Category Archives: Religion

Croire ou vérifier ?

552.03Question : Pour une personne religieuse, la plus grande motivation vient de la foi. Que pouvez-vous offrir à un laïc ?

Réponse : Une personne laïque peut se voir offrir la connaissance au lieu de la foi, ainsi elle comprendra le concept le plus élevé de la nature, appelé le Créateur et ne croira pas seulement ce qu’on lui a dit.

Question : Mais pourquoi y a-t-il assez de foi dans la force supérieure dans la religion et non chez les laïcs ? Vous parlez maintenant, mais je n’y crois pas.

Réponse : Parce que nous avons dépassé cet état. Nous ne pouvons pas vivre uniquement en fonction de ce qu’on nous dit.

Question : Est-ce beaucoup plus difficile pour les laïcs ?

Réponse : Bien sûr.

Commentaire : Si j’étais religieux, je croirais simplement vos paroles et saurais comment procéder pour le reste de ma vie. Et ici vous me parlez, et je ne sais pas, peut-être que vous avez raison, peut-être pas.

Réponse : Absolument. Vous devez donc le découvrir.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Management » du 28/08/2020

Un seul Dieu : Unité et Amour

566.02Remarque : Il existe certains films montrant une invasion extraterrestre où toutes les personnes sur Terre s’unissent. Le sentiment de solidarité apparaît.

Mais même maintenant, lorsque le coronavirus domine la Terre entière, nous voyons qu’il n’unit pas les gens mais les divise.

Mon Commentaire : Nous sommes arrivés à un état où rien ne nous aidera à nous unir si ce n’est de réaliser que seule la connexion nous élèvera au-dessus de notre nature, au-dessus de nous-mêmes. Nous devons y parvenir.

Remarque : S’il y avait un Dieu pour chacun, alors tout le monde marcherait sous Lui, croirait en Lui, ce serait bien.

Réponse : Mais ce n’est pas le cas et cela n’arrivera pas. Il n’y a pas de tel Dieu.

Il n’y a qu’un seul Dieu, si nous L’acceptons comme Dieu, et c’est la connexion mutuelle, l’unité et l’amour. Ces qualités peuvent nous rapprocher et nous unir. On peut l’appeler la propriété la plus élevée qui existe dans la nature. C’est ce dont nous avons besoin.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Communication » du 25/09/2020

Les nations du monde et la Terre Sainte

747.01Remarque : Si nous regardons l’histoire, le peuple d’Israël a été créé sur une base idéologique à partir de douze tribus de l’ancienne Babylone. Par conséquent, Israël est constitué de ceux qui ont un désir d’atteinte spirituelle.

Mon Commentaire : C’est vrai, mais pas seulement eux. Il y a même des gens qui n’ont absolument rien à voir avec Israël, avec les juifs, avec nos anciennes pierres, et pourtant ils éprouvent une sensation spéciale lorsqu’ils viennent dans ce pays.

Le fait est que nous sommes tous des fragments d’une âme brisée appelée Adam, qui autrefois était unique. C’est une structure spirituelle qui contient absolument tous les peuples du monde, tous les peuples sans exception, où qu’ils soient, où qu’ils vivent.

Puisque toute l’humanité évolue constamment, les gens, même ceux qui sont encore à un niveau de développement plutôt primitif dans leurs petites sociétés fermées, commencent encore à ressentir que certains phénomènes spéciaux se produisent à cet endroit du monde, et ils sont attirés ici.

Il peut s’agir de personnes du fin fond de l’Afrique, de l’Australie ou de l’Océanie qui n’ont jamais rencontré de juifs ou entendu quoi que ce soit sur Israël. Mais soudain, quelque chose les attire ici, et ils viennent.

Extrait de KabTV, « Analyse du Système du Développement du Peuple d’Israël » du 25/11/2019

Le mauvais œil est la force de la pensée

laitman_961.1Question : Qu’est-ce que le mauvais œil ? Quel est le mécanisme de son influence ? Comment le contrecarrer ?

Réponse : Le mauvais œil est la force de la pensée. Chacun de nous possède des forces internes, et lorsque nous pensons en mal à quelqu’un, il en résulte que beaucoup de mauvaises pensées à son sujet agissent sur lui. C’est l’impact d’une personne sur une autre ou même sur l’ensemble de la société.

Il y a des gens qui peuvent regarder quelqu’un et disons que sa température augmente. J’ai vu de tels phénomènes à plusieurs reprises.

Nous nous influençons car nous sommes tous dans le même système, dans le même désir. Toute l’humanité est considérée comme une même personne. Par conséquent, notre impact les uns sur les autres n’est pas si improbable. Se trouver dans le système unifié indique déjà la possibilité d’une telle influence.

Question : Ce n’est donc pas quelque chose de surnaturel ?

Réponse : Non, c’est juste que les gens n’ont pas de telles capacités spéciales pour le moment. Autrefois, elles étaient plus prononcées, mais les gens ne les utilisaient pas.

Question : Pouvez-vous les développer en vous-même ?

Réponse : Bien sûr. Mais pour cela, vous devez entrer en reconnaissance, dans certains cercles.

Question : Pouvez-vous résister au mauvais œil ?

Réponse : Cela y est également enseigné.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 07/05/2020

La tour de Babel comme essence des relations entre les gens

laitman_245.12Remarque : Le livre de la Genèse décrit comment les gens ont construit la tour de Babel : ils l’ont construite haute. Ceux qui ont soulevé les briques se sont levés du côté est de la tour, et ceux qui sont descendus l’ont fait du côté ouest de la tour.

Et si quelqu’un tombait et mourait, ils ne faisaient pas attention à lui. Mais si une brique tombait, ils s’asseyaient et pleuraient : « Quand est-ce qu’une autre s’élèvera à la place ! »

Ma Réponse : Ici, cela parle allégoriquement de l’égoïsme des Babyloniens qui a augmenté à un point tel qu’ils ne respectaient pas la vie humaine, mais valorisaient seulement le travail d’une personne.

Si une personne ne pouvait pas rapporter de bénéfices et que sa productivité diminuait, il valait mieux qu’elle meure tout simplement, qu’elle disparaisse ; de telles personnes n’étaient pas nécessaires. Autrement dit, ils étaient purement pragmatiques.

Extrait de KabTV, « L’Analyse Systématique du Développement du Peuple d’Israël » du 24/06/2019

Le polythéisme : un instinct humain naturel

laitman_552.03Question : Tous les citoyens de l’ancienne Babylone adoraient de nombreux dieux. Que signifie le polythéisme ?

Réponse : Le polythéisme est une évolution naturelle de l’homme. Nous pouvons voir que même aujourd’hui de telles croyances sont préservées dans le monde, en particulier en Orient.

Le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam sont originaires d’Abraham. Toutes les autres croyances sont basées sur le polythéisme, c’est-à-dire l’existence d’une multitude de dieux, une multitude supposée de toutes sortes de forces de la nature, chacune ayant une influence particulière sur la nature et le destin de l’homme.

Question : Peut-on dire que chacun de nous est aussi un idolâtre ? Autrement dit, si une personne ne découvre pas une seule force derrière toute la matière, alors on est un idolâtre ?

Réponse : Je ne pense pas que nous déifions ces forces dans une telle mesure. Après tout, les idolâtres n’étaient pas des gens stupides ; mais, ils ont simplement vu qu’ils dépendaient grandement de diverses propriétés de la nature, mais ils ne pouvaient pas les lier ensemble. Nous non plus.

On croyait que le dieu de la pluie, le dieu du soleil, le dieu de la nuit, le dieu du jour, etc. étaient tous de grandes forces de la nature dont un homme dépend complètement et qu’il doit adorer pour maintenir de bonnes relations avec elles. Après tout, outre le fait que l’homme a déifié la nature, il a ressenti sa dépendance à son égard.

Remarque : Les gens croyaient qu’il y avait certaines forces qui pouvaient être apaisées et qui pouvaient être mieux apaisées par différents prêtres qui savaient exactement comment faire cela.

Mon Commentaire : Oui. Imaginez un paysan sans instruction et ignorant. Il préfère soumettre un sac de céréales et être sûr qu’il n’aura plus de problèmes ni avec la récolte, ni avec la sécheresse, ni avec les inondations des rivières.

Extrait de KabTV, « L’analyse du système de développement du peuple d’Israël » du 24/06/2019

Géographie spirituelle, partie n°8

Le Temple : un lieu de connexion

Question : Pourquoi les kabbalistes ont-ils tant voyagé ? Pourquoi quittaient-ils leurs villes, errant pendant plusieurs années, puis revenaient ? Qu’est-ce que cela leur apportait ?

Réponse : Il y avait apparemment un tel commandement, une instruction selon laquelle le kabbaliste était obligé de quitter sa maison et de se promener sur les routes, de visiter d’autres lieux, de se familiariser avec la nature et les gens, et de voir la manifestation du Créateur en toute chose. Cela lui donnerait de l’énergie et élargirait sa conscience.

Question : Dans les temps anciens, y avait-il des temples dans de nombreuses villes ?

Réponse : Il n’y avait pas de temples mais simplement des maisons de prière. Il n’y avait qu’un seul Temple. C’était d’abord en Samarie, puis à Jérusalem sur le Mont du Temple.

Le Temple est un endroit spécial où chaque personne peut venir, juive et non-juive, et transmettre au Créateur ses espoirs, souhaits et demandes.

Question : Pourquoi était-il nécessaire de venir à un endroit précis ?

Réponse : C’est parce que toutes les conditions géographiques et spirituelles et les aspirations humaines y sont réunies en un seul point.

Question : Comme le dit la Kabbale, une personne est connectée au Créateur par son cœur. Le Créateur ressent-il mon cœur, mes désirs ?

Réponse : Naturellement, mais en plus, il y a aussi une similitude géographique avec le monde supérieur.

Question : Cela signifie-t-il qu’il y a quelque chose dans le fait que beaucoup de gens se réunissaient au même endroit ? Que faisaient-ils là-bas ? Ils ne pouvaient pas simplement sacrifier certains animaux.

Réponse : Le sacrifice est le reflet du désir d’une personne de cesser d’utiliser son égoïsme, d’arrêter de travailler avec son moi égoïste. Pour cette raison, elle veut le sacrifier.

En conséquence, les gens apportaient du sel, du pain, de la viande, du poisson et du vin au Temple. Tous ces produits correspondent à certains types de désir sur lesquels une personne fait une restriction. Les gens priaient, demandaient, rôtissaient de la viande, mangeaient.

Question : Est-ce que cela les connectait d’une manière ou d’une autre ?

Réponse : Oui, bien sûr. Le Temple est le lieu de la connexion. C’est de la plus haute importance.

Question : Cela signifie-t-il que lorsqu’une personne sacrifie son égoïsme dans l’intérêt de l’autre, elle lui montre des signes de respect et d’amour ?

Réponse : Imaginez qu’il y ait un restaurant spécial où vous pouvez venir, apporter votre nourriture ou votre argent, peu importe ce que vous avez, et vous mangez, chantez ensemble. C’est l’endroit de convivialité qui connecte tous les gens. C’est ainsi que le Temple fonctionnait toujours.

Les gens de toutes les nations pouvaient s’y connecter. L’entrée était ouverte à tous.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 28/01/2019

La Kabbale et la Torah

Laitman_137Remarque : Il y a un dicton selon lequel la Kabbale est une acrobatie aérienne, que l’on n’a besoin d’étudier qu’après avoir étudié la Torah, le Talmud et d’autres sources primaires.

Mon Commentaire : Les kabbalistes écrivent que cela dépend uniquement de la personne. Si elle n’a pas une grande envie de spiritualité, alors laissez-la tout étudier dans l’ordre depuis la Torah jusqu’au Talmud et ainsi de suite, c’est-à-dire jusqu’à l’étape où elle est attirée et voit qu’elle n’a pas besoin de plus. Si une personne a initialement un très fort désir de connaître le Créateur, alors elle vient immédiatement à la Kabbale.

Question : Il n’y a aucune interdiction à ce sujet ?

Réponse : Non.

Question : Est-ce l’opinion des kabbalistes ? D’autres disent qu’il y a une interdiction.

Réponse : Les autres peuvent toujours parler. Que comprennent-ils ? La Torah nous est donnée pour comprendre le Créateur. C’est sa propriété, sa force, son but. Nous devons retourner au Créateur, à ce niveau. Si quelqu’un croit qu’il n’a pas la force ou le désir pour cela, alors laissez-le simplement étudier ce que tout le monde étudie, rien de plus. Une fois, j’ai amené 40 élèves de plus à mon professeur et nous avons tous étudié uniquement du matériel kabbalistique.

Question : Et cela ne vous a pas demandé de connaître la Torah ?

Réponse : Non.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 29/01/2019

La famille et le mariage, partie n°3

Qu’est-ce qui aidera à sauver le mariage ?

Question : Aujourd’hui, l’institution du mariage ne peut pas être maintenue par des impulsions ; il est donc nécessaire de rechercher des objectifs supplémentaires. Quels sont ces objectifs pour qu’un mariage dure ?

Réponse : De nos jours, la consécration religieuse du mariage ne peut pas conserver une famille. Non seulement dans une petite société, mais pratiquement partout dans le monde. Les jeunes ne s’intéressent pas à ce que l’on pense d’eux.

En règle générale, ils ne dépendent pas de leurs parents, ne vivent pas avec eux, ne sont pas dans la même société où ils sont nés et ont grandi. Généralement, les jeunes couples sont indépendants de la génération précédente et de la société dans laquelle ils ont été élevés.

Ils se séparent complètement et créent une famille à un tout autre niveau. Entre eux, des connexions nécessaires complètement différentes apparaissent. Et s’il n’y a pas de telles relations, alors comme nous le voyons, le mariage n’existe pas.

Question : Quels objectifs peuvent soutenir le mariage à l’avenir ?

Réponse : Du moins, pas des enfants communs et des biens communs, mais quelque chose qui est au-dessus de cela. Il ne peut s’agir que d’un but supérieur à la vie : j’ai besoin de cette personne en tant que mari ou femme, avec des enfants et avec tout mon mode de vie car avec eux, je gagne l’espace nécessaire dans lequel je me prépare à un objectif supérieur. Il n’y aura pas de famille sans cela.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 01/01/2019

La signification des livres kabbalistiques, partie n°1

Les multiples visages de la Torah

Question : Lorsque nous ouvrons la Torah, nous trouvons une collection de récits historiques avec de nombreux personnages. Comment devrions-nous nous rapporter correctement à eux ?

Réponse : Si la Torah ne venait pas d’une source spéciale mais était un livre ordinaire écrit, supposons-le par une personne du Moyen Âge, alors ce serait simplement un roman historique intéressant.

La Torah elle-même est présentée dans un langage très intéressant, et lorsque vous commencez à la lire, vous ne pouvez pas vous arrêter, car elle vous captive. Il y a quelque chose dedans qui fait qu’on ne se lasse pas de la lire.

J’en parle comme d’un lecteur ordinaire qui n’a rien à voir avec l’origine de ce livre, avec sa religion, son histoire, sa géographie ou avec quoi que ce soit d’autre. C’est juste écrit dans un style intéressant.

Certains perçoivent la Torah comme un document historique, d’autres comme une fiction ou peut-être un ensemble d’instructions ou de documents juridiques. Il contient beaucoup d’informations sur l’interaction des peuples et des nations dans l’Antiquité, sur leur vision du monde.

En général, la Torah est un livre très intéressant. Nous voyons quelque chose de similaire chez Flavius Josèphe, s’il est possible de comparer la Torah et ses œuvres. Dans une certaine mesure, il raconte la Torah et la décrit comme un historien.

Josèphe est un historien vraiment éblouissant avec une vision large et une connaissance approfondie des faits historiques. Il a écrit ses œuvres en exil à Rome où un vaste institut a été créé spécialement pour lui, où des centaines de personnes travaillaient pour lui.

Mais tout de même, ce qu’il a écrit ne peut être comparé à la Torah elle-même.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 18/12/2018