Category Archives: Similarité avec le Créateur

Approchez-vous du monde supérieur

Question : Si le désir de recevoir est notre essence, alors quelle est la qualité du don sans réserve et comment peut-elle être séparée du désir de recevoir ?

Réponse : Nous n’avons qu’un seul attribut : recevoir, prendre plaisir, tout ressentir en vous-même, dans votre égoïsme. Nous ne pouvons même pas imaginer ce que c’est que de ne pas ressentir dans notre attribut. Comment cela se peut-il ? Où est-ce que je ressens ?

Par conséquent, une qualité complètement nouvelle, un sentiment, une sensation, opposée à notre nature, est en train de se construire au-dessus de nous, et elle peut être construite uniquement avec l’aide de la Lumière supérieure. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour attirer la Lumière, la diriger d’une manière ou d’une autre vers nous-mêmes, nous en approcher. C’est ce que nous faisons.

Si j’essaie d’expérimenter moi-même directement la Lumière supérieure, alors j’échouerai. Cela sera du mysticisme, je ferai face à la diffamation, aux mœurs et coutumes, peut-être même à la religion. Si je veux vraiment commencer à ressentir le monde supérieur, cela nécessite donc une force supérieure. J’ai besoin de m’adresser clairement au Créateur et d’exiger de Lui, et cela n’est possible que si nous nous tournons ensemble vers Lui.

Je peux étudier pendant de nombreuses années le Talmud Esser Sefirot (le Talmud des dix Sefirot) ou la Préface à la Sagesse de la Kabbale (Pticha), mais si je ne suis pas dirigé à travers le groupe vers le Créateur, j’échouerai.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/04/2019

Saisissez l’onde avec le Créateur

Question : Vous avez dit que l’on peut se tourner vers le Créateur uniquement quand nous voulons Lui ressembler, à travers la dizaine. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Réponse : Vous devez atteindre la même fréquence. Lorsque vous ajustez la fréquence de votre récepteur-émetteur spirituel, vous devez capter la même onde que le Créateur.

La qualité du don sans réserve et de l’amour vient de Lui à vous ; par conséquent, une qualité similaire doit aller de vous à Lui. Sinon, Il ne vous entendra pas car le Créateur est un système qui résonne, ne perçoit que des signaux en équivalence avec sa nature.

Question : Pouvez-vous vous tourner aussi vers le Créateur depuis la joie ?

Réponse : Pas de la joie, mais seulement de l’équivalence. La joie n’est pas un indicateur d’équivalence. Elle en est le résultat. En théorie, tout le monde peut être content.

Pour cette raison, nous devons d’abord contacter le Créateur via un modem, à travers une sorte de dispositif de connexion qui permettrait d’adapter nos qualités à celles du Créateur. Le groupe de dix joue le rôle de ce modem.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 06/02/2019

Les étoiles n’ont aucun pouvoir sur Israël

Question : Les sages disent que les étoiles n’ont aucune influence sur Israël. Cela signifie-t-il qu’une personne engagée dans la spiritualité sort du système matériel ?

Réponse : Les étoiles ne sont que des signes de la gouvernance d’en haut. Lorsque nous nous connectons les uns aux autres, nous nous élevons au-dessus des étoiles. Les étoiles sont un degré inanimé que nous contrôlons, au même titre que les degrés végétal et animal.

En devenant similaires au Créateur, nous allons même au-delà des limites du Créateur. Comme il est écrit : « Mes fils m’ont vaincu. » Autrement dit, dans notre gouvernance, nous nous élevons encore plus haut que Son contrôle sur nous. C’est le niveau le plus élevé.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 30/12/2018

Que m’apporte l’étude de la Kabbale ?

Question : Puis-je relier tous les événements de ma vie à l’étude de la Kabbale ou est-ce que tous ces événements m’arriveraient de toute façon ? Qu’apporte l’étude de la Kabbale dans ma vie ?

Réponse : Votre étude de la Kabbale donne un sens à votre vie. Cela vous donne un gain éternel qui ne disparaît pas avec votre corps physique, mais reste au-delà de celui-ci. Puisque la propriété du don sans réserve est au-dessus de l’égoïsme, elle continue d’exister même lorsque notre corps meurt.

La Kabbale nous procure un bénéfice absolument pur depuis la vie en ce monde. Cela peut prendre une vie ou quelques cycles de vie, mais vous pourrez atteindre un état de similitude complète avec le Créateur, avec Son niveau. C’est le but de notre développement.

Extrait de la leçon quotidienne de kabbale en russe, le 23/12/2018

La condition de l’atteinte du Créateur

Question : Il est difficile de rechercher le Créateur s’Il est ressenti comme une source de souffrance. Les efforts visant à ressentir qu’Il est bon et qu’Il fait le bien seraient-ils considérés comme égoïstes ?

Réponse : Nous devons découvrir ceci. À partir de ces états que nous essayons de créer dans le groupe, nous préparons le terrain pour Son atteinte.

Dans la mesure où nous atteignons les propriétés de l’amour et du don sans réserve, de l’unité au-dessus de notre ego, nous créons les conditions, c’est-à-dire le Kli (récipient) dans lequel nous atteignons le Créateur.

Le Créateur est révélé dans le Kli créé par nous dans la mesure de notre similitude avec Sa qualité du don sans réserve et d’amour, la qualité que nous Lui avons préparée.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 18/11/2018

Le concept de foi dans la Kabbale

Question : Lorsque nous parlons de foi au-dessus de la raison dans la Kabbale, cela signifie-t-il la même chose que le mot « foi » comme il est généralement accepté dans notre monde ?

Réponse : Non, la foi dans la sagesse de la Kabbale n’a rien à voir avec la compréhension terrestre de ce mot. La catégorie de la foi ne fait pas partie de la philosophie, de la psychologie ni de la vie quotidienne.

La foi est la propriété du don sans réserve, qui se forme en nous sous l’influence de la force supérieure. Lorsque je dis que je crois en quelque chose, cela signifie que j’ai simplement une certaine relation avec un phénomène. Mais cela n’a aucun lien avec la foi que la Kabbale implique.

Dans la Kabbale, le concept de foi est une propriété particulière qui apparaît chez une personne sous l’influence de la force supérieure, la Lumière supérieure. Ce n’est qu’alors qu’elle peut faire des actions absolument altruistes sans aucun lien avec elle-même. C’est comme si elle avait un corps supplémentaire (un corps spirituel) et avec son aide, cela fonctionne.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 23/12/2018

Luttez pour l’équilibre

Question : Si je suis entièrement égoïsme, en quoi puis-je ressembler à la force supérieure ?

Réponse : Il est possible de ressembler à la force supérieure seulement si vous recherchez ardemment un équilibre entre deux forces : l’égoïsme et l’altruisme. La force qui surgit naturellement en vous est votre égoïsme et il vous semble que c’est vous. Mais ce n’est pas vous, c’est aussi le Créateur.

Vous êtes quelque chose d’absolument neutre, comme de la pâte à modeler légèrement glacée, dans laquelle, sans interruption, le pouvoir égoïste est agité de la naissance à la mort, et il semble à une personne que c’est elle.

Cependant, elle a la possibilité d’équilibrer cette force négative avec une force positive, qu’elle doit indépendamment demander au Créateur. C’est exactement comme cela qu’elle se rapproche du Créateur et s’unit à Lui. Elle demande au Créateur de lui apprendre à être en équilibre avec la force positive afin que deux forces opposées apparaissent et que l’équilibre, appelé la ligne médiane, émerge entre elles.

Cette ligne médiane, qui se crée dans l’équilibre entre les lignes droite (altruiste) et gauche (égoïste), s’appelle Adam (homme) parce qu’elle devient exactement comme le Créateur.

En ayant une bonne maîtrise de l’égoïsme et de l’altruisme, une personne peut interagir correctement avec eux, en s’équilibrant constamment en haut et en bas, et en montant sur cet équilibre. L’essentiel est qu’elle apprenne à maintenir l’équilibre. Ceci est notre travail.

Extrait de la leçon quotidienne de kabbale en russe, le 16/12/2018

Maîtriser l’état spirituel

Question : Quels sont les degrés de contrôle du cœur et des états spirituels ?

Réponse : Maîtriser l’état spirituel réside dans le fait de dominer l’égoïsme, car il nous sépare du spirituel. Il est possible de maîtriser l’égoïsme uniquement à l’aide de la Lumière supérieure. Cela ne dépend pas de notre volonté, de la force de notre caractère ni des serments stricts que nous faisons avec nous-mêmes.

Tout dépend de la mesure selon laquelle une personne s’inclut dans le groupe et peut s’y dissoudre. Dans cette mesure, elle correspondra davantage à la Lumière supérieure, la propriété du Créateur, et elle se rapprochera progressivement de Lui.

Le Créateur ne se cache pas toujours. Je peux Le découvrir à un moment donné et Il disparaîtra immédiatement pour que je puisse aller plus loin et me concentrer davantage sur Lui. Supposons que je L’attrape avec mes nouvelles propriétés plus corrigées et qu’Il disparaisse encore, pour que je me concentre à nouveau sur Lui avec mes propriétés plus généreuses que je développe encore plus en harmonie avec le groupe, et ainsi de suite.

Si je fais partie d’une dizaine, nous devrions faire de telles intersections mutuelles les uns avec les autres afin qu’un champ uniforme apparaisse entre nous.

Lorsque nous nous efforçons de créer ce champ, le Créateur apparaît à l’intérieur de celui-ci. En d’autres termes, le Créateur est le résultat du désir de la dizaine d’être un tout. C’est la condition principale.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, 09/12/2018

La souffrance utile

Question : Comment puis-je m’assurer que les souffrances me poussent vers le travail spirituel et non à le fuir ?

Réponse : Le fait est qu’il existe une souffrance utile qui nous dirige vers le but de la création et une souffrance que nous vivons simplement, qui n’apporte rien.

La souffrance utile nous oblige à nous immerger davantage dans le groupe, à nous unir à lui, à nous aider à nous construire. Tout comme lorsque nous allons quelque part et que nous nous perdons, parce que nous avons pris le mauvais chemin, la souffrance qui en découle nous aide à trouver le bon chemin. Sans de telles secousses, nous ne pouvons pas bouger correctement. Nous avançons toujours selon les deux lignes : la droite et la gauche, le plaisir et la souffrance.

Par conséquent, la souffrance qui nous fait avancer et qui indique toujours comment le faire correctement est la souffrance qui convient.

Par exemple, dans un système de guidage, un missile en mouvement s’ajuste constamment. Nous aussi, nous devons toujours surveiller notre chemin et nous ajuster en fonction du retour négatif qui nous corrige et nous maintient constamment sur la bonne voie. Une telle connexion est nécessaire et ne devrait pas être perçue comme une souffrance, mais comme une correction nécessaire. Remerciez le Créateur de nous avoir donné cet enseignement.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 18/11/2018

De petits efforts, d’énormes corrections

Le travail de la personne consiste à découvrir le Créateur qui est caché à cause de nos désirs brisés. Nous devons corriger nos qualités, les rendre similaires aux qualités du Créateur, ce qui signifie les préparer pour Sa révélation. C’est ainsi que nous Lui apportons du plaisir et que nous réalisons également le but de la création et de nos vies.

Nous existons déjà dans le champ du Créateur, mais afin que nous puissions Le ressentir, nous devons commencer par l’action appelée soumission. Pour ce faire, on doit réduire à néant son désir égoïste et être d’accord avec tout ce qui arrive, comprenant que cela nous est donné dans notre propre intérêt. Rien n’existe dans ce monde à part la Lumière supérieure. C’est ainsi que nous commençons à établir un contact avec le Créateur.

La soumission nous permet d’entrer dans la connexion avec le Créateur et de commencer à se développer, à s’améliorer et à s’élargir dans toutes les directions, pour finalement parvenir à la pleine révélation du Créateur et à son adhésion à Lui. La soumission est la première condition pour parvenir au contact du champ de la Lumière supérieure dans lequel nous existons sans même nous en rendre compte. (1)

Pourquoi ne pouvons-nous pas simplement étudier, mais devons-nous consacrer la majeure partie de notre temps à des préoccupations matérielles, à  travailler, etc, et à la résolution de toutes sortes de problèmes matériels ?

En appliquant même le plus petit effort pour se connecter, nous effectuons des corrections majeures dans le monde car nous les effectuons dans des conditions de confusion extrême. Les fausses nouvelles, les publicités, les peurs et l’inquiétude concernant tout ce qui se passe dans le monde, la chute des cours des actions en bourse, la chute des bombes sont des problèmes perpétuels. Et tout cela est fait pour que nous puissions faire des efforts au milieu de ce gâchis et corriger le monde.

Dans les conditions d’un tel désordre, de bouleversements énormes et d’obstacles, lorsque nous sommes en mesure de faire le moindre effort envers la correction, cela compte pour une contribution énorme. Par conséquent, nous ne pouvons pas sentir que le monde interfère avec notre travail spirituel ; au contraire, cela nous aide. Si nous avions des conditions idéales, exemptes de tout souci matériel, nous ne pourrions jamais rien corriger dans la spiritualité.

Il y a longtemps, les kabbalistes étaient assis et étudiaient en secret en petits groupes. Mais ce n’était qu’une préparation. Plus nous avançons vers la vraie correction générale, plus le monde deviendra désordonné et les kabbalistes auront de plus en plus de problèmes. Le chaos dans le monde joue en notre faveur parce que si nous faisons de petits efforts alors que nous sommes dans les états de toutes ces perturbations, ils sont considérées comme énormes et produisent des corrections significatives. (2)

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, Reddition (soumission) du 10/03/19

(1) à 0 minute et 20 secondes
(2) à 1 heure, 53 minutes et 5 secondes