Category Archives: Perception

Les dirigeants ont-ils la liberté de choisir ?

115.06Question : Les kabbalistes écrivent que les cœurs des ministres et des rois sont entre la main du Créateur. Que signifie cette affirmation ? N’ont-ils vraiment aucune liberté de choix ?

Réponse : Les dirigeants ont une liberté de choix partielle, pas à 100% car le Créateur gère les autres personnes à travers eux.

Et même s’ils ne le comprennent pas, le Créateur agit sur eux de cette manière. Nous apprendrons plus loin comment le Créateur nous dirige par le biais de certaines personnes qui, en principe, ne sont pas des personnes occupant des postes élevés, mais des marionnettes.

Il s’agit d’un système distinct.

En fait, la personne la plus ordinnaire possède le libre arbitre. Plus une personne est élevée sur l’échelle hiérarchique d’une société, moins elle est libre.

Extrait de « Les Fondamentaux de la Kabbale » sur KabTV, le 21/07/2019

Réception déguisée

423.02Commentaire : Il existe des méthodes engagées dans le concept du don sans réserve. Elles disent que tout le problème d’une personne est son égoïsme, qui vise à recevoir pour son propre intérêt, mais surtout qu’il faut donner sans réserve. Il y a une intention derrière chaque désir. Mais comment puis-je acquérir cette intention si je ne l’ai pas ? En pensant simplement que je l’ai ?

Ma Réponse : Il s’agit bien sûr d’une bonne idée fausse.

Si une personne se rapporte à elle-même correctement et s’analyse correctement, alors elle voit qu’elle est une égoïste absolue, et donc qu’elle ne peut avoir aucune intention de donner sans réserve.

Et même si elle pense qu’elle donne quelque chose, elle n’en a que l’impression car il s’agit en fait d’une réception déguisée.

Par conséquent, la Kabbale dit que nous ne pouvons rien donner ; cette qualité est complètement absente en nous, nous sommes des égoïstes absolus. Et si nous voulons nous changer, cela n’est possible qu’en attirant une force supérieure spéciale, qui créera en nous la qualité du don sans réserve.

Extrait de « Gros Plan »

Avancer les yeux fermés

531.03Question : Que signifie avancer les yeux fermés dans la spiritualité ?

Réponse : Si je ne veux pas recevoir pour moi-même et ne veux travailler que pour donner sans réserve, cela signifie que je ne veux rien voir. J’avance par la foi.

Cependant, si je vois clairement les avantages de la connexion au Créateur, alors cela provoque ma descente spirituelle. Je ne peux pas sortir de l’égoïsme.

L’avancement est toujours au-dessus de ce que je ressens dans mon égoïsme. Je peux alors m’abstraire de l’ego et percevoir correctement et objectivement l’image du monde.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV, le 10/09/2021

Lorsqu’il n’est pas possible de travailler avec le désir

583.03Question : Qu’est-ce que le meurtre dans la spiritualité ?

Réponse : Si le désir sort de la bonne correction et que je ne peux pas encore travailler avec lui, on dit que je l’ai tué.

Question : Que signifie q’un homicide involontaire ?

Réponse : Il arrive que je ne puisse pas accomplir la chose avec laquelle il m’a été donné de travailler. Ou peut-être que c’est le contraire qui est vrai, on m’a donné un travail avec un désir égoïste et au lieu de le transformer en un désir positif et altruiste, je l’ai simplement tué.

Je ne pouvais pas le surmonter de la bonne manière, mais je l’ai comme détruit ; il disparaît simplement de moi pour le moment. En fait, il ne disparaît nulle part, mais je ne peux plus travailler avec lui.

Question : Alors, qui est le juge en moi ?

Réponse : Pratiquement, c’est moi au degré suivant. De plus, les autres groupes, les amis et Joshua qui me font avancer sont tous des forces spéciales qui m’expliquent où je suis.

En principe, le juge est un point de vue du prochain degré supérieur au degré inférieur.

Extrait de « Les Secrets du livre Éternel » sur KabTV, le 16/08/2021

Notre monde est un point d’ascension spirituelle

947Le monde où nous vivons a été formé par la descente successive du monde supérieur qui, se réduisant progressivement, a atteint le tout dernier point appelé « notre monde ». Et c’est le meilleur état pour l’ascension spirituelle.

En nous élevant, nous n’oublions pas cet état, mais nous commençons à le comprendre d’une manière nouvelle, à le ressentir, à l’approuver et à le justifier. Nous voyons que c’est grâce à ce monde très bas, éloigné de la perfection, que nous pouvons apprécier la perfection vers laquelle nous nous élevons.

En même temps, nous élargissons et ouvrons de plus en plus le monde spirituel et commençons à comprendre que notre état a été forcé, spécialement créé pour nous, non pas comme une punition, mais absolument opposé à la perfection. Et sur la différence entre les deux mondes, nous pouvons réaliser à quel point le monde supérieur est parfait.

Par conséquent, si une personne commence à voir correctement notre monde comme un point d’ascension, elle ne le maudit plus, elle sait comment l’utiliser, elle l’apprécie et le valorise. Ce monde est un très bon point de départ pour nous.

Question : Cela se produit-il uniquement au niveau de la perception, et non de la sensation ?

Réponse : Cela dépend de la façon dont on le comprend. Par exemple, si je tombe malade, le médecin me fait une piqure. Cela me fait mal, c’est désagréable, mais je le prends avec gratitude et je le paie pour ce service parce que je sais que cela donnera un bon résultat. Par conséquent, le médecin, en tant que médiateur, est justifié et désirable à mes yeux.

Il suffit donc d’ouvrir les yeux pour voir le résultat final. C’est ce que la Kabbale nous offre. Et alors, tout ce monde devient nécessaire, désirable et correct ; vous savez comment l’utiliser pour atteindre la perfection en fonction de l’état opposé.

Question : À cet égard, voulons-nous en quelque sorte améliorer notre monde ?

Réponse : Non. Nous devons seulement nous élever nous-mêmes. Il n’y a rien à faire pour transformer le monde. Nous essayons constamment de l’améliorer, mais il ne fait qu’empirer, car c’est à nous de changer, pas au monde.

Extrait de « La force du Livre du Zohar » n°20 sur KabTV

Ouvrez le monde supérieur

36Question : Lorsque vous avez rencontré différents leaders spirituels, avez-vous trouvé un quelconque point de contact avec eux ?

Réponse : Non, aucun, car leurs enseignements sont construits sur la suppression de l’égoïsme.

Toutes les méthodes, à l’exception de la Kabbale, sont construites sur la suppression de l’égoïsme : désirer moins, penser moins, manger moins, bouger moins, c’est-à-dire se réduire constamment dans ses manifestations terrestres. Et la Kabbale dit : « Laissez tomber toutes les manifestations terrestres. Vous devez développer votre partie spirituelle. »

La partie terrestre est tout ce à l’intérieur de quoi nous existons, c’est-à-dire prendre soin de notre corps. Tant qu’il vit, nous y pensons, et c’est toute notre vie. Imaginez que vous ayez une sorte d’animal et que votre vie entière soit consacrée uniquement à en prendre soin. Et il vit de tel jour à tel jour, ces soixante-dix ans, et vous vivez avec lui. Il meurt, et vous mourez.

La Kabbale dit : « Élevez-vous au-dessus de cet animal de sorte que non seulement il remplisse toute votre existence, mais qu’en plus il y ait une autre vie. Regardez le monde. » Et lorsque vous commencez à regarder le monde non pas à travers cet animal (vous lui donnez ce dont il a besoin) mais en regardant au-dessus de lui, vous ouvrez le monde supérieur.

Question : Mais une personne ordinaire ne peut pas s’élever au-dessus de cet animal ?

Réponse : Elle ne le peut pas. Elle ne peut même pas essayer d’en sortir et ne comprend pas ce que cela signifie.

Cela signifie acquérir une autre propriété complètement différente, le don sans réserve. Après tout, la propriété avec laquelle je suis à l’intérieur de cet animal est la propriété de recevoir, et elle ne fait que me garder en elle-même.

Mais à l’intérieur de moi, il y a initialement un rudiment de mon prochain état, l’état spirituel. Il me tire hors de cet animal, il me pousse à le découvrir : « Pourquoi j’existe ? Vraiment au nom de cette vie ? Vraiment au nom de ces années pendant lesquelles je suis dans mon corps et je meurs ? ». Si ces questions urgentes me hantent et que je suis obligé d’y répondre, alors je suis déjà dans un état où j’ai vraiment besoin de la Kabbale.

Pour la première fois, de tels états sont révélés uniquement à notre génération. Et par conséquent, c’est seulement de nos jours que la science de la Kabbale se révèle à l’humanité, et de manière très indifférente : à qui le veut, je vous en prie, celui qui n’en veut pas, aucune exigence. Personne ne convainc personne. L’entrée est libre, la sortie est encore plus libre.

Extrait de « Gros Plan » sur KabTV

Traverser un pont étroit

276.02Il est écrit : « Sachez que l’homme doit traverser un pont très, très étroit, et l’essentiel et la chose la plus importante est de ne pas avoir peur du tout. » Comment pouvons-nous avoir seulement la foi et pas du tout peur ?

Nous devons traverser un pont étroit au-dessus de l’abîme tout en nous tenant par la main les uns les autres. Il s’avère que chacun dépend de tout le monde. C’est ainsi que nous passons du degré de Malkhout au degré de Bina.

Si nous voulons une aide d’en haut de la part du Créateur, nous devons nous tourner vers Lui avec une prière qui s’appelle élever MAN (notre demande). L’aide d’en haut est appelée MAD.

Chacun regarde celui qui marche devant lui. Le pont est tellement étroit que je ne vois rien d’autre que l’ami qui marche devant moi. C’est pourquoi nous devons tous être reliés les uns aux autres et viser le Créateur afin de ressentir comment Il nous conduit tous. Ensuite, dans cette chaîne, nous passerons d’un côté de l’abîme à l’autre, de Malkhout à Bina.

Malkhout est appelée ce monde, que nous ressentons maintenant de manière égoïste, et Bina est appelée le monde à venir, qui existe selon la loi du don sans réserve. Par conséquent, il est clair que le monde à venir existe partout et n’est pas révélé après la mort d’une personne. Après la mort, il n’y a rien : le corps animal meurt et se décompose, il ne reste rien. Mais durant cette vie, nous avons la possibilité d’entrer dans le véritable monde à venir, la qualité du don sans réserve, la qualité du Créateur.

Ne pas avoir peur du tout signifie voir le Créateur devant nous qui crée des difficultés pour nous apprendre à marcher, comme les parents apprennent à un bébé à faire ses premiers pas.

Extrait de la Leçon quotidienne de Kabbale, « Se Préparer à Attaquer au Congrès » le 23/09/2021

Ressentir l’existence du supérieur

929Et s’il y a quelque dysfonctionnement dans la roue, le dysfonctionnement n’est pas évalué par rapport à la roue elle-même, mais en fonction de son service et de son rôle par rapport à l’ensemble de la machine. (Baal HaSoulam, « La Paix dans le Monde »)

Si n’importe lequel d’entre nous commet un acte immoral, inapproprié, s’il cause un préjudice à la société ou à la nature, il nuit au système général.

Nous devons ressentir toute la nature. Supposons que je déracine un buisson dans mon jardin, je cause par cela un préjudice à l’écologie du monde. On peut donc venir me demander « Pourquoi avez-vous agi de la sorte ? », ou peut-être que je peux me le demander.

Cela signifie que chacun d’entre nous devrait ressentir le bénéfice ou le préjudice qu’il cause à la société environnante, au monde, à l’univers, à tous les mondes. Cette sensation se développe progressivement chez une personne. Lorsqu’elle commence à ressentir le monde qui l’entoure et la coopération mutuelle en son sein, elle devient plus élevée que la vie et la mort corporelles. Elle ressent l’existence du supérieur éternel. La sensation du corps matériel naturel diminue parce qu’elle s’élève au-dessus de lui.

Nous devons atteindre ce niveau. La sagesse de la Kabbale exige de nous une attitude très sérieuse envers toute la réalité.

Extrait de « Les Fondamentaux de la Kabbale » sur KabTV, le 21/07/2019

Les impressions de l’exposition à la Lumière

629.3Tout dans la spiritualité est initialement construit sur l’équivalence de deux forces : la force du don sans réserve, d’amour, d’atteinte et de création, qui est appelée le Créateur, et le désir opposé sur lequel cette force travaille, le désir de recevoir, d’accumuler et d’absorber tout ce qui est à l’intérieur.

L’influence de la force du Créateur génère tous les états que la création traverse jusqu’à ce qu’elle atteigne sa pleine similitude avec le Créateur. Dans cette métamorphose, la création se sent constamment sous l’influence de la Lumière supérieure. Elle est obligée de passer par ces états : le meilleur, le pire, et toutes sortes de descentes et de montées afin d’imprimer en elle diverses impressions de l’influence de la Lumière.

Par conséquent, ces impressions suscitent diverses formes de désir. Le désir lui-même, créé par le Créateur, est comme de l’argile informe à partir de laquelle toutes sortes de formes, d’états et d’impressions doivent être créés : proche-lointain, bas-haut, large-étroit, clair-obscur, rouge-vert, sons musicaux, etc. C’est-à-dire toutes les catégories qui distinguent un lieu, un temps, un espace, un mouvement.

Ainsi, la Lumière agit sur ce désir amorphe, ce morceau d’argile, ce morceau informe de terre, de poussière, et en fait quelque chose de semblable au Créateur.

Imaginez à quel niveau vous devez élever cette création ! Et elle doit être consciente de son ascension, être impressionnée par elle afin qu’elle atteigne l’indépendance tout en ressemblant au Créateur.

Le Créateur travaille sur ce désir initial, qui n’est même pas un embryon et qui n’est pas encore né. C’est ce que nous étudions dans la science de la Kabbale et ce que nous traversons pratiquement nous-mêmes.

Extrait de « La force du Livre du Zohar » n°19 sur KabTV

À la recherche de la vérité

292Question : Vous dites que notre monde est une illusion. Quels signes sur le chemin indiquent que nous avançons vers la spiritualité et que nous ne passons pas d’une illusion à une autre ?

Réponse : Je suis à la recherche de la vérité. Pour le moment, je ne connais pas et je ne comprends pas les mondes supérieurs. Je suis simplement à la recherche de la force qui dirige notre monde. Je cherche l’état le plus sublime dans lequel je puisse être, et cela ne se produira que si je m’élève au-dessus de ma nature égoïste.

J’aspire au levier qui nous élèvera au-dessus de l’ego pour que nous puissions être unis, car il n’y a pas d’autre moyen. Il y a deux forces dans le monde, la force de la connexion et la force de la division, le plus et le moins, et nous devons acquérir les deux et les contrôler, et je dois essayer de le faire.

Question : Est-ce que je ressentirai la même réalité lorsque cela se produira ?

Réponse : Bien sûr, vous ressentirez immédiatement où vous êtes. Les systèmes de coordonnées vont commencer à changer en vous. Tout changera parce que vous serez au niveau des forces qui dirigent notre monde et non en dessous comme tous les autres, et alors vous n’aurez plus de questions.

Question : Cela veut-il donc dire qu’en ce moment, je me déplace dans l’obscurité ?

Réponse : Évidemment, mais nous sommes dans un monde au sein duquel les lois physiques opèrent, et vous devez les suivre que vous le vouliez ou non puisque vous êtes à l’intérieur d’elles. Si vous créez de nouvelles forces en vous, vous vous retrouverez sous l’influence des forces spirituelles.

Extrait de « Les Fondamentaux de la Kabbale » sur KabTV, le 14/07/2019