Category Archives: Monde

Le monde : réalité ou illusion ? Partie n°13

Comprendre le Créateur

Question : Qu’y a-t-il lorsqu’une personne crée quelque chose à partir de matériaux comme le Créateur, si tout est une illusion ?

Réponse : Nous ne créons rien comme le Créateur. Seulement si nous commençons à recevoir la Lumière supérieure, alors avec son aide, nous pourrons travailler sur notre essence, notre égoïsme, nos désirs. Nous pourrons alors, d’une certaine manière, selon notre similitude avec le Créateur, commencer à comprendre Ses actions, mais pas Son essence.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 15/09/2019

Notre monde et ce monde

Question : Dans les écrits du Baal HaSoulam, nous voyons les concepts de « notre monde » et « ce monde ». Quelle est la différence entre eux ?

Réponse : Notre monde est ce que nous ressentons dans nos qualités. Ce monde est la façon dont les kabbalistes parlent du degré inférieur, qui en même temps est appelé « notre monde ».

Tout dépend de l’observateur. Si nous observons ce qui se passe autour de nous, nous l’appelons « notre monde ». Si la Kabbale en parle comme du degré le plus bas des mondes, nous l’appelons « ce monde ».

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 06/10/2019

Petits conseils de Kabbale, partie n°2

Question : Comment pouvez-vous comprendre que l’âme est née et se développe ?

Réponse : Le fait est que vous obtenez une sensation très vive, un remplissage, une conscience de son existence, ce qui ne laisse aucun doute sur le fait que cela s’est passé et se produit.

Question : Est-il possible de se développer trop vite ? Y a-t-il une limite de temps recommandée ?

Réponse : Il n’y a pas de limite, développez-vous le plus rapidement possible.

Question : Puis-je étudier la Kabbale par moi-même ?

Réponse : Non, je ne recommande pas cela. Vous vous tromperez et ne comprendrez rien.

Question : Combien de personnes sont conscientes de ces choses dans la vie ?

Réponse : Il y en a très peu. Mais en termes de qualité, elles sont beaucoup plus élevées et plus accomplies que les autres ; elles éclipsent tout le monde.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/06/2019

Un appareil appelé l’âme

Question : Quelle est la différence entre l’atteinte et l’apprentissage en profondeur ?

Réponse : Toute étude est réalisée avec l’aide de l’esprit. On peut étudier tout ce que l’on veut mais on ne pas l’atteindre car la connaissance dans la Kabbale est basée sur la conjugaison de propriétés.

Nous ne pouvons pas percevoir le monde spirituel parce que nous n’avons pas de propriétés adéquates comme celui-ci. Par exemple, il y a des ondes radio autour de nous que nous ne voyons ni ne ressentons, mais nous créons des instruments qui nous permettent de les détecter.

De même, nous devons construire un appareil qui détecte le monde spirituel. C’est ce que l’on appelle l’âme et elle doit avoir les propriétés du monde supérieur, du don sans réserve et de la connexion mutuelle, qui sont absolument opposées à notre monde.

Nous pouvons les trouver dans un groupe, dans la stricte observation de ce que la sagesse de la Kabbale enseigne. Tandis que vous accumulez du matériel sensoriel et rationnel, vous commencerez à ressentir comment il se forme progressivement en vous. Vous en apprendrez plus sur toutes sortes de modèles d’éléments spirituels, leurs divers composés, classes, niveaux, etc.

En d’autres termes, lorsque vous étudiez la science de la Kabbale (la physique du monde supérieur), certaines sensations, propriétés et ressentis se forment progressivement en vous. Vous construirez des modèles à l’intérieur de vous-même : « C’est Bina, c’est Malkhout, c’est Zeir Anpin, c’est au-dessus du Parsa, c’est au-dessous du Parsa », etc. C’est la conception progressive de votre âme.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 23/12/2018

Pourquoi ce monde existe-t-il ?

Question : Comment déterminez-vous le monde dans lequel nous vivons ? Pourquoi ce monde inférieur existe-t-il ?

Réponse : Nous sommes dans l’égoïsme. C’est ce que l’on appelle notre monde, que nous ressentons en nous-mêmes.

Notre monde inférieur existe uniquement pour que nous puissions nous élever à partir de lui, afin de nous donner un point de départ sur lequel nous pouvons tomber et remonter de nouveau, chaque fois en rebondissant depuis lui vers le plus haut degré du monde supérieur.

Question : Si nous vivons dans le monde de l’égoïsme, comment pouvons-nous l’utiliser plus efficacement pour parvenir à la spiritualité ?

Réponse : Nous devons utiliser notre monde égoïste car nous devons y exister physiquement. Cependant, le reste de notre attention devrait être tourné vers notre état dans le groupe. C’est précisément de notre connexion les uns avec les autres que dépend la création du Kli spirituel, le récipient, le réseau spirituel de forces dans lequel le Créateur sera révélé.

Extrait de la leçon quotidienne de kabbale en russe, le 23/12/2018

De petits efforts, d’énormes corrections

Le travail de la personne consiste à découvrir le Créateur qui est caché à cause de nos désirs brisés. Nous devons corriger nos qualités, les rendre similaires aux qualités du Créateur, ce qui signifie les préparer pour Sa révélation. C’est ainsi que nous Lui apportons du plaisir et que nous réalisons également le but de la création et de nos vies.

Nous existons déjà dans le champ du Créateur, mais afin que nous puissions Le ressentir, nous devons commencer par l’action appelée soumission. Pour ce faire, on doit réduire à néant son désir égoïste et être d’accord avec tout ce qui arrive, comprenant que cela nous est donné dans notre propre intérêt. Rien n’existe dans ce monde à part la Lumière supérieure. C’est ainsi que nous commençons à établir un contact avec le Créateur.

La soumission nous permet d’entrer dans la connexion avec le Créateur et de commencer à se développer, à s’améliorer et à s’élargir dans toutes les directions, pour finalement parvenir à la pleine révélation du Créateur et à son adhésion à Lui. La soumission est la première condition pour parvenir au contact du champ de la Lumière supérieure dans lequel nous existons sans même nous en rendre compte. (1)

Pourquoi ne pouvons-nous pas simplement étudier, mais devons-nous consacrer la majeure partie de notre temps à des préoccupations matérielles, à  travailler, etc, et à la résolution de toutes sortes de problèmes matériels ?

En appliquant même le plus petit effort pour se connecter, nous effectuons des corrections majeures dans le monde car nous les effectuons dans des conditions de confusion extrême. Les fausses nouvelles, les publicités, les peurs et l’inquiétude concernant tout ce qui se passe dans le monde, la chute des cours des actions en bourse, la chute des bombes sont des problèmes perpétuels. Et tout cela est fait pour que nous puissions faire des efforts au milieu de ce gâchis et corriger le monde.

Dans les conditions d’un tel désordre, de bouleversements énormes et d’obstacles, lorsque nous sommes en mesure de faire le moindre effort envers la correction, cela compte pour une contribution énorme. Par conséquent, nous ne pouvons pas sentir que le monde interfère avec notre travail spirituel ; au contraire, cela nous aide. Si nous avions des conditions idéales, exemptes de tout souci matériel, nous ne pourrions jamais rien corriger dans la spiritualité.

Il y a longtemps, les kabbalistes étaient assis et étudiaient en secret en petits groupes. Mais ce n’était qu’une préparation. Plus nous avançons vers la vraie correction générale, plus le monde deviendra désordonné et les kabbalistes auront de plus en plus de problèmes. Le chaos dans le monde joue en notre faveur parce que si nous faisons de petits efforts alors que nous sommes dans les états de toutes ces perturbations, ils sont considérées comme énormes et produisent des corrections significatives. (2)

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, Reddition (soumission) du 10/03/19

(1) à 0 minute et 20 secondes
(2) à 1 heure, 53 minutes et 5 secondes

Les intérêts matériels et spirituels

Question : Pourquoi semble-t-il que lorsque nous commençons à étudier la Kabbale, nous n’avons plus d’intérêts communs avec nos anciens amis et que notre vie sociale s’estompe ?

Réponse : Lorsqu’une personne commence à pratiquer la Kabbale, c’est comme si elle quittait ses affaires ordinaires. Elle travaille involontairement, vit à contrecœur dans la famille et existe contre son gré parce qu’elle est captivée par cette science qui parle de l’éternel, de la perfection et de l’âme, ce qui donne une impression bien plus profonde que la vie matérielle.

Mais peu à peu cette sensation disparaît et elle équilibre sa perception de la vie ordinaire avec ses impressions de la vie spirituelle. Il faut passer par ceci.

Naturellement, vous n’aurez pas grand-chose en commun avec vos anciens amis car leurs intérêts sont au niveau de notre monde et les vôtres au niveau du monde supérieur. Par conséquent, le groupe que vous organisez pour étudier la Kabbale représentera la société la plus importante pour vous.

Extrait de la leçon en russe, le 11/11/2018

La femme est l’avenir de l’homme

Mon article à l’occasion de la journée internationale de la femme le 8 mars

Le 8 mars est la journée internationale de la femme et à cette occasion, il serait bon de l’honorer comme il se doit.

Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement

L’Histoire n’a pas toujours été tendre avec les femmes, et même si de grandes personnalités se sont illustrées (Cléopâtre, Catherine et Marie de Médicis, la grande Catherine, Marie Curie, pour n’en citer que quelques-unes), elles ont toujours été en retrait. Il aura fallu attendre le 20ème siècle et les deux guerres mondiales pour que leur influence commence à évoluer, en devenant plus visible et ce, après de longues années de lutte pour l’émancipation et la reconnaissance de leurs droits, ainsi que pour leur contribution sociale, scientifique, politique, et culturelle.

De nos jours, nous voyons que les femmes occupent des postes clé en politique, dans l’armée, elles sont PDG de grandes sociétés, elles s’illustrent dans tous les domaines. Cette tendance va devenir majoritaire car le temps de la correction est venu et la femme y joue un rôle primordial et souvent méconnu.

Si par le passé, les femmes étaient cantonnées dans leur cuisine et devaient s’occuper de leur famille, l’évolution des moeurs leur a permis de sortir de leur réserve et de s’affirmer à part entière, avec succès, presque partout dans le monde.

La femme dispose d’une force qui permet de faire bouger les choses, sans les femmes, les hommes seraient restés de grands enfants. Cette force des femmes vient de la sagesse du coeur, elles comprennent avec leur coeur, d’où leur empathie naturelle.

Cette sagesse les rend plus responsables dans la vie, telle une mère qui veille constamment sur sa famille. Déjà à l’époque d’Abraham, il lui a été ordonné d’écouter ce que lui disait sa femme Sarah.

C’est pour cette vision du monde que les femmes méritent d’être reconnues, d’être prises au sérieux et l’avenir devrait nous le montrer.

Le temps est donc venu que les femmes elles-mêmes prennent les rennes de leur propre destinée et n’attendent pas que les hommes le fassent pour elles. Leur instinct maternel naturel les pousse à oeuvrer en ce sens. L’avenir de l’humanité repose désormais sur leur engagement et sur leur capacité de redonner à la société la cohésion qui lui manque.

En effet, tout comme dans le passé les femmes ont permis la sortie d’Egypte, en cette période d’incertitude, ce sont elles également, qui seront le moteur du changement dont l’humanité a tant besoin.

Bonne fête mesdames!

Comment ressentez-vous le Créateur comme étant votre partenaire ?

Question : Comment puis-je ressentir que le Créateur est mon partenaire dans le travail spirituel ?

Réponse : Je dois l’accepter a priori, et donc faire appel à Lui. Et alors je verrai qu’Il répond immédiatement à mes demandes. Le Créateur n’est pas une personne vivante, mais un système qui répond à mes demandes quand elles sont correctes.

Elles le sont uniquement si je prends de Lui ce dont le monde a besoin et si je le transmets de façon désintéressée à tout le Kli (âme/récipient) à travers moi-même. Et chacun de nous devrait faire la même chose.

En deux mots, je veux devenir un relai de Lui au monde et du monde à Lui. Pour cela, je dois éprouver toutes les souffrances du monde et les former correctement en moi-même, afin que toutes visent à s’unir à Lui.

Je réenregistre en moi tous les désirs égoïstes du monde, je les enveloppe avec l’intention en faveur du Créateur et je fais appel à Lui. Et ensuite je reçois de Lui certaines propriétés et connaissances, et je peux, en les changeant positivement, les donner au monde de telle sorte que le monde avance un peu plus à travers son égoïsme vers le Créateur.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 06/06/2018

Un kabbaliste peut-il décider de quelque chose au niveau de ce monde ?

Question : Comment vous, un kabbaliste, ressentez-vous la main du Créateur à travers ce qui vous arrive ? Pouvez-vous décider de quelque chose au niveau de ce monde ?

Réponse : Non, je ne peux pas. Je ne peux qu’être d’accord avec ce que le Créateur décide. Tout mon travail est sur moi-même, pas de changer le monde ou forcer le Créateur à faire quelque chose.

Question : Ainsi, un kabbaliste ne décide rien ? A-t-il la capacité d’accepter ce qui lui arrive ? Et est-ce la décision principale ?

Réponse : Oui. Essayez-le. Voyons quel genre de héros vous serez. Il vous semble seulement qu’il est plus facile de changer le monde que de vous changer vous-même.

Remarque : Je comprends qu’être d’accord est beaucoup plus difficile.

Mon commentaire : C’est déjà bien. C’est un pas vers l’héroïsme.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/09/2018