Category Archives: Humanité

Apprendre à interagir correctement

632.3Question : Il existe ce que l’on appelle le nombre de Dunbar, qui est le nombre de connexions sociales qu’une personne peut maintenir dans sa tête.

Un anthropologue anglais, Robin Dunbar, a déterminé que dans toute situation donnée, le nombre de personnes qui constitue un groupe actif de contacts avec lequel une personne peut interagir à un moment donné est de 150.

Les neurophysiologistes affirment que si nous manquons de liens sociaux, nous commençons à les créer artificiellement.

Pourquoi une personne a-t-elle besoin d’un tel réseau social dans sa tête ?

Réponse : Le fait est que nous sommes créés en tant qu’êtres sociaux qui doivent interagir les uns avec les autres et créer un certain champ de communication entre nous, et même au-dessus de nous. C’est ce qui fait de nous des êtres humains, sinon nous sommes des animaux. Après tout, il n’y a pas de niveau « humain » dans la nature. Il n’y a que trois niveaux : minéral, végétal et animal, et l’humain est quelque chose au-dessus de la nature.

C’est-à-dire que nous voulons nous élever à ce niveau, et parfois nous essayons. Mais afin de créer ce niveau, il faut d’abord apprendre à communiquer et à interagir correctement. Nous n’avons pas encore cela dans notre société. Elle essaie à peine de s’élever du degré animal au niveau de « l’homme ». C’est pourquoi de tels débuts sont appréciés.

Extrait de « La Kabbale Expresse » sur KabTV, le 06/12/2021

Mon vœu pour l’humanité pour 2022

600.02Le monde se développe à travers la souffrance, en recevant de plus en plus de coups. Et afin de sortir de ce noeud de vipère, nous devons comprendre de quoi dépendent les coups et comment organiser notre vie d’une nouvelle manière afin que les coups nous soient bénéfiques et nous rapprochent les uns des autres et de la nature globale, c’est-à-dire de la force supérieure.

Nous aurons alors la sensation de vivre dans un monde merveilleux ! Notre monde ne manque de rien, excepté d’une bonne connexion équilibrée entre toutes les forces de la nature. Si nous pouvions nous connecter les uns les autres par les forces du bien plutôt que par les forces de confrontation, nous nous sentirions dans le monde supérieur, au paradis, plutôt que dans ce monde.

Il suffit que nous soyons tous d’accord sur le fait que nous voulons éveiller les bonnes forces cachées à l’intérieur de nous afin d’établir de bonnes relations. Tout le monde possède un peu de ces forces. Mais si nous voulons tous nous éveiller ensemble au bien, alors c’est possible.

C’est exactement ce que nous devons faire à l’approche de 2022. Nous avons déjà essayé tous les moyens et nous nous sommes rendu compte que rien ne fonctionne, sauf une chose : essayons de garder de bonnes connexions entre nous. Nous nous aiderons avec nos pensées afin que chacun parvienne à une telle implication et aide, une unité et un amour mutuel.

Nous ne laisserons personne exploser, crier ou déverser son mal sur les autres. Alors nous pourrons vraiment réussir, et 2022 sera un tournant dans nos relations au sein de la famille, entre les États et entre tous les peuples. Nous verrons comment nous équilibrons l’ensemble de la nature avec cela. Toutes les forces de la nature, censées être en conflit les unes entre les autres, se calmeront soudainement, et la nature entière s’équilibrera.

Je souhaite à mes étudiants du monde entier d’absorber encore plus la sagesse de la Kabbale au cours de la nouvelle année, et de rassembler autour d’eux des cercles de soutien encore plus larges afin qu’ensemble nous puissions changer le monde pour le meilleur.

Mon vœu pour toute l’humanité pour cette nouvelle année : parvenons à l’amour, à la connexion et à l’étreinte mutuelle entre tous les peuples sans aucune distinction sur Terre. Cela résoudra tous les problèmes.

Bonne année !

Extrait de « Le Monde » sur KabTV, le 21/12/2021

Apprécier les propriétés spirituelles

628.4Commentaire : Les sages disent qu’il est nécessaire de donner, que vous devez restreindre vos désirs.

Ma Réponse : Et pourquoi ne le faites-vous pas ? Parce que vous ne croyez pas ces sages.

Commentaire : Non, parce que c’est difficile. Nous, les humains, essayons de le faire. Parfois, cela fonctionne de restreindre nos désirs, dans la plupart des cas non.

Ma Réponse : C’est nécessaire, c’est requis, c’est rentable. Mais est-ce la tâche à laquelle nous sommes confrontés dans tous les cas ou pouvons-nous l’éviter ? Il y a beaucoup de questions ici. Pourquoi est-ce que je veux me changer, changer ma nature ? Qu’est-ce que cela m’apporte en fin de compte ?

Commentaire : La découverte du monde spirituel.

Ma Réponse : Que signifie découvrir le monde spirituel ? Découvrir en soi la qualité du don sans réserve et de l’amour pour tous, c’est cela découvrir le monde spirituel.

Nous découvrons notre monde dans notre désir égoïste et ce que nous observons autour de nous, nous le voyons à l’intérieur de ce désir. Tout ce qui entre en moi et remplit mon égoïsme s’appelle « ce monde ». Celui qui a plus d’égoïsme ressent ce monde comme grand. Celui qui en a un petit, comme les petits enfants ou les animaux, les plantes, etc., selon cette mesure, il ressent ce monde. Ainsi, le monde spirituel n’est ressenti que dans la qualité du don sans réserve et de l’amour.

Nous devons y réfléchir : « Qu’est-ce que j’ai à y gagner ? » Après tout, je dois apprendre à respecter et à apprécier les qualités spirituelles, les qualités du don sans réserve et de l’amour. Et si je vois vraiment qu’elles sont tellement importantes, nécessaires (non pas pour moi, mais pour le monde, les autres, car je ne dois pas penser à moi) alors je me lancerai.

L’amour est quelque chose qui ne s’applique pas à moi, mais aux autres. Je comble les autres de mes bonnes qualités, de mes sensations et de mes désirs si je veux tout faire pour qu’ils se sentent bien.

Aimer son prochain signifie faire de chaque personne dans le monde son prochain et lui donner encore plus que ce que l’on se donne à soi-même.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV, le 16/11/2021

Le destin peut être contrôlé

557Question : Le destin est la totalité des événements et des circonstances qui sont prédéterminés et qui touchent principalement une personne, soit la nation entière. Êtes-vous d’accord avec cette définition ?

Réponse : Non, je ne suis pas d’accord car vous ne pouvez pas juste parler du destin comme d’une combinaison de certaines circonstances. Le destin est ce qui nous arrive dans nos sensations, dans notre vie, dans nos conditions, et est une conséquence de l’influence de la nature ou du Créateur (ce qui est la même chose) sur nous et de notre interaction avec elle.

Question : Il y a trois caractéristiques principales du destin selon ce que j’ai trouvé sur Internet : la totalité, l’insondabilité et l’indépendance de la volonté humaine. Pensez-vous que cela soit vrai ?

Réponse : Non. En ce qui concerne la totalité, je peux dire qu’il existe des destins particuliers et des destins communs, ainsi que des destins globaux. Quant à l’insondabilité et à l’indépendance, au contraire, nous pouvons connaître notre destin et le diriger si bien sûr nous le souhaitons, et y appliquer une certaine quantité et qualité d’efforts. Autrement dit, tant la compréhension que le contrôle peuvent être entre nos mains. Cela dépend de nous.

Commentaire : Si vous regardez l’histoire et la culture de différents peuples, alors dans la plupart des cas, le destin est défini comme négatif, sombre, sans signification, aveugle et impitoyable.

Ma Réponse : Nous parlons ainsi parce que nous ne comprenons pas l’essence et le but de ce qui se passe.

Commentaire : D’ailleurs, rien de bon n’est écrit dans la religion juive, ni dans les Prophètes.

Ma Réponse : Cela dépend de la manière de voir et par rapport à qui c’est dit. En principe, le sort de l’humanité dépend d’elle-même. On ne peut rien dire ici d’une quelconque prédestination fatale.

Question : Quel adjectif donneriez-vous au destin ?

Réponse : Dirigé.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV, le 26/10/2021

Aidez, mais ne retenez pas

209Question : Si des amis quittent la dizaine, coment se comporter visà  vis d’eux? Pouvons-nous prier pour eux ? Ou devrions-nous nous concentrer sur ce que nous avons maintenant ?

Réponse : Nous devons comprendre qu’au fur et à mesure que nous nous développons spirituellement, il y aura toujours des gens qui nous quitteront parce qu’ils auront le sentiment que ce n’est plus pour eux.

Par exemple, je suis allé à l’école primaire, mais les 30 élèves qui ont commencé le CP n’ont pas tous atteint la terminale ; beaucoup ont pris du retard, sont partis, etc. Et puis à l’université : combien d’entre eux ont été admis ? Et combien ont abandonné ? Et combien ont continué après l’université ?

Autrement dit, plus on va haut, plus il y a d’abandons. Et chacun d’entre nous a son propre niveau spécifique. Il ne faut donc pas les retenir par la force. Il faut créer les conditions pour que chacun puisse aller de l’avant, pour qu’il soit soutenu et aidé.

Cela est possible parce que le système est intégral et peut accepter toute personne qui s’annule à son égard. Je peux être un simple bébé dans les bras d’autres amis, comme un petit enfant dans une famille, mais je suis considéré comme un membre de la famille parce que je m’annule envers eux. C’est ainsi que nous devrions agir.

Mais si une personne ressent que ce n’est pas pour elle, qu’elle ne le veut pas, qu’elle n’est pas d’accord avec nous, il faut la libérer calmement, et se rendre compte qu’en cours de route, nous verrons beaucoup de cas de ce genre, et c’est inévitable.

Et à la fin, elle a quand même pris quelque chose de nous. Nous devons prendre en compte le niveau de possibilités de chacun dans ce circuit.

Extrait de « Vidéoconférence » sur KabTV

L’humanité accomplira son programme

226Question : Que se passera-t-il si l’humanité périt avant que les kabbalistes n’accomplissent leur destin ?

Réponse : Non, nous sommes dans un système appelé la nature. Ce système est absolu et universel. Nous sommes à l’intérieur d’un réseau de forces qui nous contrôlent et nous conduisent vers un but préétabli.

Ce but et toutes les étapes que nous devons franchir sont déjà, pour ainsi dire, réalisés, seulement nous devons nous introduire dans ces étapes et y exister alternativement, et nous élever à différents niveaux. Les étapes elles-mêmes et l’état final (la correction complète) sont déjà préparés.

Par conséquent, il ne peut y avoir de destruction, mais il peut y avoir une grande souffrance qui nous fera aller volontairement, avec le bon choix, avec notre libre arbitre, vers le but de la création, et non pas poussés par les petites souffrances que nous vivons maintenant.

Vous pouvez donc être tranquille, il n’arrivera rien à l’humanité. Elle sera obligée d’accomplir son programme.

Extrait de « Vidéoconférence » sur KabTV

Ce dont le cinéma est capable

922Question : Quel est votre film préféré ? Parfois durant le cours, vous utilisez Harry Potter comme exemple, en particulier la scène où il traverse le mur à la gare. Pourquoi êtes-vous si impressionné par cela ?

Réponse : Je donne cette scène en exemple : si une personne va vraiment de l’avant, comme à travers un mur, alors elle franchira tous les obstacles.

En général, je n’ai pas de films préférés. Il y a des scènes que j’ai vues, et par conséquent je peux les citer en exemple.

Question : Quel rôle aimeriez-vous jouer ? Peut-être un personnage du Tanakh (acronyme de TorahNéviim et Ktouvim, c’est-à-dire le Pentateuque, les Prophètes et les Hagiographes, ndt) ?

Réponse : Il n’y a pas de tels rôles. J’ai juste besoin d’être corrigé.

Question : Si vous aviez toutes les ressources du monde, quel film feriez-vous et sur quel sujet ?

Réponse : Je ferais un film, et plus d’un, sur le rôle de l’homme, sur la possibilité de parvenir à découvrir le Créateur, sur la façon de créer de telles conditions pour que les gens se développent spirituellement, sur la façon d’élever correctement les enfants, sur la façon de maintenir une famille de la bonne manière, et ainsi de suite. En pratique, ce sont des films éducatifs. Ils sont éducatifs à la fois dans notre monde et dans le monde spirituel.

Question : Pensez-vous que c’est exactement par un tel transfert d’informations que l’on peut expliquer la spiritualité à une personne ?

Réponse : Oui. Bien sûr, la spiritualité ne peut être révélée. Mais vous pouvez configurer une personne pour qu’elle ait envie de la découvrir. L’industrie du cinéma en est capable.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV, le 10/09/2021

Pourquoi les nations du monde sont-elles attirées par la Kabbale ?

547.05Question : Pourquoi les nations du monde, qui ne sont pas juives d’après la Halakha, sont-elles attirées par la méthode kabbalistique, et les juifs sont-ils prêts à tout pratiquer sauf la Kabbale ?

Réponse : Tout d’abord, les nations du monde ressentent qu’il y a quelque chose de spécial, de caché, je dirais même de fondamental dans la Kabbale.

En principe, toutes les religions, les croyances, tout ce qu’une personne peut imaginer en matière de spiritualité en est issu. « Qu’y a-t-il en dehors de notre monde, en dehors de la vie matérielle, de ces courtes années durant lesquelles nous existons, en dehors de ce petit globe à la surface duquel nous tournons comme de petits insectes ? Y a-t-il quelque chose dans d’autres dimensions, dans d’autres espaces, dans d’autres sections ? »

Ces questions concernent tout le monde et pratiquement toutes les réponses sont liées à la Kabbale. Par conséquent, les personnes d’autres croyances ou religions n’y trouvent pas de réponses, mais elles doivent croire et suivre certaines traditions. Pas plus que cela.

Et la Kabbale ne se contente pas d’expliquer cela à une personne, elle l’emmène et l’élève à un niveau où elle commence à voir et à ressentir une nouvelle dimension, à exister au-dessus du temps, de l’espace et du mouvement, au-dessus de ce qui est notre univers, notre monde.

Naturellement, la Kabbale est de plus en plus demandée, surtout à notre époque où, en raison du développement de l’humanité, nous sommes arrivés à un état plus ou moins mature et nous comprenons que notre monde s’arrête là. Et alors quoi ? La science de la Kabbale répond exactement à cette question.

Extrait de « Gros Plan » sur KabTV

Ouvrez le monde supérieur

36Question : Lorsque vous avez rencontré différents leaders spirituels, avez-vous trouvé un quelconque point de contact avec eux ?

Réponse : Non, aucun, car leurs enseignements sont construits sur la suppression de l’égoïsme.

Toutes les méthodes, à l’exception de la Kabbale, sont construites sur la suppression de l’égoïsme : désirer moins, penser moins, manger moins, bouger moins, c’est-à-dire se réduire constamment dans ses manifestations terrestres. Et la Kabbale dit : « Laissez tomber toutes les manifestations terrestres. Vous devez développer votre partie spirituelle. »

La partie terrestre est tout ce à l’intérieur de quoi nous existons, c’est-à-dire prendre soin de notre corps. Tant qu’il vit, nous y pensons, et c’est toute notre vie. Imaginez que vous ayez une sorte d’animal et que votre vie entière soit consacrée uniquement à en prendre soin. Et il vit de tel jour à tel jour, ces soixante-dix ans, et vous vivez avec lui. Il meurt, et vous mourez.

La Kabbale dit : « Élevez-vous au-dessus de cet animal de sorte que non seulement il remplisse toute votre existence, mais qu’en plus il y ait une autre vie. Regardez le monde. » Et lorsque vous commencez à regarder le monde non pas à travers cet animal (vous lui donnez ce dont il a besoin) mais en regardant au-dessus de lui, vous ouvrez le monde supérieur.

Question : Mais une personne ordinaire ne peut pas s’élever au-dessus de cet animal ?

Réponse : Elle ne le peut pas. Elle ne peut même pas essayer d’en sortir et ne comprend pas ce que cela signifie.

Cela signifie acquérir une autre propriété complètement différente, le don sans réserve. Après tout, la propriété avec laquelle je suis à l’intérieur de cet animal est la propriété de recevoir, et elle ne fait que me garder en elle-même.

Mais à l’intérieur de moi, il y a initialement un rudiment de mon prochain état, l’état spirituel. Il me tire hors de cet animal, il me pousse à le découvrir : « Pourquoi j’existe ? Vraiment au nom de cette vie ? Vraiment au nom de ces années pendant lesquelles je suis dans mon corps et je meurs ? ». Si ces questions urgentes me hantent et que je suis obligé d’y répondre, alors je suis déjà dans un état où j’ai vraiment besoin de la Kabbale.

Pour la première fois, de tels états sont révélés uniquement à notre génération. Et par conséquent, c’est seulement de nos jours que la science de la Kabbale se révèle à l’humanité, et de manière très indifférente : à qui le veut, je vous en prie, celui qui n’en veut pas, aucune exigence. Personne ne convainc personne. L’entrée est libre, la sortie est encore plus libre.

Extrait de « Gros Plan » sur KabTV

Pouvons-nous imaginer le plaisir supérieur ?

276.02Commentaire : Décrivez s’il vous plaît le plaisir que nous recevons le long du chemin de la Lumière.

Ma Réponse : Vous comprenez que je ne peux pas le décrire. Comment puis-je décrire un plaisir qu’une personne n’a jamais ressenti et ne comprend pas ?

A quoi peut-on le comparer ? Nous pouvons seulement comparer quelque chose que nous avons expérimenté et lui donner une certaine ressemblance, et pas d’une autre manière. Nous ne pouvons percevoir aucun plaisir ou descente spirituelle ou quoi que ce soit du chemin spirituel, sauf à partir des récits des autres. C’est la raison pour laquelle la sagesse de la Kabbale ne le décrit qu’en termes physiques.

La sensation qui résulte de ce qui arrive à une personne dans la spiritualité est ressentie lorsqu’elle accomplit réellement ce chemin par elle-même. C’est uniquement à ce moment-là qu’elle comprend ce que disent les kabbalistes.

Si vous relisez chacun des articles du Rabash ou du Baal HaSoulam que vous avez lus il y a un an ou deux, vous verrez que maintenant vous percevez chaque chose d’une manière totalement différente. Cela signifie que de nouveaux attributs, de nouvelles capacités et de nouvelles sensations apparaissent en vous. C’est un système qui fonctionne. C’est la raison pour laquelle le monde spirituel est appelé un monde secret, car il n’est révélé qu’à ceux qui peuvent le ressentir. Cette personne commence à ressentir de nouvelles sensations et de nouveaux sens, alors que les autres non, et il n’y a aucun moyen pour vous de changer cela.

Extrait de « Les Fondamentaux de la Kabbale » sur KabTV, le 14/07/2019