Category Archives: Solution à la crise

Les contradictions israéliennes

560Commentaire : Je suis en Israël pour le moment et je réalise combien Israël est fracturé, qu’au sein de cette société toutes les contradictions sont réunies : à la fois socio-économiques et politiques car la gauche et la droite se détestent vraiment, mais aussi religieuses.

Il semble qu’à l’intérieur d’un même pays, il y ait cinq ou six pays différents et cinq ou six groupes différents de personnes qui ne s’entendent pas et ne se comprennent pas.

Ma réponse : Oui. C’est pourquoi si nous résolvons ces problèmes ici en Israël, nous résoudrons tous ces problèmes du monde entier.

Question : Apparemment c’est possible. Cela m’étonne simplement quand, la nuit, je regarde les cours diffusés depuis votre centre et que je vois à l’écran des représentants de différentes nations, de différents groupes ethniques et de différentes confessions! Lorsque des étudiants d’autres pays, musulmans, bouddhistes, catholiques et protestants écoutent les leçons, je comprends qu’en théorie cela est possible. Vous en parlez sans cesse, pour réveiller la société.

Mais que doit-il se passer dans les faits ? Que devons-nous faire pour que les gens en Israël commencent à s’entendre et à se voir ?

Réponse : Je ne sais pas si j’ai une réponse. Je peux donner une réponse formelle, mais est-elle réellement efficace, durable et a le droit d’exister et d’être mise en œuvre ? Je ne sais pas. J’essaie d’agir selon les sources kabbalistiques, pour autant que je les comprenne. Je ne vois aucun kabbaliste en Israël ou dans le monde qui essaie de résoudre ce problème.

Je pense que néanmoins, nous devons viser à atteindre l’état où, tout d’abord, nous-mêmes, notre petite société – pas si petite puisqu’elle compte plusieurs milliers de personnes – commençons à interagir très sérieusement, à reconnaitre la nécessité de nous unir, comprendre que le monde entier nous suit, et qu’il n’a aucune idée de vers où il va et de ce qui l’attend. Nous devons poursuivre nos efforts pour nous unir, et surtout continuer à diffuser le message de la Kabbale.

Extrait de « Entretien entre Leonid Macaron et Michaël Laitman » 21/5/21

Cinq façons de traverser les moments difficiles

426Question : Il existe cinq façons de survivre à des moments difficiles lorsque vous vous sentez si mal que vous ne savez pas quoi faire.

La première façon est de vous entraîner à être heureux. Ils disent que c’est une habitude d’être heureux. Qu’en pensez-vous ?

Réponse : Je pense que c’est tout à fait correct.

Question : Pouvez-vous vous entraîner à être heureux malgré en dépit des coups reçus de toutes parts ?

Réponse : Et alors ? Il y a des circonstances, des forces qui vous donnent des coups. Chantez, juste chantez ! C’est la chose la plus importante pour un homme. Parce qu’il ne sait pas vraiment ce qui est bien et ce qui est mal, comment aborder la vie correctement, comment changer sa vie, et si ce qui vient est pour son bien ou pas.

Par conséquent, il doit accepter tout cela comme un bien et traiter tout ce qui arrive comme un bien nécessaire. Alors comment peut-il s’y retrouver ? En chantant !

Comme dans la chanson : « Réveille-toi et chante ! Réveillez-vous et chantez ! Essayez-le pour une fois dans votre vie… »

Commentaire : La deuxième façon est de comprendre que le mal compte autant que le bien ?

Ma réponse : Absolument ! Rien n’est bon ou mauvais, mais seulement relatif à une personne. Si une personne modifie légèrement son calibrage intérieur, elle verra le bien au lieu de tout le mal. Et peut-être, l’inverse.

Commentaire : On dit que le mal est important, il s’avère que le mal est ma réussite.

Ma réponse : Bien sûr. Il ne peut y avoir de bien sans mal, ni de mal sans bien. Nous devons apprendre à tout aborder correctement. C’est parce qu’au-delà de notre compréhension et de notre classification du mal et du bien, nous devons accepter que le monde entier n’est que bien absolu !

Question : Qu’est-ce que je fais quand quelque chose de mauvais m’arrive et que je le ressens comme néfaste ?

Réponse : Grâce à cela, vous obtenez une vision objective du monde. Vous vous élevez au-dessus de votre évaluation égoïste, et donc vous pensez que tout est bien et qu’il n’y a rien au monde que la force du bien, le bien absolu !

Voir le monde de cette façon est vraiment un bonheur et une grande opportunité.

Question : Est-ce possible ?

Réponse : Oui !

Commentaire : La troisième : il vaut mieux abandonner que de se cogner la tête contre le mur.

Il y a des circonstances contre lesquelles vous ne pouvez rien faire. Rien ! Mais vous vous battez tout le temps, vous vous battez toujours et essayez de prouver votre point de vue, de renverser la vapeur. Ce sont des moyens de traverser des moments difficiles, pour montrer que je veux traverser cette période difficile.

Ma réponse : Le mieux, comme l’a dit Rabbi Akiva, est de baisser la tête sous chaque vague qui approche, et ainsi vous serez conduit à terre.

Je n’appelle pas cela « abandonner ». J’appelle cela « être raisonnable sur ce qui se passe ».

Commentaire : Quatrièmement : déplacez votre attention de vous-même vers les autres.

Ma réponse : Ce n’est pas une mauvaise chose de prêter attention aux autres et de voir que leur condition, en général, n’est pas meilleure que la mienne. Pourquoi je ne ferais attention qu’à moi ? Pourquoi est-ce que je critique l’attitude de la nature ou de la société à mon égard ? Que deviennent les autres ?

Si je regarde la société, je me perçois déjà d’une manière complètement différente. C’est-à-dire que la souffrance de la société réduit ma propre souffrance. Faites attention à ce qui se passe dans la société et vous serez alors en mesure d’évaluer votre état de manière plus objective.

Question : Puis-je, lorsque je me sens mal et que je suis dans une situation difficile, en venir à avoir de la compassion pour autrui?

Réponse : Vous en êtes encore plus capable. Parce qu’alors vous commencez à comprendre ce que les autres ont, à sympathiser et à vous rapprocher d’eux.

Question : Est-ce que cela qu’on appelle sortir de soi ?

Réponse : Oui. Mais ce n’est pas pour échapper à votre propre souffrance. Cela vous aide à voir plus objectivement ce qui se passe dans le monde.

Question : L’attitude envers les autres est-elle objective ?

Réponse : Bien sûr. Vous pouvez déjà les regarder d’une manière différente

Commentaire : Cinquièmement : aimer, ne pas craindre. C’est ce qu’ils disent. En fin de compte, toutes les émotions se réduisent à deux principales : l’amour et la peur. De plus, l’amour et la peur ne peuvent pas exister dans l’âme en même temps. Si vous choisissez d’aimer, vous chassez la peur de votre âme.

Ma réponse : Absolument. L’amour remplace tout. Par conséquent, il est important d’essayer de remplacer tous nos autres sentiments par celui-ci.

Question : C’est-à-dire que je peux vraiment avoir peur, avoir peur, et je peux en sortir grâce à l’amour, n’est-ce pas ?

Réponse : Oui. Et vous ne ressentirez aucun sentiment négatif.

Commentaire : On dirait que c’est le conseil principal, en fait.

Ma réponse : Oui.

Question : Est-ce vraiment possible ? Une personne en a-t-elle la force?

Réponse : Absolument ! Nous avons donc trouvé comment vivre correctement.

Extrait de « l’actualité avec Michael Laitman » de KabTV, le 12/4/21

Venez, ressentez et atteignez

509Commentaire : Dans toutes les sources kabbalistiques, deux forces sont toujours considérées, par exemple, Haman et Mardochée, Moïse et Pharaon, etc.

Ma Réponse : Il n’y a rien d’autre dans la nature qu’un plus et un moins.

Question : En principe, peut-on décrire cela simplement en termes d’interaction de deux forces ?

Réponse : Non, vous ne pouvez pas le décrire comme deux forces physiques. Entre elles, il y a de nombreuses actions possibles, des conditions qui ne peuvent pas être révélées, et donc elles ne peuvent pas être décrites autrement que de manière allégorique, dans les images de notre monde. Vous ne pouvez pas prendre un plus et un moins et dire : « Voici comment ils s’approchent l’un de l’autre, voici comment ils s’éloignent… »

Par conséquent, la Kabbale utilise le langage de notre monde pour expliquer aux gens tous les problèmes de notre correction. Lorsqu’une personne commence à se corriger, elle ressent ces qualités, mais essayez de lui demander : « Que ressentez-vous ? » Elle n’a rien à dire. C’est parce qu’elle ressent les forces et ne peut les expliquer que dans leur incarnation dans notre monde. C’est là que réside le problème.

L’essentiel est que nous traversions, ressentions et atteignions cela.

Extrait de « Les États Spirituels » sur KabTV

Devenir un seul système

594Question : Que signifie « le niveau de connexion entre nous » si nous sommes tous un seul système de toute façon ?

Réponse : Où voyez-vous que nous sommes un seul système ?

Question : Si je ne le vois pas, cela signifie-t-il que nous ne sommes pas un seul système ?

Réponse : Bien sûr que non. Le Créateur nous voit comme un seul système. Et notre attitude à Son égard découle du fait que chacun d’entre nous est un égoïste particulier. C’est un problème parce que dans l’état où nous nous trouvons maintenant, nous ne sommes pas connectés au système supérieur de la providence.

La providence supérieure est en relation avec l’ensemble de l’humanité comme un unique système, comme un seul tout.

Il n’y a qu’une seule âme, qui est nous tous ensemble.

C’est ainsi que le Créateur veut entrer en relation avec nous. Mais du fait que nous ne nous positionnons pas de cette manière, nous sommes constamment opposés à Lui.

Question : En principe, notre point de vue devrait-il coïncider avec celui du Créateur ?

Réponse : Oui. Alors tout ira bien !

Extrait de « Les Fondamentaux de la Kabbale » sur KabTV, le 17/03/2019

Nous avons besoin d’une troisième force

962.6Le Créateur fait délibérément entrer en collision les opposés, afin que nous ayons besoin d’une troisième force pour connecter le bien et le mal, la droite et la gauche, soit toute contradiction à tous les niveaux et sous toutes les formes. Cette troisième force, c’est-à-dire la force du Créateur, apparait en réconciliant tous les opposés.

Nous verrons comment la haine dans notre monde s’accroît de jour en jour. Tous les liens que les gens ont établis jusqu’à notre époque vont maintenant commencer à se briser, à s’effriter, et mettront en lumière notre séparation et notre haine.

Cette révélation sera si importante qu’il deviendra clair que nous ne pouvons pas de nous-mêmes établir de liens entre nous. Il n’y a qu’une seule force supérieure qui empêche notre connexion et la bonne existence de toute l’humanité, de chaque famille. Les relations entre les pays, entre les personnes et l’homme avec lui-même exploseront, révélant de plus en plus la brisure, de sorte qu’il deviendra évident que ce n’est qu’avec l’aide de la force supérieure qu’il est possible de connecter tout le monde et de couvrir tous les crimes avec l’amour.

Pourtant, nous ne savons pas comment le faire car du point de vue de notre bon sens, c’est illogique puisque c’est au-dessus de notre degré. Seule la sagesse de la Kabbale explique comment établir une telle connexion, comment se rapprocher les uns des autres et établir la paix afin que l’humanité ne s’effondre pas et ne se disperse pas dans différentes directions comme des animaux fuyant les coups.

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, « Justifier le Créateur », le 20/05/2021

Vous devrez toujours apprendre

251Le Livre du Zohar : Cependant, bien que ces sept saints Havalim soient la subsistance du monde, en face d’eux se trouvent sept Havalim d’où sortent tous les Dinim [jugements] du monde et qui se répandent pour punir les gens et les corriger afin qu’ils empruntent le bon chemin.

Punir les gens signifie qu’une personne voit ses déceptions, ses échecs, ses maladies et tout le reste, et cela la corrige à coup de bâton pour qu’elle atteinge le bonheur, comme on dit.

Bien sûr, ce n’est pas la meilleure façon de se sortir de tous nos états insensés. Mais si nous ne voulons pas apprendre à être de gentils enfants, alors nous sommes punis pour que nous avancions. Que peut-on faire ? Nous devrons toujours apprendre. Nous n’avons pas d’autre choix.

Commentaire : Le fait est que je veux vraiment apprendre, mais je veux apprendre correctement.

Ma Réponse : C’est exact. Même dans le domaine de la diffusion de la Kabbale elle-même, il y a beaucoup de problèmes : il faut encore l’adapter au monde, aux gens, la traduire en de nombreuses langues, la rapprocher des femmes, des enfants, des personnes âgées, la présenter correctement, selon l’humeur de la personne, selon sa spécialité, selon ses qualités.

C’est-à-dire l’adapter autant que possible à tout le monde pour que chacun voie : « Oh ! Ce livre parle de moi ! Il parle de la façon dont je peux me changer un peu et tout ira bien rapidement. »

Extrait de « La force du Livre du Zohar » n°13, sur KabTV

Découvrez ce qui nous arrive

746.01Toute la nature – inanimée, végétale et animale – se développe selon ses propres lois. Nous, les humains, faisons également partie de la nature animale. Mais il y a une autre partie en nous, qui est appelée «humaine».

Il est intéressant de noter que l’égoïsme sans cesse croissant en nous est la composante humaine qui nous pousse vers le développement. Mais nous en abusons.

Autrement dit, notre corps est un animal et notre composante spirituelle, l’humain en nous (dans cet animal, il y a quelque chose d’autre appelé homme), ne se développe pas selon les lois naturelles. Elle nous est donnée pour que nous la développions nous-mêmes correctement, mais nous ne pouvons pas la gérer.

Tout d’abord, nous devons parvenir à la reconnaissance du mal, que par le développement égoïste naturel, nous ne pouvons pas avoir une vie juste, un état bon. Lorsque nous serons au seuil de la disparition, de l’extermination, de la destruction, alors l’humanité reprendra ses esprits. Ceci est écrit dans la Kabbale, et cela devrait être décidé dans les années à venir.

Question: Et si les gens n’écoutent pas?

Réponse: Ils écouteront, ils vous feront souffrir. Après tout, notre nature est le désir de profiter. Par conséquent, si nous éprouvons de la souffrance, nous sommes prêts à tout faire pour nous en débarrasser. Et maintenant, nous commençons à souffrir, et nous finirons par nous unir dans des sensations si énormes et insupportables que nous serons prêts à tout changer.

Question: Mais quelle issue a une personne aujourd’hui?

Réponse: Découvrez ce qui nous arrive. Ceci est expliqué par la sagesse de la Kabbale. Elle raconte l’histoire de notre développement, en commençant par les forces supérieures de la nature, comment le réseau de forces dans l’univers a été créé, puis progressivement l’univers et tout ce qu’il contient s’est formé, et où cela devrait nous conduire.

La sagesse de la Kabbale n’a rien à voir avec la religion. Toutes les religions n’ont que 2 000 ans. Et la Kabbale vient de l’ancienne Babylone. Les premiers livres kabbalistiques datent de cette période.

Aujourd’hui, la Kabbale devient si populaire et est demandée parce qu’en l’étudiant, nous commençons à comprendre les origines de notre nature, de notre vie et de notre développement.

Tiré du «Gros plan» de KabTV le 8/11/09

Comment libérer la colère accumulée?

627.1Question: Vous avez tweeté: «Ne remplacez pas la haine par l’amour, vous détruirez l’amour. Il est recommandé de garder toutes les mauvaises choses et d’apprendre à les couvrir par le bien, l’amour. Couvrir signifie maintenir la conformité, être entre eux. Ensuite, vous vous tiendrez sur deux jambes et développerez ces deux qualités sur la ligne médiane. »

Un lecteur demande: «C’est si difficile, mais il faut l’accepter, il n’y a pas d’autre moyen. La seule chose qui compte pour moi, c’est où chasser le mal accumulé? »

Réponse: Il ne devrait pas être rejeté. Le mal accumulé doit être couvert par le bien. C’est pourquoi il existe: pour que le bien grandisse tout le temps. Le bien ne peut pas grandir sans raison. Ce n’est que si le mal grandit que nous élèverons le bien au-dessus de lui par nos efforts.

Question: Comment quelqu’un peut-il accepter le mal?

Réponse: Nous ne devons pas nous en accommoder! Nous devons regarder le monde d’une manière raisonnable. Ce n’est pas facile, c’est très difficile, mais autrement, nous ne parviendrons pas à une vision correcte du monde.

Le monde se compose de deux forces: positive et négative. Par conséquent, nous devons interagir de la bonne manière: amour et haine, bien et mal, moins et plus. Nous devons trouver un équilibre entre eux.

Question: Et qu’est-ce qui permettra cette transition? C’est comme un ballon qui gonfle, gonfle et la colère s’accumule, s’accumule. Comment se déroulera la transition de l’état de colère et de haine à l’état d’amour?

Réponse: Lorsque nous réalisons que nous ne pouvons pas détruire la colère, la haine et toutes nos propriétés et impulsions négatives, mais nous ne pouvons les équilibrer qu’avec des propriétés positives afin qu’elles coexistent.

Question: Un lecteur pose des questions sur un algorithme en plusieurs étapes. Supposons qu’elle soit remplie de colère ou de haine. Que doit-elle faire étape par étape pour atteindre le prochain état?

Réponse: En général, cela devrait être fait en groupe, dans un environnement qui prend en charge cette méthode, sous la direction d’une personne plus expérimentée qui peut vraiment vous indiquer comment le faire.

Mais l’essentiel est que nous ne détruisons pas les propriétés négatives. Nous comprenons qu’elles devraient exister aussi bien dans la nature que dans la nature positive, et ce n’est que dans leur bonne interaction entre elles que nous pouvons créer un monde pratique, nécessaire, agréable et, surtout, fiable qui ne continuera pas de passer de la haine au bien et du bien à la haine, sans savoir ce qui nous attend l’instant suivant.

Question: Nous devons donc faire face à cet état de haine et de colère?

Réponse: Faites-y face de la bonne manière, appréciez-la correctement, comprenez que personne n’est à blâmer, que c’est notre nature qui nous développe de cette manière, et nous devons l’équilibrer avec de bonnes forces. Et pour trouver ces bonnes forces dans la nature, nous devons faire des efforts.

Pour cela, nous avons besoin d’un groupe de soutien qui nous montrera l’exemple et nous soutiendra. Et lorsque chacun soutiendra son ami, nous pourrons appliquer clairement et fidèlement pour une interaction correcte, le juste équilibre entre l’amour et la haine

Tiré de « Nouvelles avec Michael Laitman » de KabTV 03/02/19

Conseils pour les personnes seules

627.1Commentaire: Une tendance majeure dans le monde d’aujourd’hui est la solitude.  Un ministre de la solitude a déjà été nommé en Angleterre et maintenant un ministre de la solitude a été nommé au Japon.

Irina nous écrit: «Que la solitude est terrible!  Comment  j’en suis arrivée là, je ne comprends pas.  J’étais toujours sociale, ouverte et soudain – seule!  Maison vide, cœur vide, le téléphone ne sonne pas et je ne veux appeler personne.  Tellement seule que je n’ai aucune force!  Et tant de solitude autour de moi!  Comment pouvons-nous vivre seuls? »

Ma réponse: Vous ne pouvez pas.  Même si vous créez un club pour les solitaires, ils n’y iraient pas de toute façon.

Question: Je me demande pourquoi?  C’est vrai, elle et tout le monde restent à la maison pour une raison quelconque.  Vous devez les chercher et les ministères doivent être construits pour eux.  C’est un problème!

Réponse: Le fait est qu’aucun ministre n’aidera ici, aucune décision d’en haut ni des gouvernements n’aidera.  Ce ne sont que des affirmations pour montrer que nous nous soucions des personnes seules.  Cela n’aidera en aucun cas.

Les gens réalisent qu’ils ne peuvent pas trouver de sens à la vie dans le mariage ni dans le travail, et naturellement, pas dans l’amitié.  En rien.  Alors quelle en est la raison ?  Pourquoi devrais-je me lever le matin?  Il n’y a aucune raison, aucun stimulant pour bouger, penser, parler ou faire quoi que ce soit.  Le monde se fige donc.

Et quelle en est la raison ?  Seulement si nous découvrons le sens de la vie, qui est au-dessus de cet état.  Si seulement nous parvenions d’une manière ou d’une autre à en parler aux autres, à le montrer, à secouer les gens et à les réveiller.  Sinon, franchement, tout se terminera par la vente de comprimés qui vous endormiront pour toujours et les gens les achèteront.  Sans aucun doute!  Ils prendront volontiers un cachet avec une gorgée d’eau, se coucheront, et c’est tout.  Ce qui se passe ensuite n’a pas d’importance.

Commentaire: Cela ne semble pas très logique.  Si un homme se sentait mal, il commencerait logiquement à chercher.

Ma réponse: Et que peut-il faire s’il ne voit aucune issue?  Pourquoi vivre?

Question: Et être en contact avec les autres, au moins une sorte de connexion?!

Réponse: Ils se rassemblent dans certains clubs, mais cela aussi est en train de s’arrêter.

Question: Ce n’est pas la solution?

Réponse: bien sûr que non.

Question: Autrement dit, cela durera tant qu’une personne ne découvre pas le sens de la vie.  Or maintenant les choses changent et pourquoi nous voyons cette tendance?

Réponse: C’est exact. Une personne doit franchir une étape qui passe par une apathie totale envers tout.  Ce n’est qu’alors qu’elle pourra découvrir une toute nouvelle vie.  Autrement dit, d’une certaine manière, c’est la mort.  En franchissant cette barrière, nous découvrons qu’il y a une autre vie, autre chose, et maintenant je peux commencer à la vivre.

Une personne doit réaliser, accepter et vouloir abandonner cette vie – cette poursuite égoïste constante de quelque chose.  Une fois qu’elle est d’accord avec cela sous une forme ou une autre, elle est prête pour la prochaine vie.

Question: Que conseillez-vous à une personne qui se sent toute seule au point d’avoir du mal à l’âme?

Réponse: Mon conseil: allez sur notre site Web et lisez.  Il n’y a rien d’autre que je puisse recommander.  Du fond du cœur, je préférerai ne pas dire cela, mais je ne peux rien offrir d’autre.

Tiré de « Nouvelles avec Michaël Laitman » de KabTV 22/02/21

Les gens seront remplacés par des machines

547.05Commentaire: Dans le livre de Yuval Noah Harari 21 Leçons pour le 21e siècle, il écrit qu’aujourd’hui un ordinateur pourra faire le travail d’un chauffeur, d’un banquier et d’un avocat.

Ma réponse: Absolument avec tout, car nous sommes nous-mêmes aussi un ordinateur. Si nous supprimons la partie sensorielle, alors notre ordinateur mécanique fera tout le reste.

Commentaire: L’auteur écrit que dans un proche avenir, l’intelligence artificielle remplacera les humains en médecine, la gestion des transports, et pourra même reconnaître toutes nos émotions et les influencer.

Ma réponse: Cela se produit déjà aujourd’hui. Je ne sais même pas si cela a encore un sens maintenant d’étudier pendant dix ans pour devenir médecin, car entre temps, la machine vous remplacera complètement.

Commentaire: Cela signifie que les médecins et techniciens de laboratoire ne seront engagés que pour des recherches innovantes pour créer de nouvelles intelligences artificielles et que toutes les professions liées aux services qui ne pourront pas être formées disparaîtront tout simplement.

Ma réponse: oui. Elles ne disparaîtront pas simplement en tant que classe de chômeurs. Ils essaieront de s’assurer qu’elle a disparu.

Commentaire: Il s’avère que si avant, l’avenir de la personne était lié à un métier, aujourd’hui les gens sont dans une confusion totale puisque toutes les professions actuelles cesseront d’exister.

Ma réponse: Oui, la majorité des professions disparaîtra très rapidement. Les gens seront remplacés par des machines. Des usines seront créées pour la production de biomasse à partir de laquelle tout ce que vous voulez sera produit. Si vous voulez un steak, le steak sera fait pour vous maintenant, la machine l’imprimera etc. La seule chose qui restera est le travail pour atteindre la force supérieure.

Tiré des «Défis du 21e siècle» de KabTV 24/04/19