Category Archives: Libre choix

Entre ombre et lumière

Dr. Michael LaitmanUne personne a besoin de la force de la Torah, afin de révéler lui-même et la réalité en ce qui concerne le Créateur. La proximité avec le Créateur, c’est être semblable à Lui, à la qualité de don et d’amour. Cette qualité se révèle à une personne par son attitude envers le prochain, c’est à dire à quelqu’un qui est proche de lui en ayant le même objectif dans la vie. Tel est le bon critère à l’auto-analyse et la mesure de votre attitude à l’égard du Créateur.
L’objectif (proximité avec le Créateur, la révélation du Créateur, et l’union avec Lui) est atteint en deux étapes:

  1. Les qualités d’une personne lui sont révélées comme le mal parce qu’ils ne lui permettent pas d’atteindre l’objectif.
  2. La force de la correction, la Lumière, se révèle à l’intérieur de l’unité entre les personnes qui aspirent à l’objectif. Ensuite, le mauvais penchant, la nature de l’homme, l’aide à s’unir avec le Créateur.

Au début, les défauts de l’égoïsme (Klipot) ont des allures de grands obstacles. Toutefois, à mesure qu’on avance on découvre la capacité de les transformer en bonté. Elles deviennent toutes notre point de l’indépendance (Klipat Noga), ce qui nous permet de croître..

 

Sur le côté droit, nous avons le Créateur, et sur le côté gauche Klipa. Nous sommes nous formons des deux d’entre eux, créant notre forme indépendante de similitude avec le Créateur. Lorsque la force de la lumière et la force de l’obscurité se connectent les unes aux autres correctement, elles donnent lieu à la forme d’Adam, un être humain, en nous. L’être humain en nous, c’est le degré de notre ressemblance avec le Créateur.

 

Tout est fait par la Lumière. Il révèle la force de l’inclinaison du mal en nous, ainsi que sa propre force en vue de développer l’égoïsme. En conséquence, nous révélons leur source unique, le Créateur, et la distinction entre le bien et le mal ou de lumière et l’obscurité disparaît. Toutes les forces et les qualités forment l’image de la seule réalité, la Source.

 
Ceci constitue l’ensemble de la science de la Kabbale: la révélation du Créateur à la créature, ou plutôt, à l’intérieur des créatures.

Si tu me quittes pour un jour …

Dr. Michael LaitmanNous sommes complètement sous l’autorité de la nature. Nous sommes contrôlés dans toutes nos actions, celles du corps ainsi que celles de l’âme. Pourtant, les kabbalistes nous disent que nous avons la liberté de choix. Il aurait été inutile de créer toute cette création, si la Force Supérieure n’avait pas à l’avance déterminé sans ambiguïté tout ce qui nous arrive. 

Toutefois, le libre choix existe seulement au-dessus de notre vie actuelle, seulement là, dans une dimension supérieure où l’on veut s’élever au-dessus de notre nature égoïste, dans la qualité du don sans réserve. C’est seulement en nous élevant d’un degré à l’autre que nous sommes en mesure de choisir de monter en recevant des coups de la nature. Si nous n’utilisons pas notre liberté de choix, que nous n’exerçons pas notre propre effort, que nous ne nous efforçons pas de nous développer par nos propres moyens dans la même direction ou de voir en cela un but désiré, la nature va nous pousser. Mais si l’on recherche des forces pour nous aider à exécuter cette ascension, c’est là que nous trouvons notre libre arbitre.

Les Kabbalistes expliquent que la liberté de choix n’existe que dans la construction d’un environnement correct. En outre, il ne me suffit pas de choisir l’environnement, j’avance sous son influence. Je peux choisir mon environnement et ainsi hâter mon avancement, ainsi que changer la nature de cette ascension.
Au lieu de me précipiter çà et là sous les coups du sort comme un animal battu, je peux monter par un chemin merveilleux, selon ma propre volonté, plein de sentiments, de compréhension, et par ma propre force, comme il sied à un être humain. Je peux le faire si j’examine l’objectif, que je souhaite m’en rapprocher, et comprendre que, pour accélérer mon développement j’ai besoin de tirer plus de Lumière que je reçois par la voie naturelle. Ces moyens me sont donnés, C’est la Torah, la Lumière Supérieure ; cela me tire et je retourne à la source.

Il est écrit au sujet de ce travail que si nous le laissons même pour un jour, si nous ne réalisons pas notre liberté de choix, alors nous arrêtons notre développement pendant deux jours, et ne sommes pas autorisés à avancer de façon indépendante. Nous commençons à être influencés par les Forces Supérieures naturelles.

Après tout, il ne suffit pas de seulement de perdre l’ampleur de notre effort en ne l’exerçant pas; nous n’avons pas beaucoup à apprendre de cela. Pour nous apprendre à rester sur le chemin merveilleux, nous recevons une «punition» pour nous être égarés, qui est légèrement supérieure à ce que nous avons fait, de sorte que la prochaine fois un obstacle encore plus grand se dégagera sur le chemin, et nous devrons faire attention de ne pas trébucher sur lui. La loi spirituelle déclare : «Si tu me quittes pour un jour, je vais te quitter pour deux. »

Comment trouver notre point de liberté?

Dr. Michael LaitmanUne question que j’ai reçue: Pourquoi le Créateur a-t-il créé le monde tel qu’il est? Pourquoi se cache-t-Il de notre esprit et de nos sens? Pourquoi nous a-t-il crées pour être opposés à Lui et au but ultime?Ma réponse: Il a fait cela parce qu’Il voulait nous donner la liberté. Il voulait que nous ayons le désir de Le révéler à travers notre propre libre choix. Il voulait que nous voulions devenir des donneurs comme lui. Si nous avions ressenti le Créateur comme Il est, dès le départ, nous ne nous opposerions pas à Lui ni ne voudrions faire quelque chose de différent.

De la même manière, aucun de nous ne veut résister à l’égoïsme qui règne sur nous. Nous effectuons automatiquement notre programme égoïste. De même, si le programme du don sans réserve a été instillé en nous, nous l’aurions automatiquement réalisé ainsi, et nous serions appelés anges, les forces « automatique » de la nature. Cependant, il n’y a pas de liberté dans aucune de ces formes.

La liberté n’est que dans le milieu. Elle est entre l’impureté et la sainteté. Cet état est appelé Klipat Noga. C’est le tiers du milieu de la Sefira Tifferet.

Le Créateur doit nous placer à un point d’instabilité de sorte que nous ne savons pas comment nous équilibrer, de quelle manière nous balancer. Nous ne savons pas ce qui est bon ou ce qui est mal, quoi préférer ou à quoi aspirer ? C’est là où est situé le point de notre libre choix.

Nous formons une ligne avec ces points de libre choix et nous progressons à partir de ce moment jusqu’à la fin de la correction. Notre seule tâche est de comprendre l’ampleur de la dissimulation et de ses formes et de réaliser les raisons et la nécessité pour elle. De cette façon, nous nous construisons en un être indépendant.

Le Créateur n’a pas de but, sauf notre indépendance. Après tout, n’a-t- Il pas besoin d’une créature indépendante pour se réjouir ? Comment peut-il réjouir une machine qu’il a créée et qu’il contrôle entièrement? Toutefois, dans la mesure où une créature devient indépendante, le Créateur reçoit du plaisir en la réjouissant. Maintenant, il y a quelqu’un qu’Il peut réjouir, il y a quelqu’un qui existe réellement.

C’est pourquoi Il ne nous a pas créés pour être bons juste au loin et ne nous a pas donné le monde de l’Infini au début. Il a été forcé de nous créer pour être en face de Lui et nous a placés entre deux mondes. Après tout, précisément ici, au milieu, entre ces deux mondes, où ni le Créateur, ni la règle de la créature n’est à l’œuvre, en ce point neutre qui n’appartient ni au Créateur ni à la créature, c’est seulement là où nous avons la liberté.

Le libre arbitre et la diffusion

Dr. Michael LaitmanQuestion: Vous mettez vous parfois en colère contre quelqu’un et ensuite regardez-vous en arrière et vous regrettez, car vous vous souvenez de Qui c’est venu?

Réponse: Je ne me fâche pas tant que cela ne concerne pas le libre arbitre de quelqu’un. Si cela concerne la capacité de quelqu’un à exercer son libre arbitre, je pourrais devenir vraiment fou. Par «libre arbitre» je veux dire pour ce qui concerne la diffusion de la sagesse de la Kabbale. Dans ce cas, méfiez-vous: Cela n’a rien à voir avec le Créateur. Cela est directement relié au sens des responsabilités de chacun. Ici, je suis impitoyable.

Question: Mais tout vient du Créateur?

Réponse: Non, pas cela. Diffuser la Kabbale de manière efficace, correcte, et bien, se trouve dans le libre arbitre des gens, c’est un devoir et on doit y veiller. Sinon, pourquoi étudier la Kabbale? Pourquoi en avons-nous besoin? Nous restons juste comme des animaux. Nous ne sommes des êtres humains que dans la mesure où nous utilisons la sagesse de la correction qui nous a été accordée. Il est de notre devoir d’attirer la Lumière pour notre correction. Quand une personne ne fait pas sa part ou le fait mal, surtout quand elle en a l’occasion, je ne peux pas supporter ça.

C’est la seule chose qui provoque ma colère et rien d’autre. Dans tous les autres domaines, je n’ai même pas le pouvoir de forcer une personne à faire ou ne pas faire quelque chose. Je me réfère au libre arbitre et le fait qu’il est donné pour être utilisé par une personne.

Question : Le libre arbitre implique-t-il seulement la diffusion, mais aussi l’étude ?

Réponse: Il s’agit d’études, de l’attitude du groupe, des livres, de l’enseignant, et du Créateur: tout ce qui est lié à la promotion individuelle et générale vers le but.

Parfois, une personne a besoin de passer par de mauvais états. Il faut en faire l’expérience. Son libre arbitre se renforce quand elle souffre par eux, par elle-même. Je ne peux pas intervenir. Sinon je serais en train d’agir comme le Créateur, pour ainsi dire, à l’extérieur, d’En Haut, mais ce n’est pas droit et je n’y suis pas autorisé.

Question : Il y a donc deux types de libre arbitre : l’un avec une responsabilité (la diffusion) et l’autre sans (les états douloureux)?

Réponse : Non. Ce sont les mêmes pour ce qu’elles montrent de notre attitude à la croissance spirituelle. Ils sont entièrement connectés.

De l’esclavage à la liberté

Laitman_085Le Zohar, Chapitre « Bahar » (Sur le mont Sinaï)point 63: « Vous pouvez les utiliser comme esclaves à perpétuité. » Il s’agit d’une Mitsva [Commandement] d’asservir un esclave Cananéen. Ils sont du côté de Ham, qui a réalisé l’inceste, comme il est écrit: « Maudit soit Canaan, il sera un serviteur des serviteurs de ses frères … « 
Etre un esclave est également une correction. Un désir qui pourrait être forcé d’obéir à la puissance des désirs corrigés est appelée « un esclave qui est proche de son maître. »L’esclavage est la forme de sa correction, une bonne façon de son existence.

Pour le moment, je suis incapable d’être libre dans un certain désir, je ne peux pas non plus travailler de moi-même avec lui pour le don sans réserve. Je ne peux que l’attribuer à mon autre désir. Un tel désir peut aussi être appelé «un enfant», «une femme», ou «un adolescent» ; ce n’est pas encore un «homme», ni un «héros» qui est capable de« surmonter » (un homme, «Guever» est dérivé de «Itgabrout»- surpasser, surmonter).
Une forme de désir qui n’est en mesure que de travailler sous l’autorité d’un autre désir est appelé «un esclave».

Le choix de l’environnement détermine notre avenir

Laitman_524_03L’environnement et le professeur sont les seuls facteurs qui déterminent l’avenir d’une personne. A chaque instant donné, une personne doit évaluer l’état où elle est, car elle a déjà tout ce dont elle a besoin et sa seule responsabilité est de se connecter avec le bon environnement. Un tel environnement est toujours à proximité et disponibles, notre tâche consiste à faire le bon choix. Il s’agit de la seule liberté de choix que nous possédons. Le reste est la conséquence et le résultat des choix que nous faisons.C’est pourquoi nous devrions nous soucier de rien, sauf d’où nous recevons la « nourriture », à qui nous connecter, et qui nous influence. En d’autres termes, nous devons ne pas penser à nous-mêmes, mais plutôt à quel environnement nous sommes connectés. Si une personne veut contrôler sa croissance, sa vie et son destin, elle doit penser seulement avec qui elle est en contact.

Toutefois, ces pensées ne sont pas naturelles pour nous. Nous sommes constamment à penser à nous-mêmes, « Qui suis-je, pourquoi, et que va-t-il m’arriver? Quelle est la raison pour ma la vie? « Nous nous demandons ces questions à l’intérieur et elles sont toutes correctes. Mais comment sommes-nous censés y répondre? A quoi connectons-nous leur solution?

Les kabbalistes expliquent que la solution ne dépend que de l’environnement. C’est pourquoi nous devons porter notre attention sur des forces extérieures qui nous contrôlent, puisque c’est leur influence qui définit notre avenir.

En fait, elles ne sont pas «externes», mais comprennent plutôt un système unifié d’âmes, une partie intégrante de notre corps spirituel. C’est là qu’a eu lieu la brisure des récipients et là ce qui doit être corrigé. C’est le seul endroit où nous pouvons apporter des changements puisque nous sommes incapables de modifier nos autres désirs. C’est comme de fouiller dans des archives et lire un compte rendu d’événements qui ont déjà été prédéterminés.

Nous ne pouvons influencer notre environnement que d’une certaine façon. C’est dommage de perdre notre attention sur autre chose, sauf sur cela.

Un monde d’égalité des chances

Laitman_077Une question que j’ai reçue: Que doit faire une personne, si elle estime que l’environnement qu’elle a choisi pour son développement spirituel ne favorise pas sa croissance? 

Ma réponse: Aujourd’hui, deux conditions rendent sans importance notre association physique avec un groupe particulier. La première condition c’est que, à notre époque, tout le monde doit atteindre la correction. A cause de cela, la deuxième condition est qu’une connexion virtuelle entre nous donne à tous la possibilité de nous contacter par Internet, par les livres et la télévision. Ceci vient en plus de la possibilité de se connecter ou de se joindre physiquement pour la formation, de venir à une convention en vue de participer à diverses activités ensemble ou de se former dans l’un de nos campus.

Ce n’est pas comme dans les temps précédents lorsqu’une personne était limitée en vivant dans un endroit et ne pouvait seulement se lier qu’avec son environnement immédiat. Aujourd’hui, vous pouvez rester connecté avec le monde entier. Vous pouvez nous voir et nous entendre, ou venir nous rendre visite, le reste dépend de vous.

Aujourd’hui, c’est le moment où tout le monde dans le monde doit atteindre la correction. Les lieux et les distances ne nous limitent pas du tout. Nous voulons clarifier qui nous sommes et à quoi nous appartenons, sous l’influence de qui nous vivons.

 

La liberté de la volonté est garantie à tout le monde et, par conséquent, tout dépend de l’individu. En ce moment, nous sommes en train de construire un système virtuel sur Internet pour les étudiants de la Kabbale qui permettra à chacun de rester vraiment proche.

« Six mille âmes » est la mesure requise pour la révélation spirituelle

measurePersonne ne sait combien beaucoup plus de travail nous aurons à faire afin de voir de façon réaliste le monde nouveau, corrigé. Mais les résultats de notre travail peuvent déjà être vus par l’éveil de la nation d’Israël. À la suite de cette prise de conscience, il y aura des grands changements qualitatifs et les gens commenceront à ressentir la réalité spirituelle. Mais pour y parvenir, nous devrons atteindre une puissance commune appelée « six mille âmes ». 

Nous devons atteindre cette puissance en quantité et en force, ce qui signifie selon le nombre de personnes aspirant à l’objectif spirituel, ainsi que selon la puissance de leur compréhension, la connexion entre elles, et l’importance qu’elles accordent à cette question. Dès que nous atteindrons cette puissance de « six mille âmes », le monde spirituel nous sera révélé. Ceci constitue l’objectif de diffusion de la Kabbale: avoir autant de personnes participant à ce mouvement que nécessaire pour parvenir à « la première étape » dans le monde spirituel, qui est la révélation spirituelle.

Lorsque nous nous unissons avec cette force et cette quantité, là où la quantité multipliée par la qualité nous donnera la puissance nécessaire (P = UxI – la puissance est égale à la tension multipliée par l’intensité de l’électricité), alors un récipient spirituel émerge, dans lequel le Créateur devient révélé. Puis, tous les gens qui participent à ce récipient commun sentiront la révélation de la spiritualité. C’est ce qu’on appelle la révélation du Créateur à la créature.

 

Cela ne dépend que de l’importance que nous attribuons à la spiritualité par rapport à la corporalité. Nous construisons déjà ce récipient commun pour révéler le Créateur, mais tant que nous ne le remplissons pas, nous ne serons pas en mesure de le découvrir. Il s’exprimera dans nos sensations, avec le Créateur à l’intérieur.

La Kabbale n’est pas faite de promesses vides

Laitman_046_01La sagesse de la Kabbale rejette le concept de la mort, montrant ainsi la seule action que nous sommes en mesure d’accomplir. Dans toute autre chose nous sommes totalement dépendants de la nature et agissons sans le vouloir. Nous passons toute notre vie en essayant d’ignorer la mort, comme si nous nous médicalisions pour éviter la vérité. C’est un jeu que nous jouons, à la poursuite de l’argent, de l’honneur et du pouvoir au sein d’une réalité imaginaire.Que faisons-nous avec l’aide de la Kabbale? La Kabbale apporte une solution à ce dilemme fondamental de l’homme en expliquant comment atteindre la vie éternelle, ici et maintenant. On nous montre comment peu à peu transiter vers une dimension supplémentaire sans avoir à quitter cette vie; en fait, nous devenons complétement intégré avec cela.

Tel est le sens de « se libérer de l’ange de la mort», décrit dans la Torah comme le contrat gravé sur des tablettes de pierre sculptée. La Torah offre: «J’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis donc la vie … » (Deutéronome 30:19). »

Toutefois, cette possibilité a été dissimulée, et les gens ont appris à se laisser distraire. Par conséquent, la diffusion de la Kabbale doit inclure l’explication de ce choix. En d’autres termes, la Kabbale ne conduit pas seulement à une bonne vie sur cette terre, mais contribue également à atteindre l’existence éternelle. Lorsque les masses s’en rendront compte elles ne se cacheront plus de l’idée de la mort.

La pratique de l’avancement spirituel prouve qu’une personne commence à acquérir cette réalisation (pressentiment) seulement après les premières études, qui apportent l’influence de la Lumière supérieure. Alors on est assuré d’avoir une chance pour ressentir l’éternité dans la mesure où on se rapproche de la propriété du Créateur (Don sans réserve, Hafetz Hessed). En agissant ainsi, une personne entre dans l’éternité et est déjà présente dans le flux infini de la vie. Cette opportunité est accessible à tous.

Sentir le souffle de l’éternité

Une question que j’ai reçue: Vous dites que la Kabbale permet à une personne d’atteindre la vie éternelle, mais les kabbalistes meurent. Alors, comment est-ce possible?

Ma réponse: un kabbaliste meurt à vos yeux, puisque vous ne voyez pas sa vie de la même façon qu’un kabbaliste la voit. Vous ne voyez qu’une partie de lui – son corps, qui meurt sans doute, comme tout autre animal. Toutefois, sa piété, sa partie spirituelle, qu’il a développée à l’intérieur de lui-même, continue à vivre éternellement. Au moment où l’on acquiert cette partie, on prend possession d’elle et elle nous donne une sensation d’existence éternelle, la qualité du don sans réserve que l’on a acquis est éternelle.
Nous commençons à comprendre cela seulement à l’approche de la Makhsom, lorsque le pressentiment du don sans réserve émerge en nous. La Lumière qui commence à atteindre une personne, lui donne une sensation de ce que signifie aller au-delà la matière et de penser un peu différemment, de se relier aux autres du point de vue du don sans réserve. Une personne n’existe pas encore dans le don sans réserve, mais elle peut déjà y toucher en quelque sorte. Puis elle obtient un pressentiment qu’il est possible de s’adapter à cette qualité, une sensation qui appartient à l’éternité.
Avant que cela se produise, une personne n’a pas la capacité de comprendre, tant que la Lumière n’est pas encore assez près de lui, et les mots n’ont pas de sens. Une personne veut manger et se reposer, mais l’éternité semble trop loin et elle ne la ressent pas. Ce n’est que lorsque l’on commence à sentir le souffle de la Lumière, de loin, comme une brise, qu’on commencer à comprendre que la Kabbale contient la libération de l’ange de la mort. Lorsque la Lumière se rapproche d’une personne, elle lui apporte la sensation que l’éternité existe.
C’est la condition initiale pour la seule action libre que nous pouvons accomplir. Sinon, pourquoi avez-vous besoin de liberté ? Qu’y a-t-il d’autre à faire dans votre vie, dans votre corps animal? Tout le reste est fait pour vous d’En Haut, vous ne le faites pas vous-même. La seule chose que vous pouvez faire par vous-même c’est d’atteindre l’éternité. Le don sans réserve est éternel, tandis que la réception est temporaire. La Lumière de Hokhma ne vient pas de nous pour toujours, mais seulement si elle est perçue au sein de la Lumière de Hassadim. Par conséquent, afin d’acquérir l’éternité, nous devons d’abord acquérir le désir de donner, puis au sein de ce désir, nous serons en mesure de ressentir notre vie comme éternelle.

Page 31 des 32« Première2829303132