Category Archives: Ame

Un esclave des désirs

Question : Suis-je esclave des plaisirs ou suis-je un esclave des désirs ?

Réponse : Je suis esclave de mes désirs. Si j’échange un désir contre un autre, alors j’échange toujours un désir plus petit pour un désir plus grand qui me semble meilleur. Je suis toujours et uniquement dans mes désirs.

La question est : comment pouvons-nous nous élever au-dessus d’eux ? Pour les transcender, nous avons besoin d’un groupe et de la Lumière supérieure qui vont accomplir cette action sur nous.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 15/07/2018

Quel algorithme le Créateur utilise-t-il ?

Question : Un ordinateur a un langage, une tâche, un algorithme et un programmeur. Quel est le langage du Créateur, quelle est Sa tâche et par quel algorithme agit-Il en ce qui concerne la réalité ?

Réponse : Le Créateur fonctionne selon un seul algorithme : Il a brisé la création entière (désir) en différentes parties. Il n’y a que cinq niveaux de désir, chacun d’entre eux consistant en cinq autres. Et ils sont tous répartis en niveaux.

De plus, chaque partie est divisée en 620 parties et 600 000 niveaux. Ainsi, les désirs qui sont brisés dans toutes les directions devraient être progressivement combinés dans cette image stéréo afin qu’ils se complètent. Tel est notre travail.

La combinaison se produit selon un programme spécifique. Nous pouvons avancer en étant motivés par lui, comme on dit : « En dessous de lui. » Nous pouvons avancer en même temps que lui. Et nous pouvons aller au-dessus, en avance sur ce programme. En fonction de cela, nous ressentirons le manque et la souffrance, ou relativement le confort, ou le bonheur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 12/08/2018

La transformation sous l’influence de la Lumière

Question : De quel genre d’indépendance pouvons-nous parler si le Créateur crée tous les désirs et tous les états à l’intérieur de moi et qu’Il est la seule source de tous les plaisirs ?

Réponse : Si, avec l’aide du Créateur (la Lumière supérieure), je fais une restriction et crée un écran sur moi-même, alors la Lumière n’entre plus en moi.

Je place une barrière entre moi et la Lumière et je commence à la contrôler. Je veux que la Lumière me transforme, me fasse d’abord ne pas recevoir, puis donner.

Question : De ce fait, dans la Kabbale une personne n’a pas besoin d’actions, mais seulement tente de faire quelque chose ?

Réponse : Une personne n’a rien à faire. Le monde spirituel tout entier est dans nos pensées et nos désirs.

Question : Alors, quelle est la technique ? Comment puis-je passer de l’état égocentrique, où je perçois tout à l’intérieur de moi, pour ressentir quelque chose en dehors de moi ?

Réponse : Cela nécessite la Lumière supérieure. Nous devons l’attirer afin qu’elle agisse sur nous de plus en plus fort. Ceci se réalise par l’étude en groupe. Après tout, nous ne nous engageons pas dans cette science pour devenir plus intelligents.

Après quelques centaines d’actions de ce type, une personne commencera à comprendre de quoi nous parlons, à ressentir ce qui se passe en elle, à l’extérieur d’elle. Progressivement, de nouveaux organes de sensation de la Lumière supérieure vont apparaître en elle.

Question : Cela signifie donc que la méthode consiste pour personne à attirer une sorte d’énergie, de Lumière, de force. Comment comprend-elle que cette énergie agit sur elle?

Réponse : Elle ressent qu’elle change. Le sens de la vie selon elle devient plus prononcé, plus clair et plus personnel. Elle commence à comprendre comment mettre en œuvre cette technique, pour atteindre la sensation du monde supérieur ici et maintenant.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 15/07/2018

Comment pouvons-nous voir les amis comme des égaux ?

Question : Comment pouvons-nous voir les amis du groupe comme étant égaux dans leurs efforts ? Après tout, 50% des efforts que je vois sont les miens. Je ne vois pas les 50% des efforts de l’ami.

Réponse : Nous ne pouvons même pas mesurer nos propres efforts, sans parler des efforts des autres. Nous n’avons pas de telles capacités. Par conséquent, nous devrions simplement travailler sur notre connexion, et tout se mettra en place.

Question : En tant qu’ami qui suit le chemin spirituel, ai-je l’occasion de voir qu’un membre du groupe ne fait pas tout son possible ?

Réponse : Je n’y fais pas attention. Si tout cela est présenté par le Créateur, alors je dois travailler avec ces parties de mon âme et les accepter comme le Créateur les a créées. Je dois aller par la foi au-dessus de la raison.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 09/05/2018

Le but final est la correction universelle

Question : Où le monde se dirige-t-il ?

Réponse : Si vous regardez le but final, alors le monde évolue vers un bon état, la correction universelle. C’est l’objectif que nous devons atteindre.

En principe, cela existe déjà dans le monde spirituel. Tout d’abord, le but est toujours déterminé et, seulement par la suite, les événements se déroulent en fonction de celui-ci, lesquels dépendent de notre comportement. Nous déterminons comment y parvenir.

Le monde spirituel est construit différemment de notre monde. Il se déroule de la fin au commencement. C’est-à-dire que vous déterminez progressivement ce que vous devez accomplir, et ainsi comment y parvenir.

Si par exemple un architecte conçoit un bâtiment, il imagine approximativement son objectif ultime, mais celui-ci n’existe pas. Et ici, le but existe. Tout est déterminé par notre participation.

Nous devons déterminer précisément quel est l’objectif afin qu’il soit toujours devant nous et que nous nous dirigions vers lui à chaque instant.

Dans la Kabbale, lorsque nous allons au-delà de la réception, cela est considéré comme allant avec la foi au-dessus de la raison, en imaginant clairement et de manière absolue les propriétés du monde spirituel et en essayant de les appliquer, comme si nous y existions déjà.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 12/08/2018

Voyez votre âme à travers les amis

Question : Il est écrit (Psaumes 1) : «… ne restez pas assis en compagnie de moqueurs. » Une personne qui sait que les « moqueurs » sont ses états internes voit maintenant et soudainement des « moqueurs » dans la dizaine. Comment devrait-elle travailler avec cela ?

Réponse : Elle devrait changer elle-même à travers le groupe, jusqu’à ce qu’ils paraissent parfaits à ses yeux. C’est son travail. À travers les amis, elle devrait voir son âme, c’est-à-dire toutes les dix Sefirot.

Commentaire : Vous avez dit que dans des états plus avancés, nous devons parfois volontairement réveiller ces « moqueurs » en nous-mêmes.

Mon commentaire : Pas tout de suite. Tout d’abord, nous devons créer le système et la méthodologie appropriés, et ensuite y rechercher des réserves dedans pour un passage rapide. Ensuite, nous aurons aussi besoin de la force négative.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 18/04/2018

Pourquoi devons-nous pénétrer dans le monde supérieur ?

Question : Pourquoi devons-nous pénétrer dans le monde supérieur et ne pouvons-nous pas y entrer calmement et tranquillement ?

Réponse : C’est parce que le monde supérieur fonctionne selon un système de coordonnées différent. Il n’y a pas de temps (passé, présent et futur), d’espace et de mouvement comme dans notre monde. Il n’y a rien dans le monde supérieur que nous puissions saisir et avec lequel travailler.

C’est un système complètement différent de coordonnées sensorielles et autres. Il s’agit d’une percée à l’intérieur d’un autre système, et par conséquent nos lois ne s’y appliquent pas.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 24/06/2018

L’unique peur du kabbaliste

Question : Un kabbaliste a-t-il peur de quelque chose dans la vie ?

Réponse : Il a peur de cesser de lutter pour le Créateur, de cesser de L’apprécier et d’essayer de devenir comme Lui.

Question : N’a-t-il pas peur pour son corps, sa santé, etc. ?

Réponse : Si vous vous soumettez complètement au Créateur, une force supérieure qui vous contrôle sans cesse et complètement et que vous êtes d’accord avec Sa providence, alors vous vous affranchissez simplement de tout le reste. Et dans la mesure où vous n’êtes pas d’accord, vous souffrez. Par conséquent, toutes les maladies sont une mesure de désaccord avec la gouvernance du Créateur.

Question : Dans toutes les situations extrêmes, une personne libère de l’adrénaline : elle craint pour sa vie. Et comment cela se passe pour les kabbalistes ?

Réponse : Cela dépend à quel niveau il se trouve. S’il est déjà à un niveau sérieux d’atteinte du Créateur, alors sa seule peur est un frémissement, afin de tout mettre en corrélation avec le Créateur qui est absolument bon et qui détermine tous les états.

Le tremblement du Créateur est bloqué par la peur animale et nous ne la ressentons plus. Mais cela ne signifie pas que la peur animale soit détruite. Elle ne peut pas être détruite, seulement vaincue.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 01/07/2018

Les Commandements : les lois de la connexion entre nous

Question : Devrait-il y avoir des lois contre le bavardage ou les commérages dans un groupe qui avance vers le but ?

Réponse : Tous les commandements ne parlent que de la connexion interne entre nous. Dans notre monde cependant, ils sont décrits sous la forme d’actions mécaniques : une certaine façon de manger, de se laver les mains et autres actions physiques qu’une personne accomplit avec son corps lorsqu’elle travaille dans les champs ou avec des animaux, etc. En réalité, tous ces désirs facilitent ou entravent notre connexion. Nous devons les comprendre et les réaliser correctement.

Par conséquent, la révélation de nos différentes qualités sur le chemin de notre unité, dont certaines sont pour et d’autres contre la connexion, est nécessaire afin de nous aligner correctement. De cette façon, nous observons tous les commandements positifs et négatifs, en comprenant ce qu’il faut utiliser pour la connexion et ce dont il faut s’abstenir, et nous atteignons le but.

Ceci est respecter les commandements, qui est réalisée avec l’aide de la force supérieure appelée la Lumière, ou la Torah.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 08/04/2018

Le droit de choisir où vivre

Question : Devrions-nous avoir le droit de choisir où nous vivons ?

Réponse : Le but principal dans la vie d’une personne est de se réaliser de manière à faire le maximum pour la société avec le maximum d’efficacité.

Par conséquent, si après s’être étudiée et examinée elle-même, une personne ressent qu’elle peut se réaliser dans un certain endroit pour le bien de l’humanité, alors elle a certainement besoin de la liberté de choix et de la possibilité de quitter son lieu de résidence et de partir là où elle peut apporter le plus grand bénéfice à toute l’humanité.

Cependant, elle ne devrait le faire qu’après avoir réellement constaté et vérifié que l’humanité a besoin d’elle dans cet endroit particulier. Cela ne devrait pas simplement être son désir, ne pas être ce que cela « lui semble ». Non, elle connaît la loi générale et, comme l’écrit le Baal HaSoulam, elle peut ainsi recevoir une autorisation spéciale de la part de personnes qui comprennent où elle est le plus capable de mieux se réaliser. Ensuite bien sûr, elle doit y aller et agir.

De même, si une personne n’a rien à faire et que, sous une forme égoïste simple et matérielle, elle se traîne d’un endroit à l’autre pour un plus grand accomplissement égoïste, dans un autre endroit où elle peut utiliser ce que les autres lui ont préparé, cela ne la rend certainement pas utile à la société. Je ne pense pas que cela soit justifié.

C’est pourquoi l’émigration actuelle, par exemple d’Asie en Europe, ne profite ni à l’Europe ni à l’Asie.

Extrait de La Table Ronde des Opinions Indépendantes, Berlin, le 09/09/2006