Category Archives: Société

Le G20 ne résoudra pas la crise

Dans la presse (Extrait de l’Earth Times): Le président tchèque Vaclav Klaus, dont le pays est actuellement à la présidence de l’UE, a été cité jeudi par un hebdomadaire français comparant les 27 États membres de l’Union européenne à l’ancienne Union soviétique. « Une chose est certaine, tout comme il a été en URSS, des décisions très importantes ne sont pas prises dans les pays qu’elles concernent. ». Klaus a déclaré qu’il espérait, qu’il n’y aurait jamais de super-État européen, ce qui est le but de ceux qu’il décrit comme des «euro-nihilistes ».

Klaus a déclaré que le prochain sommet du G20 à Londres était une mauvaise idée. « La crise est un phénomène économique avec sa propre dynamique interne », a-t-il dit. « C’est une erreur de vouloir changer le monde afin de le résoudre … Je ne pense pas que vous trouver une solution par l’organisation d’un sommet de 20 dirigeants. »

Mon commentaire : Le fait que les gens critiquent l’«union » européenne indique qu’il désir une réelle intégration. Nombreux sont ceux qui commencent déjà à comprendre que les changements doivent être faits à l’intérieur de la société humaine, et qu’ils ne doivent pas être politiques ou économiques, mais purement sociaux.

Nous devons commencer par reconnaître que notre nature est l’égoïsme, et qu’elle est mauvaise. La phase suivante sera de corriger notre nature en la surmontant : «s’éloigner du mal » et « faire le bien. » Toutefois, ceci ne peut se faire que par le biais de la force de correction, celle qui nous touche lors de l’étude du système des mondes qui nous a été révélé par la Kabbale. En fait, même «la connaissance du mal » est impossible sans l’étude de la Kabbale, car sinon, nous ne pouvons que révéler notre propre mal-être personnel, plutôt que le mal inhérent à l’ensemble du système.

En effet, ce que nous devons révéler est le mal qui nous empêche de nous unir. Nous devons réaliser que c’est le véritable mal, plutôt que toutes les choses qui nous dérangent. En bref, dans l’avenir, le G-20 aura à étudier la structure et le système du monde, comme expliqué par la Kabbale. Alors seulement, ils trouveront la bonne solution à la crise.

La crise – aussi dans la presse et sur internet

la criseDans la presse (Haaretz): Une subvention de l’état pour l’abonnement a un journal gratuit pour chaque jeune français de 18 ans pendant un an ; ce n’est qu’une mesure parmi d’autres que le président français Nicolas Sarkozy a proclamé à la fin de la semaine et qui fait partie d’une série de mesures d’encouragement d’une valeur de 600 millions d’euro ayant pour but de secourir l’industrie de la presse française de la crise qu’elle traverse.

Réaction : La base de l’univers est le désir de recevoir. Nos désirs ont évolué. Ils exigent une communication et des rapports mutuels entre les êtres humains. Ce genre de relations est possible sur internet où se trouve la jeune génération. C’est pour cette raison que je pense que l’offre de Sarkozy n’aboutira nulle part.

Dans la presse : Après 15 ans de hausse du nombre de sites sur internet, survient un renversement. Depuis décembre 2008 plus d’un million de sites ont été retirés d’internet, et les statistiques nous indiquent une diminution des activités sur internet.

Réaction : Internet piétine exactement comme la conjoncture qui s’est installé dans notre nouveau monde. Internet doit devenir un réseau mondial qui relie toute l’humanité, à l’aube d’un avenir meilleur, et dans ce cas là, il reprendra sa croissance.

L’avalanche des divorces ne peut être arrêtée que par l’ultime récompense

Regardez quel futur nous préparons pour nous-mêmes et pour nos enfants avec l’avalanche des divorces de par le monde.

Selon les statistiques, les enfants élevés sans un père ont :

 

  • 4.6 fois plus de risque de se suicider
  • 6.6 fois plus de risque de devenir mères à l’adolescence
  • 24.3 fois plus de risque de fuguer
  • 15.3 fois plus de risque d’avoir des troubles du comportement
  • 6.3 fois plus de risque de se retrouver dans une institution publique
  • 10.8 fois plus de risque de commettre un viol
  • 6.6 fois plus de risque d’être exclus de l’école
  • 15.3 fois plus de risque de finir en prison à l’adolescence.

 

De nos jours, on peut avoir deux personnes égoïstes, modernes, vivant ensemble dans la paix et l’harmonie, si en cela, elles voient qu’elles peuvent obtenir une récompense spéciale : l’existence éternelle et parfaite d’une satisfaction complète.
Il est écrit : « Mari et femme – Shékhina (la présence du Créateur) entre eux ». Seulement par l’existence de cette combinaison, la famille d’aujourd’hui peut être préservée. La Kabbale peut créer ces conditions pour vous.

Plaisir et désir gouvernent le monde

La Kabbale divise toute chose dans l’existence en plaisir et désir de recevoir du plaisir. Rien d’autre n’existe dans la nature. Les objets dans la nature ne consistent que de désir de recevoir du plaisir et de sa satisfaction, et ils diffèrent seulement par le degré du désir de recevoir du plaisir.

Les désirs sont divisés selon les niveaux suivants :
1- Minéral
2- Végétal
3- Animal
4- Humain (spirituel)

Les désirs de 1 à 3 sont des désirs de recevoir du plaisir pour soi-même (au détriment de quelqu’un ou de quelque chose). Ces désirs sont naturels et la nature nous les a donnés. Quand le corps meurt, la sensation de vie disparaît.
Le 4ème désir est le désir de faire plaisir aux autres (et de recevoir du plaisir en faisant cela). La nature ne nous donne pas un tel plaisir. Il apparaît sous l’influence de la Force Supérieure qui est attirée par l’étude de la Kabbale. Comme ce désir est indépendant du corps, quiconque l’acquiert commence à sentir son existence comme éternelle.

Toute chose dans notre monde, y compris l’amour, est déterminée par le désir égoïste de recevoir du plaisir. A la fois les humains et les animaux achètent et échangent l’amour, comme pour tout autre type de plaisir ou de satisfaction. Cela montre, encore une fois, que nos désirs restent dans les limites du niveau animal.

Violence à l’école – En augmentation

Ces deux dernières années il y a eu une augmentation significative du nombre des agressions sur les professeurs.
La France a approuvé une loi selon laquelle des enfants peuvent être punis jusqu’à six mois d’emprisonnement pour leur comportement agressif à l’école. Le premier ministre Japonais, Junichiro Koizumi, a appelé les professeurs à ne plus dépendre de la police, mais plutôt à pratiquer des sports de combats afin de faire face à la violence à l’école. En Espagne, le Syndicat des Professeurs a fait appel au gouvernement pour qu’il prenne une mesure immédiate à leur égard et ces derniers ont participé à un sondage (12,000 professeurs) donnant les résultats suivants: 15% des professeurs ont subi des violences à l’école, 73% sont sujets à des insultes constantes et 9% ont peur d’aller travailler.

Selon vous: L’humanité a-t-elle une opportunité de comprendre ce qui se passe et de corriger cette situation ?

La dépression : l’épidémie du 21ème siècle

Si les psychologues ont surnommé le 20ème siècle comme celui de l’inquiétude, le 21ème siècle dans lequel nous entrons à peine, est déjà reconnu comme le siècle de la dépression. Les gens sont fatigués de craindre l’extrémisme, le terrorisme, les cataclysmes et les crises, et sombrent désormais tranquillement dans la dépression.

Chaque année, presque 200 millions de travailleurs perdent leur capacité de travail à cause de la dépression. Bien plus, si nous ajoutons les cas des personnes qui ne rentrent pas dans le champ de vision de la médecine officielle, alors l’Organisation Mondiale de la Santé multiplie ces chiffres par cinq.

Plus de la moitié des substances pharmacologiquement actives qui sont produites dans le monde aujourd’hui sont des antidépresseurs ou des médicaments psychotropes.

« La dépression est la principale cause de maladie, et on prédit qu’elle sera la deuxième maladie la plus sévère (après les maladies cardio-vasculaires) d’ici à 2020 » (données de l’OMS sur la dépression)

La loi des conséquences imprévues est devenue globale

Bulletin d’information du Financial Sense Editorials : Andrew Gelman de Princeton a rapporté : « La loi des conséquences imprévisibles est ce qu’il arrive lorsque un système simple tente de réguler un système complexe. Le système politique est simple. Il opère avec une information limitée (ignorance rationnelle), des visions à court terme, peu de rétroaction, et des stimulants pauvres et mal définis. La société par contraste est un système complexe, évolutif, avec une grande rétroaction, et très stimulant. Quand un système simple essaie de réguler un système complexe, vous obtenez toujours des conséquences imprévisibles ».

Exemples de conséquences imprévisibles ces 100 dernières années :

L’assassinat de l’Archiduc Ferdinand d’Autriche : Tous envisageaient une guerre courte et sans souffrance. La guerre se termina au bout de 4 ans et tua 20 millions de gens, avec 20 autres millions de blessés.
Le traité de Versailles : Les mesures rudes infligées à l’Allemagne par les Alliés victorieux ont peut-être favorisé l’ascension d’Adolph Hitler comme dictateur et finalement la mort de 70 millions de personnes pendant la deuxième guerre mondiale.
Le projet de Manhattan : conduisit à un bras de fer avec l’Union Soviétique qui engendra presque la guerre nucléaire en 1962. La prolifération des armes nucléaires est l’un des dangers les plus grands pour la paix mondiale aujourd’hui.
Richard Nixon choisit la monnaie US comme standard : le dollar US a perdu 93 % de son pouvoir d’achat depuis 1971. Les statistiques sociales montrent que les économies de la classe moyenne ont été confisquées par l’inflation.
La Chine adopte le capitalisme : les paysans en Chine se transforment en travailleurs (de façon à diminuer l’écart entre riches et pauvres), ce qui entraîne une crise économique et des troubles sociaux.
Le pétrole à bas prix: ralentira les projets de développement de sources d’énergie alternatives et créera un problème énergétique dans le futur.

Mon commentaire : Ce sont là juste les erreurs naïves du passé, avant que nous ne découvrions le système global fermé de l’interdépendance absolue sur toute la planète. Aujourd’hui, néanmoins, toute erreur faite quelque part dans le monde entraînera un effet domino imprévisible dans différentes parties du globe et à des différents degrés. Dans ce cas, la meilleure chose à faire, comme il est écrit dans un texte kabbalistique, « Asseyez-vous, et ne faites rien ». Soit en un mot – ne bougez pas !

La seule chance que nous ayons d’agir correctement est de prendre en compte le bien-être de toute l’humanité. Mais cela est possible seulement si l’on perçoit le monde dans son ensemble comme une seule grande famille. Il est impossible de calculer cela par des lois mathématiques ! Il est seulement possible d’agir qinsi sous l’influence de la Lumière Supérieure, qui transforme notre égoïsme inné en l’attribut du don et de l’amour de la Nature – l’attribut du Monde Supérieur. Telle est la transformation que nous devrons faire.

Les religions du monde en crise

Le Bouddhisme au Japon 

« Parmi les prêtres, beaucoup partagent un sentiment de crise, et ressentent un besoin de faire quelque chose pour en parler d’avantage aux gens» a déclaré Kosube Kikkawa, un prêtre de 37 ans « Nous ne changerons pas les enseignements de Bouddha, mais peut être avons nous besoin d’une présentation différente pour toucher les sentiments des gens aujourd’hui ».

Plus de 1200 ans après sa première arrivée sur le continent asiatique, le Bouddhisme est en crise au Japon, les prêtres le disent.

Presque les trois-quarts de la population du Japon, qui compte 120 millions d’individus, sont enregistrées comme bouddhistes, mais pour beaucoup, la seule fois où ils entrent dans un temple c’est pour suivre des obsèques. Cette situation a conduit beaucoup des 75000 temples du pays à des difficultés financières.

Quel est votre avis ? Est ce que toutes les religions et croyances du monde sont actuellement dans la même situation ?

L’Union Européenne doit prendre une décision inévitable

Dans la presse (tirée du Spiegel Online) : Le lauréat du Prix Nobel d’Economie de cette année, Paul Krugman, a rejoint le chorus de ceux qui critiquent l’inaction du gouvernement allemand face la crise financière. Il a parlé au Spiegel sur le risque de ne rien faire et pourquoi il pense que Berlin a mal jugé la sévérité de cette dépression économique.

Krugman – « L’Europe a un problème de coordination majeur : La balance entre déficits et production est bien moins favorable pour tout pays qui agit de façon unilatéral que pour l’Union Européenne qui agit comme un tout. Aussi la coopération est essentielle. Mais si l’Allemagne, l’économie la plus vaste, refuse d’aller dans ce sens, il n’y aura pas de coopération. Les évènements ont donné à l’Allemagne une importance politique stratégique disproportionnée par rapport à sa taille.
Spiegel – Quel est le prix de cette inaction ?
Krugman – une très, très sévère dépression, avec un taux de chômage pire que 1930, suivi aussi probablement par une décade de désœuvrement à la japonaise.

Mon commentaire : L’Union Européenne doit prendre une décision inévitable. Si les pays de l’UE prennent à l’avenir la voie de l’unification, ils deviendront l’économie mondiale la plus grande, ainsi que le centre culturel du monde. D’un autre côté, si chaque pays essaie séparément de résoudre ses problèmes par lui-même, cela les amènera tous à un effondrement tel qu’aucun d’eux ne s’en remettra ! Car cela les opposera à la loi de la nature qui est de conduire toute l’humanité vers la globalisation.

Réaliser la transition vers une nouvelle civilisation globale

Une question reçue : Pouvez-vous donner un exemple de liens sociaux et économiques corrects et comment commencer à les construire, ainsi que comment réaliser la transition vers ce nouveau système ? S’il vous plait, donnez des suggestions pratiques.

Ma réponse : Tout ceci peut être étudié en utilisant l’exemple de notre corps.

Un exemple de la Nature : dans notre corps, toutes les molécules, les cellules, les organes et l’organisme comme un tout, ont leurs intérêts personnels. Quand chaque partie de l’organisme montre aux autres qu’elle n’est intéressée que par elle-même, toutes commencent à « négocier » les unes avec les autres. A chaque seconde, les négociations se font dans nos corps amenant le système à un état d’harmonie, car l’intérêt de tout le système prévaut sur les intérêts des parties plus petites, qu’il incorpore. Tout ceci est construit selon une hiérarchie qui inclut les intérêts de tous. De plus, il y a une place pour le bénéfice individuel de chaque partie à l’intérieur de la structure plus large et plus élevée.

Imaginez le système comme un tout. Alors vous comprendrez que chaque niveau de notre système doit rester sain et conserve la capacité de s’occuper de ses propres intérêts, mais ceci au sein de l’organisation de tout l’organisme.

Un exemple de notre économie : Comment le corps se comporterait-il à la façon dont nous conduisons l’économie du monde ? Imaginions que nous prenions le cœur (le système respiratoire – les organes « industriels ») et que nous lui donnions le pouvoir d’utiliser les ressources de tout le reste du corps. Les autres parties fourniraient toutes les matières premières dans le système circulatoire, tel que l’oxygène, et elles purifieraient le sang. De cette façon, elles produiraient un bien utile : le sang. Néanmoins, le service commercial du système circulatoire détermine le prix du sang dans l’organisme, et le fournit aux organes qui peuvent se l’offrir. Mais si certains organes ne pouvaient pas se l’offrir ? Est-ce que notre organisme pourrait rester en bonne santé ?

Globalisation : C’est un processus biologique naturel qui a pour but de former une famille humaine intégrale. Nous voyons déjà cette interaction qui se met en place dans des domaines variés de nos vies. La Nature nous a déjà préparé à devenir une famille globale.

Mais il y a un problème : notre économie est agressive et la manifestation des intérêts personnels à tous les niveaux du tout intégral signifie que les organisations commerciales globales ne seront pas capables de dire aux systèmes économiques locaux ce qui est bien ou mal pour eux. Tout cela signifie que nous avons besoin d’un monde qui sera bon pour tout le monde. C’est notre travail évolutif : créer une économie globale soutenue et devenir une famille globale.

La transition : Les civilisations nouvelles et anciennes doivent coexister pendant un laps de temps. Nous devons créer un Forum de la Civilisation Nouvelle, où nous pouvons discuter de nos connexions nouvelles de façon à construire cette nouvelle civilisation. Nous ne devons pas nous inquiéter de l’ancien système qui est en train de s’éteindre. Au contraire, nous devons respecter la civilisation précédente égoïste, qui est en train maintenant de générer une civilisation globale, nouvelle, et nous devons essayer d’éviter un effondrement de l’ancien système avant d’avoir suffisamment établi nos connexions dans la nouvelle civilisation.

Basé sur les propos du Dr. E. Sathouris, ma collègue du World Wisdom Council