Category Archives: Perception

Comment l’esprit et la sensation peuvent-ils exister sans un corps ?

Question : Comment l’esprit et la sensation peuvent-ils exister sans un corps physique ? Que ressentira la sensation ? Où est né l’esprit et où réside-t-il ?

Réponse : La sensation n’est pas un corps. Notre corps est juste une substance qui semble exister. Certains mouvements et modifications se reflètent en lui et nous nous sentons vivants.

En réalité, nous existons dans la pensée du Créateur. Rien n’existe en dehors de cette pensée. L’univers entier, tout ce qui existe, n’est qu’une pensée.

Parlez aux astronomes, demandez aux astrophysiciens, et ils diront la même chose. En travaillant avec des corps célestes, ils ressentent qu’il s’agit d’un plan, d’une pensée.

La science de la Kabbale dit la même chose : la matière n’existe pas, nous la ressentons comme une conséquence de la perception de la pensée.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/10/2018

La peur de la réincarnation

Question : Je n’ai pas peur de mourir, mais j’ai peur de renaître. Quelle est l’intention du Créateur ici ?

Réponse : Vous avez peur de naître de nouveau parce que vous savez ce que vous devez encore traverser : la naissance, la crèche, la maternelle, l’école, les maladies, les vaccinations, les problèmes, les insultes, etc.

On dit que les hommes sages se sont assis et ont réfléchi : « Qui est le plus heureux : quelqu’un qui est né ou celui qui va naître ? » Et ils ont décidé que celui qui va naître est plus heureux. Mais si vous êtes né, alors remplissez votre mission et ne renaissez plus jamais.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/09/2018

Je veux rencontrer le Créateur !

Question : Existe-t-il une différence entre le fait qu’une personne ressente le mal et comprenne que cela vient du Créateur et le fait qu’elle ressente simplement le mal sans blâmer le Créateur ?

Réponse : La différence est grande. Si je veux me rapprocher du Créateur, Le comprendre, révéler le secret de ma vie, sous quelle forme j’existais avant la naissance et sous quelle forme j’existerai après ma séparation de cette enveloppe corporelle, bien sûr, le Créateur m’intéresse. C’est la source de mon existence dans toutes les métamorphoses.

Par conséquent, cela m’intéresse de faire Sa connaissance, d’acquérir Ses qualités, de me voir dans tous les mondes, dans tous les états. Cela me permet d’exister. Actuellement, je n’existe pas. Le Livre du Zohar appelle notre existence un rêve loin de la réalité.

Ainsi je ne souhaite pas rester dans cet état. Je veux vraiment comprendre où je suis, ce que je peux changer et voir le vrai monde et non le monde tel qu’il m’apparaît maintenant.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/10/2018

Influencer les événements

Question de Facebook : La conscience que nous sommes contrôlés et non libres dans le choix des événements me bouleverse. Nous ne pouvons absolument pas influencer le calendrier programmé dans lequel nous existons et fonctionnons. Alors pourquoi avons-nous besoin de beaucoup de connaissances si nous ne pouvons pas les utiliser ?

Réponse : En effet, beaucoup de connaissances submergent une personne et l’entraînent dans la tristesse et de nombreux chagrins.

Cependant, vous serez heureux de savoir qu’une connaissance bonne et correcte réduit tous nos chagrins et conduit au contraire à faciliter les choses en comprenant comment tout est organisé, en comprenant la vision transparente du monde entier et de tout ce système, et comment il interagit dans une grande harmonie. Cette harmonie merveilleuse de tout le système de l’univers s’appelle « le Créateur ».

Nous devons révéler ce système, cette harmonie, pour qu’elle joue en nous, et ensuite tout sera simple, ressenti, clair et pour notre bien.

Question : Sommes-nous vraiment contrôlés et non libres de choisir les événements ?

Réponse : Non. En même temps, vous découvrirez comment vous pouvez participer au mouvement de la création générale, de toutes les âmes, à tout moment et à tous les niveaux, vers l’unique but commun : la grande unité, la connexion et la similitude avec le Créateur.

Cet objectif est très beau. Peut-être qu’il est loin, mais vous le verrez et vous pourrez y participer, vous en approcher, et y entrer. De ce fait, vous êtes invités !

Extrait de KabTV, « L’Actualité avec Michael Laitman » du 02/10/2018

Quel est l’avantage de la correction ?

Question : Si tous les événements sont déjà planifiés, alors à quoi bon changer ? Tout ce qui doit arriver arrivera de toute façon.

Réponse : Non. Le monde n’a pas été créé pour que nous le laissions suivre son cours naturel : « Adviendra que pourra. » Nous ne devrions pas le prendre de cette façon et nous y référer de cette façon.

Question : Ainsi, il y a un scénario, mais il n’est pas prédéterminé ? Ou y a-t-il une sorte de libre arbitre pour les participants à ce spectacle ?

Réponse : Si je pouvais m’élever d’un degré au-dessus de moi-même, je constaterais que tout en moi est déterminé à partir de là : ce que je vois, ce que je ressens, comment je décide d’agir et ce que j’accomplis. Tout existe à ce degré.

Mais je ne le sais pas. Par conséquent, je dois agir conformément à ce supposé degré supérieur, sans le voir, sans le comprendre et sans le connaître, selon la mesure de ma foi en lui et dans la mesure de ma propriété du don sans réserve.

Si j’ai l’intention de donner, d’adhérer au Créateur, de faire ce qu’Il juge nécessaire, alors je m’élève à ce degré, j’effectue tout ce qu’Il a écrit dedans et je révèle que tout est préparé de cette manière ; il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

Mais j’ai moi-même pris la décision de me corriger pour pouvoir voir un monde corrigé ; je me le suis représenté devant moi et cela s’est concrétisé.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 26/08/2018

Comprendre l’autorité du Créateur

Question : Pourquoi percevoir le mal est-il une négation de l’autorité du Créateur plutôt que d’accepter Sa providence comme mauvaise ? S’Il dirige, quelle est la raison pour laquelle je ressens le mal ?

Réponse : Ce n’est pas la question. Ce que vous ressentez n’est pas important pour le Créateur, ni même pour vous. L’essentiel est que si vous percevez la providence supérieure comme mauvaise, vous ne la comprenez pas correctement. Pour cela, vous devez être en équivalence de forme avec la gouvernance supérieure.

Maintenant, vous êtes comme un petit enfant qui est obligé de faire quelque chose car ses parents lui ont demandés et il pense qu’ils sont méchants. Comment lui conseilleriez-vous d’agir ? Vous lui diriez : « Tu dois comprendre qu’ils veulent ce qu’il y a de mieux pour toi. S’ils te traitent « bien », ce ne serait pas bon pour toi. »

Nous devons comprendre l’autorité du Créateur. Alors, nous verrons le monde correctement et nous révélerons pourquoi Il agit de cette manière. Nous allumons la télévision, ouvrons un journal, accédons à Internet et recevons un flot d’informations et de commérages…

Nous ne pouvons pas en comprendre le sens, mais tout ceci relève de la gouvernance du Créateur. Si nous pouvions voir l’image générale, nous comprendrions la manière dont Il dirige toute l’humanité et comment nous pouvons L’aider en cela, comme un enfant qui veut comprendre ce que ses parents veulent de lui.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/10/2018

Ressentir la vraie création

Question : Les attentes d’un kabbaliste sont-elles satisfaites plus souvent que celles d’une personne ordinaire ?

Réponse : De telles choses ne peuvent être comparées. C’est comme demander à un enfant s’il veut prendre la place de son père savant qui fait des recherches, qui reste éveillé toute la nuit, cherchant constamment. Un enfant ne peut pas imaginer cela.

La seule chose que je puisse dire, c’est que lorsqu’une personne s’engage sérieusement dans la Kabbale, elle entre dans le vrai processus de travail. Elle commence à ressentir la vraie création.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 08/07/2018

Précisez le chemin vers le Créateur

Nous concentrons toujours davantage notre chemin pour qu’il devienne plus précis et plus net, le transformant en une ligne très étroite menant au Créateur. Ensuite, nous réalisons uniquement ces actions qui se succèdent l’une après l’autre et nous conduisent au but. Sur cette mince ligne commence l’échelle des degrés, l’amour des amis et l’amour du Créateur.

Comment pouvons-nous arriver à cet endroit où cette fine ligne commence ? C’est très simple. « L’endroit » est le désir. Limitez votre désir à une seule intention, à un seul objectif, et vous vous retrouverez sur cette ligne étroite. L’essentiel est d’agir à travers le groupe pour donner sans réserve au Créateur, qui est au centre du groupe, et vous emprunterez certainement cette ligne. (1)

Nous ne pouvons pas comprendre notre cœur car il est revêtu d’une protection à plusieurs couches. Le Créateur est à l’intérieur du cœur, mais nous ne ressentons pas cela ; nous ressentons uniquement des désirs superficiels. C’est une sensation inimaginable lorsque le Créateur se révèle dans le cœur d’une personne et ne fait plus qu’un avec son cœur. C’est la fin de la correction.

Jusqu’à présent, nous sommes très loin de cet état. Nous devons frotter notre cœur, en enlevant toutes les couches de celui-ci afin de révéler le vrai cœur vivant. Maintenant, il possède une mur de pierre et s’appelle donc « le cœur de pierre ». (2)

Extrait de la 3ème partie de la Leçon quotidienne de la Kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, « Matan Torah » (Le Don de la Torah), Point 14, le 23/01/2019

(1) : à 22 minutes et 45 secondes
(2) : à 27 minutes et 44 secondes

Sans dépendre de l’inspiration

Remarque : Récemment, lors d’un atelier, nous avons parlé de l’amour des amis et j’ai entendu comment tout le monde ne parlait pas à partir de la logique, mais d’une sensation profonde et de la compréhension que c’était important, que cela était leur avenir et qu’ils étaient prêts à suivre ce chemin désintéressé…

Mon commentaire : Je ne suis pas particulièrement encouragé par de telles phrases. Supposons que les amis parlent d’ascension, de désir, d’aspiration, d’amour et d’amitié maintenant, nous savons à quelle vitesse cela passe et ce qui en reste.

J’aime construire mon inspiration en me basant sur le début et la fin de la création : où sommes-nous ? Comment y parvenons-nous ? Pas d’après ce qu’un homme dit aujourd’hui et demain peut-être pas.

De ce fait, je préfère avoir toujours un tel état à partir duquel je peux développer l’amour, le désir, l’approbation et la grandeur. Mais cela devrait être basé sur la structure de l’univers, sur la raison de sa création, sur son but. Alors c’est vraiment quelque chose d’éternel, de global et de parfait.

Bien sûr, tout dépend du caractère et des qualités d’une personne, mais je préfère personnellement avoir toujours un schéma sous la main qui montre le début et la fin de la création, l’ensemble du chemin et comment il peut être surmonter avec l’aide du groupe.

Par conséquent, quoi que l’on me demande, je dis toujours : « Commençons par Adam, par son développement, par le fait qu’ensemble, nous devons restaurer sa structure. » Nous ne pouvons pas y échapper. Nous sommes dedans. Et puis j’explique quoi faire. Cela ne dépend pas de l’inspiration. C’est la réalité.

Question : Donc, lorsque je suis dans un état mort, je recommence à faire défiler : la création de l’âme commune, la brisure d’Adam HaRishon, etc. ?

Réponse : Oui. Mais vous comprenez pourquoi cet état mort est donné, d’où il vient : de l’infini, du parfait, de l’éternel et du vrai !

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 27/06/2018

L’échelle de l’atteinte est constante

Question : Quels kabbalistes avez-vous déjà rencontrés et ressentez-vous le mieux ? Quelle est votre expérience personnelle sur ce chemin ?

Réponse : Le fait est que tous les kabbalistes ont franchi des étapes très importantes sur l’échelle de l’ascension spirituelle jusqu’à l’atteinte complète pour s’incorporer pleinement les uns aux autres.

Je ne suis pas aussi élevé qu’eux, donc je ne peux pas dire ce qu’ils ont déjà vécu.

C’est mon professeur le Rabash que je ressens le plus. Ce qui compte le plus pour moi est de me cramponner à lui constamment. Je reçois la Lumière supérieure de lui. Toute révélation, atteinte, me parvient uniquement à travers lui.

Au-dessus du Rabash, sur la hiérarchie spirituelle, se trouvent son père, le Baal HaSoulam, puis le Ramchal, le Ari et d’autres kabbalistes. Mais en pratique, je reçois la Lumière du Rabash. Les marches de l’échelle de l’atteinte spirituelle sont constantes.

Extrait de la leçon en russe, le 16/09/2019