Category Archives: Kabbale

La Sefira : l’interaction entre le Créateur et la Création

557Question : Que sont les dix Sefirot ?

Réponse : Lorsque la création commence à interagir avec le Créateur et que les relations entre eux sont remplies de sens, de force et d’intention, alors elles sont appelées Sefirot.

Si une personne atteint l’attitude du Créateur à son égard et y réagit correctement, ces dix degrés se transforment en dix Sefirot. « Sefira » vient du mot « brillant».

Une personne commence à ressentir comment le Créateur la traite et comment elle devrait traiter le Créateur. En d’autres termes, il y a une sorte de système qui existe potentiellement, et lorsque nous l’atteignons, nous y apportons nos sensations et cela s’appelle Sefira. C’est alors que tout le système s’ouvre, brille, resplendit pour ainsi dire.

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 10/05/2022

Le point critique du développement humain

600.01L’état vers lequel nous nous dirigeons est prédéterminé par la nature. Il devrait être tel qu’à partir de la reconnaissance de l’inévitabilité et de l’impuissance absolue, nous arriverions à la conclusion que nous n’avons nulle part où aller. Il ne nous reste plus qu’à sauter hors de notre essence, hors de notre nature, à nous en sortir, à nous élever au-dessus d’elle.

L’égoïsme, qui nous apporte tous ces problèmes, qui rend notre vie sans valeur et inutile (et dernièrement insupportable tout simplement) est comme il est dit dans la Torah (Bible) « une aide à votre encontre ». Ainsi, il nous pousse hors de lui-même, comme les plaies égyptiennes qui traversaient les gens et les poussaient hors d’Égypte. C’est ainsi que le développement de l’humanité est présenté de manière figurative dans la Torah.

C’est-à-dire que le fait d’atteindre notre égoïsme et de révéler quel énorme problème il représente pour notre existence nous obligera à l’abandonner et à passer à un état différent, où nous serons reliés les uns aux autres par d’autres liens de fraternité, d’assistance mutuelle et de bonté.

En conséquence, que ce soit par une bonne ou une mauvaise voie, par la guerre ou par la prise de conscience, nous atteindrons toujours le niveau d’interconnexion complète, nous serons en harmonie avec la nature et parfaitement équilibrés avec elle.

Alors, dans cet état idéal d’équilibre, nous parviendrons à exister sous une forme complètement différente, à un niveau où l’éternité et la perfection, comme la nature elle-même, nous seront révélées. Nous y arriverons de toute façon, mais peut-être par un mauvais développement. Voici un point très critique dans le développement de l’humanité où la Kabbale peut ou non jouer son rôle positif.

Extrait de KabTV, « Gros Plan – L’Europe Aujourd’hui » du 26/01/2011

La tâche de chaque personne

293Question : Pourquoi la Kabbale dit-elle que chaque personne devrait se changer elle-même ? Si nous sommes tous un seul système commun, que les kabbalistes changent tout.

Réponse : Comment puis-je vous changer ? Vous avez votre propre égoïsme, vos propres qualités ; j’ai les miennes, et je n’ai aucun pouvoir sur vous. Chaque personne doit atteindre cet état, et chacun peut et doit finalement contrôler son propre destin. C’est alors qu’elle parviendra à la compréhension d’une idée commune, d’une pensée commune.

Question : Donc la Kabbale donne à une personne l’opportunité de devenir le maître de son propre destin et ne prédit pas seulement certains événements ?

Réponse : La Kabbale ne fait pas du tout de prédictions. C’est exactement ce qui est interdit dans la Kabbale, parce que vous allez plus loin dans la prédiction du futur, au lieu de vous changer par vous-même pour que ce futur soit bon.

Question : Donc, en principe, les prédictions ne changent rien ?

Réponse : Bien sûr. Ce n’est qu’un jeu, et c’est pourquoi la Kabbale l’interdit.

Mais il y a l’immortalité ! Et il est très facile d’atteindre ce degré. J’invite tout le monde.

Extrait de KabTV, « Gros Plan – Les Secrets de l’Immortalité » du 07/01/2011

La racine spirituelle du chiffre dix

721.03Question : Quelle est la racine spirituelle du chiffre « 10 » ?

Réponse : La racine spirituelle du chiffre 10 est qu’après 10 degrés, la racine de ce calcul est révélée. Par conséquent, l’essence de l’attitude du Créateur envers la création, et vice versa, se manifeste dans le 10. En d’autres termes, il est nécessaire de passer par 10 degrés de la création au Créateur et du Créateur à la création pour que l’un ressente l’autre.

Question : Comment le chiffre 10 est-il lié au nom à quatre lettres du Créateur « Yod-Hey-Vav-Hey » ?

Réponse : Dix ou quatre, c’est la même chose. Si nous révélons brièvement la qualité du Créateur et la qualité de la création, alors la relation entre elles peut être combinée dans le nom à quatre lettres du Créateur, c’est-à-dire en quatre étapes, ou elles peuvent être étendues et expliquées en 10 étapes. Mais en pratique, c’est la même chose.

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 10/05/2022

Moïse et ses difficultés à s’exprimer

610.2Question : Il est écrit dans la Torah que Moïse était « lent d’élocution et bègue », c’est-à-dire qu’il avait des difficultés à parler. Qu’est-ce que cela signifie ?

Réponse : La lenteur de la parole ne signifie pas des problèmes d’élocution, mais le fait est qu’il était difficile pour Moïse d’expliquer aux autres l’essence de ses actions parce qu’elles semblaient complètement irréelles, erronées, et ne provenant pas de notre monde. Après tout, vous ne pouvez pas exprimer l’intention avec des mots, et elle ne sera pas claire pour les autres personnes.

Par conséquent, tous ceux qui ont vu ce que Moïse faisait ont cru qu’il n’était pas de ce monde, qu’il agissait mal et qu’il leur donnait de mauvaises recommandations.

Question : Peut-on dire qu’il était difficile pour lui d’expliquer à tous les autres désirs égoïstes pourquoi il est nécessaire de quitter l’Égypte car recevoir est notre nature ?

Réponse : C’est exact. Il faut d’abord se l’expliquer à soi-même et ensuite aux autres également.

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 19/04/2022

Ce sur quoi Sigmund Freud avait raison

49.01Question : Si Sigmund Freud n’avait pas de réponse à la question du sens de la vie, alors essayait-il simplement de désengager une personne de cette question ?

Réponse : Je ne dirais pas que Freud n’a pas compris cela. Il a juste clairement fixé la limite où cette question était réellement soluble d’un point de vue scientifique, du point de vue de l’impact du psychanalyste sur notre monde et de l’étude de ses réactions, du point de vue de l’interaction du psychologue avec son patient, et ainsi de suite.

Par conséquent, il a agi avec bon sens en suggérant que nous traitions la psychologie matérialiste comme une science.

Le grand kabbaliste le Baal HaSoulam a salué la psychologie matérialiste parce qu’elle analyse la matière, étudie les réactions évidentes de la matière et, sur cette base, construit empiriquement son approche et se développe ainsi.

À cet égard, en tant que kabbalistes, nous sommes en harmonie et amis avec la psychologie, mais ce n’est pas ce que nous dirions de la philosophie, qui est pleine de contradictions, d’oppositions mutuelles et de lacunes de bout en bout, bien que la Kabbale soit étudiée dans les facultés de philosophie.

Sigmund Freud avait compris ce problème. Il voulait faire de la psychologie une science, qu’il a volontairement appelée psychanalyse, et tout cela s’est fait de manière expérimentale ; il a lui-même pris toutes sortes de substances, y compris des stupéfiants.

Par conséquent, il a dit que la question du sens de la vie dépasse le cadre de notre existence et qu’elle est considérée comme douloureuse, c’est-à-dire non réelle, non raisonnable et non saine du point de vue du chercheur et qu’elle doit donc être traitée de cette manière. En cela, il a tout à fait raison.

Extrait de KabTV, « Gros Plan – Frankl a-t-il raison ? » du 08/08/2010

L’intention correcte

219.01Question : Qu’est-ce que l’intention ?

Réponse : L’intention est un sens clair de l’objectif et une action pour l’atteindre. Vous êtes verrouillé sur cet objectif. Dès que le verrou s’est enclenché, vous êtes fixé dessus, refermé, cramponné comme un bulldog, et vous n’allez que pour l’atteindre, pour entrer dans cet état.

Dans la Kabbale, le but est l’état’es, c’est-à-dire, maintenant je suis dans un état et je dois en atteindre un autre, l’état suivant. C’est mon but.

Je me décris de plus en plus cet état futur en détail dans tout ce qui est possible. De cette façon, je m’en approche. C’est ce qu’on appelle l’intention.

A savoir, quelles sont vos intentions ? Que souhaitez-vous atteindre ? C’est tout. Les intentions correctes sont celles qui coïncident avec le programme de la nature.

Question : Est-ce précisément pendant les études ?

Réponse : Peu importe où et quand ! L’intention correcte dans la vie, dans une action ou dans quelques actions et réflexions consécutives, c’est lorsque mon but, mon prochain état désiré, devrait être réalisé en accord avec le programme de la nature. Alors cette intention est correcte.

Extrait de KabTV, « J’ai reçu un appel – Pensez au bien » du 21/10/2009

Par le côté maternel

627.1Question : Pourquoi les maladies se transmettent-elles plus souvent par le côté maternel que par le côté paternel ?

Réponse : En théorie, c’est ainsi que cela devrait être car c’est par le côté maternel que tout se transmet de personne à personne. Le père ne donne que des informations, et la mère pose toutes les fondations de l’organisme matériel.

Dans la Kabbale, nous étudions que la base de la reproduction, de la naissance et du développement d’un enfant dans notre monde ou au degré suivant sur le plan spirituel provient de Malkhout, et c’est la partie féminine. Donc naturellement, tous les problèmes, les maladies, et surtout toutes les qualités sont transmis principalement par la mère. Et beaucoup moins par le père.

Alternativement, dans le père et la mère, il y a aussi un père et une mère, une partie intérieure masculine et une partie intérieure féminine. La partie masculine du père et la partie masculine de la mère sont réunies pour former la partie masculine. La partie féminine du père et la partie féminine de la mère s’unissent pour former la partie féminine. Ensemble, elles exercent leur influence sur le futur fœtus. C’est ce que dit la Kabbale, mais c’est aussi ce que disent les sciences, comme l’analyse combinatoire.

Cela détermine le sexe de l’enfant, ses propriétés internes, sa santé et sa maladie.

Extrait de KabTV, « Gros Plan – L’Expérience de Philadelphie » du 24/10/2010

Pharaon : travailler dans la raison

214Question : Comment Pharaon, la force négative en nous, peut-il rapprocher les gens qui veulent atteindre le Créateur ?

Réponse : La force de Pharaon ne nous semble que négative. En fait, elle nous taquine en quelque sorte et nous rapproche du Créateur.

Elle réveille l’égoïsme en nous et nous tire vers l’avant, ostensiblement pour des satisfactions égoïstes. Lorsque nous nous rapprochons, il s’avère soudain que nous ne pouvons rien découvrir ni personne avec l’aide de l’égoïsme. Nous restons comme avec un pichet brisé.

Cela signifie que nous parvenons à atteindre le Créateur à travers la reconnaissance du mal de notre nature.

Question : Pharaon signifie travailler dans la raison lorsqu’une personne veut comprendre l’ensemble du processus avec son intelligence. Qu’y a-t-il de mal à cela ?

Réponse : Ce n’est pas la question. Ce n’est ni bien ni mal. Mais il est impossible de comprendre ce processus avec votre intelligence, tout comme il est impossible de voir le monde spirituel avec nos yeux. Nous comprenons que notre vision ne perçoit qu’une certaine quantité d’informations à une certaine fréquence et rien d’autre. Un réglage approprié est nécessaire ici, et il est obtenu à travers l’assiduité.

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 14/04/2022

La force du Créateur et celle de Pharaon

49.01Question : Comment pouvons-nous comprendre que Pharaon est l’autre côté du Créateur ?

Réponse : Si le Créateur est bon, qu’Il nous pousse vers le bien et l’unité, qu’Il veut nous élever et nous conduire à un état supérieur à la toute nature, alors Pharaon fait exactement le contraire : il nous pousse vers le bas, ne nous permet pas de grandir en tant que peuple et veut pour nous une vie simple, ordinaire, limitée et bestiale.

Pharaon est, pour ainsi dire, l’égal du Créateur par module. Il est juste l’autre côté de Lui.

Question : Cela signifie-t-il qu’autant le Créateur est grand, autant Pharaon l’est aussi ?

Réponse : Oui, mais la différence entre eux est qu’avec la force de Pharaon, on peut agir pour soi-même, et avec la force du Créateur, pour les autres.

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 14/04/2022