Category Archives: Perception

Tournez-vous vers le Créateur

Question : Que signifie se tourner vers le Créateur si des pensées léthargiques surgissent en moi ?

Réponse : Lorsqu’une pensée apparaît en vous ou que vous éprouver une sensation : mauvaise ou bonne, agréable ou désagréable, troublante ou vice-versa, essayez de réaliser qu’il s’agit d’un conseil du Créateur, qu’Il le stimule en vous.

Si ce n’est pas à chaque minute, pas constamment, alors au moins lorsque vous ressentez que cela vous secoue, lorsque vous commencez à avoir peur de quelque chose, ou que quelque chose vous dérange ou vous énerve, essayez de comprendre cela.

Au moins dans de tels états, essayez de trouver le Créateur et de Le considérer comme la cause, la source de toutes vos pensées et de toutes vos sensations.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/02/2019

Comment un kabbaliste échappe-t-il aux mauvaises pensées ?

Question : Comment un kabbaliste échappe-t-il aux mauvaises pensées ? Quelles méthodes avons-nous pour travailler avec elles ?

Réponse : Un kabbaliste ne fuit jamais rien. Il doit tout utiliser pour l’équilibre et le meilleur. Tout ce qui vient d’en haut est donné pour une raison ; par conséquent, rien ne devrait être écarté d’emblée. Nous devons juste savoir comment l’équilibrer. C’est le sens commun de la vie.

Question : Quelles sont mes actions si j’ai une mauvaise pensée ?

Réponse : Ce n’est pas une mauvaise pensée, mais plutôt une pensée que vous devez traiter correctement. Cela peut être dégoûtant, désagréable ou grossier. Quoi qu’il en soit, dans chaque cas cela provient de la même source, du Créateur, d’où émanent à la fois notre égoïsme et notre altruisme. Nous devons comprendre que notre objectif n’est que l’équilibre entre eux.

Par conséquent, ne repoussez jamais une quelconque pensée ni aucun des désirs les plus immondes qui vous gêne. Dans un premier temps, vous voudrez instinctivement vous en débarrasser, mais à l’instant suivant, vous vous direz : « Non, cela vient du Créateur. » Si je rejette ce désir, je ne m’élèverai pas au-dessus de lui. Je dois le prendre, même si je suis dégoûté, et en s’élevant au-dessus, je dois l’équilibrer correctement.

Tout vient de la racine de mon âme, qui est un mal absolu puisque nous sommes tous le résultat de la brisure de l’âme commune. De ce fait, toute la brisure est révélée en nous progressivement. La raison pour laquelle les désirs les plus fous et les pensées et les pires inclinations apparaissent en moi maintenant se trouve à la racine de mon âme à la suite de la brisure.

Si je ne corrige pas ce désir, plus tard, après quelques degrés, il me reviendra sous une forme différente. Ainsi, nous ne devrions rien fuir ; nous devrions plutôt tout accepter consciemment et agir en conséquence.

Ainsi, un kabbaliste apprend progressivement à ne pas se prendre personnellement à tout ce qui le dépasse. Ce n’est pas moi. Cela vient des qualités opposées dans ma racine. Au début, j’étais en état d’adhésion au Créateur. Puis c’est devenu l’inverse, complètement opposé au Créateur. C’est ce que je vis maintenant.

Pourquoi devrais-je rejeter cela ? Le Créateur éveille spécifiquement le niveau suivant de ma corruption en moi afin que je puisse la corriger et m’élever au degré suivant.

Extrait de la leçon hebdomadaire de kabbale en russe, le 16/12/2018

La compassion pour les étudiants

Question : Un enseignant de Kabbale ressent-il un sentiment de compassion pour les gens ou pour ses élèves ?

Réponse : Un enseignant de Kabbale éprouve toutes les sensations inhérentes à une personne, seulement agrandies 620 fois. Pour supporter ces énormes sensations, il dispose des outils appropriés. Même dans une faible mesure, il ressent chaque sensation 620 fois plus fortement qu’une personne ordinaire.

Question : Qu’est-ce que la compassion pour les étudiants ?

Réponse : Lorsque l’enseignant voit comment un élève cherche à faire quelque chose dans la spiritualité, mais échoue et tombe, et puis essaie à nouveau de monter et chute encore, cela provoque de la compassion chez l’enseignant car il ne peut pas aider l’élève. Il doit attendre patiemment. Bien sûr, il aide l’élève à sa manière, mais pas au niveau où l’élève ressent cette aide.

Je l’ai très bien compris de par ma propre expérience. J’ai été dans de très mauvais états. Mon professeur sympathisait avec moi, mais il ne m’aidait en aucune manière.

Quelques années plus tard seulement, je me suis rendu compte qu’il m’avait aidé de manière complètement différente, peu importe que je souffre ou non devant lui.

Le fait est que la souffrance est ressentie dans le système général et n’est pas purement vôtre ; c’est la souffrance de tout le système de la révélation du Créateur. Cette souffrance générale est ce que ressent le professeur. L’individu n’est pas inclus ici.

Comprenez que seule votre inclusion dans la dizaine se fait ressentir dans la spiritualité. Par conséquent, rester assis seul et souffrir n’aide pas. Le temps perdu ne sera pas rattrapé. Unissez-vous rapidement et connectez vos désirs.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/12/2018

La détermination des états spirituels

Question : L’état d’euphorie est-il acceptable lors de l’étude de la Kabbale ?

Réponse : Bien sûr. Les gens aiment cela.

Question : Ne peut-il pas s’arrêter ?

Réponse : Cela continuera par intermittence avec une dévastation et une déception énorme, puis à nouveau avec du contentement et de l’euphorie jusqu’à ce qu’une personne commence à contrôler clairement les deux lignes : la droite et la gauche. Ensuite, la joie et la tristesse, la satisfaction et le vide seront la même chose pour elle parce qu’on a besoin des deux et que les deux mènent au but.

Question : Comment peut-on distinguer la joie et le plaisir de la communication ordinaire avec les gens et la joie de l’union dans la Kabbale ?

Réponse : On peut le distinguer par le fait que cela soit intentionnel. Dans la Kabbale, tous les états ont un sens parce que chacun d’eux vous fait progresser. Peu importe les actions que vous faites et ce que vous ressentez, elles vous rapprochent toujours de l’objectif, millimètre après millimètre. Par conséquent, la vie ne s’écoule pas en vain.

Extrait de la leçon hebdomadaire de kabbale en russe, le 25/11/2018

L’écran spirituel et l’argent

Commentaire : Dans notre monde, l’argent détermine et contrôle tout.

Ma réponse : Dans le monde spirituel, l’argent contrôle également tout.

« L’argent » (en hébreu « Kessef ») vient du mot « Kissouf » qui signifie « recouvrir ». En hébreu, les noms d’objets et de phénomènes sont donnés pour une raison et proviennent du contenu, des propriétés dont ils dérivent.

Dans la mesure où vous pouvez recouvrir l’égoïsme avec la qualité du don sans réserve et de l’amour, la qualité égoïste de la réception se transforme en qualité du don sans réserve. C’est ainsi que vous gagnez un capital spirituel, c’est-à-dire que vous révélez la Lumière.

Par conséquent, l’écran spirituel s’appelle également « Kissouf » (« Kessef »), tout comme l’argent dans la vie quotidienne. Bien sûr, les gens ne savent pas d’où cela vient, mais l’hébreu est une langue kabbalistique.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 25/11/2018

La souffrance utile

Question : Comment puis-je m’assurer que les souffrances me poussent vers le travail spirituel et non à le fuir ?

Réponse : Le fait est qu’il existe une souffrance utile qui nous dirige vers le but de la création et une souffrance que nous vivons simplement, qui n’apporte rien.

La souffrance utile nous oblige à nous immerger davantage dans le groupe, à nous unir à lui, à nous aider à nous construire. Tout comme lorsque nous allons quelque part et que nous nous perdons, parce que nous avons pris le mauvais chemin, la souffrance qui en découle nous aide à trouver le bon chemin. Sans de telles secousses, nous ne pouvons pas bouger correctement. Nous avançons toujours selon les deux lignes : la droite et la gauche, le plaisir et la souffrance.

Par conséquent, la souffrance qui nous fait avancer et qui indique toujours comment le faire correctement est la souffrance qui convient.

Par exemple, dans un système de guidage, un missile en mouvement s’ajuste constamment. Nous aussi, nous devons toujours surveiller notre chemin et nous ajuster en fonction du retour négatif qui nous corrige et nous maintient constamment sur la bonne voie. Une telle connexion est nécessaire et ne devrait pas être perçue comme une souffrance, mais comme une correction nécessaire. Remerciez le Créateur de nous avoir donné cet enseignement.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 18/11/2018

Le but de la Création

La science de la Kabbale est basée sur l’existence de seulement deux forces : la réception et le don. L’univers entier, le monde dans sa totalité, est basé sur eux. La Kabbale est le système d’équilibre entre ces deux forces, les conduisant à la ligne médiane.

La recherche de la ligne médiane, sa stabilisation, son équilibre, à tous les niveaux (de zéro jusqu’à l’égoïsme absolu, complet, permanent, infini) est le sujet de la science de la Kabbale.

C’est une science et une pratique purement appliquée, qui nous est nécessaire pour nous débarrasser des contradictions. De plus, ces contradictions ne sont pas théoriques, entre quelque chose ou quelqu’un, mais entre la création et le Créateur, c’est-à-dire entre nous et Lui.

Nous devons équilibrer ces contradictions, les ramener à un dénominateur commun, à la soi-disant ligne médiane, où nous et Lui coïnciderons complètement dans nos désirs, nos intentions et nos actions.

C’est ainsi que nous deviendrons partenaires, amants, dans une étreinte, fusionnés les uns aux autres à tous les niveaux possibles, dans toutes les forces, les désirs et les actions.

C’est le but de la création, appelé Devekout, c’est-à-dire une fusion complète entre deux forces complètement opposées.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/12/2018

Découvrir l’espace spirituel

Question : Pourquoi une personne ne se voit-elle pas immédiatement donner la possibilité d’entrer dans l’espace spirituel et de s’y développer ?

Réponse : Elle n’en a aucun désir. Si vous lui donnez de tels désirs, ce ne seront pas les siens. C’est un état d’animalité. En partant du contraire, une personne doit développer les bons désirs spirituels. C’est seulement à ce moment-là qu’elle commencera à atteindre les états supérieurs et ils seront siens.

Question : Peut-être existons-nous déjà dans l’espace spirituel sans le ressentir ?

Réponse : Oui, c’est vrai. Et alors ? Vous ne le ressentez toujours pas. Il s’agit de savoir comment y accéder.

Extrait de la leçon quotidienne de kabbale en russe, le 09/12/2019

La richesse et la pauvreté gênent-elles dans l’étude de la Kabbale ?

Question : Vous avez dit un jour que le Créateur donnait la richesse pour S’éloigner. Mais la pauvreté écarte également les gens de la spiritualité, car toutes les forces et toutes les pensées leurs servent à se nourrir ainsi que leurs familles. Est-ce que la richesse et la pauvreté interfèrent avec la Kabbale ?

Réponse : Non. Tout dépend de la manière dont une personne, en dépit de sa richesse ou de sa pauvreté, se rapporte à la plus haute gouvernance, sachant que le Créateur lui donne exactement ce qui est nécessaire à son âme. Même si je ne comprends pas pourquoi Il me donne des conditions telles que la richesse ou la pauvreté, qui me gênent en principe dans mon avancée sans heurt vers le but, je justifie cela parce que je l’ai reçu du Créateur. De plus, probablement, du point de vue de la racine de mon âme, c’est justifié, naturel et absolument équilibré.

Question : Une telle compréhension me permet donc d’éviter de chercher constamment à gagner de l’argent ?

Réponse : Non, je considère également cela comme un travail spirituel.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 25/11/2018

Comment ne pas se contenter de ce qu’on est ?

Question : Comment ne pas être content de soi en pensant être intelligent, important et s’intéresser au but de la vie ? Comment puis-je obtenir de vrais résultats ?

Réponse : Le fait que vous vous sentiez grand et intelligent est bien. Cependant, vous devez garder à l’esprit que vous devez être reconnaissant envers le Créateur pour cela. D’où viennent toute cette grandeur et cette connaissance ? Cela vient de Lui. Cela vient en premier.

Deuxièmement, qu’est-ce que vous avez vraiment ? Qu’avez-vous reçu dont vous êtes fier ? Un petit enfant qui a reçu un nouveau jouet se retrouve également dans un état d’euphorie, peut-être même qu’il est bien plus satisfait que vous.

Tout dépend de la taille du désir. S’il est petit, il est facile à remplir et vous aurez l’impression que vous êtes au sommet de votre réussite. Si les désirs sont grands, il est beaucoup plus difficile de les satisfaire et vous vous sentirez vide. Par conséquent, tout est mesuré par rapport à votre désir, quelle qu’en soit la taille. Pour l’instant, nos désirs sont encore très petits.

Certes, il est souhaitable d’être dans un bon état, mais vous devez en même temps comprendre que c’est parce que le Créateur vous éclaire et non pas parce que vous avez réalisé quelque chose par vous-même.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 25/11/2018