Category Archives: Science

D’où viennent nos pensées?

thoughtsUne question reçue: D’après la physique quantique, l’univers consiste d’énergie. C’est pourquoi, toute chose, y compris les pensées, est également de l’énergie. D’où viennent les pensées, et pourquoi/comment chaque individu pense (attire) ses propres pensées?

Ma réponse: Il y a deux forces comprenant tout dans la vie: La réception et le don sans réserve. Tout se passe entre ses deux forces. Nous étudions leur nature en les découvrant sur nous-mêmes, car nous sommes constitués des deux.

L’interaction de ces deux forces fait augmenter nos désirs, et les désirs nous apportent les pensées pour obtenir ce que nous désirons. Une personne peut influencer ses désirs en se mettant pertinnement sous l’influence d’un environnement; c’est-à-dire, des gens ou âmes (à condition qu’elle perçoit déjà les âmes). C’est ainsi qu’une personne peut intervenir dans sa propre destinée.

Qu’est-ce qui influence vraiment le climat de la planète?

climateAux infos: (arxiv.org): « Tester le lien entre le changement climatique terrestre et la structure spirale galactique ». Nous confrontons les anciennes suggestions d’un lien proche entre le changement climatique terrestre et le transit du soleil en spirale dans son chemin dans la galaxie de la voie lactée. Nous nous servons de nouvelle information sur la structure spirale basée sur une base de données qui ne fait pas que faire de simples suppositions sur la symétrie et la rotation circulaire. Comparer les temps de ces transits aux changements du climat de la planète, ne fait pas que faire disparaitre les corrélations affirmées, mais nous a aussi permis de trouver qu’elles ne peuvent pas être ressuscitées à n’importe vitesse.

Mon commentaire: Tous les changements qui existent dans la nature sont influencés principalement par le comportement humain, ou plutôt, par les pensées et les désirs des gens. Le problème est que cette influence nous est cachée et donc, nous focalisons dessus à tort et mesurons nous influences externes, telles que les émissions de gaz ou la pollution.

Cependant, même si la pollution sur la surface de la planète nous semble énorme, son influence sur le changement climatique est actuellement minime. La plus grande influence vient de nos pensées égoïstes!

La Kabbale explique pourquoi les mères riches ont plus de fils

the-spiritual-goal-is-the-same-for-everyoneAux infos: (de Mailonline): « Pourquoi les femmes riches ont plus de garçons et les femmes pauvres ont des filles ». Les mères riches ont tendance à avoir plus de fils alors que les femmes travaillant dur ont plus de filles, affirme une étude. D’après la théorie évolutionniste, lorsque les conditions sont bonnes, et les bébés sont probablement en bonne santé, la meilleure chance d’une mère est de faire passer des garçons dans ses gènes à une autre génération.

Mon commentaire: Ceci est déterminé par la racine spirituelle, où Zeir Anpin, ou la partie masculine de la création, est la source de la lumière pour la partie féminine, sa Malchout. Et elle attend de lui satisfaction.

Le premier prix de science au Japon décerné à un chercheur critiqué de « alarmiste » il y a 40 ans.

MeadowsAux informations : (de WBCSD) :  » Le Japon honore l’auteur scientifique de  » Limites de la Croissance  » « . Jeudi, le Japon a décerné son premier prix de Science à un chercheur américain qui, il y a plusieurs dizaines d’années, avait prédit qu’une croissance rapide de l’économie et de la population sur une planète limitée, conduirait à l’effondrement de la civilisation.

Le professeur Dennis Meadows a dirigé une équipe de recherche qui en 1972, utilisant un modèle informatisé appelé World3, étudia  » les limites de la croissance » et prédit d’après les tendances actuelles, que l’humanité serait vouée à sa perte pour 2100.

Meadows, de l’Institut de Technologie du Massachusetts (MIT), est l’auteur principal de l’étude, qui devint un best-seller mais fut également critiquée comme alarmiste et opposée à la technologie et au progrès… Meadows, 65 ans, a reçu le prix annuel au Japon de 500.000 dollars de la part de la Fondation nationale de la science et de la technologie, pour  » Transformation vers une Société durable, en Harmonie avec la Nature « . Dans son étude, Meadows soutient que  » la demande humaine excède les ressources de la nature « . A moins que l’espèce humaine ne passe de la population exponentielle et de la croissance économique à un système viable, son équipe avance qu’elle dépassera les limites de la terre, menant à l’effondrement de la civilisation humaine.

Plus de trois décennies après, Meadows dit qu’aujourd’hui, il voit encore moins de signes d’espoir. Meadows affirme que les leçons essentielles n’ont pas été apprises, et que la recherche de solutions à la crise restent basées sur  » la confiance dans les marchés et la foi actuelle dans les avancées technologiques « .  » En effet, la politique la plus courante pour résoudre les problèmes économiques actuels est un effort désespéré pour ramener la croissance de l’économie physique à son tracé exponentiel historique  » dit-il.  » Je sais que cette politique ne fonctionnera pas « .

Mon  commentaire : Environ 40 années ont passé depuis qu’il a fait ces prévisions. Et en effet, tout a changé en pire ! Tout ce qu’il avait annoncé s’est réalisé.

Cependant il y a une solution : atteindre l’équivalence avec la Nature en ne consommant que ce qui est nécessaire à notre existence. Alors, nous aurons suffisamment de tout, peu importe le nombre de personnes vivant dans le monde !

Un autre signe de la crise : invasion de punaises aux USA

newsAux informations : (de ABC News) : L’Agence pour la Protection de l’Environnement (A.P.E.) tient un sommet sur la punaise à Arlington. Le gouvernement fédéral est en train de se réveiller à ce qui est devenu un cauchemar de plus en plus fréquent dans beaucoup d’endroits du pays – une invasion de punaises. Face à un nombre croissant de plaintes, l’A.P.E. a tenu mardi, son tout premier sommet sur la punaise.

L’A.P.E., par égard pour l’environnement et les effets sur la santé publique, a retiré des étagères beaucoup des produits chimiques – comme le DDT – qui étaient les plus efficaces pour éradiquer les insectes des U.S.A. durant les 50 dernières années.

Mon commentaire : Les écrits kabbalistiques mentionnent que les invasions sont un des signes de crise. Quoi qu’il en soit, la crise est causée par le déséquilibre de l’homme avec la nature. La Nature est interconnectée et exige que les gens :

  1. Ne consomment que ce qui est nécessaire à leur existence ;

2.   Développent une connexion entre chacun comme un seul corps.

Ne pas remplir ces conditions a pour résultat, une non-conformité et un déséquilibre avec la Nature, qui mène à toutes sortes de conséquences négatives. Quoi qu’il en soit, toutes celles-ci sont causées par nous, par notre comportement.

Débat des écologistes : l’homme est-il si différent des levures et des lapins ?

lapinLe professeur Victor Dolnik, écologiste renommé, écrit la chose suivante sur la passage de l’égoïsme à l’altruisme :

La conscience du public a effectué une transition étonnamment rapide, d’une attitude blasphématoire et sacrilège à l’encontre de la Nature, vers celle d’un culte superstitieux. La dernière est maintenant appelée « écologisme ». Mais l’écologisme n’est pas très bénéfique, puisqu’il est fondé sur le même anthropomorphisme qu’avant : « le bien de l’ensemble est le bien de l’homme ».

Si la pensée écologique est d’être authentique, plutôt que « écologistique », elle doit devenir « biosphère-centrique » : « la seule chose qui puisse être bonne pour l’homme est tout ce qui peut être bon pour la biosphère ».

Et voici ce qu’il dit des deux façons possibles de gérer la création (le chemin de la Kabbale et le chemin des souffrances) :

Je voudrais vraiment connaître la réponse à la question : à quelle sorte d’espèce appartenons-nous ? Est-elle vraiment une espèce qui ne soit régulée par rien, hormis des facteurs primaires ? Ne sommes-nous pas si différents des levures et des lapins, qui procréent jusqu’à en être empêchés par les facteurs primaires ? Ou sommes-nous une espèce qui peut changer sa stratégie, à la réception de signaux d’avertissement de la biosphère ?

La plupart des écologistes attribuent l’homme à la première. Leur principal argument est : l’homme a pu perdre complètement les programmes génétiques nécessaires. Et même si ces programmes ne sont pas perdus, ils ne fonctionnent plus dans les conditions actuelles, qui sont complètement différentes de celles d’origine.

Une nouvelle étude montre que la force de l’imagination change la réalité

imaginationAux infos ( de la Washington University ) :  » Imaginez ceci : une étude suggère que le pouvoir de l’imagination est plus qu’une simple métaphore « . Une nouvelle étude de psychologues de l’Université de Washington à Saint-Louis suggère que l’imagination puisse être plus efficace que nous le pensons, en nous aidant à atteindre nos buts.  » L’imagination a la capacité extraordinaire de donner forme à la réalité  » suggèrent les co-auteurs de l’étude, le professeur en psychologie Richard Abrams et l’étudiant en doctorat  Christopher Davoli.

Mon commentaire : Le Baal HaSoulam a fait l’éloge de la psychologie matérialiste basée sur la pratique et les expériences, à la différence de la philosophie qui étudie des notions abstraites. Tout comme les sciences naturelles, la psychologie nous amène à reconnaître qu’il puisse y avoir une autre réalité.

La Kabbale nous donne l’opportunité d’entrer dans cette réalité spirituelle, et de voir alors que notre monde est irréel, nous étant simplement restitué par notre imagination terrestre limitée.

L’économie a besoin d’une révolution scientifique

L’économie a besoin d’une révolution scientifique Nouveau reportage (Nature) : Dans un article intitulé « L’économie a besoin d’une révolution scientifique », le physicien Jean-Philippe Bouchaud établit que nous pouvons éviter la crise économique globale dans le futur en appliquant l’approche des sciences physiques aux modèles économiques, et de la sorte changer le système de penser et de former des économistes. Il écrit : « Par  comparaison aux sciences physiques, il est loyal de dire que le succès quantitatif des sciences économiques est décevant. Quel est le principal accomplissement de l’économie, à part son incapacité récurrente à prédire et à avertir des crises, y compris l’effondrement du crédit dans le monde entier ?  Pourquoi est-ce ainsi ? » 

Mon commentaire : Ce physicien a tort !  C’est facile pour lui de faire ces déclarations parce qu’il fait des recherches sur cette partie de la nature qui se révèle à nous, ou à nos sens. L’économie, d’un autre côté, est une science sur les relations humaines, qui ne sont pas clairement révélées à nos sens. Nous ne nous connaissons pas nous-mêmes en tant que personnes. Toutes les sciences révèlent le monde et nous au sein de celui-ci, aux niveaux minéral, végétal et animal. Le niveau « humain » nous est inaccessible. Nous pouvons seulement l’étudier si nous nous élevons au-dessus de celui-ci – au  niveau du Créateur. En d’autres mots, nous pouvons l’étudier au degré où nous sommes semblables au Créateur, ou pour le dire simplement – quand nous devenons kabbalistes. 

Pour cette raison, nous ne pouvons pas sortir de cette crise globale avant que nous ne commencions à changer nous-mêmes en tant que parties d’un seul système, dont toutes les parties existent en harmonie avec tous leurs désirs, pensées et actions. Comment pouvons-nous le faire ? C’est ce que nous explique la Kabbale. 

Par conséquent, il y a beaucoup de nouvelles sciences à venir sur le système global de l’humanité. Aujourd’hui il y a une science qui est beaucoup demandée – « l’économie  kabbaliste», ou pour être plus neutre, « l’économie du système global ».

La Kabbale – l’ancienne nouvelle science

La Kabbale est la science de la révélation de la Nature (le Créateur). Elle fut découverte par Abraham suite à sa recherche sur l’évolution de l’égoïsme au cœur de la nature humaine. Prêtre Babylonien il se focalisa sur l’égoïsme grandissant au sein de sa nation. Abraham révéla une image complète de la Nature (l’Univers). Cette recherche fut ensuite complétée par celles des kabbalistes successifs, ajoutant des détails et développant la méthode pour quiconque désire atteindre la Nature. Un tel développement se poursuit de nos jours. Puisque l’égoïsme grandit sans cesse, que ce soit durant la vie d’un individu où d’une génération à l’autre, la méthode de réalisation se doit d’être élargie et améliorée. Aujourd’hui, nous préparons une méthode destinée aux masses afin de leur donner les moyens de maîtriser la Nature/le Créateur.
C’est vrai dans toutes les sciences, que ce qui est découvert existait déjà mais nous était inconnu auparavant. Etant donné que l’égoïsme grandit il y a également des découvertes dans la Kabbale – dépendant des gens qui les atteignent.

La dépression : l’épidémie du 21ème siècle

Si les psychologues ont surnommé le 20ème siècle comme celui de l’inquiétude, le 21ème siècle dans lequel nous entrons à peine, est déjà reconnu comme le siècle de la dépression. Les gens sont fatigués de craindre l’extrémisme, le terrorisme, les cataclysmes et les crises, et sombrent désormais tranquillement dans la dépression.

Chaque année, presque 200 millions de travailleurs perdent leur capacité de travail à cause de la dépression. Bien plus, si nous ajoutons les cas des personnes qui ne rentrent pas dans le champ de vision de la médecine officielle, alors l’Organisation Mondiale de la Santé multiplie ces chiffres par cinq.

Plus de la moitié des substances pharmacologiquement actives qui sont produites dans le monde aujourd’hui sont des antidépresseurs ou des médicaments psychotropes.

« La dépression est la principale cause de maladie, et on prédit qu’elle sera la deuxième maladie la plus sévère (après les maladies cardio-vasculaires) d’ici à 2020 » (données de l’OMS sur la dépression)