Category Archives: Général

La prière est le plus important

Dr. Michael LaitmanMAN est une prière, un acte qui vient du désir non pas de l’esprit. Elle est née du désir de Bina et Malkhout d’agir ensemble. Nous devons élever cette prière, c’est-à-dire décider que c’est le plus important pour nous. C’est ce qu’on appelle «élever ».

Après tout, toute l’échelle de mesure est en moi. Beaucoup de diverses demandes – désirs, je trie en quelque sorte des priorités,  certaines sont plus importantes et d’autres moins importantes -vivent en moi . Mais, surtout, cela devrait être la force de l’unité dans laquelle je veux révéler le Créateur, Lui apporter de la joie.

Si j’arrange toutes mes actions, les désirs et les impulsions de sorte que cette unité devenienne la plus importante, cela signifie que j’élève MAN, c’est-à-dire , je place le besoin d’unité, de correction et  la révélation du Créateur ( pour Son plaisir ) comme étant le plus important, au-dessus de tout. C’est ce qu’on appelle une « ascension ».

Je n’ai pas envoyé cette exigence par la poste ou par SMS à une étoile lointaine. Tous les mondes sont dans une personne. Là, tout commence, se réalise et se termine dans sa conscience. C’est pourquoi je dois m’organiser de façon à arranger tous mes désirs le long d’une ligne, selon l’échelle de priorités claires, strictement matérielles: nourriture, le sexe , la famille, la richesse, l’honneur et la connaissance et celles qui sont un peu déconnectées de ce monde. Au sommet de cette échelle des priorités, il doit y avoir mon désir de faire plaisir au Créateur à travers notre connexion en lui donnant la possibilité de Se révéler en nous maintenant.

MAN est « Mei Noukvin  » (eaux féminines ). L’eau est Bina et la femme, Noukva est Malkhout. Ainsi, je joins Bina et Malkhout dans une prière, en d’autres termes, je colle les désirs ensemble, les parties de Malkhout, avec l’eau, la miséricorde ( Hessed) , la propriété de Bina. Je veux qu’elle existe sous cette forme ensemble. J’élève cette demande et souhaite devenir connecté aux autres à travers la propriété de la miséricorde, Bina, la propriété du don .

C’est pourquoi ma demande est appelée eaux féminines. Je l’élève . Autrement dit, je considère qu’elle est au-dessus de toute importance et si j’essaie de garder ce désir dans mon cœur, par tous les moyens pour la réveiller dans sa profondeur, elle est alors appelée une prière, élevant MAN.

Dans la mesure de mes efforts pour y parvenir, la Lumière qui ramène vers le bien me touche et réveille différents états en moi, des pensées et des sentiments en faveur de la connexion et contre elle, en faveur du don et contre lui. De cette façon, ils essaient de me secouer et de me faire passer par différents états -moi afin que je comprenne, sente plus, acquiers de l’expérience. Ainsi, je deviens peu à peu conscience que la vraie prière est MAN.

Sur ce chemin, je dois passer par la frustration, l’impatience, la peur de ne pas réussir et l’incapacité à comprendre quel genre de succès m’attend : pour moi-même ou pour plaire au Créateur. Ici, cela m’aide à imaginer tout l’univers, toute la nature minérale, végétale, animale et les gens comme mes propres désirs qui ont éclaté loin de moi à cause de la brisure et qui ont quitté ma conscience.

Maintenant, ils apparaissent en face de moi et je dois les relier à moi-même par mes propres efforts, mais il me semble qu’ils sont à l’extérieur. Je dois essayer de m’identifier à eux comme s’ils existaient en moi. Ensuite, mes efforts seront également appelés la prière, MAN.

Ainsi, en travaillant sur ma perception correcte de la réalité et la connexion de toutes ses parties ensemble au moyen de la propriété de la miséricorde, je ramène de plus en plus le récipient commun dans sa forme originale, en d’autres termes, à l’ état corrigé comme un tout.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 15/10/13 , Le Zohar

Que dois-je apporter au Créateur?

Dr. Michael LaitmanQuestion: la nature de l’homme est telle qu’il ne veut pas reconnaître son mal intérieur. Ce n’est que lorsqu’une personne est forcée qu’elle se sent obligée d’admettre la nécessité d’une correction. Quel est ce mal qui se cache en moi?
Réponse: la haine gratuite, emme a détruit les disciples de Rabbi Akiva. Il n’y a pas d’autre mal. Tout le reste est mauvais du point de vue de mon ego. Seule la haine sans fondement représente le mal même qui résiste au bien: aimer les autres comme nous nous aimons nous-mêmes. C’est le seul critère avec lequel je mesure ma corruption. Tous les autres «vices» ne sont pas considérés comme des défauts par le Créateur. Ils ne sont pas considérés comme une bonne raison de faire appel à Lui. Il s’attend à un plaidoyer authentique. L’ensemble du système de correction est conçu pour les Kelim cassés, ou les désirs qui sont incapables de s’unir.
Question: Donc, nous devons constamment sentir ce mal et non les enrober ni nous le cacher, c’est exact?
Réponse: Des Psaumes: «Je reconnais mes transgressions et mon péché est constamment devant moi » (Psaume 51:3). Sinon, que vais-je montrer au Créateur? Que vais-je Lui demander de corriger? C’est vraiment très simple. Je souhaite participer à la vie du groupe, je suis attiré par lui et en même temps je vois que je ne suis pas capable de le faire. C’est exactement ce que nous avons vécu pendant le congrès de Kabbale. Après s’être réuni, nous avons immédiatement réalisé que nous ne le voulons pas et ne pouvons pas nous unir. C’est ce qu’on appelle la découverte de notre propre mal. C’est génial! Maintenant, nous devons garder ce mal comme notre cible et demander à être corrigé.
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 12/16/10, Introduction au Livre du Zohar

Le congrès de St Pétersbourg : le saut commence avec une longueur d’avance

Dr. Michael LaitmanLa préparation est la clé du succès!
A partir de maintenant, je dois imaginer le congrès dans sa forme idéale. Pourquoi dois-je faire cela?La réunion des amis, pourquoi doivent-elles avoir lieu? expériences émotionnelles -quel genre et par quels moyens externes pouvons-nous les atteindre? Cours – sur quel sujet? Peut-être, je vais recommander le mien. Quelles questions p réparer, celles que je voudrais poser après les cours et les ateliers? Comment puis-je me connecte à tout le monde? Comment vais-je me préparer à percevoir tout le monde? En tant que client? Comme un hôte? Comme un ami? En tant qu’étudiant? En tant que professeur? En tant que fonctionnaire? Qui suis-je par rapport à tout le monde? Et comment dois-je me comporter dans chaque état de ce spectre?
  • Je travaille sur ce qui est le plus difficile pour moi. Par exemple, si je n’aime pas danser avec tout le monde tous ensemble, alors je me prépare à participer à  l’avance, ne m’épargnant aucun effort een faisant pression de toutes mes forces.
  • Je vais essayer de rester dans la bonne intention constamment, de la maintenir tout le temps parce que tout le monde dépend de mon intention. Il est vrai que je transfère la lumière à travers mon mince « tuyau  » pour eux et donc je dois rester «en ligne» en permanence. Je dois parler à mon groupe de dix: tout le monde soutient tout le monde, de sorte que personne ne perde « ce tuyau ». Nous partageons, et nous voulons le transformer en un large canal de communication pour l’ensemble du congrès.
  • Je crains que personne ne soit déconnecté de la bonne intention, préoccupé à un tel point dque je tremble intérieurement, de peur et d’anxiété. Lorsque quelque chose arrive à l’enfant, c’est une catastrophe pour nous, la «fin du monde. » Maintenant, je m’inquiète encore plus. Le problème est que cette crainte n’est pas dans nos mains, nous ne pouvons pas bien la sentir, nous ne sommes pas sensibles au détachement de l’intention. Donc, je devrais être littéralement dans une fièvre, tremblant de peur à tout le monde afin qu’ils ne perdent pas l’intention. Le succès dépend de cela.
  • Peu importe ce que les amis font, peu importe ce qu’ils disent, quelles chansons ils chantent, je veux tout faire pour me révéler à eux comme il se doit. Je m’inquiète constamment et prendre soin d’eux comme la mère d’un bébé qui a commencé à faire quelque chose. Je le regarde avec anxiété s’il va réussir. Il est dit à ce sujet, « un sujet de préoccupation dans son cœur, laissez-le dire aux autres.« Ma préoccupation est transmise à tous.
  • J’essaie de venir le plus tôt possible le matin pour tout préparer, pour accélérer tout, et pour commencer à m’unir aux amis, de m’asseoir et de chanter ensemble, même il ya seulement une cinquantaine de personnes, mais nous commençons déjà à remplir l’espace du congrès avec notre sentiment.
  • Chaque fois que, sur le chemin du congrès et quand je rentre, j’essaie de m’assurer qu’aucun de mes amis ne perdre l’ambiance, l’intensité.
  • Le rassemblement d’amis doit être en mouvement, émotionnel, autant que possible afin de nous préparer pour les cours magistraux, des conférences ou des ateliers qui les suivront. Ceci est très important. Tous les discours et chansons devraient avoir un programme clair et dans la bonne proportion. Les réunions peuvent ne pas être longues, mais devraient être du fond du cœur. Sans cette préparation, une personne ne pourra pas être inclus dans l’ambiance générale, à « l’air » du congrès, qui devrait être respiré, vécu. La chose principale est d’influencer et de toucher tout le monde. Nous devons réfléchir sérieusement aux moyens pour y parvenir. Nous devons trouver un sentiment mutuel, un cœur mutuel obtenu avec l’aide de l’esprit. Nous travaillons de manière rationnelle sur le sentiment d’union.
De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 27/06/13, Écrits du Baal HaSoulam

Les femmes se préparent au congrès

congrès, groupeQuestion: Avez-vous recommandez aux femmes de faire une préparation spéciale avant le congrès de St Petersbourg?
Réponse: Bien sûr, les femmes supportent toujours les hommes à l’extérieur – ce travail doit se poursuivre. Et en même temps, je recommande aux femmes de faire une nouvelle préparation de qualité dans leur environnement.
Tout d’abord, avant le congrès, elles peuvent se préparer avec les hommes, ou sans eux – c’est à leur discrétion. L’essence de cette préparation ne change pas, l’intention reste la même.
À un moment donné, quand le Rabash a écrit des articles sur le groupe, je les ai donné au groupe de femmes. Ainsi, les femmes ont discuté et ont travaillé sérieusement  sur le même sujet.
En outre, en ce qui concerne Israël, lors du congrès lui-même, des groupes d’hommes se rencontrent dans notre nouvelle maison et les femmes sont dans nos centres. Donc, elles doivent réfléchir à la façon d’être toutes ensemble en tant que groupe, dans son ensemble – peu importe combien elles sont dans un centre particulier – communiquer entre elles par le réseau virutel avec tous les autres groupes et avec le Congrès de St Petersbourg.
Pas besoin de réfléchir au « cercle » des femmes autour des hommes – vous agissez en toute autonomie. Ainsi, cela sera plus correct, plus sain et plus pratique.
D’une discussion au sujet de la préparation au congrès, 26.06.2013

Les contours de l’ombre et de la lumière

Dr. Michael LaitmanDans notre travail, la préparation est extrêmement importante. Elle détermine le résultat. Ce que vous apprenez, ce que vous savez est sans importance. La principale chose est de se préparer, c’est-à-dire changer son récipient, le désir, d’une telle ampleur qu’au lieu de ce monde vous ressentirez le monde supérieur.
Rien ne change, sauf vous-même – et puis vous découvrez que le monde supérieur est ici, qu’il a toujours été ici. Vous voulez le paradis – Je vous en prie. Vous voulez l’enfer – Allez-y. Prenez ce que vous voulez – tout dépend de votre récipient.
C’est comme si vous preniez le «contrôle», tout peut tourner dans les deux sens – et cela change votre monde d’un extrême à l’autre, d’un bout de l’échelle à l’autre. Vous êtes comme un livre d’une série d’images de synthèse.
Et tout cela est  en vous, toutes les lignes sur un fond de lumière blanche. La lumière elle-même est inconnaissable, ainsi que les ténèbres – nous ne voyons que l’un sur l’autre. Et notre vie actuelle  n’en est que des contours que très peu perceptibles…
D’une discussion au sujet de la préparation du congrès, 26.06.2013

La véritable gratitude envers le Créateur

Dr. Michael LaitmanQuestion : Vous dites « qu’il est impossible de remercier le Créateur quand je pleure. » Qu’est-ce que cela signifie ?

Réponse : Je ne peux pas pleurer de douleur et remercier en même temps celui qui me provoque cette douleur. La sensation de douleur suggère que vous ne pouvez pas Le remercier, c’est-à-dire, vous pourriez faire cela, mais superficiellement. Vous comprenez et vous êtes conscient de cela dans votre esprit, mais pas dans les sentiments.

Vous devez travailler sur vos sentiments afin que vous puissiez ressentir du plaisir au lieu de la douleur tout en corrigeant l’égoïsme. Si l’obstruction vient du Créateur, alors elle devrait être transformée en bonheur, joie et plaisir. C’est ce en quoi nous sommes engagés. C’est la correction de nos Kélim (récipients).

Mais aussi longtemps que vous sentez au moins une faille dans votre état, on ne peut pas dire que vous remerciez le Créateur. En principe, Il n’a pas besoin d’être remercié. Lorsque vous vous sentez bien, c’est votre gratitude inconsciente envers Lui. Et si vous attribuez également cela à Lui, alors c’est une gratitude complète. C’est très simple.

Du congrès de Krasnoïarsk du 14/06/13, Leçon n°3

Un cordon ombilical pour se connecter au supérieur

Dr. Michael LaitmanQuestion: Est-il possible que le groupe ne donne pas à une personne le soutien dont elle a besoin?
Réponse: Le groupe donne à une personne tout le soutien dont elle a besoin conformément à ce qu’elle peut sentir. La question est de savoir si elle est suffisamment sensible pour sentir ce soutien. Elle n’est peut-être pas du tout reliée au groupe, ce qui s’y passe ne la concerne pas, et elle vit sa propre vie. Il s’agit du cours, les études et rentre chez elle. Elle peut revenir à la leçon après quelques jours quand elle n’a rien de plus important à faire. Elle ne se soucie pas de ce qui se passe dans le groupe. Elle ne développe pas la sensibilité intérieure de sentir une réponse, une impression, une inspiration. Il vient simplement de temps en temps aux cours. De cette façon, elle ne recevra jamais quelque chose du groupe.
Le groupe est un récipient, un moyen d’adhérer au supérieur, le lieu où l’embryon adhère à l’utérus de la mère, le placenta par lequel une personne adhère au Créateur. En attendant, elle est seulement sous la forme d’un embryon, et le groupe est tout son monde, comme le ventre d’une mère. Cependant, plus tard, il reçoit la forme du monde entier.
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 29/04/13, Écrits du Baal HaSoulam

Mêmes mots, mais sans apparat

Dr. Michael LaitmanNous venons du lieu de la brisure, en commençant par le désir qui n’a aucune idée de ce que sont le don sans réserve, la sainteté, la spiritualité. Nous construisons cette compréhension progressivement, au fil du temps. Les mots que nous utilisons au début et à la fin du chemin sont les mêmes: don sans réserve et amour, mais à mesure qu’on avance, on sent plus la profondeur, la forme plus précise en eux.

C’est comme si vous preniez un fruit couvert par des couches d’éplechures et progressivement épluchiez une couche après l’autre. Ce n’est qu’au milieu, dans le cœur derrière des dizaines de couches, que l’on retrouve le fruit. Nous faisons la même chose quand nous épluchons les écorces des mots, en sentant exactement ce que signifie chaque notion et ce qui se cache derrière eux.

Quand nous clarifions un mot ou une notion, il met aussi bien en lumière d’autres termes. Après tout, tout est interconnecté. Ainsi, nous commençons peu à peu à comprendre ce que les kabbalistes ont écrit.

Nous comprenons déjà ces idées avec notre esprit, mais nous ne les sentons pas encore. Cela éveille en nous un désir très fort deles ’atteindre.

A mesure que nous avançons, nous devenons «moins intelligents ».  Si nous ne nous efforcions pas de révéler la spiritualité et n’avions pas le point brûlant, prononcé, dans le cœur, nous continuerions nos études en utilisant la puissance de nos esprits et nous apprendrions la théorie assez bien. Nous arriverions même à penser que nous ressentons quelque chose. Nous ne serions jamais passé par l’état de confusion interne, ni nous sentirions qu’il y a une confrontation entre nos sentiments et l’esprit. Ainsi, nous pourrions progresser conformément à une voie à sens unique raide et serions dirigés uniquement par notre intellect.

Cependant, si notre cœur et l’esprit agissent simultanément et nous développons notre récipient spirituel, nous serions toujours désoritentés. Nous sentirions que nous perdons l’acuité de la perception et que notre cerveau ne progresse pas quand nous étudions, mais se développe plutôt proportionnellement à nos sensations.

L’esprit devient une conséquence de sensations. L’esprit d’une personne ne fonctionne qu’en fonction de l’évolution de ses sentiments, le récipient spirituel, présenté uniquement par des sensations, le désir. En d’autres termes, nous devenons très primitifs, par opposition à des personnes hautement intellectuelles qui pensent à de questions complexes et aiment à philosopher. Nous sommes intelligents dans la mesure où notre cœur peut ressentir. C’est ce qu’on appelle « être sage dans le cœur » puisque c’est le cœur qui nous oblige à être intelligent seulement au niveau du cœur et pas plus que cela.

Qu’est-ce qui est bon à ce sujet si nous perdons la netteté d’esprit et sommes absorbés par nos expériences internes, en essayant de ne développer que nos sensations? Par tous les moyens, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour développer nos cœurs. Sinon, nous resterons obscurs et incomplets puisque tout ce que nous recevons provient de nos récipients spirituels, à travers nos sensations. Dans ce monde, on ne considère pas une personne qui est motivée uniquement par ses sensations comme étant un intellectuel.

Au final, cette ambiguïté nous oblige d’urgence à élargir nos sentiments puisque nous ne comprenons que ce que nous ressentons dans le cœur. Le cœur ne sent pas beaucoup, et seulement d’une façon primitive bien égoïste, et très étroite.

Cela explique pourquoi nous n’avons pas le choix: Nous comprenons que nous devons ouvrir notre cœur. Nous ressentons une énorme pression qui se renforce en raison de notre jalousie, passion et ambitions qui nous poussent à la révélation spirituelle dans le cœur. Notre situation est désespérée puisque le Créateur bloque toutes les autres formes de notre développement.

C’est comme si nous perdons notre netteté: Nous ne sommes plus capables d’entendre ou de sentir. Il y a des gens qui ont un esprit très vif et qui en savent beaucoup sur la politique, la science, sur la façon de faire de bonnes affaires et ainsi de suite. Ils se transforment en simples gens qui sont motivés uniquement par leur cœur. Dans notre monde,c »est appelé un niveau animal, tandis que l’être humain est quelqu’un qui est entraîné par l’intellect. Mais cette limitation oblige une personne à ouvrir son cœur et à élargir son récipient spirituel à n’importe quel prix. Autrement, elle se sent mal parce qu’elle n’a pas la moindre idée de ce que le don sans réserve est.

De la 1ère partie du Cours quotidien de Kabbale du 27/04/13, Les écrits du Baal HaSoulam

Les principes de la construction spirituelle

Dr. Michael LaitmanIl y a des problèmes continus le long du chemin spirituel, mais nous les acceptons comme une aide le long du chemin, comme des problèmes constructifs et non destructifs.
Supposons que je veuille construire un deuxième étage à ma maison. Cela signifie que je dois porter tous les matériaux au deuxième étage, ce qui est certainement beaucoup plus difficile que de construire le premier étage. Alors, que pouvons-nous dire du 15ème étage ou le 125e étage de l’édifice spirituel?
Plus une personne monte, plus son mauvais penchant grandit, devient plus lourd et cruel, comme il est écrit: «Celui qui est plus grand que son ami, son désir est plus grand que lui. » Cependant, si mon aspiration est correcte, je vois dans cette charge plus lourde un grand avantage pour ma construction. Je vois le mal comme un bien puisque je vois que cela conduira à des résultats positifs.
Si on me donne dix grammes d’or, par exemple, vais-je être désolé que je dois porter ces 10 grammes à la maison? Cependant, si je dois transporter des briques de ciment je vais le valorise différemment. Donc, tout dépend de la valeur que j’attribue à certains objets, ainsi que la valeur et l’appréciation dépend de la préparation préliminaire.
De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 25/04/13, « la garantie mutuelle »

L’ONU observe une journée internationale du bonheur

Dr. Michael LaitmanDans les Nouvelles (des Nations Unies): « Le 20 Mars, la première Journée internationale du bonheur a été célébrée dans le monde entier. La journée a été proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies pour promouvoir le bonheur comme un objectif universel et l’aspiration dans la vie des gens autour du globe.
« L’initiative de déclarer une journée de bonheur venait du Royaume du Bhoutan – un pays dont l’indice de Bonheur National Brut estime que le développement durable devrait adopter une approche holistique en matière de progrès et de donner une importance égale aux aspects non économiques du bien-être.
«La Journée internationale du Bonheur reconnaît les efforts des autres nations et les groupes qui travaillent pour mesurer la prospérité qui vont au-delà de la richesse matérielle. En désignant une journée spéciale pour le bonheur, l’ONU a pour but d’attirer l’attention du monde sur l’idée que la croissance économique doit être inclusif, équitable et équilibrée, telle qu’elle favorise le développement durable et réduit la pauvreté. …
« En outre, un événement spécial organisé au Siège de l’ONU le 19 Mars à 18 heures, marquera aussi cette occasion. Il y aura une présentation du livre audio par Sri Chinmoy, fondateur de la méditation de la paix aux Nations Unies. …
« Ban Ki-moon affirme que,« En cette première Journée internationale du bonheur, laissez-nous renforçons notre engagement envers le développement humain inclusif et durable et nous renouvelons notre engagement à aider les autres. Lorsque nous contribuons au bien commun, nous nous sommes enrichis. Compassion favorise le bonheur et aidera à bâtir l’avenir que nous voulons ».
Mon commentaire: Comme tout ce qui crée l’humanité, l’ONU est une représentation de notre égoïsme …