Category Archives: Science

Ebola est le l’image miroir de l’état de la société

Dr laitmanQuestion : Le comportement du virus Ebola, son agressivité, sa cruauté, la possibilité de s’installer à l’intérieur d’une personne et de la tuer à l’intérieur, reflète la société humaine contemporaine comme dans un miroir. Il semble que la propagation du virus mortel à travers les continents est une conséquence de l’augmentation de la violence parmi les gens ?

Réponse : Bien sûr, ces choses sont liées. En perturbant l’équilibre sur le plan humain, nous le projetons à des niveaux inférieurs, entraînant un déséquilibre dans le corps.

Il semble seulement que notre corps existe séparément. Mais en fait, il flotte en général dans la soupe générale, et son état interne est le même que dans la soupe extérieure. Nous existons à l’intérieur d’un système qui ne nous perçoit pas comme des corps distincts.

Commentaire : Aucune frontière ne peut arrêter le virus Ebola. Si maintenant l’épidémie est apparue au Libéria et dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, cela ne signifie pas qu’il y restera. Il comprend que toute l’humanité est un seul corps, mais nous ne comprenons pas ce fait.

L’Organisation Mondiale de la Santé a reconnu qu’elle s’est réveillée trop tard pour lutter contre le virus, seulement après qu’il soit allé au-delà des frontières de l’Afrique et tout d’un coup il est devenu un problème mondial. Alors qu’il faisait rage en Afrique, personne n’était inquiet, mais dès qu’il est venu aux États-Unis et en Espagne, alors les gens ont commencé à crier et il s’est fait remarqué. Il se trouve que l’épidémie se trouve déjà à une échelle catastrophique.

Réponse : Nous pensons que l’épidémie est née en Afrique en raison du faible niveau de vie. Mais la raison est que nous négligeons ces pays, ne traitons pas avec eux, et ne les acceptons pas comme faisant partie de notre famille. Notre négligence conduit à une épidémie là-bas, et de ce fait elle viendra à nous.

Question : Donc, il se trouve que l’endroit faible, ce que nous négligeons dans notre société humaine, devient une concentration commode de l’infection où elle peut pénétrer et commencer à se propager dans tout le corps ? Comme si nous blessions notre orteil aboutissant à une inflammation, et que nous n’y prêterions pas attention jusqu’à ce que cela se propage davantage ?

Réponse : Nous pouvons même faire un calcul purement pragmatique, combien cela nous coûtera maintenant pour combattre l’épidémie du virus Ebola, par rapport à ce que nous avons dépensé pour la mise en place d’une balance minimum et l’élévation des pays africains au niveau de tous les autres.

De KabTV, « Une Nouvelle Vie » du 19/10/14

La racine du virus Ebola : ma santé n’est pas entre mes mains

Dr LaitmanNous produisons nous-mêmes des phénomènes tels que le virus Ebola ; nous causons nous-mêmes de telles épidémies, de telles pointes de déséquilibres. Il a été dit beaucoup de choses à ce sujet dans le cadre de pratiques de guérison ancienne, y compris ceux de l’Est.

La médecine moderne a évolué au cours des siècles passés et avant cela, un vrai médecin ne se limitait pas qu’à donner des remèdes.

De nombreux sages et guérisseurs anciens ont souligné l’importance de l’équilibre mental d’une personne, qui a un effet sur l’équilibre du corps, sur sa santé.

Cependant, les temps étaient alors différents, nous n’étions pas encore à ce point interconnectés les uns aux autres et ainsi chaque personne individuellement pouvait déterminer l’état de sa santé, en prenant soin de l’équilibre de son système interne avec la nature, avec l’environnement. Par conséquent, un docteur pouvait la traiter avec des teintures et d’autres substances naturelles, qui avaient un impact réel.

Aujourd’hui, ils sont impuissants parce que nous avons été empoisonnés par l’environnement et sommes à un niveau de développement de l’égoïsme complètement différent. Mais par le passé, les remèdes naturels, comprenant les éléments de la nature minérale, végétale et animée, faisaient leur travail, ainsi que les mesures pour maintenir ou rétablir l’équilibre du patient avec l’environnement sur ​​le plan humain.

De nos jours, ce facteur dépend à peine de la personne elle-même. Les liens étroits du « village global », l’interconnexion universelle, ne lui permettent pas de s’équilibrer et de vraiment se guérir juste par des moyens naturels. Dans un monde globalisé, l’équilibre ne dépend pas d’une seule personne, mais de la société.

Par conséquent, je recommande aux organisations internationales telles que l’ONU, l’UNESCO, l’OMS et d’autres de s’occuper de ce problème. Mais ils devraient s’en occuper correctement, en comprennant que depuis des temps immémoriaux jusqu’à nos jours, tout ne dépend finalement que de l’équilibre entre les gens, lequel se « propage » vers le bas à partir de ce degré, vers les niveaux inférieurs de la nature et de nos êtres.

De KabTV, « Une Nouvelle Vie » du 19/10/14

Les gouvernements sont des systèmes de force essayant de maintenir leur force

Dr. Michael LaitmanAvis (Noam Chomsky, linguiste américain, philosophe, chercheur en sciences cognitives, professeur émérite au MIT, auteur de plus de 100 livres): «Les gouvernements sont des systèmes de puissance. … Ainsi, par exemple, si vous lisez les journaux de la technologie vous apprenez que dans les laboratoires de robotique depuis quelques années il y a  des efforts pour développer des petits drones, ce qu’ils appellent «drones volant sur mesure », qui peuvent s’immiscer dans la maison d’une personne et être presque invisible et procéder à une surveillance constante. Vous pouvez être sûr que l’armée est très intéressée, et les systèmes de renseignement ainsi, et sera bientôt utilisé. …

« Bien sûr, ils ont toujours joué la carte de la sécurité. Mais je pense qu’il faut être très prudent au sujet de ces allégations. Chaque gouvernement plaide la sécurité pour presque tout ce qu’il fait, car la chose est prévisible, il ne nécessite presque pas d’information. Si après l’événement le système de force prétend la sécurité, cela ne signifie pas qu’il est en fait un principe qui fonctionne. Et si vous regardez le dossier, vous découvrirez que la sécurité est généralement un prétexte et la sécurité n’est pas la priorité élevée des gouvernements. Si j’entends par là la sécurité de la population – la sécurité du système de pouvoir lui-même et les intérêts nationaux qu’il représente, oui, c’est un sujet de préoccupation « .

Mon commentaire: L’état ne peut pas être mieux que les gens, et le gouvernement est toujours pire qu’eux, parce que le chemin vers le sommet n’est possible que grâce à  un énorme égoïsme. Seuls les changements d’en bas sont en mesure de forcer les autorités elles-mêmes et la société à changer, car ils impliquent la force supérieure.

Dans le même développement égoïste,aucun changement pour un meilleur gouvernement ne peut avoir lieu parce que l’égoïsme ne peut pas se changer en mieux; il nécessite l’influence de la lumière supérieure.

 

Mythes et réalité de la Bible

Dr. Michael LaitmanAux Nouvelles (des communistes de la capitale): « Les grands événements décrits dans les Saintes Ecritures n’ont jamais eu lieu. Cette conclusion a été faite par des archéologues israéliens après de nombreuses années de fouilles archéologiques. Ainsi, les murs de Jéricho, détruit par les prêtres d’Israël avec des trompettes, n’existaient pas; les colonies cananéennes étaient pas grandes et n’avaient pas de murs clos qui montaient vers le ciel.

« Sur la base des résultats obtenus, les archéologues d’études bibliques et l’histoire du peuple juif croient que les événements décrits dans la Bible sont des mythes. Les fouilles ont révélé que les Israéliens n’étaient pas en Egypte, ne sont pas allés dans le désert, n’ont pas conquéris la terre, pour devenir 12 tribus.

« Aucune des légendes bibliques n’a été confirmée par les découvertes archéologiques. L’exode peut se référer à plusieurs familles, et leur histoire a été élargi à l’ensemble de la nation. En outre, le grand royaume de David et de Salomon, l’apogée de force politique, militaire et économique d’Israël, qui s’étendait de l’Euphrate à Gaza ne correspond pas à la réalité.  »

Mon commentaire: Personne n’a jamais prétendu que toutes les descriptions de la Torah correspondent aux réalités de ce monde. La Torah parle du monde supérieur et ne décrit pas du tout notre monde! Il est temps de réaliser que notre monde est multi-facettes et qu’il a beaucoup de niveaux, d’univers et de dimensions. Celui qui veut savoir et comment passer d’un niveau à l’autre vient étudier la Kabbale.

Les derniers des mohicans

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment est-il possible de satisfaire ces désirs de soif de connaissances dans la période de transition à l’état intégral?

Réponse: La soif de connaissances est réalisée avec l’éducation intégrale.

Quel genre de connaissances avons-nous aujourd’hui ! Il est petit, pathétique, et d’un côté, nous avons peu appris de notre développement égoïste. Après tout, nous ne connaissons pas la nature, elle est cachée. Regardez où nous sommes : Nous avons atteint une crise complète dans toutes les sciences.

En outre, nous avons transformé ces sciences afin qu’elles soient comme une tumeur cancéreuse qui a commencé à travailler contre nous lorsqu’elles sont achetées juste comme ça ! Où est la vraie science ? Elle n’existe pas. Qui veut être un scientifique ! Tous sont intéressés par le titre, la position, et l’honneur.

En fait, aujourd’hui, il n’y a rien d’autre! Même s’il y a encore de vrais scientifiques, ils sont en train de disparaître, des vestiges du passé. L’égoïsme évolue ! Ils ne peuvent pas en être autrement ! Je ne dis pas qu’il n’y ait pas d’idéalistes aujourd’hui, mais ces idéalistes sont le dernier des Mohicans. A Dieu ne plaise, je ne blâme personne, ce qui est tout simplement l’évolution naturelle de l’égoïsme en nous.

De Kab TV  » Un monde intégral  » 24/10/13

Justifier le principe de l’approche scientifique

Dr. Michael LaitmanQuestion : Comment est l’exigence pour justifier tout ce qui arrive étant associée à la démarche scientifique habituelle de la Kabbale ?

Réponse: Cela se réfère à la façon dont nous devrions voir correctement la réalité. C’est ce qui nous est enseigné. Un scientifique peut essayer de changer les outils dont il dispose : les substances chimiques, si c’est une expérience en chimie ou les microscopes ou les télescopes, mais ici il est dit que s’il veut atteindre la cause initiale du phénomène, il ne peut le faire que par l’équivalence de forme.

Cette voie est la seule façon de commencer à travailler avec les deux forces de la nature : la force de la réception et de la force du don sans réserve, l’universel plus et l’universel moins. Ces deux forces sont la base de toute la création. Il n’est possible de les découvrir que par l’équivalence et l’équilibre entre les deux, qui sont atteints par l’équivalence progressive entre elles.

Nous allons découvrir que ces deux forces se rencontrent et se contredisent à l’intérieur de nous. Tout ce que nous sentons maintenant, notre existence et l’existence de tout ce monde, est le résultat de ces deux forces qui se rassemblent et ne peuvent pas atteindre un état d’équilibre entre elles. Mais ce déséquilibre est révélé dans une portée que nous pouvons découvrir. Si nous pouvons équilibrer ces deux forces maintenant, nous devenons la ligne médiane qui passe entre elles et inclue les deux à l’intérieur de nous. Ensuite, nous verrons l’état réel.

Par la bonne connexion et l’intégration des deux, en les amenant à l’équivalence de forme, en servant d’adaptateur au milieu, nous établissons le point de notre existence dans la réalité qui s’ouvre devant nous à ce point , à ce niveau , sur cette échelle, sur la ligne médiane. Ainsi, nous découvrons l’image de la vraie réalité. C’est ce qu’on appelle la sagesse de la Kabbale : l’équilibre sur la ligne médiane à chaque point de notre existence.

Un tel scientifique est appelé un kabbaliste. Celui qui atteint l’équilibre des forces et qui les contrôle, en vérifiant, en les étudiant et en travaillant avec elles à travers ses recherches, son effort, son travail avec les outils les plus intimes, les désirs, pas avec un équipement externe , mais avec ses Kelim intérieurs .

Il s’avère qu’il n’a pas besoin de la physique, de la chimie, ou toutes les autres sciences externes, car il change la nature  à sa base. Il n’a pas besoin de toutes les méthodes superficielles afin de gérer sa vie et de contrôler certains phénomènes naturels. C’est tellement maladroit et inutile en comparaison à l’état dans lequel il est.

Justifier chaque état implique de parvenir à la racine de la Création dans chaque état, à tous les niveaux. Lorsque ces deux forces sont équilibrées, je vois comment la force du don sans réserve est habillée de la force de réception conformément à la loi de l’équivalence de forme entre elles. Puis, je vois ce qui se passe dans la force du don sans réserve, dans l’être créé comme s’il s’identifie avec elles et adhère à la force supérieure du don sans réserve, au Créateur. Alors je justifie la création comme l’être créé atteint le niveau du Créateur, ce qui signifie l’état du bien absolu et bienveillant.

Dans le même temps, tant que je n’ai pas atteint une correction dans laquelle je ressens et je découvre le Créateur comme le bon et bienveillant, mes états sont appelés états de travail. Je dois beaucoup les justifier, ce qui signifie essayer et atteindre la justification. Je ne peux pas dire que le Créateur est bon et bienveillant, et en même temps crier de douleur. Ce n’est que « de vos actions, que nous vous connaitrons.  » Je ne sais pas ce que le bien et le bienveillant est si je ne les ai pas atteint. Le bon et le bienveillant sont différents dans chaque état.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 19/12/13 , Shamati 15  » Que sont d’autres dieux dans le travail « 

Deux partenaires: l’égoïsme et l’altruisme

Dr. Michael LaitmanQuestion: Dans le passé, au moment de la transition d’un système à un autre, l’ego avait-il également besoin de l’altruisme ou pas ?

Réponse: L’égoïsme se nourrit toujours de conquérir quelque chose. Il est comme une tumeur cancéreuse qui se développe peu à peu tout en n’étant pas encore apparente. Et maintenant il se développe à la dernière étape et commence à se dévorer.

Jusque dans les années 80, tous les systèmes que nous avons construit ont servi à étendre et à élargir un objectif particulier. Nous avons conquis l’espace, les étoiles, nous sommes allés dans les entrailles de la terre ; nous avons construit de grandes villes et nous avons créé de nouvelles technologies. Nous nous sommes développés sous l’influence de la seule et unique force, et nous avons pensé que nous continuerons éternellement.

Si nous devions continuer à nous développer de cette manière, nous avancerions seulement à l’extérieur et non à l’intérieur. Le développement humain a été fait d’une manière technologique mécanique : au lieu de deux mains, j’en aurais eu ingt , au lieu de voir sur une distance de deux kilomètres, j’aurais vu 200000 km en avant.

Dans ce cas, l’ humain est devenu un appendice d’une machine, un appendice d’un ordinateur. Donc, aujourd’hui, le système égoïste commence à travailler de plus en plus contre lui. L’humain lui est devenu inutile.

Nous avons grandi dans un tel état où nous devons découvrir le sens de notre existence. Maintenant, pour de nombreuses personnes, en particulier chez les jeunes, la raison de vivre, l’aspiration à une sorte de but a disparu.  » Qu’y a t-il à lutter pour quelque chose? J’existe confortablement, je n’ai pas besoin d’enfants, une famille ou un travail sérieux, qu’est-ce que cela va me donner  ? Il est préférable d’être assis quelque part avec des amis, s’amuser. Pourquoi vivre , quelle est la raison de vivre ? Je vais jouer un peu et mourir, comme tout le monde  » .

Par conséquent, la question est maintenant, soit donner à une personne une motivation pour la vie ou de la drogue. Et ici la Kabbale ou la méthode de l’éducation intégrale montre aux gens une manière complètement différente : obtenir de la nature un second bloc anti- égoïste. C’est précisément ce pouvoir qui a créé et développé l’ego afin que nous puissions consciemment obtenir de la nature et poussions mutuellement gérer les deux forces de notre développement.

L’un d’eux peut nous inspirer de l’avant avec le bien, grâce à l’objectif qui brille de loin. Et le deuxième est comme un rouleau compresseur de développement qui me poursuit et je fuis comme ce pauvre coyote dans les dessins animés.

Question: Mais même la force altruiste nécessite l’égoïsme, au moins dans ce stade ?

Réponse: Oui, pour cela, l’ego se développe. Et maintenant, il montre que si nous ne l’équilibrons pas avec la force altruiste, il va nous dévorer, comme une tumeur cancéreuse dans le corps humain qui dévore le corps et à la fin se tue.

Que signifie une tumeur cancéreuse ? Il s’agit d’un programme interrompu du développement du corps, du fonctionnement de ses cellules, où elles commencent à proliférer au-delà de leur espace contenu et qui ont un effet contraire.

En principe, chaque cellule a la possibilité d’un développement cancéreux, mais elles se trouvent toujours en harmonie entre elles, dans un équilibre relatif entre les forces positives et négatives. Mais quand l’une d’elle devient plus grande, alors une autre disparaît et il y a une perturbation dans la polarité entre elles et dans ce déséquilibre un développement destructeur apparaît.

C’est la même chose dans la société. Nous devrions commencer rapidement, grâce à un deuxième force positive, pour équilibrer l’ensemble de la société humaine qui est devenue une tumeur cancéreuse. Et c’est le remède pour son rétablissement.

Malheureusement, au moment de la guérison du cancer, nous sommes satisfaits de supprimer le développement égoïste des cellules à travers différents types de rayons brefs, de les tuer ainsi. Ce n’est pas un remède. Il n’est pas nécessaire de tuer la société humaine ou de faire autre chose avec elle. Vous avez juste besoin de lui ajouter la deuxième force de développement.

De Kab TV  » Un monde intégral  » 24/10/2013

La science la plus pratique

Dr. Michael LaitmanQuestion: Avons-nous besoin de la «rue» de poursuivre le développement de la méthode intégrale ?

Réponse: Bien sûr ! La sagesse de la Kabbale et la technique de l’éducation intégrale dans le cadre de celle-ci est une réalisation pratique du matériel de la sagesse antique. Apparemment toute la théorie nous est expliqué, mais en même temps, pas tout.

Ce que les kabbalistes du passé nous ont laissé des temps anciens jusqu’à nos jours est décrit avec beaucoup de parcimonie. Vous ne pouvez pas imaginer combien de pièces sont manquantes ! Ils ne pouvaient pas transmettre toutes les nuances de ce système qui viennent du monde supérieur et descendent en bas, mais plutôt, ils ont donné seulement un petit flux d’information qui explique de quelle manière cela est lié à nous. Tout le reste des pièces de cet immense système ne nous est pas impératif.

Nous allons les découvrir au degré de la perception du monde spirituel, à tous les niveaux, en largeur. Par conséquent , les kabbalistes ont enregistré seulement ce qui nous aiderait à passer de niveau en niveau. Même si ce sont des gros volumes, mais, en fait, ce n’est que de rares informations sur le système énorme, sur son comportement, sur les réactions, sur la correction , etc.

La Kabbale est la science la plus pratique. Sans actions concrètes, tous ses livres sont « morts». Et l’action pratique est d’abord et avant tout, la correction, ce qui n’est pas possible de faire sans nous tourner vers les gens. Vous ne sentez pas la nécessité de votre correction, pas d’en haut et ni d’eux. Par nécessité, vous devez être au milieu afin que les deux fassent pression sur vous. Tout ne se réalise que dans la connexion, dans l’utilisation de la méthode entre les personnes.

Mais vous devez reconnaître plus ou moins l’ensemble du système, en dépit de tout cela, vous devez avoir un groupe solide qui se trouve derrière vous. Tout doit être réuni. En allant vers le public, vous devez sentir que vous êtes son représentant, vous devez sentir que vous êtes avec eux. Sans ce sentiment que vous ne pouvez pas donner aux masses l’énergie intégrale qui agit pour changer la réalité.

De Kab TV  » au fil du temps  » 18/09/13

Le collectif est toujours plus intelligent

Dr. Michael LaitmanDans les Nouvelles ( de Paranormal Nouvelles ) :  » De nombreux exemples de la vie quotidienne semblent nous convaincre de l’incapacité de l’ intelligence collective à prendre la bonne décision.

 » Pendant ce temps, dans certaines conditions, un groupe, même composé de personnes qui ne peuvent pas se vanter d’une grande intelligence, est souvent plus proche de la vérité que ses membres les plus intelligents.  La moyenne élimine les erreurs faites par tout le monde, et les erreurs d’individus sont mutuellement annulées ; ce qui reste est la vérité ou quelque chose s’en approchant. Les quatre conditions suivantes doivent être remplies pour que le groupe trouve la bonne solution :

  • L’avis des membres devrait varier (tout le monde devrait avoir une partie de sa propre information, même si elle est une interprétation erronée des faits réels ).
  • Ils doivent être indépendants ( l’avis personnel ne devrait pas dépendre de l’opinion des autres).
  • Le groupe doit être décentralisé ( il n’a pas chef, dont l’opinion pourrait être suivie par le reste ).
  • Un mécanisme qui détecte la solution collective.

Mon commentaire: Si un groupe est relié par un seul but, mais a différentes manières pour y parvenir et cherche la bonne façon d’atteindre cet objectif, indépendemment de l’exactitude individuelle de quelqu’un, il va trouver la vraie solution avec le soutien mutuel et la clarification générale.

Les antibiotiques ne marchent plus

Dr. Michael LaitmanDans les Nouvelles ( de Finmarket) :  » Alexander Fleming, le créateur de la pénicilline, a mis en garde encore en 1940 que l’effet de sa découverte ne durerait pas toujours, que les microbes s’adapteraient aux médicaments. Plus les médicaments sont devenus disponibles, plus les microbes ont rapidement développés des moyens pour s’en protéger.

«Les antibiotiques sont en train de perdre leurs propriétés si rapidement qu’ils ne sont plus rentables pour les entreprises. Faire un médicament coûte ​​un milliard de dollars et ces coûts n’ont pas le temps de porter leurs fruits car les microbes s’y adaptent déjà. Bientôt, les infections mineures redeviendront mortelles.

 » Sans antibiotiques les gens ne seraient pas en mesure de traiter le cancer ni de greffer des organes parce que ces procédures ne sont pas possibles sans supprimer le système immunitaire. Tout traitement qui nécessite l’injection de drogues dans le corps humain, par exemple, la dialyse rénale, deviendrait impossible.

 » Nous allons devoir oublier les greffes. Cela s’applique également à la chirurgie esthétique et la chirurgie de la valve cardiaque. L’accouchement sera aussi dangereux, comme il y a une centaine d’années, quand cinq mille femmes enceintes décédaient.  »

Mon commentaire: Le problème, c’est la nourriture : le développement de nouvelles variétés, les usines de transformation et l’élevage de la viande avec des antibiotiques. Nous obtenons une énorme quantité de nourriture avec des substances nocives. Les objections sont généralement limitées à l’idée que c’est mieux que de mourir de faim. Mais si nous  avions changé d’attitude en vue du souci mutuel , alors nous aurions distribué correctement et nous n’aurions pas à faire pousser la nourriture végétale et animale avec des pesticides, des antibiotiques, etc