Category Archives: Kabbale

Qu’est-ce que la liberté ?

Question : Un robot, l’intelligence artificielle, n’a pas d’égoïsme. Pouvez-vous dire que c’est libre ?

Réponse : La liberté signifie s’élever au-dessus de vous au niveau suivant. Cela est éprouvé par rapport au niveau précédent. C’est alors que vous êtes libre.

Mais par rapport au niveau suivant, vous n’êtes plus libre. Vous existez en dessous de lui et vous devez l’atteindre pour expérimenter à nouveau la liberté. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que vous atteigniez le niveau final où vous atteignez l’équivalence avec le Créateur.

C’est le plus haut niveau de liberté où tous les autres niveaux existent en dessous de vous. C’est ce que nous devons atteindre.

La liberté est notre état final, notre but. La Kabbale nous permet de l’atteindre.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/07/2017

L’illusion de notre monde

Question : La guerre a-t-elle une racine spirituelle ?

Réponse : Il n’y a rien dans notre monde qui n’ait pas de racine spirituelle, sinon l’objet ou le phénomène n’existerait pas. Les forces qui sont descendues du monde spirituel, du système supérieur de gouvernance et d’intégration des forces, se sont matérialisées peu à peu et ont formé divers objets dans notre monde.

C’est pourquoi il est écrit : « Vous n’avez pas un brin d’herbe en bas qui n’ait pas une étoile et un garde en haut qui le frappe et qui lui dise : ‘Pousse !’ » C’est évident.

Les forces supérieures qui descendent du monde de l’Infini à travers les mondes d’Adam Kadmon, Atsilout, Briya, Yetzira et Assiya atteignent notre monde et se matérialisent ici.

Cependant, si nous parlons de la racine supérieure, par rapport à sa branche dans notre monde, alors il est difficile d’expliquer quoi que ce soit parce que le système est complètement désorienté. Par exemple, comment pouvez-vous relier une tasse ou une main humaine à un équivalent supérieur ?

De plus, notre monde n’a pas de tels équivalents ! Ce sont simplement les forces qui les représentent dans notre conscience, dans nos perceptions. Bien que nous pensons que ce sont des objets matériels, ce sont des illusions.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 09/07/2017

Changez le destin

Question : Vous dites qu’en étudiant la Kabbale, il est possible de changer son destin. Mais est-ce nécessaire ?

Réponse : Oui. Nous sommes maintenant au niveau de notre existence imposée. Ce n’est même pas une existence animale, mais beaucoup plus faible car un animal ne pose pas de questions sur le sens de la vie.

Une fois que nous commençons à nous poser de telles questions, nous avons l’occasion de nous élever avec leur aide au niveau de la liberté absolue, de la liberté vis-à-vis de la mort, de la vie matérielle et du cadre étroit de notre existence présente. C’est la liberté d’être sous une supervision spéciale, des restrictions et ainsi de suite. C’est-à-dire, vous devenez le plus élevé.

De cette façon, chacun de nous, en atteignant une capacité de donner sans réserve, s’élève plus haut. On peut dire : « C’est une illusion. Comment tout le monde peut-il être le plus élevé ? » Mais c’est en fait parce que nous nous trouverons dans un autre espace spirituel.

Question : Est-ce que nous changeons notre destin par ceci ?

Réponse : Bien sûr. Notre destin est entre nos mains. Nous pouvons changer non seulement notre vie matérielle, mais un destin dont nous ne savons rien encore, ces étapes que nous devons encore traverser.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/07/2017

Les états intérieurs d’un kabbaliste

Question : Comment un kabbaliste analyse-t-il ses états intérieurs avec le Créateur ? Comment l’environnement de notre monde a un effet sur lui ?

Réponse : Cela n’a pas d’effet. Lorsque je vais au cours matinal, pouvez-vous dire dans quel état je suis par rapport au Créateur ? Ce que j’avais avant, une conversation ou une relation ? C’est un niveau différent, un monde différent.

Par conséquent, ce que je ressens et ce que je donne à mes élèves sont deux étapes différentes, et l’une n’affecte pas l’autre.

Il arrive parfois qu’il soit très difficile de donner un cours parce que tout a été « pris » de votre part. Mais c’est pris à votre propre niveau, et lorsque vous changez d’étudiants et que vous utilisez leurs désirs et que vous êtes à leur niveau, alors vous vous réalisez pratiquement en accord avec eux, et ils ne le ressentent pas.

À cet égard, je gagne et c’est plus facile pour moi. Je me cache, et les étudiants ne peuvent pas dire dans quel état spirituel je suis. C’est impossible.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 29/01/2017

Se réjouir de la liberté

Question : Pourquoi la liberté est-elle associée à la joie, à la prospérité ou à quelque chose de toujours bon ?

Réponse : Parce que cela vient du Créateur. C’est la liberté par rapport à l’égoïsme et la contrainte. L’homme est libre parce qu’il n’est pas opposé à la force supérieure, mais il est égal et semblable à elle. Cela donne une sensation d’être rempli de la Lumière supérieure, l’existence supérieure, et d’une meilleure compréhension de la façon de vivre.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/07/2017

De quoi parle un kabbaliste ?

Commentaire : Le Baal HaSoulam dans La Dernière Génération écrit sur environ trente millions d’années de développement de la Terre. Cependant, cela contredit toutes les religions.

Réponse : La Kabbale est une science et elle parle de cela rigoureusement et clairement. Même dans Le Livre du Zohar, écrit il y a deux mille ans, il est dit que la Terre est ronde. C’est une bonne chose que les kabbalistes n’aient pas été attrapés par les inquisiteurs ; après tout, quinze siècles plus tard, les scientifiques ont été brûlés pour de telles déclarations ! C’est écrit très simplement sur ce sujet dans Le Livre du Zohar.

Question : De quelles trente millions d’années de développement le Baal HaSoulam parle-t-il ?

Réponse : Il imagine simplement ces périodes géologiques de développement de la Terre. Il vit en elles !

Cependant, quelle importance ? Les kabbalistes n’y songent pas parce que ceci ne s’applique pas au but de la création. Demandez-leur ce qui s’est passé il y a cinq milliards d’années, comment le Soleil, la galaxie et les trous noirs se sont formés, et ils vous le diront.

Un kabbaliste ressent tout cela dans ses désirs. Après tout, si vous travaillez avec les désirs au niveau d’Adam (Homme), ce qui n’est pas le niveau de l’humain mais le prochain niveau d’union des désirs, alors naturellement vous pouvez voir tous les précédents niveaux et les étudier. Il est écrit dans la Kabbale que les kabbalistes connaissaient la langue des animaux, la langue des poissons, etc.

Ce ne sont pas seulement de belles paroles ou une allégorie. Vous pouvez pénétrer et comprendre l’essence de tous les degrés spirituels en dessous de vous. Cela signifie que vous comprenez absolument tout clairement, comme nous comprenons un bébé, au moins à un certain niveau et dans un certain volume, ainsi que tout le reste aux niveaux animal, végétal et minéral.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/10/2016

Comprendre le sens de la vie

Question : Si une personne vient au Créateur de toute façon, alors pourquoi nous surcharger en lisant des livres interminables ?

Réponse : Il n’y a pas besoin de vous surcharger avec quoi que ce soit. Vous avez juste besoin de comprendre qu’une personne agit selon son désir et qu’il ne peut pas y avoir de contrainte ici. La sagesse de la Kabbale s’offre aux personnes qui ressentent le besoin de leur propre réalisation au plus haut niveau. Mais pour cela, une personne doit avoir un désir intérieur.

J’avais un désir de révéler le sens de la vie. Je ne voulais rien savoir à part cela. J’ai compris que tout le reste avait été inventé par l’homme, mais le sens de la vie devait venir du plus haut niveau de la nature, peut-être de la raison.

Question : A quel âge avez-vous commencé à ressentir cela ?

Réponse : À l’âge de six ou sept ans, je devais le savoir. Cependant, pour moi cela était mélangé avec mon intérêt pour l’anthropologie et la cosmologie, je voulais soit creuser dans le sol soit aller dans l’espace au-delà des frontières de la Terre. Tout le reste, être un constructeur, un médecin, un concepteur d’avions, m’intéressait peu.

Si une personne possède une aspiration à révéler le sens de la vie, et seul un petit nombre de personnes a ce désir, alors elle commence à étudier la Kabbale. Elle doit déterrer ce secret à l’intérieur d’elle-même. Et pas du point de vue de la religion pour croire en quelque chose, mais précisément pour le révéler.

En d’autres termes, il y a des forces cachées qui doivent être révélées. Lorsque nous brisons cet écran, nous voyons ce qui se cache derrière la coquille de notre monde. Nous devons l’atteindre clairement de manière absolue, sans pensées et désirs imaginaires, seulement dans nos organes sensoriels.

Extrait de la leçon sur la Kabbale en russe, le 14/05/2017

Un endroit est un désir

Question : Comment la création a-t-elle été créée et établie ?

Réponse : Lorsque j’étais étudiant, on m’a enseigné que l’univers est éternel et qu’il n’a pas de commencement ni de fin, pas de dimensions et pas de temps. C’était un point de vue scientifique.

Puis soudain, à un moment donné, tout a commencé à s’effondrer et les scientifiques ont commencé à dire que l’univers n’avait que 14 milliards d’années. Les physiciens disaient qu’il n’y avait rien avant et que nous devons les croire. Alors qu’y avait-il à la place de l’univers ? Rien. Y avait-il un endroit ? Non.

Donc d’où est-ce que cela vient ? Peut-être qu’il y avait un vide et ensuite les étoiles sont apparues ? Non, il n’y avait pas de vide non plus.

C’est quelque chose qui n’a pas de sens.

Question : Et que dit la sagesse de la Kabbale ?

Réponse : La sagesse de la Kabbale dit la même chose. Les scientifiques se rapprochent dans leurs points de vue de la sagesse de la Kabbale parce que l’ego s’est développé et s’en rapproche.

Question : Alors qu’y avait-il avant la création, le désir de recevoir ?

Réponse : Avant l’apparition du désir de recevoir, il y avait seulement un désir de donner sans réserve, le Créateur, la Lumière.

Le désir n’a pas d’endroit. Il s’appelle en fait le lieu lui-même. Si j’ai un désir de manger maintenant par exemple, si vous gâchez ce désir, je sentirai que j’ai perdu l’appétit. Est-ce que le désir a un endroit ou pas ?

Si j’ai perdu le désir, je ne serai pas capable de me forcer à manger même si j’ai très faim. Cela signifie que le désir est l’endroit et non mon estomac vide.

Question : Où est le désir ?

Réponse : Nulle part. Je peux examiner mon ventre et dire qu’il est vide. Il veut manger, mais si je ne veux rien, pas même un petit morceau n’entrera dans ma bouche ! Cela signifie que dans le monde corporel, vous ne pouvez pas indiquer l’endroit qui contient un désir.

Extrait de la leçon de la Kabbale en russe, le 12/03/2017

Les treize corrections de Dikna

Question : Quelles sont les « treize corrections de Dikna » ?

Réponse : C’est la Lumière qui descend de la tête de l’âme dans son corps à travers treize canaux. Quiconque en dessous veut recevoir cette Lumière doit faire ces corrections afin de se connecter à ces canaux comme à des tuyaux qui lui déversent la Lumière supérieure de la correction et de l’accomplissement.

Les flots coulent le long des deux côtés de la tête de l’âme vers le corps. C’est pourquoi les juifs religieux laissent les péhot (mèches) avec lesquelles ils font des boucles. La Lumière descend de la partie supérieure, que nous n’atteignons pas. Nous atteignons uniquement ce qui en descend, et par conséquent ces deux courants s’appellent Péhot (bord).

En outre, la Lumière se déverse sur le menton le long des pattes et de la moustache. Sous le nez, il y a un point particulier qui est relativement dépourvu de poils. La barbe est divisée en parties supérieure et inférieure. La partie supérieure va jusqu’à la poitrine, et la partie inférieure jusqu’au nombril. Tout cela est très clairement décrit dans les sources originales.

Naturellement, notre corps est créé en complète conformité avec les flux des courants de rayons supérieurs. Mais nous ne parlons pas du corps physique en décrivant le Partsouf supérieur. Je mentionne cela seulement pour que les étudiants puisse se souvenir d’un peu de matériel ou s’orienter d’une manière ou d’une autre.

Si je parle d’une correction comme la moustache ou une partie de la barbe, je ne parle pas du visage d’une personne, mais d’une qualité. En d’autres termes, c’est une force spirituelle particulière avec une qualité particulière qui interagit avec la Lumière supérieure. La Lumière est absolue, infinie et sans forme. Et cette force sépare de cette simple Lumière infinie son contenu spécifique.

Question : Puisque nous parlons de sécrétions, que sont les larmes ?

Réponse : Les larmes sont un débordement de Lumière qui ne peut pas se revêtir dans la Lumière de la miséricorde (la Lumière de Hassadim). Par conséquent, elle déborde.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 23/01/2017

Un vrai professeur se ressent avec le cœur

Question : Lorsque vous êtes venu à votre professeur le Rabash, l’avez-vous envié ?

Réponse : Du point de vue de la connaissance et de la compréhension, alors oui. Mais du point de vue d’une personne ordinaire, qu’y avait-il pour moi à envier ? J’avais 30 ans et il en avait 70. Devant moi se trouvait une personne qui sait tout, mais qui ne dit rien !

Question : Lorsque vous avez demandé au Rabash : « Comment savoir que je suis au bon endroit ? », il a répondu : « Un vrai enseignant est identifié par le cœur. » Comment identifiez-vous que c’est votre enseignant dans le cœur ?

Réponse : C’est inéfable. Vous ressentez simplement que cette personne détient la vérité et que vous devez la recevoir de lui. Il l’a entre ses mains et il est prêt à vous tendre les bras si vous lui tendez les vôtres et les prenez. Malgré tout, l’étudiant ne comprend toujours pas le professeur.

Question : Comment ce clic se produit-il lorsque vous savez avec certitude que c’est votre professeur, votre endroit, votre vie ?

Réponse : J’ai compris cela de ses cours. J’ai vu que toutes mes questions avaient des réponses. J’ai ressenti que cette méthodologie était pour moi.

En fait, je suis passé par de nombreux grands kabbalistes, mais leurs méthodes d’enseignement ne me convenaient pas du tout. Et c’est seulement ici que j’ai immédiatement ressenti que c’est une connaissance absolue que je voulais recevoir de lui.

Extrait de la leçon en russe, le 25/06/2017

Page 1 des 511234550Dernière »