Category Archives: Prière et intention

Pourquoi une Mezouzah est-elle nécessaire ?

Question de Facebook : Une personne religieuse m'a expliqué que de pas mettre une Mezouzah à sa porte est une source de problèmes à la maison : maladies,les appareils électroniques tombent en panne, etc. Comment la sagesse de la Kabbale voit-elle cela ? Y a-t-il des causes profondes à ces problèmes ? Réponse : On dit qu'une Mezouzah protège les maisons juives et qu'elle doit se trouver sur toutes les portes. Par conséquent, sa présence ne devrait pas vous déranger, même si vous n'y croyez pas.

Si vous commencez à creuser plus profondément ce qui est écrit sur le morceau de parchemin et pourquoi il protège la maison, vous verrez qu'il parle de l'unicité du Créateur et de la connexion avec Lui.

Si une personne est connectée au Créateur et Le considère comme étant la seule force qui la gère, et qu'elle émule Ses caractéristiques du don sans réserve et d'amour, elle entre certainement sous sa protection. C'est le sens intérieur de la Mezouzah.

Ce n'est pas le morceau de parchemin qui vous protège, mais le fait que vous devenez une force qui aspire au Créateur.

Par conséquent, il est dit : « Inscrivez-les sur la tablette de votre cœur » et « Mettez-les à toutes les entrées et sorties dans votre vie ».

Extrait de KabTV, « L'Actualité avec Michael Laitman » du 08/03/2017

Agir dans l’intérêt d’autrui

Le plus important dans le travail spirituel est de mettre des filtres ou des restrictions sur toutes nos pensées, nos actions, nos désirs et nos paroles, qui agiraient strictement dans une seule direction : assurez-vous que vos pensées, vos désirs dans le cœur, vos paroles, vos actions œuvrent uniquement dans l'intérêt d'autrui. Cependant, cela ne veut pas dire qu'il faille courir d'hôpital en hôpital, aider les personnes nécessiteuses ou aider les personnes âgées à traverser la rue, etc. Rien de tout ceci ! Nous voyons que cela ne nous donne aucun résultat.

Il ne reste qu'une seule chose : faire passer la Lumière supérieure à travers nous vers le monde entier en devenant une seule nation, comme il est écrit dans la Torah : « Et vous serez pour moi une nation de Cohens (Prêtres, ndt). » Si nous entreprenons cela et devenons des intermédiaires entre le monde entier et le Créateur afin de Lui donner sans réserve ainsi qu'au monde, tout en ne jamais en tirer aucun intérêt puisque « les Cohens n'ont pas d'attribution dans ce monde », alors nous amènerons le monde entier à l'harmonie, à l'équilibre et à la réalisation de notre mission.

C'est l'essence du chapitre Shoftim (Juges) : ceux-ci doivent tout le temps mesurer et estimer correctement, promulguer des jugements équitables et se contrôler.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 21/09/2016

Enseigner l’union

Question : Quel est le rôle des kabbalistes, en tant que psychologues, dans la chaîne complexe de la perception de la réalité ? Réponse : Les kabbalistes devraient enseigner aux gens à s'unir. Par conséquent, nous construisons des dizaines (groupe de 10 personnes) et montrons un exemple pratique d'union.

Question : Quelles sont les qualités qu'une personne devrait avoir pour enseigner cela aux autres ? Réponse : Elle doit elle-même participer activement à l'union, apprendre de cette pratique, et alors elle pourra l'enseigner aux autres. La Kabbale est la science la plus pratique.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/12/2016

Pourquoi est-ce que je ne ressens pas la Lumière supérieure ?

Question : Qu'est-ce que la Lumière supérieure ? Réponse : La Lumière supérieure est l'énergie qui se propage et remplit tout le volume de la création et que nous utilisons également. À l'heure actuelle, nous disposons seulement de l'énergie que chacun peut saisir pour lui-même. Question : Pourquoi est-ce que je ne ressens pas la Lumière supérieure ? Réponse : Parce que vous ne vous connectez à personne à l'intérieur d'un système qui peut servir de capteur de la Lumière supérieure. Ce capteur est le groupe de dix. Question : Ne puis-je pas l'atteindre par moi-même, de façon indépendante, si je veux être heureux mentalement et spirituellement ? Réponse : Absolument pas puisque vous ne disposez pas des conditions préalables appropriées. Comment pouvez-vous être spirituellement heureux si vous êtes solitaire et égoïste ? Le terme « bonheur spirituel » désigne l'ascension au-dessus de vous-même, au-dessus de votre état corporel. Sortir de vous-même signifie entrer dans les autres. Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 30/10/2016

Lire un livre de Kabbale

Question : Comment le pouvoir dans un livre de Kabbale forme-t-il de nouveaux capteurs en moi et ouvre-t-il le rideau vers le monde spirituel qui m'est caché ? Réponse : Le livre ne fait rien ; tout livre, peu importe qui l'a écrit, n'est que du papier.

Ce qui nous fait accomplir l'ensemble du travail, c'est notre désir. Nous invoquons et suscitons l'impact de la Lumière Environnante (Ohr Makif) qui nous entoure dans la mesure où nous aspirons à être connecté l'un à l'autre.

En lisant le livre, nous établissons une connexion avec la source kabbalistique supérieure, et cela nous touche et nous change. Ce n'est pas le livre lui-même, mais ce que nous voulons comprendre en lui, ce à quoi nous voulons ressembler. Par conséquent, en étudiant la sagesse de la Kabbale, nous invoquons sur nous le champ de force qui nous entoure, et c'est ce qui nous change.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 27/11/2016

En quête de justice

La Torah, Deutéronome 16:20 : C'est la justice, la justice seule que tu dois rechercher, si tu veux te maintenir en possession du pays que le Seigneur, ton Dieu, te destine. L'ordre d'aspirer à la justice est donné avant d'entrer en terre d'Israël parce que c'est uniquement avec l'aide de la justice que vous pouvez atteindre l'état où vous montez au niveau de la « Terre d'Israël ».

Il est écrit « ... si tu veux te maintenir en possession du pays... » car c'est la vie. Selon la Kabbale, l'existence corporelle n'est pas considérée comme la vie.

La vie est la manifestation des qualités du Créateur à l'intérieur d'une personne ; sinon, cette personne est appelée un corps mort, c'est-à-dire existant au niveau animal, sans une étincelle spirituelle à l'intérieur.

Le but de la vie est d'atteindre le niveau du Créateur. C'est pourquoi être en quête de justice signifie être en quête du Créateur.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 24/08/2016

Traverser le mur

Par le passé, les kabbalistes ont fait subir à leurs corps des tourments physiques afin de révéler la spiritualité, comme il est dit : « Mangez du pain avec du sel, buvez de l'eau plate, dormez sur le sol nu et étudiez la Torah, et ainsi vous réussirez ! » De nos jours, vous pouvez dormir sur un matelas en plumes, comme une "Princesse", manger ce que vous voulez et autant que vous voulez.

La question est : où résident nos intentions ? Nous sommes parvenus à un état où nous ne devrions pas nous concentrer sur nos actions mais plutôt sur nos intentions. Après tout, les actions sont faciles, tandis que la correction de l'intention est l'acte le plus détestable et le plus difficile. C'est le destin de notre génération, c'est le degré final de correction.

En ce moment même, nous nous tenons debout devant un mur. Nous devons changer notre attitude envers le Créateur, la seule force de la Nature. Ce mur ne s'effondrera que lorsque nous déciderons, dans au moins l'une des dizaines, de le traverser. Le monde matériel commencera alors à disparaître de notre perception.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » le 19/09/2016

Deux niveaux de la Torah

Question : Si Moïse a écrit la Torah, pourquoi est-il dit que le Créateur a regardé dans la Torah au moment où Il a créé les mondes ?

Réponse : En fait, la Torah est le mouvement du désir qui a été créé à l’opposé du Créateur vers une ressemblance complète avec Lui.

Ainsi, lorsque le Créateur « décida » de créer la créature, comme nous disons dans le langage corporel, Il devait d'abord la créer comme Son contraire ainsi que créer un mécanisme complet par lequel la créature se rapprocherait pour ressembler au Créateur.

Avec cette intention, Il a écrit la Torah, un système de commandes et d'instructions qui doivent être réalisées par le désir qu'Il a créé. C'est ainsi qu'Il amène le désir qu'Il a créé pour qu'il Lui ressemble. Moïse a écrit la Torah lui-même, mais pas du point de vue de la gouvernance par le Créateur parce que la Torah reste dans la tête du monde de Ein Sof (Infini).

Pour Moïse, elle a été enregistrée dans la tête du monde de Atsilout comme une activité. Il s'agit donc de la même chose, mais à différents niveaux.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/09/2016

Seul le désir est important

Question : Est-ce que l'avancement d'un étudiant est accéléré lorsqu'il demande constamment des explications sur des questions qui l'intéressent mais qu'il ne comprend pas ? Réponse : Non ! Cela ne veut rien dire. Il y a des idiots qui posent constamment des questions parce que de leur point de vue, il est nécessaire de savoir exactement le comment et le pourquoi, et il y a ceux qui sont à l'opposé, qui sont silencieux tout le temps. Vous les secouez littéralement pour qu'ils disent quelque chose, mais ils sont silencieux. Il n'y a aucune signification quant à la façon dont un étudiant apprend. Certains écrivent chaque mot, d'autres regardent le plafond comme s'ils n'entendaient rien. Peu importe ! Ce qui est important, c'est qu'un étudiant veuille que je lui apprenne quelque chose et alors selon le degré de son désir, je prends son point dans le cœur, son petit Kli (récipient), et je commence à le remplir. C'est pourquoi je suis patient et ne suis jamais fatigué. Je suis prêt chaque jour à le faire et j'ai peur de n'y pas y parvenir un jour. Si je suis à l'étranger, j'essaie de donner un cours pour que la journée ne soit pas perdue. Je compte les jours selon les heures où j'enseigne. Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/08/2016

Transmettre des pensées positives

Question : Il y a des gens qui se sont mis d'accord pour transmettre des pensées positives autour d'eux pendant un certain temps. Cela peut-il aider le monde ?

Réponse : S’assoir, se tenir la main, se regarder sincèrement et discuter gentiment est naïf.

C'est uniquement lorsque nous travaillons dans un groupe de dix précisément selon la méthode de la sagesse de la Kabbale que nous pouvons attirer la force positive de la nature. C'est le seul moyen d'avoir une influence positive sur l'environnement.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 03/07/2016
Page 1 des 1201234550Dernière »