Category Archives: Prière et intention

La prière : une conversation avec le Créateur

Question : Comment utilisons-nous la différence entre la grandeur du Créateur et le remerciement dans la prière ?

Réponse : Il y a beaucoup de sortes d’expressions dans la prière. C’est une demande, une louange, un remerciement pour le passé et même, d’une certaine manière, des promesses pour l’avenir.

La prière est une conversation avec le Créateur. Vous ne devriez pas Lui parler avec des clichés. Seulement à votre manière. Cela peut prendre la forme d’un dialogue interne lorsque chacun de vous parle avec le Créateur. Il peut s’agir d’un plaidoyer dans une seule direction. Sous quelque forme que vous voudrez.

Un exemple de prière sont les Psaumes du Roi David. C’était un grand kabbaliste qui a vécu au neuvième siècle avant notre ère. Il a écrit une collection de Psaumes de prières, qui sont populaires dans le monde entier, dans toutes les religions. Lisez, vous vous y retrouverez aussi car elles incluent absolument toutes les conditions, de zéro à 100%, jusqu’à la correction complète de toutes les âmes.

Extrait du Congrès Mondial de Kabbale en Moldavie, Leçon 0, du 05/09/2019

N’essayez pas de vous justifier !

Question : Je suis hanté par la question : que se passe-t-il, pourquoi ne puis-je pas m’unir aux autres ? Je veux ressentir un désir commun (Hissaron, manque) mais il n’y a pas de connexion, pas de sensation du groupe. Que manque-t-il ?

Réponse : Vous échouez.

Question : Cela signifie-t-il que je ne suis pas encore prêt ?

Réponse : Ne dites pas que vous n’êtes pas prêt. Le fait que vous soyez ici est un signe que vous êtes prêt. Maintenant, tout dépend de vos efforts. N’essayez pas de vous justifier en disant que vous n’êtes pas prêt. On vous donne intentionnellement des obstacles pour vous empêcher de faire les efforts nécessaires. Vous devez les faire, vous devez supplier, persuader, exiger d’être unis dans une dizaine par quelque moyen que ce soit. C’est ce que vous devez faire maintenant. Sinon, vous ne seriez pas ici.

Ne dites pas : « Un autre congrès est passé. Je ne sais pas ce qui nous attend. Peut-être que la prochaine fois… » ou toute autre excuse.

Ceci vous est donné d’en haut ! Ce ne sont pas vos pensées ! Ne vous punissez pas à cause d’elles, un homme n’a pas de pensées. Tout vient d’en haut et, par conséquent, reliez tous les obstacles au Créateur. Ne vous battez pas contre Lui. C’est ce que l’on appelle « l’aide contre vous ». Il vous chasse délibérément pour vous permettre de développer le bon désir d’unité avec Lui en quantité et en qualité.

Alors continuez !

Extrait du congrès international de Kabbale en Moldavie, Leçon 0, du 05/09/2019

Qu’est-ce qui donne lieu à la crainte révérencielle ?

Question : Si je n’ai plus peur du Créateur, cela signifie-t-il que je suis en adhésion à Lui ?

Réponse : La question est de savoir si vous ne ressentez pas la peur mais la crainte par respect.

Vous devriez être dans un état où vous pensez, vous souciez et vous inquiétez de ce que vous ressentez vis-à-vis du Créateur. Vous voulez prouver que vous L’aimez et que vous vous souciez de Lui, et que vous voulez Lui plaire, ce qui signifie être le bon élément de Sa création.

La peur disparaît et se transforme en crainte, et c’est une sensation complètement différente : plus haute et plus noble.

Après tout, la peur appartient au niveau animal : j’ai peur pour moi-même. Et lorsque je ne m’inquiète plus de moi-même, lorsque je ressens le Créateur comme éternel, parfait et incapable de faire quoi que ce soit qui puisse nuire à quiconque à partir de Sa perfection, la peur au niveau animal disparaît. Elle est éteinte par la compréhension du Créateur. Je ne ressens alors que de la crainte révérencielle parce que la peur se transforme en un sentiment de Sa perfection. La peur et la perfection suscitent l’admiration craintive.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 13/02/2019

On reproche aux autres ses propres défauts

Question : Il existe une règle dans le groupe kabbalistique : tout le monde est parfait sauf moi. Cela découle-t-il de ce qui a été dit dans le Talmud que tout le monde juge selon ses propres défauts ?

Devrais-je me préparer à l’avance dans le cas où lorsque je vois des défauts chez mes amis, je dois comprendre qu’ils sont en moi ? Mais c’est assez étrange ; c’est contre notre nature !

Réponse : C’est contre notre nature jusqu’à ce que nous attirions la Lumière supérieure qui nous harmonise.

En d’autres termes, je dois, avec l’aide de la Lumière supérieure, atteindre un état où je ressentirai que tout ce que je vois de négatif en dehors de moi-même n’est qu’une démonstration de mes propres défauts que je dois corriger au fur et à mesure qu’ils se révèlent progressivement en moi. En fait, il y a encore des millions de propriétés répulsives en moi, mais seules celles que je peux corriger maintenant me sont montrées.

Question : Mais comment cela se produit-il ? Après tout, je vois que je ne peux pas le faire !

Réponse : C’est une bonne chose.

Les contradictions révélées entre une personne et son égoïsme sont d’une importance primordiale dans la Kabbale, c’est-à-dire entre la ligne droite et la ligne gauche, entre ce qui est réel et ce qui est désiré. Lorsque je vois dans l’autre ce qui me déplaît, je dois comprendre que je reproche aux autres mes propres défauts.

C’est pourquoi je dois réfléchir, demander et prier pour ma correction.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 25/12/2018

Plaignez-vous toujours au Créateur

Question : Depuis l’an 2000, je me dirige vers la réalisation d’un objectif supérieur. J’ai eu un professeur. Lui et moi essayons maintenant de rétablir le contact. Pourtant, durant ce temps, il y a eu beaucoup de descentes. Était-ce l’ego du professeur ? Pourquoi est-ce que cela arrive de toute façon ?

Réponse : Nous étudions que le Créateur détermine tout. Par conséquent, vous pouvez bien sûr blâmer votre professeur ou même moi, ou des amis peu importe. Dans tous les cas, tout ce qui vous arrive vient du Créateur à travers une sorte de personne ou d’action.

De ce fait, vous ne devriez pas penser à celui qui vous a causé des problèmes. C’est le Créateur. Il joue avec vous comme cela, en présentant des problèmes à des personnes, qu’elles soient proches ou non, qu’elles soient peut-être bonnes ou mauvaises. Tout ce qui s’est passé s’est fait sous Son contrôle très sensible et précis.

Toutes vos revendications ne sont pas contre des amis, pas contre quelqu’un d’autre, mais seulement contre Lui. Dès que vous commencez à vous rapporter à la nature et à vous-même de cette manière, vous aurez immédiatement une attitude différente à l’égard du monde, vous commencerez à le comprendre beaucoup plus profondément.

Question : Comment est-il possible de se plaindre au Créateur ?

Réponse : Vous devriez uniquement vous plaindre à Lui. Qui d’autre ? Vous pouvez vous fâcher contre Lui, taper des pieds, faire ce que vous voulez, mais ne Le quittez pas. Il veut que vous vous tourniez constamment vers Lui avec le bien et le mal ensemble, peu importe avec quoi et comment. Plus important encore, tournez-vous vers Lui tout le temps. Blâmez-Le, mais ne Le quittez pas !

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 18/08/2019

Action et intention

Question : Le résultat de mon action, qu’il soit bon ou mauvais, dépend-il uniquement de l’intention ?

Réponse : Non seulement de l’intention, mais aussi de l’action elle-même.

Vous ne pouvez pas simplement rester au lit toute la journée avec l’intention de supposer que vous travaillez. Dans notre monde, nous devons agir.

Vous ne pouvez pas dormir avec l’intention d’être dans la leçon en même temps. Vous devez agir. L’action elle-même vous dit quelle était votre intention.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 21/07/2019

La signification des livres kabbalistiques, partie n°1

Les multiples visages de la Torah

Question : Lorsque nous ouvrons la Torah, nous trouvons une collection de récits historiques avec de nombreux personnages. Comment devrions-nous nous rapporter correctement à eux ?

Réponse : Si la Torah ne venait pas d’une source spéciale mais était un livre ordinaire écrit, supposons-le par une personne du Moyen Âge, alors ce serait simplement un roman historique intéressant.

La Torah elle-même est présentée dans un langage très intéressant, et lorsque vous commencez à la lire, vous ne pouvez pas vous arrêter, car elle vous captive. Il y a quelque chose dedans qui fait qu’on ne se lasse pas de la lire.

J’en parle comme d’un lecteur ordinaire qui n’a rien à voir avec l’origine de ce livre, avec sa religion, son histoire, sa géographie ou avec quoi que ce soit d’autre. C’est juste écrit dans un style intéressant.

Certains perçoivent la Torah comme un document historique, d’autres comme une fiction ou peut-être un ensemble d’instructions ou de documents juridiques. Il contient beaucoup d’informations sur l’interaction des peuples et des nations dans l’Antiquité, sur leur vision du monde.

En général, la Torah est un livre très intéressant. Nous voyons quelque chose de similaire chez Flavius Josèphe, s’il est possible de comparer la Torah et ses œuvres. Dans une certaine mesure, il raconte la Torah et la décrit comme un historien.

Josèphe est un historien vraiment éblouissant avec une vision large et une connaissance approfondie des faits historiques. Il a écrit ses œuvres en exil à Rome où un vaste institut a été créé spécialement pour lui, où des centaines de personnes travaillaient pour lui.

Mais tout de même, ce qu’il a écrit ne peut être comparé à la Torah elle-même.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 18/12/2018

La réalité est-elle prédéterminée ?

Question : Quelle part de la réalité est prédéterminée ? Qu’y a-t-il dans notre libre choix ?

Réponse : Absolument tout est dans notre libre choix et absolument tout est prédéterminé. C’est-à-dire que le programme a été initialement donné à partir de la partition élémentaire la plus simple jusqu’au toujours plus complexe. Cela vient de la loi fondamentale de la nature. La vitesse de connexion dépend de nous.

Nous ne devrions pas entrer à l’intérieur de la correction. Ce n’est pas notre affaire. Je dois faire un effort pour me connecter partout où c’est possible, mais en aucun cas je ne devrais donner des ordres et déterminer à l’avance quels devraient être les degrés de connexion. Continuez juste ainsi.

Je devrais accepter tout ce qui me sera présenté comme un état corrigé.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 12/02/2019

Un signe de bon progrès

Question : Il y a trois ans, j’ai commencé à étudier la Kabbale et je pensais tout comprendre. La « Préface à la Sagesse de la Kabbale » (Ptikha) et le « Talmud des Dix Sefirot » (TES) étaient tout à fait compréhensibles et clairs.

Maintenant, après trois ans je commence à ressentir que non seulement je ne comprends pas ce qui était clair auparavant, mais que PtikhaTES et le travail dans le groupe suscitent en moi un certain dégoût. Est-ce normal ?

Réponse : Ceci est un signe de bon progrès. Vous devez vivre cette période et être fort et persistant, et alors vous commencerez à tout comprendre à la fois intellectuellement et émotionnellement.

Question : Donc, ces perturbations sont une aide en fait ?

Réponse : Oui. Mais cela peut durer assez longtemps, peut-être plusieurs années. L’essentiel est de ne pas abandonner et vous en verrez la récompense.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 23/06/2019

Les intentions d’une personne sont ce qu’elle est

Remarque : Le sujet de l’étude de la sagesse de la Kabbale est la partie la plus interne d’une personne, l’intention. Aucune autre science n’explore cela.

Par exemple, la psychologie n’explore que les sentiments, les émotions, toutes sortes de réactions d’une personne et les désirs.

Mon commentaire : De plus, la psychologie explore également l’intention, mais ce n’est pas une science car dans notre monde, il n’existe aucune possibilité claire de mesurer et de comparer les paramètres psychologiques d’une personne.

La Kabbale, cependant, en tant que science des intentions, nous fournit un outil pour une approche complètement différente. Habituellement, nous évaluons une personne en fonction de ses actions et de leurs résultats, tandis que la Kabbale évalue quelqu’un en fonction de ses intentions. C’est la différence. Après tout, dans notre monde, je peux accomplir de mauvaises actions avec de bonnes intentions et vice versa. Les mauvaises intentions peuvent parfois provoquer de bonnes actions.

En général, la révélation des intentions d’une personne revêt une importance primordiale. Après tout, nos intentions sont ce que nous sommes et nos actions et nos désirs ne dépendent pas de nous, mais surgissent progressivement en nous au cours de notre développement physique.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 13/12/2018