Category Archives: Religion

La foi au-dessus de la raison est l’atteinte

610.2Question : D’une part vous parlez de la foi au-dessus de la raison, d‘autre part, il n’y a pas de foi du tout dans la Kabbale mais seulement l’atteinte. Qu’est-ce que cela signifie ?

Réponse : La foi au-dessus de la raison est l’atteinte. La foi est la qualité du don sans réserve, la qualité de Bina. Le don sans réserve au-dessus de l’égoïsme est appelé la foi au-dessus de la raison. Avec l’aide de cette condition, une personne découvre le Monde Supérieur par elle-même.

Vous ne pouvez rien faire contre le fait que le concept de foi a été déformé dans notre monde. Tout dans notre monde est déformé.

Seule une personne qui s’est élevée jusqu’à la qualité du don sans réserve peut être considérée comme un croyant.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 24/09/2017

L’opposition à la Kabbale

002Il existe différents opposants à la Kabbale. Il y a des gens qui ne supportent tout simplement pas le mot « Kabbale » parce que c’est ainsi qu’on leur a appris. Il y a des gens qui ne veulent pas l’étudier parce qu’ils croient qu’elle peut leur faire du mal et en quelque sorte diminuer leur importance. En d’autres termes, il existe de nombreuses raisons de causer des problèmes aux autres sans même y penser.

Sans parler des problèmes que vous rencontrez lorsque vous parlez du Créateur d’une manière totalement nouvelle, ce dont aucune religion ne parle. Comment peuvent-ils vous accepter ?

Commentaire : Vous dites que l’opposition à la Kabbale existe pour qu’en principe vous puissiez expliquer à vous-même ce que vous faites.

Ma Réponse : Oui, c’est un problème jusqu’à ce qu’une personne qui étudie la Kabbale commence à comprendre ce qu’elle fait réellement. Cela ne se forme pas en elle immédiatement.

Petit à petit, elle commence à comprendre pourquoi, quoi et comment. Tout cela s’accumule parce qu’elle étudie l’âme, qu’elle ne ressent pas. Elle étudie les sensations de cette âme appelée le monde supérieur, qu’elle ne ressent pas non plus, mais dont elle s’efforce seulement de s’approcher. Par conséquent, elle n’a pas encore une compréhension claire de l’endroit où elle se trouve.

Extrait de KabTV, « J’ai reçu un appel – Pour et contre » du 12/10/2013

Depuis l’atteinte spirituelle

235Question : La Torah est écrite dans la langue des branches. Par exemple, dans la Torah, le mot « Égypte » (Mitzraïm) signifie « concentration du mal » (Mitz Ra). C’est-à-dire qu’un kabbaliste ressent le mal de sa nature égoïste, mais l’appelle l’Égypte. Dans notre monde, il existe un tel pays ou disons un lieu. C’est clair.

Mais lorsqu’un kabbaliste prononce des termes tels que « KeterHokhmaBinaZeir Anpin », il n’y a aucune manifestation de ces mots dans notre monde. Où sont leurs branches ?

Réponse : En partie, ils sont manifestés. Dans notre monde, il existe des mots comme « KeterHokhmaBina », bien que nous les utilisions dans un contexte complètement différent. Mais il existe également des termes qui ne sont pas utilisés dans notre monde. Les kabbalistes les ont tirés de leur atteinte spirituelle.

En d’autres termes, il existe des objets spirituels qui ne se manifestent pas dans le monde matériel. Et il y a ceux qui se manifestent, de sorte qu’en voyant les branches, nous pouvons les nommer.

Question : Mais si nous ne pouvons pas les nommer, alors les kabbalistes ont inventé toutes sortes de noms, par exemple « Dix Sefirot », qui en fait ne signifient rien ?

Réponse : Ce n’est pas une invention, mais un dérivé de leur atteinte. Par exemple, pourquoi ont-ils appelé la colline de Jérusalem le Mont des Oliviers ? Parce qu’ils ont vu qu’il était possible d’y planter des oliviers. Il en est de même pour les autres mots.

C’est-à-dire que si une personne n’a pas atteint le niveau spirituel, elle ne peut rien rechercher dans la Kabbale.

Extrait de KabTV, « Le Talmud des Dix Sefirot (TAS) » du 10/16/2022

Découvrir le Créateur est la religion commune pour tous

448Question : La Kabbale dit que la religion à laquelle on appartient n’a pas d’importance. Mais nous savons qu’il n’y a rien hormis Lui. Si j’étudie la Kabbale et que je sais qu’il n’y a rien d’autre que Lui, comment puis-je être dans une autre religion ?

Réponse : Je pense que le problème est que vous considérez la Kabbale comme une religion. La Kabbale cependant n’est pas une religion mais une sagesse. C’est une sagesse sur la structure du monde, sur les forces qui touchent les gens, et sur ce que l’homme peut faire avec elles.

Nous en parlons à toute l’humanité et promouvons un seul principe : la connexion entre les gens. Dans cette connexion entre tous, la découverte de l’unique force supérieure de la nature, appelée le Créateur, est possible. C’est tout.

Cela n’a rien à voir avec le christianisme, l’islam ou le judaïsme.

Extrait de la conversation du Rav Laitman avec le groupe géorgien, le 15/09/2022

Jusqu’à ce que l’humanité mûrisse

962.7Les Juifs sont le groupe qui doit enseigner au reste de l’humanité la méthode d’élévation vers la prochaine dimension, l’entrée dans le monde supérieur, et sa révélation ici et maintenant.

C’est pourquoi tous les peuples du monde pensent subconsciemment que les Juifs cachent quelque chose, qu’ils ont une sorte de secret qui interfère avec tous les autres, qu’ils volent tout le monde et sont la cause des malheurs de l’humanité. Tout cela est effectivement écrit dans le Livre du Zohar, le principal ouvrage de la Kabbale.

Mais le problème est que tout au long de l’histoire jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons pas pu dévoiler la Kabbale parce que nous avons dû attendre que l’humanité mûrisse et se révèle comme globale et intégrale, et commence à renoncer à son habituel développement culturel, technologique et social, qui montrera tout son échec.

Lorsqu’elle posera la question « A quoi servons-nous ? Pourquoi existons-nous ? » alors la Kabbale apparaitra et ces mêmes Juifs se présenteront et expliqueront pourquoi nous existons tous.

Extrait de KabTV, « Gros Plan – Autour du Monde » du 20/02/2011

Le Judaïsme rationnel

32.02Dans le Judaïsme, il n’y avait pas de culture de grands événements de masse et de spectacles car tout avait pour objectif le travail intérieur de l’homme. Il devait faire une introspection, se connecter intérieurement aux autres, pas extérieurement.

Il n’y avait pas de théâtre, de spectacles, de cirque, de stades ou de performances humaines devant un public immense. Ce concept n’existait pas du tout. Tout cela nous vient de la Rome antique.

Les Grecs, puis les Romains, après avoir pris Jérusalem, y ont construit des stades, un amphithéâtre à Césarée, etc. Mais cela n’a absolument rien à voir avec le Judaïsme.

Le Judaïsme n’a jamais suivi cette voie. Il y avait une possibilité de construire n’importe quoi. Mais cela n’est pas dans la nature de l’idéologie elle-même qui vise le développement intérieur d’une personne.

Par conséquent, il n’y avait pas de peinture ni même de musique spéciale, mais seulement une musique qui vise à l’introspection, à percevoir le monde à travers soi. Il n’y a pas de statues, de décorations extérieures, de vêtements spéciaux, d’ornements particuliers, ni aucune sorte d’architecture. Rien ! Tout est aussi simpliste que possible et très rationnel extérieurement.

Extrait de KabTV, « J’ai reçu un appel – Les caractéristiques du Judaïsme » du 22/05/2014

Le point critique du développement humain

600.01L’état vers lequel nous nous dirigeons est prédéterminé par la nature. Il devrait être tel qu’à partir de la reconnaissance de l’inévitabilité et de l’impuissance absolue, nous arriverions à la conclusion que nous n’avons nulle part où aller. Il ne nous reste plus qu’à sauter hors de notre essence, hors de notre nature, à nous en sortir, à nous élever au-dessus d’elle.

L’égoïsme, qui nous apporte tous ces problèmes, qui rend notre vie sans valeur et inutile (et dernièrement insupportable tout simplement) est comme il est dit dans la Torah (Bible) « une aide à votre encontre ». Ainsi, il nous pousse hors de lui-même, comme les plaies égyptiennes qui traversaient les gens et les poussaient hors d’Égypte. C’est ainsi que le développement de l’humanité est présenté de manière figurative dans la Torah.

C’est-à-dire que le fait d’atteindre notre égoïsme et de révéler quel énorme problème il représente pour notre existence nous obligera à l’abandonner et à passer à un état différent, où nous serons reliés les uns aux autres par d’autres liens de fraternité, d’assistance mutuelle et de bonté.

En conséquence, que ce soit par une bonne ou une mauvaise voie, par la guerre ou par la prise de conscience, nous atteindrons toujours le niveau d’interconnexion complète, nous serons en harmonie avec la nature et parfaitement équilibrés avec elle.

Alors, dans cet état idéal d’équilibre, nous parviendrons à exister sous une forme complètement différente, à un niveau où l’éternité et la perfection, comme la nature elle-même, nous seront révélées. Nous y arriverons de toute façon, mais peut-être par un mauvais développement. Voici un point très critique dans le développement de l’humanité où la Kabbale peut ou non jouer son rôle positif.

Extrait de KabTV, « Gros Plan – L’Europe Aujourd’hui » du 26/01/2011

Le don sans réserve : une perception spéciale du monde

552.02Moïse (le point dans le cœur d’une personne) a été élevé par Pharaon pendant quarante ans, puis il s’est enfui chez Jéthro, et seulement alors, il a fait sortir durant quarante ans la nation entière de l’esclavage de l’égoïsme. Il en est de même dans notre état, lorsque nous commençons à étudier la Kabbale : de nombreuses années passent jusqu’à ce que nous commencions à comprendre ce qui nous arrive.

Question : Moïse a-t-il vécu la majeure partie de sa vie dans l’égoïsme ?

Réponse : Oui, pourtant ce n’est pas seulement de l’égoïsme mais une préparation pour en sortir. Moïse symbolise la force de la foi, qui tire une personne hors de l’égoïsme.

Question : Vous dites toujours que la foi est le don sans réserve. Que signifie donner sans réserve ?

Réponse : Le don sans réserve, c’est lorsqu’une personne ressent que tout ce qui est en dehors de ses qualités égoïstes, ce sont les qualités correctes qu’elle doit atteindre.

C’est-à-dire que le don sans réserve ne signifie pas qu’une personne devrait donner quelque chose selon notre compréhension habituelle, mais il s’agit d’une perception spéciale du monde.

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 19/04/2022

La chose essentielle qu’une personne devrait faire

937Le récit de la sortie d’Égypte englobe toute l’histoire de l’humanité, qui n’est toujours pas achevée et à ce jour n’a pratiquement pas encore commencé.

Dans la Torah, il ne s’agit que d’une courte histoire. Cependant, la Torah elle-même est une instruction. Il est nécessaire de comprendre comment elle est écrite. C’est-à-dire, sortir de l’esclavage de vos sensations égocentriques est la chose la plus fondamentale de toute la Torah qu’une personne devrait faire.

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 19/04/2022

Revenir l’un vers l’autre

226Question : Depuis 2000 ans, les juifs sont en exil à cause de la haine gratuite. L’État d’Israël a été fondé il y a seulement 74 ans.

Pendant tout ce temps, les sages ont écrit des milliers de livres, et dans tous il est dit que seule l’unité du peuple, l’amour de son prochain et la solidarité mutuelle nous sauveront. Cela nous donnera l’opportunité de retourner en Terre d’Israël. Pourtant, bien que nous n’ayons pas atteint l’unité, nous sommes revenus ici. Dans quel but la force supérieure nous a-t-elle ramenés ?

Réponse : Nous avons été ramenés dans le but d’être dans l’obligation, en tant que peuple, non pas encore sur une base spirituelle d’unité, mais au moins sur une base géographique et historique, de commencer à nous unir de bas en haut, c’est-à-dire à partir de définitions purement corporelles à des définitions plus élevées, spirituelles.

Ainsi, nous devons atteindre un état où nous nous unissons spirituellement, et en fonction de cela, la force supérieure se révélera en nous.

Selon le Baal HaSoulam, cette terre nous a été donnée telle une caution. Tout cela pour que nous commencions à revenir les uns vers les autres, à nos racines spirituelles.

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 26/04/2022