Category Archives: Société

Brzezinski prédit des émeutes aux États-Unis

Dr. Michael LaitmanAvis : (Zbigniew Brzezinski , ancien conseiller à la Sécurité nationale du président Jimmy Carter, politologue) : « … Zbigniew Brzezinski, prévoir que l’agitation de la classe moyenne causée par la privation des libertés économiques frappera bientôt l’Amérique ».

« Je ne veux pas être prophète de malheur – je ne pense pas que nous nous approchons de l’apocalypse – je pense que nous allons glisser dans des conflits sociaux plus intenses, avec une hostilité sociale et certaines formes de radicalisme, un sentiment d’injustice va naître, certains vont penser que la société n’est plus juste ».  Brzezinski ajoute que des troubles civils commenceront au moment où la classe moyenne inférieure deviendra gravement touchée par les retombées économiques et la montée du chômage.

L’ex-conseiller de sécurité nationale prévoit « des troubles sérieux internationaux » depuis que les États-Unis, l’Europe et le Japon, les trois piliers traditionnels de la puissance économique mondiale, sont aux prises avec de graves crises financières.

« Toutefois, ce n’est certainement pas la première fois que Brzezinski a dit craindre qu’une rage croissante causée par la privation des libertés économiques et sociales puisse menacer la structure du pouvoir ».

« Brzezinski (…) averti qu’un « éveil politique mondial », comprenant principalement des jeunes des États en développement, menacera de renverser l’ordre international existant ».

« Pour la première fois dans l’histoire humaine, presque toute l’humanité est politiquement active, politiquement consciente et interactive (…)  Le militantisme politique globale résulte d’une forte augmentation dans la quête de dignité personnelle, de respect des cultures et des opportunités économiques dans un monde douloureusement marqué par des souvenirs séculiers de domination coloniale ou impériale » dit Brzezinski à ses collègues élites. »

Mon commentaire : seule la création d’une « table ronde » dans chaque pays, où tous les problèmes pressants de la société seront discutés ouvertement avec des scientifiques, des politiciens, des économistes et des représentants des différents secteurs de la société, quand tous se réuniront pour résoudre des problèmes communs comme les membres d’une famille, ceci permettra de réduire la pression sociale qui menace de se transformer en émeutes, en guerre civile, et même au-delà.

Un rayon d’avenir dans l’obscurité du présent

Dr. Michael LaitmanQuestion: Est-il possible d’avoir une théorie économique universelle pour tout le monde d’aujourd’hui?

Réponse: L’économie est un reflet de nos interconnexions. La science de la Kabbale nous explique essentiellement l’économie, ou comment nous donner les uns aux autres. Lorsque vous prenez soin des autres, je fais un calcul: combien dois-je recevoir d’eux afin de leur donner sans réserve ?

C’est exactement ce que Baal HaSoulam écrit dans les « Écrits de la dernière génération »et de «La Nation »: comment mettre en place les interconnexions correctes , ce que la répartition équitable devrait être, ce qu’est une  consommation équilibrée et comment ne recevoir que les nécessités et mettre tout le reste de vos efforts uniquement à aider les autres.

C’est l’économie. Certes, nous n’avons pas encore appris à le décrire en utilisant des formules comme celle-ci, qui soient claires pour les économistes modernes. Nous manquons nous-mêmes encore de la compréhension et du ressenti des niveaux les plus proches, les plus petits que nous allons monter en faisant la transition de l’économie actuelle capitaliste à l’économie de l’équilibre.

Nous comprenons que le « carburant » spirituel est nécessaire pour cela, car dans le sens matériel chaque personne recevra les nécessités selon sa nature et personne n’aura rien en  excès. Alors qu’est-ce qui motivera les gens? Après tout, le désir égoïste ne disparaît pas, il ne fait que s’accroître, surtout dans le monde spirituel où il est des milliards de fois plus fort. C’est pourquoi c’est là où nous recevons la Lumière supérieure, et pas seulement les «miettes» que nous obtenons ici.

Ainsi, notre problème est la période de transition quand on passe de l’aide des autres pour notre propre intérêt, à notre utilisation pour le bien des autres. Comment puis-je consommer le minimum et avoir du plaisir en donnant sans réserve ? Pour cela j’ai besoin que la Lumière supérieure change ma nature « à l’envers ». Comment puis-je vouloir ceci, comment puis-je demander cette avance, en évitant la souffrance?

Évidemment, la souffrance va nous rendre prêts à faire n’importe quoi. Mais je dois imaginer indépendamment l’image du don sans réserve afin que  l’état actuel me semble pire que la mort. L’avenir doit briller si fort que je veuille désespérément échapper au présent. Là, droit devant, une vie si merveilleuse m’attend que l’existence actuelle perd toute signification. Cela ne dérange que moi et je dois mettre un terme à cela.

Comment pouvons-nous décrire cette image ? D’une part, elle détient une grande souffrance, mais d’un autre côté, c’est la souffrance de l’amour, de l’aspiration à quelque chose de grand. Dans notre monde souvent les gens donnent leur vie entière en vue d’atteindre l’image qu’ils ont peinte pour  eux-mêmes. Une personne peut passer toute sa vie à travailler comme plombier ou électricien. Alors pourquoi les gens courent-ils après quelque chose d’autre? C’est afin de recevoir un supplément, même si au niveau animé, ils n’en ont pas besoin du tout. Ce n’est plus simplement passer des vacances inoubliables, mais une somme dans votre compte bancaire, ce qui vous fait plaisir en soi.

Ainsi, nous ne sommes pas encore en mesure d’expliquer la transition de la souffrance à l’aspiration. Nous n’avons pas une idée de la mesure économique réelle qui sera utilisée parallèlement à l’éducation de la société. C’est ce que nous avons à faire à l’avenir.  

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 18/10/2011, «La paix dans le monde »

Comment faire pour apporter la Lumière à tout le monde

Dr. Michael LaitmanLa structure du monde peut être décrite comme une pyramide avec plusieurs couches. Au-dessus, il y a les gens avec un point dans le cœur. Ces personnes vivaient à travers tous les temps  en aspirant au don sans réserve  car il y a «un point» (un désir spirituel) à l’intérieur de leur «cœur», qui signifie dans le désir de recevoir. Avec l’aide de ces deux « rênes », elles peuvent aller de l’avant en utilisant l’environnement pour invoquer sur eux  l’influence de la force du don sans réserve.

Toutes les autres n’ont aucun point dans le cœur; leurs désirs sont dirigés vers l’auto-plaisir normal. Cependant, après que ceux avec un point dans le cœur sont remplis par  la Lumière, la couche suivante est traversée aussi.

Cette couche est constituée de personnes différentes, incluant des scientifiques qui ne peuvent accepter le message au sujet du monde intégral. Ils voient que nous sommes en droit de leur recherche. Une personne bien informée voit ce qui se passe et comprend la nécessité de maintenir une approche intégrale parce que la nature nous offre cette réalité incontournable. Et il y a des milliers de gens comme ça: scientifiques, économistes, sociologues, politologues, etc. Nous devons coopérer avec eux par tous les moyens.

En dehors de cela, il y a «les riches et les puissants de ce monde», tels que les politiciens et les magnats. Nous ne pouvons que les atteindre indirectement avec l’aide de scientifiques qui confirment le dilemme auquel est confronté le monde: les guerres et les combats mortels d’ un côté et l’unité, par nécessité, de l’autre. C’est de cette façon que nous obtiendrons un autre public qui peut  être abordé: l’élite financière et politique qui a quelque chose à perdre.

En outre, les politiciens et les riches ont un nouveau problème: les gens commencent à les haïr. Après tout, la crise dans  les rues se passe pendant qu’ils sont au volant. Il n’y a pas si longtemps avoir  de la richesse était cause de respect, mais maintenant, la richesse est devenue détestable. Ce phénomène va s’intensifier jusqu’à la brutalité, et ils ressentiront sa lourde  pression.

En collaboration avec des scientifiques, nous pouvons leur proposer une solution : parce qu’il n’y a pas d’autre choix, il est nécessaire de commencer par des changements graduels dans la société. Ne pas faire de mouvements brusques, seulement introduire l’éducation mondiale. C’est essentiel aujourd’hui.

De cette façon, nous pouvons atteindre la couche principale de la pyramide: le public, les masses, qui ont besoin de « s’assoir à des pupitres scolaires », ce qui signifie qu’on leur a  présenté un système d’éducation au sujet des lois du nouveau monde. Cela pourrait être fait facilement parce que le chômage atteindra des niveaux sans précédent très bientôt, et l’économie va s’arrêter, à l’exception des mécanismes pour subvenir aux besoins fondamentaux. Beaucoup de gens ont déjà arrêté de dépenser de l’argent pour  le luxe. Un grand nombre de gens seront laissés sans rien faire, et ils devront être envoyés  en étude. Pour eux, ce sera un travail aussi bien. Une personne travaillant dans la sphère des besoins de base ne sera pas différente de toute personne recevant une éducation globale.

Peu à peu, un nouveau système sera construit. Supposons que tout le monde travaillera  une demi-journée, et l’autre moitié de la journée sera consacrée aux études, et de cela, un salaire sera comptabilisé. Une telle pyramide sera en phase avec les exigences du réseau global en pleine évolution dans le monde. 

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 07/10/2011, « un commandement ».

Exiger du pain et l’éducation

Dr. Michael LaitmanNotre objectif principal est maintenant de ne pas effacer les différences entre les couches riches et les plus pauvres de la population. C’est l’objectif pour l’avenir.

En ce moment, nous faisons  face à deux problèmes urgents: la première consiste à élever le niveau de vie de chacun au-dessus du seuil de pauvreté, et la seconde est d’obliger tout le monde à apprendre sur la garantie mutuelle, le nouveau monde, la nouvelle économie, les nouvelles relations entre les gens, et les changements que la nature nous oblige à faire. Il faut construire une université qui enseigne ces choses, et y étudier doit être obligatoire, comme c’est obligatoire pour les enfants d’obtenir un diplôme d’études secondaires.

Je considère que ces deux conditions sont essentielles. Après tout, il est écrit: «S’il n’y a pas de farine, il n’y a pas de Torah. » Mais d’un autre côté, s’il n’y a pas de Torah (la connaissance du nouveau monde), il n’y a pas de farine. Pour cette raison, les gens doivent être éduqués et recevoir de la farine, ce qui signifie des revenus nécessaires. Pour l’instant, c’est tout ce qui doit être fait.

Je me suis souvent demandé quels conseils pratiques peuvent être donnés à une personne qui a suffisamment souffert et est prête à accepter la garantie mutuelle. Comment une telle personne entre-t-elle dans un nouveau monde? Ceci n’est possible que par l’éducation progressive d’une personne. Nous ne pouvons pas nous réveiller demain et, par miracle, être dans un nouveau monde. Tout commence avec la correction intérieure d’une personne. Elle  doit apprendre à changer grâce à l’étude et à son environnement. Si de nombreuses personnes étudient, elles viendront à cet état par elles-mêmes en se corrigeant et en s’influençant mutuellement.

C’est le devoir du gouvernement, d’abord et avant tout, de  fournir à la nation la farine et l’éducation. La nation doit exiger que le gouvernement rehausse tous les revenus au-dessus du niveau de pauvreté et éduque tout le monde dans l’esprit de la garantie mutuelle. Sans ces deux choses, nous ne serons pas en mesure d’aller de l’avant.

Je ne sais pas où le gouvernement va trouver le financement nécessaire. Le gouvernement pourrait prendre aux riches ou commencer à épargner pour cela en réduisant les dépenses des  représentants du gouvernement, c’est à eux de décider. Voyons le calcul de la somme d’argent nécessaire. Ce n’est peut être pas une si grande somme. D’une façon ou d’une autre, le gouvernement doit fournir à la nation les nécessités. Il ne sera pas en mesure de jouer avec des gens comme cela a été fait dans le passé, donc il serait préférable de commencer à planifier à l’avance.

Je ne pense pas que cela pourrait être un montant d’argent irréaliste. Ils devraient le calculer et comprendre quels  impôts doivent être augmentés  et lesquels  devraient être abaissés. Il peut y avoir besoin d’une nouvelle taxe pour tout le monde, sauf pour ceux en dessous du seuil de pauvreté. Cela doit être fait. Comment cela pourrait-il être que des  gens n’aient pas assez de nourriture?

Il est également nécessaire d’enseigner aux gens comment gérer un ménage à travers des programmes de télévision ou des ateliers. Peu importe leur revenu, les gens ne peuvent pas vivre sans réfléchir et faire ce qu’ils veulent. Les gens doivent apprendre à gérer leurs budgets. Assez souvent, les gens ne savent pas comment faire cela.

Il y a des spécialistes, des scientifiques, des économistes et des psychologues qui peuvent expliquer la façon de bien gérer l’argent. Si on a une certaine somme d’argent pour une famille pour vivre pendant un mois, ces spécialistes peuvent calculer combien pourrait être dépensé et sur quoi. Il s’agit d’une discipline scolaire entière appelée la science de la famille et du consommateur.

Les gens vont écouter et devenir progressivement inspirés, ils vont soudain avoir une attitude différente envers la vie. Après tout, les gens ne pensent pas trop sur ce qui va leur arriver demain. Nous ne le sentons pas, et on ne nous l’enseigne pas. Nos écoles sont si éloignés de la vraie vie qu’ils n’enseignent pas les choses nécessaires, comme la façon de traiter les gens, votre futur mari, femme et enfants ou comment gérer un ménage de sorte qu’il y ait assez d’argent pour le mois. Toutes ces choses doivent être apprises.

Du cours quotidien de Kabbale du 02/10/2011,  Shamati # 219

La crise économique est comme une porte vers le nouveau monde

Dr. Michael LaitmanQuestion: L’économie moderne mesure la prospérité économique en utilisant des indicateurs réels et des index. L’économie de la période de transition a-t-elle sa propre norme, un «indice de garantie mutuelle? » Comment allons-nous la mesurer?

Réponse: Ce sera également mesurée par l’argent. L’argent (Kessef en hébreu) ​​signifie ce qui recouvre (Kissiuf), l’écran.

Question: Qui va déterminer cet indice?

Réponse: Un organisme de réglementation unique qui fonctionne selon les besoins et aussi selon le niveau auquel  tout le monde est capable de se connecter dans l’équivalence de forme. Il se peut très bien qu’il soit déjà possible d’en écrire maintenant la formule. Ces choses ne sont pas farfelues.

Premièrement, nous devons trouver les bons mots et écrire plusieurs articles sur l’essence de l’économie actuelle, sur son histoire et sa base, et sur la fondation sur laquelle la connexion mutuelle entre les peuples est construite. Après tout, l’économie est l’expression de nos connexions, de notre égoïsme. Mais avec elle, sont également liés la politique et les sentiments, la publicité et les mensonges du monde moderne. L’économie n’est pas une science exacte car elle englobe les sentiments humains et les connexions entre les gens.

Si l’économie ne comprenait pas nos sensations, si elle ne reflétait que des revenus et des dépenses, nous n’aurions pas eu à faire face à des crises ni à aucun problème. Cependant, comme le Baal HaSoulam  l’écrit dans l’article «La paix dans le monde », nous ne pouvons pas mesurer les efforts, le succès, la satisfaction, et les relations humaines par l’argent seulement. Par exemple, je ne veux pas travailler avec quelqu’un, même pour un millier de dollars par jour, et je suis prêt à travailler avec quelqu’un d’autre pour cinquante dollars.

Nous ne sommes pas des machines, et donc l’économie n’est pas une science exacte, mais plutôt quelque chose entre les deux. Nous mesurons ce que nous pouvons, mais assez souvent notre ego gâche les calculs «rigides», et nous ne pouvons pas faire face à cela.

Ceci est fait à dessein. Le Créateur « nous fait trébucher » dès le tout début: nous sommes créés différents, et nous ne pouvons pas  nous mesurer les uns les autres par un étalon. C’est de  là que proviennent nos problèmes économiques.

Quand serons-nous capables de bâtir l’économie idéale? Quand nous serons capables de mesurer nos désirs et nos passions, tous les aspects de notre monde intérieur. C’est pourquoi nous voyons que les économistes ne sont rien sans les kabbalistes. Travaillant seuls, ils ne  font que tout gâcher.

Par conséquent, nous devons leur montrer qu’il est possible de créer un nouveau système de mesure. Premièrement, nous devons écrire une série d’articles sur l’économie comme le reflet de nos relations, y compris émotionnelles. Cette justification psychologique nous permettra d’amener en douceur le lecteur à la Kabbale.

Ce n’est pas par hasard si  la crise économique est devenue une sorte de «porte» vers le nouveau monde.  Elle reflète l’image de notre monde de la manière la plus complète, et par là nous ressentirons ce qui nous manque pour survivre et nous sauver nous-mêmes.

Et ce qui nous manque, c’est la garantie mutuelle. Qu’est-ce que c’est? La garantie mutuelle compense les facteurs humains que l’économie ne parvient pas à prendre en compte. Il est impossible de les mesurer avec de l’argent, mais nous pouvons combler cette lacune à l’avance. Il n’est pas clair pourquoi une personne doit recevoir deux kilos d’épanouissement, l’autre un kilo, tandis que le troisième un kilo et demi. L’économie ne peut pas fournir une réponse à cette question, mais nous compensons ses déficiences à l’aide de la puissance spirituelle. Lorsque nous nous élevons au-dessus de tous nos désirs, qui sont si différents, nous les remplissons avec un calcul plus élevé, qui va devenir une caractéristique déterminante de la future économie.

Ainsi, nous complétons l’économie financière avec l’économie de la Gematria. Selon elle, si une personne s’exerce un maximum en fonction des attributs qu’elle a reçus  du Créateur, elle est dans un système avec tous les autres, aux fins de correction. Que vous le vouliez ou non, vous ne serez pas en mesure de calculer  correctement quoi que ce soit de toute autre manière. La crise se fera sentir jusqu’à la fin de la correction, jusqu’à ce que la compensation affective basée sur la connexion mutuelle compense à 100% toutes les différences économiques.

Un de mes voisins reçoit plus que moi, une autre reçoit moins, et un tiers reçoit quelque chose de totalement différent. En les regardant, je dois compenser toutes ces différences par mon attitude. Ainsi, l’économie matérielle et l’économie des écrans vont se compléter mutuellement. Les deux comptes-le corporel et le spirituel-deviendront unique et se compléteront totalement l’un par l’autre.

C’est pourquoi l’humanité ne sera pas en mesure de supporter la crise économique. Et ce n’est pas sur le fait qu’elle concerne une pénurie alimentaire, c’est parce que les différences entre les gens sont révélées ici. Nous voyons cela comme l’écart entre les riches et les pauvres, mais essentiellement, c’est la manifestation de la nécessité de compenser, pour réconcilier les gens. Nous sommes à la recherche d’une opportunité pour compenser nos différences innées afin que chacun puisse être debout égalitairement aux autres. C’est ce que la crise économique  nous révèle. 

 Du cours quotidien de Kabbale du  02/10/2011, Shamati # 219

Le monde se réveille

Dr. Michael LaitmanQuestion: Les gens autour du monde se réveillent et commencent à parler d’unité. Pourquoi cela arrive-t-il ?

Réponse: Cela découle de la sensation intérieure. Une personne peut étudier pendant dix ans, entendre parler quotidiennement de l’importance de l’unité, et pourtant tout cela reste vain. Si elle n’en ressent pas le besoin, elle n’entendra rien.

Mais soudain, l’homme commence à le comprendre de l’intérieur, naturellement. De façon inattendue, il commence à réaliser que nous sommes tous reliés entre nous, que nous avons besoin de justice sociale et d’une répartition égale, et que nous devons tous atteindre l’équilibre entre nous et avec la nature. Sinon, nos vies sont finies.

Aujourd’hui, quelques milliers d’hommes dérangés tarissent les dernières ressources de la terre et avec l’aide de la publicité nous forcent à acheter ce qu’ils fabriquent dans le seul but d’ajouter un autre zéro à leur compte bancaire. Et nous suivons leurs directives comme d’humbles esclaves : nous poursuivons les biens matériels.

Assez de cela, tout s’effondre. Nous mûrissons car notre désir de recevoir grandit sur une base quotidienne, et comme il  se développe, il  commence à poser des questions : « Quel est le but de ma vie ? Qu’est-ce qui m’arrive? Pourquoi dois-je souffrir? Pourquoi ne puis-je atteindre la satisfation ? »

Le taux de chômage aux Etats-Unis a considérablement augmenté ; il frappe entre autres surtout les jeunes qui ont du mal à trouver du travail. Il y a un énorme fossé entre les riches qui travaillent à Wall Street et la jeune génération. À l’âge de 20-25 ans une personne ne voit aucun avenir devant elle. Sans travail, elle ne veut pas se marier et donner naissance à des enfants. Quelle sorte d’avenir attend ses enfants, si ses propres perspectives sont sombres ?

Un éveil spontané a lieu. Les gens sortent dans la rue pour manifester, en raison de leurs pulsions intérieures, ils ne peuvent tout simplement pas rester dans leurs maisons. C’est l’anarchie pure: une personne ne sait pas ce qui va lui arriver demain ou même dans la seconde suivante, et voilà comment elle se calme et se débarrasse des émotions négatives. Sa nature l’oblige à le faire. Les gens commencent à protester sans avoir une vue claire de la situation, sans connaître leur but, sans préparation d’un programme. Ils se sentent tout simplement mal.

Progressivement, les hauts et les bas de la vie les obligent à s’assagir et ils commencent à comprendre ce qui se passe réellement.

Le monde entier se réveille aujourd’hui. Nous allons voir ce qui va arriver en Chine, au  Japon et en Inde. … Le monde devient «rond». Les gens par nature  demandent un changement. Intuitivement, ils sentent qu’ils doivent être connectés, qu’ils doivent être en équilibre entre eux et avec la Nature. C’est ainsi que la Force universelle générale se révèle: inconsciemment nous ressentons soudain que c’est exactement ce qui nous manque.

Et puis tout le monde commence à s’opposer à l’inégalité et à demander quelque chose : les mères célibataires, les retraités, les médecins et les enseignants. Ce n’est pas une coïncidence. C’est une tendance générale, une demande commune pour l’équilibre. Quelqu’un se sent bien, quelqu’un d’autre se sent mal, et nous voulons que tout le monde obtienne une part égale. La puissance de l’unité et une nouvelle approche qui nous obligent à penser de cette façon, se révèlent de plus en plus dans notre monde intégral.

La question est de savoir comment atteindre cet état? Seule la sagesse de la Kabbale offre une solution. Elle explique comment réaliser une distribution équitable, un équilibre des gains, et être indemnisé pour les dommages causés par notre égoïsme.

L’homme veut toujours être plus que tout le monde ;  il veut atteindre, avancer. Donc, si nous venons tous à un état ​​où tout le monde ne reçoit que des choses essentielles, qu’y aura-t-il pour nous ensuite ? Comment pouvons-nous rembourser les gens pour ce qu’ils ont perdu? La Kabbale explique que cela n’est possible que grâce à l’ascension spirituelle quand notre corps physique ne reçoit qu’autant qu’il a besoin, et que le reste est utilisé pour développer l’âme. 

De la 5ème partie du cours quotidien de  Kabbale du 07/10/2011  , «Un commandement »

Jusqu’à la fin de l’intermède

Dr. Michael LaitmanAlors que des crises économiques graves ont lieu, nous diffusons cette connaissance sans prétention, nous nous préparons, nous construisons une organisation avec tous ses départements, et travaillons sur le matériel. Pour l’instant, nous allons essayer d’agir comme nous pouvons à travers nos groupes et les personnes qui nous rejoignent.

Mais les possibilités de diffusion réelle seront ouvertes lorsque l’économie s’effondra, lorsque le monde sera vraiment dans le besoin. Il est inutile de sortir avant que le signal du Créateur, parce que nous ne serons pas entendus de toute façon.

Tout d’abord, le style de vie ancien doit s’effondrer pour que les gens comprennent que nous ne serons pas capables de survivre dans ce système égoïste, selon la méthode actuelle, avec nos relations économiques et humaines actuelles. Troubles et émeutes populaires se déroulent dans le monde entier, les gouvernements perdent le contrôle de la situation, et la Banque mondiale va perdre le contrôle sur les finances. Les banques, les prêts, le crédit, et tout le reste vont cesser de fonctionner et peineront à nous fournir l’occasion d’acheter de la nourriture et gagner le minimum. Il y aura une stagnation économique, ce qui rendra tout le monde égal et poussera tout le monde en dessous du seuil de pauvreté.

À ce moment, il sera possible de parler au peuple, ou peut-être un peu avant cette date. Mais sans la crise, il n’y aura aucune possibilité de sortir dans la rue et annoncer l’idée de garantie mutuelle. Nous savons que le Baal HaSoulam tenta de le faire aussi dans les conditions d’une guerre imminente et tous les problèmes qui y sont associés. Mais les gens ne le sentaient pas encore dans leurs poches, et c’est pourquoi rien ne les dérangeait.

La même chose se passe aujourd’hui: les gens sont disposés à écouter seulement à l’ampleur des problèmes qu’ils rencontrent dans leurs poches. Jusqu’à présent, les manifestations viennent originalement de Wall Street et d’autres endroits, mais sans aucun doute, ils gagneront leur force entière au cours de cette année.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 02/10/2011, Shamati # 219

Comment devenir le joyau de la nature

Aujourd’hui, nous découvrons que l’information circule instantanément. Par ailleurs, certaines actions physiques surviennent aussi instantanément, et non seulement avec la vitesse de la lumière, du son, etc. En d’autres termes, toute la nature est unie.

S’il en est ainsi, alors que je me développe, je parviens à un état où je dois participer consciemment à cette unité, l’examiner, être d’accord avec elle, et raisonnablement y participer. Je dois voir où j’entre en jeux, sans être une partie intégrale, c’est-à-dire, je dois voir où je désire être un égoïste, où je ne souhaite recevoir que pour moi-même, et où, je ne prends pas en considération mes proches et mon entourage plus lointain.

Evidemment, la nature me pousse à réaliser que je suis entièrement interconnecté avec elle. Elle souhaite que je réalise l’existence de cette unité et que j’y participe consciemment. C’est pourquoi je fais l’expérience et continuerai toujours à faire l’expérience de crises – mon manque de correspondance à ces conditions.

La nature nous révèle cela, comme un ensemble et semble dire : « C’est le cercle proche dans lequel vous devez maintenant vous intégrer, avec lequel vous devez être entièrement interconnectés. En ce moment précis, vous ne sentez pas que vous êtes en équilibre, en connexion, et en harmonie avec elle, et vous devez le révéler. « Ainsi, elle m’oblige à le faire en créant diverses mauvaises circonstances. J’ai des problèmes avec moi-même, mes enfants, mes conditions de vie, la santé, l’écologie, et tout le reste.

La nature m’y contraint par tous les moyens. Il s’agit d’une crise multiforme. Ce n’est pas seulement une crise économique, mais une crise touchant à tout ce que je fais et touchant à tout ce qui est interconnecté à moi. La nature est en train de me montrer, de me démontrer, que je ne suis ni global ni intégral dans le champ étroit, où j’existe maintenant. Dès que je deviens plus interconnecté avec elle, la nature me montrera alors un champ plus large, où je sentirai que je suis à nouveau dans une crise.

Toutefois, ce n’est pas une autre crise qui surviendra dans deux ans. Ce sera simplement la révélation d’un champ plus vaste, avec lequel je dois aussi former une connexion intégrale.

Je corrige certaines parties (avec d’autres personnes, le niveau minéral, végétal, et animal, etc). Je semble parvenir à un certain repos ou équilibre avec la nature, et soudain, voilà!, Une autre crise. Mais ce n’est pas une crise. La Nature me développe tout simplement ainsi. Elle veut me transformer en un élément conscient de sorte que je commence à participer consciemment à son intégration. Pour quoi faire ? Pour qu’ainsi, j’arrive à la connaître, et que je devienne vraiment sa couronne, son fruit.

Aujourd’hui, nous voyons que l’homme est l’élément le plus complet dans l’univers. Pourtant, il passe à côté d’un aspect : Il ne comprend pas où il est, il ne saisit pas cette entière interaction, et ne s’inclut pas en elle. En ce moment, la nature commence à nous développer vers cet état spécifique, et nous voyons cela dans la pratique.

Du discours sur l’éducation globale 07/09/2011

Guides à la traîne

Question: Comment peut-on expliquer notre point de vue de la crise et la juste répartition vers les masses? Après tout, elles le considèrent comme une utopie.

Réponse:
Nous n’aurons pas à attendre longtemps. Les gens qui comprennent l’économie et la situation internationale sont profondément inquiets de ce qui se passe actuellement. Ils tremblent à l’intérieur quand ils voient ce qui se passe. Si une personne normale se trouvait elle-même dans un état similaire, cela changerait sa façon de penser.

Nous sommes proches d’un état désespéré. Deux crises, économiques et écologiques, nous poussent vers un piège. À cet égard, la gouvernance supérieure ne nous laisse pas de libre choix. Une personne avec un point dans le cœur est portée vers la sagesse de la Kabbale à travers la souffrance, et alors seulement, elle commencera à choisir. D’autre part, les masses sont toujours poussées par les catastrophes.

Et c’est pourquoi tout dépend de vous. Dès que vous commencez à réaliser ce qui vous est confié, les catastrophes cesseront, et nous allons commencer à atteindre un équilibre avec la Nature. Et puis l’écologie vous surprendra également agréablement puisque vous dévoilerez de nouvelles forces dans la nature.

Naturellement, nous souhaitons accélérer le processus. Et je suis optimiste à ce sujet parce que chaque jour je regarde les spécialistes économiques et financiers, ainsi que des scientifiques, décrivant la situation d’une manière plus harmonieuse.

Nous sommes ceux qui sont à la traine, derrière le rythme de développement, ceux qui doivent diffuser le message d’unité à travers le monde. Et nous sommes très en retard. C’est ce qui me fait peur.

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 06.10.2011 « la paix dans le monde »

Aoors vous sortez pour protester? Vous avez un message!

Dr. Michael LaitmanQuestion: Le 15 Octobre il y aura des manifestations de protestation sociale qui se tiendront partout dans le monde. Quelles actions doit-on faire en réponse?

Réponse: Tout d’abord, nous ne pouvons pas rester à l’écart, loin du monde, et nous ne pouvons pas nous éloigner des gens. Il est écrit: «J’habite au milieu de mon peuple. » Tout au long des siècles les kabbalistes étaient tenus au courant de tout ce qui se passait, sont restés néanmoins à l’arrière plan.

Sentant l’humeur du public et le processus qui se produit dans la société, ils ont modernisé la science de la Kabbale en conséquence. Après tout, l’objectif de la Kabbale est de révéler la force supérieure dans ce monde. Quand elle se manifeste parmi nous, à l’intérieur de nous, alors nous atteignons la perfection.

C’est pourquoi nous allons à des manifestations en collaboration avec les gens. Et il est préférable que les gens ne nous ressentent pas et ne nous reconnaissent pas lors de ces manifestations. Après tout, une manifestation n’est pas un endroit pour donner des explications. Nous devons seulement distribuer nos documents, qui doivent être pensés et vérifiés à l’avance. Laissons nos tracts trouver leur chemin à travers différents pays et dans différentes langues. En eux, les gens vont lire au sujet des vrais problèmes et de leur solution, et ils y trouveront également un lien vers notre site, qui fournit des explications développées et détaillées.

Il est très important d’utiliser des citations des scientifiques qui soutiennent notre point de vue. Leur avis doit être mis en évidence sur les pages de nos sites.

Ainsi, lors de manifestations nous ne devons  pas sympathiser avec les personnes ou nous identifier avec quiconque, mais simplement donner des dépliants. Nous enveloppons de ce fait les masses avec nos informations, au lieu de perdre du temps avec des conversations personnelles. Dans ces circonstances, c’est tout ce qui est exigé de nous. Tout le reste appartient à des tables rondes, des discussions et des clarifications, qui sont des formes qui ne sont pas appropriées dans ce cas. Donner à une personne notre dépliant, laissez-la le mettre dans sa poche ou dans son sac à main, et dans un jour ou deux, elle nous trouvera.

Ainsi, nous ne représentons personne mais tout simplement nous travaillons comme «postiers», offrant une remise en main propre. De sages paroles sont entendues dans le silence. Elles sont révélées par la discussion, à travers une recherche de réponses.

Par conséquent, tout d’abord, ne prenez pas nos méthodes en Israël comme un exemple. Tout est différent dans votre situation donc agissez indépendamment. Insérer des opinions scientifiques sur les matériaux et donner à chaque participant des manifestations votre flyer avec des messages clairs et les coordonnées nécessaires. Aussi, essayez de vous exprimer sur les espaces Internet des manifestants. Pour cela vous ne devez avoir aucun contact avec les organisateurs par tout moyen.

Question: Quel devrait être notre message?

Réponse: Le message est simple: tous les problèmes du monde sont causés par le fait que le monde est devenu une partie intégrante et mondiale, mais nous ne lui correspondons pas encore. Au contraire, nous avons du retard parce que nous ne sommes pas unis et nous n’allons pas dans le sens de l’unité. Et à l’appui, on cite les paroles des scientifiques comme preuve.

Par ailleurs, afin de nous unir, nous n’avons pas à provoquer des dégâts ou renverser quiconque par tout moyen. Tout d’abord, nous devons comprendre que l’unification est vraiment nécessaire, et ensuite nous passons à la discussion. Nous devons organiser des lieux où l’on va communiquer avec l’autre et où nous allons jeter les bases de notre unité. Ces lieux seront le plus souvent virtuels et donc nous invitons tout le monde sur notre site.

Le schéma est le suivant: la cause du problème-solution- l’avis des scientifiques de renommée et le lieu où nous invitons les gens afin de démarrer une discussion et d’arriver à une solution, au lieu de sortir dans les rues encore et encore à nouveau. Combien de temps allons-nous nous maintenir en place de cette manière et qu’est ce que cela va nous donner ?

Par ailleurs, notre flyer doit établir clairement que nous ne sommes pas en faveur du désordre. Après tout, il y a beaucoup de forces impliquées dans une manifestation qui sont intéressés de la continuer.

De la 5ème partie du 10/10/11 du cours quotidien de Kabbale  « La paix dans le monde »