Category Archives: Perception

Le monde spirituel est juste ici

Dr. Michael LaitmanToute la création est dans un état fixe, immuable, mais nous percevons et découvrons la création selon les attributs qui se révèlent en nous, tout comme une personne peut regarder la même chose sans lunettes, avec des lunettes, avec des jumelles ou avec un microscope. A savoir, tout dépend des récipients de notre perception à travers lesquels nous regardons la création.

Tout est évalué uniquement selon la personne. Nous sommes vraiment dans le monde de l’Infini. Je me souviens d’avoir entendu un exposé d’un rabbin local à Rehovot dans les années 70, qui m’a étonné quand il a étendu ses bras et a dit : « Voici le monde à venir, voici le monde spirituel. » Je ne comprenais pas ce dont il était en train de parler et ce qu’il regardait. Il était un kabbaliste qui avait atteint la spiritualité.

Je ne pouvais pas comprendre ce qu’il voulait dire alors : comment le monde à venir peut-il être ici ? Il n’a rien expliqué de plus que cela, mais ça m’a vraiment impressionné.

Ainsi, nous sommes dans le monde de l’Infini, dans le seul état qui a été créé, et nous devons découvrir ces récipients de perception. C’est tout notre travail.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 13/03/14, Écrits du Baal HaSoulam

L’adaptation des images intérieures

Dr. Michael LaitmanQuestion : Parfois, nous nous ennuyons, nous nous endormons pendant la leçon, ou nous sommes emportés par des pensées étrangères. Pourquoi le Créateur prépare-t-il les choses de cette façon ? Que veut-Il nous montrer ? Comment est-il possible de maintenir le même niveau d’intention tout le temps ?

Réponse : Lorsque vous écoutez mes leçons, vous devriez essayer de sentir chaque mot que je dis dans sa pleine profondeur. Tout est construit sur ​​votre identification avec moi.

Je ne dis rien avant d’avoir créer des images à l’intérieur de moi que je transmets ensuite verbalement aux autres, en espérant qu’ils puissent les entendre et par conséquent construire cette même image en eux. Quand nos images sont en corrélation, nous commençons un dialogue de clarifications internes de cette image : quels attributs, valeurs et mouvements se trouvent en elles.

Si vous ne formez pas d’image sensorielle interne en vous-même à partir de ce que vous entendez de moi, vous êtes probablement assis sans votre incorporation en moi et mon incorporation en vous. Là est le problème. Ainsi, après un certain temps, vous vous endormez sûrement, vous perdez le contact ainsi que le sens et le sentiment de nécessité de cette leçon.

Il y a des gens qui ne peuvent pas fonctionner de cette façon parce qu’ils pensent qu’ils en savent beaucoup. Ce qui est important pour eux, c’est de m’écouter dans le but de me contester. Je ne suis pas offensé par eux car cette attitude est naturellement imprimée en eux et il est très difficile pour eux de percevoir le matériau correctement. Je m’identifie à eux, mais ils devraient surmonter ces états car si un étudiant ne forme pas l’image que l’enseignant lui transmet à l’intérieur de lui, il n’apprend pas.

D’autre part, quand vous dialoguez avec vos amis, cela est certainement plus facile, plus simple et mieux pour vous. Tout entre vous est spécialement construit sur ​​la sympathie et l’empathie. Il est beaucoup plus facile pour vous de communiquer avec les amis parce que leur langage est beaucoup plus simple que le mien.

Nous essayons de transmettre les leçons sous la forme d’ateliers. Cette méthode aide les gens à ressentir et à se connecter au texte et à celui qui l’a écrit beaucoup plus profondément.

La mission de l’homme est de servir le Créateur

Dr. Michael LaitmanDe l’article de Baal HaSoulam «Introduction au livre Panim Meirot », p.6:

Puisque vous n’étiez pas créés pour revenir après l’achèvement des travaux des champs avec vos ânes à la même crèche. 

Et comme il ne sera pas la mission d’un âne de servir tous les ânes de sa génération dans le monde, de même il ne sera pas la mission de l’homme de servir les corps de toutes les créatures, de tous les contemporains de son corps animal.

La prédestination de l’âne est de servir l’homme qui est au-dessus de lui afin de lui appporter un intérêt. Tandis que la prédestination de l’homme est de servir le Créateur et d’accomplir Son intention.

Question: Comment l’homme peut être sûr qu’il sert le Créateur?

Réponse: Servir le Créateur cela signifie réaliser Son de plan de création

– donner du plaisir à ceux qu’il a créé. Vous n’avez rien à donner au Créateur, à part la révélation du fait à quel point Il vous aime, ce qui est possible uniquement si vos attributs sont similaires. C’est ce qu’on appelle le service. Les parents n’attendent rien de plus de leurs enfants qu’une gratitude pour leur amour parental.

Les kabbalistes nous apprénent comment le faire. Si je ne ressens rien à part ce monde, alors je ne connais rien du Créateur. Les kabbalistes me donnent des conseils sur ce qu’il faut faire pour atteindre l’objectif . Il y a des maîtres qui m’apprennent.

Nous le voyons par l’exemple des animaux, que si la mère ne se soucie pas de ses petits, ils ne survivront pas. Elle doit les nourrir, les éduquer, leur apprendre à trouver de la nourriture – alors ils pourront exister.

La même chose s’applique au monde spirituel – l’homme lui-même ne sait rien. Il doit être entièrement dévoué au professeur comme un petit chiot qui suit toujours sa mère – parce que sans elle il mourrait . Mais l’homme pense qu’il est intelligent et qu’il sait tout.

De la leçon sur: L’introduction au livre « Panim meirot » , 13.03.2014

 

Doté de l’intention

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment est- il possible d’atteindre l’unité s’il existe une telle séparation qu’il semble impossible de relier tous les courants et toutes les fractions?

Réponse: C’est ainsi que doit être l’état de la fin de l’exil. Je n’en suis pas surpris. Nous y sommes arrivés après des milliers d’années de développement. Le monde moderne – c’est un degré progressif du développement de l’égoïsme.

Ce degré est bon puisque l’égoïsme s’y révèle dans sa forme explicite. Il ne lui manque plus que la reconnaissance du mal : nous devons comprendre que si nous nous sentons mal c’est à cause de notre égoïsme et nous devons le désigner en tant que source de tous nos malheurs.

C’est cette prise de conscience qui nous manque toujours, c’est-à-dire  nous ne devons pas que souffrir parce nous nous sentons mal, mais nous devons découvrir la cause de ce mal. Nous ne faisons pas encore de rapport encore notre séparation et une escalade militaire dans un certain endroit, avec des manifestations, avec des problèmes qui émergent en permanence, avec la hausse des prix. Nous ne relions pas toutes ces choses et pour cette raison, nous n’avons pas encore la reconnaissance du mal – juste de mauvaises sensations.

Nous avons besoin de travailler sur cela et expliquer que c’est le manque de connexion entre nous qui est la raison de la manifestation du mal. Et la correction n’est possible que moyennant la restauration de notre connexion.

L’humanité ne pourra jamais révéler cette relation toute seule et comprendre que le manque de connexion entre les gens exerce un impact négatif sur l’environnement, l’écologie. On peut encore arriver à persuader les gens que la séparation a un effet nuisible sur la société humaine, conduisant à une scission entre la populations laïque et religieuse, entre les riches et les pauvres, entre différents courants sociaux, amenant à des problèmes dans l’éducation – mais tout cela concerne le degré humain. Si nous parlons de l’impact exercé sur la nature: aux niveaux minéral, végétal et animal – il serait  difficile à l’expliquer.

Il faudrait éprouver de terribles souffrances afin de pouvoir voir à travers elles le lien entre ces choses. Pour cette raison il est nécessaire de diffuser la sagesse de la Kabbale et Baal HaSoulam nous a dit que le temps est venu.

Question: Peut-être que nous pouvons convaincre les gens en leur donnant un exemple, en leur montrant quels résultats merveilleux nous pouvons atteindre grâce à l’étude de la Kabbale ?

Réponse: Je ne pense pas que ce sera utile, même si nous allons nous agiter en leur montrant toutes sortes d’excellents exemples de connexion entre les gens. Notre travail consiste principalement à garder l’intention. Nous devons aussi effectuer des actions, mais le plus important pour nous c’est de nous concentrer sur l’intention et de ne pas descendre au dessous de l’éducation intégrale .

Je ne pense pas que nous puissons nous ouvrir le chemin à l’aide des actions. Les actions sont nécessaires, mais elles sont dues à la lumière.

Et la lumière agit en fonction de l’intention. Donc l’action même, au-dessus de laquelle on construit l’intention n’est pas si importante. Pour cela il faut juste utiliser toutes les possibilités données d’en haut.

Nous devons nour rapprocher toujours de plus en plus près de la création de la bonne intention – c’est ça notre travail. Grâce à ça nous attirons la lumière, à part la lumière nous n’avons besoin de rien. Je n’ai rien d’autre entre les mains : ni fusil, ni lance – uniquement l’intention que je dois utiliser pour attirer la lumière .

De la leçon Introduction au livre Panim meirot , 13.03.2014

 

Un remède sûr sans effet secondaire

Dr. Michael LaitmanQuestion: Peut-on faire du mal au monde par l’étude de la sagesse de la Kabbale comme les dommages causés par l’utilisation de la science égoïste externe?

Réponse: Grâce à la découverte de la Kabbale, il est impossible de faire du mal parce qu’elle est un filtre naturel qui ne transfère qu’une bonne influence de nous vers le monde supérieur, le système de forces qui gère la réalité. Une mauvaise influence ne peut jamais y aller.

Mais quand vient le temps où vous devez avoir une bonne influence sur ce système et que vous n’avez pas, alors vous avez une mauvaise influence sur lui, pas directement, mais indirectement. Vous n’endommagez pas le système volontairement, et vous ne le savez même pas.

Mais ceci ne parle que de votre manque de correction. Vous ne pouvez pas intentionnellement causer des destructions dans le système supérieur. Délibérément vous ne pouvez que corriger. Vous pouvez  ajouter vos efforts pour fournir une bonne influence, mais une mauvaise influence est impossible.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 09/03/14, Écrits du Baal HaSoulam

Seul parmi les anges errants

Dr. Michael LaitmanQuestion: Je magnifie toujours et éleve l’ami . Pour moi, il est un moyen et une aide pour l’acquisition de la vie dans la spiritualité. Alors, comment puis-je être jaloux de lui ?

Réponse: Nous voyons toujours les autres à travers le prisme de notre ego. Et il me semble que tout le monde est pire que moi. Et si quelqu’un est meilleur, ici , je commence à me sentir mal et j’ai besoin d’équilibrer ceci en quelque sorte, sinon je vais souffrir.

En fait, je suis le seul à exister. Tous les autres sont mes caractéristiques négatives qui errent autour de moi. Si j’étais corrigé , je ne pourrais pas les voir, à la place, je  verrais les parties de mon âme qui sont connectées à moi en un tout unifié, je verrais la Lumière. Voilà comment je verrais toutes sortes de gens. Ils sont tous mes caractéristiques internes.

Comment me comporter à leur égard ? Comme si c’étaient des anges .

Question: Mais cette jalousie qui devrait exister n’est pas en moi. Suis-je jaloux de quelqu’un? Je vois que tout le monde est aussi misérable que moi.

Réponse: C’est parce que vous voyez les amis grâce à votre ego . En fait, ils sont tous parfaits !Car le Créateur a créé une telle perception de l’environnement à cause de vous. Si vous vous corrigez , vous verrez tout le monde aussi parfait ! Personne ne doit être corrigé, vous uniquement.

Le magnétisme du don sans réserve

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment puis-je mesurer mon état en dehors du désir de recevoir et est-ce possible si nous le faisons tout le temps ?

Réponse: Cela signifie que je suis prêt à toujours rester dans l’état actuel, c’est- à-dire Hafetz Hessed, peu importe ce qui se passe . Et plus je m’élève, plus mon état de Hafetz Hessed descend, ce qui signifie qu’il s’étend au niveau le plus bas. C’est ce qu’on appelle la mesure à l’extérieur du désir de recevoir. Dans un état de Hafetz Hessed je ne fais pas de mesure, mais j’essaie de rester aussi bas que possible dans un état permanent.

Ceci est considéré comme mesurer en dehors du désir de recevoir si je n’attribue pas un intérêt à la satisfaction du désir de recevoir . Je reçois cette capacité comme une barre de fer levé en l’air par un aimant. Grâce à l’aimant, le fer peut rester en l’air. C’est pareil avec le désir, dans la mesure où la lumière influe sur le désir, l’élève au-dessus d’une intention pour le bien de la réception, il peut être suspendu en l’air avec une intention pour l’ amour du don.

Le désir lui-même est inchangé, mais sa direction se transforme de pour soi-même en pour un autre , ce qui signifie pour le Créateur. C’est ainsi que nous sommes rarement capable de mesurer en dehors du désir de recevoir.

De la préparation au cours quotidien de Kabbale 02/03/14

Verser des larmes de joie

Dr. Michael LaitmanQuestion : Je ne peux rien faire quand je vois la haine, les faux-semblants, et la fraude dans la façon dont les amis se comportent.

Réponse : Bien sûr. Personne n’est parfait. Nous sommes tous spirituellement défectueux. Nous voulons tous être corrigé. Lorsque nous montons encore un peu vers le Créateur depuis cet état, nos actions sont très désirables pour Lui.

C’est tout à fait naturel de voir que les amis sont aussi sales dans leurs pensées que je le suis, dans leurs sentiments, dans leurs plans diaboliques, et dans les différentes envies irrépressibles et négatives qu’ils ont. Si je corrige tout cela, je tombe immédiatement dans ces défauts à maintes reprises. Nous reconnaissons au moins le fait que nous sommes dans un géant trou d’égout et que toutes nos pensées et nos désirs imparfaits sont notre état ​​initial.

Vos larmes sont de merveilleuses larmes de la reconnaissance de notre état​​. Cela indique déjà que la Lumière Supérieure vous influence et vous aide à comprendre où vous êtes par rapport à elle. C’est déjà la reconnaissance du mal et pas seulement un certain bas niveau, mais un état d’où vous pouvez avancer et faire un bond en avant.

Nous devons donc transformer ces larmes en larmes de joie et remercier le Créateur de vous donner cette reconnaissance de votre état et un tel soutien ! Vous n’êtes pas isolé dans une sorte de ferme finlandaise, pleurant sur votre sort.

Vous êtes dans un grand groupe qui vous fournit un soutien. Vous avez tout un système qui est sain et vous savez que vous êtes une partie de celui-ci, comment il fonctionne sur vous, et comment vous devriez l’utiliser pour atteindre le centre, l’équilibre absolu. Vous avez tout ça ! Ainsi, vos larmes ne sont que le début, uniquement la reconnaissance de votre état​​. Je dirais même que vous pleurez sur vous-mêmes. Vous devriez au moins l’attribuer à vous-mêmes et verser des larmes de joie car vous comprenez qui vous dirige, et quel chemin vous êtes en train de suivre. Cela viendra. Accrochez-vous à nous et tout ira bien.

La confiance qui nous connecte à l’environnment

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quel est le lien entre la confiance et la joie ?

Réponse: La confiance nous apporte la joie. Le sentiment de confiance est le résultat de l’éclairage spécial qui vient d’en haut et soutient une personne comme sur un coussin d’air, le remplissant ainsi de joie.

Il existe deux formes de confiance : la confiance en raison de ce que j’ai dans ma poche , à quel point je suis plus fort que l’environnement, ou la confiance dans l’environnement, de la force de l’ environnement et le fait que je suis inclus en lui, ce qui signifie que ma confiance dépend de l’environnement. C’est l’un des deux.

La confiance est la connexion à l’environnement quand je suis plus fort que l’environnement ou lorsque l’environnement est plus fort que moi , mais je suis connecté à lui. Le meilleur sentiment de confiance, c’est quand je suis satisfait de l’état de petitesse. Ensuite, je suis sûr d’être dans les bras de l’environnement, confiant comme un bébé dans les bras de sa mère.

Quand un bébé grandit, il ne se sent pas le même sentiment de confiance qu’il ressentait avant. Il a déjà des doutes et a peur de tout , tandis qu’un bébé dans les bras de sa mère ne s’ inquiète de rien, et c’est le meilleur moment .

De la 3ème partie du cours quotidien de Kabbale 05/03/14 , Écrits du Baal HaSoulam

 

La base de l’indépendance est le détachement du Créateur

Dr. Michael Laitman« L’Indroduction à la Kabbale » – est une introduction très importante écrite par Baal HaSoulam pour préparer l’homme à l’étude du livre du Zohar avec le commentaire Soulam. Grâce à cette introduction l’homme peut au moins se rapprocher d’une certaine manière de ce commentaire, sinon sans le commentaire Soulam, le livre du Zohar nous serait absolument incompréhensible. Cette introduction comprend l’ensemble de la Kabbale liée à la propagation des mondes de haut en bas et dévoilée par Ari dans son livre « L’arbre de la Vie. »

Cette propagation des mondes a été découverte déjà par Abraham, puis décrite dans la Torah par Moïse, mais sous une forme dissimulée, cryptée.

Tandis qu’aujourd’hui nous l’étudions pour son application pratique et pour cela nous devons la découvrir sous une forme claire, adaptée à la réalisation et à l’utilisation.

Pour cette raison le Baal HaSoulam explique toute cette science depuis le début, depuis la Source qui génère l’idée de la création et de quelle manière, suivant cette idée, la création a été créé et matérialisée. Le Créateur, la force supérieure de don et d’amour créé quelque chose en dehors de Lui-même qui doit être Son contraire. Si le Créateur – est la force de don, il doit créer la force de réception.

Aussitôt après sa création, la force de réception disparaît à l’intérieur de la force de don, c’est-à-dire qu’elle est contrôlée par celle-ci à cent pour cent. Et pour cette raison la création semble ne pas exister. Puisque ce n’est pas le matériel qui compte, mais l’existence d’une indépendance du Créateur – mais elle ne l’a pas.

Alors la question se pose, comment peut-elle exister? Comment est-il possible de générer quelque chose qui peut devenir ensuite entièrement indépendant? Tout ce qu’il a – il l’a de Moi et ce fil ne peut pas être coupé. Ce n’est pas possible que la création ait quelque chose de nouveau, car d’où elle peut le recevoir ? – c’est aussi de Moi. Il n’y a rien qui existe dans le monde en dehors de Moi.

Alors, comment est-il possible d’amener la création à l’indépendance? C’est comme si ça niait et détruisait l’unicité du Créateur dans l’univers. C’est paradoxal, car s’il n’existe qu’une seule Source qui génére tout et qu’il n’y a rien au monde hormis cette source, alors comment cela peut-il se faire que la création aurait une certaine indépendance, à tel point qu’elle pourrait même être contre son Créateur, et non pas artificiellement, mais véritablement de son propre gré ?

Ici se cache une très grande profondeur qui nous est incompréhensible.

Nous pourrons comprendre cette indépendance qu’à la fin de la correction.

Pour l’ínstant nous devons étudier toutes les étapes suivant lesquelles le Créateur a créé la création de telle manière pour pouvoir lui donner la liberté.

Cette indépendance consiste en ce que la création est coupée du Créateur, mais toutefois elle possède ses propres forces, ses sentiments et sa propre raison, tout ce qui est nécessaire pour exister de façon indépendante. Et de ne pas exister tout simplement, mais de déterminer ses actions, son autonomie d’une telle manière pour arriver à s’éléver au niveau du Créateur. Un tel processus et un tel résultat nous paraît absolument irréalisable.

Par conséquent, le désir de recevoir créé par le Créateur comme Son opposé et entièrement dirigé par Lui doit passer par une suite de transformations pour obtenir une autonomie, une force qui lui permettra d’établir son indépendance selon son esprit et ses sens.

Pour ce faire, le désir de recevoir se détache du Créateur et après adhère à Lui de nouveau, se détache et adhère à Lui plusieurs fois – c’est-à-dire passe des montées et des descentes. Grâce à ça, nous commençons à comparer ces états, à apprendre un état de l’autre: d’abord nous comparons chaque montée et chaque descente et après toutes les montéees et toutes les descentes les unes par rapport aux autres.

C’est de toute cette expérience progressive de comparaison des montées et des descentes et de l’analyse des états suivants par rapport aux états précédents que notre esprit et notre perception se forment. La comparaison de toutes sortes de montées et de descentes et de toutes sortes de corrélations qui s’entrelacent entre elles, développe nos sensations et notre esprit.

En fin de compte, l’étude du Créateur conduit la créature à l’indépendance, comme il est dit : « grâce à Tes actions nous Te connaîtrons. » La création étudie comment le Créateur la traite et se forme en fonction de ça. Il s’avère alors que la base de l’indépendance – c’est le détachement du Créateur !

De l’article  » Introduction à la Kabbale>>, p.4 . Etant donné que la lumière et le récipient sont étroitement liés entre eux, le désir de recevoir s’annule par rapport à la lumière. Le récipient ne prend une forme déterminée qu’après la première expulsion de la lumière, puisque aussitôt après la sortie de la lumière le récipient commence à éprouver un désir ardent pour qu’elle revienne.

C’est ce désir ardent qui détermine la forme appropriée du désir de recevoir. Après que la lumière revient dans le récipient à nouveau (c-a-d que le lien entre le Créateur et la création se renouvelle), ils devienent déjà des objets différents – le Créateur et la créature, (la création reçoit déjà son indépendance) le récipient et la lumière ou un corps et la vie. Prêtez bien attention à ça – puisque ce sont des concepts les plus profonds.

 

De la leçon sur <<Introduction à la Kabbale (Ptiha), 02/03/2014