Category Archives: Libre choix

Mouvement latéral

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment pouvons-nous déterminer que nous pouvons passer au prochain niveau spirituel?

Réponse: Lorsque vous sentez que vous n’avez plus de pouvoirs pour avancer et vous les avez tous épuisé au niveau actuel, mais n’avez pas encore atteint l’objectif, ceci est un signe que vous manquez le niveau suivant.

En d’autres termes, nous atteignons un certain état dans notre développement spirituel dans lequel nous manquons de compétences pour atteindre un niveau intérieur ou restons simplement au même niveau d’aujourd’hui où nous étions hier et demain nous resterons au niveau où nous sommes aujourd’hui. Nous manquons de carburant! Ainsi nous commençons à avancer latéralement. Cela s’appelle l’auto-mouvement, en utilisant notre libre arbitre.

Le but de mouvement latéral est de connecter tous les gens dans le monde en un tout, une volonté et une réseau qui seront basés entièrement sur la bonne union mutuelle entre les peuples. Puis le Créateur, l’attribut de l’amour et du don, se dévoilera dans ce réseau.

Par ce réseau, nous allons transcender à un nouveau niveau d’existence et changerons notre sentiment du monde et notre perspective.
[147897]
De KabTV de « Secrets du livre éternel » 26/03/14

Les labyrinthes de la compréhension

Dr Michaël LaitmanQuestion : En me rapprochant des autres, je demande au Créateur de m’aider à penser à eux. Il m’aide, et nous sommes ici dans un seul mouvement, un triangle fermé. Sous quelle forme dois-je demander au Créateur de penser aux autres ? Comment puis-je former cette requête ?

Réponse : Votre souci pour les autres devrait vous montrer comment façonner cette approche. Comment pouvez-vous aider les autres ? Avec quelles bonnes qualités ?

Nous nous étreignons et nous soutenons les uns les autres, mais intérieurement nous pensons que nous n’avons rien à nous donner. Nous voyons que les mots d’encouragement que nous nous disons n’aident pas non plus. Les repas de fête et toutes sortes d’événements aussi ne donnent rien. Pour être honnête, tout est inutile.

Cela nous donne seulement la possibilité de renoncer à notre propre force afin que nous ressentions le besoin pour le Créateur, et lorsque je ressens Son besoin précisément à cause de ma propre faiblesse, confusion, stupeur, alors je commence enfin à réaliser que je suis un être créé, et qu’Il est le Créateur.

C’est seulement alors qu’une requête urgente, une demande vers Lui s’élève en moi comme chez un petit enfant qui exige quelque chose de ses parents. Cette condition s’appelle « Mes fils M’ont vaincu », parce que la pri7re correcte, la bonne demande, plaît au Créateur, Lui donne du plaisir.

Ainsi, Il se manifeste en nous. Par conséquent, la bonne interaction entre nous devrait nous conduire à la nécessité de travailler avec le plus haut pouvoir de la nature.

Du congrès de Saint-Pétersbourg, « Premier Jour », Atelier n°1 du 19/09/14

Se régler pour une nouvelle portion de lumière

congrès, groupeQuestion: Comment pouvons-nous utiliser le rassemblement d’amis (Yeshivat Haverim) pour s’unir au congrès?

Réponse: Le rassemblement d’amis est une partie de la journée quand nous sommes réglés pour recevoir une nouvelle portion de la lumière supérieure parce que ces réunions précèdent les leçons et des ateliers, à savoir, nos actions spirituelles à venir.

Pour ce faire, nous devons nous préparer, nous unir, et nous rappeler notre objectif qui est atteint dans l’unité, que c’est le soutien mutuel qui est notre libre arbitre, et c’est notre seule action libre; tout le reste ne dépend pas de nous. Le rassemblement d’amis devrait nous le rappeler.

De la leçon sur le sujet: Préparation au congrès, 09/09/14

Le congrès de St Pétersbourg: Faire une alliance

congrès, groupeNous faisons une alliance au congrès parce que sans alliance, nous ne pouvons pas atteindre la volonté commune où nous révélons le Créateur. Ce n’est pas un caprice, mais une condition essentielle nécessaire pour le travail spirituel.

Conformément à la loi de l’équivalence de forme, un récipient (Kli) qui découvre un certain attribut doit ressembler à cet attribut dans notre monde aussi. Prenez la physique, la chimie, la physiologie, ou ce que vous voulez, par exemple, c’est la même chose à tous les niveaux.

Ainsi, nous devrions atteindre l’attribut pour ressembler et devenir égal au Créateur, et il est atteint dans l’union entre nous quand nous nous élevons au-dessus de l’ego. C’est ce à quoi nous devrions aspirer. Cette acceptation du chemin, l’intention, et la réalisation de cet état ​​est appelé une alliance. Bien que nous ne l’ayons pas encore atteint, nous nous y engageons.

Nous pouvons en parler aux gens à l’avance. Nous ne cachons rien, et c’est la raison pour laquelle nous tenons le congrès qui doit tous nous amener à l’union maximale et à l’unité et même, espérons-le, au premier niveau de ressembleance et être égal au Créateur, qui signifie sa révélation .

Du congrès de Sotchi 25/08/14, Leçon 4

Un schéma très simple

Dr. Michael LaitmanQuestion : Si seule une personne qui a le point dans le cœur possède le libre choix, que signifie qu’il ne faut pas demander aux autres de changer ? Cela veut dire que tout dépend de nous ?

Réponse : Nous ne demandons rien ! Je répète toujours que la Kabbale doit être diffusée de manière très discrète. C’est seulement pour ceux qui la souhaitent.

Nous ne devrions pas solliciter ceux qui ne sont pas intéressés : « Il n’y a pas de contrainte dans la  spiritualité ! » Nous devons seulement montrer à ces gens qui ont déjà acquis le désir pour la spiritualité, « le point dans le cœur », qu’ils ont un endroit où aller avec ce désir et le développer.

Après tout, cette personne se sent mal. Elle ne comprend pas pourquoi elle ne sait pas où réaliser un désir qu’elle ressent. Alors, laissez-la découvrir où elle peut le réaliser, et nous n’abordons pas le reste. Qu’ils restent comme ils étaient.

Cependant, dans notre monde, il y a une nation appelée Israël. Ce sont des âmes qui étaient autrefois au niveau spirituel, mais elles sont tombées de là à l’intérieur du désir corporel.

Ils doivent tous étudier la Kabbale et se corriger. C’est ainsi parce qu’ils ont vécu la rupture ; à un moment donné, ils avaient déjà atteint le spirituel et ils sont tombés.

Même si le point dans le cœur n’est pas éveillé en eux en ce moment, ils l’ont toujours et nous devons leur amener cette connaissance, et en particulier à ceux qui étudient la « Torah externe » au lieu de la « Torah intérieure ». Ils doivent absolument étudier la Kabbale, et c’est la seule façon dont le monde peut être corrigé.

Il n’y a pas d’autre possibilité de l’améliorer et de le libérer de tous les malheurs. Tous les problèmes dans le monde se produisent en raison du manque de Lumière !

La seule façon d’attirer la Lumière sur le monde est d’étudier la Kabbale, qui attire la Lumière Environnante. Il n’y a pas d’autres façons de le faire.

La Kabbale est le moyen de connexion avec la Lumière Supérieure, la révélation du Créateur aux créatures, la révélation de la Lumière au désir de recevoir. Elle nous connecte à la Lumière. Elle vous apprend à construire un écran anti-égoïste.

Ce sont les trois seules composantes : le désir, la Lumière et l’écran au milieu. Toute l’Humanité se trouve au fond, le Créateur est au sommet, et la Kabbale est entre eux comme le moyen d’atteindre l’écran.

C’est pourquoi quiconque souhaite se débarrasser de tous les malheurs doit essayer de s’y rapprocher le plus possible, car il attire la Lumière en faisant cela. Et la façon dont nous ressentirons dans nos désirs ne dépend que de la Lumière.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 05/12/10, « Introduction au Livre du Zohar« 

La source de la force

Dr. Michael LaitmanQuestion : Supposons que je comprenne que, pour ajouter le sentiment de l’importance de l’unité dans un groupe, il soit nécessaire de faire des efforts supplémentaires, mais que je n’ai pas la force pour cela. Où puis-je la trouver ?

Réponse : C’est seulement avec les amis ! Il est possible de recevoir la force uniquement si vous inclinez votre tête devant vos amis, si vous les voyez comme plus importants, plus forts et ayant plus de compréhension, comme reliés plus fortement les uns avec les autres que vous l’êtes avec eux. Alors, vous pouvez recevoir quelque chose d’eux.

Le groupe doit aider une personne pour qu’elle ressente son attitude sympathique et bonne envers elle, l’amour.

Il semble pour nous qu’il est impossible d’obtenir de la force du groupe. Alors de leur côté, il doit y avoir un travail méthodique dirigé vers cela, seulement ça ne doit pas devenir une routine car la routine mange toutes les émotions. Dans le monde spirituel, il n’y a pas d’habitudes. Cela disparaît parce que là, seuls les changements sont pris en compte, uniquement les conséquences et pas la vitesse. Par conséquent, il faut être en mouvement permanent.

Question : Mais une personne peut-elle faire le premier pas ? Elle comprend que maintenant le groupe est dans un tel état qu’elle peut faire des efforts. Cependant, elle n’a pas la force de faire quelque chose pour élever le groupe, pour s’y intégrer et s’élever. La compréhension est là, mais pas la force.

Réponse : Il n’y a pas d’énergie. Cela signifie qu’il n’y a pas de véritable besoin. Une sorte de détachement, d’apathie, nous retient : je pourrais aider, mais je ne pense pas que ce soit nécessaire.

Comment doit-on agir dans un cas comme celui-ci ? J’organiserais un atelier, ferais s’asseoir chacun dans un cercle, donnerais un sujet, et essayerais d’introduire progressivement des questions spéciales qui ramènent un peu les gens à la raison, je les éveillerais.

Du congrès de Sotchi, « Deuxième Jour », Leçon n°4 du 14/07/14

Ce que l’esprit ne fait pas, le temps le fera

Dr. Michael LaitmanQuestion : Lorsque nous travaillons avec l’ego, nous le décevons en permanence. Est-ce réellement ce que dit la Torah ?

Réponse : Je ne dirais pas que le travail avec l’ego est la déception, mais c’est effectivement la bonne façon de l’utiliser. En soi, il est impuissant, comme un enfant qui se met en colère mais qui ne peut rien y faire. C’est pourquoi on nous a donné la Torah afin que nous puissions changer cela. C’est l’idée générale.

La chose principale est de s’accrocher à cela. Il faut des années et parfois des décennies. Certains de mes étudiants qui ont étudié pendant 15 ans commencent à peine à le saisir.

Mon professeur, le Rabash, m’a raconté comment son père le Baal HaSoulam, qui était déchiré par des questions intérieures, a pris une fois au hasard un livre de la bibliothèque de son professeur et l’ouvrit. Mais nous savons que rien n’arrive par hasard, et c’était le livre Etz Ha-Haïm (L’Arbre de Vie) écrit par le ARI. Bien que son maître le Rabbin de Porsov lui avait interdit d’y toucher, il comprit que c’était exactement ce qu’il lui fallait. Il avait trouvé son livre, mais ne savait pas qu’il lui faudrait 20 ans avant même de commencer à comprendre ce dont il parlait.

Cette histoire m’a laissé une très forte impression, ce qui était presque déprimant : « Si j’ai 30 ans maintenant, cela signifie que je vais comprendre les choses seulement quand j’aurai 50 ans ! »

Mais d’un autre côté, il est impossible d’arrêter notre évolution et elle continue et peut même être accélérée, mais en dépit de notre volonté, il faut du temps car notre évolution a lieu dans ce monde, dans la chair, les os et les nerfs. L’inertie de la matière corporelle nous tire en arrière et ne nous permet pas de faire le saut spirituel.

Tous les kabbalistes, peu importe qui ils étaient, ont traversé ces états. Ainsi vous devez planter les graines spirituelles à l’intérieur de vous.

Si le mal se révèle quelque part, c’est seulement afin que vous puissiez vous purifier et changer pour que vous soyez en mesure d’être « planté dans le sol et de grandir ». En même temps vous ne devriez pas vous identifier avec les attributs négatifs. Vous devez les quitter et les suivre de l’extérieur. Alors, vous serez capable de vous placer sous la douche et d’être nettoyé, de recevoir de l’aide pour être planté dans le sol, et de demander plus.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du 18/02/14

Une toile d’araignée de désirs piégés

Dr. Michael LaitmanSi une personne est fatiguée et se désintéresse de son travail, si elle se sent impuissante et pense que cette voie n’est pas pour elle, cela signifie qu’elle n’a pas appris à ramener ses parties séparées, actuellement dispersées dans le monde, près d’elle. Elle ne sait pas comment appréhender les récipients vides dans lesquels elle peut recevoir un remplissage.

Après tout, elle est comme une araignée au centre de sa toile qui attire les désirs qui deviennent une partie de son âme, des autres dans ce réseau ..

Il est très important de comprendre que, puisque nous devrions constamment sentir et aspirer à être intégré avec les amis et absorber tous leurs désirs, je suis comme un égoïste qui regarde constamment autour avec de grands yeux avides ce que je peux recevoir des amis, ce qui est une prise de conscience, l’importance de l’objectif, et la connexion!

Je les envie constamment. Je ne leur manque de respect pas, mais en fait pense qu’ils me cachent quelque chose. Je suis sûr que chacun d’eux a quelque chose de précieux pour moi, et que sinon ils n’auraient pas le droit d’exister et je ne voudrais pas même les voir. Si j’identifie quelqu’un existe, cela signifie qu’il y a un manque dont j’ai besoin pour compléter mon âme.

C’est ainsi que tout le monde devrait considérer son ami. Par conséquent, il dit que tout le monde est censé me servir, et par qui je sers mon Créateur.

De la préparation du cours quotidien de Kabbale 22/6 /14

Les fragments du récipient brisé

Dr. Michael LaitmanChacun de nous est une particule, un fragment du récipient brisé. Si nous pouvions nous connecter, nous deviendrions Malkhout du monde de l’Infini et nous nous sentirions comme une seule âme remplie de la lumière infinie.

Mais il y avait un éclatement lorsque la lumière du Ein Sof est entré dans le désir qu’elle avait créé et l’a fait exploser de l’intérieur en le remplissant avec l’intensité du Créateur, de l’Emanateur. Ainsi le Créateur insère Son désir de faire le bien dans les êtres créés.

Il s’avère que notre petit désir s’est élargi en une fois de 620 fois plus que ce qu’il était avant, et avec toute cette intensité, le désir a attiré la lumière en lui afin de recevoir, mais il n’était pas protégé par les conditions de la première restriction ou par un (écran) Massakh.

En conséquence, il ya eu une explosion et le désir a été brisé en plusieurs fragments. Même avant cela, il était fait de nombreuses pièces: cinq types de désir, ce qui signifie les niveaux de la phase de racine, de la phase un, deux, trois et quatre, qui sont différentes en quantité et en qualité, même si elle n’avait jamais ressenti auparavant qu’il était divisé.

Chaque niveau est divisé en cinq autres parties et puis dans cinq autres parties, etc, et le résultat est un grand nombre de particules. Dans chaque particule il existe un désir qui est différent des autres, tant en qualité et en quantité. La distance entre les désirs est la différence entre les parties, et c’est la raison pour laquelle personne ne comprend l’autre.

Parce que chacun est séparé des autres, personne ne peut sentir sa propre réalité puisque la réalité se fait sentir dans l’ensemble du récipient, ou au moins dans la connexion entre deux, où chacun sent sa réalité de l’autre. Plus les autres parties se connectent à elles-mêmes, plus fort elles peuvent sentir la réalité. Afin d’atteindre cette correction, nous sommes dans un état appelé ce monde, et par des actions de connexion, nous attirons la grande Lumière qui nous a quitté, de sorte qu’elle nous influence et corrige.

De la préparation pour le cours quotidien de Kabbale 22/06/14

La lumière illuminera la prochaine étape

Dr. Michael LaitmanQuestion: Que devons-nous faire afin de ne pas manquer une occasion d’agir de manière indépendante?

Réponse: Vous ne pouvez identifier ces opportunités que dans l’environnement. Je cherche constamment comment améliorer et être utile à l’environnement, au monde. Si j’aspire à cela, je reçois les possibilités.

Si une personne est passive et pense qu’il n’y a rien qu’elle puisse faire, elle n’identifiera pas les opportunités qui lui sont données. Mais si elle fait pression sur elle et cherche comment faire le bien et être utile, elle trouve les possibilités. C’est comme quand nous diffusons aujourd’hui dans de nombreux pays, participons à des salons du livre, et organisons des ateliers dans les lieux de travail et chez les gens à leur domicile.

Nous sommes en constante recherche et nous ne savons pas ce que sera demain. J’insiste sur le but, afin que vous appreniez à sentir de cette façon. C’est la Lumière Supérieure qui doit éclairer tout et nous montrer le droit chemin pour aujourd’hui et pour demain.

Je ne sais pas ce qui se passera dans l’avenir et je ne veux pas le savoir. Un tel désir est déjà un signe de l’ego. Si vous voulez donner, vous devriez le faire dès maintenant et ici. Faites tout votre possible partout où vous pouvez. C’est ce qu’on appelle le don. Si vous calculez les choses et pensez peut-être pas maintenant, peut-être plus tard, ce n’est plus le don.

Faites tout aujourd’hui et puis la lumière supérieure arrivera en fonction de votre état ​​et vous donnera l’esprit et le cœur de comprendre ce que votre prochaine étape devrait être. C’est comme ça.

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale 17/06/14, Écrits du Baal HaSoulam