous acquérons de nouvelles habitudes, une nouvelle attitude vis-à-vis des uns des autres, et une nouvelle vision de la vie, en percevant tout à travers les lunettes de l’unité.

Cela signifie une nouvelle naissance parce que je me transforme en une nouvelle personne, celle qui a appris à se regarder, sa famille, sa nation, le monde, et toute la vie uniquement à travers notre unité.

Si je rencontrais alors mon moi précédent, la façon dont j’étais avant que je ne sois passé par l’éducation selon la méthode d’Abraham et d’être uni aux autres, alors ce serait deux personnes différentes qui ne se comprendraient pas l’une l’autre. L’une d’elles est un esclave et l’autre est un homme libre, indépendant de sa nature égoïste. Cela parce qu’il a acquis une nouvelle nature, la nature de l’amour à la place de la nature de la haine.

De KabTV, « Un Nouveau Programme »

Pâque est un rappel du futur

Dr. Michael LaitmanLa Pâque nous rappelle non seulement le passé, mais aussi le futur.

Depuis des temps immémoriaux, la soirée de Pâque a réuni les familles juives autour de la table de fête. Le banquet est énoncé dans les moindres détails, est encore étranger au formalisme et sa cérémonie tranquille ravive la sortie de l’esclavage égyptien.

Mais si nous sommes sortis d’Égypte, alors pourquoi répétons-nous encore : « Cette année, nous sommes esclaves, l’an prochain nous serons libres ? »

Nos sources affirment que derrière les événements connus et les hauts et les bas, il y a une autre couche d’information qui n’est pas tellement sur l’histoire, mais sur les relations humaines. Ou plutôt, il s’agit de l’unité et de la compréhension mutuelle que le peuple juif a atteinte et qui est si nécessaire, non seulement pour le peuple juif, mais surtout aujourd’hui pour l’ensemble de l’humanité.

Que signifie entendre les Mitsvot ?

Dr. Michael LaitmanQuestion : J’ai entendu que beaucoup de Juifs orthodoxes llaient chez l’ORL  avant Pourim afin d’être sûrs d’entendre la Mitsva (commandement) : « Souvenez-vous de ce qu’Amalek vous a fait… »

Pour autant que je sache, c’est une toute nouvelle interprétation de l’observation de la Mitsva. Qu’est-ce que vous avez à dire à ce sujet ?

Réponse : Parce que dans notre monde une personne est constituée d’un corps et d’un désir, elle peut accomplir ce qui est exigé d’elle que ce soit physiquement ou dans son cœur (le désir). Il y a une autre façon de l’observer par l’âme, par l’intention du don sans réserve, Lishma, pour son amour, mais cela est accessible seulement à ceux qui étudient sérieusement la sagesse de la Kabbale, guidés par un enseignant.

En tout cas, plus une personne observe attentivement cette Mitsva et l’écoute à travers ses oreilles ou son cœur, plus elle ressent qu’elle est juste… La sagesse de la Kabbale, d’autre part, appelle une personne pour atteindre un niveau qui est supérieur à l’oreille ou le cœur (qui sont tous deux à l’intérieur de l’ego). Elle parle de l’ascension au-dessus de l’ego, au-dessus de l’intention « dans mon propre intérêt », vers l’intention « pas pour moi-même » (Lishma).

Le rouleau d’Esther : le rideau tombe

Dr. Michael LaitmanLe roi répond favorablement à la proposition d’Aman et l’informe de sa décision de détruire tous les Juifs partout dans le royaume.

Mordechai transmet le message à Esther sur la nécessité d’aller vers le roi avec un appel à la clémence. Cependant, Esther fixe une condition et à travers Mordechai, elle se tourne vers son peuple avec un appel à jeûner et à s’unir. Elle est alors prête à se tourner vers le roi avec la demande de miséricorde et de pardon pour ceux qui sont condamnés à mort. Le sort des Juifs dépendait uniquement de leur unité.

C’est ainsi que nous avons gagné

Il y a beaucoup d’ « Aman » à travers le monde. Chaque nation a son Aman, le principal haineux des Juifs, et malheur aux Juifs s’ils l’oublient.

La condition qui transforme les Juifs en peuple est la condition pour laquelle ils se tenaient au Mont Sinaï : leur empressement pour se rassembler et répondre positivement à l’appel à l’unification. C’est ainsi que cela s’est passé durant les jours de Pourim, il y a 2500 ans. Le roi se souvint qu’il était redevable à Mordechai de lui avoir sauvé la vie. Esther a élaboré la demande de Mordechai devant le roi et les Juifs ont été sauvés. Beaucoup plus tard, Cyrus, Roi de Perse, le fils d’Esther, les a aidés à retourner en terre d’Israël et à construire le second Beit HaMikdash (Temple).

De la brochure à propos de la fête de Pourim, mars 2015

Le rouleau d’Esther est notre héritage spirituel

Dr. Michael LaitmanLe Rouleau d’Esther 3:8 : Puis Aman dit au roi Assuérus : « Il est une nation répandue, disséminée parmi les autres nations dans toutes les provinces de ton royaume ; ces gens ont des lois qui diffèrent de celles de toute autre nation ; quant aux lois du roi, ils ne les observent point : il n’est donc pas de l’intérêt du roi de les conserver.

L’unité a toujours été la base et le fondement du peuple Juif et le pouvoir qui ne les laissait pas se dissoudre durant l’exil.

Il y a un merveilleux destin pour cette unité, et au début de ceci était Adam, le premier homme à s’élever au-dessus de lui-même.

L’Héritage Spirituel

Adam a jeté les bases de l’histoire spirituelle de l’humanité. Il était le premier parmi tous les humains à être monté au-dessus des propriétés de l’ego et de l’amour de soi à un niveau plus élevé d’amour des autres. Dans cette caractéristique plus élevée, il découvrit le monde supérieur, un monde en dehors de lui-même et à l’extérieur de son ego.

Ses étudiants ont continué l’élévation spirituelle d’Adam, et avec le passage de 20 générations, cette chaîne a atteint l’ancienne Babylone, qui fut le berceau de la civilisation actuelle.

Abraham a vécu ici et a poursuivi le chemin d’Adam. Après avoir rassemblé les gens parmi les Babyloniens qui possédaient une manière de penser identique, Abraham alla avec eux vers la terre d’Israël, afin de donner au monde entier un exemple d’unité réelle. Le prolongement de ce groupe est devenu le même peuple qui hante encore l’humanité.

Ainsi, le peuple Juif est issu à l’origine non pas d’une base ethnique, mais idéologique. Nos ancêtres ont assimilé une idée, et tout au long de l’histoire de l’humanité, elle seule détermine notre chemin commun : le chemin de l’unification universelle de l’humanité.

Avec le passage de près de 1000 ans après avoir quitté l’ancienne Babylone, nous sommes tombés du niveau de l’amour des autres dans l’égoïsme croissant, et avec cela nous nous retrouvons à nouveau dans la même Babylone, et en exil.

De la brochure à propos de la fête de Pourim, mars 2015

La fête que nous ne remarquons pas

Dr. Michael LaitmanLa Torah, « Lévitique », 23:03 : « [Pendant] six jours on se livrera au travail, mais le septième jour il y aura repos, repos solennel pour une sainte convocation : vous ne ferez aucun travail. Ce sera le Shabbat du Seigneur, dans toutes vos habitations. »

Dans le monde matériel, le samedi arrive à la fin de chaque semaine, donc psychologiquement parlant, nous avons l’habitude de ne pas le prendre comme un état spirituel.

En fait, c’est l’outil le plus puissant pour le développement. Le septième jour, Malkhout reçoit tout ce qui a été fait en six jours, et si je ne respecte pas les termes du Sabbat, je ne m’élèverai pas au-dessus ou n’atteindrai pas de nouveaux niveaux spirituels qui sont déjà caractérisés comme des fêtes.

Samedi est comme un tour dans le travail spirituel, et puis il y a un autre tour, et un autre. Après un certain nombre de tours, j’atteins un stade festif vers lequel il est impossible d’aller sans le Sabbat.

Par conséquent, dans le monde spirituel, le samedi est la plus grande fête. Après m’être mis au travail, la force par-dessus l’égoïsme, j’atteins un point où tous les états se réalisent en moi et portent leurs fruits.

Dans cet état, je ne dois pas faire quoi que ce soit mais permettre à la Lumière Supérieure de me réparer.

Disons que je produis à plusieurs reprises des efforts pour travailler dans les soi-disant six jours (six degrés), qui sont Hessed, Guevoura, Tifferet, Netzach, Hod et Yessod. En rassemblant six efforts consécutivement définis et clairement conçus ensemble, la septième force vient d’en haut parce que je n’étais pas capable de le faire par moi-même. Elle seule peut produire la plus haute Lumière qui vient alors et me change.

Dans le monde spirituel, si je ne remplis pas cette condition, je ne serai pas en mesure de former aucun autre état.

Dans le monde matériel, cela peut être représenté sous la forme d’une personne qui aspire toujours à quelque chose, et à un certain point, arrive à la réalisation. En d’autres termes, les soi-disant six jours peuvent prendre plusieurs années.

En substance, la vie entière de l’humanité est de sept jours, depuis Adam qui le premier a atteint le système de correction spirituelle, jusqu’à la personne la plus récente sur qui le système viendra à sa fin après une durée de sept mille années, où chaque jour vaut mille ans.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 28/05/14

La participation de tous est requise

Dr. Michael LaitmanLe Baal HaSoulam, « Matan Torah » (Le Don de la Torah), point 17 : Avec tout ce qui a été discuté dans les points précédents, nous pouvons comprendre une des phrases les plus déroutantes de nos sages qui est que l’ensemble d’Israël est responsable pour chacun de ses membres. Ceci peut paraître complètement injustifié… Mais suivant ce qui vient d’être dit par nos sages, nous pouvons comprendre leurs paroles assez simplement, parce que nous avons montré que chacun des 613 commandements (Mitsvot) gravite autour du seul commandement « Aime ton prochain comme toi-même ». Et nous voyons qu’une telle situation ne peut seulement exister que dans une nation où chacun des membres est prêt à cela.

Nous n’aurons vraiment rien à attendre ni aucun espoir de pouvoir atteindre une telle intensité de connexion que l’on appelle l’amour des autres à partir de notre état égoïste, même si nous avons un groupe et que nous étudions, à moins que nous travaillions dans une dimension appelée la nation entière.

Il doit y avoir une intégration de très nombreux désirs connectés ici où chacun découvre son caractère unique, et ensuite, dans la mesure de l’intégration mutuelle complète entre eux, il sera possible d’atteindre un désir si puissant qui attirera la Lumière qui ramène vers le bien, en leur apportant la qualité de l’amour.

Les fils de Jacob étaient incapables de parvenir à cet amour, cette intensité du désir, tant qu’ils étaient enfermés à l’intérieur de leur famille, et il y avait même de la haine entre les frères, qui témoigne de l’intensité du désir nécessaire pour la correction. C’est parce que chacun avait une mère différente, sa propre part dans la maison de son père, et son propre caractère.

Cependant, même cela n’était pas assez pour leur connexion, au-delà de se rejeter l’un l’autre, ce qui leur aurait donné un remplissage appelé l’amour. Seulement lorsque le grand ego appelé Pharaon leur a été ajouté et après avoir traversé 400 ans de l’exil égyptien et découvert tous les niveaux de l’ego, l’intensité de la séparation était suffisante pour eux afin d’être appelé une nation à la place d’un groupe.

L’idée ici n’est pas la quantité, mais ne traite que de qualité. Par conséquent, après avoir reçu l’ego supplémentaire, une densité supplémentaire, ils ont commencé à s’appeler une nation et méritaient de recevoir un moyen de faire une correction qui est devenue impérative pour eux. C’est parce qu’ils ne pouvaient plus rien corriger eux-mêmes comme des frères qui se sentaient membres d’une seule famille avant leur entrée en Égypte.

Avec l’exode d’Égypte et l’alourdissement du cœur, après avoir pris tous les récipients de Pharaon, ils avaient déjà commencé à exiger la Torah.

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 27/05/14, Écrits du Baal HaSoulam