Category Archives: Société

Un film nommé « La Vie »

Question : Quel est ce niveau de perception plus profond de l’univers où tous les objets sont infiniment interconnectés ?

Réponse : Nous existons à l’intérieur de nous-mêmes et regardons une sorte de film appelé « La Vie » à l’intérieur.

Pour comprendre cela, nous devons nous élever au-dessus de notre nature car elle représente l’égoïsme absolu. C’est ainsi que nous sommes faits, à l’opposé de la nature éternelle et parfaite du monde supérieur.

Par conséquent, nous ne ressentons que nous-mêmes, nous sommes enfermés à l’intérieur de nous-mêmes. Nos yeux sont tournés vers l’intérieur, nos oreilles sont tournées vers l’intérieur, et tout est tourné vers l’intérieur. Et le fait que je parle maintenant, que je vis dans ce monde, que j’ai une femme, des enfants, des petits-enfants, tout cela, y compris notre histoire, la géographie, l’univers, est perçu par moi dans ce rêve.

Que signifie « dans un rêve » ? C’est simplement que ce film se joue à l’intérieur de moi. C’est ce film que je perçois et auquel je participe.

Et je ne vois rien en dehors de moi. Je ne peux pas « extraire » mon œil et voir ce qui se passe à l’extérieur parce que je le ressens en moi. Comme s’il y avait un écran à l’arrière de notre cerveau et que j’y voyais ce qui est censé exister à l’extérieur de moi. Mais en fait, tout est à l’intérieur de moi.

Extrait de KabTV, « Gros Plan – Hologramme » du 28/07/2011

La bienveillance peut faire des miracles

548.03Commentaire : Lors d’une émission télévisée sur le thème des procédures judiciaires et des questions de punitions, un participant a demandé des sanctions encore plus sévères. Mais son adversaire a fait remarquer que nous avions déjà épuisé toutes les possibilités dont nous disposions et a constaté que cela ne servait à rien du tout.

De toute évidence, nous ne tenons pas compte d’une sorte de composante humaine, la nature humaine : nous faisons quelque chose de mal si aucune augmentation de la punition ne peut mener à quelque chose.

Ma Réponse : La bienveillance peut faire des miracles, c’est une grande force. S’appuyer sur la force et la pression ne mène qu’au nazisme, au fascisme, à la dictature et à la violence, et par conséquent à la dégénérescence de la société. Elle se transforme en une société d’animaux sauvages.

Pas juste des animaux, mais des animaux sauvages.

Je n’imagine pas d’autre avenir pour une telle société que sa dégradation, jusqu’à l’autodestruction.

Extrait de KabTV, « Gros Plan – Hors-la-loi » du 19/12/2010

Pourquoi l’égoïsme évalue-t-il les gens

557Question : Pourquoi les gens comparent-ils constamment ce qu’ils font ou ont, par exemple, qui possède quelque chose de plus beau ou de meilleur ?

Réponse : Parce que c’est un symbole de pouvoir, de richesse ou de supériorité. Après tout, c’est pour cela que l’égoïsme évalue les gens. Comment pouvez-vous savoir quel genre de personne je suis ? Je peux être un grand sage et m’asseoir quelque part dans un coin en haillons. Ou je peux être un grand idéologue et en même temps être très modeste et humble.

Lorsque les gens s’exposent, on comprend pourquoi cela se produit. Tout va dans le sens d’une reconnaissance commune du mal. Ce serpent doit sortir complètement, se montrer dans toutes ses métamorphoses et ses apparences, se manifester pour que chacun voie à quel point il le dévore de l’intérieur.

Alors seulement, il sera possible de parler de correction.

Extrait de KabTV, « J’ai reçu un appel. Qui est le meilleur ? » du 24/04/2010

Le chemin vers la transformation complète

962.2Pour parvenir à la transformation complète et sortir vers le niveau suivant, l’humanité doit comprendre quel est le mal : lorsque les gens se dévoreront littéralement les uns les autres, les enfants et les parents se détesteront mutuellement, l’homme vivra dans une maison avec ceux qui le haïssent, avec ses plus ardents ennemis. Nous atteindrons un état tel que nous nous forcerons à rechercher un moyen d’en sortir, une véritable sortie, c’est-à-dire nous élever au-dessus de notre nature et non pas seulement l’embellir.

La nature nous obligera non pas à faire face à toutes sortes de petites compensations et améliorations, mais à atteindre une crise complète où nous ne pourrons plus rien faire en matière d’éducation, d’instruction, de relations sociales, de familles brisées, de drogues, de dépression, de technologie ou d’affaires financières.

La crise couvrira tout ce que l’homme fait. Et concernant la nature environnante, il y aura une crise écologique. Lorsque tout cela commencera à faire pression sur nous de l’extérieur et de l’intérieur, de tous les côtés, alors nous ressentirons que nous sommes obligés de faire quelque chose.

Nous réaliserons seulement alors qu’il existe une sortie vers le monde extérieur : un petit trou dans la sphère à l’intérieur de laquelle nous existons. Cette sortie consiste à changer notre nature égoïste.

Extrait de KabTV, « Gros Plans – Les enfants non désirés » du 28/11/2010

À quoi le monde devrait-il parvenir ?

238.01Question : De nos jours, tout peut facilement être peint en or. Bien que cela semble bon marché, les gens ont toujours le désir de quelque chose de brillant, fabriqué pour ressembler à de l’or. Pourquoi cette passion ne disparaît-elle pas ?

Réponse : Nous ne pouvons pas être indifférents à la couleur de l’or car, depuis des milliers d’années, c’est la couleur la plus précieuse. Si nous donnons à un enfant différentes couleurs avec lesquelles il peut jouer, il cherchera aussi la lumière chaude. Pas l’argent, mais l’or, parce que c’est une lumière chaude, une couleur chaude.

Mais personnellement, je ne le vois pas de cette façon. Cela fait longtemps que je n’en ressens plus la valeur.

Commentaire : C’est juste que le monde entier tourne constamment autour de bibelots brillants.

Ma Réponse : Le monde entier doit reconnaître le mal de son égoïsme, le fait que nous travaillons pour lui gratuitement, que cet égoïsme est en chacun de nous comme une tumeur cancéreuse qui nous ronge.

Une personne doit comprendre cela, et commencer à lutter contre l’égoïsme, à le ressentir en elle-même comme l’ennemi le plus maléfique, le plus rusé, le plus insidieux, et aussi comprendre qu’il n’y a rien à l’extérieur, et que tout est seulement à l’intérieur.

Extrait de KabTV, « J’ai reçu un appel. Des dollars, de l’or ou des diamants ? » du 21/04/2014

Comprendre la tendance des affaires actuelles

220Commentaire : Aujourd’hui, l’éducation des garçons et des filles se réduit à la seule éducation sexuelle. Ils n’ont pas d’autres interactions plus internes.

Ma Réponse : Les adultes aussi réduisent tout à cela et pensent qu’il faut juste apprendre aux enfants ce qu’est le sexe sans risque et rien de plus.

Question : S’agit-il d’un défaut interne des adultes ?

Réponse : Je ne le pense pas. Je vois tout ce qui se passe dans le monde comme une étape de plus pour aller de l’avant.

Nous ne devrions pas être négatifs face aux choses qui se passent. Nous devons simplement comprendre la tendance et, si possible, l’expliquer en nous basant sur la compréhension de son résultat final.

Nous comprendrons alors pourquoi nous vivons aujourd’hui de tels événements et pas d’autres, et comment nous pouvons malgré tout préparer les enfants à avancer plus correctement vers le but vers lequel la nature nous pousse.

J’espère que toutes les souffrances que nous traversons en tant que parents, et aussi les enfants à leur manière, nous permettront d’ouvrir les yeux.

Extrait de KabTV, « Gros Plan – Le Théâtre de l’Absurde » du 18/07/2010

Qui est l’hôte de la maison ?

938.02Question : Quel modèle familial est le plus proche des racines spirituelles : oriental ou occidental ?

Réponse : Le modèle le plus proche des racines spirituelles est celui où l’homme est responsable à l’extérieur et la femme à l’intérieur. Et nous voyons cela. La femme est chargée de s’occuper de la maison, elle est l’hôtesse. L’homme, en principe, ne l’est pas.

Commentaire : Mais il essaie de limiter la femme.

Ma Réponse : Non, dans une bonne famille, l’homme ne fait pas cela. Je l’ai observé dans des familles orientales et occidentales. En fin de compte, la nature amène de toute façon les gens à chercher des compromis. Et en effet, là où la femme travaille, elle commande.

L’homme n’intervient même pas car il n’est pas créé pour cela. Et vice versa, lorsqu’il s’agit de devoirs strictement masculins (sortir de la maison pour chasser ou travailler, courir après un mammouth ou de l’argent, peu importe, c’est-à-dire tout ce qui concerne l’extérieur de la maison), la femme lui donne une plus grande liberté à cet égard.

Extrait de KabTV, « Gros Plan – Les Jumeaux Siamois » du 19/09/2010

Une nouvelle forme de pouvoir sur l’individu

448.8Question : Aujourd’hui, à l’ère du néolibéralisme, le pouvoir de l’État sur l’individu s’amenuise progressivement. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose pour le développement de l’humanité ?

Réponse : Je ne pense pas que le pouvoir diminue car l’État n’abandonne pas ses positions, son pouvoir, et ne les transfère pas à l’individu.

Commentaire : Mais l’individu se sent plus libre qu’il y a quelques centaines d’années.

Ma Réponse : Il se sent ainsi uniquement parce qu’il invente sans cesse toutes sortes de machines mécaniques, de jouets, d’outils qui lui donnent l’illusion de la liberté, mais rien de plus. Sommes-nous libres ? Aujourd’hui, je dépends de tout le monde : on m’écoute, tout le monde peut voir où je suis, ce que je suis, etc. Où est cette liberté ?

Commentaire : De toute façon, il y a quelques centaines d’années, tout dirigeant pouvait faire ce qu’il voulait d’un individu sans aucune sanction. De nos jours, cela n’existe pas dans les pays démocratiques.

Ma Réponse : Cela ne veut rien dire. La liberté que nous avions auparavant a pris une forme différente aujourd’hui. Mais cela ne signifie pas que nous sommes libres. De même que vous laissez un enfant s’échapper de vos bras, il court sur la pelouse et il lui semble qu’il est libre. Mais vous le surveillez.

En d’autres termes, la nature de l’homme n’a pas changé, seul le pouvoir sur les gens a pris d’autres formes, encore plus définies, rigides et restrictives. Ils vous observent, ils voient clair dans votre jeu !

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 22/03/2022

Entre le singe et le Créateur

294.2Commentaire : J’ai entendu parler d’un cas où les parents d’élèves ont intenté un procès contre les enseignants qui ont enseigné à leurs enfants que l’homme descend du singe.

Ma Réponse : Notre corps provient réellement d’un singe, et notre « moi » provient de la force supérieure. Vous ne pouvez pas y échapper ! Ils oublient la deuxième partie.

L’humain en moi ne vient pas d’un singe. Seul mon corps est une conséquence du développement animal.

Commentaire : Le fait est que ces parents ont exhorté les professeurs à donner à l’enfant une certaine liberté de choix entre le fait qu’il n’est pas seulement un corps et qu’il est possible qu’il y ait autre chose dedans.

Ma Réponse : Choisir entre un singe et le Créateur ? Bon choix. Mais comment le feront-ils ?

En fait, entre le singe et le Créateur, il y a le « moi » de l’homme. Si vous ouvrez les livres kabbalistiques écrits bien avant Darwin, vous verrez que le corps humain est issu du singe (du niveau minéral au niveau végétal, du végétal à l’animal).

Cela a été affirmé dans le Livre du Zohar il y a 2000 ans et dans les écrits du Ari il y a 600 ans. Et la théorie de Darwin n’a que 250 ans.

L’état intermédiaire entre le corps animal et le corps humain est le singe. Néanmoins, ce sera prouvé par la science. Mais ce n’est pas le problème !

Le problème est que le moi humain n’a aucun lien avec le singe. C’est juste notre corps, notre physiologie, notre chair.

Extrait de KabTV, « Gros Plan – Le Théâtre de l’Absurde » du 18/07/2010

Le pouvoir doit être bienveillant

938.05Question : Les personnes ayant un penchant évident pour le pouvoir sont-elles plus proches de la correction et du développement spirituel ? Selon la pyramide des désirs, elles devraient être plus développées.

Réponse : Peut-être sont-elles plus proches de la reconnaissance du mal du pouvoir, mais cela dépend des circonstances. Le fait est que le pouvoir ne concerne pas une seule personne. Nous parlons d’un individu qui existe dans la société. Par conséquent, nous ne pouvons pas parler de lui en l’isolant de la société, des conditions extérieures.

Nous devons donc prendre en considération une personne, la société, le Créateur et la façon dont le Créateur nous gouverne par le biais de la société.

Question : Comment le désir de pouvoir s’exprimera-t-il à l’intérieur d’une personne à l’avenir ?

Réponse : J’espère que nous montrerons aux gens que le pouvoir doit être bon et attentionné, tout comme le pouvoir d’une mère sur son bébé. Tel devrait être le pouvoir de la société sur un individu et pas plus.

Extrait de KabTV,  « Les États Spirituels » du 22/03/2022