Category Archives: Garantie mutuelle

Qu’est-ce qui apporte au monde la bonté et la bienveillance ?

935Question : Comment pouvons-nous exprimer la loi du développement progressif selon la sagesse de la Kabbale ?

Réponse : La loi du développement progressif est une loi de la négation de la négativité. C’est en fait une loi marxiste et une loi de la nature, et elle est effectivement vraie.

La sagesse de la Kabbale affirme également que chaque état initial détermine l’état futur. L’état suivant détermine l’état précédent et est apparemment à l’intérieur de celui-ci, bien que cela ne soit pas révélé pour le moment. Nous n’avons pas besoin de déformer ni de perturber la nature.

Nous n’avons pas besoin de changer quoi que ce soit d’autre que nous-mêmes. En nous-mêmes, nous n’avons pas non plus besoin de changer quoi que ce soit d’autre que notre bonne coopération mutuelle. C’est tout.

Donc, en changeant un seul petit paramètre dans la nature, en nous rapprochant les uns des autres à travers de bonnes actions, nous pouvons déjà changer toute la nature et nous verrons à quel point ce sera bon. Soudain, tous les tsunamis, ouragans, éruptions solaires, tremblements de terre, incendies de forêt et autres s’arrêteront. Toute la nature commencera à se calmer.

Cela ne dépend que des gens, de notre degré de rapprochement correct les uns des autres.

Extrait de « Les Fondamentaux de la Kabbale » sur KabTV, le 07/07/2019

Choisir la dizaine

934Question : D’un côté, l’être créé est une marionnette au bout d’une ficelle. D’autre part, il peut apparemment choisir quelque chose. Peut-il donc choisir ou non ? De quoi a-t-il besoin pour avoir le choix ?

Réponse : Le seul choix que nous ayons est la dizaine. Il s’agit d’entrer dans le bon groupe qui vous fera avancer et que vous aiderez vous aussi. C’est la dizaine.

Donc, organisez-vous par dizaines et alors vous ressentirez que vous pouvez vraiment et correctement trouver différentes directions et points de repère, et ainsi vous changer vous-mêmes.

Commentaire : Mais dans l’article « La Liberté », le Baal HaSoulam dit qu’une personne choisit selon les désirs et les goûts de la société qui l’entoure, non pas selon sa minorité, mais selon la majorité. Mais vous, vous dites la dizaine.

Ma Réponse : Une dizaine ne fonctionne pas selon ses désirs !

Comment une société choisit-elle ses idéaux ? Est-ce en fonction de ses membres forts et intelligents ou en fonction des imbéciles, des voleurs, des corrompus, etc. Qui arrive au sommet de l’échelle égoïste ? Les plus grands criminels. Tout le monde comprend cela.

Les dizaines par contre ont été créées selon des règles différentes, selon des valeurs différentes ! Une dizaine est un système totalement différent. C’est l’entraide, l’amour mutuel, le développement de relations justes les uns avec les autres qui n’existent pas dans notre monde. Nous voulons créer les relations du monde supérieur dans la dizaine ; vous essayez de tout faire pour donner sans réserve.

Question : Cela signifie-t-il que je construis une cellule saine dans ce corps malade ?

Réponse : Bien sûr.

Extrait de « Les Fondamentaux de la Kabbale » sur KabTV, le 12/05/2019

Une interdépendance absolue

565.01Nous vivons à l’ère de la dernière génération où nous devons commencer à nous corriger. Toute l’humanité, consciemment ou pas, est déjà entrée dans ce processus.

Les problèmes vont se succéder, allant d’une petite pandémie à une grande guerre. Tout cela a pour but de nous faire sentir connectés et dépendants les uns des autres.

Cette dépendance apparaitra quand nous verrons que chacun tient le destin de l’autre entre ses mains et que rien ne le corrompra et qu’il agira toujours dans mon intérêt. Il est libre de décider de mon destin comme il l’entend, soit en l’exécutant ou pas.

Je ne peux rien y faire. Chacun décidera du sort d’un ami, qui est à son entière disposition. La pandémie nous apprendra, à toute l’humanité, que tout est question de dépendance mutuelle.

Extrait de la Leçon quotidienne de Kabbale 21/6/21, « Avancer en se dépassant ».

La force cachée de la nature

746.01Comment pouvons-nous pratiquement construire une intention commune si nos désirs sont complètement différents ? Si nous voulons donner sans réserve les uns aux autres et que nous découvrons que nous ne pouvons pas le faire sans l’aide du Créateur, alors chacun attire le Créateur à lui afin qu’Il aide ses amis.

Ainsi, au lieu du champ égoïste, nous formons un champ spirituel de don sans réserve dans lequel nous utilisons les qualités du Créateur. Cela signifie que le Créateur apparait entre nous.

Nous voulons découvrir la force du Créateur entre nous, la force mutuelle de don sans réserve cachée dans la nature. Il existe de nombreuses forces dans l’univers qui nous sont cachées, de nombreuses étoiles, planètes et créatures que nous ne sommes pas en mesure de voir. Jusqu’à présent, tous nos instruments, télescopes et radars ne sont pas capables d’identifier tout cela.

Mais il existe une force qui remplit l’univers entier. Les scientifiques l’appellent la matière noire. Nous ressentons qu’il y a des ondes que nous ne pouvons pas reconnaître. Sans aucun doute, il existe une force qui imprègne l’univers tout entier, d’une extrémité à l’autre (si l’on peut dire que l’univers a un bord). Ces forces sont présentes en tout lieu, car si elles ne l’étaient pas, l’univers se serait effondré depuis longtemps.

Les forces d’interaction entre toutes les parties de l’univers existent et agissent au-delà de toutes nos limites matérielles. Certaines de ces forces sont cachées, c’est-à-dire que nous pouvons les révéler uniquement si nous acquérons l’intention de donner sans réserve. Nous ne serons alors plus limités par la matière et la réalité corporelle.

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, « Ne cessez jamais de demander » du 09/06/2021

La solidarité pour la connexion entre nous

115.06Question : Les gens ne seront pas en mesure de découvrir la force supérieure si je ne me porte pas garant pour eux. Quelle est ma caution ?

Réponse : Dans le fait que vous, en tant qu’aîné, en tant que personne plus expérimentée, prenez sur vous tous les états, toutes les possibilités, afin de les mettre en relation avec vous-même et avec le monde entier.

Nous sommes interconnectés. Cette solidarité provient du système intégral dans lequel nous nous trouvons. C’est-à-dire que l’état entier de l’univers, des mondes, n’est qu’un seul, unique, système intégral

Et chacun de nous agit depuis le point où il se trouve dans ce réseau, comme une araignée qui tisse une toile. Chacun de nous est une petite araignée dont dépend le bon fonctionnement de tout le réseau. J’agis à partir de mon point, tu agis à partir du tien, et lui à partir du sien, et ainsi de suite. Si nous interagissons tous correctement, le réseau atteint son état maximal, parfait.

Question : On peut comparer cela à notre corps, dans lequel les différents organes semblent se porter garants les uns des autres.

Réponse : Oui. Absolument basé sur le même système.

Question : Dans le corps, cela se passe-t-il inconsciemment, comme programmé ? Devons-nous le faire consciemment ?

Réponse : Nous devons consciemment amener ce système défectueux à l’état correct où nous sommes tous solidaires les uns des autres, où nous nous complétons.

Question : Quelle est la raison pour laquelle personne ne connaît une information aussi importante ? Pourquoi le programme le prévoit-il ainsi ?

Réponse : Lorsque nous naissons dans ce monde, nous n’en savons rien. Nous avons des parents, des éducateurs et des professeurs qui nous enseignent. Nous vivons, nous existons, nous nous développons d’une manière ou d’une autre, et ce n’est qu’ensuite, entre 15 et 20 ans, que nous commençons à avoir un rapport créatif, voire pratique, avec le monde.

Il en va de même ici, tant dans la vie spirituelle, lorsqu’une personne vient à la Kabbale et commence à l’étudier, que dans l’humanité tout entière, qui traverse des milliers d’années de son développement.

Et ce n’est qu’à notre époque, à partir du 20ème siècle, que nous entrons dans un état où nous pouvons déjà découvrir ce système, les lois par lesquelles il existe, et commencer à comprendre comment nous devons agir pour amener ce système à un équilibre complet. Et avant cela, nous étions comme des enfants, nous nous développions inconsciemment.

Question : Peut-on dire que la loi de la solidarité est la loi de l’existence d’un organisme vivant ?

Réponse : Oui.

Extrait de l’émission « les états spirituels » de KabTV, 17/12/18.

Fleur précieuse

963.6La place pour découvrir le Créateur à notre époque, à notre génération appelée la dernière génération, n’apparaît que dans la solidarité (Arvout). La solidarité est notre récipient spirituel. La découverte du Créateur, l’entrée dans le monde supérieur, toute notre vie spirituelle n’est mise en œuvre que dans la solidarité.

Il y a une force spéciale dans la solidarité. En sortant de moi-même et en m’incluant dans les amis, je découvre mon âme. Elle n’existe pas à l’intérieur de moi, et par conséquent, la lumière supérieure ne peut pas entrer et me corriger. Elle peut seulement m’aider à m’intégrer aux amis et à y trouver le Créateur. Autrement dit, mon âme est dans les amis.

En fait, c’est évident si vous regardez la structure spirituelle. Si je suis Malkhout dans le récipient spirituel des dix Sefirot, alors mes amis sont les neuf Sefirot supérieures. Il s’avère que lorsque je m’incorpore à eux, je reçois d’eux les qualités du don. C’est sous cette forme que je complète mon récipient spirituel qui était dans les amis, et par la solidarité, chacun de nous aide l’autre à acquérir le don sans réserve et à être prêt pour découvrir le Créateur.

Par conséquent, sans la mise en œuvre de la solidarité, nous ne serons pas en mesure de faire un seul pas sur le chemin spirituel. Ce n’est qu’en nous incorporant les uns aux autres, en nous rapprochant les uns des autres, en nous connectant et en nous aidant les uns les autres, que nous attirons la lumière qui ramène vers le bien et invitons le Créateur à apparaitre en nous. Ce seul désir, de se connecter intérieurement les uns aux autres, est suffisant pour nous élever de la vie physique à la spiritualité.

Il est impossible d’attirer la lumière qui ramène vers le bien tout seul ; je n’ai nulle part où l’attirer. Je dois être incorporé à mes amis et ensuite je peux attirer la lumière à l’intérieur de cette incorporation afin que la lumière qui ramène vers le bien la renvoie à sa source. De cette façon, nous recevons le récipient spirituel et commençons à entrer dans le monde supérieur.

La solidarité est un concept très profond. Toutes les lois spirituelles procèdent de l’exécution de la solidarité. Tout ce qui est écrit et dit par les kabbalistes provient de ce qu’ils ont atteint dans la solidarité. Toute la réalité est divisée en deux : à l’extérieur de la solidarité se trouve la vie physique et à l’intérieur de la solidarité  se trouve la spiritualité.

En fait, la solidarité est la seule chose dont nous ayons besoin car c’est la seule action qui ramène le récipient brisé d’Adam HaRishon à la correction. Par notre désir ardent de ramener ce désir de connexion et d’unité au-dessus de l’égoïsme et de toutes les perturbations, et par la demande au Créateur de nous aider en cela, nous atteignons la correction.

Nous devons nous assurer que les amis découvrent le vrai manque spirituel et que la dizaine se connecte dans les bons et les mauvais états. Chacun devrait sentir qu’il a des amis qui sont prêts à tout faire pour lui.

La solidarité [Arvout] est comme une fleur qui a besoin de nos soins constants pour grandir. Après tout, c’est le récipient même dans lequel le Créateur apparaitra, nos désirs qui ont atteint la bonne connexion ont grandi et apparaissent grâce à notre écran commun. La force intérieure qui maintient nos désirs ensemble et les dirige correctement s’appelle la solidarité.

Extrait du congrès mondial de Kabbale « De 10 à un » 4/6/21, « Arvout dans la dizaine », leçon 2.

Se sentir responsable de tout le monde

117Question : Afin de ressentir le réseau de connexion entre nous, nous devons être dans un état de solidarité. Quel est cette sensation lorsque je suis responsable des autres ?

Réponse : Je suis « responsable des autres » signifie que je dois remplir ma part dans ce réseau comme si j’en étais pleinement responsable.

Cela signifie que chacun d’entre nous, depuis son propre point, son propre nœud dans ce réseau, en a le contrôle. Il est contrôlé par moi, par vous, par lui, par tout le monde. Mais cela se fait sur la base de son point personnel spécifique. Par conséquent, chacun en est responsable, c’est-à-dire envers le monde entier.

Chaque personne ressent cela. En progressant vers cet état, une personne commence à ressentir qu’elle atteint ce réseau, cette âme, et c’est son état intérieur.

En même temps, chacun est responsable du rassemblement de tout le monde en un seul réseau de connexion, et du fait de diffuser la qualité du don sans réserve et de l’amour à travers ce réseau.

Question : Cela signifie-t-il que je suis responsable de l’apparition du Créateur aux autres ?

Réponse : Oui.

Question : Quels sont les états qui accompagnent la sensation du Créateur ?

Réponse : Des états chaleureux, mutuels : une sensation d’éternité, de perfection, de soutien mutuel, d’attention réciproque. C’est-à-dire que c’est complètement opposé à ce que nous ressentons habituellement dans notre monde.

Question : Que faire si je ne peux pas être responsable tout le temps ?

Réponse : Cela s’obtient progressivement et s’appelle le processus de correction d’une personne.

Question : Je vois que d’autres personnes souffrent, qu’il y a des maladies et des guerres. Cela signifie-t-il que je suis responsable de tout cela ? C’est effrayant.

Réponse : La question n’est pas de savoir si c’est effrayant ou non. Il s’agit de savoir si c’est vrai ou pas. Lorsqu’une personne commence à comprendre que le réseau de connexion commune dépend d’elle, cela veut dire qu’en même temps, elle a la possibilité de l’alimenter avec la bonne force.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV, le 17/12/2018

La solidarité – la qualité du souci d’autrui

943Question: que signifie la loi de solidarité?  Qu’est-ce que cela signifie – se porter garants des autres?  Pourquoi?

Réponse: Le fait est qu’au niveau le plus bas, si nous voulons commencer à maîtriser la propriété spirituelle, la propriété du don et de l’amour, nous devons le réaliser en nous-mêmes sous forme de solidarité.

Cela se produit au sein d’un groupe de personnes lorsqu’elles se réunissent et essaient de recréer la propriété de souci mutuel, d’amour, d’entraide et de tout leur cœur veulent être « un pour tous et tous pour un ».

Question: Et une personne devrait l’ étudier?

Réponse: Une personne ne peut pas le faire.  Elle doit se sentir comme faisant partie de la société.  Tout cela se réalise dans le groupe.

Question: Une personne applique-t-elle cette loi par rapport aux autres?

Réponse: Oui.

Tiré des «États spirituels» de KabTV 09/04/21

Le précieux germe de l’âme

962.8La raison ne nous oblige pas à travailler dans le don sans réserve. Nous constatons que nous ne sommes absolument pas préparés à le demander, pas prêts pour le don sans réserve et l’unité. Nous devons encore faire grandir ce désir en nous-mêmes parce qu’au départ nous ne sommes que des égoïstes, et ne différons pas en cela des animaux.

Si nous voulons découvrir le point dans notre cœur, la partie divine d’en haut, le germe du don sans réserve, nous devons faire beaucoup d’efforts et nous entraider dans le groupe. Nous cultivons la force du don sans réserve à l’intérieur de nous comme s’il s’agissait d’une goutte de sperme incrustée en nous jusqu’à sa pleine mesure, qui est appelée âme.

Le Créateur ne se révèle pas comme s’Il était quelque part au loin et que finalement j’y aille et Le trouve là-bas. Je dois ressentir le Créateur en moi, ressentir cette qualité en moi. À un moment donné, je veux recevoir pour moi-même, puis je veux donner ; ces qualités se révèlent à l’intérieur d’une personne.

Le Créateur est « proche » de moi ou « loin » : cela signifie que je veux être comme Lui ou non, que je veux ou non que la qualité du don sans réserve me gouverne.

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, « Le Travail avec la Foi au-dessus de la Raison » du 22/11/2020

Un seul Dieu : Unité et Amour

566.02Remarque : Il existe certains films montrant une invasion extraterrestre où toutes les personnes sur Terre s’unissent. Le sentiment de solidarité apparaît.

Mais même maintenant, lorsque le coronavirus domine la Terre entière, nous voyons qu’il n’unit pas les gens mais les divise.

Mon Commentaire : Nous sommes arrivés à un état où rien ne nous aidera à nous unir si ce n’est de réaliser que seule la connexion nous élèvera au-dessus de notre nature, au-dessus de nous-mêmes. Nous devons y parvenir.

Remarque : S’il y avait un Dieu pour chacun, alors tout le monde marcherait sous Lui, croirait en Lui, ce serait bien.

Réponse : Mais ce n’est pas le cas et cela n’arrivera pas. Il n’y a pas de tel Dieu.

Il n’y a qu’un seul Dieu, si nous L’acceptons comme Dieu, et c’est la connexion mutuelle, l’unité et l’amour. Ces qualités peuvent nous rapprocher et nous unir. On peut l’appeler la propriété la plus élevée qui existe dans la nature. C’est ce dont nous avons besoin.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Communication » du 25/09/2020