Category Archives: Libre choix

Le libre choix est au-dessus du désir

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pourquoi nous a -t- on donné l’illusion de la liberté dans ce monde?Réponse: Nous nous considérons comme libre aussi longtemps que nous n’y réfléchissons pas beaucoup et que nous nous identifions à notre corps animé. Mais si nous nous élevions un peu au dessus de notre corps, nous verrions qu’il obéit strictement aux lois et processus auxquels il est soumis.

Je pense que c’est à moi de décider d’aller dormir et quand aller au travail. Mais qui est vraiment en mesure de la faire? Je suis placé dans certaines conditions et j’ai certaines qualités internes. Pendant ce temps, notre volonté de recevoir du plaisir (le désir) agit comme un moteur qui fonctionne selon un principe simple: un plaisir maximal pur un minimum d’effort, c’est-à dire un gain maximal pour un investissement minimal.

C’est le calcul que nous effectuons à chaque instant de notre vie, dans tous les aspects, toutes les directions, en tout lieu, et par rapport à tout ce qu’il y a. C’est le fonctionnement de notre nature, tenant compte de conditions différentes: de mon degré de fatigue et de bonne santé, selon l’ampleur du danger et du plaisir possible, et ainsi de suite. Naturellement, tant que nous demeurons à l’intérieur de notre ego, il n’y a pas de libre arbitre.

Nous devons prendre conscience que le libre arbitre n’est possible que si je contrôle mon désir et que je suis au-dessus de lui. Tant que je reste dans ma nature égoïste, je serai toujours une marionnette obéissante, entièrement contrôlée par mon égoïsme.

Si, toutefois, je tiens à prendre le contrôle de mes propres mains, je dois gérer mon désir, en m’étant élevé au-dessus de lui. En d’autres termes, le libre arbitre est possible, mais seulement au-dessus du désir. Et la seule question est: comment puis-je dépasser ma nature, par quels moyens?

La vraie et la fausse liberté

Dr. Michael LaitmanNous n’avons qu’une seule action libre dans ce monde pendant notre vie, et tout autre chose se déroule absolument et inévitablement sur les ordres d’En Haut. Mais ce n’est pas facile de trouver cette liberté qui nous avait été laissée car nous sommes strictement régis d’ En-Haut par la douleur et par le plaisir, étant liés par un millier de chaînes qui contrôlent notre volonté, notre pensée, corps, mots et actes.Nous sommes les marionnettes dociles tirées par ces ficelles venant du ciel. Nous sommes complètement des esclaves de notre nature, à partir du moment où nous sommes une cellule embryonnaire qui se développe dans l’utérus de la mère et jusqu’à l’âge où nous pensons que nous sommes enfin en mesure d’agir et de vivre de façon autonome.

L’homme est gouverné par les forces de la Nature, donc si tout est de la Nature, comment quelque chose de nouveau peut-elle émerger en lui? Par conséquent, il n’existe aucun libre choix dans ce monde. Une personne choisit toujours ce qui lui plaît le plus, et fuit la souffrance comme toutes les créatures, qu’elles soient végétales ou animées.

Malgré cette liberté illusoire qui avait été accordée initialement à l’homme (car nous pensons que nous pouvons faire ce que nous voulons!), c’est encore une illusion. La vraie liberté réside en sortant et nous élevant au-dessus de notre nature, ce qui signifie sortir et s’élever au-dessus de l’égoïsme.

Il est écrit dans la Torah que c’est la «liberté de l’ange de la mort. » Aucun homme ne peut pas ne pas tenir compte de telles paroles! La liberté venant de la mort ne signifie pas que notre corps animé vivra éternellement en languissant à l’infini dans cette vie remplie de douleur corporelle et de très peu de plaisir à savourer.

La liberté de l’ange de la mort remplace cette vie par l’atteinte d’un niveau d’existence parfait et le plus confortable possible, existence qui est en même temps éternelle et complète! Et cela peut être réalisé par ce que nous appelons «la liberté de la volonté ».

Une telle liberté devient vraiment alléchante et souhaitable, car dans la vie ordinaire, nous n’avons généralement pas besoin de la liberté, et nous sommes le plus satisfaits lorsque la vie est stable comme une horloge bien réglée: maison, famille et travail. Moins il y a de liberté, moins il y a de maux de tête. Mais si nous pouvons atteindre la vie éternelle et la perfection, en nous étant libérés de l’ange de la mort, qu’y a-t-il de mieux?

En outre, il est nécessaire de comprendre que l’ange de la mort est notre propre ego qui creuse notre tombe. Il nous donne un sentiment horrible qu’il est impossible de devenir satisfait et que la vie est limitée et transitoire.

Se libérer de l’ange de la mort signifie la réalisation du don inconditionnel, son accomplissement infini et l’engagement dans le flux éternel de la vie. Sachant cela, nous allons essayer de clarifier les écrits des kabbalistes: comment peut-on atteindre une telle liberté?

Le monde spirituel est joie et liberté

Dr. Michael LaitmanUne question qui arrive de partout dans le monde aujourd’hui: Comment peut-on atteindre la connexion correcte au prochaine congrès et recevoir une bonne influence de l’environnement?Réponse: Chaque personne vient là sans aucune obligation. Il n’y a pas de pression. La chose la plus importante est de se sentir aussi libre que possible. Je viens au congrès en ayant laissé tous mes soucis. Quand je suis là, c’est comme si je n’avais pas de problèmes. Vous devriez vous préparer comme si vous alliez à un pique-nique ou en vacances, sans souci en tête.

Bien sûr, il est bon d’apprendre les chansons et de vous familiariser avec le site de préparation du congrès. Mais la chose la plus important est d’y venir en se sentant complètement libre. Vous devriez arriver à un endroit qui ne vous met aucune pression et ne vous promet que le plaisir et la liberté. Et en fait, c’est exactement l’état qui signifie être proche de la Lumière Supérieure.

Dans le monde spirituel il n’y a pas de pression, de problèmes ou de responsabilités difficiles. Il n’y a rien ! Par conséquent, une personne doit venir au congrès, ouverte au bonheur !

En ce moment je reçois de nombreuses questions et des lettres de gens qui éprouvent des états difficiles et qui se sentent stressés. Ils ne savent pas s’ils doivent assisterau congrès ou non et si c’est une bonne chose pour eux. Certaines personnes prennent peur en entendant parler de la garantie mutuelle, pensant qu’elles n’en sont pas capables. Certaines personnes ont entendu dire que c’est un endroit pour recevoir la «Lumière » et elles ne savent pas ce que c’est.

Les gens ne comprennent pas qu’on ne parle que de l’unité, celle que le monde entier doit maintenant atteindre ! Nous souhaitons accélérer ce processus avant que les coups de la nature ne descendent sur nous. L’unité entre nous à laquelle nous essayons de parvenir nous permettra d’atteindre la sensation de la Lumière Supérieure, la Vie Supérieure. Cette unité va nous guérir de tous les maux et de tous les problèmes.

Le Baal HaSoulam écrit à la fin de la « Préface du Livre du Zohar » que notre séparation les uns des autres est la source de tout mal, souffrance, maladies, et malheurs. Et vice versa, lorsque nous commençons à nous rapprocher les uns aux autres, nous nous purifions de tous les problèmes à tous les niveaux, matériel et spirituel.

Par conséquent, venez au congrès librement et avec joie, personne ne vous oblige à faire quelque chose! Vous n’avez même pas besoin d’apporter un sourire, nous allons organiser cela pour vous là-bas. Vous n’avez qu’à attendre et voir.

Participation gratuite et obligatoire

Dr. Michael LaitmanQuestion: La loi du système est la réciprocité totale. Quelles instructions pratiques cette loi donne-t-elle à chaque personne?Réponse: Comme il s’agit d’un système unifié, intégré et global, chaque partie de celui-ci doit tenir compte de cette loi et s’y conformer dans ses actions. Chaque individu doit comprendre et assimiler ce système, le sentiment qu’il est responsable de l’établir dans la mesure où il le libre arbitre lui a été donné.
La liberté de choix est la partie que je dois établir de façon indépendante dans le système et j’avance de cette manière jusqu’à ce que tout le monde, sur leurs 125 degrés, découvre de plus en plus leur propre volonté qui est la mesure de leur participation gratuite et obligatoire dans le système qui l’on établit de son côté.

Je suis le premier et Je suis le dernier

Dr. Michael LaitmanNous devrions toujours faire un examen réaliste, pragmatique, sans illusions, afin de voir ce qui nourrit nos désirs et quels moyens nous avons à notre disposition, tout en étant conscient de leur nature imparfaite et leur capacité à être corrigé. Lorsque nous avons cette attitude face à la réalité, nous découvrons que nous sommes entre deux données: «Je suis le premier et je suis le dernier, » et au milieu nous avons la possibilité d’avoir un libre choix – pour attirer la force de la correction.Nous l’attirons selon le principe «nous ferons et nous entendrons», ou en d’autres termes, nous nous unissons dans le groupe et au cours de l’étude afin d’évoquer la lumière qui Réforme. Ainsi nous découvrons que tous nos états sont programmés d’en-haut depuis le début, suivant le plan de la création, de l’adhésion qui est prévue pour l’avenir. La Lumière cause ces états afin d’atteindre notre désir de plaisir et d’agir à l’intérieur de lui dans un ordre précis, des états les plus faciles aux plus difficiles. Toutefois, nous avons toujours la possibilité de choisir.

Parfois, il nous est caché qu’il n’y a rien hormis Lui. Parfois, nous sommes encore dans la dissimulation totale, tandis qu’à d’autres moments, nous avons choisi cette dissimulation pour nous-mêmes. C’est ainsi que nous avançons: de Celui qui est le premier, par nous-mêmes, et vers Lui qui est le dernier.

En même temps, nous devons comprendre que tout se déroule uniquement à l’intérieur de la connexion ou l’union des âmes. C’est là que la rupture s’est produite, et c’est aussi là où le Créateur réveille les Reshimot appropriés. Nous avons pour objectif notre seule correction à cet endroit de déconnexion afin de révéler l’unité précisément là.

Ainsi, je suis toujours à effectuer des travaux pratiques, en essayant de m’unir avec les amis et évoquer l’unité générale. Je me ramène donc moi-même et le monde entier vers le bien. Le premier mouvement vers ceci m’a été donné par le Créateur, mais par la suite, vint la Lumière et elle exécute l’action dans la mesure où je fais des efforts, révélant le premier et le dernier dans le même point de l’unité que nous atteignons.

Il s’avère que l’objectif de nos efforts est d’aimer notre prochain comme nous-mêmes, et la dernière étape sur ce chemin nous élève au degré d’amour pour le Créateur. L’amour pour les autres est la préparation du Kli, alors que l’amour pour le Créateur veut dire qu’Il est le dernier et Il complète l’action.

Triompher de l’ange de la mort

Dr. Michael LaitmanTout le monde sait que la vie corporelle se termine par la mort. Peut-on vraiment devenir immortel? Evidemment non, chaque corps biologique mourra comme dicté par les lois de la nature.Cependant, il y a « la liberté de l’ange de la mort», où la mort est la dictature de notre égoïsme qui nous détruit et nous enferme dans la capsule étroite et étanche de ce monde pour un court instant. C’est ce qu’on appelle la mort, et nous ne pouvons pas nous élever au-dessus.

En d’autres termes, nous ne pouvons pas rendre notre corps biologique éternel, mais, durant cette vie, nous pouvons acquérir une vie supplémentaire, qui s’élève au-dessus de cette réalité, c’est la vie spirituelle. Et puis, dans cette vie spirituelle, nous serons en mesure d’exister comme nous le faisons maintenant, mais dans une dimension supplémentaire. Et quand le corps physique expirera, nous continuerons à vivre dans la même sensation de vie spirituelle éternelle. C’est ce que nous pouvons seulement atteindre en vivant dans le don sans réserve: pour vaincre l’ange de la mort.

Ne manquez pas votre chance!

Dr. Michael LaitmanQuestion: Si je vais à la pharmacie et que je vois une file de 70 personnes, je vais prendre quelques autres articles et reviendrai dans une heure, quand mon tour viendra. Pourquoi ai-je besoin de m’engager dans le travail spirituel maintenant, si je ne sais pas quand je vais être corrigé? Dans quel but en ai-je besoin ? Je peux retourner à mes affaires dans ce monde pour le moment.

Réponse: Il n’y a pas de contrainte sur le chemin spirituel! Si vous n’avez pas envie de rester, alors partez ! Vous ne devriez pas rester et gêner les autres. Si vous décidez que vous êtes certain de ne pas souhaiter passer par ce chemin, dites-le à vos amis, et ils vont comprendre et vous souhaiter bonne chance.

Si vous pensez que vous allez passer cinq années en améliorant votre vie dans ce monde, et puis que vous reviendrez à un groupe plus fort et continuerez le chemin avec eux, ce sont de faux espoirs. En cinq ans, vous devrez effectuer un travail beaucoup plus grand: vous devrez compenser votre engagement de cinq ans dans l’égoïsme et rattraper le groupe dans tout ce qu’il a traversé au cours de ces cinq années.

Par conséquent, vous n’avez pas raccourci le chemin, mais au contraire, il devient plus long. Pensez-vous que vous arriverez dans un groupe qui est déjà dans la spiritualité, et que ce sera plus facile pour vous? Cependant, aurez-vous une plus grande équivalence de qualités avec les amis? Non, vous ferez apparaître des différences de qualités encore plus grandes ! Après tout, ils auront des milliers de kilomètres d’avance, et vous serez à dix kilomètres en retard. La distance va augmenter! Le résultat c’est que vous devrez attendre dans une file encore plus longue.

Un choix sans « astuce »

Dr. Michael LaitmanNous ne pouvons pas imaginer ce qu’est le libre choix. Dans une certaine mesure, nous nous sentons libres, mais, en fait, nous sommes complètement gouvernés, y compris dans nos pensées sur la liberté. Par conséquent, nous ne comprenons pas ce qu’est le monde spirituel. 

Lorsque nous faisons face du Créateur, nous Le percevons comme une Force indispensable, de définition et de mise en œuvre. Dans le même temps, nous avons un certain « point de préparation » dans lequel nous sommes en mesure de nous détacher de Lui. C’est alors que notre liberté de choix se révèle d’elle-même ; après ce point, nous répétons la restriction et nous commençons à façonner notre liberté.

Jusqu’à présent, nous sommes semblables à un fœtus dans le ventre de la mère. Sommes-nous indépendants de quelque façon ? Non, c’est l’individu qui est en cours d’élaboration. Sa réalité est un rappel de l’avenir; sa liberté est encore devant lui.

Dans notre monde une personne représente un ensemble de qualités préétablies. Il n’y a pas de conditions pour la liberté de choix, mais seulement son illusion en matière protéique. La condition initiale pour la liberté est de devenir semblable au Créateur, sans « astuces », à partir de zéro. Si quelque chose vous réveille à l’avance, ce n’est pas la liberté.

C’est pourquoi un point spécial du Créateur se réveille en nous. Nous le développons dans l’opposition de notre nature égoïste. « Un point de désir » contre « un point de Lumière, » ils sont tous deux apparus à la suite de la brisure. En corrigeant une connexion entre eux, nous atteignons indépendamment la similitude avec le Créateur. Sans cet « outil », nous ne serions pas nés et devenus l’égal de son Créateur.

GE (Galgalta ve Eynaim), la sainteté, est au-dessus, AHP (Auzen, Hotem, Peh), la méchanceté, est en-dessous, et Tiferet, le tiers médian, est au milieu. C’est un état spécial qui est appelé « Klipat Noga.  » Au-dessus c’est la propriété du Créateur, au-dessous c’est la propriété de l’être créé, et au milieu c’est mon » territoire neutre.  »

C’est là que se déroule une lutte égale entre la sainteté et la méchanceté. Je suis celui qui définit les résultats de leur lutte. C’est l’endroit où je peux contrôler correctement ces deux forces que le Créateur a fait exprès pour que je puisse construire ma liberté et mon indépendance.

 

A Choice Without Hints

Entre ombre et lumière

Dr. Michael LaitmanUne personne a besoin de la force de la Torah, afin de révéler lui-même et la réalité en ce qui concerne le Créateur. La proximité avec le Créateur, c’est être semblable à Lui, à la qualité de don et d’amour. Cette qualité se révèle à une personne par son attitude envers le prochain, c’est à dire à quelqu’un qui est proche de lui en ayant le même objectif dans la vie. Tel est le bon critère à l’auto-analyse et la mesure de votre attitude à l’égard du Créateur.
L’objectif (proximité avec le Créateur, la révélation du Créateur, et l’union avec Lui) est atteint en deux étapes:

  1. Les qualités d’une personne lui sont révélées comme le mal parce qu’ils ne lui permettent pas d’atteindre l’objectif.
  2. La force de la correction, la Lumière, se révèle à l’intérieur de l’unité entre les personnes qui aspirent à l’objectif. Ensuite, le mauvais penchant, la nature de l’homme, l’aide à s’unir avec le Créateur.

Au début, les défauts de l’égoïsme (Klipot) ont des allures de grands obstacles. Toutefois, à mesure qu’on avance on découvre la capacité de les transformer en bonté. Elles deviennent toutes notre point de l’indépendance (Klipat Noga), ce qui nous permet de croître..

 

Sur le côté droit, nous avons le Créateur, et sur le côté gauche Klipa. Nous sommes nous formons des deux d’entre eux, créant notre forme indépendante de similitude avec le Créateur. Lorsque la force de la lumière et la force de l’obscurité se connectent les unes aux autres correctement, elles donnent lieu à la forme d’Adam, un être humain, en nous. L’être humain en nous, c’est le degré de notre ressemblance avec le Créateur.

 

Tout est fait par la Lumière. Il révèle la force de l’inclinaison du mal en nous, ainsi que sa propre force en vue de développer l’égoïsme. En conséquence, nous révélons leur source unique, le Créateur, et la distinction entre le bien et le mal ou de lumière et l’obscurité disparaît. Toutes les forces et les qualités forment l’image de la seule réalité, la Source.

 
Ceci constitue l’ensemble de la science de la Kabbale: la révélation du Créateur à la créature, ou plutôt, à l’intérieur des créatures.

Si tu me quittes pour un jour …

Dr. Michael LaitmanNous sommes complètement sous l’autorité de la nature. Nous sommes contrôlés dans toutes nos actions, celles du corps ainsi que celles de l’âme. Pourtant, les kabbalistes nous disent que nous avons la liberté de choix. Il aurait été inutile de créer toute cette création, si la Force Supérieure n’avait pas à l’avance déterminé sans ambiguïté tout ce qui nous arrive. 

Toutefois, le libre choix existe seulement au-dessus de notre vie actuelle, seulement là, dans une dimension supérieure où l’on veut s’élever au-dessus de notre nature égoïste, dans la qualité du don sans réserve. C’est seulement en nous élevant d’un degré à l’autre que nous sommes en mesure de choisir de monter en recevant des coups de la nature. Si nous n’utilisons pas notre liberté de choix, que nous n’exerçons pas notre propre effort, que nous ne nous efforçons pas de nous développer par nos propres moyens dans la même direction ou de voir en cela un but désiré, la nature va nous pousser. Mais si l’on recherche des forces pour nous aider à exécuter cette ascension, c’est là que nous trouvons notre libre arbitre.

Les Kabbalistes expliquent que la liberté de choix n’existe que dans la construction d’un environnement correct. En outre, il ne me suffit pas de choisir l’environnement, j’avance sous son influence. Je peux choisir mon environnement et ainsi hâter mon avancement, ainsi que changer la nature de cette ascension.
Au lieu de me précipiter çà et là sous les coups du sort comme un animal battu, je peux monter par un chemin merveilleux, selon ma propre volonté, plein de sentiments, de compréhension, et par ma propre force, comme il sied à un être humain. Je peux le faire si j’examine l’objectif, que je souhaite m’en rapprocher, et comprendre que, pour accélérer mon développement j’ai besoin de tirer plus de Lumière que je reçois par la voie naturelle. Ces moyens me sont donnés, C’est la Torah, la Lumière Supérieure ; cela me tire et je retourne à la source.

Il est écrit au sujet de ce travail que si nous le laissons même pour un jour, si nous ne réalisons pas notre liberté de choix, alors nous arrêtons notre développement pendant deux jours, et ne sommes pas autorisés à avancer de façon indépendante. Nous commençons à être influencés par les Forces Supérieures naturelles.

Après tout, il ne suffit pas de seulement de perdre l’ampleur de notre effort en ne l’exerçant pas; nous n’avons pas beaucoup à apprendre de cela. Pour nous apprendre à rester sur le chemin merveilleux, nous recevons une «punition» pour nous être égarés, qui est légèrement supérieure à ce que nous avons fait, de sorte que la prochaine fois un obstacle encore plus grand se dégagera sur le chemin, et nous devrons faire attention de ne pas trébucher sur lui. La loi spirituelle déclare : «Si tu me quittes pour un jour, je vais te quitter pour deux. »