Category Archives: Perception

La méthode de correction, partie n°11

laitman_947À qui est donnée la technique de correction ?

Question : Dans l’article « L’amour pour le Créateur et l’amour pour les êtres créés », le Baal HaSoulam écrit que la méthodologie kabbalistique a été donnée à un seul type de personnes, mais dans le but de la transmettre à toutes les autres personnes.

Il s’avère que de toute la création, après des centaines de milliers d’années de développement, le Créateur distingue un certain groupe de personnes qui y étaient prédisposées  ?

Réponse : Il prend des représentants de toutes les peuples du monde, les rassemble en un seul groupe, qu’Il appelle « Israël », ce qui signifie « droit à Dieu », et leur donne cette technique afin qu’ils réalisent ce but et le transmettent à tous les autres.

La technique de correction consiste en une personne qui acquiert les propriétés, c’est-à-dire les propriétés du don sans réserve, lorsque je place les désirs de l’autre avant les miens.

Question : Si le Créateur est une propriété du don sans réserve, alors Il ne pense pas à Lui-même ?

Réponse : Bien sûr. Il n’a même pas une seule pensée sur Lui-même. En revanche, nous pensons toujours à nous-mêmes.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 07/02/2019

Une occasion de découvrir le Créateur

laitman_221Question : Lorsque vous rencontrez des obstacles qui causent de la souffrance en cours de route, comment appliquons-nous la connaissance qu’il n’y a rien hormis Lui ?

Réponse : En général, cela consiste par découvrir le Créateur. Lorsque nous percevons toutes les manifestations de notre vie comme négatives, nous ne pouvons pas imaginer comment la vie peut être perçue comme une manifestation du Créateur.

Ici, une personne a une occasion directe de commencer à identifier le Créateur comme agissant correctement, avec bonté, en dirigeant une personne avec Ses influences négatives vers le but.

Et le but est pour nous de percevoir toutes les actions dans le monde comme il n’y a rien hormis Lui, et ainsi de découvrir progressivement le Créateur comme le bien qui fait le bien. D’une manière exacte, toutes les influences négatives que nous ressentons nous poussent le plus rapidement vers Sa révélation.

En partant d’elles, essayez d’être dirigé vers « il n’y a rien hormis Lui », vers le fait que c’est Lui qui vous les donne, pour quelle raison, pourquoi exactement les sensations négatives, pourquoi avez-vous besoin de vous élever au-dessus d’elles, qu’est-ce que cela vous apporte, et dans quelle mesure vous séparez-vous de votre ego et précisément en vous élevant au-dessus de lui vous vous rapprochez du Créateur ? Essayez d’agir de cette façon. Ce sont les meilleures conditions.

Il est dit que celui que le Créateur aime, Il le châtie bien. Mais ce n’est pas comme les religions les présentent, mais dans le but de découvrir le Créateur comme étant bon dans ces états, comme nous guidant correctement.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 01/12/2019

Ressentir plus d’obscurité, c’est vraiment plus de Lumière

laitman_938.04Si nous ressentons que l’obscurité s’épaissit, cela signifie que la Lumière est venue, et c’est pourquoi nous voyons l’obscurité. (1)

Extrait de la préparation à la leçon quotidienne de Kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, « La Liberté » du 02/01/2020

(1) : à 5 minutes et 26 secondes

Choisissez le facteur externe

laitman_276.05Seule une personne a le libre arbitre car elle peut utiliser un facteur externe qui lui permet de choisir la direction de son développement. Imaginez qu’un grain de blé ait la possibilité de choisir comment croître en une tige de dix grains et de décider quels grains. Le blé ne peut pas choisir, mais nous le pouvons, même si nous sommes dans le même état. Mais nous avons l’opportunité de nous tourner vers le facteur spécial qui nous développera, et cela s’appelle notre libre arbitre.

S’il n’y a pas de liberté de choix, alors uniquement du blé et rien d’autre ne peut pousser à partir de votre grain de blé. Cependant, nous avons la possibilité de devenir un être humain en raison d’un facteur externe. Par conséquent, nous devons trouver ce qu’est ce facteur externe, ce qu’il peut faire et comment pouvons-nous le réveiller. De plus, nous devons comprendre pourquoi nous avons besoin de ce facteur externe, car cela va à l’encontre de tous nos désirs, de notre nature. Il s’avère que nous devons nous convaincre, et cela nécessite un environnement qui nous aidera à surmonter toutes les difficultés et à prouver que c’est un effort qui en vaut la peine. Il est très difficile d’acquérir la liberté. (1)

Les facteurs externes ont un impact énorme sur une personne : nous transmettons nos pensées, nos désirs, nos aspirations, nos objectifs et nos valeurs à d’autres personnes, et nous recevons la même chose d’elles. L’humanité se développe ainsi sous l’influence de la société. L’effet des médias qui détruit une personne est particulièrement notable.

Un facteur externe ne peut pas toucher une personne directement, mais indirectement, de manière détournée ; cela a un effet très important. (2)

Extrait de la 3ème partie de la leçon quotidienne de Kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, « La Liberté » du 02/01/2020

(1) : à 34 minutes et 40 secondes
(2) : à 38 minutes et 12 secondes

Que dois-je corriger ?

laitman_962.7Vous devez être heureux de voir vos défauts dans le contexte de la dizaine. Je cherche en quoi je diffère de la dizaine, des amis, et ce que je dois corriger pour devenir comme eux. Je découvre toujours ce qui me manque pour devenir un certain ami ou un autre, et « jalouser les sages augmente la sagesse » car il y a quelque chose à laquelle s’efforcer et quelque chose à demander. Ainsi, nous travaillons tous jusqu’à ce que nos demandes se transforment en véritable prière. (1)

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, « Les conditions pour s’élever au-dessus de son cercle » du 12/10/2019

(1) : à 1 minute et 10 secondes

La vie et la mort, partie n°6

laitman_282.01Que reste-t-il d’une personne après sa mort ?

Question : Pourquoi les gens ne vivent-ils pas plus longtemps ou indéfiniment ? Pourquoi changer de corps ?

Réponse : Si nous vivions même mille ans, nous serions toujours pressés de faire quelque chose parce que la vie serait finie. Inversement, si nous vivions indéfiniment, nous ne ressentirions pas que nous sommes soumis à des forces, aux limites du temps.

Supposons que nous existions comme un organisme qui ne fait que vivre, sans commencement ni fin. On ne peut même pas imaginer un tel état car tout est mesuré : existence – absence, existence – absence ; c’est-à-dire que chaque seconde quelque chose naît et quelque chose meurt. La mort est utile, car la mort nous pousse à comprendre la vie.

Question : Que reste-t-il d’une personne qui a vécu un certain nombre d’années ?

Réponse : Les informations sensorielles sont dans le cœur et l’esprit. La mesure selon laquelle une personne a progressé par rapport aux autres, la mesure selon laquelle elle a amené un rapprochement entre soi et les autres afin de rapprocher chacun vers le Créateur, c’est ce qui reste d’une personne.

Uniquement cela reste qualitativement parce que la connexion est le but de la création.

Le but de la création est de connecter l’humanité en un tout unique. Pas dans un seul morceau de chair, mais dans un seul désir qui se compose de nombreux désirs différents, mais tous sont dirigés de manière à aider à se connecter les uns aux autres.

Question : Autrement dit, ils sont tous connectés en un seul désir de découvrir le Créateur ?

Réponse : Oui.

Question : Donc, si une personne fait cela au cours de sa vie, alors ses efforts, ses expériences et ses sensations restent et continuent ?

Réponse : Tout cela reste.

Question : Même si quelqu’un fait déjà cela mais n’a pas atteint le but, pourquoi cette personne doit-elle mourir et naître de nouveau dans un corps différent ?

Réponse : Cela ne dépend pas de la personne, mais plutôt de l’état général de l’humanité.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 14/01/2019

Nouveau cours de Kabbale en français

Pour vous inscrire: cliquez

Conseils rapides de Kabbale du 14/07/2019

laitman_600.04Question : Lorsque le développement se passe bien, est-ce que cela veut dire qu’il est exact ?

Réponse : Non. Nous disons simplement que si nous faisons une bonne chose, nous nous sentons bien. Que signifie « bien » ?

Cela est évalué par des définitions complètement différentes, et non pas égoïstes, car mes exigences pour le monde, pour la vie, changent. Autrement dit, le confort prend une forme complètement différente pour moi, la vie prend un contenu différent.

Question : On sait qu’il n’y a pas de concept de temps et d’espace dans la spiritualité. Comment puis-je déterminer que mon état de développement actuel est plus lent qu’il ne devrait l’être ? Sur la base de quels critères mon parcours est-il considéré comme accéléré ? Dois-je déterminer cette accélération ?

Réponse : Premièrement, l’accélération du chemin spirituel est déterminée par vous et l’environnement.

Deuxièmement, il n’y a pas de temps dans le monde spirituel. Les 6000 ans dont nous parlons ne sont pas des années mais le nombre d’états que nous devons traverser. C’est-à-dire qu’il s’agit de 6000 degrés de nos changements consécutifs à partir de l’égoïsme complet et absolu jusqu’à l’altruisme complet et absolu.

Question : Comment une personne peut-elle reconnaître un tel environnement qui la développera à travers le chemin de la Lumière ?

Réponse : Pour ce faire, vous rejoignez un groupe où vous pouvez en discuter. Seulement dans le groupe et pas à l’extérieur. Vous pouvez bien sûr donner des conférences aux débutants et organiser d’autres cercles d’études. Cependant, vous pouvez discuter uniquement du développement spirituel entre vous.

Question : Que devrions-nous faire en cas de désaccord entre des amis particuliers dans le groupe ? Devons-nous rejeter toute la faute sur le Créateur ou essayer de toujours équilibrer le conflit et parvenir à une entente ?

Réponse : Il est impératif de parvenir à une compréhension basée sur le fait que c’est le Créateur qui cause toutes les problèmes et uniquement pour que vous puissiez vous élever au-dessus d’eux.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 14/07/2019

Débat inutile

laitman_268.02Question : Un élève peut-il débattre avec l’enseignant ?

Réponse : Je ne pense pas que cela soit possible à moins que l’élève ne se soit rapproché de l’enseignant. Cependant, ils n’ont pas non plus d’argument. Peut-être y a-t-il des vérifications de certains phénomènes pas encore clairs. Quel genre de débat peuvent-ils avoir ?

Nous étudions le système supérieur de gouvernance de notre monde et celui qui l’atteint n’a aucun doute sur sa fiabilité. Celui qui ne l’atteint pas flotte dans l’air. Pour lui, tout peut sembler fiable ou non, comme il désire le voir. C’est donc une discussion inutile. Personne ne le fait.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 27/10/2019

La méthode de correction, partie n°2

laitman_275La Kabbale : la clé des lois de la nature

Question : Pourquoi la nature nous a-t-elle créés comme égoïstes et opposés à elle ? Quel est le but ?

Réponse : Pour que précisément à cause de notre égoïsme, nous prenions conscience de la façon dont nous sommes terribles en tant que créatures.

La question se pose : si nous voyons que notre égoïsme est le seul obstacle à l’atteinte d’une vie éternelle et parfaite, comment pouvons-nous le corriger ? Comment, avec l’aide de l’ego, pouvons-nous nous changer, la société, l’environnement, tout ?

À ce stade, un besoin émerge de réellement nous changer nous-mêmes. Il existe de nombreuses méthodes, théories et idées différentes sur ce sujet, y compris religieuses et non religieuses, mystiques, orientales, etc.

L’une de ces méthodes est la Kabbale. Elle se démarque de tout le reste car elle est apparue bien avant leur commencement, il y a 6 000 ans. Selon la Kabbale, il y avait un homme du nom d’Adam. Il fut le premier à comprendre toute la matrice, tout le système de la nature, et il en dévoila le plan, son début, son tracé et la fin.

Adam a jeté les bases de la science de la Kabbale. Ses élèves étaient Shem, Cham, Yaphet et d’autres qui étaient décrits de manière allégorique dans la Torah. Ils ont continué à développer cette science jusqu’à Abraham dans l’ancienne Babylone.

La Kabbale parle de la façon de s’unir au-dessus de soi-même, au-dessus de son égoïsme. Dans ce cas, nous commencerons à ressentir la force générale de la nature, son image globale. Il sera clair que la nature est éternelle, parfaite, infinie et, surtout, intégrale et entière.

Si nous la traitons comme cela, alors nous commençons à démêler ses vraies lois, sa vraie forme. Après tout, nous ne la ressentons pas aujourd’hui. Nous ne la connaissons pas vraiment et nous ne la voyons pas vraiment.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 07/02/2019