Category Archives: Israël

Les deux forces de la Création

Question : Si nous prenons n’importe quelle lettre de l’alphabet hébreu, ses composantes sont-elles un point et deux lignes ? N’y a-t-il pas d’autres formes ?

Réponse : Un point et des lignes horizontales et verticales créent une grande variété de combinaisons entre les deux forces qui créent tout ce que nous pouvons voir, ressentir, saisir et sentir, tout ce qui existe, non seulement dans notre monde, mais dans tous les mondes.

Question : Le Premier Homme (Adam HaRishon) a-t-il ressenti la force horizontale comme le pouvoir du don sans réserve et la force verticale comme le pouvoir de la réception, c’est-à-dire, a-t-il ressenti ces deux forces à l’intérieur de lui ?

Réponse : Certainement, et par conséquent il les a découvertes. Rien n’existe dans le monde sauf ces deux forces. Le plus et le moins, l’électron et le positron, et tout le reste : ils proviennent des mêmes deux forces.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/03/2017

Comment élever l’importance de la spiritualité

Question : Comment pouvons-nous augmenter continuellement l’importance de la spiritualité sur la matérialité?

Réponse : C’est très simple : nous devons être impressionnés par l’importance de la spiritualité par beaucoup de gens, les amis qui étudient avec nous dans le groupe, à travers leurs impressions, par les livres des kabbalistes, et nous devons aussi réfléchir sur le sens de la vie. Qu’y a-t-il d’autre dans cette vie à part le fait d’en sortir et de monter au niveau suivant ?

Nous avons tous la possibilité de le faire, et nous pouvons le faire. Chaque individu peut quitter sa vie et monter au prochain niveau de son existence au cours de sa vie. Nous avons déjà enduré le développement des niveaux minéral, végétal et animal de la nature, et maintenant nous sommes sur le point de monter du niveau bestial au niveau humain. Un être humain, Adam, provient du mot hébreu « ressembler » (Domé), ce qui signifie ressembler au prochain niveau.

J’espère que vous le réaliserez. C’est la raison pour laquelle nous avons préparé tant de matériaux au cours des années : des livres qui sont traduits dans de nombreuses langues, des clips et des archives qui comprennent tous les différents types de conférences dans différents types de médias, ainsi que des groupes d’étude organisés. Tout ce que vous avez à faire est de vous réunir et de commencer à travailler.

C’est un travail très sérieux parce qu’une personne est naturellement repoussée par les autres et estime subconsciemment qu’elle est unique et spéciale ; il y a eux et il y a moi.

Peu à peu, sous l’impact de la Lumière supérieure, nous commençons à ressentir que nous sommes dans un seul système et que nous dépendons les uns des autres. Nous n’avons pas besoin de plus de dix amis. Il suffit d’être dans une dizaine afin de ressentir à l’intérieur d’elle le monde supérieur, les attributs supérieurs, comme dans un miroir magique ; c’est possible.

J’espère que tous ceux qui étudient systématiquement selon notre programme d’étude, que je mène et enseigne tous les jours, pourront prochainement parvenir au prochain niveau de notre évolution et l’atteindre. Je suis prêt à vous guider et à vous aider en tous points. Je serais très heureux si vous nous rejoigniez dans nos futurs congrès.

Extrait de la leçon virtuelle « Le Temps de la Kabbale », le 21/05/2017

Que tu sois un peuple consacré au Seigneur

La Torah, Deutéronome, 26:18-19 : « … et le Seigneur t’a glorifié à son tour en te conviant à être Son peuple privilégié, comme Il te l’a annoncé, et à garder tous Ses commandements. Il veut que tu deviennes la première de toutes les nations qu’Il a faites, en gloire, en renommée et en dignité ; que tu sois un peuple consacré au Seigneur, ton Dieu, comme Il l’a déclaré. »

« La première de toutes les nations qu’Il a faites » signifie d’élever en vous la qualité appelée Yehoudi (du mot « Yihoud », unité, unis au Créateur) au-dessus de tous vos autres désirs que l’on appelle les nations.

Nous voyons cela dans l’Histoire. Jamais le peuple d’Israël, même dans les meilleures années où il était puissant, ne s’est engagé dans des conquêtes.

Dans les temps anciens uniquement, le roi David a dû protéger Israël d’ennemis. Ensuite, le soi-disant « Kiboush David » a été mené (la conquête des territoires du Nil à l’Euphrate) afin de garder toutes les tribus qui les ont habités sous contrôle, car sinon, ces tribus étaient en train de piller Israël.

Par conséquent, lorsque la Torah parle des gens qui sont choisis, loués et grands, il s’agit du travail d’auto-annulation. Ensuite, vous élevez la partie d’Israël à l’intérieur de vous qui est dirigée vers le Créateur au-dessus de tout le reste de vos parties égoïstes. Il ne s’agit que de l’état intérieur d’une personne.

En outre, il s’agit de servir le monde pour être, comme il est écrit dans la Torah, la Lumière ou en d’autres termes, un exemple pour toutes les nations du monde.

Il en va de même pour le Temple. Il est écrit (Isaïe, 56:7) : « Ma maison sera appelée maison de prière pour tous les peuples. » Après tout, dans l’Antiquité, ce ne sont pas seulement les Juifs qui y allaient, mais tout le monde. Une personne pouvait y aller de n’importe quel endroit, de n’importe où, afin de prier, de demander quelque chose ou de participer aux cours. C’est comme cela que de nombreux érudits non-juifs sont apparus parmi nous.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 09/11/2016

Les lettres et les Sefirot

Question : Pourquoi les 22 lettres de l’alphabet hébreu commencent-elles à partir du niveau de Bina ?

Réponse : Bina opère jusqu’à son milieu sous l’influence de Keter, et à partir de son milieu, elle veut ressembler à Keter, donc elle développe tout par elle-même.

Elle reçoit les attributs pour donner sans réserve de Keter et pour les accomplir et ressembler à Keter, elle commence à donner sans réserve à l’inférieur, tout comme Keter.

Parce que neuf Sefirot descendent de Keter, les neuf premières lettres se développent à partir de Bina (neuf Sefirot – la dernière partie de Bina).

Les neuf Sefirot suivantes appartiennent à Zeir Anpin.

Les quatre dernières lettres, Kof, Resh, Shin et Tav appartiennent à Malkhout. En totalité, il y a 22 lettres, 22 formes de don sans réserve de la force supérieure sur Malkhout.

Dans Malkhout, il y a cinq lettres supplémentaires. Ce sont des lettres spéciales des 22 lettres qui créent leurs formes finales dans Malkhout. En tout, il y a 27 lettres de l’alphabet.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/03/2017

Effacer la mémoire d’Amalek

La Torah, Deutéronome, 25:19 : Aussi, lorsque le Seigneur, ton Dieu, t’aura débarrassé de tous tes ennemis d’alentour, dans le pays qu’il te donne en héritage pour le posséder, tu effaceras la mémoire d’Amalek de dessous le ciel : ne l’oublie point.

N’oubliez pas que vous devez constamment effacer la mémoire d’Amalek.

En aucun cas n’affaiblissez votre concentration, soyez toujours sur vos gardes, et rappelez-vous qu’Amalek, l’intention pour soi-même, peut s’approcher de vous à tout moment, entrer en vous dans des désirs et des intentions spécifiques et s’en emparer. De cette façon, il recevra de nouveau des forces, et vous serez affaibli sur votre chemin.

Question : Quand le Créateur permet-il finalement de se reposer ?

Réponse : Il n’y a pas de repos.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 02/11/2016

Shavouot

Shavouot est la fête du don de la Torah. Mais qu’est-ce que la Torah ? Qu’est-ce qui en fait nous a été donné au Mont Sinaï ?

La Torah n’est pas une chronique des événements du passé ; au contraire, elle décrit le moment où notre futur a été décidé. La Torah est l’instruction sur la façon de devenir des garants mutuels. En l’acceptant, nous avons vécu ensemble sur notre terre. En la rejetant, nous avons été dispersés parmi les nations.

Shavouot, comme toutes les fêtes juives, comporte un appel à l’action. Elle est pleine de lumière et de blancheur, mais elle n’est pas facile. En fait, nous sommes lentement mais sûrement poussés sur les flancs de la montagne. La montagne de notre propre haine.

Et si nous comprenons comment notre égoïsme nous déchire en morceaux, si nous essayons de nous unir en quelque chose de complet, nous sommes confrontés à un schisme interne insurmontable ; c’est à ce moment-là que nous avons besoin d’aide, que nous avons besoin de la Torah.

« Et Israël a campé au pied de la montagne. » Il ne s’agit pas de quelques réfugiés venant de l’ancienne Égypte qui ont campé dans le désert. Tout le monde, peu importe où il vit, à quel peuple il appartient, quelle que soit sa foi, se tient debout. Il y a une seule nationalité : un homme. Et un seul cœur pour tous.

Le Soufisme est la Kabbale islamique

Question : Existe-t-il des points communs entre la Kabbale et le Soufisme ?

 

Réponse : Le Soufisme est la Kabbale islamique. Les soufis suivent les mêmes principes que les kabbalistes. Bien que le Soufisme soit beaucoup plus simple, tout ce qui est écrit dans ses vraies sources est tiré de la Kabbale.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/01/2017

La délectation suprême de l’âme

La Torah, Deutéronome 23:07 : Ne t’intéresse donc jamais à leur bien-être et à leur prospérité, tant que tu vivras.

Les désirs égoïstes, appelés « Ammonites » ou « Moabites », se révèlent à chaque niveau de l’échelle que nous montons. Et à chaque fois ils sont nouveaux et plus puissants.

Tous les 125 niveaux se ressemblent ; ils ne diffèrent que de par la puissance et le volume des propriétés positives et négatives, des propriétés de la ligne droite et de la ligne gauche et du nombre de détails impliqués. En principe, la puissance du niveau dépend du nombre de désirs et d’intentions.

Lorsque nous montons, notre état devient très intégré et complexe, et c’est dans cette complexité, comprenant tous ses avantages, ses inconvénients, tout le pouvoir de notre connexion, que nous trouvons la perfection.

C’est à partir du regroupement de millions de divers types de forces, d’intentions et d’actes (depuis le début de la création, le milieu, à la fin, etc) que la perfection du Créateur est atteinte. La révélation complète de la mécanique de l’interaction du Créateur avec le désir qu’Il a créé est la délectation suprême de l’âme.

À ce propos, il est dit que « Le juste s’assoie et se délecte de l’éclat de la Shechina ». Après tout, la Lumière supérieure de la sagesse remplit toute la création, scintille et brille. Cette atteinte comprend le sens le plus élevé et le bonheur suprême que l’âme ressent.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 19/10/2016

La sagesse de la Kabbale est ouverte à tous

Question : Les prêtres de l’Égypte ancienne connaissaient-ils la sagesse de la Kabbale ? On dit que Pythagore a appris d’eux.

Réponse : Selon les sources kabbalistiques, les gens venaient de la Grèce antique jusqu’en Judée pour étudier même au temps des prophètes, et ils ont écrit à ce propos.

Le philosophe allemand Johann Raichlen par exemple, qui a vécu au Moyen Âge, dit : « Mon professeur Pythagore, le père de la philosophie, n’a pas appris des Grecs, mais en fait des Juifs. »

Les Juifs n’ont pas caché leur connaissance à personne, et Abraham a d’abord voulu raconter et enseigner cette connaissance dans toute Babylone, mais les Babyloniens s’y sont opposés. Tout dépend des désirs des gens. Même aujourd’hui, nous voyons que les gens ne la veulent pas actuellement.

La sagesse de la Kabbale devait être dissimulée pendant seulement 1500 ans, du premier siècle après J.-C. jusqu’à l’époque du Ari car l’humanité devait se développer intérieurement et mûrir durant cette période. Ensuite, à partir du Ari et au-delà, il a été possible de révéler la sagesse de la Kabbale à tous. Le Baal Shem Tov a commencé à le faire, et aujourd’hui elle est ouverte à tous.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/01/2017

Quelle langue parlaient les Babyloniens ?

Question : Quelle langue les habitants de Babylone parlaient-ils et écrivaient-ils ?

Réponse : Les Babyloniens parlaient l’araméen. Nous utilisons cette langue dans la Kabbale avec l’hébreu. Seuls ceux qui ont atteint le monde supérieur parlaient hébreu parce que c’est le langage de la Lumière, et l’araméen est la langue du Kli (récipient), ce qui signifie des désirs qui révèlent la Lumière.

Les deux langues sont complètement identiques et en même temps complètement opposées l’une de l’autre. Par exemple « Lumière » en hébreu se dit « Ohr », et la nuit en araméen est « Orta ». Autrement dit, les deux langues utilisent le même mot mais avec une signification complètement opposée.

Question : Quelle langue Terach, le père d’Abraham, parlait-il ?

Réponse : Terach parlait l’araméen et Abraham est passé à l’hébreu. Ils connaissaient les deux langues.

Comme les publications modernes le confirment, à partir de ces deux langues anciennes qui se complètent, une écriture globale s’est développée. Après tout, les deux langues sont construites sur la coïncidence de deux forces, le don sans réserve et la réception, le plus et le moins. C’est précisément de là que sont venus les éléments horizontaux et verticaux des lettres qui sont la base de l’écriture dans n’importe quelle langue.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/01/2017

Page 1 des 971234550Dernière »