Category Archives: Kabbale

La Torah révèle l’éternité

La Torah présente des conditions très complexes et sérieuses pour corriger l’égoïsme. Mais nous devons tout faire pour les remplir. Leur réalisation se produit à l’intérieur d’une personne par la correction de sa nature égoïste afin qu’elle puisse parvenir à se connecter aux autres, et montrer au monde entier la possibilité d’une unité dont l’humanité a tant besoin aujourd’hui.

Alors nous apporterons vraiment la Lumière supérieure au monde. Tout en existant encore dans le monde corporel, nous nous élèverons et révélerons le monde à venir, comme il est écrit : « Révélez votre monde pendant que vous êtes encore dans cette vie », et nous commencerons à vivre en lui.

Une fois que cela se produit, le concept psychologique de la vie et de la mort disparaîtra. Tout deviendra une unique existence éternelle au-delà du temps, de l’espace et du mouvement. Nous devons y arriver. La Torah nous révèle l’éternité.

De KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 28/12/2016

La spiritualité n’est pas divisée en parties

Question : Le Baal HaSoulam a écrit que dans la spiritualité, rien n’est divisé en parties. Alors, d’où vient le concept de division en dix Sefirot ?

Réponse : Le concept que la spiritualité n’est pas divisée en parties signifie que vous ne pouvez pas prendre une partie d’un Partzouf donné (un système spirituel) et faire ce que vous voulez avec.

Dès que vous en extrayez une partie, sa structure devient immédiatement complexe et comprend dix Sefirot. En d’autres termes, chaque grain de sable, ou quoi que ce puisse être, est composé de dix Sefirot : cela est vrai tant pour l’ensemble que pour la partie, que pour chaque partie d’une partie et pour toute partie de l’ensemble.

Il est impossible de déconnecter et de séparer les dix Sefirot ; il ne peut pas y en avoir moins. S’il semble y en avoir plus de dix, c’est que ces dix Sefirot ont été agrandies. Dans tous les cas, leur nombre sera dix, ni plus ni moins. En d’autres termes, ils peuvent être d’avantage qualitativement, mais pas quantitativement.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/03/2017

Ne mélangez pas différentes méthodes

Question : Ce qui m’a amené au Centre d’Éducation de la Kabbale Bnei Baruch était l’étude de la numérologie, du tarot et de la guematria (des lettres et des mots), que je croyais être des dérivés de la sagesse de la Kabbale.

Mais il s’est avéré que tout cela n’est pas considéré comme la sagesse de la Kabbale. Devrais-je développer mes passes-temps ou vaudrait-il mieux les abandonner totalement et me concentrer entièrement sur le travail dans le groupe et sur l’étude ?

Réponse : Ce n’est pas à moi de vous dire que faire. Une personne choisit elle-même ses hobbies. Selon la sagesse de la Kabbale, « Il n’y a pas de contrainte dans la spiritualité » et c’est la raison pour laquelle nous n’essayons pas de persuader quelqu’un de nous rejoindre, mais simplement d’offrir la méthode et de l’expliquer. Ceux qui nous rejoignent étudient selon cette méthode et peuvent s’intéresser à n’importe quelle autre méthode ailleurs.

Personnellement, je conseille fortement de ne pas mélanger différentes méthodes, de ne pas les confondre, et de ne pas essayer de les compléter. Si vous le faites, vous ne trouverez ni le début ni la fin de celle-ci, et vous vous sentirez finalement très désorienté physiquement, moralement et spirituellement. Par conséquent, concentrez-vous sur une seule chose et engagez-vous entièrement.

Si la méthode que vous avez choisie ne vous satisfait pas, vous pouvez partir et aller où vous le souhaitez, mais vous devriez étudier et faire une seule chose. Aucun bien ne sortira du mélange de différentes méthodes, car en ne connaissant pas une méthode ni l’autre, vous ne pourrez pas les évaluer. Cela ne marchera pas.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 12/03/2017

Les signes de progrès dans l’étude

Question : Comment puis-je vérifier si je fais des progrès dans l’étude de la Kabbale ? Comment le progrès se mesure-t-il ?

Réponse : Un signe de progrès dans l’étude est un changement dans votre attitude envers la vie. Plus je comprends que la vie est beaucoup plus longue que les années qui m’ont été octroyées, plus je suis prêt à sortir de ces limites ; et plus je parviens à connaitre vraiment ma vie et découvre les forces cachées qui ont un impact sur ce monde, plus j’ai progressé.

Extrait de « Questions et Réponses des Débutants » du 24/07/2017

Le développement de l’humanité : de la matière aux forces

Tous les grands philosophes, d’une part, ont ressenti que l’humanité n’était pas en harmonie avec la nature. D’autre part, ils pensaient que l’organisation adéquat de la société conduirait à cette harmonie et un individu pourrait réaliser son potentiel créatif.

Il vous suffit pour cela de créer les bonnes lois, la bonne constitution. Cela a causé toutes les révolutions.

Question : Pourquoi l’humanité a-t-elle dû passer par tout cela pour devenir désespérée ?

Réponse : C’est ainsi que notre égoïsme a été créé ; il devait traverser toutes ces étapes, mûrir et découvrir son insignifiance et sa finitude. Tel est son développement. C’est dialectique.

Lorsque Adam a révélé la sagesse de la Kabbale, il lui est apparu que tout le processus était destiné pour une durée de 6 000 ans, pas moins que cela. Maintenant, c’est la 5777ème année selon le calendrier Judaïque. Il reste 223 ans jusqu’à la fin du développement humain, puis il y aura une transition vers un autre domaine, vers le champ de forces, de la matière vers les forces.

Voilà pourquoi peu importe ce que les philosophes ont écrit, même s’ils pouvaient voir le futur matériel de l’humanité et toutes les possibilités pour améliorer la vie. Mais ce n’est pas selon les lois de la nature.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 15/05/2017

La Kabbale en deux mots

Question : Pouvez-vous s’il vous plaît expliquer votre méthodologie en deux mots ?

Réponse : Je pense qu’il est préférable de parler de la Kabbale comme d’une méthode pour développer la conscience en combinant les désirs, et dans cette conscience élargie, on commence à percevoir non pas notre réalité, mais la force qui lui donne naissance.

Cela donne à un individu la possibilité d’en savoir plus sur le monde dans lequel il existe, sa cause et son effet, ses liens, etc. En outre, une personne devient plus aimable, plus accessible et sa participation dans la société s’améliore.

Les deux forces de la Création

Question : Si nous prenons n’importe quelle lettre de l’alphabet hébreu, ses composantes sont-elles un point et deux lignes ? N’y a-t-il pas d’autres formes ?

Réponse : Un point et des lignes horizontales et verticales créent une grande variété de combinaisons entre les deux forces qui créent tout ce que nous pouvons voir, ressentir, saisir et sentir, tout ce qui existe, non seulement dans notre monde, mais dans tous les mondes.

Question : Le Premier Homme (Adam HaRishon) a-t-il ressenti la force horizontale comme le pouvoir du don sans réserve et la force verticale comme le pouvoir de la réception, c’est-à-dire, a-t-il ressenti ces deux forces à l’intérieur de lui ?

Réponse : Certainement, et par conséquent il les a découvertes. Rien n’existe dans le monde sauf ces deux forces. Le plus et le moins, l’électron et le positron, et tout le reste : ils proviennent des mêmes deux forces.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/03/2017

Comment élever l’importance de la spiritualité

Question : Comment pouvons-nous augmenter continuellement l’importance de la spiritualité sur la matérialité?

Réponse : C’est très simple : nous devons être impressionnés par l’importance de la spiritualité par beaucoup de gens, les amis qui étudient avec nous dans le groupe, à travers leurs impressions, par les livres des kabbalistes, et nous devons aussi réfléchir sur le sens de la vie. Qu’y a-t-il d’autre dans cette vie à part le fait d’en sortir et de monter au niveau suivant ?

Nous avons tous la possibilité de le faire, et nous pouvons le faire. Chaque individu peut quitter sa vie et monter au prochain niveau de son existence au cours de sa vie. Nous avons déjà enduré le développement des niveaux minéral, végétal et animal de la nature, et maintenant nous sommes sur le point de monter du niveau bestial au niveau humain. Un être humain, Adam, provient du mot hébreu « ressembler » (Domé), ce qui signifie ressembler au prochain niveau.

J’espère que vous le réaliserez. C’est la raison pour laquelle nous avons préparé tant de matériaux au cours des années : des livres qui sont traduits dans de nombreuses langues, des clips et des archives qui comprennent tous les différents types de conférences dans différents types de médias, ainsi que des groupes d’étude organisés. Tout ce que vous avez à faire est de vous réunir et de commencer à travailler.

C’est un travail très sérieux parce qu’une personne est naturellement repoussée par les autres et estime subconsciemment qu’elle est unique et spéciale ; il y a eux et il y a moi.

Peu à peu, sous l’impact de la Lumière supérieure, nous commençons à ressentir que nous sommes dans un seul système et que nous dépendons les uns des autres. Nous n’avons pas besoin de plus de dix amis. Il suffit d’être dans une dizaine afin de ressentir à l’intérieur d’elle le monde supérieur, les attributs supérieurs, comme dans un miroir magique ; c’est possible.

J’espère que tous ceux qui étudient systématiquement selon notre programme d’étude, que je mène et enseigne tous les jours, pourront prochainement parvenir au prochain niveau de notre évolution et l’atteindre. Je suis prêt à vous guider et à vous aider en tous points. Je serais très heureux si vous nous rejoigniez dans nos futurs congrès.

Extrait de la leçon virtuelle « Le Temps de la Kabbale », le 21/05/2017

Les différents désir de recevoir

Question : Comment se passe la transition vers les caractéristiques du monde spirituel ?

Réponse : Le transfert des propriétés se produit à travers l’extension de la Lumière par le désir. Du supérieur (Keter), à travers Hochma, Bina, Zeir Anpin et Malkhout.

Question : Hochma et Malkhout sont tous les deux un désir de recevoir ; quelle est la différence entre eux ?

Réponse : Hochma est un désir de recevoir qui est créé par Keter dans l’ordre nécessaire, comme chez un enfant et un animal, tandis que Malkhout est un désir d’une personne qui peut le gérer.

Question : Est-il possible de dire que c’est un désir indépendant ?

Réponse : Non, le désir n’est pas indépendant, ses réactions sont indépendantes.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/03/2017

L’intention est l’action

 

Question : Le Baal HaSoulam dit que c’est en fait notre égoïsme qui nous donne la sensation du temps. Il y a une action et son résultat, et c’est le résultat qui est important pour nous, pas le plaisir de l’action elle-même.

Réponse : L’égoïsme est le désir de recevoir, de prendre, d’attirer pour vous-même, d’étirer le point zéro vers deux directions différentes. C’est ainsi qu’est ressenti le concept de temps.

Question : Si tel est le cas, alors il n’y a pas de temps dans la spiritualité parce qu’une personne tire du plaisir uniquement de l’action elle-même et n’attend pas le résultat de son intention ?

Réponse : Dans la spiritualité, l’intention est l’action.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 26/02/2017

Page 1 des 501234550Dernière »