Category Archives: Ame

Il n’y a rien hormis Lui

Question : Que signifie « Il n’y a rien hormis Lui » ?

Réponse : C’est exactement ce que nous devons découvrir. En d’autres termes, il existe une cause à tout ce que vous pourriez imaginer, et cette cause est une seule et unique source.

Cette cause arrange, décide, accomplit, et fonctionne en tout, et elle est appelée « Il n’y a rien hormis Lui ». Qui est-Il ? La force du don sans réserve et de l’amour. Ce sont Ses qualités par rapport à nous. En dehors de cela, nous ne savons rien de Lui.

Question : Comment suis-je censé travailler avec cela ?

Réponse : Vous devez constamment Le révéler dans chaque situation, dans chaque action, intention et pensée, en toute chose avec la compréhension qu’il y a une seule cause à tout. Après tout, notre nature est matière, le désir de recevoir, et ce qui l’amène à l’action sous toutes ses formes est cette même force unique en dehors de laquelle il n’existe rien d’autre.

Pourquoi cette force anime-t-elle la matière ? Parce qu’elle veut pousser le monde matériel vers l’unité. Pourquoi ? Elle a préparé pour la matière la capacité d’atteindre la même force unique qui est la cause de tout, mais la matière doit d’abord atteindre l’état d’unité.

Et alors cette matière, dans la mesure où elle est connectée malgré sa résistance, atteint « Il n’y a rien hormis Lui », cette force unique, et en l’atteignant, elle fait l’expérience elle-même de l’existence et du contrôle.

De plus, au-dessus de sa propre expérience de l’existence, elle atteint aussi ce que signifie exister et contrôler toute la réalité, puisque la même cause « Il n’y a rien hormis Lui » donne à cette matière, cette création, la capacité d’être à Son niveau, au niveau du Créateur. Et alors le monde entier, l’ensemble du désir de recevoir créé, contrôle ce même désir et n’est pas sous le contrôle du Créateur. C’est ce que l’on entend par perfection.

Extrait de la 1ère partie de la leçon de Kabbale, Leçon sur le Sujet : « Hanouka selon la Sagesse de la Kabbale » du 15/12/2017

Découvrir le sens de la vie

Question : Vous avez étudié le sens de la vie toute votre vie. Mais le sens de la vie n’est-il pas unique pour chacun ?

Réponse : C’est correct. Nous sommes absolument différents les uns des autres et nous avons tous notre propre sens de la vie. Mais pour le trouver, il existe un système appelé la Kabbale, qui met un outil entre nos mains pour savoir comment atteindre notre sens de la vie.

Chacun a sa propre âme, la racine de son âme, son destin, son chemin vers le but, qui est de découvrir le sens de la vie, et par conséquent, chacun a sa propre route. Mais encore, il est nécessaire de connaître la façon d’y aller pour ne pas s’enfoncer dans une impasse, ne pas disparaître quelque part, ne pas dévier d’un degré, ce qui plus tard devient une grande déviation.

Afin d’atteindre correctement le but, vous avez besoin de certains guides, compétences, une canne pour marcher avec, une direction, un azimut, une carte : tout ce qui est nécessaire pour le voyageur. C’est ce que la Kabbale nous fournit.

Extrait de KabTV, « L’Actualité avec Michael Laitman » le 19/10/2017

La recette de santé des kabbalistes

Question : Comment les kabbalistes expliquent-ils la notion de santé ?

Réponse : Il y a un dicton célèbre qui dit : « Un corps sain dans un esprit sain. » Les kabbalistes croient le contraire : « Un esprit sain dans un corps sain. »

Un esprit sain est un état où une personne travaille pour le don sans réserve, dans l’intérêt des autres et de toute l’humanité.

Si nous pouvions vivre ainsi, nous nous sentirions dans l’existence éternelle, en pleine santé, et nous ne saurions même pas ce qu’est une maladie ou de se sentir mal. Une personne serait en bonne santé tout le temps parce que toutes les maladies sont la conséquence de pensées sur soi-même.

Immédiatement, une question émerge : « Alors pourquoi les kabbalistes tombent-ils malades ? » Le fait est que, bien que toute l’humanité n’ait pas encore été corrigée, les gens tombent malades à cause des autres. Les kabbalistes font partie de l’humanité et tombent naturellement malade comme tout le monde.

Cependant, à l’approche de la correction, nous serons moins malades et vivrons plus longtemps jusqu’à la transition vers un état où la sensation de vie sera remplacée par la sensation d’immortalité et d’existence saine.

Extrait de la leçon de la Kabbale en russe, le 08/12/2017

Comment l’embryon spirituel se développe

Nous devons comprendre ce que veut dire avancer sur le chemin du Créateur. Nous pensons que vaincre est le fait de surmonter les obstacles et par là nous nous élevons et grandissons. Mais c’est en réalité le contraire : l’exercice de l’effort consiste à maintenir le point d’adhésion avec le Créateur au-dessus de toutes les difficultés et de tous les problèmes.

Lorsque j’atteins le point où je m’annule devant le supérieur, j’entre dans l’état appelé embryon, et c’est ainsi que je reste, toujours à cet endroit. Et peu importe combien de pensées parasites et de problèmes surgissent, je dois comprendre qu’ils proviennent tous de « Il n’y a rien hormis Lui », et je dois uniquement m’annuler au-dessus de toutes les pensées, événements et influences qui m’arrivent.

Et dans la mesure où je continue à m’annuler de plus en plus devant le Créateur, j’accrois mon adhésion à Lui, du premier point appelé « embryon » et après : c’est comme si mon point d’embryon se développait ; en d’autres termes, cette même graine originelle grandit et je remplis tous les désirs et pensées étrangers qui surgissent en moi avec le pouvoir de la foi et la force du don sans réserve. C’est ainsi que l’embryon se développe.

Extrait de la 1ère partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Leçon sur le sujet : « Maintenir l’Etat d’Entrée d’Ibour (Conception) Au-dessus de Toutes les Perturbations » du 12/08/2017

On doit aimer son prochain

Question : Le Créateur est amour. Lorsque vous êtes allé pour la première fois chez votre professeur le Rabash, avez-vous pensé que la Kabbale ait un lien avec l’amour ?

Réponse : Non. Avant que j’aille chez le Rabash, et même avec lui au début, la Kabbale, de mon point de vue, était identifiée à une science purement sèche et rigide que je devais maîtriser.

Question : Quelle a été votre réaction lorsque pour la première fois vous avez entendu le fait qu’il fallait aimer son prochain ?

Réponse : J’ai réagi à cela comme à une sorte d’addition : « C’est probablement comme cela que ça se manifeste. » J’ai compris que ces mots étaient terrestres, très limités, très superficiels et basés sur des qualités matérielles et non spirituelles. Je me disais que l’amour spirituel était comme une aspiration à quelque chose d’exalté, l’opportunité d’appartenir à cet idéal.

Le principe de « aime ton prochain comme toi-même » devrait être réalisé dans la dizaine. Nous devons l’accepter dans sa forme réelle et le réaliser entre nous. Ainsi, nous serons en mesure de l’atteindre. Nous devons essayer de le faire le plus rapidement possible, avant que toutes sortes de souffrances naturelles ne nous y amènent par un long chemin douloureux.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 08/06/2017

Un art kabbalistique

Question : Comment pouvez-vous toucher de manière pratique le cœur de votre dizaine lors d’un atelier ?

Réponse : Il s’agit d’un art kabbalistique : comment être d’accord avec les amis dans la dizaine, créer une telle compréhension mutuelle, des relations mutuelles, et l’inclusion afin qu’ils voient le but que nous voulons atteindre comme la chose la plus importante.

Les congrès sont bons parce que nous ne sommes pas distraits par quoi que ce soit. Je suis venu ici et pour moi il n’y a personne à part les amis avec qui je me trouve maintenant. Je ne veux  penser à rien d’autre. A ce moment, je veux atteindre la sensation que nous adhérons les uns aux autres dans la dizaine où je révélerai le Créateur.

Rien ne m’interdit cela sauf moi-même. Et mes amis vont agir tout comme moi. Je dois croire que le Créateur les contrôle. Il joue avec moi à travers eux.

Si j’essaie constamment de travailler sur moi-même, de m’adapter à eux, d’adhérer à eux et de les rassembler en un seul tout, alors à l’intérieur d’eux je révèlerai le Créateur entre nous.

Extrait du congrès « Du Chaos à l’Harmonie » à Vilnius, Premier Jour, Leçon n°1 du 03/11/2017

Le véritable amour

Question : Qu’est-ce que l’amour ? Est-ce un pouvoir, un champ, une énergie ?

Réponse : C’est une force dirigée de la personne vers l’extérieur. L’attribut du don sans réserve, la force du don sans réserve, est le pouvoir de l’amour.

Lorsque j’évalue quelque chose qui est en dehors de moi, plus haut que moi, cela s’appelle l’amour pour cet état, pour ce désir, ou pour cette personne, peu importe comment nous l’appelons.

Question : Selon la sagesse de la Kabbale, l’amour est la révélation de l’amour et de la haine en même temps, contrairement à notre monde où il peut y avoir soit de l’amour soit de la haine ?

Réponse : Lorsque les états d’« amour » et de « haine » existent séparément l’un de l’autre, ils sont irréels, arrangés par nous. Ils nous sont donnés uniquement pour que nous puissions les traverser et atteindre l’état réel. C’est comme les lois de la physique : il ne peut y avoir de moins sans plus ou de plus sans moins.

Il n’y a pas d’amour sans haine, et pas de haine sans amour. Ils sont construits au-dessus l’un de l’autre, et nous les utilisons comme des états donnés par le Créateur.

Ce sont des qualités très réalistes que nous devons absorber en nous-mêmes et nous devons exister avec elles toutes les deux ensemble. Dans cet état, je comprends tous les inconvénients et les avantages en moi et chez une autre personne. Je comprends qu’ils ont été établis pour nous et donnés par le Créateur. Nous mettons le Créateur entre nous et seulement alors nous atteignons l’équilibre mutuel dans ce système : moi, l’autre personne, et le Créateur entre nous.

Ensuite, le présent, le passé et le futur se complètent mutuellement, comme dans le système. L’état dans lequel je trouve l’équilibre complet de toutes les propriétés opposées est appelé « l’amour ». C’est un état très spécial de l’équilibre idéal du système.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 06/08/2017

La dispersion des juifs au sein des autres nations

Question : Quelle est la signification spirituelle de la dispersion des Juifs au sein des autres nations à la suite de la destruction du Second Temple par les Romains ?

Réponse : La signification spirituelle de la dispersion des Juifs est pour eux de se dissoudre dans les autres nations, comme cela est écrit dans Le Livre du Zohar. Cela fait référence à la pénétration spirituelle et mentale, plutôt qu’à la pénétration physique : cela fait référence à la culture et à l’approche de toute chose.

Les Juifs ne sont pas une nation, mais des parties de toutes les nations vivant dans l’ancienne Babylone. Ceux qu’Abraham a rassemblé ne comprenaient que 5% des habitants de Babylone. Les 95% restants des habitants de l’ancienne Babylone se sont dispersés à travers le monde entier.

Maintenant, après que les Juifs aient souffert de l’esclavage en Egypte et à Babylone, de la destruction du Premier et du Second Temple, et de 2000 ans d’exil, leur intégration dans les nations du monde est complète. Dans le processus, leurs Reshimot (données d’information spirituelle) se sont complètement dissous dans les autres nations. C’est pourquoi la sagesse de la Kabbale s’est déjà révélée comme la méthode de correction de toute l’humanité.

Elle est ouverte à toute personne qui se pose la question sur le sens de la vie. Et il n’y a pas de différence entre des gens de différentes nationalités.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/07/2017

Où commence l’histoire de la Kabbale ?

Il y a 5778 ans, la première personne à atteindre la nature supérieure est apparue dans le monde ; il s’appelait Adam. A partir de lui nous commençons à compter l’histoire de la Kabbale.

Adam s’est interrogé sur le sens de la vie ; il a commencé à chercher d’où tout provenait, et a découvert qu’il n’y a qu’une seule force dans le monde qui anime l’univers entier.

Cette force positive peut être appelée le Créateur, parce qu’elle crée vraiment. Elle n’a pas de corps, pas de poids, pas de volume, rien de ce que nous pensons avoir. Après tout, ce que nous avons et voyons dans notre monde est une pure illusion qui apparaît dans notre esprit, dans nos sensations.

Ainsi, il y a 5778 ans, un homme est apparu qui a découvert cette qualité du monde. Adam est appelé le « Premier Homme – Adam HaRishon » parce qu’il a été le premier à atteindre l’essence du monde. Il en a parlé dans le livre L’Ange Secret (Raziel HaMalach). Ce petit livre de seulement quelques pages est parvenu jusqu’à notre époque.

Le livre suivant sur la Kabbale a été écrit par Abraham dans l’ancienne Babylone. Mais entre Adam et Abraham, il y a eu 20 générations de kabbalistes qui ont atteint le monde spirituel au moyen de la méthodologie révélée par Adam qu’il a ensuite transmise à ses disciples. Au fil des siècles, cette connaissance a été progressivement complétée. De ce fait, il y avait la méthode pour atteindre le monde supérieur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 23/07/2017

Les mélodies du Baal HaSoulam

Question : Pourquoi le Baal HaSoulam a-t-il commencé à écrire de la musique ?

Réponse : Le groupe du Baal HaSoulam comptait moins de dix personnes, et tous venaient de différents endroits. Chacun avait ses propres mélodies qu’il jouait à l’heure des repas ou pendant les prières, en particulier le Jour du Grand Pardon (Yom Kippour).

Ainsi le Baal HaSoulam a composé ses propres mélodies et a enseigné aux étudiants à ne pas chanter des prières étrangères aux mots du livre de prières. C’est ainsi que sont apparues les mélodies des textes du Ari et de « Bnei Eihal », « Kel Mistater », etc.

Question : Est-ce que ces mélodies et leur texte peuvent tocuher une personne qui les écoute ?

Réponse : Elles possèdent certaines forces spirituelles. Une mélodie a un grand pouvoir, mais il peut être atteint uniquement dans la mesure où une personne y réside à l’intérieur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/10/2016