Category Archives: Santé

Le dernier jour de l’été

243.07Le dernier jour de l’été est arrivé. Nous entrons dans la période automne-hiver, et bien sûr, la pandémie de coronavirus se poursuivra. C’est une bonne chose que jour après jour, nous réalisions de plus en plus clairement que le virus ne s’en ira pas aussi vite. La pandémie entraîne non seulement la maladie, mais change toute notre existence : le travail, la maison, notre communication les uns avec les autres et l’attitude d’une personne face à la vie.

Il n’y a jamais eu d’épidémie aussi étendue, aussi profonde et aussi durable, et qui a apporté de tels changements qualitatifs chez une personne. L’humanité a encore du mal à comprendre quels changements sont exigés d’elle, mais dans les deux ou trois prochains mois, nous sentirons que ce coup nous oblige à changer, à modifier notre attitude envers la vie et la société. Le coronavirus change les gens et il nous sera plus facile de comprendre quel genre de personnes nous devrions être.

L’automne commence et les gens retournent au travail après les grandes vacances, les enfants retournent à l’école, les étudiants à l’université. Tout commence à reprendre sa routine, et ici nous sentirons à quel point nous sommes incapables d’y revenir.

Nous n’avons nulle part où retourner ! Nous ne serons plus en mesure de prendre en charge les systèmes que nous avions auparavant. Pour l’instant, nous ne savons pas comment continuer le parcours précédent. Quelle devrait être notre attitude vis-à-vis du travail, des études, de la vie dans les nouvelles conditions qui nous sont révélées par la pandémie ? Nous devrons tout comprendre à nouveau.

Nous ressentirons que nous voulons de moins en moins lutter contre ces phénomènes, mais nous devons comprendre leur essence profonde et nous transformer en conséquence.

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, « Le Travail avec la Foi au-dessus de la Raison » du 31/08/2020

Avons-nous besoin d’un vaccin contre l’égoïsme ?

552.03Question : Si vous aviez l’opportunité de vacciner les gens contre l’égoïsme afin que tout le monde commence à mener un style de vie social et à croire que la société est plus élevée que chaque individu, en saisiriez-vous l’occasion ? Ou attendriez-vous toujours qu’un homme y parvienne consciemment ?

Réponse : En aucun cas je ne ferais cela parce que tuer l’égoïsme signifie tuer notre nature. Rendre un homme bon sans avoir à combattre son égoïsme signifie en faire un idiot gentil et naïf.

Une personne doit s’éduquer et s’élever au-dessus de son égoïsme. C’est un travail immense qui ne se termine pas dans une vie terrestre, mais qui se poursuit pendant de nombreux cycles de vie.

Par conséquent, nous ne devons pas interférer avec la nature parce que nous retirerons simplement la chose la plus précieuse d’un homme : son égoïsme et la possibilité de décider indépendamment ce qu’est le libre choix et comment il doit l’exercer sur lui-même.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 07/05/2020

Santé et médecine, partie n°2

628.2De quoi dépend la santé humaine ?

Question : Il existe deux types d’impact de la société sur une personne.

Le premier est un impact indirect et inconscient. Par exemple : la pollution de l’atmosphère, de l’eau, des expériences génétiques effectuées sur des animaux pour l’alimentation, etc. Tout cela nous affecte naturellement.

Le second est l’impact direct et conscient de la société : les médias, toutes sortes de leviers économiques et les normes sociales.

Pensez-vous que, dans la plupart des cas, la santé humaine dépend davantage de la société ou de la génétique ?

Réponse : La santé dépend des deux.

Sans aucun doute, de la génétique surtout. Mais encore, comme on dit, l’existence détermine la conscience. Par conséquent, il est impératif de réfléchir au type d’environnement que l’on donne à une personne, bien que dans le même environnement il y ait des gens qui le tolèrent relativement bien et il y a ceux qui périssent.

Remarque : Les médecins disent que la santé humaine dépend à 10 % des soins de santé, à 20 % de l’hérédité, et à 20 % de l’environnement, c’est-à-dire des activités des personnes. Et 50 % est déterminé par le mode de vie d’une personne. Et le mode de vie est dicté par les médias et par la période historique dans laquelle vit une personne.

Autrement dit, en principe, on peut dire que 80 % de la santé dépend toujours de la société.

Mon Commentaire : Bien sûr, l’espérance de vie et sa qualité dépendent de la relation entre les gens, de leur communication.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 14/05/2020

Des dirigeants femmes

566.02Commentaire : Durant la pandémie, des études ont été menées et ont révélé que les pays dirigés par des femmes réussissaient mieux à lutter contre la pandémie que ceux dirigés par des hommes.

Ma Réponse : J’en parle tout le temps. Les hommes sont sur l’apparence. Et la femme assume l’entière responsabilité. Tout comme une femme gère tout à la maison, notre monde entier est notre maison. Par conséquent, il doit y avoir une femme majordome.

Commentaire : Les psychologues de l’Université de Stanford ont déclaré qu’une femme politique devrait appartenir au type « caméléon », combinant habilement les qualités politiques masculines et féminines.

Ma Réponse : C’est tout ce qu’elle a. Regardez comment une femme gère sa maison, quel ordre elle a à la maison. Laissez votre mari seul pendant une semaine, et alors elle nettoiera l’appartement pendant un mois. Tout le monde le sait.

Question : Ce n’est donc pas une nouvelle pour vous que les femmes dirigent un pays ?

Réponse : C’est un fait pour moi ! Cela nous est donné par la nature. La maison porte le nom de la femme, pas celui de l’homme. Par conséquent, nous devons faire des femmes les gestionnaires des pays et des hommes les exécuteurs de ces fonctions. En bref, vous avez besoin d’une main féminine forte, fiable, bonne, intelligente et sage. C’est tout. Le monde n’a besoin de rien d’autre. Nous irons pêcher et jouer aux dominos.

Question : Une femme arrêtera-t-elle la guerre ? Est-ce que cela arrêtera la haine ?

Réponse : Bien sûr. Et les guerres internes, à la fois dans un état et entre les états. Notre époque est en train de changer. Nous entrons dans une ère très différente dans laquelle une femme peut commander. Et nous voyons le monde tourner la page. Il est nécessaire de donner aux femmes la possibilité d’administrer. Et c’est très bien ! Moins les hommes s’intéresseront à leurs inventions, à leurs jeux d’enfants, mieux ce sera.

Extrait de KabTV, « L’Actualité avec Michael Laitman » du 11/05/2020

Vers une existence optimale

laitman_530Question : Nous disons souvent que la surproduction épuise les ressources naturelles et détruit le monde. Ce dernier s’est un peu mieux porté durant la première vague de la pandémie. On entend dire que l’eau des canaux vénitiens n’a jamais été aussi propre. Il y avait là encore des dauphins qui n’avaient pas été vus depuis de nombreuses années.

Le problème de la surproduction doit être résolu de manière pratique. Bien sûr, la rééducation des gens et l’apprentissage des bases du monde intégral sont importants, mais vous devez manger ; quelqu’un doit produire de la nourriture. Que devrions-nous faire ?

Réponse : Je ne me préoccupe pas de la production des biens nécessaires à la vie (la nourriture, les vêtements, les machines qui produisent ces produits) mais seulement dans la mesure où ils sont vitaux.

La nature globale dans laquelle nous existons ne nous permettra toujours pas de produire plus que ce qui est nécessaire à notre existence normale. Nous ferons des allers-retours, essayerons de repousser les limites, et cela nous ramènera à notre existence optimale.

Nous n’avons pas besoin de bijouteries, de la bourse aux diamants et de boutiques de luxe. Tout cela disparaitra. Nous verrons comment elles vont toutes fermer. Les gens n’auront pas d’argent et n’en auront pas besoin, le monde réfléchira plutôt à comment vivre demain et à la manière de parvenir à un futur optimal et normal.

Extrait de KabTV, « La Situation Internationale Actuelle » du 18/06/2020

Sortir de l’impasse

laitman_214Question : Le suicide est l’étape la plus extrême du désespoir. Aujourd’hui, le nombre de suicides est en hausse constante. Pourquoi ?

Réponse : Une personne vivant dans le monde moderne est désespérée car elle ne ressent aucun sens à sa vie, elle ne voit pas de but et elle ne voit même pas la raison pour laquelle elle doit souffrir dans ce monde.

D’un autre côté, une personne est tellement développée qu’elle comprend tout ce qui se passe et tout ce qui peut arriver, et décide ainsi d’y mettre finalement un terme. A quoi bon vivre et souffrir s’il est possible de ne pas exister et de ne pas souffrir ? Cela a certainement un sens.

Bien sûr, personne ne dit que c’est la bonne décision, mais c’est certainement logique. De ce fait, si une personne découvre qu’elle peut atteindre une vie parfaite dans ce monde, dans notre monde, en sachant et en comprenant pourquoi elle vit et comment tout fonctionne et qu’il y a un but parfait et éternel devant elle qu’elle peut atteindre, il sera possible de changer les chiffres de manière significative. C’est le moyen de sortir de l’impasse.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 24/11/2019

Des profondeurs de la nature

laitman_245.09Question : Il existe une catégorie de gens qui adhèrent à diverses théories du complot, estimant que tous les virus n’apparaissent pas dans la nature, mais dans les laboratoires du Pentagone ou de Chine, et ont leurs propres objectifs spéciaux dans l’arène politique et économique.

Comment expliquez-vous à de telles personnes la connexion, l’intégralité, le fait que chacun de nous devrait changer dans ce système ?

Réponse : Habituellement, je ne m’adresse pas à ce genre de personnes. Je comprends d’où elles tirent ces pensées et je ne les blâme pas. Cela vient des profondeurs de la nature. De telles pensées sur l’Amérique, et plus encore sur les juifs, Israël, sur la conspiration et le secret mondial sont dans la nature humaine.

Cela vient du fait qu’un groupe de personnes, qui se font appeler « Israël », c’est-à-dire celles « qui veulent aller droit au Créateur », ont une compréhension de l’intégralité du monde. Elles ont continué à y penser, à en parler et à développer cette technique. Cela s’appelle la Kabbale.

Et l’humanité n’a pas voulu l’accepter, car cela les a forcés à s’élever au-dessus de leur égoïsme, au-dessus de leur nature. Par conséquent, elle a été divisé en deux parties : ceux qui aspirent à l’intégralité du monde, à la révélation d’un bon état parfait de la nature et de la société, et tous ceux qui sont prêts à n’écouter que leur égoïsme et à faire ce qu’il leur dicte.

Vous voyez ce qu’ils écrivent dans les journaux et comment ils pensent. Laissez-les rester comme cela, laissez le virus faire son travail.

Et nous parlerons de la totalité du monde, à travers une structure fermée et spéciale dont nous pouvons provoquer les bonnes forces de la nature, et les gens commenceront à penser différemment.

J’espère que  le virus restera dans l’air mais ne contaminera personne. Pour restez en bonne santé,nous devons penser les uns aux autres, nous voulons tous éclairer le monde et ainsi l’élever à un état spirituel.

Extrait de KabTV, « Les Fondamentaux de la Kabbale » du 15/03/2020

Coronavirus : telle est la réalité

627.2Commentaire : Beaucoup de gens disent que les problèmes unissent les gens. Il en existe de nombreux exemples dans l’histoire.

Maintenant, les gens voient le contraire : non seulement le coronavirus ne nous a pas unis, mais il a exacerbé la conscience de notre inégalité.

Il y a des familles qui sont confinées dans de petits appartements et il y a celles qui logent dans des villas de 500 mètres carrés. Il y a une grande inégalité.

Ma Réponse : Cela n’a pas d’importance. Elles sont toutes les deux confinées. Quoi qu’il en soit, les gens comprennent que le virus les a éloignés les uns des autres. Comme une mère dont les enfants se conduisent mal et se battent, et elle les envoie dans des pièces séparées et dit : « Je vous sépare ! Chacun va et reste dans sa chambre ! »

C’est ce que le virus a fait avec nous : « Vous ne savez pas comment travailler correctement entre vous, vous créez des entreprises inutiles, vous polluez l’environnement. Maintenant, restez tranquille ! C’est ça ! »

N’est-ce pas une bonne chose ? Voyez comment il nous traite paternellement. Je crois qu’il nous a rendu un grand service. Il a éloigné toutes les personnes nuisibles et mesquines et a dit : « Arrêtez de faire des choses stupides ! Arrêtez de polluer l’environnement ! Arrêtez de vous faire du mal ! Faites une pause. Apprenez à rester seul et taisez-vous. C’est la meilleure chose à faire. »

C’est ce qui s’est produit. Le monde est devenu plus propre. Le monde est devenu plus calme.

Commentaire : Je ne pense pas que beaucoup seront d’accord avec vous.

Ma Réponse : Peu importe. Après tout, c’est la réalité qui est donnée. Vous pouvez parler des raisons, mais vous ne pouvez pas nier qu’il en est ainsi, c’est un fait.

Extrait de KabTV, «Le Coronavirus Change la Réalité » du  26/03/2020

La nature nous parle

Prévision de l’épidémie de coronavirus

laitman_220Quelles prévisions peuvent être données pour le développement de l’épidémie de coronavirus, va-t-elle se propager dans le monde ou peut-elle être stoppée ? Il existe ici plusieurs niveaux de protection.

Tout d’abord, cela dépend de la diffusion de la science de la Kabbale, du fait que les gens entendront parler au moins de l’équilibre et de l’harmonie du monde, des liens positifs dans la société humaine, de ce que la nature nous oblige à faire, et que notre inadéquation aux lois de la nature donne naissance à tous ces virus. Cela doit être expliqué et diffusé sur tous les réseaux sociaux. Tout est entre nos mains.

N’ayez pas peur d’être petit et de pensez que rien ne dépend de vous. Il est de notre responsabilité de faire notre travail, d’expliquer que la nature nous dirige vers notre but, et nous devons commencer à agir en conséquence. Nous ne pouvons pas nous débarrasser du coronavirus ; si ce n’est ce virus, alors d’autres apparaîtront. L’ère de la correction finale est l’époque des coups intensifiés.

La Kabbale enseigne que le meilleur remède contre le virus est l’unité entre les gens. Mais l’humanité a trouvé un remède différent et opposé contre l’épidémie : le confinement, pour ne pas se contaminer. Il semble qu’il y ait ici une contradiction, mais en réalité il n’y en a pas : dans de telles conditions, l’union s’exprime par le confinement.

Prendre soin des autres dans une telle épidémie s’exprime dans la séparation, le confinement. Mon amour pour mon prochain se manifeste par la distance physique qui me sépare des autres. Pour cette raison, je me rapproche d’eux intérieurement, mentalement ; après tout, je prends soin d’eux et par conséquent je m’éloigne physiquement. Mon action d’aliénation est en fait une connexion.

Extrait de la 2ème partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Les Écrits du Baal HaSoulam, « La Paix », le 05/03/2020