Category Archives: Livres

En lisant le livre du Zohar, nous changeons le destin

Question : Pouvons-nous changer notre destin en lisant Le Livre du Zohar ?

Réponse : Le Livre du Zohar est porteur d’une puissante Lumière à condition qu’une personne sache comment étudier Le Livre correctement, comment éveiller la Lumière et l’attirer pour qu’elle l’influence.

L’étude doit se faire dans un groupe afin que l’on se dirige d’une manière particulière vers l’illumination qui est cachée dans Le Livre du Zohar. Il n’est pas possible de l’éveiller et de l’attirer d’une autre manière. Cette Lumière nous influence, nous élève et change notre destin.

Extrait de KabTV, « L’Actualité avec Michael Laitman » le 23/01/2016

Écouter ou lire ?

Question : Ressentiez-vous que vous étiez au-dessus de votre professeur ? Votre professeur était-il toujours heureux avec vous ?

Réponse : Je n’ai jamais eu une telle sensation, mais il y avait des moments où je n’étais pas heureux avec lui. Il fut un temps où il  m’a fait part de son mécontentement, et j’ai ressenti cela comme un coup ce jour même.

Question : Continuez-vous à écouter les enregistrements des leçons du Rabash ?

Réponse : Non, je lis méthodiquement ses articles.

Question : Recommanderiez-vous à vos élèves d’écouter les enregistrements des leçons du Rabash ?

Réponse : Vous n’obtiendrez rien en écoutant les enregistrements. Si une personne est attirée par cela et que cela suscite des sensations spéciales en elle, alors par tous les moyens elle devrait le faire.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/08/2016

Deux niveaux de la Torah

Question : Si Moïse a écrit la Torah, pourquoi est-il dit que le Créateur a regardé dans la Torah au moment où Il a créé les mondes ?

Réponse : En fait, la Torah est le mouvement du désir qui a été créé à l’opposé du Créateur vers une ressemblance complète avec Lui.

Ainsi, lorsque le Créateur « décida » de créer la créature, comme nous disons dans le langage corporel, Il devait d’abord la créer comme Son contraire ainsi que créer un mécanisme complet par lequel la créature se rapprocherait pour ressembler au Créateur.

Avec cette intention, Il a écrit la Torah, un système de commandes et d’instructions qui doivent être réalisées par le désir qu’Il a créé. C’est ainsi qu’Il amène le désir qu’Il a créé pour qu’il Lui ressemble. Moïse a écrit la Torah lui-même, mais pas du point de vue de la gouvernance par le Créateur parce que la Torah reste dans la tête du monde de Ein Sof (Infini).

Pour Moïse, elle a été enregistrée dans la tête du monde de Atsilout comme une activité. Il s’agit donc de la même chose, mais à différents niveaux.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/09/2016

Les lettres peuvent-elles programmer notre destin ?

Question : Les lettres ou les combinaisons de lettres peuvent-elles programmer notre destin et notre vie, et apporter de la force ?

Réponse : Les lettres elles-mêmes ne peuvent rien faire. Écrire des lettres sur du papier n’a aucun effet sur quoi que ce soit. Toutes les soi-disant « lettres sacrées » que les gens embrassent, placent sous leur oreiller ou sur leur front, ou avec lesquelles ils méditent ont seulement un effet psychologique sur une personne se soutenant elle-même avec sa propre intention.

Ceci l’aide dans une certaine mesure, mais n’a pas d’autre signification que cela.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 24/07/2016

Entrer dans les sentiments d’un kabbaliste

laitman_959Question : Il y a des gens qui lisent un texte en déplaçant leurs yeux sur la page et en allant à la page suivante. Ils ne saisissent pas les détails du texte, mais peuvent parler précisément de l’essence et de l’idée principale du texte. Est-ce qu’une telle lecture ressemble à la méthode de pénétration de l’essence des sources kabbalistiques ?

Réponse :
 Non, dans la sagesse de la Kabbale, nous n’utilisons pas cela. Vous parlez d’une méthode particulière qui peut être trouvée sur Internet où l’on peut apprendre comment lire en diagonale sur la page. Mais dans la sagesse de la Kabbale, l’idée n’est pas de savoir comment parler du texte. Au contraire, on doit le lire lentement, y revenir encore et encore au début et au milieu de la phrase, un « va-et-vient » en essayant de se connecter à la personne qui a écrit le texte, ressentir ce qu’elle a écrit, entrer dans ses sentiments, et naviguer à travers le texte avec elle. La vitesse ​​ne sert à rien ici. De ce fait, si je ne relis pas chaque phrase, au moins deux fois, et ne reviens pas ensuite au début de la section, je ne la ressens pas.

Question :
 Vous avez déjà lu ces textes au moins 150-200 fois, si ce n’est plus. Est-ce qu’un renouvellement constant se produit en vous par cela ? Ressentez-vous que vous  changez à chaque fois ?

Réponse :
 Certainement ! Avant la leçon, je lis un texte. Après la leçon, je devrais le relire pour avancer, et je le verrai même d’une manière complètement différente.

Question :
 Aimez-vous travailler avec les textes ?

Réponse :
 Il n’y a rien de plus agréable dans la vie que la sensation qui vous pénètre ; la logique qui est absorbée par le sens intérieur de chaque phrase révèle une sensation de proximité avec le Créateur, une image du monde et de sa structure !

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/02/16

Lire un texte kabbalistique

laitman_528_01Question : Est-ce qu’un même texte ou un même livre peut être compris différemment lorsqu’on le relit ? Si oui, quelle en est la raison ?

Réponse : Cela ne dépend que de la personne parce que deux personnes qui lisent le même livre sont dans des états totalement différents.

Le livre a été écrit par un kabbaliste qui ressentait le monde spirituel et qui a exprimé ses impressions de son haut niveau par des mots, des phrases et des caractères. Par conséquent, tout en lisant le texte kabbalistique, nous devons ressembler à ce kabbaliste autant que possible afin de ressentir, au moins dans une certaine mesure, l’état où il se trouvait.

En même temps, nous faisons tout ce que nous pouvons pour accomplir ce qui est dit dans les écrits avec l’aide de notre professeur, selon les conseils donnés aux étudiants de Kabbale pour se réunir, lire les sources de la Kabbale, et ensuite discuter de ces sujets.

Nous devons nous concentrer sur les sources kabbalistiques et aspirer à ressembler aux récipients spirituels autant que possible dans nos relations dans la connexion complète entre nous quand nous nous réunissons, dix personnes étudiant à partir d’une source. Nous devrions essayer d’atteindre la racine spirituelle, ce qui signifie la hauteur de la personne qui l’a écrite.

Nous devons nous connecter et ressembler à l’état spirituel, en attendant que la même Lumière nous affecte, que le kabbaliste a découvert et décrit dans ses écrits.

De la leçon de Kabbale en russe, le 07/02/16

Dans quelle langue devrait-on étudier la sagesse de la Kabbale ?

Laitman_107Question : Faut-il diffuser avec des définitions provenant de sources spirituelles dans la langue russe, en plus de l’hébreu, pensant qu’avec une opération spécifique cela pourrait réunir un plus grand cercle de personnes autour de la sagesse de la Kabbale ?

Réponse : La sagesse de la Kabbale peut être étudiée dans toutes les langues, même si ses concepts, comme dans chaque science, sont conservés dans la langue originale dans laquelle ils ont été découverts, ce qui veut dire, en hébreu. Mais à part cela, il est possible d’étudier sans aucune limite de langue.

De quoi parlent les livres de Kabbale ?

laitman_527_04Question : Les livres de Kabbale sont-ils écrits selon la tradition juive ?

Réponse : Les livres de Kabbale n’ont rien à voir avec une quelconque tradition. Ils expliquent comment traiter les autres et comment construire une relation entre ce monde et le plus haut monde, pour découvrir les parties secrètes de l’univers, tous les autres mondes qui sont autour de nous et qui nous gouvernent.

Ensuite, nous serons en mesure de gérer nos vies dans l’ordre inverse. En même temps, nous irons au-delà des limites physiques de nos courtes vies, de nos petites forces, et nous pourrons voir à travers le temps.

Il n’y a pas besoin de lier la sagesse de la Kabbale à aucune tradition ; un kabbaliste peut être Indien, Arabe, Norvégien ou d’Amérique du Sud, peu importe qui. La Kabbale ne dit rien sur les règles terrestres sauf une : rassembler les gens dans un unique tout intégré, tout comme la nature tout entière.

De l’Exposé au Centre Culturel Juif de Moscou, le 24/11/15

Apprendre des sages

Laitman_137Question : Pourquoi n’êtes-vous pas satisfait en atteignant le sens révélé de la Torah ? Pourquoi devrions-nous pénétrer ses couches intérieures cachées ?

Réponse : Selon le Baal HaSoulam dans l’Introduction à l’Étude des Dix Sefirot et le Gaon de Vilna dans le Sidur du HAGRA, il est impossible d’atteindre la Torah sans comprendre ses quatre couches.

Les sages qui ont écrit la Torah et tous les livres saints les ont écrit à partir du niveau sur lequel ils ont atteint chaque partie de la réalité et de la réalité corporelle, qui se révèle à nous. C’est la raison pour laquelle je veux apprendre de ce qu’ils ont révélé dans la Torah et ne pas me contenter d’actions mécaniques.

Je ne peux pas comprendre ce que dit la Torah et ce que les sages voulaient transmettre si je ne comprends pas le sens interne de la Torah. Je suis comme un enfant qui ne sait pas lire, mais qui feuillette seulement un livre en regardant les images.

Comment lit-on les textes kabbalistiques ?

laitman_216_01Question : Comment des textes comme Le Livre du Zohar et Shamati travaillent et m’influencent lorsque je les lis avec les autres, et comment m’influencent-ils si je les lis seul ? Et qu’est-ce qui est préférable ?

Réponse : Dans les deux cas, l’Ohr Makif (Lumière Environnante) est éveillée ; nous devons les lire à la fois seuls et ensemble, mais c’est plus efficace de les lire ensemble.

Question : Quelles prières particulières valent la peine que je les lise avant d’aller dormir afin que le sommeil m’ouvre spirituellement ?

Réponse : N’importe quelle partie d’un article du Baal HaSoulam ou du Rabash qui semble appropriée pour vous.
Page 1 des 1012345Dernière »