Category Archives: Livres

Où commence l’histoire de la Kabbale ?

Il y a 5778 ans, la première personne à atteindre la nature supérieure est apparue dans le monde ; il s’appelait Adam. A partir de lui nous commençons à compter l’histoire de la Kabbale.

Adam s’est interrogé sur le sens de la vie ; il a commencé à chercher d’où tout provenait, et a découvert qu’il n’y a qu’une seule force dans le monde qui anime l’univers entier.

Cette force positive peut être appelée le Créateur, parce qu’elle crée vraiment. Elle n’a pas de corps, pas de poids, pas de volume, rien de ce que nous pensons avoir. Après tout, ce que nous avons et voyons dans notre monde est une pure illusion qui apparaît dans notre esprit, dans nos sensations.

Ainsi, il y a 5778 ans, un homme est apparu qui a découvert cette qualité du monde. Adam est appelé le « Premier Homme – Adam HaRishon » parce qu’il a été le premier à atteindre l’essence du monde. Il en a parlé dans le livre L’Ange Secret (Raziel HaMalach). Ce petit livre de seulement quelques pages est parvenu jusqu’à notre époque.

Le livre suivant sur la Kabbale a été écrit par Abraham dans l’ancienne Babylone. Mais entre Adam et Abraham, il y a eu 20 générations de kabbalistes qui ont atteint le monde spirituel au moyen de la méthodologie révélée par Adam qu’il a ensuite transmise à ses disciples. Au fil des siècles, cette connaissance a été progressivement complétée. De ce fait, il y avait la méthode pour atteindre le monde supérieur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 23/07/2017

Comment lire les livres de Kabbale ?

Question : Que signifie lire un livre de Kabbale ?

Réponse : Lire un livre de Kabbale signifie le lire en pensant qu’il aura un impact sur nous.

Un livre de Kabbale est comme un médicament qui peut nous corriger, nous changer et nous amener à l’état où nous commencerons à ressentir ce que nous lisons. Ne pas comprendre mais ressentir !

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 05/02/2017

Les livres d’un kabbaliste

Question : Le développement d’un kabbaliste comprend trois phases : la connaissance, la compréhension et l’atteinte. Vous avez trouvé votre professeur en 1979 et deux ans plus tard, vous avez commencé à écrire des livres. A quelle étape de développement étiez-vous à ce moment-là ?

Réponse : À la phase initiale de l’évolution, au stade de la connaissance.

Question : Cela signifie-t-il qu’il est possible d’écrire des livres aussi merveilleux que le Système de la Création avant même d’atteindre le niveau de l’atteinte ?

Réponse : Je n’étais pas encore parvenu à l’atteinte intérieure dans laquelle vous découvrez le système et le ressentez intérieurement. J’avais une certaine révélation mais pas l’atteinte. D’ailleurs, j’ai écrit ce que j’ai ressenti, ce que j’ai découvert dans les livres du Baal HaSoulam. J’ai simplement écrit mon impression intérieure de ses écrits. Mais le quatrième livre, Connaissances des mondes spirituels , qui est basé sur Shamati, m’avait déjà traversé.

Commentaire : Le Baal HaSoulam a écrit durant 30 à 40 ans de sa vie. Son atteinte a certainement changé constamment ?

Réponse : Il est difficile de parler de gens qui, même dans leurs premières atteintes, étaient beaucoup plus élevés que nous.

Question : Cela signifie-t-il que des étincelles spéciales passent à une personne dans le monde, même si elle n’est pas dans l’atteinte ?

Réponse : Oui, cela dépend de la personne. Je n’écrirai pas de tels livres aujourd’hui parce qu’ils contiennent trop d’informations, trop d’impressions, de sensations et d’atteintes. Je ne pourrai pas tout décrire si naïvement aujourd’hui.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 29/01/2017

Étudier les écrits du Rabash

Question : Quelles sont les étapes les plus importantes pour construire un sens perceptif du ressenti du monde supérieur ?

Réponse : Les étapes les plus importantes dans la construction de l’âme sont écrites et décrites en détail par mon professeur le Rabash dans ses vingt premiers articles. Par conséquent, je vous conseille vivement de les étudier.

En fait, toutes les conditions requises pour créer un sens perceptif du ressenti du monde supérieur, du Créateur et de Son état éternel et parfait sont indiquées dans ces articles.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 27/11/2016

Lire un livre de Kabbale

Question : Comment le pouvoir dans un livre de Kabbale forme-t-il de nouveaux capteurs en moi et ouvre-t-il le rideau vers le monde spirituel qui m’est caché ?

Réponse : Le livre ne fait rien ; tout livre, peu importe qui l’a écrit, n’est que du papier.

Ce qui nous fait accomplir l’ensemble du travail, c’est notre désir. Nous invoquons et suscitons l’impact de la Lumière Environnante (Ohr Makif) qui nous entoure dans la mesure où nous aspirons à être connecté l’un à l’autre.

En lisant le livre, nous établissons une connexion avec la source kabbalistique supérieure, et cela nous touche et nous change. Ce n’est pas le livre lui-même, mais ce que nous voulons comprendre en lui, ce à quoi nous voulons ressembler. Par conséquent, en étudiant la sagesse de la Kabbale, nous invoquons sur nous le champ de force qui nous entoure, et c’est ce qui nous change.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 27/11/2016

En lisant le livre du Zohar, nous changeons le destin

Question : Pouvons-nous changer notre destin en lisant Le Livre du Zohar ?

Réponse : Le Livre du Zohar est porteur d’une puissante Lumière à condition qu’une personne sache comment étudier Le Livre correctement, comment éveiller la Lumière et l’attirer pour qu’elle l’influence.

L’étude doit se faire dans un groupe afin que l’on se dirige d’une manière particulière vers l’illumination qui est cachée dans Le Livre du Zohar. Il n’est pas possible de l’éveiller et de l’attirer d’une autre manière. Cette Lumière nous influence, nous élève et change notre destin.

Extrait de KabTV, « L’Actualité avec Michael Laitman » le 23/01/2016

Écouter ou lire ?

Question : Ressentiez-vous que vous étiez au-dessus de votre professeur ? Votre professeur était-il toujours heureux avec vous ?

Réponse : Je n’ai jamais eu une telle sensation, mais il y avait des moments où je n’étais pas heureux avec lui. Il fut un temps où il  m’a fait part de son mécontentement, et j’ai ressenti cela comme un coup ce jour même.

Question : Continuez-vous à écouter les enregistrements des leçons du Rabash ?

Réponse : Non, je lis méthodiquement ses articles.

Question : Recommanderiez-vous à vos élèves d’écouter les enregistrements des leçons du Rabash ?

Réponse : Vous n’obtiendrez rien en écoutant les enregistrements. Si une personne est attirée par cela et que cela suscite des sensations spéciales en elle, alors par tous les moyens elle devrait le faire.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/08/2016

Deux niveaux de la Torah

Question : Si Moïse a écrit la Torah, pourquoi est-il dit que le Créateur a regardé dans la Torah au moment où Il a créé les mondes ?

Réponse : En fait, la Torah est le mouvement du désir qui a été créé à l’opposé du Créateur vers une ressemblance complète avec Lui.

Ainsi, lorsque le Créateur « décida » de créer la créature, comme nous disons dans le langage corporel, Il devait d’abord la créer comme Son contraire ainsi que créer un mécanisme complet par lequel la créature se rapprocherait pour ressembler au Créateur.

Avec cette intention, Il a écrit la Torah, un système de commandes et d’instructions qui doivent être réalisées par le désir qu’Il a créé. C’est ainsi qu’Il amène le désir qu’Il a créé pour qu’il Lui ressemble. Moïse a écrit la Torah lui-même, mais pas du point de vue de la gouvernance par le Créateur parce que la Torah reste dans la tête du monde de Ein Sof (Infini).

Pour Moïse, elle a été enregistrée dans la tête du monde de Atsilout comme une activité. Il s’agit donc de la même chose, mais à différents niveaux.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/09/2016

Les lettres peuvent-elles programmer notre destin ?

Question : Les lettres ou les combinaisons de lettres peuvent-elles programmer notre destin et notre vie, et apporter de la force ?

Réponse : Les lettres elles-mêmes ne peuvent rien faire. Écrire des lettres sur du papier n’a aucun effet sur quoi que ce soit. Toutes les soi-disant « lettres sacrées » que les gens embrassent, placent sous leur oreiller ou sur leur front, ou avec lesquelles ils méditent ont seulement un effet psychologique sur une personne se soutenant elle-même avec sa propre intention.

Ceci l’aide dans une certaine mesure, mais n’a pas d’autre signification que cela.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 24/07/2016

Entrer dans les sentiments d’un kabbaliste

laitman_959Question : Il y a des gens qui lisent un texte en déplaçant leurs yeux sur la page et en allant à la page suivante. Ils ne saisissent pas les détails du texte, mais peuvent parler précisément de l’essence et de l’idée principale du texte. Est-ce qu’une telle lecture ressemble à la méthode de pénétration de l’essence des sources kabbalistiques ?

Réponse :
 Non, dans la sagesse de la Kabbale, nous n’utilisons pas cela. Vous parlez d’une méthode particulière qui peut être trouvée sur Internet où l’on peut apprendre comment lire en diagonale sur la page. Mais dans la sagesse de la Kabbale, l’idée n’est pas de savoir comment parler du texte. Au contraire, on doit le lire lentement, y revenir encore et encore au début et au milieu de la phrase, un « va-et-vient » en essayant de se connecter à la personne qui a écrit le texte, ressentir ce qu’elle a écrit, entrer dans ses sentiments, et naviguer à travers le texte avec elle. La vitesse ​​ne sert à rien ici. De ce fait, si je ne relis pas chaque phrase, au moins deux fois, et ne reviens pas ensuite au début de la section, je ne la ressens pas.

Question :
 Vous avez déjà lu ces textes au moins 150-200 fois, si ce n’est plus. Est-ce qu’un renouvellement constant se produit en vous par cela ? Ressentez-vous que vous  changez à chaque fois ?

Réponse :
 Certainement ! Avant la leçon, je lis un texte. Après la leçon, je devrais le relire pour avancer, et je le verrai même d’une manière complètement différente.

Question :
 Aimez-vous travailler avec les textes ?

Réponse :
 Il n’y a rien de plus agréable dans la vie que la sensation qui vous pénètre ; la logique qui est absorbée par le sens intérieur de chaque phrase révèle une sensation de proximité avec le Créateur, une image du monde et de sa structure !

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/02/16

Page 1 des 1112345Dernière »