Category Archives: Kabbale

Comment faire pour encaisser les coups

Dr. Michael LaitmanQuestion  La loi de « Le général et le particulier sont égaux » signifie-t-elle que l’on peut subir les dix coups à la fois individuellement et dans le groupe, ou bien est-ce une démarche exclusivement interne et personnelle?

Réponse: Oui et non. En règle générale, tous les Kabbalistes passent à travers individuellement, je le sais par ma propre expérience. On se sent si désespérée dans son égoïsme, qu’on s’arrache à lui et on ne peut plus l’utiliser.

Il ne fait aucun doute qu’il est plus facile de faire cela tout en étant dans le groupe, même si ce dernier ne sait rien à ce sujet. Cela peut être un petit groupe en termes de nombre de membres et de niveau d’avancement, mais son atmosphère générale, sa détermination et son aspiration à l’objectif aide une personne et ne la laisse pas s’échapper de ce processus. Une personne reste intacte au moment où elle reçoit un coup, ce qui est le plus important, et elle le traverse.

Cependant, même si on se dit soi-même : «Ça y est, je renonce! Je ne peux plus le supporter! Je tiens à vivre uniquement pour le don sans réserve », on descend finalement plus profondément dans le désir égoïste et on est revisité par ces pensées et ces discernements internes. On voit que, au plus profond, au niveau interne, on est toujours coincé dans sa volonté de recevoir, là où on n’a pas encore pris de décision définitive et irréversible concernant son désir de s’élever au-dessus de tout.

Les dix plaies ne sont pas seulement de nature différente, pas du tout. Elles diffèrent par leur profondeur, car elles deviennent de plus en plus internes. Par conséquent, même si au cours de l’essai précédent une personne a décidé qu’elle n’utiliserait plus ses désirs égoïstes, maintenant elle voit qu’elle n’a pas encore travaillé sur ce désir particulier. Elle n’avait pas pris conscience et elle a réalisé que ce désir ne peut pas être employé et qu’elle ne peut pas se conformer à son égoïsme.

Si une personne bénéficie d’un environnement solide et correct, elle passe par ces états avec enthousiasme. Elle est consciente qu’elle subit un coup qui l’aidera à s’arracher à l’égoïsme et à devenir raffinée. Je ne pense pas qu’un étudiant puisse passer par là sans le soutien de l’enseignant et du groupe.

Les plaies eux-mêmes sont très spécifiques, et il conviendra de les passer rapidement et distinctement. Tout dépend de notre discipline, de l’interconnexion entre nous, et de notre volonté à nous désintéresser de notre égoïsme, qui est notre nature.

Un messager entre deux pôles

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pourquoi lors de la lecture du Livre du Zohar ne devons-nous pas seulement nous concentrer sur notre relation mutuelle, mais aussi avons-nous besoin d’écouter les commentaires sur le Zohar ?Réponse: Tout d’abord, si nous lisons le texte original du Zohar, nous n’avons pratiquement rien qui passe. Par conséquent, nous avons besoin de commentaires. Un commentaire est comme un lien abrégé avec la source authentique, soit dans la forme extérieure, dans les degrés, ou dans plusieurs critères en même temps. Mais il nous relie à l’original.

Le Zohar en soi est aussi un commentaire sur la Torah. La majeure partie du Zohar est basée sur des citations tirées de la Torah, qu’elle transforme en une forme différente. Le Zohar commente-t-il ces passages à un niveau inférieur à celui de la Torah écrite par Moïse ou non? Je ne veux pas en discuter, mais une telle question se pose.

Le commentaire du Soulam réduit-il le degré du Livre du Zohar en le rendant plus proche de notre compréhension? Nous comprenons peu de cela. Ce qui suit pourrait être dit : chaque commentaire comprend deux points extrêmes. Au plus haut point, les auteurs du Zohar partagent la révélation de Moïse à son niveau, sinon ils ne seraient pas en mesure de faire de commentaire.

Mais ils écrivent le commentaire lui-même avec à l’esprit le lecteur, ce qui signifie dans une forme simplifiée et à un moindre degré de l’échelle spirituelle. Après tout, tout l’avantage de révéler la Torah réside dans l’utilisation de corriger la volonté de profiter, telle que décrite par le verset: «J’ai créé le mauvais penchant, et j’ai créé la Torah comme une épice car la lumière en elle ramène vers le bien »

Par conséquent, l’auteur d’un commentaire doit se tenir sur deux niveaux: au niveau où il reçoit la source, et à un degré moindre, sur lequel il souhaite faire passer cette source, mais sous une forme plus appropriée, adaptée au degré du récepteur. Tel est l’objectif de chaque commentaire.

Par conséquent, jusqu’à maintenant, rien ne peut remplacer le commentaire du Soulam car d’une part, le Baal HaSoulam a atteint le degré du ARI ayant ainsi reçu l’incarnation de l’âme du ARI et ayant atteint le degré des écrivains du Zohar’. D’autre part, il a rapproché le Zohar de notre degré, en l’expliquant dans les trois lignes, dans la langue de la Kabbale, en utilisant les définitions des Partsoufim, les mondes, les Sefirot, les Reshimot, et ainsi de suite.

Nous n’avons pas besoin d’autre chose que d’essayer de l’actualiser sur nous-mêmes. Cependant, maintenant tout le monde est censé être proche de la transformation des âmes. Ainsi, pour rendre le Zohar plus facile à comprendre pour les masses, nous avons un peu affiné le texte du Zohar à partir de nombreux symboles qui auraient pu être un obstacle pour un profane, afin de lui rendre la lecture en elle-même plus facile.

Mais nous n’avons jamais ajouté de commentaires de notre propre initiative et nous facilitons seulement la lecture mécanique du texte pour aider une personne à comprendre le texte. Nous l’avons simplement mis à travers une sorte de «filtre» qui extrait de luila langue araméenne ainsi que quelques références et versions variées. C’est, en substance, ce que nous avons fait avec le livre Le Zohar pour tous. Espérons que dans cette forme, le Zohar est encore plus prêt à l’emploi pour la correction des âmes.

La Torah est donnée à ceux qui en ont besoin

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment peut-on avancer par la foi au-dessus de la raison dans le groupe?

Réponse: Sans le groupe, il est complètement impossible de le faire. Soit vous vous unissez avec un professeur comme dans le passé, ou vous vous unissez avec le groupe. Mais il est impossible d’avancer par soi-même.

Quand on parle de la relation entre une personne et le Créateur, nous voulons toujours signifier la présence de l’environnement. Sans lui, je n’aurais rien au dessus de quoi m’élever, rien à corriger. Un plaidoyer pour le Créateur est un plaidoyer pour la correction. Mais la correction de quoi ? La seule chose que j’ai à corriger, c’est mon attitude envers mon prochain. C’est l’égoïsme, le mauvais penchant, la haine sans fondement, les Kelim brisés, le Temple brisé.

Par conséquent, il est évident que ce que nous voulons toujours dire par là que la personne est dans l’environnement correct, avec son groupe. Ce principe provient du mont Sinaï, où une condition a été établie: s’unir comme un seul homme dans un seul cœur. C’est alors seulement que vous recevez la Torah et vous serez en mesure de vous corriger vous-mêmes.

Si, toutefois, vous ne tentez pas de vous unir et d’atteindre la garantie mutuelle, alors que corrigerez-vous ? Dans ce cas, vous ne recevrez pas la Torah. La condition pour recevoir la Torah est une nécessité. Mais si vous ne voulez pas vous unir avec les autres, alors vous n’avez pas besoin de la Torah. Elle n’est prévue que dans le but de corriger la connexion entre les gens.

Par conséquent, à notre époque, où le monde est amené à la situation sans issue de l’interconnexion universelle, quand il devient évident que sans les bonnes connexions entre nous la civilisation touchera à sa fin, les gens devront utiliser la Torah. Ils auront besoin de la Force Supérieure, la force de la Lumière qui va les unir.

C’est la raison pour laquelle la Torah, la méthode kabbalistique, est en train d’être révélée. Toutes les autres méthodes ne peuvent pas être appelée Torah, parce qu’elles ne s’opposent pas au mauvais penchant. Les gens révèlent peu à peu le mauvais penchant dans ce monde et devrons ensuite avoir besoin de la véritable Torah.

Vaut-il la peine de croire aux Sages?

Dr. Michael LaitmanÉcrits du Rabash, « Qu’est-ce que l’eau du déluge dans le travail »: Nous devons prendre sur nous de croire aux sages …Supposons que je sois prêt à croire aux paroles de sagesse, mais qu’est-ce que cela signifie? Dois-je comprendre les paroles des sages? Quel est leur message?

Tout d’abord, nous ne travaillons pas sur le corps dans la science de la Kabbale. Il n’y a pas de corps, mais des âmes seulement. Les organismes qui comparaissent devant nous, ne sont que des images d’un monde illusoire.

Je suis dans un désir qui se manifeste par différentes formes: minéral, végétal, animal et humain. «Les sages» sont les âmes corrigées dans le système défaillant d’Adam HaRishon. Ils peuvent m’aider et me soutenir, ils peuvent être mes mentors et des instructeurs pour mon âme brisée.

Par conséquent, c’est la façon dont nous devrions accepter leurs conseils. Par exemple, le Livre du Zohar nous parle de dix sages du groupe de Rabbi Shimon, ainsi que du prophète Elie, de Moïse, d’Aaron, du roi David, du roi Salomon, et ainsi de suite. Nous ne devons pas les considérer comme des personnes vivant dans notre monde, mais comme des désirs corrigés ou des âmes. Ils sont dans un système défaillant, qui commence tout doucement à être restauré à la vie. Ces âmes sont déjà corrigées, en partie ou en totalité, et elles participent à la correction de l’ensemble du système.

Dans Le Livre du Zohar, j’ai lu des choses comme, « Rabbi Shimon dit … Rabbi Abba a dit … » Pour moi, ce ne sont pas des gens qui atteignent le Monde Supérieur et m’en parlent, mais plutôt, les noms des niveaux de réalisation. A travers ces mots, j’étudie l’échelle des degrés spirituels: sur un degré la réalité apparaît de cette manière et sur un autre degré de cette façon. Il semble que les Kabbalistes me parlent à ce sujet, mais pour moi ce sont en fait des forces ou des récipients de la perception.

Pour moi, chaque sage représente une notion spirituelle, peut-être, la force, ou la qualité. Je ne regarde pas les noms des protagonistes historiques, mais les noms des phénomènes spirituels et des niveaux. C’est la «foi dans les sages»: je veux atteindre le même don sans réserve que celui qui est présent sur les degrés au sujet desquels j’ai lu. La « Foi » est le don sans réserve.
Au cours d’une leçon, une personne doit se régler ainsi, et aspirer à comprendre comment cela va l’influencer. Peu importe de quoi le livre parle, je veux pénétrer à l’intérieur de l’essence spirituelle de chaque mot. Cela signifie que je crois aux paroles des sages.

Un avertissement très important

Dr. Michael LaitmanJe tiens à vous avertir que tous les textes kabbalistiques doivent être perçus seulement dans leur sens intérieur. Ils ne traitent pas du monde matériel, mais de la correction du désir de l’homme.Le désir de recevoir est divisé en « Isra-El » (droit au Créateur) et « les nations du monde » (désirs non dirigés vers le Créateur). De tels désirs existent dans chacun d’entre nous: Certains (pour l’instant, seul « le point dans le cœur ») visent au but de la création, tandis que d’autres (appelés les « nations du monde ») ne sont pas dirigés pour atteindre cet objectif.

L’«exil» est l’exil de la Lumière, du monde spirituel, ce qui signifie loin du don sans réserve. La « rédemption » est l’apparence de la force du don sans réserve, pour s’unir avec les autres, à l’amour, à l’intérieur de soi. «Le Créateur» ou «la Lumière» est la propriété de l’amour et du don sans réserve.

C’est le seul moyen pour visionner tous les textes kabbalistiques: seulement en soi-même et uniquement pour la correction de soi. Sinon, ils se noient dans des images matérielles (l’idolâtrie) et commencent à multiplier de nouvelles religions basées sur la Kabbale.

Soyez indépendant!

Dr. Michael LaitmanQuestion: J’ai l’occasion d’étudier avec mon groupe dans le New Jersey, mais ce groupe est nouveau. Ne vaudrait-il pas mieux pour moi d’aller dans le groupe de Brooklyn? Ils ont de nombreuses années d’expérience et une salle de classe bien équipée ?Réponse: Je vous recommande de rester où vous êtes et de construire votre propre groupe. Cet avis ne s’applique pas seulement à vous, mais à tous les nouveaux groupes. Connectez-vous entre vous et avec nous, à mes leçons, et au Centre de formation. Cela suffit. Les groupes anciens ont souvent leurs problèmes, et vous avez besoin d’avancer. Soyez indépendant!

Les kabbalistes sur le but de la Création, partie 11

Dr. Michael LaitmanChers amis, s’il vous plaît posez des questions sur ces passages des grands kabbalistes. Je vous promets d’y répondre. Les commentaires entre parenthèses sont de moi. Pourquoi le Créateur a-t-il placé le fardeau de la création sur nous?

Il reste encore de la place pour se le demander: «Si le but de la Torah et de la création tout entière n’est rien d’autre d’élever l’humanité de base pour devenir digne du merveilleux sublime, et de s’attacher à Lui, Il aurait dû pour commencer nous avoir créés avec ce sublime, au lieu de nous troubler avec le travail des corrections selon la méthode de la Kabbale.  »

 

On pourrait expliquer cela par les paroles de nos sages: « Celui qui mange ce qui n’est pas à lui, a peur de regarder son visage ». Cela signifie que toute personne qui se nourrit du travail des autres a peur (a honte) de regarder sa propre forme, car sa forme est inhumaine.

Parce qu’aucune déficience [la déficience se réfère au sentiment non pas de plaisir mais de honte de Lui] ne sort de Sa plénitude, Il a préparé pour nous ce travail, pour que nous puissions profiter du travail de nos propres mains. C’est pourquoi Il a créé la création dans cette forme de base. Le travail [de correction de notre nature égoïste] nous élève de la base de la création, et à travers elle, nous atteignons notre état sublime par nous-mêmes. Alors nous ressentons la joie et le plaisir qui nous vient de sa main généreuse, comme un don [dans la honte, car nous sommes ceux qui sommes créés, inégaux, et incapables de retourner l’amour que nous découvrons venant de lui], mais comme les propriétaires de ce plaisir [l’ayant mérité].
– Le Baal HaSoulam , «l’amour du Créateur et l’amour des créatures»

Les kabbalistes sur le but de la Création, 3ème partie

Dr. Michael LaitmanChers amis, s’il vous plaît posez des questions sur ces passages des grands kabbalistes. Je vous promets d’y répondre. Les commentaires entre parenthèses sont de moi.

Quel est le but de la création?

… Quel était le but pour lequel le Créateur a créé tout cela ? En effet, c’est pour l’élever à un degré plus important et supérieur, pour sentir son Dieu comme une sensation humaine, qui lui est déjà donnée. Et comme on sait et on sent les souhaits de son ami, ainsi on apprendra les paroles du Créateur ….

– Baal HaSoulam, l’article «De l’enseignement de la Kabbale et de son essence »

…le but du Créateur à partir du moment où il a créé Sa Création est de révéler Sa Divinité aux autres. C’est parce que la révélation de Sa Divinité atteint la créature comme un bienfait agréable qui est toujours grandissant jusqu’à ce qu’il atteigne la mesure souhaitée.

Et par là, celui d’en bas s’élève avec une véritable reconnaissance et devient un char vers Lui, et s’attache à Lui, jusqu’à ce qu’ils atteignent leur achèvement final: «Nul œil n’a vu un autre Dieu que Toi» ….

– Baal HaSoulam, l’article « Torah Matan (Le Don de la Torah), » Point 6

L’homme est créé pour élever le ciel … [de lui-même, le point central le plus bas central, pour combler le vide restreint par l’attribut du don sans réserve, élevant ainsi sa frontière vers le Monde de l’Infini].
– Menahem Mendl rabbin de Kotzk

… Le but de la création est précieux, car une petite étincelle, comme l’âme d’une personne peut monter dans sa réalisation plus haut que les anges du ministère [les forces du don sans réserve qui n’ont pas de libre volonté, comme les animaux dans notre monde] ….

– HaSoulam Baal, l’article « La servante qui hérite de sa maîtresse »

Le système de l’avenir, 2ème partie

Dr. Michael LaitmanUne question que j’ai reçue: Nous avons beaucoup de sites qui fournissent déjà des informations sur nous. Mais vous avez récemment indiqué que maintenant nous entrons complètement dans une nouvelle étape au cours de laquelle notre utilisateur potentiel d’Internet obtiendra non seulement des informations, mais aussi « absorbera » l’atmosphère qui est présente dans notre organisation. 

Ma Réponse: Notre objectif est de transformer nos études de la nature qui nous entoure en jeu, quelque chose de semblable à Tamagotchi. Les gens sont devenus fous de ce jeu! Ils s’inquiètent de « ne pas nourrir » leur « animal » à l’heure, ou sur « ne pas le mettre au lit. » Les gens se troublaient et devenaient sauvages. Cet « égoïste  » (le Tamagotchi) exigeait de plus en plus d’eux.

Nous devons inventer un jeu similaire qui permettra de convertir mon environnement en peine , de le transformer en « mon bébé. » Je dois en dépendre, l’aimer et prendre soin de lui parce qu’il est la chose la plus importante au monde pour moi. C’est comme un enfant pour sa mère. Pour une mère personne n’ existe au monde sauf son bébé. Elle a été créée comme cela par la nature. Notre tâche est d’arriver à un semblable état de nous-même.

Cependant, nous ne pouvons pas atteindre ce niveau par nous-mêmes. Nous devons entrer dans un état où l’on souhaite atteindre ce niveau, mais aussi réaliser que nous sommes incapables de le faire seuls. Cela nécessitera l’attraction de la Lumière Supérieure qui à son tour nous corrigera.

Nous devrions atteindre cet état en jouant un jeu, qui, en soi, n’attire pas vraiment la Lumière Supérieure. La Lumière Supérieure est attirée par notre volonté. Le lien entre nous doit être mis «en forme» dans un jeu qui nous inspire et nous donne un sens de l’importance et de la nécessité de la spiritualité. D’autres personnes participant au jeu devraient attirer, alerter, et nous tirer vers le haut, nous devrons être confronté à la jalousie, la colère, la gourmandise et à l’égard de ce qui nous fait encore défaut et que d’autres ont déjà acquis (l’aspiration au Degré Supérieur).

Nous devons créer un système ordinaire qui n’a rien à voir avec la spiritualité. Ce devrait être une sorte de « structure logique/psychologique» semblable au Tamagotchi ou aux nombreux autres jeux qu’on pourrait trouver sur les réseaux sociaux. Bien sûr, ce devrait être un système «intelligent» qui puisse se réguler lui- même, faire des sondages auprès de ses utilisateurs, et savoir qui ils sont. Il est de notre devoir d’y travailler.

En général, c’est un modèle pour l’avenir de la société qui est déjà disponible pour notre communication. Mais il y a un gros problème. Comment pouvons-nous y attirer et y impliquer les gens ?

Les gens de notre groupe mondial sont extrêmement occupés. Ils travaillent, étudient la nuit, et ne dorment pas suffisamment. Où trouveront-ils le temps de traîner sur notre site? Quand créer une future société intégrale et harmonieuse ? Où trouver le temps d’y travailler ? Une personne ordinaire a-t-elle assez de temps pour visiter le site? Ou bien devons-nous les obliger à le visiter deux minutes par jour ? Sera-ce suffisant et utile?

Nous n’avons pas le temps de traiter avec cela. que nous devons inclure les leçons du matin (la méthode de base de communication entre nous) dans ce système? Ou devons-nous en quelque sorte « filtrer » notre travail, notre vie, et les liens entre nous à travers ce système? Jusqu’à présent, nous ne voyons pas comment nous pouvons atteindre cet objectif, car nous sommes tous trop occupés.

Les gens en dehors de nos groupes (la population en général) ont vraiment une chance d’utiliser le système. Mais même quand il s’agit de personnes non membres de Bnei Baruch, je ne suis pas sûr de savoir comment impliquer tout le monde dans notre système de communication. Voilà la question: COMMENT?

Les kabbalistes sur le but de la Création, Partie 1

Dr. Michael LaitmanChers amis, je vais commencer par annoncer des citations sélectionnées de grands kabbalistes sur divers sujets. S’il vous plaît posez des questions sur ces passages. Je vous promets d’y répondre.Le Créateur est le Bien Absolu

Et parce que nous nous rendons compte que le Créateur est, à l’intérieur et de lui-même, complet et Il n’a besoin de personne pour l’aider à la réalisation, puisqu’Il termine tout, il est donc clair qu’il n’a aucune volonté de recevoir. Et parce qu’il n’a pas la volonté de recevoir, il est fondamentalement dépourvu d’une volonté de nuire à quelqu’un, c’est aussi simple que cela.

En outre, c’est un premier concept tout à fait agréable à notre esprit, à savoir qu’il possède une volonté de donner sans réserve la bonté aux autres, c’est-à-dire à ses créatures. Et cela est évidemment démontré par la grande Création qu’Il a créée et mise sous nos yeux. Car dans ce monde il y a des êtres qui expérimentent nécessairement soit un bon sentiment soit un mauvais, et ce sentiment vient à eux nécessairement du Créateur. Et une fois qu’il est absolument clair qu’il n’y a pas aucun but de nuire dans la nature du Créateur, cela nécessite que les créatures ne reçoivent que du bien venant de Lui, car il les a créés que pour leur donner sans réserve.

Ainsi, nous apprenons qu’Il a seulement le désir de donner sans réserve la bonté, et il est absolument impossible que quelque chose de nocif puisse être de son domaine, qui pourrait être émis par Li. Ainsi nous L’avons défini comme «le bien absolu »
– Baal HaSoulam Baal, article «De l’essence de la religion et son but »

Page 52 des 54« Première5051525354