Category Archives: Prière et intention

Un âne et des gâteaux

Dr. Michael LaitmanQuestion: Qu’est-ce qu’un kabbaliste sent quand il voit des gens qui souffrent ?

Réponse: Il sent qu’ils sont sur ​​le point de recevoir une belle récompense. Dans l’ensemble, ils reçoivent déjà, mais ils ne peuvent pas le sentir pour le moment car ils n’ont pas encore corrigé leurs récipients, leurs désirs.

Supposons que je donne à mon petit fils un billet de mille dollars. Il sait que c’est de l’argent, mais il n’a aucune idée de ce que ce  » papier  » vaut et s’il le tient pour un moment, ensuite le jette par terre. S’il pouvait comprendre ce que je lui ai donné , il saurait utiliser l’argent et acheterait un lot de crème glacée, de bonbons et de jouets, mais il ne sait pas comment transformer ce billet en plaisir.

Nous sommes pareils et pire encore, au lieu de jouir nous sentons la douleur et nous souffrons. Je fais des efforts et en retour, je reçois une descente, une chute, un mauvais pressentiment. Quel genre de récompense est-ce ? Le fait est que nous faisons vraiment des efforts, mais nous n’avons pas encore terminé notre correction afin que nous puissions recevoir correctement la récompense, le paiement. Donc, nous recevons le paiement, mais nous n’y comprenons rien et nous n’y prêtons pas attention.

Imaginez un âne à qui est servi gâteaux à la crème, mais il n’a pas besoin de gâteaux, il a besoin de grain et de l’eau. Il n’aime rien, mais pour lui grain et l’eau sont les plus grands plaisirs.

C’est aussi ce que je comprends. Un grand « gâteau »merveilleux nous a été servi, mais nous devons d’abord nous corriger afin de pouvoir nous adapter à ce plaisir. J’ai reçu du plaisir, mais pour le moment il est ressenti comme une souffrance. C’est parce que nous avons faim et nous recherchons notre « grain » et ne comprenons pas du tout ce qu’est cette affaire avec le gâteau à la crème .

Je me demande et n’apprécie pas cela.  » Pourquoi ai-je besoin de cela?  » Et en réponse j’entends :  » avancer au niveau humain et vous l’apprécierez.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 20/01/14 , Écrits du Baal HaSoulam

Une conversation en tête à tête

Dr. Michael LaitmanChaque problème peut être résolu par la connexion entre nous. Cela sera comprise par la clarification de la brisure. Après tout, avant la brisure, il y avait un désir sous un écran. Mais comme il voulait recevoir plus que ce qui était possible en vue de donner, l’âme collective ne pouvait pas tenir l’immense lumière et se brisa.

Elle a été séparée en petits fragments de désirs individuels : l’argent, le pouvoir, la connaissance et toutes sortes de choses qui sont dans chaque personne. Tous ces désirs ont perdu l’écran anti- égoïste, en raison duquel, la satisfaction spécifique de chaque désir particulier n’était pas importante pour nous, mais sur qui nous travaillions.

Cette intention était un écran commun qui comprend tous les désirs, les caractéristiques et les inclinations, les unit en un tout unique. Mais après la disparition de l’écran, chaque désir, chaque inclinaison, chaque caractéristique a pris une vie propre au sein même de la personne, mais surtout entre les personnes. Par conséquent, nous sentons la séparation entre nous .

Il s’ensuit qu’aucun de nous n’est mauvais par lui-même! Tout le mal est entre nous, même s’il se manifeste comme si c’était moi ou d’autres qui sont mauvais. Mais l’essentiel est que c’est ainsi que le rejet entre nous est découvert. Et au sein de la personne elle-même, il n’y a pas de mal. Mais le mal est la force de rejet mutuel qui est active entre nous.

Nous devons essayer de voir que le mal n’est pas caché dans les amis et non pas en moi, mais seulement entre nous. Si nous nous élevons au-dessus et nous connectons, nous corrigeons toute cette condition. C’est ma tâche : traduire que le mal que je vois en moi ou dans tout le monde comme un problème de notre connexion non corrigée.

C’est pourquoi nous devons comprendre nos problèmes personnels et notre connaissance du mal comme une découverte de notre mal collectif. C’est précisément à partir de cela que nous sommes en mesure de construire et de stabiliser la prière collective, la  » prière de beaucoup,  » et recevoir une réponse d’en haut , c’est-à-dire corriger notre récipient collectif et rétablir son intégrité.

Le Créateur nous révèle le mal d’une manière telle qu’il nous éclaire un peu plus d’en haut par rapport aux autres. Mais chacun de nous  sent cette illumination de façon personnelle et donc en bas, nous devons nous connecter afin de Lui répondre comme un, comme s’il s’agissait d’ une conversation en tête-à – tête. Par conséquent, toutes les manques et les problèmes personnels doivent être acceptés comme notre mal commun. C’est la première étape vers la correction de notre récipient.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 19/01/14 , Atelier

Le point de perte de la sensation de l’ego

congrès, groupe« La Lumière et le Soleil », VeYechi : Le principal point en ce qui concerne l’assemblée est que nous devrions tous être unis et que tout le monde devrait demander une seule chose, trouver le Créateur, car la Shekhina réside dans un groupe de dix. Bien sûr, s’il y en a plus de dix, alors la Shekhina se révèlera certainement. Et chacun peut rejoindre son ami et écouter comment il devrait adorer le Créateur et comment trouver le Créateur.

Et il devrait s’annuler devant son ami et son ami devrait faire de même, et il devrait en être autant pour tout le monde. Et si telle est l’intention de l’assemblée, alors plus que le veau veut téter, la vache veut l’allaiter, et ainsi le Créateur se rapproche d’eux et est avec eux, et tous les saluts et les bénédictions et le bon don sans réserve de la source de la miséricorde, et la grande miséricorde et la bienveillance se révèlent à l’assemblée d’Israël.

Tout dépend de la connexion, de la correction de la brisure, de la correction du péché de « l’Arbre de la Connaissance ». C’est tout notre travail par lequel nous devenons Adam, ce qui signifie la seule figure qui ressemble (Domé) au Créateur, une seule âme, un seul récipient. Avec l’aide des amis, nous surmontons la résistance de notre ego, attirons la Lumière qui ramène vers le bien et donc nous avançons.

Nous voyons que notre progrès est dû uniquement à la connexion et se réalise dans la connexion, dans le point où nous ressentons la crise et où la répulsion, la haine, le refroidissement, le dégoût mutuel se révèlent. C’est toujours un problème pour localiser ce point parce que nous l’évitons, l’oublions et nous sommes dans un état d’engourdissement.

C’est dans ce point central où nous devons vraiment être connectés que toutes nos sensations disparaissent ! Tous nos capteurs et nos sens cessent d’y travailler. C’est comme si nous découvrions et entrions dans un vide où il n’y a même pas de haine, mais où toutes les sensations disparaissent tout simplement. Ainsi nous découvrons peu à peu l’espace spirituel que nous devons remplir par notre connexion.

De la préparation au cours quotidien de Kabbale du 16/01/14

Le poste de guet le plus haut

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam dit dans la lettre 5 qu’il est heureux que le mal apparaisse. Ce sont des forces qui sont conçues pour nous aider, même si elles sont présentées sous une telle forme, car elles ne sont pas encore corrigées. Il s’agit de désirs qui ne peuvent pas être révélés d’une autre manière.

Les lumières et les récipients se révèlent en conformité l’un à l’autre. Les désirs qui sont révélés commebon ou mauvais, sont les composantes du nouveau récipient. Peu importe comme je les vois, l’essentiel est qu’ils se révèlent. Maintenant, je dois travailler avec eux.

Nous ne devons pas les ignorer, les nier, ou les annuler. Je ne peux pas fermer les yeux comme un enfant et faire semblant qu’ils n’existent pas. Je ne peux pas me détacher d’eux, me débarrasser d’eux, m’endormir, me saouler, ou prendre certains médicaments. Non, je dois y faire face et pour cela, je possède tous les moyens nécessaires pour le faire : le groupe, l’étude, etc

Je n’ignore pas chaque obstacle. Je ne dois pas penser que ce serait mieux s’il n’y avait pas d’interférences parce qu’elles construisent un nouveau bâtiment, une autre brique dans sa structure. S’il n’y avait pas de défauts en moi, alors je ne découvrirai rien. Si quelque chose est révélé, cela signifie qu’il est temps de corriger cette partie de mon récipient et de le mettre au bon endroit.

C’est pourquoi je suis heureux. Je m’éloigne un peu des problèmes, les regarde de côté, objectivement et puis je vois la hauteur que j’ai atteint ! Il s’avère que je peux corriger cela aussi !

C’est difficile à comprendre, mais aux niveaux physiques, corporels ce qui vient au monde est ce qui est nous envoyé de la Providence supérieure et c’est destiné de conduire la créature à la perfection. D’autre part, c’est parce aussi que nous ne pouvons pas avancer vers la correction.

Alors pourquoi les justes souffrent ? C’est parce que la terre est ronde et unie. Ils dépendent aussi de lui et ne peuvent pas le tirer, bien qu’ils sentent les problèmes au niveau corporel. Cela fait partie de la correction générale.

Alors, que dois-je faire quand le mal est révélé ? Si je peux m’éloigner et voir la cause de ce qui se passe, alors je m’élèverai au dessus du corps et surtout de ce qu’il ressent. Je regarderai tout ce qui lui arrive decôté et je serai heureux de traverser ces grandes corrections. Qui plus est , je ne prends pas le corps en compte, mais l’âme. Je vois déjà une image différente.

Dans l’ensemble, la solution est tout simplement de faire des efforts afin de s’habituer à l’intention de donner sans réserve au groupe par ordre croissant dessus de mon corps, au-dessus de cette vie. Sur le plan corporel je continue à faire tout ce qui est nécessaire : Je m’inquiète de la famille, vais chez le médecin en cas de besoin , etc. Mais en même temps, je suis au-dessus et suis détaché de ce niveau. Tout ce que je fais, c’est pour m’élever .

Ainsi je m’identifie au Créateur qui m’envoie les obstacles. Je comprends que ses «paquets» étaient censés m’aider à établir la bonne perspective dans tous les états, à la fois mauvais et bons et à rester en contact avec Lui. Je vois maintenant toute cette vie de cette perspective.

Le Livre du Zohar décrit comment Rabbi ‘Hiya était assis dans l’assemblée supérieure et tout le monde l’écoutait. Il a été autorisé à voir cet état et moi aussi me regarde d’en haut d’un autre état, tout en adhérant au Créateur. Non, ce n’est pas un dédoublement de la personnalité, mais une vision réaliste des choses.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 16/01/14 , Écrits du Baal HaSoulam

Vous êtes vous attendus au salut?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment une personne qui a décidé de participer au congrès pour la première fois peut surmonter toutes les difficultés et voir l’importance du congrès au-dessus de tout ?

Réponse: Elle doit tout simplement être avec nous, restez en contact grâce à notre chaîne de télévision ou Internet. Ensuite, avec le temps, les choses iront mieux.

Il n’y a pas d’obstacles sur le chemin du congrès qui ne puissent pas être surmontés. Quand une personne vient, quand elle est incorporée ennous, elle verra combien c’est utile dans tous les aspects de la vie. En s’exerçant dans la foi au-dessus de la raison, elle sera en mesure de résoudre de nombreux problèmes personnels et de surmonter de nombreux problèmes.

Je n’ai pas peur de le dire parce que c’est exactement ce que les kabbalistes nous promettent dans leurs écrits. Ce n’est pas ce que je sais, mais ce qu’ils disent.

Une personne qui nous a seulement vu à l’écran pendant deux ans peut consacrer deux jours et demi pour le congrès car elle devra alors attendre encore un an au mieux pour le prochain congrès, comment peut -elle ne pas pas venir ? Comment pouvez-vous manquer quelque chose comme ça ? Qu’avez-vous d’autre dans la vie? Comment entendez-vous à remplir votre vie ?

Il est dit que deux questions sont demandées à l’âme d’une personne qui décède : «Vous êtes vous engagés dans la Torah ?  »  » Attendiez-vous le salut  » Une âme est le récipient qui reçoit le remplissage, ce qui signifie le sentiment du Créateur . «Vous êtes vous engagés dans la Torah ?  signifie voulez-vous attirer la Lumière qui ramène vers le bien? Avez-vous été attiré où il devrait y avoir de l’amour ?

La Torah est l’épice pour le mauvais penchant, le moyen en qui il y a la Lumière qui ramène vers le bien. C’est exactement ce à quoi le congrès est destiné, afin qu’ensemble, tout le monde  attire la lumière de la révélation du Créateur dans la connexion entre nous.

C’est ce qui est demandé à l’âme d’une personne  : «Avez-vous reçu la lumière afin de ressembler au Créateur ; afin de Le révéler ?  » C’est ce qu’on appelle  « attendiez vous le salut? ». C’est le principe de «J’ai fait des efforts et j’ai trouvé. « Trouver » est le salut spirituel .

Quand une personne est derrière l’écran du téléviseur peut-elle s’y engager ? Comment doit -elle savoir comment le faire ? C’est pourquoi elle est invitée à un événement spécial dans lequel tout est préparé pour son arrivée et la possibilité de s’engager dans la chose la plus importante dans sa vie lui est servie sur un plateau. Alors, elle aura certainement une réponse à une question si cruciale.

L’ange demandant l’âme à la porte spirituelle est une métaphore qui nous explique combien il est important de ne pas gâcher notre vie en vain. Surtout quand vous avez une telle opportunité, comme il est dit :  » Il y a une personne qui atteint son monde dans une heure.  » Et vous avez encore de nombreux calculs ? Si elle avait une autre occasion maintenant , elle ne ferait pas de calculs . Donc, nous devrions comprendre que c’est ici que le principe de la résistance des forces de l’impureté est révélé.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 16/01/14 , Écrits du Baal HaSoulam

Quiconque se moque de mes efforts

Dr. Michael LaitmanLes grandes profondeurs sombres de mon désir qui sont encore inconnues sont appelées le «cœur de pierre», qui ne se révèle qu’à la suite de mes efforts. Le système d’Adam HaRishon ( premier homme ) a commis le péché de «l’arbre de la connaissance » en raison de la dissimulation du cœur de pierre. Il se révèle si nous avançons vers l’adhésion. Quand j’aspire fortement à l’adhésion, je découvre tout à coup que je n’y arrive pas et que ce n’est tout simplement pas pour moi .

Quand je transforme un montant raisonnable de désirs en vue de donner, je découvre un ajout, un rocher géant à l’intérieur qui se moque de moi :  » Vous n’avez aucune chance, cela ne me touche pas, vous ne serez jamais capable de me corriger ». Comme résultat, Je ne peux pas atteindre l’adhésion. Je ressemble au Créateur, en quelque sorte, mais le cœur de pierre ne me laisse pas m’en approcher.

C’est la raison du péché d’Adam , il a découvert le cœur de pierre, le serpent, mais n’a pas pu garder l’intention de recevoir pour donner. Par conséquent, nous devons aussi clarifier cet état progressivement afin de décider en fin de compte qu’il n’y a pas d’autre choix et que nous devons le corriger. Eve a également estimé que c’était leur travail, ce qui signifie que sans la révélation du péché, du fruit, la vie est insipide. Elle a trouvé une force spéciale dans l’arbre de la connaissance qui n’existait dans aucun des arbres du jardin.

Question: Il s’avère que le cœur de pierre est une sorte de boîte de Pandore. Devons-nous la découvrir progressivement à tous les niveaux ou découvrons-nous tout à la fois à la fin de la correction ?

Réponse: Un peu d’elle se révèle à tous les niveaux. Après tout, le plus bas niveau comprend également tout en lui. L’infinité se révèle en lui, mais vous la perçoivez selon la résolution de votre écran. Donc, vous devez constamment travailler sur la sensibilité de votre récipient de perception.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 1/15/14 , Écrits du Baal HaSoulam

Comment révéler le caché?

Dr. Michael LaitmanQuestion: si nous devons révéler ce qui est caché, comment devrions-nous faire ?

Réponse: C’est une bonne question parce que le sentiment d ‘invisibilité vient à homme alors qu’il recherche cette force cachée. Cette force cachée est appelée le don. Si une personne cherche, elle sent à quelle distance il est et comment elle lui échappe et reste caché. Puis elle commence à travailler pour l’atteindre.

Si cette force devient pour lui la chose la plus grande, la plus respectée et la plus importante cela signifie qu’il a déjà acquis la grandeur du Créateur. Ensuite, une personne commence à sentir qu’elle n’a même pas besoin que le Créateur se révèle à elle et qu’elle ne s’attend même pas à ceque le caché se révèle . Elle veut seulement donner en retour pour réjouir le dissimulé.

Même si elle ne sait pas qu’elle donne et ne sait même pas qu’elle donne et le caché ne sait pas qu’elle donne, cela lui suffit. Ainsi, une personne se  cache également à elle-même, comme la force qu’elle veut révéler .

Puis elle atteint une équivalence de forme avec cette force et se familarise à l’intérieur avec la force appelée cachée. Elle n’est pas révélée , mais une personne le sait car elle a atteint le même état. Cela signifie « par Tes actions, nous Te connaitrons.  »

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 13/01/14 , Écrits du Baal HaSoulam

Mon coeur est entre les mains des amis

Dr. Michael LaitmanDans l’idée de l’intention , le principe : « Chacun aidera son ami  » est actif, car  » Un prisonnier ne peut pas se libérer de prison seul,  » mais seuls les amis peuvent le faire sortir. Le soutien des amis est appelé  » Arvout  » et si elle est trouvée, même pour un instant, je n’oublierai pas l’intention et mon cœur sera toujours ouvert dans la bonne direction.

Je ne suis pas prêt à le faire par moi-même, mais seulement avec les amis. Mon cœur se trouve entre les mains des amis et eux seuls peuvent le diriger vers le Créateur, qui se trouve au centre du groupe. Par conséquent, je dépends complètement d’eux. Comment dois-je les indemniser en échange d’un tel travail? Je les récompense de la même façon, c’est-à-dire de manière identique je pense à eux, je me soucie de leurs intentions. Pas un seul d’entre eux n’est capable de faire cela tout seul non plus, et cela exige aussi la collaboration des amis.

Si, ensemble, nous pensons et nous préoccupons,  la bonne intention ne cessera pas chez les autres, leur cœur restera toujours ouvert et prêt pour la découverte du Créateur au centre du groupe, puis avec ceci nous nous assurons de la même préoccupation et le même traitement àl’égard des autres. En fin de compte, je découvre que tout le monde est déjà dans l’ tat ​​corrigé finaleet je n’ai pas vu cela avec mes yeux corrompus, comme il est écrit :  » on reproche aux autres ses propres défauts.  » Et si je me dirige correctement dans le travail avec les amis, leur donant alors je découvrirai leur don envers moi.

C’est -à-dire que tout le travail que je fais sur moi-même je le fais grâce à un travail sur les autres. En attendant, je fais cela pour des raisons égoïstes ( Lo Lishma )  en cela je me dirige vers ma propre correction. Mais en dépit de tout cela, il se fait déjà dans la bonne direction : de moi-même vers l’extérieur. De Lo Lishma comme ça, nous arrivons à Lishma, au don.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 15/1/14 , atelier

Augmentez le coefficient de l’action positive

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment peut-on atteindre la bonne prière le plus rapidement possible ?

Réponse: Notre effort, comme tous les discernements spirituels, n’est pas mesuré en fonction du nombre d’actions, mais en fonction de leur qualité. Parfois, nous pouvons voir une personne qui essaie très fort et fait beaucoup de choses tournant comme une girouette. Tout le monde peut admirer son énergie, mais le bénéfice de ces actions peut être minime . Comme il est dit:  » peu avec la bonne intention, c’est mieux.  »

Le monde spirituel est fait de qualités : soit pour recevoir ou pour donner. Tout dépend de deci , de comment chacun pèse et pas le nombre réel d’actions. Par conséquent, il dit: « Une personne peut atteindre son monde en une heure !  » Mais comment est-ce possible si on passe un millier d’heures ou un million d’heures ! Toute l’humanité gaspille des milliards d’heures et n’atteint pas l’objectif  et il y a des gens qui atteignent leur monde en une heure et atteignent la révélation. Est-ce juste ?

Ceci est possible en raison de la qualité qui est plus importante que la quantité. Donc, si vous voulez atteindre la bonne prière aussi rapidement que possible, vous devriez faire un effort en qualité et en quantité en ce qui concerne les actions et les intentions. La qualité devrait venir en premier.

Un effort qualitatif signifie clarifier en permanence ce  qu’est recevoir et donner, l’un à l’égard de l’autre . C’est ce que nous devrions rechercher dans tous les aspects de la vie, dans toutes nos relations avec les autres.

L’effort qualitatif est mesurée par combien mon cœur est impliqué. Le cœur devrait être le critère et non l’esprit. Il y a des gens très intelligents et j’avais l’habitude de les envier dans le passé quand je voyais à quelle vitesse ils pouvaient saisir le matériel, comprendre les choses et entrer dans les détails. Mais finalement, j’ai découvert que  » ce n’est pas le sage qui apprend ». Vous ne pouvez comprendre que par vos sentiments et je considérais ceci comme pas si grave, mais plutôt comme quelque chose de frivole, voir des sentiments féminins.

Je croyais que le pouvoir était dans l’esprit , mais ce n’est pas vrai . Premièrement, tout doit passer par les sentiments et alors seulement une personne comprend. L’esprit lit et ne perçoit que ce qui se passe à travers le cœur. Nous devons donc essayer d’augmenter nos sentiments autant que possible dans la bonne direction, bien sûr . Les sentiments ne se développent que par la Lumière qui ramène vers le bien.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 12/01/14 , Le Zohar

Tout le monde est un peu philosophe

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam , « Introduction au Livre du Zohar» , article 23 : Il s’avère que, une fois revêtue d’un corps humain, elle ( l’âme ) génère des besoins et des désirs et des idées pour satisfaire son désir de donner au maximum, ce qui signifie à donner contentement à son Créateur, en fonction de la taille de son désir.

Question: D’une part, il est dit que nous ne devons nous laisser guider que par ce que nous voyons, mais d’autre part, nous devons nous détacher de la matière corporelle ordinaires «corps» et «âme», alors comment nous pouvons intégrer les deux choses ?

Réponse: Je vois le monde corporel dans lequel je vis maintenant. Nous étudions ceci dans les universités et non dans les leçons de la Kabbale. Nous, d’autre part, étudions quelque chose qui est au-dessus, la réalité spirituelle. Ce n’est pas devant mes yeux et je suis censé acquérir une nouvelle vue pour voir. Je n’ai pas besoin d’yeux corporels pour cela, mais spirituels.

Les kabbalistes nous disent que, tout comme le corps physique , il y a aussi un corps spirituel et c’est le don sans réserve. La vie en elle est la lumière qui remplit. Le corps spirituel est en réalité la lumière réfléchie ( Ohr Hozer ) et nous sentons le corps selon sa mesure.

Je suis attiré pour donner aux autres selon le niveau de la lumière réfléchie et le don à l’autre, c’est mon âme. C’est exactement là où elle est, dans les autres, et non dans la chair qui vit et meurt. Nous n’avons besoin de la chair que pour la période où je dois annuler mon désir de recevoir. Ensuite, la nécessité du corps physique disparaît. Quand j’atteins le premier niveau spirituel, je comprends que cela n’a rien à voir avec le corps. De telles conditions m’ont été simplement données pour exister avant la révélation. Cet état est indispensable pour entrer dans le monde spirituel. C’est l’endroit où je remplis les conditions préalables.

C’est comme si je me tiens devant la porte et me dit :  » Vous pouvez entrer que si vous avez un billet. N’avez-vous pas un billet ? Alors allez travailler et achetez un billet et vous pourrez entrer .  » Je travaille dans ce monde afin d’acheter un billet pour la réalité spirituelle et pendant les cours nous parlons de ce qui se passe derrière la porte.

Question: Donc, en quoi sommes-nous différents des philosophes qui semblent dire la même chose ?

Réponse: Tout d’abord, nous avons raison car nous ne voulons pas, comme eux, nous livrer à des fantasmes comme ils le font, nous comprenons que nous devons réellement sentir et voir ce dont nous parlons de première main. Il s’agit d’une approche saine qui protège contre de faire des erreurs et fournit un cadre scientifique clair.

Les philosophes se sont trompés dans le fait qu’ils parlent de choses qu’ils ne se sentent pas, qui sont -delà de leur perception et sont dépourvus de toute base factuelle. Et ils sont à l’aise avec cette situation : d’abord, parce qu’ils sont payés pour cela et deuxièmement, parce qu’ils veulent avoir quelque chose à voir avec la «spiritualité ».

En principe, une personne atteint une certaine «tête de pont spirituel », mais sans travailler sur elle-même. C’est la raison pour laquelle les kabbalistes déteste la philosophie. Il y a un philosophe en chacun de nous parce que nous aimerions également saisir la spiritualité sans faire d’effort et nous aimons faire apparaître différentes théories infondées .

Dans le même temps, nous devons tout expliquer :  » Même si je me sens parfois philosopher, c’est simplement mon ego  » La vérité est que nous ne pouvons pas réellement discuter du monde spirituel avant que nousl ‘atteignions, il est dit : «Nous ne pouvons pas savoir un nom ou un mot si nous l’atteignons pas  » .

Nous rejetons l’approche philosophique et détestons les philosophes en nous mais il est impossible de faire sans eux, car tout le monde comprend le monde entier en lui. Donc, on ne parle que de ce qui se passe dans nos cœurs.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 12/01/14 , Écrits du Baal HaSoulam