Category Archives: Sagesse de la foule -intelligence collective

Produire les lois intégrales ensemble

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quand nous commençons à travailler avec des gens dans le domaine de l’éducation intégrale, devons-nous mettre l’accent sur la méthode elle-même ou sur le groupe de dix dans lequel la force intégrale est révélée?

Réponse: Le Groupe des dix dans lequel les personnes qui reçoivent une éducation et une formation intégrale commencent à découvrir cette méthode eux-mêmes. Après tout, nous savons combien elle peut entrer et demeurer dans une personne. Ainsi, l’importance de la communication verbale et conceptuelle disparaît.

Les gens doivent sentir tout eux-mêmes et arriver à ces conclusions que nous voulons leur apprendre par eux-mêmes. Par conséquent, toutes les questions que nous posons au cours de l’atelier doivent être adressées dans ce sens, pour que cela produise le résultat le plus fiable.

Ils vont soudain commencent à comprendre : «Oui, ce doit être le cas « et nous leur demandons immédiatement «Et pourquoi pas autrement?  » Et ils seront eux-mêmes et nous convaincre avec la conclusion intégrale qu’ils ont atteint : Il est certainement nécessaire d’être d’accord avec ce que l’autre personne dit et je ne fais que la compléter et celui qui vient après moi me complète et ainsi de suite.

En d’autres termes, nous devons tous arriver à une sorte d’opinion commune que nous acceptons, non pas qu’elle nous soit imposée ni donnéeau cours du processus de certains dialogues rusés ou d’une certaine persuasion politique, mais plutôt, c’est l’avis de tout le monde sans exception. Comment est-il possible de trouver une opinion de ce genre en qui tout le monde sentira vraiment que c’est ma solution ? Je ne fais pas de concession et  ils ne me convainquent pas non plus, mais plutôt elle existe dans la même forme car je l’exprime. Et puis ce sera l’unité intégrale.

Après cela tout le monde arrivera à une opinion commune que nous devrions tout résoudre  sur un pied d’égalité en fonction de caractéristiques que la nature a donné à chacun. C’est -à-dire l’égalité des personnes ne peut être que conditionnelle. Et ainsi de suite. Ainsi, les étudiants doivent produire toutes les lois intégrles communes par eux mêmes.

De  Kabtv  » au fil du temps  » 17/09/2013

Une sagesse collective

Dr. Michael LaitmanComme résultat de la connexion des gens au cours d’une table ronde ou d’un atelier, un esprit commun se crée. Ce phénomène de « sagesse des foules » est connu. Si les gens s’unissent, alors une force supplémentaire émerge et quelque chose de nouveau qui dépasse leurs capacités naît entre eux. Chacun possède une intelligence et des capacités médiocres et fait des erreurs en répondant aux questions. Cependant, quand ils discutent tous ensemble, écoutent les opinions des autres et se complètent mutuellement, la réponse moyenne sera correcte ou très proche de la bonne.

Chacun d’eux fait une erreur dans une direction différente, et donc en moyenne, la réponse est correcte. Cependant, ce n’est pas seulement une loi statistique des grands nombres, mais c’est un aspect émotionnel. Quand les gens se réunissent et veulent résoudre un problème ensemble, ils obtiennent un sens spécial. Ce n’est pas seulement une réponse moyenne. Comme ils ont essayé de trouver une solution ensemble, un ajout spécial émerge.

Nous n’avons pas simplement à demander une réponse à chacun individuellement comme dans une enquête statistique, mais nous les rassemblons et il veulent atteindre un résultat commun. Ensuite, ils ne font pas d’erreurs. Ceci est la conséquence de la connexion, et pas seulement une réponse résultant de la moyenne quand une erreur compense l’autre.

Quand les gens se connectent, une force spéciale supplémentaire émerge qui nous propulse au niveau suivant. Nous sommes tous sur la marche inférieure; dix au degré inférieur sont égaux à l’un du degré supérieur, de la même manière que tout le minéral est toujours égal à une plante, et  toutes les plantes à un animal, et tous les animaux à un être humain par sa puissance et son essence.

Ce n’est pas une équation simple. La force du Créateur doit être ajoutée, car il nous est nécessaire de passer du niveau minéral, où tous les éléments fixes sont réunis, au niveau végétatal pour devenir une plante. Cependant, il faut savoir que cette force est toujours à notre disposition. La Lumière Supérieure brille toujours. Dès que nous nous connecterons, la Lumière Supérieure débutera instantanément et automatiquement travaillera sur nous et nous élevera au degré suivant.

Par conséquent, il est dit que l’ensemble du niveau minéral équivaut à une plante. La Lumière Supérieure est automatiquement inclue dans cette formule. Nous savons apparemment a priori que la Lumière Supérieure agira et les élevera.

La réponse commune est obtenue non pas comme la moyenne de toutes les réponses. En organisant un atelier et en formant un cercle, nous devons arriver à une décision commune, une définition qui sera au centre du cercle. Nous n’avons pas besoin de dix opinions différentes, qui ne produiront rien. Cela compliquera juste les choses comme de la simple philosophie : On a dit cela et un autre dit cela. C’est l’analyse. Cependant, nous avons besoin de synthèse, le facteur général appartenant au degré supérieur !

Nous ne savons pas encore comment utiliser correctement les ateliers. L’atelier est un récipient spirituel, un outil pour atteindre la fin de la correction. Par conséquent, nous devons nous élever au niveau de la réunion du groupe de Rabbi Shimon. Nous venons de l’appeler par un tel banal mot « atelier », mais il implique un véritable lien spirituel. Les ateliers doivent être changés. Nous allons travailler sur ce point. On ne peut pas juste l’enseigner. Cette compétence vient peu à peu, et la pression de l’extérieur contribue à cela.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 10/10/13 , Écrits du Baal HaSoulam

Dans un sous-marin

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment pouvons-nous sentir tous les amis afin d’aspirer à plus de connexion?

Réponse: Pour ce faire, nous devons travailler ensemble pour accomplir une mission. Supposons que nous entrions dans un sous-marin et sortions en mer. Cela va être une expérience difficile et dangereuse dans laquelle tout le monde dépend de tout le monde. J’ai un sentiment très fort que l’erreur commise par une personne ou un dysfonctionnement de l’autre signifierait que nous nous noirons tous.
Nous sommes au milieu d’un grand océan, a des milliers de miles de tout rivage, profondément sous l’eau, et soudain, l’une des vannes tombe en panne. Maintenant, il est impossible de pomper l’eau des citernes du ballast. Ensemble, nous essayons de trouver une solution pour refaire surface.

C’est dans de telles circonstances, dans un tel état que nous devons nous élever vers l’unité.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 02/10/13, Écrits du Baal HaSoulam

Une nouvelle terminologie pour ce qui est important

Dr. Michael LaitmanNous devons comprendre qu’il n’y a aucune différence entre la sagesse de la Kabbale et l’éducation intégrale. C’est simplement la même idée véhiculée dans des mots différents. Selon les articles de Baal HaSoulam, la méthode est basée sur la reconnaissance de l’importance de l’objectif, en sortant de son ego, en s’élevat au-dessus de nous-mêmes, à l’unité où l’on découvre le Créateur, la force supérieure, la force intégrale de la nature. Toutes les conditions dont nous parlons et lisons sont vraies et peuvent également être mises en œuvre dans l’éducation intégrale. Mais ici nous n’utilisons pas des termes comme «Créateur», «être créé», «lumière environnante», «Sefirot», «Partsoufim », etc.

Dans l’ensemble, nous décrivons les mêmes conditions et les mêmes procédés utilisant le langage ordinaire. Nous disons que la force de l’unité intégrale apparaît progressivement dans l’unité et l’adhésion entre nous, ou comme on dit aujourd’hui «la sagesse de la foule ou intelligence collective». C’est le Créateur, c’est la Lumière. Cela n’arrive pas tout à coup, mais peu à peu jusqu’à ce que nous atteignons le niveau réel, mais dans l’ensemble c’est la même chose.

En fait, lorsque nous utilisons la terminologie de l’éducation intégrale, vous commencez à comprendre les termes kabbalistiques mieux, leur signification intérieure. Après tout, nous sommes habitués à certains mots, mais qu’est-ce qui se cache derrière eux? Quel est leur charge? Quel est le message? Nous ne sentons pas exactement cela.

Ainsi, lorsque nous nous approchons de l’éducation intégrale, nous commençons à sentir réellement ce que la méthode kabbalistique est, comment elle unit les gens et les met ensemble, dans la section entre eux, la révélation du réseau de forces des connexions altruistes mutuels. C’est là que le prochain niveau de la nature sera révélé, le vrai plan humain, ou celui du Créateur.

Donc, nous ne sommes pas en train d’échapper à la sagesse de la Kabbale, mais simplement de l’exprimer avec des mots différents. Par ailleurs, une méthode similaire a également été utilisée dans les premières étapes de cette science. Nous savons déjà qu’il y a quatre langues pour décrire l’état supérieur intégral spirituel:

  • La langue de la Torah, qui est le langage le plus simple, par lesquelles tout semble être décrit comme un récit « historique »
  •  La langue du Midrash
  • La langue de la Haggadah
  • La langue de la  Kabbale

Le langage de la Kabbale est le plus précis, c’est un langage technique qui utilise seulement une terminologie précise: des forces opposées, qui opèrent mutuellement par répulsion et attraction, se rapprochant et s’eloignant. En fait, c’est la clarification des vecteurs tout comme dans les mathématiques: La coopération des deux forces opposées par le lien qu’ils atteignent entre eux. Cette connexion est appelée Massakh (écran).

Donc, tout le système est très simple. La force du don est présentée comme descendant de haut en bas, et si la force de réception peut se transformer et travailler avec le Massakh, elle devient alors semblable et égal à la force du don. Elles se connectent, et en plus de la connexion entre les deux, il y a un sentiment de l’état supérieur.

Nous sommes la force du désir. Rien n’a été créé, sauf un désir. Là est la lumière, la force du don, et il y a une volonté, la force de réception. Nous pouvons faire que notre force du désir ressemble à la force du don. Alors ces deux forces ne seront pas en contradiction avec l’autre, mais se connecteront mutuellement, et dans cette connexion nous allons nous découvrir dans l’état de la force supérieure.

Ainsi, la révélation du Créateur, la révélation de la force supérieure, se déroule à l’intérieur de nous. En fait, nous devenons le Créateur. Donc, le Créateur est appelé Bo-Ré (viens et vois), ce qui signifie que vous le découvrez en vous. Vous changez vos qualités personnelles et alors ces attributs corrigés deviennent la révélation du Créateur à l’intérieur de vous.

Bien sûr, c’est un autre lexique, mais tout le reste est exactement le même, rien de nouveau a été inventé et il n’y a rien d’autre ici. C’est la même science qui s’exprime non seulement dans ces quatre langues, mais d’une manière actualisée, en utilisant la terminologie du système social moderne.

De la 1ère préparation au Congrès de Krasnoyarsk 13/06/13

Nous devrions prendre l’initiative

Dr. Michael LaitmanQuestion: La sagesse de la Kabbale a utilisé quatre langues à travers l’histoire: le langage de la Bible, le langage de la Halacha (loi juive), la langue de la Haggada, et le langage de la Kabbale. Peut-on dire que la langue de l’éducation intégrale est la cinquième nouvelle langue que nous utilisons pour communiquer avec le monde?

Réponse: Non, c’est plutôt le langage de la Kabbale, adapté pour « bébés ». C’est parce que nous parlons aux gens de l’amour, connexion, communication, sur la force collective du don qui se révèle dans la connexion entre nous. Cette force se révèle d’un niveau plus élevé et demeure parmi nous, tout comme la sagesse des masses (intelligence collective). Nous expliquons la psychologie de l’éducation intégrale en utilisant la terminologie d’aujourd’hui, derrière laquelle il n’y a rien d’autre que la sagesse de la Kabbale: les Sefirot, Partsoufim, des mondes, des montées et des descentes, la connexion mutuelle, les Reshimot (souvenirs), etc.

Question: Si dans le passé, ca me suffisait d’étudier la sagesse de la Kabbale et de me connecter aux amis et le groupe, dois-je aussi étudier ce style de langage kabbalistique aujourd’hui?

Réponse: Oui. C’est l’unicité de l’éducation intégrale. De la même façon, nous expliquons aux enfants et aux adultes les mêmes choses de différentes manières. La connexion avec le monde passe par un autre niveau de communication et nous devons apprendre.

C’est la Lumière qui ramène vers le Bien qui corrige tout le monde. Elle ne vient pas aux masses, si nous ne participons pas au processus. Si le monde essaie de se connecter de manière indépendante, cela accélèrera le rythme de l’avancée sur le chemin de la souffrance.

Par exemple, si l’Europe commence à renforcer l’union dont elle a tant besoin aujourd’hui, cela conduira à des régimes nazis et des communes locales qui bafouent les autres. Mais si nous travaillons sur l’unité de l’Europe, alors cela va prendre une forme spirituelle, selon la règle du «Aime ton prochain comme toi-même. » Par conséquent, nous ne devons pas laisser le temps au monde pour démarrer la connexion égoïste. Ce n’est que si nous lançons le processus de connexion entre eux que cela mènera à un résultat positif.

Question: Comment pouvons-nous faire cela?

Réponse: En utilisant les médias, à travers nos groupes, et principalement par le réseau général qui relie chacun d’entre nous « en dessous de la surface. » Grâce à lui, nous allons influencer les gens et ils vont commencer à comprendre que nous avons la bonne méthode de correction et personne d’autre.

En fait, le fait d’accepter l’éducation intégrale est le critère qu’indique qu’une personne est prête à être corrigée. C’est l’accomplissement de la sagesse de la Kabbale, comme il est dit dans les articles « Matan Torah » (le don de la Torah) et « L’Arvout » (Garantie mutuelle). Donc, notre rôle est de devenir enseignants, un «royaume de prêtres et une nation sainte» par rapport aux nations du monde. C’est en fait le domaine où nous effectuons nos actions extérieures, « un champ béni par le Créateur. »

De la 4ème partie du Cours quotidien de Kabbale du 03/06/13, Les écrits du Baal HaSoulam

Un exercice qui change une personne

Dr. Michael LaitmanQuestion: Lorsque nous parlons du réseau intégral, nous parlons de connexions. Quels sont les objets entre lesquels cette connexion se réalise?
Réponse: Tout d’abord, il s’agit d’une personne car elle doit atteindre l’état d’intégralité pour elle-même par une recherche rationnelle et à intelligente, en la créant progressivement. Qui plus est, elle a besoin d’utiliser la société, même si elle n’est pas corrigée encore, mais tente de se corriger. Ici un exercice très intéressant existe. Et ensuite, l’attitude de l’homme envers les niveaux minéral, végétal, et animal de la nature s’ajoutera naturellement à la société intégrale qui progressera graduellement et se corrigera.
De quelle manière pouvons-nous nous rapprocher de cette société intégrale et l’utiliser? Puisqu’elle n’existe pas, nous devons la créer nous-mêmes.
Ainsi, lorsque nous jouons dans cette société intégrale, quand on s’imagine que nous y vivons déjà, quand nous essayons de nous unir et créeons un réseau de relations mutuelles, alors à travers ce jeu, nous invitons sur nous-mêmes la force générale  intégrale de la nature. Elle agit et influence nos tentatives: La société ou une partie d’elle qui tente de jouer dans la société intégrale reçoit précisément cette force. Nous faisons cela comme des enfants qui, à travers cela essaient d’être des adultes et invitent donc sur eux la force supérieure du don, la force intégrale générale de la nature. De cette façon, nous  nvitons sur nous son influence et  changeons.
De « La sagesse des foules ou intelligence collective» 14/05/13 de KabTV