Category Archives: Kabbale

Une servante dévouée à sa maîtresse

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, “Introduction à l’étude des dix Sefirot,” Item 33: Si la foi est incomplète, et il ne s’engage pas dans la Torah ou dans le travail que parce que le Créateur lui a ordonné d’étudier, alors on l’a vu ci-dessus que dans un tel travail avec la Torah la lumière n’apparaît pas. C’est parce que les yeux sont imparfaits, et, comme une chauve-souris, convertissent la Lumière en ténèbres.

Une telle étude n’est plus considérée comme une servante de Kedousha, puisqu’elle ne veut pas acquérir Lishma à travers elle. Par conséquent, il s’agit du domaine de la servante de Klipa (écorce), qui hérite de cette Torah et le travail, et les enlève pour elle-même.

Par conséquent, «la terre tremble», qui signifie la sainte Divinité, appelée «terre». Il en est ainsi parce que cette Torah et le travail qui aurait dû être pour elle, en tant que possessions de la Sainte Divinité, est volé par la mauvaise servante et les réduit à une possession des Klipot (écorces). Ainsi, la servante hérite de sa maîtresse.

À un certain moment dans sa vie un homme vivant dans ce monde se demande: «Quel est le sens de ma vie » Cette question lui donne un certain lien avec la Torah, la sagesse de la Kabbale, et il commence à l’étudier, estimant que cela peut lui donner une réponse à la question sur le sens de la vie, son secret.

S’il étudie la Torah spécifiquement pour le bien de cela, il a une attitude correcte. Mais s’il ne le fait que parce que «le Créateur lui ordonna » il est appelé Klipa, une intention impure. Il pourrait dire : pourquoi est-ce comme ça, pour autant qu’il remplisse un ordre du Créateur? Mais le fait est que nous sommes égoïstes par nature, motivés par le désir de recevoir du plaisir, à nous remplir, et pour gagner. Si un homme dit qu’il étudie la Torah seulement parce que c’est le commandement du Créateur, cela signifie qu’il n’a pas de réel désir pour elle et son approche est erronée. Le vrai désir qui pourrait le conduire à l’objectif de la création ne s’est pas encore éveillé en lui.

Toutefois, s’il étudie parce qu’il veut savoir pourquoi et dans quel but il existe, quel est le sens de son existence, quel est le but de la vie, il est alors un désir intérieur, utile, naturel, la nécessité de révéler le secret de la vie. Et par là même, même en étudiant avec une intention égoïste, se confondant et mélangeant dans divers autres objectifs, il peut néanmoins arriver à un résultat. Le plus important est qu’il a à l’intérieur, un désir vrai.

Même si les intentions correctes et les désirs purs, l’aspiration pour le don et l’amour de l’autre, du Créateur sont inexistants, ce n’est pas terrible: il est déjà sur la bonne voie. Le Livre du Zohar appelle cet état, une servante qui sert sa maîtresse.
[94673]
De la 1ère partie du Cours quotidien de Kabbale du 26/11/2012, “Introduction au TES

La sagesse de la Kabbale et la philosophie: Qui a le dernier mot?

Dr. Michael LaitmanClarifions d’abord la relation entre la sagesse de la Kabbale et la philosophie.

Dans l’ensemble, la philosophie étudie ce qu’est la vie, quelle est sa signification, son but, et quelle est l’attitude de l’home vis-à-vis de la vie et la nature.

En un mot, la philosophie semble tout englober. En même temps elle n’est pas appelée une science, car elle étudie l’homme et le plan humain de la réalité, en d’autres termes, la sphère que nous ne pouvons pas mesurer. Il n’y a pas des opinions claires et précises ici qui puissent être acceptées comme des faits.

Dans les méthodes scientifiques, nous étudions la nature, inanimée, végétale, et animale, qui sont des niveaux inférieurs que l’homme regarde vers le bas depuis la hauteur du niveau suivant de l’évolution. Nous pouvons descendre à eux, les percevoir, les étudier et les comprendre. Cela vaut également pour notre corps qui appartient au niveau de la nature animée.

Mais nous ne pouvons pas étudier l ‘«humain» en nous avec précision. Nous essayons de classer scientifiquement les différents phénomènes, les réponses, les perceptions, les pensées et les désirs intérieurs, mais nous ne réussissons pas. Pourquoi? Parce que c’est notre propre niveau, au même niveau, et je ne peux étudier que ce qui est en dessous de moi.

C’est tout le problème. Il est de notoriété publique, bien que la science ait effectivement commencé à partir de l’approche de l’homme à lui-même et à la vie. Il n’est pas fortuit que les diplômes dans tous les domaines sont appelés«docteur en philosophie» (PhD), même s’ils n’ont rien à voir avec la philosophie. L’approche générale de vous-mêmes et de la réalité est simplement appelée «philosophie».

Ce terme est en fait dérivé de la sagesse de la Kabbale. Voici ce que dit l’humaniste allemand et linguiste du 16ème siècle, Johann Reuchlin, l’un des plus grands experts en langues anciennes, un conseiller personnel de l’empereur Maximilien Ier, et qui est resté en contact avec l’Académie platonicienne. Il dit:

«Mon maître, Pythagore, le père de la philosophie, probablement reçut sa sagesse des Juifs et non des Grecs, et il est le premier qui avait traduit le mot« Kabbale », ce qui n’était pas familier aux gens de son époque, au mot grec «philosophie».La philosophie de Pythagore découle de la mer infinie de la Kabbale … la sagesse de la Kabbale ne nous laisse pas passer notre vie dans la poussière, mais soulève notre esprit vers le sommet de la connaissance.  »

Les philosophes voudraient montrer que leur champ englobe tous les aspects de la vie. Par ailleurs, jusqu’à tout récemment, dans le but d’étudier la Kabbale dans une université, il fallait être admis à la faculté de philosophie. Les gens pensent encore que la Kabbale est une partie de la philosophie, bien que les vrais philosophes eux-mêmes admettent que ça ne l’est pas.

En tout cas, c’est une autre matière. Le monde moderne ne respecte pas la philosophie et à juste titre, puisque beaucoup de gens étudient aujourd’hui la philosophie dans le seul but d’obtenir un diplôme. Mais quand on parle de la philosophie, nous nous référons à une vision du monde, à une perception de la vie, un paradigme d’une certaine sorte. Chacun de nous est un philosophe internement. Par conséquent, nous devons comprendre, lesquelles de ces approches sont importantes et lesquelles ne le sont pas.

Le point de vue d’une personne, son attitude envers la vie et elle-même, est en constante évolution, et par la suite au dessus de cette sphère s’élève la sagesse de la Kabbale, l’ouverture de la philosophie, tout comme il a été découvert d’autres religions, après des siècles de dissimulation. Cette sagesse a attendu que l’humanité grandisse et de se développe. Au début de l’histoire, elle a généré des sciences et de la philosophie, et aujourd’hui, en période de crise mondiale, elle se révèle encore une fois, après les religions et la philosophie, en étant la seule approche qu’une personne a à la vie. La sagesse de la Kabbale comprend toutes les perceptions et donc finalement elle les remplace.

De la 4ème partie du Cours quotidien de Kabbale du 4/12/12, “ laKabbale et la philosophie”

Dissimulée et révélée

Dr. Michael LaitmanLa sagesse de la Kabbale se compose de deux parties: la dissimulée et la révélée.

“Dissimulée” signifie interdit d’être révélé. Et quel est le point de révéler? En effet, tout peut être écrit dans les livres, mais ce qu’une personne peut obtenir d’eux dépend de l’état où elle est. Ainsi, l’une des parties de la sagesse de la Kabbale est appelée «cachée», car il ne se révèle que si certaines conditions sont remplies comme une personne passe par la purification de son ego.

Elle est aussi appelée comme ça car la partie supérieure du monde d’Atsilout nous est inaccessible. Même si je me renseigne sur le plus petit, le niveau initial de l’ascension spirituelle et je suis encore dans le monde d’Assiya, Yetsira, Beria et seulement plus tard j’entre dans le monde d’Atsilout, encore, même le plus petit niveau sur lequel je suis, les dix premières parties appelées « un niveau » (un niveau est en dix Sefirot), me donne déjà une idée de toute la création, mais de façon minime, sur une petite échelle. Puis je me lève et vois, comme sur une carte que j’ai lu sur une plus grande échelle, tout ce qu’il y a là est élargi.

Mais étant au fond, je ne peux pas ramener la partie cachée, GAR de Atsilout, sa partie supérieure, absolument pas près de moi en aucune façon, ce qui signifie le dépeindre. Je peux imaginer les différents niveaux inférieurs, plus ou moins, et même là, je suis toujours dans le faux, puisque chaque niveau supérieur est un nouvel attribut au sujet d’un niveau inférieur. Pourtant, je peux l’imaginer en quelque sorte, mais pas les niveaux qui sont cachés ou qui sont appelés secrets. Tous les niveaux inférieurs à eux sont appelés révélés et nous pouvons les atteindre tous, en anticipant à l’avance quelles révélations ils nous apportent.

Le premier Partsouf du monde d’Atsilout est appelé Atik, du mot hébreu « ne’etak« – « coupé », détaché et séparé, de notre atteinte. Le Partsouf suivant est appelé Zeir Anpin, et la partie supérieure de la «tête» est appelée Keter, ou plus exactement Kitra (en araméen), et cette partie est également dissimulé.

Tout ce qui est au-dessous de cette partie est progressivement révélé à nous: Krouma d’Avira, moha d’Avira, Mokha Stima. La structure de l’ensemble de ces pièces est très intéressante, car c’est d’elles, de la partie révélée de la tête de Arikh Anpin, que la Providence descend dans notre monde, que notre destin descend.

D’un Cours Virtuel 25/11/12

L’accomplissement des kabbalistes du passé

Dr. Michael LaitmanQuestion : Que signifie « les kabbalistes ont fait passer la Lumière aux gens » selon vous ? Après tout, ils ont juste changé leur perception.

Réponse : Les kabbalistes sont les gens qui traversent la Makhsom, qui s’intègrent dans le système supérieur de gestion, et de par leur désir de devenir corrigé, apportent leur activité à ce système.

Nous étudions cela dans le système des mondes supérieurs, qui est dans un état passif et fonctionne comme au ralenti ; il y a seulement la Lumière de Hassadim. Et quand nos propriétés égoïstes corrigées s’y intègrent, alors la Lumière de Hokhma apparaît et le système commence à fonctionner. C’est comme si vous ajoutiez du gaz et le moteur commence à travailler, mais pas au ralenti. C’est la même chose ici.

C’est pourquoi les kabbalistes qui se sont eux-mêmes corrigés, étant des parties de l’ensemble du système (à la fois le nôtre et celui du haut), ont ajouté leur Lumière à ce système. Ils ont ajouté la Lumière de Hokhma sur leurs désirs égoïstes corrigés, et donc l’ensemble du système fonctionne déjà sur différentes révolutions. Autrement dit, ils sont capable de nous accepter, de nous traiter, et de nous inclure en eux-mêmes, ce qui est leur accomplissement.

Nous agissons aujourd’hui de la même manière. Nous faisons en général la même chose pour les générations futures qui nous suivent : nous corriger nous-même. Ainsi, peu à peu, tout le monde suit l’autre.

Par conséquent, la correction du monde se fait à partir de légères qualités égoïstes jusqu’aux plus lourdes. Et les gens qui viendront à la Kabbale dans quelques années afin de se corriger seront beaucoup plus égoïstes que nous sommes, mais nous allons leur préparer le terrain en dessinant la Lumière dans le système des mondes, qui sans nous auraient travaillé uniquement avec la Lumière de Hassadim, laquelle aurait été dans le petit état (dans l’état de « Katnout« ).

D’une leçon virtuelle du 18/11/12

L’impasse israélo-palestinienne

Dr. Michael LaitmanOpinion (Zbigniew Brzezinski, homme politique): «Je pense que nous sommes coincés, et je suis désolé pour les personnes impliquées. Je suis désolé pour Israël. Je suis un enfant de la Seconde Guerre mondiale, et je sais ce que le peuple juif a vécu. Je suis désolé pour les Palestiniens. C’est une mauvaise situation, et je pense que la crise croissante au Moyen-Orient rend de plus en plus difficile l’obtention d’un compromis adopté, parce que l’un ou l’autre côté soit s’estime lésé ou offensé ou en voie de disparition. …

«Si nous nous engagions dans une guerre avec l’Iran. Comment pourrions-nous y mettre fin ? Combien de temps va-t-elle durer ? Qui d’autre sera de notre côté pour nous aider ? Qu’arrivera-t-il localement sur le long terme ? …

« Mais bien pire, nous délivrerions les Européens aux mains des Russes, qui se frotteraient les mains. Les Russes sont très inquiets que le prix de l’énergie, oscillant entre 90 $ et 120 $ en ce moment, ne soit pas suffisamment élevé pour répondre à leurs attentes budgétaires. Mais si le prix du baril s’élevait à 200 $, ils seraient dans une position confortable. Les Européens seraient totalement dépendants. Les Chinois seraient touchés; tout comme les japonais. Cela n’aiderait pas non plus l’économie mondiale. …

« Pour finir et non le moindre, je pense que nous avons certainement les moyens et même une obligation morale de  faire pour les gens du Moyen-Orient, et en particulier pour les Israéliens, ce que nous avons été préparé à faire durant des années aux Européens, puis aux Japonais et aux Coréens. Plus précisément, nous devrions leur donner l’engagement très contraignant et fiable qu’ils sont entièrement couverts par la dissuasion nucléaire américaine, en déclarant publiquement que «toute menace pour Israël, ou pire, une action directe contre qui que ce soit au Moyen-Orient serait considérée comme une action dirigée contre les États-Unis, avec toutes les conséquences qui pourraient en découler. « Nous avons réussi à protéger les Européens et à dissuader les Soviétiques. Nous avons protégé avec succès les Japonais et les Coréens. Nous pouvons certainement le faire pour le Moyen-Orient.  »

Mon commentaire : Israël a développé l’idée que les Etats-Unis se dirigent vers l’élimination de l’Etat d’Israël. Israël ne croit pas qu’il ait le soutien américain. Cela est évident du fait que Jérusalem n’est pas reconnue comme la capitale d’Israël dans les plans du Parti démocrate d’Obama. En ayant soutenu le «Printemps arabe», les Etats-Unis se mettent eux-mêmes sous les coups et ont quitté la place d’acteur indépendant principal. C’est l’opinion en Israël.

Ce qui est important pour nous n’est pas l’opinion des gens, mais l’opinion de la Kabbale parce que cette science est basée sur la connaissance de la source de la Nature, le Créateur. Comme dit la Kabbale, puisque la correction du monde n’est possible que par Israël, les Etats-Unis s’affaiblissent eux-mêmes par leurs plans unilatéraux en diminuant l’impact des forces de correction sur eux-mêmes (Ohr Makif).

Dans notre monde moderne intégral, un politicien doit savoir où le développement humain conduit-vers le monde intégral ; c’est-à-dire, en changeant une personne par l’éducation intégrale et l’élévation, afin d’établir une connexion complète et intégrale entre les gens. Le monde y parviendra rapidement par le bon chemin – l’introduction de l’éducation intégrale, ou par la voie de la souffrance, une guerre mondiale. C’est ce que dit la Kabbale. Si la tête du monde, le Président, n’a pas cette connaissance, sa connaissance «égoïste linéaire » et ses manœuvres ne fonctionneront pas aujourd’hui.

Des histoires sur la Kabbale

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pourriez-vous s’il vous plaît commenter sur la différence entre votre Kabbale et la Kabbale du Rav Berg?

Réponse: Même le Rabash (Rav Baruch Shalom Halévi Ashlag, le fils aîné du Baal HaSoulam, son disciple et successeur) a commenté à ce sujet. Berg a combiné les termes kabbalistiques de la hassidout et le mysticisme. Il a créé un mélange qui calme une personne, mais ne la change pas, alors que la Kabbale est destinée à corriger l’égoïsme humain.

Tous les conseils et l’orientation de l’école de Berg n’est pas plus que du réconfort psychologique pour rendre la vie plus facile, pour donner de l’espoir, mais cela ne conduit pas à la correction, à la révélation du Créateur à une personne.

Même sa définition de la Kabbale est tout à fait différente de celle de son «maître» le Baal HaSoulam. Mais il est commode de vendre ceci aux masses, comme le sont les attributs qu’il vend, affirmant qu’ils ont une puissance supérieure plutôt qu’un impact psychologique.

Son attitude à l’égard ce qui se passe est la suivante: il faut être bien dans ce monde, pour enlever le mal, qui, comme nous le savons, vient du Créateur, afin que nous le corrigions en nous-mêmes.

C’est-à-dire, qu’au lieu de se corriger et de révéler le Créateur à travers soi-même, il vous est conseillé de supprimer les obstacles qui sont envoyés par le Créateur dans le but de vous rapprocher de Lui ; vous êtes encouragés à vivre en paix, c’est comme tout charlatanisme ou toute religion, mais certainement pas la Kabbale: la science de corriger l’égoïsme en amour pour l’autre comme soi-même afin de devenir semblable au Créateur

Des articles du Baal HaSoulam: « L’essence de la sagesse de la Kabbale » ; « L’essence de la religion et son objectif »

La fin du capitalisme

Dr. Michael LaitmanAvis ( Michael Khazin,  économiste, tiré de  km.ru ) : « Depuis la fin du 19ème siècle les vues de la « gauche » se sont développées sous la forte influence de Karl Marx qui a créé une description systématique et globale du monde entier, à partir de « Adam » …. Histoire, philosophie et économie politique, tout cela a été transporté dans un  langage «transparent», qui a créé une approche très attrayante et convaincante dont l’autorité n’a cessé d’augmenter jusqu’aux années 80.

« Le monde capitaliste, cependant, n’a pas eu un telle approche unifiée et « transparente, » et on a décidé de le créer sous forme d’une résistance idéologique, qui a commencé mais n’a pas réussi, et la crise idéologique actuelle en  est un exemple.

« Puisqu’une résistance idéologique n’était pas très sérieuse, certains de ses principes de base n’étaient pas fondés sur des constructions logiques philosophiques, mais étaient plutôt une négation rigide des idéaux marxistes correspondants. En particulier, si le marxisme était le résultat de la fin du capitalisme, la base de l’approche occidentale est l’hypothèse que le capitalisme est infini.

« [Cependant] … puisque le processus de l’expansion des marchés est limitée par la taille de la terre, le processus scientifique et technologique est limitée par le temps et doit, par conséquent, arriver à une fin!

« La crise  marquée par la baisse de l’efficacité du capital qui se déroule depuis plusieurs années, ne peut pas en venir à une fin dans le cadre qui préserve le modèle précédent.

« … Des crises similaires dans le passé ont été surmontées par la destruction de la concurrence, et l’expansion a été possible. Mais aujourd’hui, les marchés sont mondiaux et il est impossible de les étendre.

«Toutes les théories  ont inclus le principe d’un capitalisme «infini ». Et c’est la tragédie de la pensée moderne concernant l’économie «occidentale»: la crise actuelle est la fin du paradigme scientifique et technologique, qui effectivement ne peut pas être décrit en utilisant sa langue ».

Mon commentaire: Voici le constat qu’il est impossible de décrire le nouveau système économique en utilisant l’ancienne terminologie, et en attendant notre pensée égoïste ne nous permet pas de passer à de nouveaux concepts. Seule la reconnaissance de la fin amère va nous permettre d’accepter un nouveau modèle social : une production et une consommation intégrales, égales, et raisonnables, telles que décrites dans «La future génération » de la Kabbale

Dates historiques

Dr. Michael LaitmanQuestion : Pourriez-vous s’il vous plaît donner quelques dates historiques pour une meilleure orientation sur l’histoire de la Kabbale ?

Réponse : Adam : 5772 ans, ou de 5772 à 2012 = 3760 Ap JC – la date de sa révélation du monde supérieur. La chronologie hébraïque commence à partir de ce point.

Il faut 6000 ans pour que tous les gens parviennent à révéler le monde supérieur  c’est-à-dire, que toute l’humanité révélera le monde supérieur dans les années restantes de 6000 – 5772 = 228 ans.

Dates supplémentaires :

     1392 – 1272 Av notre ère: Moshe (Moïse)

               1312 Av notre ère: le mont Sinaï – la révélation du Créateur

1354 – 1244 Av notre ère: Josué

     1244 – 889 Av notre ère: Les Aînés

       889 à 352 Av notre ère: Les Prophètes

       352 à 312 Av notre ère: Les membres de la Grande Assemblée

                   1-2 de notre ère: Rabbi Akiva

             2ème siècle: Rabbi Shimon Bar Yohaï, l’auteur du Zohar

  312 – 218 de notre ère: Les rédacteurs de la Michna

          218 à 636 de notre ère: Les rédacteurs du Talmud

         636 – 1140 de notre ère: Gaon.

Le nécessaire et le suffisant

Dr. Michael LaitmanQuestion: Je suis dans un groupe  virtuel. Si une garantie de deux amis est nécessaire pour assister à la convention, qui peut la signer pour moi?

Réponse: Pour l’instant, soyez préoccupé par ce qui suit.

Outre les hommes qui ont quitté l’Egypte, il y avait aussi des femmes, des enfants et des personnes âgées. Comprenez-vous que vous allez à la convention en tant que «femme», «enfant», ou «personne âgée»? Comprenez-vous que votre mission est de vous annuler autant que possible? Vous ne savez pas comment vous connecter avec des amis, car une femme ne peut pas se connecter. Mais vous voulez vraiment que cela se produise, parce qu’une femme doit prendre en charge cette unité par tout moyen.

Et peut-être vous êtes un «esclave», c’est-à-dire, que vous obéissez à votre égoïsme, mais êtes prêt à servir et à aider de quelque manière si nécessaire. Vous êtes à la recherche d’un gain personnel,  vous voulez la spiritualité pour vous-même, et ne pouvez pas vous déconnecter de la préoccupation égoïste au sujet de votre propre bien futur. Cependant, vous en êtes conscient et comprenez que vous êtes un esclave de l’amour-propre, et pourtant vous voulez vous joindre à l’attaque spirituelle.

Un «esclave» est sous la puissance externe; Pharaon ou le Créateur règne sur lui, ce qui est la même chose parce que Pharaon est un outil du Créateur. Et si vous voulez continuer à participer, alors vous arrivez à la convention au courant de votre degré et vous mettez tous vos efforts pour être avec les amis.

De toute façon, vous faites tous les efforts, et vos possibilités ne dépendent pas de vous- elles sont classées par degrés. Si vous  vous êtes préparé un peu, vous êtes un «enfant», si plus, vous êtes un «esclave», encore plus, une «une personne âgée, plus encore, une «femme», et encore plus, un «homme». On vous donne la force d’En- Haut, mais vous devez l’appliquer complètement afin d’essayer de suivre, de vous impliquer. Il ne s’agit pas de votre niveau qui est important. Une personne qui essaie de son mieux pour être avec nous, semblable à un enfant s’accrochant aux adultes, n’interfère pas du tout, mais aide seulement. Donc, où que vous soyez, venez.

Question: Dans quelles conditions une personne va-t-elle  à la convention comme «un homme »?

Réponse: Si une personne assiste à toutes les leçons du matin, paie le Maasser (la dîme), participe à des rassemblements d’amis, dans toutes les activités de groupe, et est pleinement impliquée dans la diffusion aux masses, alors elle suit les conseils des kabbalistes. Ce sont les conditions minimales, les conditions physiques, qui ne sont pas liés au travail spirituel pour le moment. Cela est nécessaire.

Et au-delà, s’est-il vraiment dans son âme annulé lui-même devant le groupe, afin de ressentir le besoin d’unité? Cette nécessité devrait donner lieu à son appel au secours, à laquelle la Lumière supérieure répondra.

Ainsi, les conditions extérieures ne disent rien au sujet du plan spirituel, elles sont nécessaires, mais ne suffisent pas. Elles peuvent être observées indépendamment des états spirituels. Et à côté de cela, il y a des conditions suffisantes que vous devez effectuer intérieurement.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale du 20/02/2012, Constitution de la Convention  d’Arava

Conférence introductive: La garantie mutuelle

Dr. Michael LaitmanTranscription complète de la Conférence introductive: «L’Arvout – Garantie mutuelle »

Nous allons traverser des périodes très difficiles dans la vie de notre pays. Le problème est que aujourd’hui les gens à travers le monde, pas seulement les gens dans notre pays, ne savent pas comment résoudre les problèmes qui ont surgi. Mais la solution vient tout d’un coup chez les gens ceci se passe dans différents pays, et maintenant nous pouvons observer ceci en Israël.

Nous ne savons pas encore s’il s’agit d’une épidémie d’une certaine sorte ou au contraire, une certaine bonne onde, qui portera le monde vers  l’ordre. Mais les gens, qui vivent dans des endroits différents à travers le monde, ressentent l’envie d’aller à l’extérieur et d’exprimer leurs souhaits et leurs espoirs.

Cela arrive parce que depuis un long moment maintenant, presque soixante ans, il y a eu une tendance dans le monde entier, qui pointe vers la fin supposée de toute notre histoire: Le monde devient submergé par des  crises, qui se manifestent dans tous les domaines de la vie des gens.

Les gens ne sont plus en mesure de créer une famille normale ; ce qui conduit à la multitude de divorces, à des enfants qui ne sont pas capables  de vivre avec leurs parents, quittent la maison de leurs parents plus tôt, et utilisent la drogue et  l’alcool. Mais la crise n’est pas seulement manifeste dans la cellule familiale, elle englobe la société,  l’industrie, l’économie, le système éducatif, la culture, et même la science. Les scientifiques eux-mêmes constatent que la science en est venue à une impasse et ne peut pas se développer. Il semble vraiment que nous nous cognions contre un mur.

Au cours de milliers d’années, nous nous sommes développés d’une génération à l’autre avec l’hypothèse que nos enfants auront une vie meilleure. Nous avons souffert, il en est ainsi, pour nos enfants dans l’espoir qu’ils soient heureux. Notre amour pour eux nous a obligés à nous développer et à travailler dur  en nous  sacrifiant. Mais maintenant, rien de tout cela n’existe, aujourd’hui nous ne sommes plus convaincus qu’ils auront une meilleure vie que la nôtre. C’est pourquoi les gens ne veulent plus avoir, ni élever des enfants: qui en a besoin et pourquoi? Dans quel but ce malheureux enfant sera-t-il né, pour voir cette vie compliquée et vide de sens?

Et comprendre  qu’il n’y a pas de sens ou de but en cela,  pénètre littéralement notre cerveau. Nous ne voyons pas de solution; nous ne pouvons pas trouver une réponse. C’est comme si l’humanité était étouffée dans son incapacité à se déplacer en quelque sorte. Et le monde entier ressent cela.

Mais la chose principale est la crise financière et économique parce que la crise commune se manifeste en elle. Après tout, l’économie connecte  le monde entier dans un seul filet. Les relations industrielles, commerciales, et interbancaires: voici les empreintes de nos désirs et de nos aspirations. En d’autres termes, nos relations sont essentiellement mesurées avec l’argent. Qu’y peut-on ?  Tel est le monde. C’est pourquoi une crise économique est un signe spécial.

Dans le même temps, nous révélons que notre monde est devenu petit. Littéralement en 24 heures, une personne peut se trouver dans l’endroit le plus éloigné sans ressentir beaucoup de différence à part la mentalité des gens, à laquelle elle peut progressivement s’habituer. Les choses sont à peu près les mêmes partout, tout le monde est connecté l’un avec l’autre, les gens semblent perdre leur individualité. Outre le fait que le monde est devenu petit, toutes ses parties ont fini par être étroitement reliées entre elles. Et cela a conduit à des résultats spécifiques: nous avons vu que nous dépendons les uns des autres. Par exemple, lorsque quelque chose se passe quelque part au Japon, le monde entier souffre. Et  il en est de même aux États-Unis, en Europe, et tout autre lieu.

Tout le monde s’affecte mutuellement les uns les autres. Nous ne pouvons même pas imaginer ce qui se passerait si les États-Unis  venaient à déclarer un défaut fiscal. Et en général, peut-on encore envelopper nos esprits autour de cela? Le Marché commun pourrait s’écrouler en Europe, et cela aurait  naturellement une incidence sur le monde entier. En bref, nous vivons dans un monde imprévisible, et, d’une part, ceci provoque une pression dans la société, mais d’autre part, les gens deviennent indifférents à l’égard du devenir et de tout ce qui se passe, car ils ne sont pas en mesure de changer quoi que ce soit de toute façon.

Cette indifférence vient de la même connexion qui existe entre nous tous, car nous dépendons tous beaucoup les uns des autres. Mais nous n’avons pas construit ces connexions; simplement, le monde s’est  soudainement fermé sur nous. Il a été séparé en une multitude de pièces, et tout à coup il est devenu clos, tout d’un coup nous sommes devenus comme une humanité unifiée sur le globe, une famille, et nous dépendons les uns des autres. C’est un très gros problème.

Aujourd’hui les scientifiques, qui étudient la nature humaine,  les scientifiques politiques et sociaux, voient déjà clairement  que nous existons vraiment dans la dépendance totale mutuelle à un tel point que personne ne peut y échapper. Les scientifiques avaient déjà commencé à venir à ces conclusions dans leurs études il y a 50-60 ans. Mais ce n’est que récemment que  chacun d’entre nous a commencé à réellement en faire l’expérience. (suite…)