Category Archives: Monde

À l’intérieur de l’ordinateur de tout l’univers

281.01Question: L’un des défis du XXIe siècle est les religions. Depuis la fin du 20e siècle et littéralement les deux premières décennies du 21e siècle, il y a eu un retour aux religions. C’est comme un flash brillant avant de s’éteindre. Quelle serait l’alternative?

Réponse: Atteindre la force supérieure. De plus, il y a une compréhension claire, un contact clair entre les gens et la manifestation de la force supérieure dans ce contact, au sein de l’humanité. En atteignant cette sensation, l’humanité s’élèvera au niveau de cette force.

Pas de religion, pas de croyances! Il n’y aura pas de place pour elles car il y aura une perception sensorielle et mentale claire du monde supérieur. L’humanité atteindra le niveau d’une existence différente, supérieure à sa nature. C’est l’objectif de notre développement.

Tout en restant dans notre corps, au sens de ce monde, nous atteindrons simultanément cet énorme ordinateur, cet énorme système qui nous contrôle, et nous commencerons nous-mêmes à le contrôler. Nous arriverons au point où nous pourrons reprogrammer cet ordinateur.

Et puis, lorsque nous atteindrons ce stade avec toute l’humanité, alors ces personnes qui entrent progressivement et sont dans ce programme, commenceront à perdre le sens de ce monde, car en réalité il n’existe pas. Il n’est ressenti que dans nos cinq sens physiques, et ils sont purement conditionnels.

Ainsi, notre monde disparaîtra progressivement de nos sens, et nous nous sentirons exister au niveau spirituel, suivant, à l’intérieur d’un énorme ordinateur, qui s’appelle l’univers.

Question: Est-ce comme si un robot fabriqué par l’homme comprenait soudainement le cerveau humain, celui qui l’a créé?

Réponse: Oui. Notre tâche est de comprendre celui qui nous a créés et d’être son égal, d’être son partenaire.

Extrait des «Défis du XXIe siècle» de KabTV. Introduction »24/04/19

Conscience et subjectivité du monde

592.01Commentaire: Au sujet de la définition de la conscience, vous avez dit que c’est une image du champ d’information qui nous influence.

Ma réponse: Bien sûr, après tout, je suis un produit de ce domaine. Cela vient en premier, et je ne suis qu’un dérivé.

En gros, qui suis-je? Nous disons que tout ce qui existe dans mes sensations est ce que je ressens, et c’est pourquoi cela existe. Sans moi, il n’existerait pas car ce qui n’existe n’est que par rapport à moi. Il s’avère que le monde est absolument subjectif. Ainsi, nous parlons de nous-mêmes comme n’étant que conscience et rien de plus.

Question: Alors pouvons-nous dire que ma conscience travaille contre la conscience qui est représentée par le champ d’information?

Réponse: D’une certaine manière, oui parce que, à la fin, ce champ veut que nous utilisions la conscience qu’il créée en nous pour interagir correctement avec lui.

Tiré des «Rencontres avec la Kabbale» de KabTV, le 03/01/19

Sortir de ce monde

622.01Question: Pour explorer la réalité spirituelle, avez-vous commencé à comprendre les processus physiques, leur signification et leurs sources, à un niveau complètement différent?

Réponse: Vous commencez à comprendre les sources kabbalistiques. J’ai aussi compris les sources physiques de cette façon, car j’ai un esprit sain. Je ne suis pas Einstein, bien sûr, mais j’ai mon bac et un doctorat et j’ai fait différentes recherches intéressantes au cours de mes études. Mais cela n’a rien à voir avec la sagesse de la Kabbale.

Lorsque vous commencez à étudier la sagesse de la Kabbale, un changement se produit en vous.

Lorsqu’elle étudie la science ordinaire, une personne atteint et absorbe différents faits qui s’accumulent simplement en elle. Mais quand on étudie la sagesse de la Kabbale, l’absorption de la connaissance kabbalistique change une personne.

Question: Cela signifie-t-il qu’une personne a une analyse différente, par exemple, sa perspective de l’histoire humaine pourrait-elle changer?

Réponse: Même le point de vue d’une personne ordinaire sur l’histoire humaine peut changer quand elle l’étudie. Mais dans la spiritualité, c’est la personne elle-même qui change. À partir de là, on commence à percevoir, ressentir et absorber tout ce qui existe en soi selon son nouveau niveau. Au lieu de la propriété de réception, il acquiert la propriété du don sans réserve.

Dans cette nouvelle propriété du don sans réserve, qui se manifeste de plus en plus en elle, elle commence à voir le monde d’une manière différente: de bout en bout, au-dessus du temps, de l’espace et du mouvement. Elle commence à regarder le monde précisément du point de vue d’une compacité toujours plus grande, de la dépendance mutuelle de tous les éléments de la création, jusqu’à ce qu’elle passe de la matière à sa qualité intérieure et sort de ce monde.

Extrait des «Fondamentaux de Kabbale» de KabTV 20/01/19

Chacun est responsable de la correction du monde entier

962.4Si je me corrige, je verrai que tout le monde est déjà complètement corrigé. Tout dépend de ma correction. Mais pour que je me corrige, je dois tendre la main à tout le monde et essayer de les convaincre qu’ils ont tous besoin d’être corrigés.

Tout ce qui se passe autour de moi est ma projection. Je ne les vois pas, je me vois moi-même. Il y a huit milliards de personnes dans le monde, mais elles font toutes partie de moi. Je suis Adam HaRishon, la première personne, et tout le monde est inclus à l’intérieur de moi. Par conséquent, je suis responsable de la correction du monde entier. Et tout le monde devrait penser de cette façon !

La réparation externe est dans le fait que je tende la main à tout le monde et les exhorte à se corriger. Et la correction interne est que je me corrige moi-même, mon attitude envers le monde, afin de bien traiter chacun.

Et jusqu’à ce que je me corrige à la fois intérieurement et extérieurement, de sorte que je puisse voir tout le monde corrigé, il n’y aura pas de fin à la correction dans le monde.

Extrait de KabTV, « Cours pour les Femmes » du 01/11/2020

Une véritable opportunité de se réveiller

625.03L’humanité est représentée comme un minuscule grain de sable dans les profondeurs d’un univers infini. Cet univers entier, en fait, n’a rien à voir avec la spiritualité. Il n’y a pas un seul point en lui qui appartienne au monde spirituel, et par conséquent il n’occupe aucune place dans la véritable réalité.

Ce monde où nous nous sentons nous-mêmes maintenant et l’immensité de l’univers avec les étoiles et les galaxies, rien de tout cela n’existe du tout. Cela existe seulement dans notre imagination car nous sommes dans un état inconscient, et nous voyons ces hallucinations comme dans un délire. On dit que lorsque nous nous réveillons, nous comprenons que « nous étions comme dans un rêve ».

Dans ce rêve, nous imaginions que nous vivions sur la planète Terre entourée de galaxies et d’un univers infini. Tout cela n’est pas réel, comme un rêve causé par des processus électriques dans le cerveau, qui pendant le sommeil est éteint à 99%. Nous pouvons dire la même chose à propos de notre vie. Nous sommes déconnectés de la vraie vie, comme dans un rêve.

Il n’y a rien de réel dans cette vie si ce n’est l’opportunité de se réveiller et de s’élever à partir de cette perception, de ce rêve. C’est ce que nous devons faire.

Extrait de la 1ère partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, « L’Héritage de la Terre » du 19/10/2020

À la fin de la correction spirituelle

760.4Question : Pourquoi y a-t-il tant de personnes dans le monde s’ils n’aspirent pas à la spiritualité selon la loi supérieure ?

Réponse : Parce que chaque personne doit accomplir au moins sa petite part de travail sur la quantité générale de travail.

Nous sommes déjà entrés dans la phase finale de développement. Nous sommes en fait à la correction finale qui dure depuis près de 6 000 ans, qui commença avec Adam.

Adam a été le premier kabbaliste à avoir commencé la correction. Aujourd’hui, nous approchons de sa fin, et peut-être pourrons-nous même achever la correction. Tout dépend uniquement de nous. Le monde est prêt.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 07/10/2018

Pourquoi devrions-nous atteindre le bien à travers le mal ?

207Question : Nous savons que tout est équilibré par le Créateur, alors pourquoi le mal devrait-il commencer à régner afin que nous puissions atteindre le bien ?

Réponse : Premièrement, parce que c’est ainsi que le Créateur nous fait bouger. Deuxièmement, la nature de l’homme est mauvaise. Ainsi, en éveillant le mal, le Créateur nous secoue et nous réveille très fortement. Supposons que vous ayez reçu une convocation de la police ou un message de la banque vous annonçant que vous avez gagné quelque chose. Qu’est-ce qui aurait un plus grand impact ? Bien sûr, la convocation de la police !

Question : Mais comment le négatif et le positif peuvent-ils être égaux ? Après tout, une personne n’est pas un robot insensible.

Réponse : Tout dépend de mon attitude à l’égard du don sans réserve du Créateur. Si j’apprécie toute forme de Son don sans réserve, comme un enfant qui comprend correctement que toutes les actions de ses parents sont nécessaires et souhaitables, alors ce que je reçois de Lui ne fait aucune différence.

Je peux m’élever au-dessus de mon ego et participer pleinement et mutuellement avec Lui dans des conditions totalement différentes. Mes conditions initiales sont à l’état de zéro où je suis déjà détaché de moi-même, flottant déjà au-dessus de moi-même.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 14/10/2018

Examiner ce monde

197.01Commentaire : Des centaines de philosophes et de scientifiques ont écrit que toute l’humanité est une seule famille, un seul organisme. Autrement dit, ils ont en quelque sorte ressenti notre point commun.

Ma Réponse : De nombreuses personnes ressentent encore aujourd’hui ce point commun. Vous n’avez pas besoin d’être un kabbaliste ou un scientifique pour cela. Il suffit d’être une personne qui regarde le monde. Elle voit que tout y est interconnecté : les niveaux minéral, végétal, animal et humain de la nature sont un seul organisme commun, un seul système commun.

Pourtant, comment commence-t-on à le ressentir, comment travailler avec ce système afin de ressentir la force qui le contrôle ? Seule la Kabbale enseigne cela.

Abraham, qui a vécu il y a 3500 ans, a été le premier à ressentir cette similitude. Il a commencé à appeler les forces supérieures qui se manifestaient le « Créateur ».

Extrait de KabTV, « L’analyse Systématique du Développement du Peuple d’Israël » du 09/12/2019

Le principe de la vie : l’amour

523Question : Pouvons-nous dire que l’amour est un sentiment qui est une conséquence des bonnes relations entre les gens ?

Réponse : Je le décrirais différemment. Aimer signifie ressentir les autres et essayer de tout faire pour satisfaire leurs désirs.

Question : Pensez-vous que c’est la loi fondamentale de la société humaine et que nous devons la découvrir de la même manière que nous avons révélé toutes les lois physiques ?

Réponse : Nous devons non seulement la révéler, mais aussi la mettre constamment en pratique. Cette loi devrait devenir notre principe dans la vie.

Question : Et ainsi toutes les croyances et les pays existeront également, mais prendront des formes différentes ?

Réponse : Naturellement. Elles découleront toutes de cette loi : le rapprochement constant de toutes les parties de la création les unes avec les autres, l’élévation constante au-dessus de l’égoïsme et le passage vers un état absolu et parfait.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Management » du 07/05/2020

Qu’est-ce qui nous préoccupe le plus : les bonnes ou les mauvaises nouvelles ?

laitman_423.01Commentaire : On sait que les médias de masse influencent le développement personnel. Cependant, les mauvaises nouvelles, c’est-à-dire les actes de violence, les affrontements militaires ou les catastrophes naturelles, passent systématiquement beaucoup plus de temps à l’écran que les bonnes relations humaines, l’entraide ou le civisme pour empêcher la brutalité. Et le téléspectateur est plus attiré par cela.

Ma Réponse : Bien sûr. Si je regarde un programme à la télévision qui parle des horreurs de la guerre, des affrontements, des conflits au sein du gouvernement ou entre les gens, cela m’intéresse plus parce que de tels événements me concernent et peuvent me toucher directement.

Tandis que les bons programmes qui parlent de personnes qui se rassemblent, se parlent, chantent ou travaillent ensemble, qui aident dans les hôpitaux, etc., ne représentent aucun danger pour moi. Ainsi, je traite la question de manière factuelle et je peux dédaigner ce sujet.

Commentaire : Je dois noter qu’il y a eu des tentatives de ne diffuser que des informations positives, mais elles n’étaient pas du tout populaires.

Ma Réponse : Naturellement. Cela ne dérange personne. Une personne se nourrit de nouvelles négatives, de souffrances et de tragédies. Même en musique et en art, toutes les grandes œuvres significatives sont toujours tragiques et les comédies sont prises à la légère. Les gens les apprécient avec désinvolture.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 30/04/2020