Category Archives: Libre choix

Sentir le souffle de l’éternité

Une question que j’ai reçue: Vous dites que la Kabbale permet à une personne d’atteindre la vie éternelle, mais les kabbalistes meurent. Alors, comment est-ce possible?

Ma réponse: un kabbaliste meurt à vos yeux, puisque vous ne voyez pas sa vie de la même façon qu’un kabbaliste la voit. Vous ne voyez qu’une partie de lui – son corps, qui meurt sans doute, comme tout autre animal. Toutefois, sa piété, sa partie spirituelle, qu’il a développée à l’intérieur de lui-même, continue à vivre éternellement. Au moment où l’on acquiert cette partie, on prend possession d’elle et elle nous donne une sensation d’existence éternelle, la qualité du don sans réserve que l’on a acquis est éternelle.
Nous commençons à comprendre cela seulement à l’approche de la Makhsom, lorsque le pressentiment du don sans réserve émerge en nous. La Lumière qui commence à atteindre une personne, lui donne une sensation de ce que signifie aller au-delà la matière et de penser un peu différemment, de se relier aux autres du point de vue du don sans réserve. Une personne n’existe pas encore dans le don sans réserve, mais elle peut déjà y toucher en quelque sorte. Puis elle obtient un pressentiment qu’il est possible de s’adapter à cette qualité, une sensation qui appartient à l’éternité.
Avant que cela se produise, une personne n’a pas la capacité de comprendre, tant que la Lumière n’est pas encore assez près de lui, et les mots n’ont pas de sens. Une personne veut manger et se reposer, mais l’éternité semble trop loin et elle ne la ressent pas. Ce n’est que lorsque l’on commence à sentir le souffle de la Lumière, de loin, comme une brise, qu’on commencer à comprendre que la Kabbale contient la libération de l’ange de la mort. Lorsque la Lumière se rapproche d’une personne, elle lui apporte la sensation que l’éternité existe.
C’est la condition initiale pour la seule action libre que nous pouvons accomplir. Sinon, pourquoi avez-vous besoin de liberté ? Qu’y a-t-il d’autre à faire dans votre vie, dans votre corps animal? Tout le reste est fait pour vous d’En Haut, vous ne le faites pas vous-même. La seule chose que vous pouvez faire par vous-même c’est d’atteindre l’éternité. Le don sans réserve est éternel, tandis que la réception est temporaire. La Lumière de Hokhma ne vient pas de nous pour toujours, mais seulement si elle est perçue au sein de la Lumière de Hassadim. Par conséquent, afin d’acquérir l’éternité, nous devons d’abord acquérir le désir de donner, puis au sein de ce désir, nous serons en mesure de ressentir notre vie comme éternelle.

La liberté : atteindre l’éternité

Laitman_058L’article du Baal HaSoulam  » La Liberté « commence par les mots «Harout (sculpté) sur les tables, ne prononcez pas Harout (sculpté), mais Hérout (liberté), pour montrer qu’ils sont libérés de l’ange de la mort. »


De quoi a besoin une personne dans ce monde alors qu’elle est encore incapable de ressentir les mondes spirituels Supérieurs et s’inquiète simplement au sujet de sa vie comme tout autre animal?

A ce moment là, la préoccupation première de la personne est la question de la vie et de la mort. Il y a une raison pour laquelle il est écrit que la liberté signifie la libération de l’ange de la mort. La science de la Kabbale est la méthode de réalisation de l’éternité, et c’est fondamentalement important pour tout le monde.
L’humanité d’elle-même cache inconsciemment la question de la mort; cette question n’a pas de solution, mais elle réduit chacun de nous au niveau d’êtres sans valeur. Tout que nous faisons dans ce monde (culture, éducation, travail) se fait dans le but de dissimuler la certitude de la mort. Nous essayons de pousser plus loin et de ne pas y penser, comme si elle n’existait pas. Toutefois, si cette question se pose à quelqu’un, on se sent complètement impuissant puisque rien ne peut être fait pour empêcher une personne de mourir. Nous ne pouvons nous occuper de rien n’y arriver à quelque chose sauf pour une chose – la vie éternelle.

L’inéluctabilité de la mort annule l’être humain en moi. Par conséquent, partout où l’humanité s’engage vient inconsciemment cette pensée. Nous ne comprenons pas à quel point nous verrions la vie différemment si nous étions immortels. Notre attitude envers notre existence, la réalité, d’autres personnes, et vis-à-vis de nous serait totalement différente.

ADAM : nous partageons une âme commune

soulA l’origine, une âme d’Adam a été créée, qui s’est divisée en 600 000 âmes, chacune d’entre elle se divisant en un grand nombre d’étincelles.

Pourtant, le spirituel ne s’est pas divisé. C’est pourquoi, en réalité il n’existe qu’une seule âme d’Adam et elle est contenue dans son entier en chaque individu. L’âme est divisée en 600 000 parties à cause de l’égoïsme de l’homme.

Au début, l’égoïsme expulse et éloigne la Lumière de l’âme. Mais si l’ego entreprend une correction à travers l’étude de la Kabbale, alors l’âme commune brille à l’intérieur.

Autrement dit, il y a des circonstances variées selon la personne:
1.Elle ressent son âme individuelle et ne comprend pas qu’il s’agit de l’âme commune,
2. Correspondant au niveau d’unité avec les âmes, la Lumière de l’âme commune brille en elle,

 3. Lorsque l’égoïsme est complètement corrigé, il ressent que son âme existe en chaque individu et l’âme commune brille pour lui au degré le plus complet, comme c’est le cas dans Adam.

A partir d’ici les trois périodes de la croissance spirituelle de l’homme sont créées :
Une étincelle de l’âme
L’âme individuelle se perçoit comme une partie de l’âme commune, ce qui crée un sentiment de maladie d’amour,
Elle approche la perfection en s’accordant au Créateur et se connecte à l’âme commune.

C’est pourquoi, s’il reste même juste une âme qui n’est pas corrigée, il reste alors un manque de Lumière dans toutes les âmes. Donc, en se corrigeant, chaque âme évoque la Lumière de l’âme commune, ceci évoquant la correction de la génération toute entière. Voilà comment les âmes dépendent les unes des autres.

Après sa correction, chaque âme met tous ses efforts à élever sa génération entière au degré spirituel qu’elle a atteint. Parce que le particulier et le général sont égaux, tout ce que les âmes ont traversé dans toutes les générations, chaque âme individuelle le traverse aussi quand elle se connecte avec elles, tous les défauts de toutes les générations, et toutes leurs corrections.

C’est pourquoi celui qui possède même la plus petite âme, en aspirant à atteindre le don et l’amour, acquière l’âme commune.

Même si une seule personne de la génération a atteint l’âme commune, elle a la possibilité d’amener sa génération entière à cet état. (De l’article  » 600 000 âmes » du Baal HaSoulam)