Category Archives: Kabbale

Comment ressentez-vous le Créateur comme étant votre partenaire ?

Question : Comment puis-je ressentir que le Créateur est mon partenaire dans le travail spirituel ?

Réponse : Je dois l’accepter a priori, et donc faire appel à Lui. Et alors je verrai qu’Il répond immédiatement à mes demandes. Le Créateur n’est pas une personne vivante, mais un système qui répond à mes demandes quand elles sont correctes.

Elles le sont uniquement si je prends de Lui ce dont le monde a besoin et si je le transmets de façon désintéressée à tout le Kli (âme/récipient) à travers moi-même. Et chacun de nous devrait faire la même chose.

En deux mots, je veux devenir un relai de Lui au monde et du monde à Lui. Pour cela, je dois éprouver toutes les souffrances du monde et les former correctement en moi-même, afin que toutes visent à s’unir à Lui.

Je réenregistre en moi tous les désirs égoïstes du monde, je les enveloppe avec l’intention en faveur du Créateur et je fais appel à Lui. Et ensuite je reçois de Lui certaines propriétés et connaissances, et je peux, en les changeant positivement, les donner au monde de telle sorte que le monde avance un peu plus à travers son égoïsme vers le Créateur.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 06/06/2018

Comment puis-je obtenir les bonnes réponses ?

Question : Comment puis-je poser correctement une question au professeur afin de recevoir les bonnes réponses ?

Réponse : Vous ne pouvez pas, car aucune question ne mérite une réponse et ne devrait pas être accompagnée de celle-ci. On doit tout demander à soi-même ou au Créateur.

Sur certaines questions, vous devriez consulter vos amis pour obtenir la force nécessaire d’avancer ; de la part de l’enseignant, vous obtenez des instructions et du Créateur, la force pour vous développer, vous corriger et avancer.

Par conséquent, plus nous étudions, moins vous recevrez de réponses de ma part.

Remarque : Nous essayons souvent de poser des questions non pas pour nous-mêmes, mais pour les débutants.

Mon commentaire : Je ressens toujours ce que je dois faire. Par conséquent, si un nouvel étudiant apparaît à votre place, je lui répondrai à son niveau et vous n’en retirerez toujours rien.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 13/06/2018

L’appel de la lumière

Question : Que dois-je faire de mes pensées, puisqu’elles viennent du Créateur ?

Réponse : Tout vient du Créateur : le bon et le mauvais. C’est donné à une personne afin qu’elle analyse et choisisse le bon chemin.

Question : Et si de mauvaises pensées me parvenaient ?

Réponse : Il n’y a pas de mauvaises pensées. Il y a des pensées dirigées vers le but, soit strictement vers lui, soit contre lui. Pourtant, toutes ces pensées et ces désirs sont orientés vers un but, ils proviennent uniquement du but ultime.

La Lumière agit sur vous à partir de là et vous appelle avec des pensées positives ou négatives. Vous devez les analyser et agir en conséquence pour avancer vers le but d’où proviennent ces pensées : à la fois les bonnes et les mauvaises pensées.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 19/08/2018

De qui parle-t-on lorsque l’on dit « kabbaliste » ?

Question : De qui parle-t-on lorsque l’on dit « kabbaliste » ?

Réponse : De l’âme. Si une personne, tout en corrigeant ses désirs égoïstes, a créé à partir d’eux une ressemblance avec le Créateur, alors un tel état de désir s’appelle « l’âme ». Plus précisément, l’âme est appelée la partie des désirs qui est devenue similaire au Créateur. Le terme « kabbaliste » signifie une personne qui a un tel désir.

Le désir, la première restriction (Tsimtsoum aleph, ndt), l’écran, la Lumière réfléchie, s’accouplant en frappant, recevant pour donner sans réserve : c’est cela le Partsouf, l’âme.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 19/08/2018

Glorifier le groupe

Question : Le Rabash a écrit que, lorsqu’une personne glorifie le groupe, elle se rend compte qu’elle n’a pas la force de faire quoi que ce soit en faveur de celui-ci. Et il me semble que cela devrait être le contraire : si je glorifie un groupe, alors c’est important, et je devrais avoir la force ?

Réponse : Lorsque je travaille sur l’exaltation du groupe, je constate que je n’ai pas assez de raisons pour augmenter son importance à mes yeux.

Question : Est-ce que le fait d’exalter le groupe et les amis sont la même chose ?

Réponse : Non. Des amis j’apprends comment exalter le groupe. De cette façon, nous apprenons les uns des autres et nous obtenons une image complète.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 13/06/2018

La transformation sous l’influence de la Lumière

Question : De quel genre d’indépendance pouvons-nous parler si le Créateur crée tous les désirs et tous les états à l’intérieur de moi et qu’Il est la seule source de tous les plaisirs ?

Réponse : Si, avec l’aide du Créateur (la Lumière supérieure), je fais une restriction et crée un écran sur moi-même, alors la Lumière n’entre plus en moi.

Je place une barrière entre moi et la Lumière et je commence à la contrôler. Je veux que la Lumière me transforme, me fasse d’abord ne pas recevoir, puis donner.

Question : De ce fait, dans la Kabbale une personne n’a pas besoin d’actions, mais seulement tente de faire quelque chose ?

Réponse : Une personne n’a rien à faire. Le monde spirituel tout entier est dans nos pensées et nos désirs.

Question : Alors, quelle est la technique ? Comment puis-je passer de l’état égocentrique, où je perçois tout à l’intérieur de moi, pour ressentir quelque chose en dehors de moi ?

Réponse : Cela nécessite la Lumière supérieure. Nous devons l’attirer afin qu’elle agisse sur nous de plus en plus fort. Ceci se réalise par l’étude en groupe. Après tout, nous ne nous engageons pas dans cette science pour devenir plus intelligents.

Après quelques centaines d’actions de ce type, une personne commencera à comprendre de quoi nous parlons, à ressentir ce qui se passe en elle, à l’extérieur d’elle. Progressivement, de nouveaux organes de sensation de la Lumière supérieure vont apparaître en elle.

Question : Cela signifie donc que la méthode consiste pour personne à attirer une sorte d’énergie, de Lumière, de force. Comment comprend-elle que cette énergie agit sur elle?

Réponse : Elle ressent qu’elle change. Le sens de la vie selon elle devient plus prononcé, plus clair et plus personnel. Elle commence à comprendre comment mettre en œuvre cette technique, pour atteindre la sensation du monde supérieur ici et maintenant.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 15/07/2018

Le but final est la correction universelle

Question : Où le monde se dirige-t-il ?

Réponse : Si vous regardez le but final, alors le monde évolue vers un bon état, la correction universelle. C’est l’objectif que nous devons atteindre.

En principe, cela existe déjà dans le monde spirituel. Tout d’abord, le but est toujours déterminé et, seulement par la suite, les événements se déroulent en fonction de celui-ci, lesquels dépendent de notre comportement. Nous déterminons comment y parvenir.

Le monde spirituel est construit différemment de notre monde. Il se déroule de la fin au commencement. C’est-à-dire que vous déterminez progressivement ce que vous devez accomplir, et ainsi comment y parvenir.

Si par exemple un architecte conçoit un bâtiment, il imagine approximativement son objectif ultime, mais celui-ci n’existe pas. Et ici, le but existe. Tout est déterminé par notre participation.

Nous devons déterminer précisément quel est l’objectif afin qu’il soit toujours devant nous et que nous nous dirigions vers lui à chaque instant.

Dans la Kabbale, lorsque nous allons au-delà de la réception, cela est considéré comme allant avec la foi au-dessus de la raison, en imaginant clairement et de manière absolue les propriétés du monde spirituel et en essayant de les appliquer, comme si nous y existions déjà.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 12/08/2018

Accrochez-vous au but

Question : Quand je vois mon ami aussi bas que moi, c’est mon état égoïste normal. Est-ce que tout mon travail se passe lorsque je me sens plus petit que mon ami ?

Réponse : Non, car il s’agit d’une question de travail auquel il est nécessaire de parvenir grâce à des efforts intérieurs. Il y a des gens qui se sentent constamment inférieurs aux autres. Il y a des gens qui se sentent toujours supérieurs. Il y a ceux qui ne font pas attention aux autres, ne les remarquent même pas.

Tout le travail consiste d’abord à saisir le but, le Créateur, et à partir de cela, à déterminer notre état actuel. Le fait que nous essayions de saisir le but ensemble nous rend égaux.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 09/05/2018

Réponses à vos questions n°229

Question : Je me sens psychologiquement inférieur ; il m’est difficile de communiquer avec les gens. J’ai l’intention d’étudier moi-même la sagesse de la Kabbale. Serai-je capable d’entrer dans le monde supérieur si la Lumière se déverse soudainement sur moi ou sera-ce seulement pire pour moi ?

Réponse : Étudiez et alors la Lumière vous guidera.

Question : Si je ne peux pas utiliser le Créateur dans mon propre intérêt, si je ne tire aucun avantage de Lui, pourquoi ai-je besoin de lui ?

Réponse : L’avantage venant de la Lumière est l’occasion de l’utiliser dans l’intérêt général et à travers les individus pour le Créateur, et en cela vous verrez ce que vous avez gagné et atteint.

L’ennemi juré du développement spirituel

Question : Quelles pensées ou actions sont les plus préjudiciables à notre croissance dans la Kabbale ? Quel désir est notre ennemi juré ?

Réponse : La paresse. Rien d’autre ne nous fait obstacle. Uniquement la paresse.

Vous devez vous placer dans un environnement tel qu’il vous stimulera constamment, vous tirera vers l’avant, vous poussera, vous provoquera. C’est de la plus haute importance. Aussi, quittez votre égoïsme. Cela vous dérangera, et à juste titre. Ne vous tourmentez pas pour votre caractère ou vos qualités. Vous avez été créés précisément de cette façon pour entrer dans le monde supérieur. Le plus important est d’avoir plus d’énergie pour le travail.

Question : Pouvez-vous donner un exemple de paresse dans le développement spirituel ?

Réponse : Certainement. C’est le manque de participation active d’une personne dans le bon environnement, qui peut la diriger correctement, lui donner le bon objectif et l’énergie pour l’atteindre.

Question : Quelle est donc la paresse corporelle qui m’empêche d’avancer vers la spiritualité ? Parfois, vous nous dites que la paresse corporelle est une bonne chose.

Réponse : En ce qui concerne le monde corporel, la paresse est une qualité utile. Moins on est agité, mieux c’est. Mais une fois que vous avez découvert le bon chemin, vous devez le poursuivre de toutes vos forces pour avancer.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 24/06/2018