Category Archives: Israël

Le but final est la correction universelle

Question : Où le monde se dirige-t-il ?

Réponse : Si vous regardez le but final, alors le monde évolue vers un bon état, la correction universelle. C’est l’objectif que nous devons atteindre.

En principe, cela existe déjà dans le monde spirituel. Tout d’abord, le but est toujours déterminé et, seulement par la suite, les événements se déroulent en fonction de celui-ci, lesquels dépendent de notre comportement. Nous déterminons comment y parvenir.

Le monde spirituel est construit différemment de notre monde. Il se déroule de la fin au commencement. C’est-à-dire que vous déterminez progressivement ce que vous devez accomplir, et ainsi comment y parvenir.

Si par exemple un architecte conçoit un bâtiment, il imagine approximativement son objectif ultime, mais celui-ci n’existe pas. Et ici, le but existe. Tout est déterminé par notre participation.

Nous devons déterminer précisément quel est l’objectif afin qu’il soit toujours devant nous et que nous nous dirigions vers lui à chaque instant.

Dans la Kabbale, lorsque nous allons au-delà de la réception, cela est considéré comme allant avec la foi au-dessus de la raison, en imaginant clairement et de manière absolue les propriétés du monde spirituel et en essayant de les appliquer, comme si nous y existions déjà.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 12/08/2018

Mieux vaut tard que jamais : Le premier ministre canadien présente ses excuses aux juifs refoulés en 1939

Mon article publié dans Unitingeurope

Pour tenter d’échapper aux atrocités de l’Allemagne nazie, environ 900 réfugiés juifs ont embarqué à bord du Saint Louis avec en tête la liberté. Ces derniers se sont vus refuser l’entrée au Canada le 7 juin 1939. C’était l’une des nombreuses demandes d’asile rejetées sur le continent nord-américain, avant que le paquebot ne renvoie les personnes en Europe. Malheureusement, 254 de ses passagers ont péri plus tard dans l’Holocauste.

Le périple de ces juifs ne faisait que commencer : le Saint Louis appareille le 13 mai 1939, il quitte Hambourg, en Allemagne, avec comme destination Cuba. Mais le gouvernement cubain n’a pas laissé les passagers débarquer en dépit du fait qu’ils détenaient des visas légaux précédemment acquis.

Après le refus, le bateau s’est rendu sur les côtes de Floride à la recherche d’un asile américain, mais le président Franklin D. Roosevelt a rejeté l’appel. Le gouvernement a fait valoir que les réfugiés à bord du navire devaient attendre leur tour comme n’importe qui d’autre dans une longue file de demandeurs d’asile. Après le rejet, le Saint-Louis a commencé à retourner en Europe.

Conscients de l’urgence humanitaire, un groupe de Canadiens a tenté sans succès de convaincre leur gouvernement d’accepter les réfugiés alors que le paquebot était au large d’Halifax. La réponse officielle a été qu’aucun pays ne pouvait ouvrir ses portes assez largement pour accueillir les centaines de milliers de Juifs qui voulaient quitter l’Europe.

Le navire a ensuite poursuivi sa route vers le Vieux Continent et a accosté en Belgique, d’où les passagers ont été dispersés en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni. Pendant la Seconde Guerre mondiale, des centaines de passagers ont été envoyés dans des camps de concentration et sont morts.

“Nous nous excusons auprès des 907 Juifs allemands à bord du Saint Louis, ainsi que leurs familles pour cette injustice » a déclaré récemment le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, à la Chambre des communes. “Nous avons utilisé nos lois pour masquer notre antisémitisme, notre antipathie et notre ressentiment.” Il a ajouté : « Nous sommes désolés de l’insensibilité de la réponse du Canada. Et nous sommes désolés de ne pas nous être excusés plus tôt. »

Le mea culpa de Trudeau survient au moment où l’antisémitisme connait une brusque recrudescence à l’échelle mondiale, le Canada et les États-Unis ne faisant pas exception. L’attaque meurtrière de la synagogue Tree of Life à Pittsburg n’était pas un incident isolé aux États-Unis. L’antisémitisme dans les universités et grandes écoles, sur Internet, les attaques physiques continues, le vandalisme dans les synagogues et les maisons ne sont que quelques-unes des manifestations de la haine de plus en plus répandue en Amérique du Nord contre les Juifs.

Avec la création de l’État d’Israël, le peuple juif peut croire qu’il existe un refuge sûr. En effet, l’histoire nous a enseigné qu’à l’aube d’une crise, aucun pays, pas même les États-Unis ni le Canada, ne défendra nos intérêts et ne nous protégera des menaces existentielles antisémites. Les vagues d’antisémitisme moderne qui frappent aujourd’hui les Juifs en Europe devraient nous rappeler notre mission : nous unir. C’est notre seule assurance vie.

Nous n’avons personne d’autre sur qui compter à part nous-mêmes. Tout dépend de nous. Les Juifs sont responsables de tout ce qui se passe dans le monde, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire. Comme il est écrit (Yévamot 63) : “Il n’y a pas de calamité qui ne vienne au monde sauf pour Israël.”

En attendant, nous ne le pensons pas, mais la sagesse de la Kabbale explique que c’est ainsi que le système de communication humaine est construit de l’intérieur. Le Livre du Zohar compare la connexion entre Israël et le monde aux organes du corps humain : « Israël parmi les autres nations, est comme un cœur parmi les organes, tout comme les organes du corps ne pourraient exister dans le monde ne serait-ce qu’un instant sans le cœur, de même aucune nation ne peut exister dans le monde sans Israël. » Toutes les accusations, toutes les persécutions, et toutes les menaces expriment l’exigence du monde envers le peuple juif, où qu’il soit, pour qu’il remplisse son rôle et conduise l’humanité au bonheur et à une vie ayant un sens.

Inconsciemment, l’humanité sent que les Juifs ont la solution à tous ses problèmes et la clé de son bonheur. La pression mondiale sur Israël est guidée par le programme de développement humain défini dans la nature.

Si tel est le cas, la nation juive doit tôt ou tard remplir son rôle envers l’humanité et être une “Lumière pour les nations”, c’est-à-dire servir d’exemple d’une société civile où chacun vit dans la solidarité mutuelle et l’amour fraternel au-dessus de toutes les différences et différends. Ce n’est qu’alors que nous nous dirigerons vers un nouveau monde.

Pourquoi n’y a-t-il pas la paix au Moyen-Orient ?

Question : Pourquoi n’y a-t-il toujours pas la paix au Moyen-Orient ?

Réponse : Le problème ne concerne pas Israël et les nations du monde. La situation est telle que la méthode de correction du monde, qui devrait maintenant être appliquée dans le monde entier, est entre les mains d’Israël.

Dans sa sagesse intérieure appelée la science de la Kabbale, Israël possède la méthode pour corriger l’égoïsme dans le monde : comment passer de la perception égoïste de la vie et de la nature, où chacun veut obtenir quelque chose pour lui-même, à la perception altruiste où chacun sera capable de se sacrifier et de donner de soi-même et, à travers cela, de se réaliser pleinement et de percevoir la vie à travers l’altruisme.

Parce qu’Israël détient cette sagesse, le monde entier a le sentiment qu’Israël est à blâmer pour tout ce qui se passe. Cette pression et cet antisémitisme ne cesseront pas jusqu’à ce qu’Israël apporte une contribution au monde en lui révélant la science de la Kabbale, une méthode de correction du monde, qui explique comment il peut se sauver de son développement égoïste qui est arrivé à une fin et a entraîné la menace de son existence.

Le monde parviendra à la paix, à la tranquillité et au contentement uniquement par la mise en œuvre de cette méthode de correction, qui existe en Israël depuis les temps babyloniens. Sorti de là, du berceau de toutes les civilisations, elle se trouve au milieu d’Israël depuis 6 000 ans et se révèle seulement aujourd’hui. C’est pourquoi la science de la Kabbale est recherchée maintenant dans le monde entier.

La science de la Kabbale est devenue ouverte pour une étude générale au début du 20ème siècle. Après tout, elle représente la méthodologie pour rendre notre monde altruiste, parfait et merveilleux. Alors, il y aura la paix au Moyen-Orient et dans le monde entier. Et sinon, cela ne se produira ni là-bas ni autre part dans le monde, ce qui ne fera que conduire à un plus grand danger d’anéantissement.

Ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient, c’est essentiellement la concentration, la focalisation, le summum du problème mondial. Si nous résolvons ce problème, si Israël révèle la méthode de correction du monde, en faisant ainsi nous pourrons résoudre les problèmes du monde entier et la paix régnera également au Moyen-Orient.

Extrait de La Table Ronde des Opinions Indépendantes, Berlin, 2006

L’hébreu : la langue pour percevoir le Créateur

L’hébreu est bien plus approprié pour parler de la science de la Kabbale que toute autre langue. Il contient une plus grande quantité de mots appropriés qui expriment plus précisément une sensation intérieure. Après tout, la langue hébraïque est née de la science de la Kabbale. Cette science, son approche, l’aspiration au Créateur, a créé et formé le langage.

Par conséquent, l’hébreu contient tous les symboles pour clarifier le Créateur. La forme des lettres, la façon dont elles sont écrites, la grammaire, tout est adapté uniquement dans le but d’expliquer l’essence du désir dans lequel le Créateur peut être perçu.

Aucune autre langue ne peut être comparée à l’hébreu dans l’expression de la Kabbale. Les autres langues n’ont pas de telles propriétés.

Extrait de la 1ère partie du cours quotidien de la Kabbale, « La sagesse de la Kabbale dans le Monde Moderne – La Vraie Perception de la Réalité » du 03/10/2018

Vous êtes responsable du monde entier

Le Baal HaSoulam : « Nos sages ont dit : « Tout Israël est responsable les uns des autres. » Cela semble totalement injuste, car est-il possible que si quelqu’un pèche ou commette un péché qui contrarie son Créateur, et que vous ne le connaissiez pas, le Créateur recouvrera-t-il sa dette ? Il est écrit (Deutéronome, 24:16) : « Les pères ne seront pas mis à mort pour leurs enfants… tout homme sera mis à mort pour son propre péché. » Donc comment peuvent-ils dire que vous êtes responsable des péchés même d’un étranger, que vous ne connaissez pas ni sa provenance ? »

Dans la mesure où nous gravissons les marches de la correction, selon notre développement spirituel nous sommes responsables des autres.

Question : Le Baal HaSoulam souligne que nous sommes responsables de tout le monde, sans les connaître, les voir ou être avec eux. Comment cela se peut-il ?

Réponse : Il ne s’agit pas de personnes. Il s’agit du système : vous en êtes responsable car vous pouvez apporter la Lumière supérieure dessus, ce qui le réparera. A votre niveau, vous devez le faire.

C’est à vous ! Le monde entier est votre Kli, votre récipient, votre âme. Et c’est pourquoi vous êtes responsable du monde entier.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 15/03/2018

Quelle leçon tirer du discours de Netanyahou à l’ONU?

laitman_204Mon article a été publié dans le Times of Israël édition française

Le discours du Premier ministre Benyamin Netanyahou à l’Assemblée Générale des Nations Unies a été remarquable. Bien que l’on puisse le critiquer, il remplit à merveille son rôle de représentant de l’État d’Israël dans le monde.

Et Bibi n’est pas le seul qui mérite d’être félicité. Derrière lui se cachent des esprits brillants au service du renseignement et de la sécurité israéliens, des génies qui font d’Israël une superpuissance technologique, des chercheurs et des entrepreneurs talentueux qui ont permis d’énormes progrès dans les domaines de l’irrigation, de l’agriculture, de la cyber sécurité et de la santé, et j’en passe.

Mais même lorsque Netanyahou a exposé le site nucléaire secret de Téhéran, les usines de missiles de précision de Beyrouth, le fait que l’Iran n’a jamais abandonné son programme d’armes nucléaires, il n’a pas laissé l’impression souhaitée, le monde ne le croit pas.

« Je suis fils d’historien », a déclaré Netanyahou lors de son discours à l’ONU, s’adressant aux dirigeants européens qui ont promis de donner plus d’argent à l’Iran. « Je ne le demande pas simplement en tant que fils d’historien, en tant que juif, en tant que citoyen du monde, en tant qu’individu ayant vécu le XXe siècle : les leaders européens n’ont-ils tiré aucune leçon de l’histoire ? Comptent-ils se réveiller un jour ? »

Avec tout le respect que je dois à l’histoire représentée par les historiens, il y a aussi des kabbalistes – une poignée de personnes qui ont atteint un niveau spirituel et ont une vision plus profonde de la réalité.

Les kabbalistes signalent une tendance claire dans l’attitude des nations du monde envers Israël. Ils s’attendent à une vague d’antisémitisme qui balayera tous les juifs du monde entier, une haine qui atteindra de nouveaux sommets – tant envers les juifs qu’envers l’État d’Israël.

La Kabbale est la seule sagesse qui explique la haine irrationnelle envers les juifs. Elle décrit le phénomène de l’antisémitisme comme une loi qui découle de la nature de la réalité et qui prend un nouveau visage à chaque génération. Plutôt que d’essayer de le nier, nous devrions apprendre comment cela sert le but de la Création.

Selon les kabbalistes, le peuple juif a un attribut unique, le potentiel d’apporter l’unité à toute l’humanité. Une fois qu’il mettra en œuvre ce potentiel, non seulement il neutralisera l’antisémitisme, mais il permettra aussi à l’humanité entière de s’élever au-dessus de l’ego humain et de découvrir une vie  harmonieuse.

Voici la découverte sans précédent d’Abraham : quand les êtres humains font un effort commun pour construire des relations positives au-delà de leur égoïsme inhérent, un nouvel espace spirituel s’ouvre entre eux, où ils peuvent sentir l’intégralité et l’harmonie de la nature. C’est le vrai sens de « Aime ton prochain comme toi-même » et c’est l’essence même de la sagesse de la Kabbale.

« Am Israël » – le peuple d’Israël – est né d’un groupe de kabbalistes qui s’est rassemblé autour d’Abraham dans l’ancienne Babylone il y a environ 4 000 ans. Ces personnes étaient, en fait, les représentants des différentes tribus et nations qui existaient à l’époque. Par conséquent, le peuple juif est comme un représentant de toutes les civilisations de l’humanité, conçu pour permettre l’unité mondiale.

Si nous nous aimons les uns les autres, alors l’amour prévaudra dans le monde et inversement la haine gratuite entre nous, fera que le monde nous haïra. L’humanité ne hait pas Israël par choix, l’Iran d’aujourd’hui ne fait que jouer un rôle principal dans le mouvement anti-israélien international, comme les sages ont écrit « il y a des calamités dans le monde que pour Israël » (Massekhet Ivamot 63), afin que ce dernier s’unisse au-delà des différences et des différends.

Inconsciemment, l’humanité attend de nous que nous soyons plus qu’une superpuissance technologique. Elle veut que nous soyons une superpuissance spirituelle, et c’est le seul rôle d’Israël, être la lumière des nations et ainsi mériter pleinement son titre de Peuple élu.

 

 

« Et la terre d’Israël s’étendra au monde entier »

laitman_944Question : Qui sont les « Juifs » en termes kabbalistiques ?

Réponse : Ce sont des gens qui veulent s’unir, qui aspirent à atteindre l’amour dans leurs relations et, à travers un tel amour, à atteindre l’amour pour le Créateur. Ces personnes sont appelées « Juifs » (Yéhoudim) du mot « Yikhoud » (unité).

Une autre signification du mot « Juif » vient du mot « Avar » (transition), qui signifie celui qui a franchi la frontière de notre monde et est entré dans le monde supérieur.

Question : Les membres de notre grand groupe mondial ont un immense désir ardent de passer de la loi de l’amour pour eux-mêmes à la loi de l’amour du prochain. Pouvons-nous tous les appeler Juifs (Yéhoudim) ?

Réponse : Selon le sens, certainement. Après tout, au début les Juifs étaient les anciens Babyloniens des 70 nations qui habitaient Babylone, qui décidèrent de s’élever au-dessus de leur égoïsme et de devenir un seul groupe, un unique tout.

Question : Est-ce que cela signifie que lorsque le monde entier commence à avancer dans cette direction, on peut l’appeler Yéhoudim ?

Réponse : Oui, comme il est écrit : « Et la terre d’Israël s’étendra au monde entier. »

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 15/03/2018

Les prophètes étaient-ils des kabbalistes ?

Question : Peut-on dire que les prophètes étaient des kabbalistes ? Et si oui, alors pourquoi presque tous les prophètes se sont-ils plaints ?

Réponse : La prophétie est l’un des niveaux d’atteinte du Créateur. Le livre du Ramchal, un grand kabbaliste du 17ème siècle, appelé Le Chemin du Créateur, décrit les niveaux spirituels de l’atteinte, dont l’un est appelé « le niveau de la prophétie ».

C’est l’un des niveaux que les kabbalistes atteignent, et vous aussi vous pouvez atteindre cet état. Une personne à ce niveau est déjà au-dessus des limites du temps, de l’espace et du mouvement, et c’est pourquoi on l’appelle un prophète. En d’autres termes, il voit ce qui sera à l’avenir et ce qui reste derrière soi, il le voit en dehors du temps et même en dehors des actions.

Question : Alors pourquoi les prophètes se sont-ils plaints ?

Réponse : C’est parce qu’ils ont regretté ce qui est arrivé à l’humanité, comment les gens n’ont pas compris qu’ils ne se faisaient que du mal. Il est très triste de voir cela, comme lorsque vous regardez un petit enfant, et que vous comprenez qu’il s’attire du malheur.

Extrait de la leçon de kabbale en russe, le 18/03/2018

Tisha Bé’Av (le neuvième jour du mois de Av)

Nos sages ont dit (Traité Yoma) que le Second Temple a été détruit à cause de la haine gratuite. C’est en dépit du fait que les gens qui s’y trouvaient étaient engagés dans la Torah, les commandements et la charité, mais ils ne l’ont pas fait de façon désintéressée mais pour obtenir une récompense ; c’est-à-dire qu’ils ont accompli toutes les actions sauf s’unir et par conséquent ce travail s’est transformé de l’élixir de vie en un poison mortel.

La Torah peut être un poison mortel, c’est-à-dire un médicament qui aide à tuer un désir égoïste, et elle peut être la potion de vie qui anime le désir de donner sans réserve. Il s’agit de la même Lumière supérieure. Si elle vient au désir de recevoir alors qu’il est encore égoïste et n’aspire pas à être corrigé pour le don sans réserve, alors elle durcit davantage le cœur d’une personne, l’amenant à la reconnaissance du mal. Une fois qu’une personne reconnaît son mal et désire vraiment la correction, la même Lumière se transforme en un bon ange. (1)

Tout d’abord, nous devons arriver à la reconnaissance du mal ; uniquement cela peut nous conduire à la prière, à la demande de correction. La reconnaissance du mal peut provenir de mes qualités égoïstes, du fait que je ne veuille pas me corriger, ou parce que je veux déjà me corriger mais que je n’en ai pas assez de force. La force n’est pas requise pour la correction, mais pour demander à la Lumière supérieure de me corriger. (2)

Le jour de Tisha Be’Av est le chagrin à propos de l’âme brisée et abandonnée par la Lumière supérieure, c’est-à-dire par la présence du Créateur. Nous devons la ramener. C’est le fait que nous ne voulons pas la ramener, ne voulons pas restaurer l’âme brisée ; c’est la destruction et le crime que nous devrions regretter. A savoir, nous ne pleurons pas la destruction qui fut autrefois, mais notre réticence à la corriger ici et maintenant. Nous ne voulons pas demander au Créateur de nous corriger, nous refusons même d’aborder cette demande. C’est la vraie ruine.

Nous ne devrions pas pleurer sur le bâtiment en ruine [Le Temple à Jérusalem], mais sur nous-mêmes, sur notre âme brisée que nous pouvons restaurer, mais ne le faisons pas. (3)

Extraits de la 2ème partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Leçon sur le Sujet : « Tisha Be’Av (9 de Av) » du 22/07/2018

(1) : à 25 minute et 0 seconde
(2) : à 27 minutes et 40 secondes
(3) : à 32 minutes et 40 secondes

Qu’est-ce que Bnei Baruch ?

Question : Qu’est-ce que Bnei Baruch (Fils de Baruch) ?

Réponse : Bnei Baruch sont les personnes qui utilisent la méthode de mon professeur, le grand kabbaliste Rav Baruch Shalom HaLevi Ashlag. Elles réalisent cette méthode sur elles-mêmes et ressentent ou essaient de ressentir que c’est lui qui les guide.

Question : Qu’est-ce que Bnei Baruch aujourd’hui ?

Réponse : Bnei Baruch est un groupe de personnes dispersées dans le monde entier, avec des langues différentes, avec diverses prédispositions et mentalités naturelles, qui étudient les œuvres du Baal HaSoulam et du Rabash, et essayent de les réaliser.

Question : Pourquoi Bnei Baruch est-elle une organisation internationale ?

Réponse : Le Baal HaSoulam a écrit à ce sujet dans son article principal : « L’Arvout » (La Garantie Mutuelle/solidarité). La réalisation principale de la Kabbale doit se produire dans le monde entier, pas seulement dans la nation d’Israël. Le peuple d’Israël n’est qu’un conduit. En principe, toute la Torah est donnée dans le but d’amener le monde entier, toute cette création brisée, au Créateur.

Question : Quel est le but de Bnei Baruch ?

Réponse : L’objectif du groupe Bnei Baruch est de révéler en eux-mêmes et de montrer au monde entier un exemple d’union de tous en un seul ensemble où le Créateur sera révélé.