Category Archives: Livres

Créativité illimitée

Dr. Michael LaitmanQuestion: Vous dites que la diffusion est l’accomplissement de l’objectif de la création. Quel est le message de notre diffusion? Le but est-il de donner un exemple de comment se comporter dans la société ou de présenter la méthode actuelle? Vos articles qui sont édités dans un style moderne pourraient-ils être présentés comme des cartes ou des films? Un tel message peut-il  être transmis lorsqu’une personne écrit un script ou un livre par exemple?
Réponse: Je vous explique les rudiments de l’éducation intégrale, comment aborder les gens et le monde, mais je ne suis pas un homme d’action. Je ne peux même pas sentir la génération d’aujourd’hui correctement. Je le perçois à travers vous uniquement parce que vous me le dites.
Bien que je lise beaucoup, environ 20 à 30 courts articles et de nouveaux sujets sur la science, la culture, la politique et les différents événements dans le monde, je ne suis pas encore très près des gens.
Je ne peux pas être autrement. Tout le monde me connaît et ainsi cela affecte l’attitude des gens à mon égard. Ainsi, prendre  contact avec les personnes ne fonctionne pas.
Vous devez tout promouvoir. Je permets à chacun de vous de faire ce que vous voulez:  écrire, parler et créer, tant que c’est vérifié et si vous voulez que cela soit correct. Je ne suis pas contre que les membres de Bnei Baruch écrivent leurs propres livres tant qu’il y ait une censure. Pourquoi? Parce qu’ainsi il sera correct.
Personne n’a la moindre intention de vous utiliser. Vous pouvez écrire de façon indépendante tout ce qui vient à l’esprit, à commencer par la poésie, des chansons et des commentaires sérieux sur le Livre du Zohar. C’est votre affaire tant que cela sorte dans un style littéraire correct, selon la sagesse de la Kabbale ou selon l’éducation intégrale que nous révélons actuellement. C’est parce que je ne sais pas le faire et je la révèle simplement  à travers ce qui se passe dans le monde aujourd’hui.
Si vous prenez ce que nous avons fait au cours des cinq dernières années, vous verrez que nous avons effectivement précédé Rabash. La seule tendance majeure dans le monde devrait être la révélation du Créateur aux êtres créés. Par définition, c’est la base de la sagesse de la Kabbale. Le but de la sagesse de la Kabbale est la révélation du Créateur aux créatures dans ce monde.
Aujourd’hui, nous avons apporté la sagesse de la Kabbale et la révélation du Créateur dans ce monde pour notre monde et nous avons fait un autre pas en avant grâce à l’éducation intégrale.
Nous avons habillé la Kabbale avec un élément de connexion qui permet de l’adapter à l’homme moderne, à la société moderne, dans ce monde, avec l’aide de la méthode intégrale, des tables rondes, ateliers, etc. Nous avons fait ce qui n’existait pas avant.
Le Rabash nous a apporté l’idée d’un «groupe», et nous l’avons changé en groupe de kabbalistes qui parlent de l’importance du Créateur et de l’importance de l’objectif en table ronde pour différentes personnes qui parlent de la connexion entre nous.
Ainsi, nous avons mis un autre type de vêtement sur la Kabbale afin qu’il puisse entrer en contact avec différents types de personnes, ce qui est bon pour elles et pour nous. Nous pouvons maintenant nous engager sérieusement dans le développement de cette méthode et l’élargir.
Vous pouvez faire ce que vous voulez car notre méthode est construite sur la connexion entre l’unité de toutes les personnes dans le monde et la Lumière Supérieure qui opère en elles. Elle ira dans cette voie et si vous devez écrire à ce sujet, faites ce que vous voulez, même écrivez des thèses de doctorat.
L’éducation intégrale est l’avenir du monde. Il n’y a rien d’autre. Le monde ne voudra rien d’autre car il trouvera que c’est le seul moyen pour se détendre et de réussir. Son bon avenir ne dépend que de cela.
De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 21/07/13, Shamati # 59 « à propos du bâton et du serpent »

Salon du livre en Israël

Channel66Le salon annuel du livre se déroule en Israël du 5 Juin au 15 Juin 2013. Le salon du livre est organisé dans 19 villes et villages à travers le pays, il est très populaire et est fréquenté par des centaines de milliers de personnes chaque année.
Nos livres peuvent être trouvés sous le signe de couleur vive avec le numéro « 66 » désignant notre chaîne de télévision et avec le code QR affiché sur l’écran du smartphone.
Pour nous, un indicateur de la participation réussie au salon est le nombre de personnes qui ont découvert nos livres. Par exemple, l’année dernière, nous avons vendu et distribué plus de 5.000 livres.
Cette année, nous avons décidé de faire un saut qualitatif, d’où l’émergence du code code: n’importe qui peut l’utiliser pour  télécharger tous les livres sur son smartphone gratuitement. Déjà lors de la première journée, il y avait 2 700 téléchargements enregistrés. Mais ces chiffres sont loin d’être concluants parce que beaucoup de gens ont téléchargé les livres et les ont envoyé à leurs amis.
Lors du salon, nos livres sont classés dans les sections sur les thèmes suivants: la famille et l’éducation, la société et sens de la vie.
Bonne lecture!
Notre site web: http://66books.co.il/en/

Une invitation à une réunion

Dr. Michael LaitmanLes 22 lettres de l’alphabet hébreu reflètent les attributs des 22 Sefirot spirituelles par leur forme, la façon dont elles sont dessinées, et leurs signes: neuf dans Bina, neuf Zeir Anpin et quatre dans Malkhout. Chaque lettre correspond à une certaine Séfira et reflète la façon dont elle diffère des autres lettres, donc pendant la lecture du Zohar, nous pouvons être impressionnés par le texte comme si nous étions dans ces Sefirot spirituelles.
C’est ainsi que notre inclination devrait être lors de la lecture, puisque les lettres sont comme des notes de musique pour nos cordes intérieures, pour les attributs du Créateur qui entrent dans le désir de l’être créé pour recevoir et convoque en lui des sentiments et des impressions. Le désir commence à se calibrer et à se régler lui-même, comme un récipient musical, conformément à l’esprit du Zohar et cet esprit touche les cordes de votre âme et joue sur elles, comme sur le violon du roi David.
C’est ainsi que nous voulons sentir le Livre du Zohar, afin que la lumière qui vient de lui nous parvienne, nous remplisse et fasse vibrer nos désirs. Ces lettres sont une invitation à une réunion, à une impression mutuelle avec le Créateur. Donc, nous allons essayer!
De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 27/05/13, Le Zohar

Installez en nous de nouveaux programmes

Dr. Michael LaitmanQuestion: Au cours, des conférences, et dans les livres, vous parlez d’un certain état d’équilibre de l’humanité. Mais, en même temps vous soulignez que le monde entier se trouve dans une personne. Comment est-il possible de combiner ces choses pour quelqu’un qui, par exemple, n’étudie pas avec vous et n’a pas la possibilité de recevoir une explication de votre part?
Réponse: Lorsque nous plongeons dans le monde du point de vue de la psychologie et de la physique de haut niveau, nous commençons à voir que cela fonctionne assez différemment.
Sur Internet, il y a une grande quantité de matériel à ce sujet. Les scientifiques, les psychologues et les sociologues commencent déjà à comprendre cela. Les gens comprennent que ce monde n’est pas ce que nous voyons dans nos esprits, dans nos cinq sens, mais c’est autre chose. Alors qu’est-ce que c’est? Est-il possible de le sentir en changeant nos organes de perception, notre programme de penser?
Et, il n’est pas nécessaire de renaitre pour cela. Il suffit de rester la même personne. Comme nous pouvons installer certains programmes dans notre ordinateur, il est également possible d’installer certains programmes en nous. Pour cela, nous devons étudier. Si une personne veut venir à moi en tant qu’étudiant et s’ inclure dans notre cadre d’études, alors elle va acquérir progressivement ce système.
De « La crise mondiale » 19/03/13 de KabTV

Les lettres qui prennent vie

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment peut-on dire à un moment donné, en dépit de tous les problèmes, qu ‘«il n’y a rien hormis Lui» et que «Il est bon et bienveillant » si je ressens le contraire en ce moment? Dois-je combiner les sentiments avec des mots?

Réponse: Nous commençons à travailler à partir d’un état d’incertitude totale. Nous n’entendons et ne lisons que «Il n’y a rien hormis Lui». C’est ainsi que le premier article de Shamati commence: «Il est écrit:. Il n’y a rien hormis Lui» C’est ce que les kabbalistes disent! Mais ce ne sont que des mots pour moi qui n’ont aucun sens. Alors, comment puis-je les développer?

J’essaie de transformer ces paroles en actes qui m’impressionnent. Je trouve donc un groupe dans ce monde qui prétend qu’«il n’y a rien hormis Lui», et je suis incorporé dedans de telle sorte que cela m’influencera et me convaincra qu’en effet il n’y a rien d’autre que la force supérieure. Au moins, ils parlent de ce que disent les kabbalistes.

Je me connecte à ce groupe et me soumets devant eux, élevant mes amis au-dessus de moi, de sorte que le principe de « Il n’y a rien hormis Lui» sera plus audible et que je sentirai combien il est important. J’essaie d’être sous l’impression de ce slogan, qui en même temps n’existe que sur le papier pour moi.

Mais si je travaille avec mes amis, je commence à recevoir la Lumière qui ramène vers le Bien à travers eux. Cette lumière est dans leurs paroles et dans la mesure où je fais un effort dans le groupe et me soumets devant lui en servant mes amis, la lumière change ce slogan. La lumière est habillée en ces mots et leur donne vie. Je commence à sentir la vie dans les lettres qui composent les mots « Il n’y a rien hormis Lui».

Je commence à sentir les lettres comme des récipients vivants qui sont pleins de lumière, et alors les récipients, mes désirs, commencent à se déplacer avec ces lettres en fonction de la lumière qui passe à travers eux. Ce n’est pas seulement une lumière, mais plutôt une lumière «formatée» qui a pris la forme de ces lettres. Il s’avère que je suis impressionné de différentes manières par la phrase « Il n’y a rien hormis Lui» et commence à voir, à comprendre et à sentir comment cela est exprimé dans différents états et manières. J’apprends à travailler avec cela.

La phrase qu’était autrefois lettre morte pour moi, juste un slogan écrit, commence peu à peu à prendre vie. Par conséquent, j’essaie de le remplir dans différents états, le bon et le mauvais. Je m’accroche à elle surtout dans les mauvais états, car en attendant, je suis un égoïste. Si l’unicité du Créateur: «Il n’y a rien hormis Lui» et «bon et bienveillant» m’est révélé de façon désagréable, cela signifie que j’acquiers des récipients du don et que je me lève au-dessus de cette douleur. J’avance vers l’état de: «Ne fais pas à ton ami ce qui est détestable pour vous. » Je déteste cet état et je veux m’élever au-dessus. Je ne pense pas que le Créateur m’a causé tous ces problèmes, mais plutôt, je les attribue à mon ego. Ainsi, j’acquiers l’attribut de Bina, «de donner pour donner. »

Puis, dans des états très désagréables, je commence à recevoir des états agréables, ce qui est beaucoup plus difficile, car je dois m’élever au-dessus. C’est déjà la foi au-dessus de la raison sur le deuxième niveau, non seulement au-dessus du désir de donner, mais aussi au-dessus du désir de recevoir. Je travaille déjà avec AHP.

C’est comme si je travaille contre le « bon et bienveillant », ce qui signifie que je reçois à la fois le bien et le mal aussi, comme la même chose. Ainsi j’arrive à l’amour, dont il est dit: « Aime ton prochain comme toi-même», puis «Aime ton Seigneur», le plus haut niveau de cet état, Keter.

Tout ce travail est fait dans «la foi au-dessus de la raison. » La lune est synonyme de Malkhout, qui se «sanctifie» elle-même dans son état le plus sombre, et par cela commence à illuminer avec la Lumière Réfléchie. Cela n’a rien qui lui soit propre, et n’en a pas besoin de rien de propre non plus. Elle dit au soleil qu’elle veut être comme lui. Et plus la lune devient comme le soleil, plus la terre détermine toutes les apparences de la lune, dans la mesure où Malkhout est adaptée à Keter.

De la 1ère partie du  Cours quotidien de Kabbale du 24/04/13, Les écrits du Rabash

Un éveil supplémentaire

Dr. Michael LaitmanTout notre travail se résume à révéler un manque en nous. C’est parce que même avant de commencer à faire quelque chose, le Créateur a déjà tout préparé et est dans un état de repos absolu. De son côté, il y a toujours la volonté. Il attend chaque opportunité qu’une personne lui donne, ce qui signifie qu’il révèle un manque supplémentaire qui est atteint par ses propres forces, et non ce que le Créateur a suscité en lui.

Par conséquent, il doit y avoir un certain ajout à notre réponse qui vient de nous. Mais d’où peut provenir cette réponse si nous existons dans le système divin que le Créateur a arrangé pour nous? Où puis-je ajouter quelque chose qui vient de moi pour réponse? Comment?

La seule façon que je peux ajouter quelque chose qui me soi propre est de m’exercer à mon niveau – non pas à un niveau au dessus de moi – en connectant et en stimulant d’une manière ou d’une autre l’autre. Seulement parce que je peux éveiller les autres par des actions physiques et ils m’éveillent et nous pouvons créer un éveil supplémentaire vers la partie supérieure de notre part. Par cela nous corrigeons réellement la brisure, en corrigeant les manques entre nous, en influençant le niveau spirituel par rapport au niveau corporel.

Sur le plan spirituel, le Créateur effectue la correction, mais nous n’avons qu’à commencer le travail de connexion puis le Créateur le complète. Dans le récipient corrigé et connecté nous commençons à Le découvrir.

Ainsi, nous nous élevons, à chaque fois cela nécessite un lien plus fort dans des conditions qui deviennent plus spéciales, plus difficiles et vers un sens supérieur de l’unité. Par conséquent, il est dit que tout notre libre arbitre est dans le choix de l’environnement. Par de telles actions une personne est provoquée et provoque une passion intérieure plus qualitative et le désir vers l’attribut du don sans réserve. Chaque fois qu’elle découvre une trompette d’En-Haut qui vient du Créateur qui l’appelle et la somme de se connecter et à monter. Par conséquent, en construisant un récipient collectif, une personne est récompensée par la révélation de l’attribut du don sans réserve dans ce récipient, lequel est appelé la révélation du Créateur qui est revêtue et révélée dans l’être créé.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 27/02/13, Écrits du Baal HaSoulam

Les secrets de la lecture du Zohar

Dr. Michael LaitmanQuestion : Est-ce vrai ce que les gens disent, à savoir que lorsque l’on regarde les lettres du Livre du Zohar écrit en araméen, il nous connecte automatiquement à la Lumière même si nous ne comprenons pas la langue ?

Réponse : Rien ne se passe automatiquement. On peut comparer cela à un bébé qui est né et vit dans ce monde et qui se développe parce qu’il est pris en charge depuis qu’il s’annule lui-même devant les adultes. Il s’agit d’un attribut inné, et par là, il permet aux parents de prendre soin de lui. Ils prennent soin de lui, et il se développe.

Si une personne s’annule elle-même au cours de l’étude en lisant le Livre du Zohar, elle est sous l’influence et la garde des amis, même si elle ne comprend pas et ne ressent rien mais veut se placer sous l’influence des Lumières, des amis, et du groupe majeur qui traite de cela. Cependant, elle a besoin d’avoir cette intention. Même si elle l’oublie, elle a encore besoin de sentir qu’elle est à sa place.

Question : Comment pouvons-nous suivre le texte lors de la lecture du Livre du Zohar et garder la bonne intention en même temps ?

Réponse : La chose principale est l’intention, et le texte est important dans la mesure où une personne peut l’attribuer à une intention correcte. Peu à peu, elle commence à voir le sens exact des mots en lui : un « enfant », les « sages », les Sefirot, Malkhout et Bina. Elle va le voir. Sous l’influence de la Lumière qui Ramène vers le Bien, qui fonctionne très lentement, une personne va peu à peu commencer à ressentir différentes impressions. Elle sentira une connexion avec ce qu’elle lit.

Question : Quelle devrait être notre approche lors de la lecture du Livre du Zohar ou qu’est-ce qui devrait changer en elle afin que la Lumière nous influence et nous change ?

Réponse : Nous devons nous connecter. Une personne doit sentir qu’elle est dans un groupe uni comme un commando, comme dans un tout qui est fait de parties distinctes. Elle a besoin de sentir cela naturellement. Dans le cas contraire, ses intentions ne sont pas les bonnes intentions.

Ainsi, en ressentant toute la réalité connectée en elle, elle veut appartenir au Créateur, ensemble avec cela, et se connecter et se conformer à Lui. Elle comprend que cela arrive à la suite de son changement intérieur et elle l’attend avec impatience.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale du 21/02/13, Le Zohar

Préférence: les sources primaires

Dr. Michael LaitmanQuestion: Les exercices et les jeux que nous utilisons dans le cadre de l’éducation intégrale, en général, ne sont pas nouveaux. Beaucoup de sociétés utilisent des jeux de formation dans des combinaisons similaires, organisent des tables rondes, et le font aussi d’une manière beaucoup plus sophistiquée.

Réponse: Nous n’avons pas besoin d’apprendre des autres. Cela ne peut nous confondre, car nous ne sommes pas intéressés par le niveau où les autres sociétés sont.

C’est pourquoi il est souhaitable, comme dans tout le reste, d’utiliser seulement nos propres sources kabbalistiques, de suivre seulement elles. Et puis, comme ils disent, nous verrons bien.

Lorsque vous suivez les sources primaires, vous développez naturellement, et vous basez sur ce qui vous est révélé sur le chemin spirituel, vous transférez cela aux étudiants. Je n’ai jamais rien pris à partir de sources externes: la philosophie, la psychologie, le new age, etc J’ai toujours ressenti un certain rejet à leur égard et je pense que nous n’avons rien à apprendre d’eux.

D’un entretien sur l’éducation intégrale du 20/01/13

Les livres avec un sous-entendu spirituel

Dr. Michael LaitmanNous sommes habitués à la littérature traditionnelle. Les livres peuvent être divertissants au sujet de l’aventure, de la science-fiction, etc… En général, lors de l’ouverture d’un livre, je tiens à attirer des informations ou des impressions à partir de celui-ci.

Toutefois, les livres kabbalistiques agissent très différemment. Dans la Kabbale un livre est un moyen, l’élément de liaison, l’adaptateur, avec lequel je peux me connecter à l’auteur. C’est comme ça que je vois les œuvres des kabbalistes: Ils m’aident à me connecter à un système spirituel immense inondé de la Lumière de l’Infini, rempli avec le Créateur.

Ce système se compose d’âmes, en somme, des désirs corrigés des plus grands esprits qui ont accompli l’équivalence de forme avec le Créateur par de grands efforts, et ils tiennent Sa révélation dans leurs récipients, dans leurs désirs. En outre, certains d’entre eux ont formé un mince « conduit » pour moi, un canal par lequel je peux communiquer avec eux et recevoir l’inspiration, des nouvelles, la correction, tout ce qui me fait appartenir à ce système.

Ainsi, la lecture de livres kabbalistiques est tout à fait différente de la lecture de tous les autres documents. C’est pourquoi ces livres en général sont appelés « étude » (la Torah), car ils contiennent la Lumière qui corrige (Ohr). Ils contiennent un pouvoir spécial, et je peux l’obtenir si j’attends le changement, si je veux devenir comme les auteurs.

Si je regarde dans ces livres juste pour savoir et les traiter comme tous les autres livres, alors je dédaigne les efforts des kabbalistes et donc je perd beaucoup. Bien sûr, en général, cette approche n’apporte rien de bon pour moi ou quiconque.

Ainsi, il est très important de se connecter à l’héritage des kabbalistes, de saisir l’occasion d’unir ce qu’ils m’ont donné. Ici, l’intention décide de tout. Si mon mental « animal » voit toutes sortes de sagesses dans leurs livres pour améliorer quelque chose dans notre monde, alors il s’agit d’une approche complètement sans valeur appelée « la potion de mort. » Rien n’est pire que cette attitude.

Et si nous nous connectons, si nous lisons ces livres dans le seul but de voir l’ « élixir de vie » à l’intérieur, nous nous ouvrons et alors nous sommes prêts à recevoir ce qu’ils avaient l’intention de nous donner. Il n’y a pas de trucs ni d’excuses: tout ce que le supérieur nous donne est pour le mieux. Ainsi j’avance, comme ils disent, « croire le sage. »

Ce n’est pas simple, mais c’est impératif. Mon intention détermine la différence entre l’ « élixir de vie » et la « potion de mort », entre les « chauve-souris » qui vivent dans l’obscurité, et le « coq » louant l’aube. Si je ne garde pas la bonne approche, je peux rester à la même place, ou pire encore, revenir en arrière. Même si j’ai consacré toute une vie à cela, s’il y a une erreur dans la chose principale, alors la vie passera en vain, et même pire, elle peut me jeter dans les forces de l’impureté (Klipot), la purification desquelles peuvent prendre quelques cycles supplémentaires.

C’est pourquoi les gens doivent constamment se contrôler sur le chemin spirituel.

Question: Que puis-je faire avec mon mental « matériel » et mon sentiment pour me connecter à cette « adaptateur », un livre kabbalistique?

Réponse: Il est nécessaire de vous annulez devant le groupe et l’enseignant, ce qui est l’outil qui vous permet de vous connecter à l’auteur. En s’annulant devant le groupe et l’enseignant qui le supervise, une personne se connecte apparemment à la « prise » et établit la connexion avec le kabbaliste qui a écrit le livre. Le groupe joue le rôle d’ « adaptateur » entre eux.

En général, la notion de « groupe » représente un lien entre le Créateur et l’humanité.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale 30/01/13, « Introduction au Livre du Zohar« 

Dans l’attente de la vie

Dr. Michael LaitmanLe livre L’étude des Dix Sefirot (TES, Talmud Esser Sefirot) nous parle de la structure de notre âme et de l’action qu’elle réalise. Mais cette âme et gelée et immobile maintenant, comme dans un état d’attente, de préparation, dans l’état minimale de son niveau minéral. Dans la mesure où nous étudions à propos de cela, elle s’éveille et prend vie.

Nous pouvons faire cela meme inconsciemment, sans aucun calcul de comment tout cela arrive, simplement en lisant ce livre. Cela est aussi bien puisque par là nous attirons la Lumière que ramène vers le bien, mais nous faisons circuler le sang dans le système seulement avec l’intensité d’une nature minérale.

Si nous voulons participer à ce travail de façon consciente et sentir comment la Lumière agit sur nous, ce qui signifie non seulement lire le TES, mais également de continuer à stimuler l’action de la Lumière consciemment, nous injectons ainsi différents courants de la Lumière de Vie dans notre âme, et elle vient à la vie.

Puis nous sentons ses actions et grâce à cela nous arrivons à la compréhension, à la réalisation et à la participation. Tout dépend de la mesure dans laquelle nous nous identifions avec les écrits, si nous comprenons qu’il s’agit de notre âme. Le mot «âme» est appelé «une partie divine d’en haut», ce qui signifie le désir de plaisir corrigé avec l’intention de donner. Il ne peut pas avoir une particule supérieure à celle là en nous.

Et ainsi petit à petit, nous avançons lentement en attirant sur nous-mêmes la force qui injecte la vie spirituelle en nous. Finalement, une personne commence à sentir et à être incorporée pratiquement dans l’ensemble du processus que le livre nous raconte, tout comme l’auteur du livre qui a atteint tout ce qu’elle décrit.
De la 3ème partie du cours quotidien de Kabbale du 19/11/12, L’Etude des dix Sefirot