Category Archives: Humanité

L’univers a-t-il un plan?

Reprise de mon article publié sur https://www.michaellaitman.com/fr/articles/lunivers-a-t-il-un-plan/

Depuis la nuit des temps, l’homme s’interroge sur sa présence sur Terre. Il veut comprendre son origine, ce questionnement se retrouve au cours de toutes les étapes de développement de l’humanité, dans la science, la religion, la culture, la philosophie etc.

La science s’est penchée de nombreuses fois sur l’origine et l’évolution de l’Univers et pour l’instant la dernière théorie est celle du big bang. Cette dernière résout un certain nombre de questions, mais en laisse beaucoup en suspens: L’univers a un début mais a-t-il une fin? Quand est-il de l’avant big bang? L’univers est-il éternel? Il y a-t-il d’autres univers parallèles?

Au final, après maintes tergiversations, nous restons toujours avec les mêmes questions: d’où vient-on et où va t-on?

Sans avoir la prétention de répondre à ces questions en un seul article, essayons au moins d’en comprendre la portée.

Se demander s’il y a un début et une fin, c’est comme s’interroger si l’univers avait un plan, un processus qui aurait un début, un développement et une fin.

Comme nous ne sommes pas actuellement ni début ni à la fin, voyons si nous pouvons observer un développement dans la nature.

A défaut de voir l’évolution de façon évidente dans la nature, il est indéniable que depuis l’âge de pierre jusqu’à l’âge d’internet, l’évolution est flagrante.

Si on essaye de comprendre la force qui anime le développement de l’humanité, on observe que c’est la même qui anime le monde du vivant: Un besoin d’assurer sa survie en recherchant un équilibre avec son environnement.

Jusque-là rien de nouveau, ceci dit, cela met en avant une certaine force de développement commune à notre existence. Cependant en quoi ceci aide à un quelconque plan de l’univers, si tant est qu’il y en ait un?

Pour que cette recherche d’équilibre aide à comprendre un quelconque plan de l’univers, il faudrait comprendre entre quoi et quoi, l’équilibre s’applique.

Que ce soit le principe de l’équilibre de Lavoisier en chimie, pour équilibrer les réactions chimiques ou les équilibres de jeu de Nash qui s’appliquent en économie, ou l’homéostasie dans l’organisme ou dans les écosystèmes, l’équilibre est partout et permet le maintien de la vie.

De cet équilibre découle un postulat: il existe deux forces opposées dans la nature, une positive et une négative, qui ne peuvent pas exister l’une sans l’autre. Équilibrer ces deux forces est la tâche de l’homme.

Si à première vue, cela semble simpliste, voire trop facile, détrompez-vous. Pour comprendre l’action et l’interaction de ses forces sur nous, des personnes, appelées des kabbalistes ont rédigé des ouvrages qui ne sont pas toujours compréhensibles, mais comme toute science, la Kabbale a aussi son propre vocabulaire.

Le système de la création est en fait un programme, une App dont nous devons apprendre à nous servir, et en connaître les aspects, comme nous avons appris à l’école les sciences naturelles, physiques et sociales.

Tout ceci n’est pas une énième théorie pour séduire ou ennuyer les gens, c’est une étude qui demande un investissement personnel, parce que le plan de l’univers a été créé pour nous, avec un but précis: que l’on s’en serve.

 

Le plaisir de l’union

Question : Il existe de nombreux groupes de personnes dans le monde qui aiment se réunir. Quelle est la différence entre ces groupes et un groupe de kabbalistes ?

Réponse :
En effet, il existe de nombreux groupes dans le monde qui utilisent différentes méthodes d’union et ils en tirent un grand plaisir. Les gens dansent et chantent ensemble, etc. C’est impressionnant de voir à quel point ils prennent plaisir à être ensemble.

Comment pouvons-nous distinguer un groupe kabbalistique de tout autre groupe qui s’unit et reçoit du plaisir de l’union ?

Le fait est que le but des groupes ordinaires est de s’amuser. Mais l’objectif de l’union dans les groupes kabbalistiques est d’apporter du contentement au Créateur, et dans la mesure où ils aspirent à cela, ils s’élèvent au niveau du Créateur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 20/01/2019

Le monde dans 15 ans

Question : Comment voyez-vous le développement futur du monde d’ici 15 ans ? Qu’est-ce qui arrivera ? Quel est le rôle d’Israël à cet égard ?

Réponse : La voie souhaitable du développement est la prise de conscience du peuple israélien, ensemble avec nos groupes dans le monde, et de la prétendue humanité progressiste, selon laquelle l’important est de s’unir et de montrer au monde un exemple d’unité.

Lorsque nous parvenons à nous unir au moins un peu, alors la Lumière supérieure passe à travers nous et elle se fait sentir à tous les niveaux de l’humanité. Les gens auront la sensation que la vie réelle et la possibilité de progresser vers la prochaine étape de développement, de sortir vers un nouveau niveau d’existence, se trouve dans l’unité.

Tout en étant dans ce monde physique, nous allons également commencer à pénétrer la matière supérieure, une existence supérieure, dans ces zones où notre cerveau n’agit pas, mais où sont les commandes qui le contrôle.

J’espère vraiment que nous allons commencer à le ressentir dans les années à venir. C’est à notre porte, mais cela dépend de nous de notre faculté de savoir  adapter cette connaissance et ces sensations.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 13/01/2019

L’ego est à l’origine du dérèglement climatique

L’engouement pour la protection de l’environnement n’est pas nouveau, il est international et existe depuis bien longtemps.

Pourtant en France, pour la première fois, 4 ONG ont assigné l’Etat en justice pour inaction climatique. Elles espèrent à travers « l’affaire du siècle » faire condamner l’Etat pour carence fautive et le pousser à prendre les mesures adéquates.

Climat : la «Marche du siècle»

En effet, ces dernières années, les catastrophes naturelles n’ont fait qu’augmenter. Il n’est pas rare de voir à la une des journaux les dernières catastrophes en date, telles que des ouragans, des inondations, des baleines ou des dauphins qui s’échouent sur des plages etc.

Mère Nature au niveau minéral, végétal et animal fonctionne en parfaite harmonie. Il existe des lois que les minéraux, végétaux et animaux suivent instinctivement et seuls les êtres humains ne se comportent pas comme il faut et enfreignent cet équilibre en exploitant la nature à des fins personnelles.

Car tel est bien le problème de l’Homme, il veut tout et tout de suite. Ce désir n’est pas un mal en soi, c’est son utilisation qui le rend égoïste ou altruiste. Cette distinction est essentielle.

Nous le voyons dans la nature quand un lion tue une gazelle c’est pour se nourrir et il ne mange que ce dont il a besoin, le reste il le laisse aux autres animaux qui finiront et maintiendront ainsi la chaine écologique. C’est son instinct de survie qui le pousse et il ne pense pas à l’avenir, pour lui, seul le présent compte.

A l’inverse, l’homme est doté de la faculté de se projeter dans l’avenir et c’est là que le bât blesse. Il veut accumuler, dominer et ce aux dépens des autres. C’est cette relation à autrui qu’il convient de changer. L’harmonisation des relations humaines est la clé de l’équilibre dans la société et avec la nature et donc de notre bonheur.

Ainsi, il serait bon d’apprendre aux gens quelles sont les lois de la nature afin de les respecter. Ceci entrainerait la fin de la surexploitation des ressources naturelles et humaines, de la surproduction industrielle et nous apprendrait à consommer avec modération.

Il s’avère donc qu’une nouvelle approche éducative de toute une génération est nécessaire : Un code de conduite qui explique à l’humanité le fonctionnement de l’ego et comment s’en servir à bon escient.

La grève mondiale et la « marche du siècle « de ce week-end pour alerter et sensibiliser la population à l’écologie et au respect de l’environnement est un outil efficace de prise de conscience, néanmoins si elle n’est pas suivie d’une nouvelle approche éducative de changement personnel, alors son impact sera hélas limité.

La femme est l’avenir de l’homme

Mon article à l’occasion de la journée internationale de la femme le 8 mars

Le 8 mars est la journée internationale de la femme et à cette occasion, il serait bon de l’honorer comme il se doit.

Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement

L’Histoire n’a pas toujours été tendre avec les femmes, et même si de grandes personnalités se sont illustrées (Cléopâtre, Catherine et Marie de Médicis, la grande Catherine, Marie Curie, pour n’en citer que quelques-unes), elles ont toujours été en retrait. Il aura fallu attendre le 20ème siècle et les deux guerres mondiales pour que leur influence commence à évoluer, en devenant plus visible et ce, après de longues années de lutte pour l’émancipation et la reconnaissance de leurs droits, ainsi que pour leur contribution sociale, scientifique, politique, et culturelle.

De nos jours, nous voyons que les femmes occupent des postes clé en politique, dans l’armée, elles sont PDG de grandes sociétés, elles s’illustrent dans tous les domaines. Cette tendance va devenir majoritaire car le temps de la correction est venu et la femme y joue un rôle primordial et souvent méconnu.

Si par le passé, les femmes étaient cantonnées dans leur cuisine et devaient s’occuper de leur famille, l’évolution des moeurs leur a permis de sortir de leur réserve et de s’affirmer à part entière, avec succès, presque partout dans le monde.

La femme dispose d’une force qui permet de faire bouger les choses, sans les femmes, les hommes seraient restés de grands enfants. Cette force des femmes vient de la sagesse du coeur, elles comprennent avec leur coeur, d’où leur empathie naturelle.

Cette sagesse les rend plus responsables dans la vie, telle une mère qui veille constamment sur sa famille. Déjà à l’époque d’Abraham, il lui a été ordonné d’écouter ce que lui disait sa femme Sarah.

C’est pour cette vision du monde que les femmes méritent d’être reconnues, d’être prises au sérieux et l’avenir devrait nous le montrer.

Le temps est donc venu que les femmes elles-mêmes prennent les rennes de leur propre destinée et n’attendent pas que les hommes le fassent pour elles. Leur instinct maternel naturel les pousse à oeuvrer en ce sens. L’avenir de l’humanité repose désormais sur leur engagement et sur leur capacité de redonner à la société la cohésion qui lui manque.

En effet, tout comme dans le passé les femmes ont permis la sortie d’Egypte, en cette période d’incertitude, ce sont elles également, qui seront le moteur du changement dont l’humanité a tant besoin.

Bonne fête mesdames!

Davos 2019: un bilan mitigé

Mon article sur le Forum économique mondial 2019

Davos 2019 : Le Forum a-t-il répondu aux questions relatives à notre avenir?

 

Le but final est la correction universelle

Question : Où le monde se dirige-t-il ?

Réponse : Si vous regardez le but final, alors le monde évolue vers un bon état, la correction universelle. C’est l’objectif que nous devons atteindre.

En principe, cela existe déjà dans le monde spirituel. Tout d’abord, le but est toujours déterminé et, seulement par la suite, les événements se déroulent en fonction de celui-ci, lesquels dépendent de notre comportement. Nous déterminons comment y parvenir.

Le monde spirituel est construit différemment de notre monde. Il se déroule de la fin au commencement. C’est-à-dire que vous déterminez progressivement ce que vous devez accomplir, et ainsi comment y parvenir.

Si par exemple un architecte conçoit un bâtiment, il imagine approximativement son objectif ultime, mais celui-ci n’existe pas. Et ici, le but existe. Tout est déterminé par notre participation.

Nous devons déterminer précisément quel est l’objectif afin qu’il soit toujours devant nous et que nous nous dirigions vers lui à chaque instant.

Dans la Kabbale, lorsque nous allons au-delà de la réception, cela est considéré comme allant avec la foi au-dessus de la raison, en imaginant clairement et de manière absolue les propriétés du monde spirituel et en essayant de les appliquer, comme si nous y existions déjà.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 12/08/2018

Quand est-ce que tous les individus ressentiront un éveil spirituel ?

Question : Nous savons qu’il faut de nombreuses années avant qu’une personne engagée dans le travail spirituel commence à ressentir une réponse interne à la règle « Aime ton prochain comme toi-même ». Ces personnes extérieures au groupe auront-elles également besoin de la même somme de temps pour parvenir à cette sensation ?

Réponse : Si ces personnes ne ressentent pas un besoin intérieur et que la providence supérieure ne les amène pas au groupe dans le but de le réaliser, elles ne pourront rien faire.

Il y a deux conditions nécessaires : le point dans le cœur et la condition du Créateur de placer la main de la personne sur le bon destin et de commencer à l’aider en cela. Autrement, rien ne fonctionnera.

Beaucoup de gens dans le monde ont un point dans le cœur, mais pour une raison quelconque, ils ne sont pas amenés dans nos rangs. Peut-être est-il encore tôt ou il y a d’autres circonstances que nous ne connaissons pas.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 18/04/2018

Comment quelqu’un peut-il être neutre ?

Question : Si je suis né égoïste et que tout mon « moi » est égoïsme, comment puis-je être neutre ?

Réponse : Le fait est que lorsqu’une personne est conduite vers le but de la création, elle reçoit des conditions dans lesquelles elle est quelque peu neutre. Elle possède le libre choix et on lui donne les états exacts dans lesquels elle peut choisir. Cependant, en règle générale, cela est seulement dans un groupe.

La Kabbale ne discute d’aucun mal dans notre monde. Ce mal ne se manifeste qu’entre des amis qui cherchent à s’unir, et le mal (leur égoïsme) les empêche d’atteindre leur but.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 17/06/2018

Pourquoi n’y a-t-il pas la paix au Moyen-Orient ?

Question : Pourquoi n’y a-t-il toujours pas la paix au Moyen-Orient ?

Réponse : Le problème ne concerne pas Israël et les nations du monde. La situation est telle que la méthode de correction du monde, qui devrait maintenant être appliquée dans le monde entier, est entre les mains d’Israël.

Dans sa sagesse intérieure appelée la science de la Kabbale, Israël possède la méthode pour corriger l’égoïsme dans le monde : comment passer de la perception égoïste de la vie et de la nature, où chacun veut obtenir quelque chose pour lui-même, à la perception altruiste où chacun sera capable de se sacrifier et de donner de soi-même et, à travers cela, de se réaliser pleinement et de percevoir la vie à travers l’altruisme.

Parce qu’Israël détient cette sagesse, le monde entier a le sentiment qu’Israël est à blâmer pour tout ce qui se passe. Cette pression et cet antisémitisme ne cesseront pas jusqu’à ce qu’Israël apporte une contribution au monde en lui révélant la science de la Kabbale, une méthode de correction du monde, qui explique comment il peut se sauver de son développement égoïste qui est arrivé à une fin et a entraîné la menace de son existence.

Le monde parviendra à la paix, à la tranquillité et au contentement uniquement par la mise en œuvre de cette méthode de correction, qui existe en Israël depuis les temps babyloniens. Sorti de là, du berceau de toutes les civilisations, elle se trouve au milieu d’Israël depuis 6 000 ans et se révèle seulement aujourd’hui. C’est pourquoi la science de la Kabbale est recherchée maintenant dans le monde entier.

La science de la Kabbale est devenue ouverte pour une étude générale au début du 20ème siècle. Après tout, elle représente la méthodologie pour rendre notre monde altruiste, parfait et merveilleux. Alors, il y aura la paix au Moyen-Orient et dans le monde entier. Et sinon, cela ne se produira ni là-bas ni autre part dans le monde, ce qui ne fera que conduire à un plus grand danger d’anéantissement.

Ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient, c’est essentiellement la concentration, la focalisation, le summum du problème mondial. Si nous résolvons ce problème, si Israël révèle la méthode de correction du monde, en faisant ainsi nous pourrons résoudre les problèmes du monde entier et la paix régnera également au Moyen-Orient.

Extrait de La Table Ronde des Opinions Indépendantes, Berlin, 2006