Category Archives: Perception

Créez le Créateur en vous-même

laitman_940Question : Qu’est-ce que cela signifie que nous créons le Créateur ?

Réponse : En réalité, il n’y a pas de Créateur. La mesure dans laquelle je peux ressentir la Lumière supérieure et me corriger pour être similaire à elle est la partie à l’intérieur de moi qui est appelée le Créateur ou Boré (« bo-ré », viens et vois).

La révélation du Créateur se produit lorsque mes propriétés deviennent semblables aux Siennes. S’il n’y a pas actuellement de telles propriétés en moi, alors il n’y a pas de Créateur en moi.

Question : D’une part, vous dites que nous créons le Créateur à l’intérieur de nous. D’autre part, vous dites que le Créateur fait tout : toutes les pensées viennent de Lui et Il contrôle les actions de tout le monde. Il y a une contradiction ici. Comment peut-elle être résolue ?

Réponse : C’est très simple. En fait, le Créateur agit de la même manière que j’agis envers Lui. Il est la force immuable qui remplit tout, préserve tout à l’intérieur de Lui, et se révèle uniquement dans la mesure où je me dirige vers Lui.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 21/01/2018

Une société de personnes égales

Le Baal HaSoulam, Les Écrits de la Dernière Génération : Israël doit être le premier parmi les nations à assumer le communisme altruiste international. Il doit être un modèle démontrant le bien et la beauté de ce gouvernement. Parce qu’il souffre et souffrira de la tyrannie des nations plus que toutes les autres nations, il est comme le cœur qui brûle devant tous les autres organes. Par conséquent, ils est plus approprié pour adopter le gouvernement adéquat en premier.

Le Baal HaSoulam parle de créer une société de personnes absolument égales et unies dans une seule famille commune qui existe dans un état de solidarité complète. C’est un système socialiste idéal fonctionnant selon le principe du « travailler selon ses capacités et recevoir selon ses besoins ».

Dans une société altruiste, personne ne prendra plus que ce dont il a besoin. Au début, il n’obtiendra aucun supplément, puis il arrêtera de prendre le surplus.

Les gens penseront uniquement au consentement entre tous les membres de la société et à la connexion à un tel système d’interaction dans lequel une force unique (un seul champ égal, homogène, qui remplira l’espace entier entre eux) sera révélée. Ce champ se révélera entre eux non comme leur dérivé, mais comme leur force initiale appelée le Créateur.

Question : Est-ce la perception idéale d’une personne future parce que sa nature primordiale est égoïste ?

Réponse : La méthode de la Kabbale est basée sur l’application correcte de l’égoïsme. Cela est dû au rejet mutuel, à la haine et à d’autres qualités négatives qui existent chez tout le monde par rapport aux autres, que nous pouvons utiliser pour rétablir les propriétés positives opposées au-dessus d’elles.

Extrait de KabTV, « La Dernière Génération » du 11/12/2017

Sommes-nous responsables de nos propres pensées ?

Question : Une personne est-elle responsable de ses pensées ?

Réponse : Si c’est sur elle et le Créateur, alors oui. Si c’est sur le reste de l’humanité, alors non car jusqu’à ce que les pensées se transforment en actions, nous n’avons pas de problèmes avec les autres personnes. Mais en principe, nos pensées sont nos actions.

Questions : Et si une personne est horrifiée par ses pensées ?

Réponse : Ce n’est pas important ; ce sont ses pensées et elle doit les corriger.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/01/2018

Qu’est-ce que notre « moi » ?

Question : Quel est le « moi » d’une personne qui est consciente de son existence ?

Réponse : C’est juste un petit égoïsme. En le changeant, nous ressentirons non seulement la propriété de la réception, mais aussi la propriété du don sans réserve. Dans l’égoïsme corrigé pour donner sans réserve, nous commençons à ressentir ce qui existe réellement à l’extérieur de nous.

Maintenant, nous ressentons et analysons seulement ce qui entre à l’intérieur de nos sens : la vue, l’ouïe, le goût, l’odorat et le toucher. Si nous avions des organes sensoriels supplémentaires, nous ressentirions beaucoup plus, non pas comme cela entre et s’adapte en nous, mais comme cela existe en dehors de nous, objectivement. C’est ce que l’on appelle l’atteinte spirituelle.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 10/12/2017

Le développement inconscient de l’humanité

Question : Quelle est la cause du développement inconscient de l’humanité depuis des dizaines de milliers d’années ?

Réponse : Il nous semble que c’est une très longue période de temps. L’univers et la nature minérale, végétale et animale se sont développés précisément dans le but de voir la différence entre la lumière et les ténèbres.

Cela a eu lieu initialement au niveau le plus bas, minéral, dans les atomes et les molécules, etc. Ensuite, cela a continué aux niveaux végétal et animal, dans diverses composantes biologiques et zoologiques de la nature. Par la suite, cela a eu lieu au niveau humain de notre monde, non seulement en physiologie, mais aussi dans la psychologie humaine.

C’est seulement après cela qu’une personne se rapproche du fait d’être plus digne d’entreprendre des recherches à un niveau spirituel.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 10/12/2017

Un regard sur le monde à travers une lentille différente

Question : Un kabbaliste peut-il changer la réalité ?

Réponse : Une personne peut changer la réalité dans laquelle elle se trouve parce qu’elle dépend entièrement de ses propres qualités. Aujourd’hui, nous existons tous dans les mêmes qualités, dans un cadre spécifique, et c’est pourquoi, pour nous, il y a une perception partagée du monde, des préoccupations et des expériences similaires, etc.

Un kabbaliste qui commence à comprendre la création voit le monde tout à fait différemment, bien que sa perception animale à travers les cinq organes sensoriels et matériels reste la même que celle des gens.

C’est comme si deux appareils apparaissaient, et il voit différemment à travers chacun d’eux, comme s’il regardait à travers des lunettes rouges et bleues.

Question : Cela signifie-t-il qu’il existe une double réalité pour une telle personne ?

Réponse : Non, ce n’est pas un dédoublement de la personnalité, comme dans notre monde lorsqu’une personne ne sait pas qui ou ce qu’elle est. Il n’y a pas de telle chose dans la Kabbale.

En percevant deux qualités opposées en soi, une personne s’élève au-dessus d’elles, dans la ligne médiane, et expérimente la réalité par rapport au niveau spirituel sur lequel elle existe. Grâce à cette dualité, cette perception stéréoscopique, elle commence à tout expérimenter non pas de son point de vue, mais du point de vue du Créateur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 10/12/2017

Les sorcières et les démons

Question : Est-ce que les fantômes, les poltergeists, les anges et les démons existent ?

Réponse : Il n’y a pas de sorcières, de goules, de diables, de démons ou autres mauvais esprits.

Ce sont tous des qualités d’une personne. Dans la Kabbale, il existe de nombreux noms à la fois de forces pures (altruistes) et impures (égoïstes). Cependant, elles se trouvent toutes à l’intérieur d’une personne. Cela ne signifie pas que nous devons chasser les démons. Nous devons corriger nos qualités égoïstes.

Ne les imaginez pas sous la forme d’une image. Voulez-vous changer quelque chose ? Alors changez simplement vous-même, votre égoïsme. Disons qu’hier votre égoïsme était à -20 et aujourd’hui il est à -10. Cela signifie que vous avez chassé un « démon » hors de vous.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/01/2018

Les trois postulats de la Kabbale

Question : Quelles sont les trois lois fondamentales de la méthode de la Kabbale ?

Réponse : Le premier postulat est qu’il existe une seule force supérieure de la nature, appelée « le Créateur » ou « Nature ». Nous ne lui attribuons pas de propriétés spéciales autres que celle d’être une force générale qui inclut absolument tout ce qui existe dans la création.

Le second postulat est que la force supérieure a créé les niveaux minéral, végétal, animal et humain de la nature, qui sont automatiquement contrôlés par la force supérieure sans aucune possibilité de libre arbitre. Dans une telle situation, une personne est la partie de la nature qui peut consciemment et indépendamment réagir à ses signaux. « Humain » en hébreu est « Adam » (du mot « Domé » [« similaire »]), qui signifie « semblable au Créateur ».

De même que le Créateur a Sa liberté d’action, il existe une possibilité d’agir de façon indépendante lorsqu’une personne s’élève au-dessus de sa nature et peut agir au-dessus de sa propre nature.

Le troisième postulat est qu’à la suite d’actions et d’exercices spéciaux, tout le monde peut atteindre l’équivalence de forme avec le Créateur de manière à ce que nous ayons la liberté d’agir de la même façon que le Créateur.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/02/2018

Que se passe-t-il lorsque le corps meurt ?

Question : On dit que lorsque le corps meurt, l’esprit le quitte. Qu’est-ce qui abandonne réellement le corps ?

Réponse : Dans la Kabbale, le terme « corps » signifie le désir. Lorsque la Lumière quitte ce désir, il meurt. En d’autres termes, il devient un désir qui ne cherche qu’à recevoir. C’est ce qu’on appelle un désir mort ou un cadavre. En principe, le genre de mort dont vous parlez n’existe pas.

Question : Où sont les âmes non corrigées des personnes après la mort ?

Réponse : Elles existent toujours à l’intérieur du désir qui a acquis une qualité similaire à elles.

Après la mort du corps, nous commençons à ressentir notre plus grand état spirituel et expressif. Non pas parce que le corps meurt, mais parce qu’un certain désir égoïste disparaît.

Question : Une personne peut mourir d’une mort naturelle ou être tuée, noyée ou brûlée. Est-ce que la cause de la mort a un impact sur son âme au moment du décès ?

Réponse : Non, parce qu’elle n’avait pas d’âme ! Avant qu’une personne ait le désir pour le monde supérieur, elle n’est impliquée que dans l’avancement au niveau de ce monde. C’est pourquoi cela vaut la peine de commencer votre progression spirituelle le plus rapidement possible.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/01/2018

L’harmonie spirituelle de la langue hébraïque

La connaissance de l’hébreu est très importante dans l’étude de la Kabbale. La Kabbale est différente des sciences de ce monde, par exemple la physique qui peut être apprise dans n’importe quelle langue. Les termes kabbalistiques en hébreu correspondent directement aux récipients spirituels, aux Lumières et aux actions.

En lisant le texte kabbalistique, nous ne lisons pas seulement des mots, mais nous passons de désir en désir, révélant le Créateur à travers le changement des lettres et leur séquence.

Chaque lettre est un symbole spirituel, et chaque mot est une matrice. C’est comme un code secret spécial, un cryptage. Chaque mot, lettre, ordre de mots, et la racine de chaque mot viennent de la relation des Lumières et des désirs. La langue hébraïque a été créée sur cette base. C’est le seul langage qui ne soit pas apparu pour un usage corporel, mais qui est descendu d’en haut pour définir les relations entre les Lumières et les désirs.

Par conséquent, la connaissance de l’hébreu nous aide à pénétrer plus profondément dans la connexion de la Lumière et du désir, à en ressentir le goût et à comprendre pourquoi elle est exactement comme elle est. Nous pouvons ressentir l’harmonie inhérente à la langue hébraïque et l’interconnexion interne des forces de la nature qui s’expriment à travers ses lettres.

Lors de la traduction d’un texte kabbalistique en français ou dans une autre langue, l’essence de l’explication qui est incluse dans le mot lui-même est perdue. La traduction donne une compréhension plus extérieure de l’action, tandis que le mot hébreu exprime la signification intérieure des désirs, leur connexion entre eux et avec la Lumière, et la forme du remplissage.

En plus des lettres en hébreu, il y a des points de vocalisation, des couronnes sur les lettres (TANTA soit Ta’amim – Goûts, Nekoudot – Points, Taguin – Couronnes, Otiot – Lettres) qui montrent comment ces propriétés commencent à se révéler.

Il y a 22 lettres en hébreu : neuf de Bina, neuf de Zeir Anpin et quatre de Malkhout, et cinq autres lettres finales, c’est-à-dire les symboles qui se trouvent sur la Parsa. La sortie de la Lumière construit les points (vocalisations) qui disparaissent. Les voyelles ne sont presque jamais utilisées, elles sont juste implicites.

Les lettres, les points, les couronnes sur les lettres sont tous très importants. Ils peuvent révéler toute la sagesse. Si seulement nous pouvions connaître la signification intérieure des mots et de l’ordre des mots et des lettres ; tout ceci est la révélation entière du Créateur aux êtres créés.

Extrait de la 2ème partie de la leçon de Kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, « Le Don de la Torah – 1 » du 14/05/2018