Category Archives: Humanité

Les affaires selon les lois de la nature

565.01Question : Dans le monde des affaires, les bénéfices reposent sur le fait que chacun essaie d’utiliser les autres pour tirer le meilleur parti de ses propres super-profits. Par conséquent, il n’y a pratiquement pas de place pour une personne honnête dans une entreprise. À quoi devrait ressembler une entreprise pour se conformer aux lois de la nature ?

Réponse : Une société commerciale doit être absolument égale lorsque les deux partenaires comprennent qu’ils ne peuvent pas se passer l’un de l’autre. De ce fait, l’entreprise matérielle ne doit pas être construite sur le fait qu’ils se réunissent, commencent à se tromper et à se voler, puis liquident la société.

Et les affaires spirituelles sont basées sur le fait que nous nous unissons et finissons par former quelque chose de plus. Et c’est quelque chose de plus grand, quelque chose dont la société peut tirer le meilleur parti, et nous voulons l’offrir à la société.

Question : Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent se conformer aux lois de la nature ?

Réponse : D’investir autant que possible dans une nouvelle éducation ou dans le développement d’une nouvelle société.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 04/06/2020

Le dernier jour de l’été

243.07Le dernier jour de l’été est arrivé. Nous entrons dans la période automne-hiver, et bien sûr, la pandémie de coronavirus se poursuivra. C’est une bonne chose que jour après jour, nous réalisions de plus en plus clairement que le virus ne s’en ira pas aussi vite. La pandémie entraîne non seulement la maladie, mais change toute notre existence : le travail, la maison, notre communication les uns avec les autres et l’attitude d’une personne face à la vie.

Il n’y a jamais eu d’épidémie aussi étendue, aussi profonde et aussi durable, et qui a apporté de tels changements qualitatifs chez une personne. L’humanité a encore du mal à comprendre quels changements sont exigés d’elle, mais dans les deux ou trois prochains mois, nous sentirons que ce coup nous oblige à changer, à modifier notre attitude envers la vie et la société. Le coronavirus change les gens et il nous sera plus facile de comprendre quel genre de personnes nous devrions être.

L’automne commence et les gens retournent au travail après les grandes vacances, les enfants retournent à l’école, les étudiants à l’université. Tout commence à reprendre sa routine, et ici nous sentirons à quel point nous sommes incapables d’y revenir.

Nous n’avons nulle part où retourner ! Nous ne serons plus en mesure de prendre en charge les systèmes que nous avions auparavant. Pour l’instant, nous ne savons pas comment continuer le parcours précédent. Quelle devrait être notre attitude vis-à-vis du travail, des études, de la vie dans les nouvelles conditions qui nous sont révélées par la pandémie ? Nous devrons tout comprendre à nouveau.

Nous ressentirons que nous voulons de moins en moins lutter contre ces phénomènes, mais nous devons comprendre leur essence profonde et nous transformer en conséquence.

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, « Le Travail avec la Foi au-dessus de la Raison » du 31/08/2020

Les crises changent la conscience d’une personne

283.01Question : Des millions de personnes comprennent aujourd’hui de quoi vous parlez, mais seuls les politiciens qui établissent des lois peuvent changer l’opinion publique et ils sont choisis par les médias. De plus, les médias sont entre les mains des riches et les riches ne veulent rien changer. Il s’avère que c’est un cercle vicieux. Y a-t-il un moyen de sortir de cette situation ?

Réponse : La nature nous indique la sortie. Cela nous mènera toujours à un big bang, à l’égoïsme, à la frustration. Et alors nous pourrons tout changer. Aucune force basée sur le pouvoir et l’argent ne peut gouverner le monde plus que ce que ne veulent les gens eux-mêmes.

Et les gens commencent progressivement à comprendre que continuer à exister comme cela signifie détruire la nature, eux-mêmes et leurs enfants, et qu’il faut faire quelque chose à ce sujet.

Je crois que nous vivons dans une telle génération et à une époque où les attaques globales et intégrales que le virus mène sur nous changeront rapidement l’opinion de l’humanité sur la façon dont elle devrait regarder le monde, la vie, la nature et elle-même. En fin de compte, tout va changer.

Les crises modifient la conscience d’une personne et il est impossible de se développer plus sans elles.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 30/05/2020

Vers une responsabilité intégrale

laitman_600.04Question : Pour se rapprocher de l’accomplissement des lois de la nature, faut-il apprendre à ne recevoir de la société que ce qui est nécessaire et donner le plus possible ?

Réponse : Pas le plus possible, mais utiliser toutes vos forces et vos capacités pour donner, pour recevoir ce dont vous avez besoin, pour vivre normalement.

Cela signifie que je suis en équilibre avec la nature, en lui donnant tout au niveau humain et en recevant ce dont j’ai besoin au niveau animal. La pandémie nous y conduira ; si celle-ci ne le fait pas, alors la suivante le fera.

Question : Dans un tel cas, où est notre libre arbitre ?

Réponse : C’est le libre choix.

Cela est évident aujourd’hui avec tout ce qui arrive. Et vous pouvez essayer de vivre en équilibre à travers une responsabilité complète, mutuelle et intégrale.

Question : Pourquoi devrais-je y croire ? Peut-être que tout ceci est faux ?

Réponse : Si nous partons des lois ordinaires, il ne semble y avoir rien de spécial à cela. Mais si vous commencez à calculer logiquement tout ce qu’une personne fait en fonction de son égoïsme, vous verrez que cette force nous pousse simplement vers la mort.

D’un autre côté, comment agir si nous sommes sur le même petit globe et sommes devenus pratiquement une seule communauté ? Rassemblez-vous et décidez comment nous pouvons coexister correctement.

Question : Malgré notre nature intrinsèquement égoïste, nous pouvons, sous l’influence de notre environnement, cultiver certaines valeurs qui sont opposées à nos penchants égoïstes. Est-ce la liberté de choix ?

Réponse : Oui. Excellente formulation, simple et claire pour tout le monde.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 30/04/2020

Le mauvais œil est la force de la pensée

laitman_961.1Question : Qu’est-ce que le mauvais œil ? Quel est le mécanisme de son influence ? Comment le contrecarrer ?

Réponse : Le mauvais œil est la force de la pensée. Chacun de nous possède des forces internes, et lorsque nous pensons en mal à quelqu’un, il en résulte que beaucoup de mauvaises pensées à son sujet agissent sur lui. C’est l’impact d’une personne sur une autre ou même sur l’ensemble de la société.

Il y a des gens qui peuvent regarder quelqu’un et disons que sa température augmente. J’ai vu de tels phénomènes à plusieurs reprises.

Nous nous influençons car nous sommes tous dans le même système, dans le même désir. Toute l’humanité est considérée comme une même personne. Par conséquent, notre impact les uns sur les autres n’est pas si improbable. Se trouver dans le système unifié indique déjà la possibilité d’une telle influence.

Question : Ce n’est donc pas quelque chose de surnaturel ?

Réponse : Non, c’est juste que les gens n’ont pas de telles capacités spéciales pour le moment. Autrefois, elles étaient plus prononcées, mais les gens ne les utilisaient pas.

Question : Pouvez-vous les développer en vous-même ?

Réponse : Bien sûr. Mais pour cela, vous devez entrer en reconnaissance, dans certains cercles.

Question : Pouvez-vous résister au mauvais œil ?

Réponse : Cela y est également enseigné.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 07/05/2020

Le troisième Temple est éternel

laitman_936Le Troisième Temple sera corrigé grâce à nos efforts. Évidemment, nous n’avons pas besoin de le construire à partir de bois et de pierre car il est impossible de le construire de cette manière sur le degré de la Lumière de Yékhida, qui est la perfection complète.

Le Troisième Temple comprend en lui-même toutes les corrections. Le Premier et le Second Temple ont dû être construits et détruits selon le programme supérieur, selon l’ordre des degrés qui correspond à la brisure des « rois » dans le monde des Nékoudim (la brisure au degré de Daat-Hessed-Guevoura-Tifferet correspond au Premier Temple, et au degré de Tifferet-Netsakh-Hod-Yessod-Malkhout au Second Temple).

Sur leurs ruines s’élèvera le Troisième Temple qui ne pourra plus être détruit car il est positionné au plus haut degré, au niveau de la Lumière de Yékhida. Ce Temple n’existe que sous forme spirituelle et il existe éternellement.

Aujourd’hui, nous vivons dans la période du début de la construction du Troisième Temple et nous commençons à en jeter ses bases. Par conséquent, notre rôle est très important et élevé, et il vaut la peine de l’étudier et de le comprendre afin de construire un Temple qui unira toutes les âmes et tous les hommes.

Toute l’humanité doit s’unir de tout son cœur et de toute son âme afin de construire ce récipient spirituel (Kli) dans son cœur, qui est appelé « l’âme » commune ou le Troisième Temple, qui ne sera jamais détruit.

Le Troisième Temple se construit grâce à nos efforts, à notre prière, et de ce fait, il est éternel ; il est construit à partir de nos désirs. Par conséquent, les Premier et Deuxième Temples ont été détruits, et le Troisième Temple subsistera pour toujours parce qu’il est construit à partir du fond des désirs et des intentions du don sans réserve, c’est-à-dire des gens eux-mêmes.

Les Premier et Second Temples ont été détruits selon le programme de l’enchaînement des mondes de haut en bas, c’est-à-dire selon la brisure du monde des Nekoudim. Par cela, la brisure de tout le Partsouf ZON a été achevé. Cependant, nous le reconstruisons à partir de zéro et jusqu’à la fin dans le monde d’Atsilout.

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, « Tisha BeAv (le 9 de Av) » du 29/07/2020

Un combat dans lequel nous sommes tous

laitman_220Question : Dans la lutte contre le coronavirus, il est clair que nous avons déjà reçu un cerveau mondial : les informations et l’expérience divergent dans tous les pays.

Comment pouvons-nous atteindre un cœur mondial ? Comment ressentons-nous les autres ? Et de quels sentiments parlez-vous ? Les médecins qui sauvent des vies en travaillant 16 heures par jour ne le font-ils pas par sentiment ? Après tout, de nombreuses personnes ont le choix de ne pas travailler.

Réponse : Je ne pense pas que les médecins aient le choix de travailler ou pas. Je ne pense pas qu’ils décident eux-mêmes de rester à la maison. En principe, leur profession et les circonstances n’excluent pas le sacrifice de soi.

Mais le fait est que le moment est venu de comprendre que nous sommes connectés les uns aux autres, et que chaque pays ne peut pas se préoccuper uniquement de lui car le virus n’a pratiquement pas de frontières.

Comment il se transmet et comment il survient, nous ne le savons toujours pas. Par conséquent, tout le monde doit participer à lutter contre lui. Jusqu’à présent, c’est le meilleur résultat que la pandémie nous ait apporté.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 30/04/2020

Vers une existence optimale

laitman_530Question : Nous disons souvent que la surproduction épuise les ressources naturelles et détruit le monde. Ce dernier s’est un peu mieux porté durant la première vague de la pandémie. On entend dire que l’eau des canaux vénitiens n’a jamais été aussi propre. Il y avait là encore des dauphins qui n’avaient pas été vus depuis de nombreuses années.

Le problème de la surproduction doit être résolu de manière pratique. Bien sûr, la rééducation des gens et l’apprentissage des bases du monde intégral sont importants, mais vous devez manger ; quelqu’un doit produire de la nourriture. Que devrions-nous faire ?

Réponse : Je ne me préoccupe pas de la production des biens nécessaires à la vie (la nourriture, les vêtements, les machines qui produisent ces produits) mais seulement dans la mesure où ils sont vitaux.

La nature globale dans laquelle nous existons ne nous permettra toujours pas de produire plus que ce qui est nécessaire à notre existence normale. Nous ferons des allers-retours, essayerons de repousser les limites, et cela nous ramènera à notre existence optimale.

Nous n’avons pas besoin de bijouteries, de la bourse aux diamants et de boutiques de luxe. Tout cela disparaitra. Nous verrons comment elles vont toutes fermer. Les gens n’auront pas d’argent et n’en auront pas besoin, le monde réfléchira plutôt à comment vivre demain et à la manière de parvenir à un futur optimal et normal.

Extrait de KabTV, « La Situation Internationale Actuelle » du 18/06/2020

Pour ressentir le « plus », vous devez ressentir le « moins »

115.06Question : Si tout devient absolument magnifique, comment une personne progresse-t-elle, vers où ou vers quoi peut-on se développer ? Elle s’ennuirait à mourir.

Réponse : Je comprends que lorsque tout est beau, propre et bon, c’est très ennuyeux. Il n’y a pas de saleté, d’insultes, rien de tel n’est ressenti, aucune belle chose ne se détache sur fond de quelque chose de mauvais.

Mais ne vous inquiétez pas. Je ne peux pas l’expliquer maintenant, mais vous aurez toujours la possibilité de construire le bien au-dessus du mal. Et lorsque le mal s’épuise de lui-même, tout sera rempli d’un tel bien : l’infini et l’éternité vous seront révélés.

Lorsque nous étudierons cela, vous le ressentirez. Vous avez raison sur une chose : pour pouvoir ressentir le « plus », vous devez ressentir le « moins ». Ces deux états doivent nécessairement être ensemble pour exister.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 10/05/2020

Sortir de l’impasse

laitman_214Question : Le suicide est l’étape la plus extrême du désespoir. Aujourd’hui, le nombre de suicides est en hausse constante. Pourquoi ?

Réponse : Une personne vivant dans le monde moderne est désespérée car elle ne ressent aucun sens à sa vie, elle ne voit pas de but et elle ne voit même pas la raison pour laquelle elle doit souffrir dans ce monde.

D’un autre côté, une personne est tellement développée qu’elle comprend tout ce qui se passe et tout ce qui peut arriver, et décide ainsi d’y mettre finalement un terme. A quoi bon vivre et souffrir s’il est possible de ne pas exister et de ne pas souffrir ? Cela a certainement un sens.

Bien sûr, personne ne dit que c’est la bonne décision, mais c’est certainement logique. De ce fait, si une personne découvre qu’elle peut atteindre une vie parfaite dans ce monde, dans notre monde, en sachant et en comprenant pourquoi elle vit et comment tout fonctionne et qu’il y a un but parfait et éternel devant elle qu’elle peut atteindre, il sera possible de changer les chiffres de manière significative. C’est le moyen de sortir de l’impasse.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 24/11/2019