Category Archives: Questions & Réponses

Vous êtes là où sont vos pensées

Laitman_032_01Question : Se répéter qu’il n’y a que le Créateur vous protège-t-il des perturbations, ou est-ce seulement un aveuglement psychologique ?

Réponse : Non, ce n’est pas uniquement psychologique. C’est ainsi qu’une personne est construite. Si vous répétez l’expression « Il n’y a rien hormis Lui » tout le temps dans toutes les situations que vous rencontrez dans la vie, vous ne pouvez pas imaginer ce que cela peut vous enseigner.
Il ne s’agit pas seulement d’un mantra que vous dites parce qu’on vous a dit de dire « Hocus Pocus », et vous répétez cela.

Si une personne tente de connecter toute situation dans ce monde avec sa source, si elle connecte le groupe et le Créateur à elle, cela la maintient en permanence dans la bonne direction et l’aide à avancer.

De la leçon de Kabbale en russe, le 03/01/16

Au-dessus de l’astrologie et des étoiles

laitman_277Question : La Torah attribue des étoiles à différents signes astrologiques. Est-ce que le Créateur dirige les âmes des gens par les étoiles ? Quelle est la relation entre l’âme et les étoiles ?

Réponse : Il n’y a rien de spécial au sujet des étoiles. C’est tout simplement une allégorie et voilà tout. Il n’y a pas de pouvoir dans les étoiles et il ne fait aucune différence si une certaine étoile est détruite ou perdure. Ce sont des systèmes inanimés simples qui n’ont aucun effet sur aucune chose qui soit spirituelle et supérieure.
L’astrologie est apparue pour la première fois il y a longtemps parce que les gens voulaient savoir où ils étaient, comment ils devaient se comporter, comment mesurer le temps, et ce qu’il fallait faire.

Dans l’ancienne Babylone, les astrologues pouvaient connaître le caractère d’une personne et ce qui allait lui arriver par rapport aux étoiles. En ce temps-là,  les gens étaient beaucoup plus sensibles et proches de la nature et ils pouvaient dire beaucoup de choses sur une personne en fonction de différents signes. Mais ce n’est pas le système de la direction supérieure. C’est le système de notre existence corporelle qui pourrait rendre la vie plus sûre et plus confortable.

Aujourd’hui, c’est tout à fait dénué de sens car nous avons perdu notre sensibilité vis-à-vis de la nature et il n’y a pas de sages comme ceux qui ont vécu dans le passé ; ils ne pourraient pas nous aider aujourd’hui de toute façon. Nous sommes tellement négatifs dans nos pensées et nos désirs et tellement pollués par différents produits chimiques que rien ne peut nous aider.

Commentaire : Mais les gens sont toujours intéressés par les prédictions de la bulgare Baba Venga et d’autres.
Réponse : C’est simplement naturel, mais ce n’est pas la sagesse de la Kabbale et ils ne peuvent rien nous apprendre correctement non plus. Ils peuvent uniquement prédire avec précision quelque chose à l’avance, mais ils ne peuvent pas changer quoi que ce soit.

De la leçon de Kabbale en russe, le 27/12/15

Comment pouvons-nous devenir la nation d’Israël ?

laitman_944Question : Le peuple d’Israël est fondamentalement très égoïste ; chacun se considère lui-même comme le centre de l’univers. Peut-on espérer des changements radicaux positifs dans une nation où tout le monde se focalise sur lui-même ?

Réponse : C’est la raison pour laquelle il est dit que les Juifs sont un peuple au cou raide. Il n’y a rien que nous puissions faire à ce sujet. Nous avons été créés de cette façon intentionnellement afin de diriger le monde entier et de donner au monde.

Nous avons tant donné au monde, et maintenant nous devons donner la méthode de la connexion et de l’unité intégrale à l’humanité, et nous devons être ceux qui le font, même si nous sommes tellement individualistes et si loin de cela.

Question : Qui est « nous » ? En fait, il y a 300 000 Juifs vivant en Israël qui sont considérés comme « d’importance secondaire » pour l’État, comme les « demi-juifs » et les familles mixtes.

Réponse : Nous ne faisons pas référence à un peuple sur une base génétique, mais au peuple qui s’est fondé sur la base d’une idée de 3500 ans introduite par Abraham dans l’ancienne Babylone.

Question : Qui est considéré comme la nation d’Israël aujourd’hui ?

Réponse : Il n’y a pas de nation aujourd’hui. Ce que nous appelons notre nation, c’est uniquement les gens qui ont des réminiscences (Reshimot) des générations précédentes et qui ont porté l’idée de l’unité à travers l’histoire humaine. Cette intelligence génétique se réveille en eux aujourd’hui et exige l’accomplissement du sens de la vie.

Il y a des gens chez qui la question sur le sens de la vie est encore en sommeil, mais elle peut apparaître chez des personnes qui n’ont jamais été liées au peuple Juif. Cela signifie que, selon la sagesse de la Kabbale, un Juif d’aujourd’hui est quelqu’un qui ressent un désir intérieur de découvrir le sens de la vie.

Si nous nous unissons selon la méthode de la connexion et de l’unité intégrale, il n’y aura pas de problèmes, non seulement en Israël mais partout dans le monde.

Question : Cela implique que, fondamentalement, le monde entier peut devenir Juif.

Réponse : Il doit en être ainsi puisque nous ne parlons pas de nationalité. Un Français, par exemple, peut être un Juif idéologiquement.

Question : Je suis pour l’idée de voir tous les gens dans le monde comme faisant partie de la nation d’Israël, mais il semble qu’en Israël il y a ceux qui font tout pour refuser aux gens le droit d’être appelé Juifs.

Réponse : Nous devons établir un système d’absorption différent selon lequel nous pouvons accepter tous ceux qui veulent venir ici. Nous examinerons leur état de préparation pour l’unité, pour la connexion d’égal à égal avec tout le monde, et si une personne accepte cela, c’est un signe qu’elle est un Juif.

Question : Mais nous ne pouvons pas baser notre politique sur cela.

Réponse : Je ne vois pas de politique spéciale ici. Je vois une masse de gens qui est appelée une nation qui est totalement divisée. Cela me rappelle des noix dans un sac qui ne veulent pas se connecter, et c’est seulement le sac qui les relie et les maintient ensemble.
Par conséquent, ce n’est pas une nation, ni un état, mais comme le disent les Arabes, « une entité sioniste temporaire ».

Si nous étions comme tous les autres pays, connectés intérieurement par nos gènes naturels, nous serions un état, mais nous ne sommes pas connectés à l’heure actuelle, ni par les gènes ni par l’idéologie. De ce fait, il n’y a pas de nation.

Nous ne pouvons pas nous entendre et vivre les uns avec les autres, et nous nous entendons uniquement lorsque nous sommes sous pression de l’extérieur et nous devenons comme un sac de noix. Cependant, il est impossible de vivre sous des pressions extérieures pendant longtemps puisque celles-ci ne sont que des souffrances et rien de plus. Ce dont nous avons besoin, c’est de parvenir à un équilibre des forces.

Du Webinar sur Zahav.ru, le 13/01/16

Questions à propos du Créateur

laitman_222_0Question : Qu’est-ce que la révélation du Créateur ? Cela arrive-t-il lorsque vous dépassez la Makhsom (Barrière) ? Est-ce la sortie vers une nouvelle dimension ?

Réponse : La découverte du Créateur est la révélation du seul désir général dans notre unité, au-dessus de nos forces égoïstes personnelles.

Question : Vous dites que le Créateur veut uniquement ce qui est bon pour nous, mais comment peut-Il vouloir quelque chose ? Est-Il vivant ?

Réponse : C’est ainsi, dans nos sensations, que nous percevons l’attitude de la nature (soit de la force supérieure) envers nous.

Question : Comment la sagesse de la Kabbale explique-t-elle la théorie de Spinoza selon laquelle Dieu est la nature ?

Réponse : Dieu est tout, et tout est nature.

La différence entre un groupe d’étudiants de la Kabbale et une secte

laitman_934Question : Quelle est la différence entre un groupe d’étudiants de la Kabbale composé de dix personnes et une secte dont le but est d’exploiter ses membres ?
Réponse : Un groupe d’étudiants de la Kabbale est basé sur l’amour pur absolu et dans un tel groupe vous n’obéissez pas à ceux qui le dirigent, mais uniquement à son but spirituel. Par conséquent, il appartient à une personne d’intégrer le groupe ou pas.Dans une secte d’autre part, il y a beaucoup de conditions ; elle est très limitée et fermée, possède son idéologie distincte, et plus on se rapproche du centre de la secte, plus il devient d’avantage caché. Une secte a également des rituels typiques tels que des prières, des méditations, etc. Ces choses-là ne font pas partie de l’étude de la sagesse de la Kabbale.Un groupe de kabbalistes n’est pas fermé. Il est basé sur le principe de l’amour mutuel, l’honnêteté, la cordialité, l’inclusion mutuelle et l’entraide selon les principes des kabbalistes et selon les sources qui sont étudiées. Le seul rituel qu’il encourage est de partager un repas.

Il n’y a pas de conditions quant à la religion, la race ou une nationalité. Une personne qui veut se joindre au groupe est acceptée et si elle veut partir, elle peut le faire. Tout est ouvert et gratuit, tous les documents pour l’étude sont disponibles sur Internet dans toutes les langues; il n’y a aucune barricade ou séparation.

La sagesse de la Kabbale encourage l’unité de toute l’humanité dans l’amour mutuel et les bonnes relations mutuelles sans aucune contrainte, de la même manière pour tout le monde et avec tout le monde.

De la leçon de Kabbale en russe, le 29/11/15

Différents destins, un seul but

Laitman_115_04Question : Pourquoi chacun de nous a-t-il reçu un sort différent ?

Réponse : C’est parce que les huit milliards de personnes qui peuplent cette planète forment un système intégral en lui-même qui est composé de dix Sefirot. Dix Sefirot forment le système de l’humanité, un système puissant qui a dix éléments, et qui est un tout unique incluant chacun de nous et tous nos attributs.

Different-Faiths-One-Goal

 

Les kabbalistes étudient et explorent le système : qui est à l’intérieur de lui, à quelle partie il appartient, comment les nations se connectent à l’intérieur, et comment il peut être amené à l’unité intégrale totale. Ainsi, toute l’humanité s’équilibrera avec la nature qui nous entoure, et nous allons tous nous élever jusqu’au prochain niveau de notre évolution, dans une autre dimension.

Une personne qui étudie la sagesse de la Kabbale et qui la perçoit, voit ces dix Sefirot. D’une part, elle est incorporée en elles, dans leur action, et en même temps, elle est encore liée à l’humanité par les pieds et doit se soucier de son ascension.

De la leçon de Kabbale en russe, le 08/11/15

Réponses à vos questions, n°120

Dr. Michael LaitmanQuestion : A quoi la sagesse de la Kabbale se livre-t-elle ?

Réponse : La sagesse de la Kabbale s’engage à unir toute l’humanité au-dessus de l’égoïsme mondiale.

Question : Qu’est-ce que l’amitié ?

Réponse : L’amitié est la moitié de l’amour ! L’amour, c’est recevoir afin de donner sans réserve, l’amitié c’est donner sans réserve dans le but de donner.

Réponses à vos questions, n°123

laitman_622_01Question : Comment puis-je me tromper si je reste loin du mal et des gens ?

Réponse : C’est réciproque. Lorsque vous restez loin des gens, vous restez aussi loin du mal, mais votre perspective n’a pas la dimension de se rapprocher du bien !

Question : Je sens que je déteste les gens qui n’étudient pas la sagesse de la Kabbale. Je prends le bus où je regarde les gens et je les déteste, en ressentant qu’ils ne valent rien et qu’ils sont misérables, et que je suis exalté et plus important.

Je comprends que c’est mon ego qui se déchaîne. Comment gérer ce sentiment ?

Réponse : Nous subissons tous des états similaires, et par conséquent nous nous comprenons les uns les autres. Vous devez essayer de vous concentrer davantage sur vous-même, sur votre bonne attitude envers vos amis, et tout le reste se corrigera.

La vie de l’âme

laitman_603Question : Qu’advient-il si un kabbaliste acquiert une âme et commence à travailler sur la correction de ses désirs, mais que son corps physique meurt à un moment donné ?

Réponse : Tout arrive pour une raison ; tout se passe selon le système dans lequel rien n’est accidentel. Tout se passe à un moment donné selon le plan général préétabli qui comprend toutes les âmes, tous les corps, tout le temps, tout le système de correction selon lequel le corps d’une certaine personne meurt.

Question : Est-ce qu’il continue sa correction d’où il s’est arrêté ou doit-il tout recommencer depuis le début ?

Réponse : Sa correction est déjà incluse dans le système général et de ce fait elle continue, pas à partir du moment où il s’est arrêté ; il ne démarre pas tout depuis le début, mais à partir du niveau suivant, qui est certainement supérieur au niveau précédent. Le système continue son mouvement et il est inclus en lui.

Question : Mais l’âme a encore besoin d’un corps physique, ou est-il possible de vous corriger vous-même, sans le monde corporel ?

Réponse : Il y a des cas où l’âme doit être intentionnellement revêtue d’un corps à la fois pour son propre intérêt, mais surtout pour le bien des autres. Ces gens viennent dans notre monde non pas parce qu’ils en ont besoin, mais parce que d’autres ont besoin d’eux. Dans l’ensemble, l’âme s’élève d’un niveau à l’autre dans le monde à venir, pas dans le corps matériel.

De la leçon de Kabbale en russe, le 01/11/15

Apprendre des sages

Laitman_137Question : Pourquoi n’êtes-vous pas satisfait en atteignant le sens révélé de la Torah ? Pourquoi devrions-nous pénétrer ses couches intérieures cachées ?

Réponse : Selon le Baal HaSoulam dans l’Introduction à l’Étude des Dix Sefirot et le Gaon de Vilna dans le Sidur du HAGRA, il est impossible d’atteindre la Torah sans comprendre ses quatre couches.

Les sages qui ont écrit la Torah et tous les livres saints les ont écrit à partir du niveau sur lequel ils ont atteint chaque partie de la réalité et de la réalité corporelle, qui se révèle à nous. C’est la raison pour laquelle je veux apprendre de ce qu’ils ont révélé dans la Torah et ne pas me contenter d’actions mécaniques.

Je ne peux pas comprendre ce que dit la Torah et ce que les sages voulaient transmettre si je ne comprends pas le sens interne de la Torah. Je suis comme un enfant qui ne sait pas lire, mais qui feuillette seulement un livre en regardant les images.