Category Archives: Société

Une solution qui est difficile à discerner

Dr. Michael LaitmanQuestion : Au cours des manifestations de protestations sociales en Israël, les gens ont eu une sensation d’unité pour la première fois. Ils ont compris ce que cela signifie d’être uni. Maintenant, ils n’ont plus cette sensation. Ils ne savent plus quoi faire. Certains disent qu’ils veulent devenir des activistes sociaux et faire du travail bénévole.

Réponse : Nous avons besoin de les débarrasser de toutes leurs illusions. Éventuellement, ils iront distribuer des cadeaux dans les hôpitaux ou distribuer des dons pour les nécessiteux. Nous ne pouvons pas les empêcher de faire cela, mais la chose la plus importante est qu’ils comprennent que la correction vient de l’intérieur. Ce n’est pas leurs actions extérieures qui doivent changer, mais leur état intérieur qui doit être modifié. Nous découvrons le mal dans le monde non pas pour le corriger, mais afin de nous transformer. Puis, le mal disparaîtra. Le mal est un indicateur de notre changement intérieur.

C’est une approche très différente, comme passer votre perception à un nouveau niveau. S’inverser d’avant en arrière.  J’ai toujours cherché des moyens pour changer le monde : comment construire des systèmes de soutien et d’élargir davantage la charité, quelle est la meilleure façon de créer des systèmes d’aides, et comment améliorer notre société. Je voulais que mes enfants soient en mesure de se promener le soir sans être attaqués et soucieux de vouloir aider les personnes âgées, car je vais être dans cet état un jour. Cependant, toutes ces choses ne sont pas destinées à corriger notre nature, mais elles servent à améliorer l’image du monde extérieur, ce que je voulais pour me sucrer le bec.

Maintenant, nous voyons une situation inverse. Toutes ces manifestations dans de nombreux pays sont totalement inutiles, bien que nous ne comprenions pas pourquoi elles se produisent. La vraie raison des protestations n’est pas ce que les oligarques ont fait, mais ce que les conditions externes du monde ont changé. Le monde est devenu global, et c’est l’essence même de la crise. Les bulles financières ont toujours été créées.  Rien de nouveau sous le soleil.  La preuve : les gouvernements aujourd’hui ne réussissent pas à présenter des solutions viables. Que peuvent-ils faire ? Ils sont dans un piège.

La vraie solution qu’ils ne voient pas encore est le changement intérieur d’une personne. Il est très difficile de discerner cette solution, et c’est encore plus difficile de croire que c’est réaliste. Il est vrai que si nous étions mieux, si nous étions plus connectés et pensions conjointement, alors, bien sûr, nous n’aurions pas pollué la terre et l’air, et nous aurions tout faire correctement. Tout cela est vrai, mais nous sommes incapables de le faire. La nature ne nous pousse pas encore assez fort, bien que selon les données récentes, nous sommes en train d’en finir avec la Terre. Pourtant, cela ne semble pas faire impression sur nous. Nous savons seulement que ce n’est pas encore le cas aujourd’hui.

Nous utilisons uniquement des organisations internationales à des fins égoïstes. En général, si les Nations-Unies prennent une décision concernant un pays, il est assez facile d’exiger de ce pays à se conformer. Dans ce monde global, si vous fermez le “robinet” de leurs importations, leurs exportations et arrêtez les flux financiers, eh bien vous y êtes : le « patient » suffoque.

Alors, pourquoi sommes-nous incapables d’organiser le monde correctement ? Nous avons la capacité, et nous possédons de grandes forces. Cependant, nous n’avons pas encore assez souffert, et après chaque affliction, nous retournerons à notre modèle de comportements ancien.

De la 5e partie du cours quotidien de Kabbale 12/10/2011 , « La paix dans le monde »

La vérité sort des trippes

Dr. Michael LaitmanQuestion : les paroles du Baal HaSoulam semblent utopiques. En clair, si chaque personne travaille pour le bien commun, alors tout le monde sera bien nantis. Mais avons-nous les moyens de créer ce genre de société ?

Réponse : Bien sûr que nous en avons les moyens. Il existe un ensemble de moyens élémentaires permettant de faire cela facilement et volontairement, avec enthousiasme et en recevant d’énormes récompenses. Même d’un point de vue purement égoïste, cela vaut le coup, parce que vous vous débarrasserez de tous les maux de ce monde, vous établirez de bonnes relations avec d’autres personnes, et en elles vous acquerrez un nouveau monde, plein de bonté. Donc, que voulez-vous de plus ?

«Mais comment peut-on faire cela ? » me demandez-vous. La réponse est : en réalisant votre libre choix à travers la création d’un environnement autour de vous, qui constamment vous endoctrinera et fera pression sur vos sentiments au profit de l’attribut du don.

Alors, quel est le problème ? Tout est très logique. Et si nous n’en voulons pas, alors dans un proche avenir, plusieurs catastrophes changeront nos priorités. Lorsque vous perdrez votre travail, quand votre frigo sera vide, quand vos enfants demanderont une chose, qu’il vous sera impossible de leur donner, quand votre femme commencera à vous mettre la pression, alors ne trouvant plus d’alternative, vous découvrirez finalement qu’il existe une correction pour ce monde.

En réalité, vous évoquez vous-même l’attitude rigoureuse de la Nature à vous. Vous vous mettez en conflit avec elle, en ne correspondant pas aux exigences, qui se présentent à vous. Et ces exigences sont claires : une union globale, intégrale et égale pour tous. Nous devons prendre exemple sur la nature. Sur cette voie nous atteindrons le succès, et sur tout autre chemin, nous n’aurons que de la souffrance. C’est ainsi que la loi de l’équivalence de forme s’exprime, loi qui opère en physique, en biologie, et dans tous les autres domaines. Jusqu’à aujourd’hui, seule la société humaine faisait exception, mais désormais le temps est venu d’observer cette loi également dans la société, et de le faire par notre propre désir.

Alors allez-y, essayez de suivre cette loi ! Si vous ne pouvez pas le faire, alors vous souffrirez, pour avoir violé la loi, jusqu’à ce qu’elle vous oblige à l’observer. C’est ce qui arrive toujours dans le processus naturel de développement. Auparavant, vous receviez aussi des coups d’intensité différente, coups qui vous poussaient vers l’avant, sans vous en rendre compte la plupart du temps. Vous avez vécu la pression de différents côtés et résolu les problèmes qui ont surgi. Parfois, vous avez dû mener des guerres et des révolutions, qui sont de plus grandes impulsions vers l’apaisement, quand les choses étaient tout simplement devenues insupportables.

C’est ainsi que vous vous êtes développés jusqu’à présent et c’est ainsi que vous vous développerez dès maintenant. Vous aurez toujours l’occasion de faire le prochain pas. Après tout, votre nature est de ressentir, vous êtes un désir de recevoir du plaisir, et ce désir peut être transformé en n’importe quoi. Il suffit d’appuyer au bon endroit avec la bonne force, pour qu’il crie déjà, « je veux ! » Il crie parce qu’il ne souhaite pas souffrir.  En fuyant la souffrance, vous pouvez apprendre une plus grande sagesse et être amenés au désir de donner, comme la rédemption du désir.

Nous savons par notre propre expérience que nous pouvons facilement changer d’opinion, selon les circonstances. Il suffit que les circonstances changent pour que nous fassions immédiatement un calcul différent, faisant naître ainsi une nouvelle vérité.

«Quel genre de vérité est-ce? Vous pouvez juste en tirer un plus grand bénéfice là-bas. Mais vous objectez ;  » Non, c’est la vérité ! « Et vous le dites du fond du cœur, bien que ce soit la sincérité de l’estomac, qui vous a forcé à repenser les choses. C’est ainsi que le désir de recevoir le plaisir opère dans chacun de nous.

Par conséquent, si nous ne voulons pas avancer consciemment, , alors la nature nous obligera à le faire. Par notre désaccord avec son programme de développement, nous créons nous-mêmes nos états désagréables futurs. Auparavant l’évolution nous dirigeait « avec des rennes courts, » mais maintenant tout est différent. C’est comme si vous aviez été transférés en « mode veille » et si vous aviez reçu l’opportunité de progresser de manière indépendante : Essayez de faire quelque chose, activez votre libre choix, commencer à organiser un environnement.

Cependant, si nous ne faisons pas cela, alors un peu plus tard, des conséquences négatives seront exprimées dans la société, ce qui nous forcera à bouger. Par exemple, aujourd’hui nous découvrons que les gens ne peuvent pas encore commencer la correction et ne peuvent pas nous entendre. Nous en sommes aussi coupables, car nous n’avons pas encore appris à diffuser des documents qui soient clairs et qui touchent le cœur de chacun. En conséquence, l’état suivant se révèle : Le monde se sent mal, et nous nous sentons encore pire. C’est parce que finalement le travail est de notre responsabilité.

Si nous ne voulons pas nous unir de la bonne manière et nous tourner vers le monde avec la force de notre union, alors nous le désirons de la mauvaise façon. Nous ne pouvons pas échapper à cette mission, tout comme Jonas, le prophète ne pouvait échapper à son destin.

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 24/10/11, «Paix dans le monde »

Une super-société mène le monde

Dr. Michael LaitmanAux nouvelles : « Une étude de l’Université de Zurich « prouve »qu’un petit groupe d’entreprises – principalement des banques – exerce un pouvoir énorme sur l’économie mondiale. L’étude est la première à examiner toutes les 43 060 sociétés transnationales et le web de la propriété entre eux – et a créé une «carte» des 1318 entreprises au cœur de l’économie mondiale.

«L’étude a révélé que 147 entreprises ont formé une « super entité » dans ce cadre, contrôlant 40 pour cent de sa richesse. Toutes possèdent une partie ou la  totalité d’une autre. La plupart sont des banques – le top 20 comprend Barclays et Goldman Sachs. Mais les liens étroits  signifient que le réseau pourrait être vulnérable à l’effondrement.

«L’effondrement financier de 2008 a montré que ces réseaux très soudés peuvent être instables.

«Si une entreprise souffre de détresse », dit Glattfelder : «Cela se  propage ». » (Source: Daily Mail )

« Une chose cloche avec certaines des revendications des manifestants: il est peu probable que la super entité  soit le résultat intentionnel d’un complot pour dominer le monde. «De telles structures sont courantes dans la nature», explique Sugihara.

« Donc, la super-entité ne peut  pas résulter de la conspiration. La vraie question, dit l’équipe de Zurich, est de savoir si elle peut exercer un pouvoir politique concerté. Driffill ressent que 147, c’est un trop petit nombre pour soutenir une collusion. Braha suspecte qu’ils sont vraiment en compétition dans le marché, mais agissent ensemble sur des intérêts communs.  Des changements pour résister à la structure du réseau peuvent constituer un tel intérêt commun » (Source:NewScientist)

Mon commentaire: La conclusion est surprenante: personne ne mène le monde, ni les Juifs, ni les riches, ni les gouvernements – et cela est correct. Le monde est gouverné par la nature ou le Créateur, et nous sommes incapables d’influencer le programme de développement du monde. Plutôt, nous pouvons déterminer la forme dans laquelle le programme va se manifester en face de nous:  soit il sera plus ou moins sympa avec nous, soit nous allons passer à notre prochain état ​​obligatoire, la société de garantie mutuelle, par les régimes nazi,  la Troisième Guerre mondiale, et la destruction d’une grande partie de l’humanité, ou bien directement à la société de  garantie mutuelle et de consommation raisonnable.

Une compétition sans vainqueur

Dr. Michael LaitmanQuestion: En plus de tout le reste, nous devons établir un contact avec des économistes, mais ils sont guidés par des modèles informatiques spécifiques. Nous n’avons pas développé notre propre modèle économique. Sur quels axiomes devrait-il être fondé?

Réponse: Tout d’abord, nous devons accepter comme un fait que le modèle capitaliste des années 70-80 dernières années a fait faillite. Une course pour les biens et les services de consommation n’est plus possible pour plusieurs raisons: les ressources s’épuisent, l’environnement est pollué, et globalement, le système ne fonctionne plus. Nous voyons clairement maintenant que cela va contre le développement de la Nature. Il n’est pas réaliste de continuer à accroître la production et la consommation, au contraire, la tendance commute aux activités du marché baissier (se déplaçant vers la baisse).

Nous voulons toujours plus, mais cela ne fonctionne pas. La société humaine est naturellement en développement dans l’autre sens, vers l’unité, et absolument pas à l’endroit où un économiste égoïste voudrait nous conduire. Rien ne peut être fait: peu importe ce qu’ils pensent, tout se développe différemment.

En conséquence, nous nous trouvons dans une crise, même si en réalité, ce n’est pas une crise, mais une impasse. Notre propre chemin dans l’impasse de la pensée nous met dans une situation désespérée. Ainsi, nous devons ouvrir nos yeux et réaliser que la nature donne une orientation différente. Elle a son propre programme, et nos plans pour la contrer ne vont pas l’arrêter. Un enfant têtu est parfois autorisé à faire quelque chose de lui-même afin d’apprendre de ses erreurs et de se retrouver dans une impasse. Et l’humanité est dans la même situation aujourd’hui.

Ainsi, nous avons des preuves pour montrer que cela est soutenu par la Nature elle-même: nous sommes tenus d’être en équilibre avec elle, ce qui signifie que nous devons nous abaisser au niveau d’une économie équilibrée. Progressivement, nous avons à «descendre de l’arbre», et aller dans une direction complètement différente, pour construire un nouveau paradigme, et regarder la vie, nous-mêmes, l’institution familiale, l’emploi, et ainsi de suite, à travers ce prisme.

Tout d’abord, il n’est pas nécessaire que chacun travaille 8 à 10 heures par jour. En quoi cela est-il nécessaire ? Regardez ce qui se passe avec nos enfants. Il vaut mieux pour eux qu’ils restent avec leurs mères. Voilà comment cela a été pendant des siècles, et seulement  pendant les cent dernières années nous avons déplacé les populations rurales, hommes et femmes, dans les villes et les usines. Libérez le peuple de ce joug.

Ensuite les enfants recevront une bonne éducation soutenue par une la télévision et Internet « ajusté ». Enfin, les mères passeront du temps avec eux au lieu de les envoyer à la garderie à temps plein. Est-ce une bonne chose à faire que de laisser un bébé d’un ou deux mois hors de la maison du matin au soir? Où est la nécessité pour cela ? A quoi bon le faire? Qui est gagnant de cela? Des milliards de profits pour les riches, en plus d’augmenter leurs comptes bancaires, font du tort à tout le monde, et aussi cessent de leur faire plaisir à eux aussi.

Ainsi, nous avons à construire une nouvelle perception du monde, un nouveau regard sur la vie: Tout le monde travaille autant qu’il est nécessaire pour l’équilibre social, et non pour une « prospérité » imposée. La prospérité réelle reflète un épanouissement de nos relations, avec un sentiment de vie pleine, et non une compétition épuisante. Nous avons eu assez de concurrence les uns avec les autres pour des prix imaginaires qui fondent dans nos mains.

Il est nécessaire de manière consciente et réfléchie, avec l’aide de l’éducation, de faire descendre  « tout le monde pied à terre » et qu’ils posent  leurs pieds fermement  sur le sol après ce séjour prolongé avec la tête dans les nuages ​​des illusions. Sinon il y aura un crash, et nous ferons un apprentissage via les troubles et les souffrances. Ainsi il est préférable d’initier des changements grâce à l’éducation et de soulager les coups à travers desquels la société aura à passer.

Nous n’avons tout simplement pas d’autre choix. La nouvelle économie doit peu à peu nous  abaisser à un niveau de consommation équilibrée. 

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 21/10/2011, «Un commandement »

La recette pour sauver l’économie ou comment ne pas périr un par un

Avis : (Rachel Ziemba, Directrice pour les questions macroéconomiques de l’Europe centrale et orientale, du Moyen-Orient et de l’Afrique (CEEMEA), Roubini Global Economics, États-Unis, de voanews.com) : « La récession, qui a fait plonger l’économie américaine, n’est pas le problème d’un seul pays ».

« Ce processus se poursuivra au cours des cinq prochaines années et aura une incidence sur tous les grands pays du monde; la Chine, l’Inde, la Turquie et la Russie ne peuvent pas échapper à la récession des États-Unis et de l’UE (…)  Par une reprise des émeutes au Moyen-Orient, le monde pourrait connaître des problèmes avec l’approvisionnement en pétrole ».

« La recette pour le salut économique est simple : miser sur les technologies, développer intensivement le secteur agricole et la coopération interrégionale ». (…)  Elle sonne déjà comme un leitmotiv afin de développer la coopération entre les pays… »

La crise affecte la santé de la nation

Aux nouvelles (Nouvelles quotidiennes latines des finances) : « Selon un rapport publié dans “The Lancet” , il existe en Grèce des indicateurs qui suggèrent que l’accès aux services de santé s’est aggravé, en particulier dans les groupes vulnérables. Mais elle a aussi augmenté le nombre de gens qui croient que leur santé est “mauvaise”.  Les raisons doivent encore être analysées, mais elles peuvent venir des coupes budgétaires, entre autres ».

« Une autre statistique inquiétante est l’augmentation du nombre de suicides, 17 % en 2009 comparativement à 2007, et des données non officielles soulèvent une augmentation à 25 % de 2009 à 2010.  D’autres données du Ministère Grec de la Santé parlent d’une augmentation de 40 % dans la première moitié de 2011, comparativement à la même période en 2010 ».

« Il a été également vu une augmentation du nombre d’infections par le virus du SIDA (VIH) à la fin 2010.  Des données récentes suggèrent que les nouvelles infections au VIH augmenteront de 52 % en 2011 (922 nouveaux cas par rapport à 605 en 2010).  La moitié de ces cas sont attribuables à l’infection parmi les utilisateurs de drogues intraveineuses, même s’il y a eu une augmentation de la prostitution ainsi que du nombre de femmes atteintes du VIH.  Selon l’Observatoire grec sur les drogues, la prévalence de la consommation d’héroïne a augmenté de 20 % en 2009 ».

Brzezinski prédit des émeutes aux États-Unis

Dr. Michael LaitmanAvis : (Zbigniew Brzezinski , ancien conseiller à la Sécurité nationale du président Jimmy Carter, politologue) : « … Zbigniew Brzezinski, prévoir que l’agitation de la classe moyenne causée par la privation des libertés économiques frappera bientôt l’Amérique ».

« Je ne veux pas être prophète de malheur – je ne pense pas que nous nous approchons de l’apocalypse – je pense que nous allons glisser dans des conflits sociaux plus intenses, avec une hostilité sociale et certaines formes de radicalisme, un sentiment d’injustice va naître, certains vont penser que la société n’est plus juste ».  Brzezinski ajoute que des troubles civils commenceront au moment où la classe moyenne inférieure deviendra gravement touchée par les retombées économiques et la montée du chômage.

L’ex-conseiller de sécurité nationale prévoit « des troubles sérieux internationaux » depuis que les États-Unis, l’Europe et le Japon, les trois piliers traditionnels de la puissance économique mondiale, sont aux prises avec de graves crises financières.

« Toutefois, ce n’est certainement pas la première fois que Brzezinski a dit craindre qu’une rage croissante causée par la privation des libertés économiques et sociales puisse menacer la structure du pouvoir ».

« Brzezinski (…) averti qu’un « éveil politique mondial », comprenant principalement des jeunes des États en développement, menacera de renverser l’ordre international existant ».

« Pour la première fois dans l’histoire humaine, presque toute l’humanité est politiquement active, politiquement consciente et interactive (…)  Le militantisme politique globale résulte d’une forte augmentation dans la quête de dignité personnelle, de respect des cultures et des opportunités économiques dans un monde douloureusement marqué par des souvenirs séculiers de domination coloniale ou impériale » dit Brzezinski à ses collègues élites. »

Mon commentaire : seule la création d’une « table ronde » dans chaque pays, où tous les problèmes pressants de la société seront discutés ouvertement avec des scientifiques, des politiciens, des économistes et des représentants des différents secteurs de la société, quand tous se réuniront pour résoudre des problèmes communs comme les membres d’une famille, ceci permettra de réduire la pression sociale qui menace de se transformer en émeutes, en guerre civile, et même au-delà.

Un rayon d’avenir dans l’obscurité du présent

Dr. Michael LaitmanQuestion: Est-il possible d’avoir une théorie économique universelle pour tout le monde d’aujourd’hui?

Réponse: L’économie est un reflet de nos interconnexions. La science de la Kabbale nous explique essentiellement l’économie, ou comment nous donner les uns aux autres. Lorsque vous prenez soin des autres, je fais un calcul: combien dois-je recevoir d’eux afin de leur donner sans réserve ?

C’est exactement ce que Baal HaSoulam écrit dans les « Écrits de la dernière génération »et de «La Nation »: comment mettre en place les interconnexions correctes , ce que la répartition équitable devrait être, ce qu’est une  consommation équilibrée et comment ne recevoir que les nécessités et mettre tout le reste de vos efforts uniquement à aider les autres.

C’est l’économie. Certes, nous n’avons pas encore appris à le décrire en utilisant des formules comme celle-ci, qui soient claires pour les économistes modernes. Nous manquons nous-mêmes encore de la compréhension et du ressenti des niveaux les plus proches, les plus petits que nous allons monter en faisant la transition de l’économie actuelle capitaliste à l’économie de l’équilibre.

Nous comprenons que le « carburant » spirituel est nécessaire pour cela, car dans le sens matériel chaque personne recevra les nécessités selon sa nature et personne n’aura rien en  excès. Alors qu’est-ce qui motivera les gens? Après tout, le désir égoïste ne disparaît pas, il ne fait que s’accroître, surtout dans le monde spirituel où il est des milliards de fois plus fort. C’est pourquoi c’est là où nous recevons la Lumière supérieure, et pas seulement les «miettes» que nous obtenons ici.

Ainsi, notre problème est la période de transition quand on passe de l’aide des autres pour notre propre intérêt, à notre utilisation pour le bien des autres. Comment puis-je consommer le minimum et avoir du plaisir en donnant sans réserve ? Pour cela j’ai besoin que la Lumière supérieure change ma nature « à l’envers ». Comment puis-je vouloir ceci, comment puis-je demander cette avance, en évitant la souffrance?

Évidemment, la souffrance va nous rendre prêts à faire n’importe quoi. Mais je dois imaginer indépendamment l’image du don sans réserve afin que  l’état actuel me semble pire que la mort. L’avenir doit briller si fort que je veuille désespérément échapper au présent. Là, droit devant, une vie si merveilleuse m’attend que l’existence actuelle perd toute signification. Cela ne dérange que moi et je dois mettre un terme à cela.

Comment pouvons-nous décrire cette image ? D’une part, elle détient une grande souffrance, mais d’un autre côté, c’est la souffrance de l’amour, de l’aspiration à quelque chose de grand. Dans notre monde souvent les gens donnent leur vie entière en vue d’atteindre l’image qu’ils ont peinte pour  eux-mêmes. Une personne peut passer toute sa vie à travailler comme plombier ou électricien. Alors pourquoi les gens courent-ils après quelque chose d’autre? C’est afin de recevoir un supplément, même si au niveau animé, ils n’en ont pas besoin du tout. Ce n’est plus simplement passer des vacances inoubliables, mais une somme dans votre compte bancaire, ce qui vous fait plaisir en soi.

Ainsi, nous ne sommes pas encore en mesure d’expliquer la transition de la souffrance à l’aspiration. Nous n’avons pas une idée de la mesure économique réelle qui sera utilisée parallèlement à l’éducation de la société. C’est ce que nous avons à faire à l’avenir.  

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 18/10/2011, «La paix dans le monde »

Comment faire pour apporter la Lumière à tout le monde

Dr. Michael LaitmanLa structure du monde peut être décrite comme une pyramide avec plusieurs couches. Au-dessus, il y a les gens avec un point dans le cœur. Ces personnes vivaient à travers tous les temps  en aspirant au don sans réserve  car il y a «un point» (un désir spirituel) à l’intérieur de leur «cœur», qui signifie dans le désir de recevoir. Avec l’aide de ces deux « rênes », elles peuvent aller de l’avant en utilisant l’environnement pour invoquer sur eux  l’influence de la force du don sans réserve.

Toutes les autres n’ont aucun point dans le cœur; leurs désirs sont dirigés vers l’auto-plaisir normal. Cependant, après que ceux avec un point dans le cœur sont remplis par  la Lumière, la couche suivante est traversée aussi.

Cette couche est constituée de personnes différentes, incluant des scientifiques qui ne peuvent accepter le message au sujet du monde intégral. Ils voient que nous sommes en droit de leur recherche. Une personne bien informée voit ce qui se passe et comprend la nécessité de maintenir une approche intégrale parce que la nature nous offre cette réalité incontournable. Et il y a des milliers de gens comme ça: scientifiques, économistes, sociologues, politologues, etc. Nous devons coopérer avec eux par tous les moyens.

En dehors de cela, il y a «les riches et les puissants de ce monde», tels que les politiciens et les magnats. Nous ne pouvons que les atteindre indirectement avec l’aide de scientifiques qui confirment le dilemme auquel est confronté le monde: les guerres et les combats mortels d’ un côté et l’unité, par nécessité, de l’autre. C’est de cette façon que nous obtiendrons un autre public qui peut  être abordé: l’élite financière et politique qui a quelque chose à perdre.

En outre, les politiciens et les riches ont un nouveau problème: les gens commencent à les haïr. Après tout, la crise dans  les rues se passe pendant qu’ils sont au volant. Il n’y a pas si longtemps avoir  de la richesse était cause de respect, mais maintenant, la richesse est devenue détestable. Ce phénomène va s’intensifier jusqu’à la brutalité, et ils ressentiront sa lourde  pression.

En collaboration avec des scientifiques, nous pouvons leur proposer une solution : parce qu’il n’y a pas d’autre choix, il est nécessaire de commencer par des changements graduels dans la société. Ne pas faire de mouvements brusques, seulement introduire l’éducation mondiale. C’est essentiel aujourd’hui.

De cette façon, nous pouvons atteindre la couche principale de la pyramide: le public, les masses, qui ont besoin de « s’assoir à des pupitres scolaires », ce qui signifie qu’on leur a  présenté un système d’éducation au sujet des lois du nouveau monde. Cela pourrait être fait facilement parce que le chômage atteindra des niveaux sans précédent très bientôt, et l’économie va s’arrêter, à l’exception des mécanismes pour subvenir aux besoins fondamentaux. Beaucoup de gens ont déjà arrêté de dépenser de l’argent pour  le luxe. Un grand nombre de gens seront laissés sans rien faire, et ils devront être envoyés  en étude. Pour eux, ce sera un travail aussi bien. Une personne travaillant dans la sphère des besoins de base ne sera pas différente de toute personne recevant une éducation globale.

Peu à peu, un nouveau système sera construit. Supposons que tout le monde travaillera  une demi-journée, et l’autre moitié de la journée sera consacrée aux études, et de cela, un salaire sera comptabilisé. Une telle pyramide sera en phase avec les exigences du réseau global en pleine évolution dans le monde. 

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 07/10/2011, « un commandement ».

Exiger du pain et l’éducation

Dr. Michael LaitmanNotre objectif principal est maintenant de ne pas effacer les différences entre les couches riches et les plus pauvres de la population. C’est l’objectif pour l’avenir.

En ce moment, nous faisons  face à deux problèmes urgents: la première consiste à élever le niveau de vie de chacun au-dessus du seuil de pauvreté, et la seconde est d’obliger tout le monde à apprendre sur la garantie mutuelle, le nouveau monde, la nouvelle économie, les nouvelles relations entre les gens, et les changements que la nature nous oblige à faire. Il faut construire une université qui enseigne ces choses, et y étudier doit être obligatoire, comme c’est obligatoire pour les enfants d’obtenir un diplôme d’études secondaires.

Je considère que ces deux conditions sont essentielles. Après tout, il est écrit: «S’il n’y a pas de farine, il n’y a pas de Torah. » Mais d’un autre côté, s’il n’y a pas de Torah (la connaissance du nouveau monde), il n’y a pas de farine. Pour cette raison, les gens doivent être éduqués et recevoir de la farine, ce qui signifie des revenus nécessaires. Pour l’instant, c’est tout ce qui doit être fait.

Je me suis souvent demandé quels conseils pratiques peuvent être donnés à une personne qui a suffisamment souffert et est prête à accepter la garantie mutuelle. Comment une telle personne entre-t-elle dans un nouveau monde? Ceci n’est possible que par l’éducation progressive d’une personne. Nous ne pouvons pas nous réveiller demain et, par miracle, être dans un nouveau monde. Tout commence avec la correction intérieure d’une personne. Elle  doit apprendre à changer grâce à l’étude et à son environnement. Si de nombreuses personnes étudient, elles viendront à cet état par elles-mêmes en se corrigeant et en s’influençant mutuellement.

C’est le devoir du gouvernement, d’abord et avant tout, de  fournir à la nation la farine et l’éducation. La nation doit exiger que le gouvernement rehausse tous les revenus au-dessus du niveau de pauvreté et éduque tout le monde dans l’esprit de la garantie mutuelle. Sans ces deux choses, nous ne serons pas en mesure d’aller de l’avant.

Je ne sais pas où le gouvernement va trouver le financement nécessaire. Le gouvernement pourrait prendre aux riches ou commencer à épargner pour cela en réduisant les dépenses des  représentants du gouvernement, c’est à eux de décider. Voyons le calcul de la somme d’argent nécessaire. Ce n’est peut être pas une si grande somme. D’une façon ou d’une autre, le gouvernement doit fournir à la nation les nécessités. Il ne sera pas en mesure de jouer avec des gens comme cela a été fait dans le passé, donc il serait préférable de commencer à planifier à l’avance.

Je ne pense pas que cela pourrait être un montant d’argent irréaliste. Ils devraient le calculer et comprendre quels  impôts doivent être augmentés  et lesquels  devraient être abaissés. Il peut y avoir besoin d’une nouvelle taxe pour tout le monde, sauf pour ceux en dessous du seuil de pauvreté. Cela doit être fait. Comment cela pourrait-il être que des  gens n’aient pas assez de nourriture?

Il est également nécessaire d’enseigner aux gens comment gérer un ménage à travers des programmes de télévision ou des ateliers. Peu importe leur revenu, les gens ne peuvent pas vivre sans réfléchir et faire ce qu’ils veulent. Les gens doivent apprendre à gérer leurs budgets. Assez souvent, les gens ne savent pas comment faire cela.

Il y a des spécialistes, des scientifiques, des économistes et des psychologues qui peuvent expliquer la façon de bien gérer l’argent. Si on a une certaine somme d’argent pour une famille pour vivre pendant un mois, ces spécialistes peuvent calculer combien pourrait être dépensé et sur quoi. Il s’agit d’une discipline scolaire entière appelée la science de la famille et du consommateur.

Les gens vont écouter et devenir progressivement inspirés, ils vont soudain avoir une attitude différente envers la vie. Après tout, les gens ne pensent pas trop sur ce qui va leur arriver demain. Nous ne le sentons pas, et on ne nous l’enseigne pas. Nos écoles sont si éloignés de la vraie vie qu’ils n’enseignent pas les choses nécessaires, comme la façon de traiter les gens, votre futur mari, femme et enfants ou comment gérer un ménage de sorte qu’il y ait assez d’argent pour le mois. Toutes ces choses doivent être apprises.

Du cours quotidien de Kabbale du 02/10/2011,  Shamati # 219