Category Archives: Israël

La délectation suprême de l’âme

La Torah, Deutéronome 23:07 : Ne t’intéresse donc jamais à leur bien-être et à leur prospérité, tant que tu vivras.

Les désirs égoïstes, appelés « Ammonites » ou « Moabites », se révèlent à chaque niveau de l’échelle que nous montons. Et à chaque fois ils sont nouveaux et plus puissants.

Tous les 125 niveaux se ressemblent ; ils ne diffèrent que de par la puissance et le volume des propriétés positives et négatives, des propriétés de la ligne droite et de la ligne gauche et du nombre de détails impliqués. En principe, la puissance du niveau dépend du nombre de désirs et d’intentions.

Lorsque nous montons, notre état devient très intégré et complexe, et c’est dans cette complexité, comprenant tous ses avantages, ses inconvénients, tout le pouvoir de notre connexion, que nous trouvons la perfection.

C’est à partir du regroupement de millions de divers types de forces, d’intentions et d’actes (depuis le début de la création, le milieu, à la fin, etc) que la perfection du Créateur est atteinte. La révélation complète de la mécanique de l’interaction du Créateur avec le désir qu’Il a créé est la délectation suprême de l’âme.

À ce propos, il est dit que « Le juste s’assoie et se délecte de l’éclat de la Shechina ». Après tout, la Lumière supérieure de la sagesse remplit toute la création, scintille et brille. Cette atteinte comprend le sens le plus élevé et le bonheur suprême que l’âme ressent.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 19/10/2016

La sagesse de la Kabbale est ouverte à tous

Question : Les prêtres de l’Égypte ancienne connaissaient-ils la sagesse de la Kabbale ? On dit que Pythagore a appris d’eux.

Réponse : Selon les sources kabbalistiques, les gens venaient de la Grèce antique jusqu’en Judée pour étudier même au temps des prophètes, et ils ont écrit à ce propos.

Le philosophe allemand Johann Raichlen par exemple, qui a vécu au Moyen Âge, dit : « Mon professeur Pythagore, le père de la philosophie, n’a pas appris des Grecs, mais en fait des Juifs. »

Les Juifs n’ont pas caché leur connaissance à personne, et Abraham a d’abord voulu raconter et enseigner cette connaissance dans toute Babylone, mais les Babyloniens s’y sont opposés. Tout dépend des désirs des gens. Même aujourd’hui, nous voyons que les gens ne la veulent pas actuellement.

La sagesse de la Kabbale devait être dissimulée pendant seulement 1500 ans, du premier siècle après J.-C. jusqu’à l’époque du Ari car l’humanité devait se développer intérieurement et mûrir durant cette période. Ensuite, à partir du Ari et au-delà, il a été possible de révéler la sagesse de la Kabbale à tous. Le Baal Shem Tov a commencé à le faire, et aujourd’hui elle est ouverte à tous.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/01/2017

Quelle langue parlaient les Babyloniens ?

Question : Quelle langue les habitants de Babylone parlaient-ils et écrivaient-ils ?

Réponse : Les Babyloniens parlaient l’araméen. Nous utilisons cette langue dans la Kabbale avec l’hébreu. Seuls ceux qui ont atteint le monde supérieur parlaient hébreu parce que c’est le langage de la Lumière, et l’araméen est la langue du Kli (récipient), ce qui signifie des désirs qui révèlent la Lumière.

Les deux langues sont complètement identiques et en même temps complètement opposées l’une de l’autre. Par exemple « Lumière » en hébreu se dit « Ohr », et la nuit en araméen est « Orta ». Autrement dit, les deux langues utilisent le même mot mais avec une signification complètement opposée.

Question : Quelle langue Terach, le père d’Abraham, parlait-il ?

Réponse : Terach parlait l’araméen et Abraham est passé à l’hébreu. Ils connaissaient les deux langues.

Comme les publications modernes le confirment, à partir de ces deux langues anciennes qui se complètent, une écriture globale s’est développée. Après tout, les deux langues sont construites sur la coïncidence de deux forces, le don sans réserve et la réception, le plus et le moins. C’est précisément de là que sont venus les éléments horizontaux et verticaux des lettres qui sont la base de l’écriture dans n’importe quelle langue.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 22/01/2017

Quand le terrorisme prendra-t-il fin ?

Question : Récemment, les soldats de Tzahal ont tué un commandant militaire dans la bande de Gaza. Par conséquent, les Palestiniens menacent de représailles avec des actes de terreur en disant qu’ils ne n’abandonneront jamais. Combien de temps cela peut-il durer ?

Réponse : Cela se poursuivra jusqu’à ce que la nation d’Israël commence à remplir sa mission historique.

Nous avons la méthode de correction pour toute l’humanité et notre rôle est de l’amener jusqu’au meilleur et plus haut état, mais nous ne l’accomplissons pas et de ce fait nous invoquons toutes ces forces négatives de la nature.

Question : Êtes-vous en train de promettre que tout cela s’arrêtera, que nos ennemis disparaîtront et se transformeront en amis si nous commençons à remplir notre mission ?

Réponse : C’est le seul moyen. Qui plus est, tout le monde nous aidera. Le Hamas et ses commandants militaires viendront et diront : « Dites-nous ce que nous devrions faire. »

La Journée des Bonnes Actions

Question : Le jour de l’unité des Juifs est célébré en Israël et on l’appelle la Journée des Bonnes Actions. Qu’en pensez-vous  ?

Réponse : Si nous nous élevons dans le but de nous vanter seulement un jour par an, comme si nous faisions du bien aux autres, cela n’aboutira à rien de bon et pourrait même aggraver les choses.

Nous devons comprendre et réaliser combien nous sommes égoïstes et dans quelle mesure nous devons nous changer. C’est la raison pour laquelle il existe une méthode de correction, de rééducation de nous-mêmes. Je suis prêt à l’offrir et à montrer à tous l’ancienne méthode que nous avons depuis l’époque d’Abraham.

J’espère vraiment que les Juifs l’écouteront, qu’ils s’uniront et seront un modèle pour le monde entier, et ainsi le monde vivra dans la paix.

Extrait de KabTV, « L’Actualité avec Michael Laitman » du 27/03/2017

L’holocauste : du souvenir à la prémonition

L’holocauste : du souvenir à la prémonition

L’endroit où le Temple est construit

La Torah, Deutéronome, 16:05-06 : « Tu ne pourras pas immoler l’agneau pascal dans quelqu’une des villes que le Seigneur, ton Dieu, te donnera ; mais uniquement au lieu que le Seigneur, ton Dieu, aura choisi pour y faire résider son nom… »

Le désir est appelé un endroit. Il existe des désirs secondaires, auxiliaires, et il existe des désirs fondamentaux qui se manifestent à la suite des corrections appropriées des désirs secondaires. Ce sont les points où le Créateur se révèle.

Les plus importants d’entre eux sont appelés le Temple, le Saint des Saints dans le Temple, et ainsi de suite, et il y a des points inférieurs situés n’importe où en terre d’Israël. C’est-à-dire qu’ils sont tous dirigés vers le Créateur, mais sont inclus dans le désir commun appelé la terre d’Israël où dix personnes se rassemblent dans l’amitié et l’unité.

Sinon, vous ne construirez pas l’endroit où le Créateur se révèle. Après tout, Il peut se révéler non seulement à Jérusalem, mais aussi parmi dix personnes qui s’unissent au-dessus de l’égoïsme pour devenir semblables au Créateur dans leur unité.

Il y a beaucoup d’histoires où les gens ont fait de nombreuses actions amicales l’une envers l’autre précisément à Jérusalem et c’est pourquoi le Temple y a été construit. Mais, en principe, cela arrive dans n’importe quel endroit où existe l’unité.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 10/08/2016

Que penser des antisémites ?

Question de Facebook : Que pensez-vous des antisémites ?

Réponse : Les antisémites sont des gens qui ressentent instinctivement qu’il existe une source à leur bonne ou mauvaise existence et ce sont les Juifs. Parce qu’ils ressentent leur dépendance à l’égard des Juifs, et souffrent en même temps dans cette vie, ils détestent les Juifs.

Nous devons leur expliquer la véritable raison de leur haine et travailler ensemble sur la correction ; sinon, nous n’accomplirons rien. Il est impossible d’anéantir les Juifs parce qu’ils doivent accomplir leur mission.

Même si une guerre mondiale supplémentaire éclatait dans laquelle la moitié des Juifs et la moitié du reste du monde seraient tuées, dans tous les cas, nous finirons par atteindre le même dénominateur commun.

Il est nécessaire de l’expliquer à chacun et d’essayer de l’expliquer aux Juifs eux-mêmes, parce qu’ils sont ceux qui s’opposent vraiment à la correction de l’humanité.

Extrait de KabTV, « L’Actualité avec Michael Laitman » du 01/03/2017

En quête de justice

La Torah, Deutéronome 16:20 : C’est la justice, la justice seule que tu dois rechercher, si tu veux te maintenir en possession du pays que le Seigneur, ton Dieu, te destine.

L’ordre d’aspirer à la justice est donné avant d’entrer en terre d’Israël parce que c’est uniquement avec l’aide de la justice que vous pouvez atteindre l’état où vous montez au niveau de la « Terre d’Israël ».

Il est écrit « si tu veux te maintenir en possession du pays » car c’est la vie. Selon la Kabbale, l’existence corporelle n’est pas considérée comme la vie.

La vie est la manifestation des qualités du Créateur à l’intérieur d’une personne ; sinon, cette personne est appelée un corps mort, c’est-à-dire existant au niveau animal, sans une étincelle spirituelle à l’intérieur.

Le but de la vie est d’atteindre le niveau du Créateur. C’est pourquoi être en quête de justice signifie être en quête du Créateur.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 24/08/2016

Que sont les Sefirot ?

Question de Facebook : Que sont les Sefirot ?

Réponse: Une Sefira est quelque chose qui brille. Tout est très simple. Notre ego, voulant tout avaler en lui, est un corps noir absolu qui ne peut pas briller. Mais s’il se ferme et commence à travailler dans la direction opposée, avec l’intention de donner sans réserve, il commence à réfléchir la lumière et tout ce qui lui parvient.

Un corps noir, par exemple, qui avale la lumière ne reflète pas les rayons de lumière, ainsi nous ne pouvons pas voir non plus le corps lui-même. Mais s’il brille et n’avale pas les rayons de lumière, mais les reflète plutôt, tout le monde peut le voir.

Une Sefira est l’ego corrigé à un certain degré, d’une certaine manière. Par conséquent, elle brille et est appelée Sefirot (pluriel de Sefira, qui vient du mot hébreu « saphir », lumineux).

Nous sommes réglés de telle sorte qu’il y a dix parties en nous, et nous devons les faire briller au maximum. Cet état est appelé « la fin de la correction d’une personne » : c’est lorsqu’elle devient un Homme de la Lumière.

Question : Est-ce que c’est cela que ça veut dire dans la Torah lorsqu’il est dit que Moïse brillait ?

Réponse : Oui. Des rayons de lumière sortaient de sa tête. Mais malheureusement, en traduisant cela ressemble à des « cornes » parce que « rayon » et « corne » sont le même mot en hébreu.

Extrait de KabTV,  « L’Actualité avec Michael Laitman » du 06/02/2017

Page 2 des 971234550Dernière »