Category Archives: Solution à la crise

Vers une ère de prospérité

263Nous devons donner l’exemple au monde entier de ce que nous atteignons si nous utilisons la connaissance de la Kabbale pour unir, non pas même les masses, mais plusieurs dizaines de milliers de personnes.

A quel point elles commenceront à se sentir mieux, plus claires et plus spirituelles. Quelles bonnes interactions se développeront entre elles. Comme la sécurité et la propreté des quartiers où elles vivent augmenteront, il y aura moins de maladies et moins de problèmes avec les enfants. Même l’argent qu’elles ont sera soudainement suffisant pour tout. Une personne, sans rien changer, ne connaîtra plus aucun problème.

La Lumière supérieure qui se manifeste entre nous commencera en quelque sorte à modérer et à pacifier. Et les gens seront d’accord avec cela et en seront heureux. Ils cesseront d’être malades, ils commenceront à sourire. C’est ainsi que le Baal HaSoulam décrit la société future dans son article « Dissimulation et Dévoilement de la face du Créateur ». Nous pouvons y parvenir.

Ne pouvons-nous pas rendre les gens heureux ? Je donnerais tout ce que je sais et comprends pour cela.

Aujourd’hui, pour la plupart des pays, ce serait une méthode de salut. Et demain, il en sera de même pour le monde entier.

Extrait de KabTV, « J’ai reçu un appel – Deux voies de développement de l’humanité » du 19/10/2013

La source de tous les problèmes

934Les juifs sont haïs parce qu’ils ont une qualité opposée au développement égoïste, la qualité de l’altruisme.

Non seulement les nations du monde ne le comprennent pas, mais les juifs eux-mêmes ne comprennent pas pourquoi cela se produit.

Les juifs sont haïs parce qu’ils ne mettent pas en œuvre cette qualité dans le monde ; autrement, tout le monde pourrait atteindre une vie merveilleuse. Par conséquent, ils sont accusés à juste titre d’être la source de tous les problèmes.

Extrait de KabTV, « Gros Plan – Le gène de l’altruisme » du 19/09/2010

Vers un équilibre des forces

232.06Question : L’intelligence artificielle s’immisce dans les guerres aujourd’hui. Il est beaucoup plus facile de détruire une personne avec un drone de combat contrôlé à distance que de se battre avec des épées lorsque vous deviez personnellement tuer une personne et voir sa souffrance.

Aujourd’hui, vous appuyez sur un bouton et vous ne voyez même pas les personnes que vous tuez. Pensez-vous que cela pourrait augmenter le nombre de victimes ?

Réponse : Tout cela progresse d’une manière incroyable et arbitraire. Néanmoins, c’est calculé comme une correspondance entre les forces positives et négatives, comme la ligne médiane.

Lorsque les gens réaliseront qu’ils doivent équilibrer toutes les forces, les émotions et les motivations négatives et positives en eux, alors cette ligne médiane prévaudra.

Par conséquent, nous amènerons les gens à se battre pour la vérité, l’équilibre, l’entraide et l’influence mutuelle, et nous arriverons à la ligne médiane.

Extrait de KabTV, « Les États Spirituels » du 01/03/2022

La Lumière nous guide vers la guérison

627.1Le sentiment de votre insignifiance est grand et honorable car une personne s’incline devant une force supérieure. Et bien sûr, dans quel but et par quels moyens elle le fait, cela est important.

D’un autre côté, il est écrit : « Et son cœur était élevé dans les voies du Seigneur. » C’est-à-dire qu’il semble que l’on devrait être fier, accroître ses désirs, ses chances et les moyens d’avancer. Comment ces deux directions s’accordent-elles ?

En fait, les deux nous guident vers le même but. Il n’y a pas une seule propriété à l’intérieur d’une personne qui contredirait l’accomplissement du but. Après tout, nous partons d’un état parfait, de la fusion avec le Créateur, où nous étions au tout premier point de la création.

Le Créateur nous a donné naissance en tant que point noir immergé dans la Lumière supérieure infinie. Et à partir de ce point, nous avons commencé à nous développer du fait que la Lumière est entrée dans ce point noir opposé à elle, « créé ex-nihilo ».

Toutes les propriétés qui nous sont inhérentes se sont formées à partir de la collision entre la Lumière et le désir égoïste. Et par conséquent, dans toute la réalité il n’y a rien d’autre que cette opposition entre l’égoïsme et le don sans réserve, la Lumière et les ténèbres, les propriétés du Créateur et celles de la création.

Il nous suffit donc de corriger notre attitude à cet égard et de revenir à l’état antérieur. Et pour cela, nous arrivons à comprendre notre fragmentation, le contraire de la Lumière, et nous nous sentons distants et désorientés. Mais en même temps, nous avons toutes les données pour collecter cela, comme un jeu d’enfant qui consiste à assembler un jeu de Lego, et à mettre chaque pièce à sa place.

Et en plus, nous avons une force supérieure qui nous influence et tous les kabbalistes du passé autour de nous qui nous aident, avec ce que nous allons encore révéler. Et à l’intérieur de ce cercle se trouve notre groupe mondial Bnei Baruch, et à l’intérieur de celui-ci se trouvent nos petites dizaines. Et tout cela à l’intérieur d’un système qui fonctionne, guérit et se restaure lui-même.

Extrait de la 1ère partie de la Leçon quotidienne de Kabbale, Shamati n°230, « Le Seigneur est haut et l’humble verra – 2 » du 27/12/2021

Apprendre à interagir correctement

632.3Question : Il existe ce que l’on appelle le nombre de Dunbar, qui est le nombre de connexions sociales qu’une personne peut maintenir dans sa tête.

Un anthropologue anglais, Robin Dunbar, a déterminé que dans toute situation donnée, le nombre de personnes qui constitue un groupe actif de contacts avec lequel une personne peut interagir à un moment donné est de 150.

Les neurophysiologistes affirment que si nous manquons de liens sociaux, nous commençons à les créer artificiellement.

Pourquoi une personne a-t-elle besoin d’un tel réseau social dans sa tête ?

Réponse : Le fait est que nous sommes créés en tant qu’êtres sociaux qui doivent interagir les uns avec les autres et créer un certain champ de communication entre nous, et même au-dessus de nous. C’est ce qui fait de nous des êtres humains, sinon nous sommes des animaux. Après tout, il n’y a pas de niveau « humain » dans la nature. Il n’y a que trois niveaux : minéral, végétal et animal, et l’humain est quelque chose au-dessus de la nature.

C’est-à-dire que nous voulons nous élever à ce niveau, et parfois nous essayons. Mais afin de créer ce niveau, il faut d’abord apprendre à communiquer et à interagir correctement. Nous n’avons pas encore cela dans notre société. Elle essaie à peine de s’élever du degré animal au niveau de « l’homme ». C’est pourquoi de tels débuts sont appréciés.

Extrait de « La Kabbale Expresse » sur KabTV, le 06/12/2021

Mon vœu pour l’humanité pour 2022

600.02Le monde se développe à travers la souffrance, en recevant de plus en plus de coups. Et afin de sortir de ce noeud de vipère, nous devons comprendre de quoi dépendent les coups et comment organiser notre vie d’une nouvelle manière afin que les coups nous soient bénéfiques et nous rapprochent les uns des autres et de la nature globale, c’est-à-dire de la force supérieure.

Nous aurons alors la sensation de vivre dans un monde merveilleux ! Notre monde ne manque de rien, excepté d’une bonne connexion équilibrée entre toutes les forces de la nature. Si nous pouvions nous connecter les uns les autres par les forces du bien plutôt que par les forces de confrontation, nous nous sentirions dans le monde supérieur, au paradis, plutôt que dans ce monde.

Il suffit que nous soyons tous d’accord sur le fait que nous voulons éveiller les bonnes forces cachées à l’intérieur de nous afin d’établir de bonnes relations. Tout le monde possède un peu de ces forces. Mais si nous voulons tous nous éveiller ensemble au bien, alors c’est possible.

C’est exactement ce que nous devons faire à l’approche de 2022. Nous avons déjà essayé tous les moyens et nous nous sommes rendu compte que rien ne fonctionne, sauf une chose : essayons de garder de bonnes connexions entre nous. Nous nous aiderons avec nos pensées afin que chacun parvienne à une telle implication et aide, une unité et un amour mutuel.

Nous ne laisserons personne exploser, crier ou déverser son mal sur les autres. Alors nous pourrons vraiment réussir, et 2022 sera un tournant dans nos relations au sein de la famille, entre les États et entre tous les peuples. Nous verrons comment nous équilibrons l’ensemble de la nature avec cela. Toutes les forces de la nature, censées être en conflit les unes entre les autres, se calmeront soudainement, et la nature entière s’équilibrera.

Je souhaite à mes étudiants du monde entier d’absorber encore plus la sagesse de la Kabbale au cours de la nouvelle année, et de rassembler autour d’eux des cercles de soutien encore plus larges afin qu’ensemble nous puissions changer le monde pour le meilleur.

Mon vœu pour toute l’humanité pour cette nouvelle année : parvenons à l’amour, à la connexion et à l’étreinte mutuelle entre tous les peuples sans aucune distinction sur Terre. Cela résoudra tous les problèmes.

Bonne année !

Extrait de « Le Monde » sur KabTV, le 21/12/2021

Comment prendre des décisions

283.02« A partir d’un certain point, plus aucun retour n’est possible. C’est le point qu’il faut atteindre. » (Franz Kafka)

Question : Que pensez-vous de cela ?

Réponse : S’il n’y a pas de retour, comment ne pas prendre une décision ? De telles solutions sont les plus rationnelles, même si elles semblent terribles.

Question : Cela signifie-t-il que si vous avez pris une décision et qu’il n’y a pas de marche arrière, vous devez alors continuer et c’est tout ?

Réponse : Bien sûr ! L’essentiel est de ne pas rester suspendu en l’air.

Question : Ne pas réfléchir pendant longtemps ?

Réponse : Non. Autrement, cela mène à la dépression, au suicide ou à quelque chose de ce genre. Nous devrions raccourcir ces pauses et prendre la décision de manière nette et claire.

Question : Quand une personne a-t-elle le sentiment qu’il n’y a pas de retour possible ? Peut-être est-elle en train d’inventer tout cela ? Ou est-ce que cela arrive-t-il exprès à une personne ?

Réponse : Elle devrait vérifier elle-même.

Question : Êtes-vous en train de dire qu’elle devrait quand même faire une analyse ?

Réponse : Bien sûr. Elle devrait s’examiner souvent. La Kabbale dit que nous ne devrions pas mesurer une fois puis commencer à couper. Nous devons continuer à essayer encore et encore, en vérifiant constamment le système dans lequel nous sommes : puis-je lui faire confiance ? Est-ce que je me conforme à ce système ? Comment puis-je me changer pour m’y adapter ?

Finalement, je commence à voir de plus en plus que je suis à l’intérieur d’un système harmonieux et parfait de l’univers, qui est régi par une loi unique, et que j’existe à l’intérieur de cette sphère.

Extrait de « L’Actualité avec Michaël Laitman » sur KabTV, le 04/10/2021

Influencé par le monde extérieur

424.02Question : Ma question porte sur la vie quotidienne. Comment puis-je éviter l’attention de personnes que je ne considère pas comme faisant partie de mon environnement en raison de leur influence potentiellement destructrice sur moi ? Comment puis-je le faire sans les offenser et en évitant les conflits ? Pourquoi le Créateur me les envoie-t-Il sur mon chemin de vie ?

Réponse : Le fait est que ce ne sont pas des personnes extérieures, elles existent en vous. Vous devez rationaliser vos sensations et propriétés intérieures, et vous verrez alors comment elles cessent de vous toucher.

Tout cela est délibérément suscité en vous par la même Lumière supérieure, qui remplit absolument tout l’espace afin que vous puissiez transformer tout ce qui est négatif en positif. Ces personnes suscitent en vous une analyse critique supplémentaire ; vous devez écouter et renforcer encore plus votre opinion.

Vous verrez alors que ces personnes ne sont pas à l’extérieur. En fait, elles sont à l’intérieur de vous. Tout cela n’est qu’une manifestation extérieure de vos doutes et contradictions personnels internes.

Traitez-les donc librement, uniquement avec l’intention d’atteindre la vérité. Ne comptez sur personne mais analysez chaque état. Si vous n’y parvenez toujours pas, vous comprenez au moins que vous avez encore des questions sans réponse. Plus tard, vous les résoudrez. En attendant, prenez des notes et oubliez-les pendant un certain temps.

Extrait de « Vidéoconférence » sur KabTV

Les contradictions israéliennes

560Commentaire : Je suis en Israël pour le moment et je réalise combien Israël est fracturé, qu’au sein de cette société toutes les contradictions sont réunies : à la fois socio-économiques et politiques car la gauche et la droite se détestent vraiment, mais aussi religieuses.

Il semble qu’à l’intérieur d’un même pays, il y ait cinq ou six pays différents et cinq ou six groupes différents de personnes qui ne s’entendent pas et ne se comprennent pas.

Ma réponse : Oui. C’est pourquoi si nous résolvons ces problèmes ici en Israël, nous résoudrons tous ces problèmes du monde entier.

Question : Apparemment c’est possible. Cela m’étonne simplement quand, la nuit, je regarde les cours diffusés depuis votre centre et que je vois à l’écran des représentants de différentes nations, de différents groupes ethniques et de différentes confessions! Lorsque des étudiants d’autres pays, musulmans, bouddhistes, catholiques et protestants écoutent les leçons, je comprends qu’en théorie cela est possible. Vous en parlez sans cesse, pour réveiller la société.

Mais que doit-il se passer dans les faits ? Que devons-nous faire pour que les gens en Israël commencent à s’entendre et à se voir ?

Réponse : Je ne sais pas si j’ai une réponse. Je peux donner une réponse formelle, mais est-elle réellement efficace, durable et a le droit d’exister et d’être mise en œuvre ? Je ne sais pas. J’essaie d’agir selon les sources kabbalistiques, pour autant que je les comprenne. Je ne vois aucun kabbaliste en Israël ou dans le monde qui essaie de résoudre ce problème.

Je pense que néanmoins, nous devons viser à atteindre l’état où, tout d’abord, nous-mêmes, notre petite société – pas si petite puisqu’elle compte plusieurs milliers de personnes – commençons à interagir très sérieusement, à reconnaitre la nécessité de nous unir, comprendre que le monde entier nous suit, et qu’il n’a aucune idée de vers où il va et de ce qui l’attend. Nous devons poursuivre nos efforts pour nous unir, et surtout continuer à diffuser le message de la Kabbale.

Extrait de « Entretien entre Leonid Macaron et Michaël Laitman » 21/5/21

Cinq façons de traverser les moments difficiles

426Question : Il existe cinq façons de survivre à des moments difficiles lorsque vous vous sentez si mal que vous ne savez pas quoi faire.

La première façon est de vous entraîner à être heureux. Ils disent que c’est une habitude d’être heureux. Qu’en pensez-vous ?

Réponse : Je pense que c’est tout à fait correct.

Question : Pouvez-vous vous entraîner à être heureux malgré en dépit des coups reçus de toutes parts ?

Réponse : Et alors ? Il y a des circonstances, des forces qui vous donnent des coups. Chantez, juste chantez ! C’est la chose la plus importante pour un homme. Parce qu’il ne sait pas vraiment ce qui est bien et ce qui est mal, comment aborder la vie correctement, comment changer sa vie, et si ce qui vient est pour son bien ou pas.

Par conséquent, il doit accepter tout cela comme un bien et traiter tout ce qui arrive comme un bien nécessaire. Alors comment peut-il s’y retrouver ? En chantant !

Comme dans la chanson : « Réveille-toi et chante ! Réveillez-vous et chantez ! Essayez-le pour une fois dans votre vie… »

Commentaire : La deuxième façon est de comprendre que le mal compte autant que le bien ?

Ma réponse : Absolument ! Rien n’est bon ou mauvais, mais seulement relatif à une personne. Si une personne modifie légèrement son calibrage intérieur, elle verra le bien au lieu de tout le mal. Et peut-être, l’inverse.

Commentaire : On dit que le mal est important, il s’avère que le mal est ma réussite.

Ma réponse : Bien sûr. Il ne peut y avoir de bien sans mal, ni de mal sans bien. Nous devons apprendre à tout aborder correctement. C’est parce qu’au-delà de notre compréhension et de notre classification du mal et du bien, nous devons accepter que le monde entier n’est que bien absolu !

Question : Qu’est-ce que je fais quand quelque chose de mauvais m’arrive et que je le ressens comme néfaste ?

Réponse : Grâce à cela, vous obtenez une vision objective du monde. Vous vous élevez au-dessus de votre évaluation égoïste, et donc vous pensez que tout est bien et qu’il n’y a rien au monde que la force du bien, le bien absolu !

Voir le monde de cette façon est vraiment un bonheur et une grande opportunité.

Question : Est-ce possible ?

Réponse : Oui !

Commentaire : La troisième : il vaut mieux abandonner que de se cogner la tête contre le mur.

Il y a des circonstances contre lesquelles vous ne pouvez rien faire. Rien ! Mais vous vous battez tout le temps, vous vous battez toujours et essayez de prouver votre point de vue, de renverser la vapeur. Ce sont des moyens de traverser des moments difficiles, pour montrer que je veux traverser cette période difficile.

Ma réponse : Le mieux, comme l’a dit Rabbi Akiva, est de baisser la tête sous chaque vague qui approche, et ainsi vous serez conduit à terre.

Je n’appelle pas cela « abandonner ». J’appelle cela « être raisonnable sur ce qui se passe ».

Commentaire : Quatrièmement : déplacez votre attention de vous-même vers les autres.

Ma réponse : Ce n’est pas une mauvaise chose de prêter attention aux autres et de voir que leur condition, en général, n’est pas meilleure que la mienne. Pourquoi je ne ferais attention qu’à moi ? Pourquoi est-ce que je critique l’attitude de la nature ou de la société à mon égard ? Que deviennent les autres ?

Si je regarde la société, je me perçois déjà d’une manière complètement différente. C’est-à-dire que la souffrance de la société réduit ma propre souffrance. Faites attention à ce qui se passe dans la société et vous serez alors en mesure d’évaluer votre état de manière plus objective.

Question : Puis-je, lorsque je me sens mal et que je suis dans une situation difficile, en venir à avoir de la compassion pour autrui?

Réponse : Vous en êtes encore plus capable. Parce qu’alors vous commencez à comprendre ce que les autres ont, à sympathiser et à vous rapprocher d’eux.

Question : Est-ce que cela qu’on appelle sortir de soi ?

Réponse : Oui. Mais ce n’est pas pour échapper à votre propre souffrance. Cela vous aide à voir plus objectivement ce qui se passe dans le monde.

Question : L’attitude envers les autres est-elle objective ?

Réponse : Bien sûr. Vous pouvez déjà les regarder d’une manière différente

Commentaire : Cinquièmement : aimer, ne pas craindre. C’est ce qu’ils disent. En fin de compte, toutes les émotions se réduisent à deux principales : l’amour et la peur. De plus, l’amour et la peur ne peuvent pas exister dans l’âme en même temps. Si vous choisissez d’aimer, vous chassez la peur de votre âme.

Ma réponse : Absolument. L’amour remplace tout. Par conséquent, il est important d’essayer de remplacer tous nos autres sentiments par celui-ci.

Question : C’est-à-dire que je peux vraiment avoir peur, avoir peur, et je peux en sortir grâce à l’amour, n’est-ce pas ?

Réponse : Oui. Et vous ne ressentirez aucun sentiment négatif.

Commentaire : On dirait que c’est le conseil principal, en fait.

Ma réponse : Oui.

Question : Est-ce vraiment possible ? Une personne en a-t-elle la force?

Réponse : Absolument ! Nous avons donc trouvé comment vivre correctement.

Extrait de « l’actualité avec Michael Laitman » de KabTV, le 12/4/21