Category Archives: Kabbale

Congrès virtuel en Afrique

Le week-end dernier, nous avons tenu un congrès virtuel avec nos groupes africains. J’ai été ému jusqu’aux larmes de voir nos amis connectés. Tous ont fait de très grands efforts pour se réunir physiquement : le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Togo/Bénin et bien sûr nos groupes anglophones. Un très grand merci à tous !

La méthode de correction, partie n°6

laitman_571.01Pour autrui ou pour le Créateur ?

Question : Le Baal HaSoulam a écrit que la méthode de la Kabbale comporte deux parties. La première partie est la correction de la relation d’une personne avec le Créateur ; la deuxième partie est la correction de la relation d’une personne avec son ami. La deuxième partie est préférable. Aux premiers stades de développement, c’est plus important.

Le Baal HaSoulam insiste alors sur une chose très intéressante : il n’y a aucune différence si une personne travaille dans l’intérêt de son ami ou du Créateur, car tout ce qui est en dehors d’elle lui semble inexistant.

Pourquoi n’y a-t-il aucune différence entre travailler pour le Créateur et pour autrui ?

Réponse : C’est parce que cela va au-delà des limites de mon égoïsme, et peu m’importe pour qui je travaille. Si vous choisissez avec qui traiter, de qui recevoir, alors bien sûr, le Créateur est plus préférable qu’une autre personne. Mais si vous donnez à quelqu’un en dehors de vous, en dehors de votre égoïsme, alors peu importe à qui cela va.

Question : Y a-t-il une différence s’il s’agit du Créateur ou simplement d’une autre personne, même très importante ?

Réponse : Quelle différence cela fait-il s’il n’y a rien là pour moi ? C’est le vide.

Question : Et s’il y a quelque chose ?

Réponse : Alors ce n’est plus le don sans réserve. Le don sans réserve doit être important, mais peu importe le prochain ou le Créateur. Le don sans réserve est la propriété du Créateur.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 07/02/2019

Nouveau cours de Kabbale en français

Pour vous inscrire: cliquez

Débat inutile

laitman_268.02Question : Un élève peut-il débattre avec l’enseignant ?

Réponse : Je ne pense pas que cela soit possible à moins que l’élève ne se soit rapproché de l’enseignant. Cependant, ils n’ont pas non plus d’argument. Peut-être y a-t-il des vérifications de certains phénomènes pas encore clairs. Quel genre de débat peuvent-ils avoir ?

Nous étudions le système supérieur de gouvernance de notre monde et celui qui l’atteint n’a aucun doute sur sa fiabilité. Celui qui ne l’atteint pas flotte dans l’air. Pour lui, tout peut sembler fiable ou non, comme il désire le voir. C’est donc une discussion inutile. Personne ne le fait.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 27/10/2019

Ouvrir la porte au futur

laitman_962.4Rabbi Akiva était le professeur du Rashbi (Rabbi Shimon Bar Yochaï) et savait naturellement tout ce qui serait écrit dans Le Livre du Zohar. Il en savait encore plus que Rabbi Shimon, mais il ne pouvait pas le révéler. Afin de révéler cette connaissance, Rabbi Shimon s’est uni à 9 autres personnes et a créé un système reflétant l’état de la correction finale. Par conséquent, il a pu donner une explication sous une forme que personne n’était capable d’articuler auparavant.

Il a adapté la Kabbale à la « dernière génération » dans laquelle nous vivons aujourd’hui, raison pour laquelle nous apprécions le Livre du Zohar. Rabbi Shimon a pris la science de la Kabbale et l’a revêtue dans le Kli correct pour la réparation finale. Pour cette raison, nous pouvons utiliser la Lumière qui nous parvient à travers son groupe. (1)

Extrait de la 1ère partie de la Leçon de Kabbale Quotidienne, Les Écrits du Baal HaSoulam, « Introduction au Livre Panim Meirot uMasbirot » du 20/12/2019

(1) : à 57 minutes et 20 secondes

Le chemin vers la réalisation de l’objectif supérieur, partie n°1

laitman_962.6La base de la sagesse de la Kabbale

Le Baal HaSoulam, « De l’Essence de la Sagesse de la Kabbale » : « Cette sagesse n’est ni plus ni moins qu’une séquence de racines, qui découlent selon un système de causes et de conséquences, par des règles fixes et déterminées, entrelacées en un but unique et exalté décrit comme « la révélation de Sa divinité à Ses créatures dans ce monde ». »

La sagesse de la Kabbale dit qu’en étant dans notre monde, nous pouvons, avec l’aide d’une étude cohérente et de la découverte des lois de la nature, parvenir à l’atteinte du monde supérieur, la force supérieure, le Créateur. De plus, nous Le révélerons comme une loi supérieure absolue, claire, qui connecte toutes les parties de la création. En révélant le Créateur, nous atteindrons pleinement la création entière parce qu’Il inclut tout.

Tout est à l’intérieur de Lui, y compris nous. C’est juste que sur le chemin pour atteindre cette unité, cette force commune, le système commun, nous nous confondons dans diverses petites forces et connexions privées. Pourtant, en général, nous ne révélons que le Créateur parce qu’il n’y a rien hormis Lui.

Il est également écrit : « Il n’y a rien hormis Lui. » C’est la première condition pour déterminer quelle est la base de la sagesse de la Kabbale. C’est-à-dire que la sagesse de la Kabbale traite de la découverte du Créateur par une personne dans notre monde, qui dans ses recherches parcourt toute la chaîne de forces à partir d’elle vers le Créateur et ainsi, elle Le découvre progressivement.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 18/08/2019

Session d’étude de la Kabbale en français 2020

ספר הזוהר-מימי אברהם ועד לדורנו, נכתבו ספרי קבלה רביםNous sommes heureux de vous annoncer une session d’étude de la sagesse de la Kabbale en français qui débutera le 5 janvier 2020. Jacques Doueib mon étudiant de plus de 15 ans vous transmettra cette sagesse dans votre langue.

Pour plus de renseignements et inscriptions, cliquez sur le lien:

Bonne journée
L’équipe de l’académie de Kabbale en français

La méthode de correction, partie n°3

laitman_565.01Aime ton prochain

Question : Le but de la création est de devenir comme la force générale de la nature, le Créateur, en termes de propriétés. Sa propriété est de donner sans réserve.

Le Baal HaSoulam écrit dans son article « L’Amour du Créateur et l’Amour des Êtres Créés » que l’on ne peut pas simplement sauter par-dessus et acquérir la propriété du Créateur parce qu’on peut se duper soi-même.

Pour m’assurer que j’atteins effectivement cette propriété, une image de notre monde a été créée avec toutes sortes de créations : minérales, végétales, animales et surtout humaines. Je dois corriger mon attitude envers les gens.

Par conséquent, comme il est écrit dans toutes les sources originales, la loi fondamentale est « Aime ton prochain comme toi-même ». Qu’est-ce que cela signifie ? Chacun comprend cela à sa manière.

Réponse : « Aime ton prochain comme toi-même » est le but qu’une personne doit atteindre si l’on travaille sur sa correction. Cet objectif est très éloigné, mais au début il y a d’autres étapes préliminaires de correction.

« Aime ton prochain comme toi-même » signifie que, tout comme aujourd’hui, je m’aime moi-même et je me mets instinctivement, consciemment et inconsciemment au sommet du monde entier et ce n’est qu’à travers moi que je perçois ce monde, et ce n’est qu’à partir de moi que je regarde le monde, et seulement pour mon moi si précieux, je travaille et je fais tout, donc je dois me changer pour le monde entier, travailler pour l’amélioration du monde seulement, et ressentir de la douleur uniquement comme si c’était mon petit enfant bien-aimé.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 07/02/2019

La méthode de correction, partie n°2

laitman_275La Kabbale : la clé des lois de la nature

Question : Pourquoi la nature nous a-t-elle créés comme égoïstes et opposés à elle ? Quel est le but ?

Réponse : Pour que précisément à cause de notre égoïsme, nous prenions conscience de la façon dont nous sommes terribles en tant que créatures.

La question se pose : si nous voyons que notre égoïsme est le seul obstacle à l’atteinte d’une vie éternelle et parfaite, comment pouvons-nous le corriger ? Comment, avec l’aide de l’ego, pouvons-nous nous changer, la société, l’environnement, tout ?

À ce stade, un besoin émerge de réellement nous changer nous-mêmes. Il existe de nombreuses méthodes, théories et idées différentes sur ce sujet, y compris religieuses et non religieuses, mystiques, orientales, etc.

L’une de ces méthodes est la Kabbale. Elle se démarque de tout le reste car elle est apparue bien avant leur commencement, il y a 6 000 ans. Selon la Kabbale, il y avait un homme du nom d’Adam. Il fut le premier à comprendre toute la matrice, tout le système de la nature, et il en dévoila le plan, son début, son tracé et la fin.

Adam a jeté les bases de la science de la Kabbale. Ses élèves étaient Shem, Cham, Yaphet et d’autres qui étaient décrits de manière allégorique dans la Torah. Ils ont continué à développer cette science jusqu’à Abraham dans l’ancienne Babylone.

La Kabbale parle de la façon de s’unir au-dessus de soi-même, au-dessus de son égoïsme. Dans ce cas, nous commencerons à ressentir la force générale de la nature, son image globale. Il sera clair que la nature est éternelle, parfaite, infinie et, surtout, intégrale et entière.

Si nous la traitons comme cela, alors nous commençons à démêler ses vraies lois, sa vraie forme. Après tout, nous ne la ressentons pas aujourd’hui. Nous ne la connaissons pas vraiment et nous ne la voyons pas vraiment.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 07/02/2019

Vivre dans une seule idée

Question : De quelle manière l’enseignant dépend-il de l’élève dans la transmission de la connaissance spirituelle ?

Réponse : De plusieurs façons. L’enseignant doit essayer d’ouvrir l’élève pour l’aider à s’accorder à une vague commune avec l’enseignant. Ils devraient essayer non seulement de se comprendre l’un l’autre, mais de vivre ensemble à travers une idée progressivement imprégnée de sensations communes.

Question : Que signifie devenir un élève d’un kabbaliste ?

Réponse : Devenir un élève d’un kabbaliste signifie vouloir la même sensation, la même compréhension et la même pensée que l’enseignant.

Question : Quelles règles un élève devrait-il respecter par rapport à un enseignant kabbaliste ?

Réponse : L’élève devrait essayer de s’attacher aux pensées de son professeur et essayer d’entrer en lui aussi profondément que possible. Rien d’autre n’est nécessaire. Pour ce faire, il existe des méthodes auxiliaires telles que l’aide à l’enseignant dans ses activités.

Même dans la science ordinaire, cela dépend beaucoup de la proximité d’un élève de son professeur. Dans la Kabbale, c’est d’autant plus vrai qu’un kabbaliste transmet à ses étudiants pas simplement des connaissances, comme un professeur à un étudiant, mais des sensations qui ne peuvent être ressenties par les sens et les qualités ordinaires. Par conséquent, une plus grande proximité est nécessaire ici, une connexion commune entre eux. Cependant, cela s’accomplit progressivement.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 27/10/2019