Category Archives: Solution à la crise

Le sens de la vie est ici et maintenant

260.01Question : De nombreuses écoles de développement personnel proposent des concepts tels que vivre consciemment, dans le moment présent. Elles promettent que cet état vous permettra de profiter de la vie, de la ressentir davantage et de la gérer. Comment vit-on exactement ici et maintenant ?

Réponse : Commencez à comprendre le sens de la vie ici et maintenant. Rien d’autre n’est nécessaire ! Je veux comprendre le sens de mon existence, la connexion avec une force supérieure qui me contrôle.

Et nous sommes gouvernés par la nature ; c’est la force la plus élevée. Comprenons ce qu’elle exige de nous à chaque instant, comment nous pouvons avoir une relation mutuelle ensemble, dans une telle communication afin que je comprenne comment la nature m’influence et comment je dois y réagir correctement.

Alors ma vie sera pleine de sens. Dans la nature, je trouverai un partenaire et commencerai à ressentir mon interaction avec le monde extérieur ici et maintenant.

Question : Cette aspiration neutralise-t-elle d’une manière ou d’une autre les pensées sur l’avenir ?

Réponse : Je veux que ce futur s’incarne maintenant, sur place, ici. Ceci est mon avenir.

Extrait de KabTV, « La Kabbale Expresse » du 06/11/2020

La nature a horreur de l’anarchie

628.1Question : Une personne née dans notre monde, selon sa nature, utilise toujours les autres. Bien sûr, l’éducation et les gènes jouent ici un rôle, mais elle préférera à la première occasion et sans hésiter le gain personnel au bien public. Cela signifie-t-il qu’elle n’a aucun choix ?

Réponse : Bien sûr, toutes nos actions sont strictement prédéterminées. Le seul choix est d’avancer tout le temps et d’élever progressivement le niveau de liberté : dans quelle mesure je peux préférer le collectif à l’individu.

Question : Quelle est la différence entre la liberté et l’anarchie ?

Réponse : Il n’y a pas d’anarchie dans la nature. Le fait est que les gens agissent au niveau de notre monde sans connaître les vraies lois de la nature. Il n’y a pas non plus d’anarchie dans le comportement humain : tout est prédéterminé, tout est connu.

La seule chose que nous pouvons faire, c’est d’attirer la Lumière environnante sur nous-mêmes. Cependant, cela se produit également sous l’influence de la force supérieure, et il n’y a pas d’anarchie ici.

L’anarchie est un système spécifique. Mais la nature ne le tolère pas. La nature est une loi très sérieuse, stricte et absolue.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Communication » du 11/09/2020

Un seul Dieu : Unité et Amour

566.02Remarque : Il existe certains films montrant une invasion extraterrestre où toutes les personnes sur Terre s’unissent. Le sentiment de solidarité apparaît.

Mais même maintenant, lorsque le coronavirus domine la Terre entière, nous voyons qu’il n’unit pas les gens mais les divise.

Mon Commentaire : Nous sommes arrivés à un état où rien ne nous aidera à nous unir si ce n’est de réaliser que seule la connexion nous élèvera au-dessus de notre nature, au-dessus de nous-mêmes. Nous devons y parvenir.

Remarque : S’il y avait un Dieu pour chacun, alors tout le monde marcherait sous Lui, croirait en Lui, ce serait bien.

Réponse : Mais ce n’est pas le cas et cela n’arrivera pas. Il n’y a pas de tel Dieu.

Il n’y a qu’un seul Dieu, si nous L’acceptons comme Dieu, et c’est la connexion mutuelle, l’unité et l’amour. Ces qualités peuvent nous rapprocher et nous unir. On peut l’appeler la propriété la plus élevée qui existe dans la nature. C’est ce dont nous avons besoin.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Communication » du 25/09/2020

La société en tant qu’individu

448.8Question : La sagesse de la foule est un beau terme. Mais dans la vie réelle, lorsque nous rencontrons une foule dans les stades, lors de manifestations ou de troubles sociaux, nous voyons qu’elle est guidée par les pulsions les plus basses.

Existe-t-il une méthode pour utiliser la sagesse potentielle présente dans la foule et l’orienter vers une direction positive ?

Réponse : Je pense que cela n’est possible que si nous créons l’image d’un individu à partir de la foule. Nous devons unir des personnes opposées et éloignées les unes des autres par leur caractère, leur aspiration, leur compréhension, etc., afin d’atteindre un but commun pour lequel elles peuvent s’annuler et utiliser leur égoïsme au profit de l’unification. Lorsque leur connexion atteindra une telle unité, elles réussiront.

Nous sommes généralement confrontés à une contradiction entre un individu et la société : faire prévaloir l’individu sur la société ou la société supprime l’individu. Mais ici, il faut faire de la société une personne pour qu’elle rassemble tous les éléments des individus qui la composent en une seule image collective.

Question : Que signifie faire de la société une personne ? Chaque personne est un individu particulier avec des objectifs et des désirs différents.

Réponse : Lorsque les gens se réunissent pour atteindre un unique objectif, ils essaient d’utiliser tout ce que chacun d’eux a pour atteindre ce but. Il n’y a alors pas de contradictions entre eux. Ils s’unissent mutuellement sur un principe très strict : au-dessus de toutes les contradictions, même sur la haine, l’amour prévaudra.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Communication » du 25/09/2020

La joie : la réalisation de ce que nous désirons

293.2Question : La joie est l’une des principales émotions positives chez l’homme, un sentiment intérieur de satisfaction, d’épanouissement, de plaisir et de bonheur. Ce sentiment pourrait-il être un indicateur d’avancement pour une personne engagée dans son développement personnel et qui ressent en même temps de la joie ?

Réponse : Pour certains, oui et pour d’autres, c’est tout le contraire. La joie est le sentiment de réaliser ce que vous avez tant désiré en sensations, en accomplissement, en quoi que ce soit. Et si une personne voit qu’elle s’éloigne de cet objectif, alors elle est triste.

Question : Les sages disent qu’il n’y a pas de plus grande joie que la résolution des doutes. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Réponse : Si une personne a des doutes, fait une introspection minutieuse, et voit qu’elle peut s’élever au-dessus des doutes, cela provoque en elle un sentiment de joie. Après s’être élevée, elle se débarrasse des doutes.

Et s’il n’y a pas de problèmes, de tâches, de barrières, alors il n’y a rien sur quoi bâtir cet épanouissement.

Question : Doit-on d’abord ressentir de la souffrance pour ressentir de la joie ?

Réponse : La joie est toujours une conséquence du fait de ressentir un niveau inférieur puis d’atteindre le niveau supérieur.

Question : Dans notre monde, nous exprimons beaucoup d’états par le mot « joie »: la joie d’avoir regardé un film, la joie d’un bon travail, de l’unité avec des amis. Pourquoi notre langue est-elle si pauvre ?

Réponse : Ce sont toutes les raisons de la sensation qui s’appelle la joie.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Communication » du 07/08/2020

Apprenez à écouter

281.02Remarque : Nous ne savons pas comment nous écouter les uns les autres. Même les médecins interrompent leurs patients en moyenne 12 secondes après qu’ils aient commencé à leur parler de leurs problèmes de santé.

Mon Commentaire : L’essentiel pour un médecin est de poser un diagnostic et de renvoyer le patient. Et c’est naturel car il a besoin de faire face à un flux de patients.

Dans la plupart des cas, nous pensons que nous en savons suffisamment sur l’autre personne, nous n’avons rien à écouter et il vaut mieux exprimer notre opinion. C’est censé être ce qu’elle attend de nous.

C’est la même chose avec les patients et les médecins. De nombreux patients viennent au rendez-vous parce qu’ils ont besoin de s’exprimer, et le médecin pense que le patient veut entendre son opinion.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Communication » du 14/08/2020

Au pic des émotions

511.01Question : S’il y a conflit, vaut-il la peine d’éteindre la vague d’émotions en acceptant les revendications et en partant ?

Réponse : Non. Il faut essayer de noter sur un papier toutes les émotions contradictoires de telle sorte qu’en les utilisant plus tard, il sera possible de s’élever de plus en plus haut vers une solution commune au conflit.

Question : Autrement dit, si une personne est au pic de ses émotions, alors il est conseillé que l’autre partie arrête la conversation et continue plus tard ?

Réponse : Ce n’est pas cela qui est important, mais que nous comprenions clairement l’ampleur du désaccord entre eux, qu’il s’agisse d’un seul ou de plusieurs, et alors nous pourrions résoudre ce problème. Et si les gens se crient dessus, rien ne peut être résolu.

Par conséquent, vous devez leur donner un morceau de papier et un crayon pour qu’ils expriment ce qu’ils crient. Laissez-les noter leurs émotions.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Management » du 16/07/2020

Consulter le collectif

284Question : Y a-t-il des décisions qu’une personne puisse prendre seule sans rien demander à personne ?

Réponse : Si sa décision correspond à la décision du collectif, alors elle peut le faire seule.

Question : Si je dois prendre une simple décision personnelle, par exemple, acheter une maison, alors je n’ai pas besoin de consulter le collectif, n’est-ce pas ?

Réponse : Ce serait bien. Pourquoi pas ? Il se peut que les gens vous donnent un indice et que vous compreniez : « En effet, regardez ce que je visais ?! Pourquoi ai-je besoin d’une telle maison ? Pour quoi faire ? »

Je suis pour un collectif. Cependant, d’un autre côté, vous pouvez demander à quel point cela m’oblige après avoir découvert leur opinion. C’est déjà une autre affaire.

Question : Et à quel point cela vous contraint-il ?

Réponse : Il est avantageux de consulter le collectif pour tout. Cependant, vous devez toujours prendre la décision finale par vous-même. Mais vous devez comprendre sur la base de quels critères vous acceptez soit leur décision, soit la vôtre.

Je pense qu’il vaut mieux faire des erreurs avec le collectif que d’avoir raison seul car de toute façon votre mouvement commun va vers la connexion.

Extrait de KabTV, « Les Compétences de Management » du 11/06/2020

Le dernier jour de l’été

243.07Le dernier jour de l’été est arrivé. Nous entrons dans la période automne-hiver, et bien sûr, la pandémie de coronavirus se poursuivra. C’est une bonne chose que jour après jour, nous réalisions de plus en plus clairement que le virus ne s’en ira pas aussi vite. La pandémie entraîne non seulement la maladie, mais change toute notre existence : le travail, la maison, notre communication les uns avec les autres et l’attitude d’une personne face à la vie.

Il n’y a jamais eu d’épidémie aussi étendue, aussi profonde et aussi durable, et qui a apporté de tels changements qualitatifs chez une personne. L’humanité a encore du mal à comprendre quels changements sont exigés d’elle, mais dans les deux ou trois prochains mois, nous sentirons que ce coup nous oblige à changer, à modifier notre attitude envers la vie et la société. Le coronavirus change les gens et il nous sera plus facile de comprendre quel genre de personnes nous devrions être.

L’automne commence et les gens retournent au travail après les grandes vacances, les enfants retournent à l’école, les étudiants à l’université. Tout commence à reprendre sa routine, et ici nous sentirons à quel point nous sommes incapables d’y revenir.

Nous n’avons nulle part où retourner ! Nous ne serons plus en mesure de prendre en charge les systèmes que nous avions auparavant. Pour l’instant, nous ne savons pas comment continuer le parcours précédent. Quelle devrait être notre attitude vis-à-vis du travail, des études, de la vie dans les nouvelles conditions qui nous sont révélées par la pandémie ? Nous devrons tout comprendre à nouveau.

Nous ressentirons que nous voulons de moins en moins lutter contre ces phénomènes, mais nous devons comprendre leur essence profonde et nous transformer en conséquence.

Extrait de la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale, « Le Travail avec la Foi au-dessus de la Raison » du 31/08/2020

Avoir le temps de se corriger

552.02Question : Investiriez-vous de l’argent dans le développement d’un vaccin contre la mort ?

Réponse : Non. Au contraire, je crois que la mort est une bénédiction. A quoi bon cette vie ? Ici, une personne passe par une certaine étape de son développement et corrige son âme dans un certain cadre. Et c’est tout, c’est suffisant.

Je crois que tout ce que la nature, le Créateur, nous fait est le bien absolu, la vérité absolue, et il n’est pas nécessaire de changer quoi que ce soit.

Question : Combien de temps pensez-vous qu’une personne devrait vivre ?

Réponse : Juste assez pour se corriger. Pas une minute de plus. Il est cependant souhaitable de le faire.

Question : Que souhaiteriez-vous pour les personnes dans leur vie ?

Réponse : « Si c’est la mort, qu’elle soit instantanée, si c’est une blessure, qu’elle soit petite » ? Que pouvez-vous souhaiter pour une personne ? Penser à quel point elle est heureuse parce que maintenant elle a l’opportunité d’apprendre qu’il y a une sagesse qui parle de son but, de la vie et de la mort de telle manière qu’elle puisse s’élever au-dessus de cela, y parvenir, en tirer les conclusions les plus correctes et arriver à un résultat parfait.

Extrait de KabTV, « L’Ère après le Coronavirus » du 14/05/2020