Category Archives: Prière et intention

La Kabbale nous aide-t-elle à comprendre nos actions ?

Question : La Kabbale nous aide-t-elle à comprendre les motivations et les intentions de nos actions et celles des autres ?

Réponse : Oui, bien sûr. Vous devez analyser toutes vos actions et vos désirs.

Et de plus, vous devez aussi parvenir à réaliser à quel point ces actions ne sont pas les vôtres. Tout ce qui vous arrive, vous ne le créez pas, vous ne le faites pas ; vous n’avez personne à qui demander pardon ni personne à blâmer, y compris vous-même. Tout cela a été fait par le Créateur. Il a même dit : « J’ai créé le mauvais penchant. » Et a immédiatement ajouté : « Et vous ai donné la Lumière, pour que vous corrigiez le mal. »

Commentaire : Pouvez-vous imaginer si au tribunal une personne disait : « Le Créateur a fait tout cela » ?

Réponse : Non, au tribunal, il n’y a personne à qui parler. Mais si vous vous parlez, vous devez admettre que vous n’avez rien fait de façon indépendante dans votre vie : rien de bon ni rien de mauvais.

Vos seules actions réelles seront celles que vous ferez lorsque vous commencerez à travailler au-dessus de l’écran, au-dessus du Machsom.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 03/09/2017

Le Créateur a-t-Il des émotions ?

Question : Le Créateur a-t-Il des émotions ?

Réponse : Nous ne parlons pas du Créateur. Par rapport à nous, le Créateur n’a pas d’émotions. Il est l’absolu à qui nous attribuons nos sentiments, nos actions, nos pensées, parce que cela nous convient.

Mais en Lui, il n’y a rien, et Son attitude envers nous est absolument la même. Il ne change pas, Il est parfait. Par conséquent, Son attitude envers nous peut être appelée l’amour absolu, le don sans réserve et la bonne influence.

En disant que le Créateur est en colère, le Créateur est insatisfait, le Créateur doit faire ceci ou cela, nous parlons de nous-mêmes, parce qu’il nous est tellement plus facile de nous adresser à quelque chose qui change aussi en accord avec nos actions. Mais en fait, il n’y a pas de changements.

De plus, le Créateur est complètement indifférent à la façon dont nous nous comportons et à ce que nous faisons. Nous commençons nous-mêmes à atteindre : « J’ai besoin de me comporter différemment ; je dois être meilleur, m’élever plus haut, etc. Qu’est-ce que j’atteins, comment le monde change-t-il ? » Mais le Créateur est au-dessus de toutes nos plus grandes intentions. Cela ne L’affecte pas.

Lorsque nous disons que nous voulons faire plaisir au Créateur, Lui donner quelque chose sans réserve, L’aimer, il s’agit du changement d’une personne, et c’est tout !

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 13/08/2017

Qu’est-ce qui vexe un kabbaliste ?

Question : Un kabbaliste a-t-il un sentiment de ressentiment ? Qu’est-ce qui vous vexe ?

Réponse : Je ne me vexe pas, mais je m’irrite plutôt. Et je ne suis irrité que par une chose : si une personne a un libre arbitre et qu’elle ne s’en rend pas compte. Elle a reçu la direction et le soutien et elle ne fait pas d’efforts pour les mettre en œuvre.

Et il n’y a rien avec quoi être offensé de la part des gens ordinaires. Qui sont-ils ? Des créatures entièrement dirigées. Prenez l’offense du Créateur.

Vous n’avez pas à être vexé par le Créateur. Il est l’Absolu pour vous. S’Il ne fait pas quelque chose, cela signifie que vous ne mettez pas en pratique quelque chose.

Question : Si une personne ne s’offense de rien, est-ce que cela signifie qu’elle est heureuse ?

Réponse : Je suis heureux. On ne peut pas dire que je ne m’offusque pas du tout parce qu’un kabbaliste est aussi humain. Il tombe soudainement et se lève, se déconnecte soudainement du Créateur et de son état spirituel et réagit d’une manière ou d’une autre à tout de manière différente, puis revient à son état précédent.

On nous donne de telles métamorphoses. Mais elles sont toutes nécessaires pour souligner que nous travaillons avec l’Absolu.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 13/08/2017

Une vraie prière au Créateur

Il nous semble qu’une prière au Créateur est un moyen de corriger le Kli, le récipient de l’âme, tandis qu’à la suite de notre travail, nous commençons à ressentir que la prière au Créateur est le Kli lui-même et non un moyen de le corriger.

Et si mon appel au Créateur, le désir que j’élève vers Lui, est vrai, constant, et qu’il grandit dans son aspiration incessante à Lui, alors je ressentirai cette requête comme une correction complète.

Quelles sont les corrections ? C’est l’élévation du désir, pas la réponse à la prière pour l’exhausser. Élever le désir vers le Créateur est déjà la fin du travail. Ainsi, j’exprime mon attitude envers Lui. Est-ce que je reçois quelque chose de Lui ? Il se peut que je ne reçoive rien. Et que devrais-je recevoir si je me tourne vers Lui ? Seul ma prière vers le Créateur est déjà tout en soi. Je n’ai pas besoin d’autre chose.

Si je ne demeure pas dans le Kli qui reçoit pour lui-même, alors je veux seulement prier le Créateur. Et si en réponse je n’entends pas, ne comprends pas, ne ressens pas, et ne vois rien ; c’est encore mieux ! Et puis dans mes efforts, dans le pouvoir du don sans réserve, je ressens combien je suis semblable au Créateur.

Extrait de la 3ème partie de la Leçon Quotidienne de Kabbale, « Travailler avec les Perturbations » du 05/12/2017

Le « peuple » à l’intérieur d’une personne

La Torah, Exode 23:23 : Lorsque Mon ange, guidant tes pas, t’aura introduit chez l’Amorréen, le Héthéen, le Phérézéen, le Cananéen, le Hévéen, le Jébuséen et que Je les aurai exterminés…

Toutes ces tribus symbolisent les désirs qui doivent changer en passant d’une utilisation égoïste à une utilisation altruiste.

Un ange est une force qui mène à ces désirs. Vous ressentirez comment certaines sortes d’inclinations égoïstes se révèlent en vous. Et vous pouvez les compter car chacune d’elles possède sa propre manifestation et son propre caractère, comme s’il s’agissait d’un peuple à l’intérieur de vous.

Par conséquent, c’est comme si vous deveniez d’abord une seule personne, puis une autre, puis une troisième, et ainsi de suite.

Il est écrit : « Je les aurai exterminés… » Tout en étant à l’intérieur des désirs égoïstes, vous voudrez vous en débarrasser parce que ces qualités sont absolument opposées au Créateur.

Le désir de s’en débarrasser est nécessaire ; nous ne pouvons pas faire sans. À moins qu’une personne ne décide de se débarrasser d’eux quoi qu’il arrive et ne le demande, la Lumière ne sera pas capable d’effectuer cette action.

Extrait de KabTV, « Les Secrets du Livre éternel » du 01/07/2013

Pourquoi corriger le monde imaginaire ?

Question : Pourquoi devrait-on corriger ce monde ? Pourquoi devrait-on aspirer à améliorer la vie, le bonheur et le bien si, selon la sagesse de la Kabbale, ce monde entier est une illusion et un vide imaginaire ?

Réponse : Cette illusion nous a été donnée afin que nous nous en débarrassions ! Nous ne corrigeons pas ce monde, il n’a pas besoin de correction ! De même, il n’y a rien pour corriger notre fait d’exister dans cette situation dans le monde.

Nous devons transcender ce monde, en sortir pour passer à la prochaine trajectoire, au prochain niveau, au niveau du monde supérieur. Ce monde est le plus insignifiant et le plus sombre ; il n’y a rien à corriger dedans, il n’existe que pour être transcender.

Question : Est-il possible d’être heureux dans un monde imparfait ?

Réponse : Une telle chose est possible parce que cela ne fait aucune différence que le monde soit parfait ou non ; c’est à vous de l’utiliser correctement pour devenir un partenaire du Créateur, pour donner du plaisir au Créateur.

Lorsque vous atteindrez cet état, vous verrez qu’il n’y a rien de regrettable dans ce monde. Pour notre système de perception, c’est un paradoxe, mais lorsque nous entrons dans la sensation du monde supérieur, nous commençons à voir que la seule chose qui existe dans le monde est la Lumière supérieure qui remplit tout ; il n’y a jamais rien eu et il n’y a jamais eu de problèmes ou de tristesse dans ce monde.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 19/06/2016

Un amour de conte de fées

Question : Est-ce que jouer à montrer de l’amour n’est une méthode efficace que dans un groupe de kabbalistes ou peut-elle être utilisée dans n’importe quel groupe qui travaille ensemble, ou dans une famille, ou n’importe où ailleurs ?

Réponse : Je ne sais pas ce qui se fait dans les groupes de travail. Dans un groupe de kabbalistes, il est nécessaire de jouer à montrer de l’amour pour que nous puissions attirer la Lumière environnante. Nous utilisons la méthode d’induction ici parce que nous travaillons en réalité avec des forces très puissantes de la nature.

Lorsque je me force intentionnellement à montrer de l’amour aux amis et qu’ils font la même chose à mon égard, nous attirons la force supérieure de la nature sur nous-mêmes, et ainsi cette force commence à construire cette attitude et interaction en nous.

Si nous voulons être gentils entre nous, alors nous devons agir comme si nous étions gentils, même si nous comprenons parfaitement qu’en réalité nous ne sommes pas du tout comme cela. Mais nous savons aussi que lorsque nous faisons cela, la Lumière supérieure nous corrige.

Question : Est-ce la raison pour laquelle, par exemple, lorsque vous offrez un cadeau à un ami, vous devez en parler à tout le monde et ne pas le cacher ?

Réponse : Bien sûr. Tout le monde doit être au courant. Vous donnez un exemple positif et encourager l’amour pour tout le monde.

Vous devez offrir des cadeaux et faire le reste aussi. C’est pourquoi lorsque j’offre quelque chose, je dois en parler à tout le monde ! Et aucune fausse modestie n’est nécessaire ! Tout ceci n’est que mensonges de toute façon ! Cela ne vous mène nulle part. Au contraire, laissez les gens parler du genre de cadeaux qu’ils veulent se faire.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/06/2017

La différence entre la peur et la crainte

Question : Est-il normal qu’une personne étudie la Kabbale par peur ?

Réponse : Une personne fait tout par peur. Les gens se musclent, gagnent de l’argent, s’organisent en mafia, fortifient une armée, etc., par peur.

Commentaire : Par exemple, les gens religieux craignent que, Dieu nous préserve, ils puissent violer un commandement.

Mon commentaire : Bien sûr ! Toutes les religions s’accrochent à la peur de la punition, que ce soit dans ce monde ou dans le prochain.

Question : Et quelle serait la différence dans la Kabbale ?

Réponse : Dans le fait que vous voulez atteindre tout cela. L’accomplissement vient au détriment du fait de se débarrasser de son égoïsme.

Par conséquent, vous commencez à développer la peur non pour vous-même, mais vis-à-vis du fait d’être incapable de donner sans réserve aux autres, de les satisfaire, de les amener à se valoriser. Cet état n’est plus appelé peur, mais crainte.

Question : Cela doit être encore pire, d’avoir peur pour les autres ?

Réponse : Bien sûr, c’est pire. Comme vous commencez à avoir « sept milliards d’enfants » dans le monde. Avant, vous craigniez pour vous-même, et maintenant, pour sept milliards supplémentaires. C’est l’état du Créateur.

Question : Alors vers quoi nous dirigeons-nous ?

Réponse : Vers le fait que nous apprécierons la perfection de ce système.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 21/05/2017

Intention et action

Question : Est-ce suffisant d’avoir une intention dans les relations spirituelles ou avons-nous aussi besoin d’actions ?

Réponse : Des actions sont également requises dans les relations spirituelles. Après tout, s’il n’y a pas d’actions, cela signifie qu’il n’y a pas de relations. Si j’aime quelqu’un, alors je veux le lui montrer à travers mes actions.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 11/06/2017

Comprendre le sens de la vie

Question : Si une personne vient au Créateur de toute façon, alors pourquoi nous surcharger en lisant des livres interminables ?

Réponse : Il n’y a pas besoin de vous surcharger avec quoi que ce soit. Vous avez juste besoin de comprendre qu’une personne agit selon son désir et qu’il ne peut pas y avoir de contrainte ici. La sagesse de la Kabbale s’offre aux personnes qui ressentent le besoin de leur propre réalisation au plus haut niveau. Mais pour cela, une personne doit avoir un désir intérieur.

J’avais un désir de révéler le sens de la vie. Je ne voulais rien savoir à part cela. J’ai compris que tout le reste avait été inventé par l’homme, mais le sens de la vie devait venir du plus haut niveau de la nature, peut-être de la raison.

Question : A quel âge avez-vous commencé à ressentir cela ?

Réponse : À l’âge de six ou sept ans, je devais le savoir. Cependant, pour moi cela était mélangé avec mon intérêt pour l’anthropologie et la cosmologie, je voulais soit creuser dans le sol soit aller dans l’espace au-delà des frontières de la Terre. Tout le reste, être un constructeur, un médecin, un concepteur d’avions, m’intéressait peu.

Si une personne possède une aspiration à révéler le sens de la vie, et seul un petit nombre de personnes a ce désir, alors elle commence à étudier la Kabbale. Elle doit déterrer ce secret à l’intérieur d’elle-même. Et pas du point de vue de la religion pour croire en quelque chose, mais précisément pour le révéler.

En d’autres termes, il y a des forces cachées qui doivent être révélées. Lorsque nous brisons cet écran, nous voyons ce qui se cache derrière la coquille de notre monde. Nous devons l’atteindre clairement de manière absolue, sans pensées et désirs imaginaires, seulement dans nos organes sensoriels.

Extrait de la leçon sur la Kabbale en russe, le 14/05/2017