Category Archives: Solution à la crise

Vous avez toutes les clés

Dr. Michael LaitmanQuestion : J’ai essayé de placer des textes de votre blog sur le réseau de Facebook, mais je vois qu’ils ne touchent pas les gens ….

Réponse : Regardez comment le Baal HaSoulam écrivit le journal  » La Nation ». Est-ce un texte à placer dans les réseaux sociaux ? Un journal doit pourtant être proche des gens. En réalité, il écrit profondément et clairement. Si vous le lisez attentivement, vous serez simplement frappé par son analyse et vous en profiterez vraiment. Cependant, il s’adressait à des gens ayant un niveau spécifique, à des personnes qui réfléchissent et comprennent.

C’est ainsi que je fonctionne également : Je ne peux simplifier complètement mes explications. D’autres le feront. Je suis tout simplement incapable de moins. Mon blog est basé sur la matière traitée lors de cours et de conférences, alors n’attendez pas de miracle. C’est votre travail. J’ai fait mon travail en vous transmettant la science de la Kabbale et tous les principes actifs existant dans les conditions du monde moderne. Vous avez toutes les clés. Avec le temps, si des changements surviennent, j’en ajouterai d’avantage, mais en principe, vous avez déjà tout reçu.

Et maintenant, vous m’approcher avec des exigences supplémentaires ? J’écris mon blog pour ceux qui sont capables de le comprendre, et pour ceux qui pourraient éventuellement l’utiliser dans quelques années. Vous ne recevrez plus rien de moi, ni spirituellement, ni matériellement. Vous avez déjà tout reçu et le reste dépend de l’utilisation que vous en faite.

Je transmets aux gens ce que je peux et comme je le peux. C’est ce que j’ai reçu de mon professeur le Rabash  et ce que j’ai révélé avec lui et après son décès ce que j’ai révélé des sources primaires, qui ont été principalement écrite par lui et par Le Baal HaSoulam. Quiconque veut l’entendre, l’entend, et qui ne veut pas, ne l’entend pas. N’importe qui peut venir écouter, et n’importe qui peut partir sans dire un mot et ne jamais revenir.

Voilà comment je fonctionne et c’est mon attitude. Une personne percevra autant qu’elle percevra. Qu’elle vienne ou qu’elle parte ! Qu’elle réalise une partie de ce qu’elle a entendu, ou qu’elle ne le réalise pas ! Je ne peux la contrôler et ce n’est pas mon travail. Je laisse aux gens une liberté totale. Et si quelqu’un veut travailler, pour un salaire ou gratuitement, notre système de diffusion lui présente des exigences spécifiques selon le plan de travail.

Je n’ai pas l’intention de construire autre chose en plus de cela. Si quelqu’un ne comprend pas ce qu’il a à faire, c’est son problème. Je n’ai rien d’autre que ce que je donne lors du cours matinal. Tout le reste n’est pas mon travail.

Vous êtes assis ici et me regarder dans l’expectative, vous pouvez simplement continuer à me regarder. Mais à votre place, je ne regarderais pas. Une personne doit venir, recevoir l’enseignement, l’accepter comme une mission ou une instruction, et le réaliser. Et cela arrive encore et encore. Sans la phase de réalisation, une personne n’avance tout simplement pas, mais «se met elle-même en bouteille. »

Ceci est décrit par le verset, « plus de sagesse que d’actes. » Ce genre de personne n’a pas d’avenir et son étude ne fait qu’aggraver la situation. Il vaut mieux pour elle qu’elle parte, et je dis cela très sérieusement. Je préfère que cette personne, ne soit pas ici. Si une personne ne se réalise pas, autant que possible, par la diffusion et la correction du monde, son départ profitera autant à elle qu’à moi.

Ainsi, je ne suis pas fâché quand les gens partent et ne leurs cours pas après. Cela ne se fait pas dans la spiritualité. Tout dépend de l’environnement que vous construisez ou que vous ne parvenez pas à construire. Tout dépend si vous aidez le monde ou non. Ma seule tâche est de vous dire ce que vous devriez faire. Mais je ne suis pas censé le faire à votre place.

Coincés entre deux forces

Dr. Michael LaitmanLes kabbalistes veulent nous parler du développement du système dans lequel nous vivons afin qu’aujourd’hui même,  à ce tournant, nous comprenions ce qu’il faut faire. En étudiant ce système, ils se sont familiarisés avec le développement durable dans les mondes supérieurs, avec un long processus préparatoire, avec des brisures et des corrections, et avec la création de divers mécanismes qui définissent les qualités de la créature à venir en nous.

Quand cette créature naissante avait un sentiment de soi dans le point central de la création, notre matière a commencé à se développer. Le Baal HaSoulam nous raconte comment cette matière est apparue après le Big Bang et a formé l’univers. Pendant le développement de la Terre, un réchauffement et un refroidissement alternatifs de son écorce se sont produits pendant des millions d’années jusqu’à ce que la matière ait trouvé sa place définitive, répartie selon les états physiques de gaz, liquide, solide, et plasma.

Ensuite, les conditions sont survenues pour l’émergence de la vie biologique sur l’enveloppe entourant le ventre de feu de la Terre. Des millions d’années de développement se sont écoulées, y compris des dizaines de milliers d’années pour la formation de l’homme contemporain. Nous divisons cette fois en plusieurs segments, mais en principe, nous parlons d’un désir de développement pour le plaisir. Ainsi, différents stades de développement nous ont précédés: astrophysique (formation de l’univers), géologiques (formation de la Terre), de l’évolution (formation de la flore et de la  faune), et historiques (la formation de l’humanité).

En général, le désir de recevoir a évolué de telle manière qu’il a grandi avec les générations successives. Jusqu’à présent, nous avons réalisé ses ordres et n’avions aucune liberté de choix. Nous nous sentions libres seulement parce que nous n’avions pas eu la force de résistance envers notre désir et agi  juste selon la volonté d’une force égoïste.

Conduits simplement par elle, nous avons obéi à sa volonté pleinement et volontairement. C’était comme un maître ayant un pouvoir absolu sur nous, une telle puissance immuable que nous avons suivi ses ordres avec joie. Nous n’avons pas eu d’objection du  tout. Quel que soit ce que le capitaine ordonne, nous nous sommes précipités pour lui plaire. Par ailleurs, je n’ai même pas du tout fait la différence entre nous – tellement  j’avais fusionné avec son pouvoir.

Cependant, plus de force se révèle en nous aujourd’hui, et c’est la raison pour laquelle nous avons rencontré un gros problème. Nous ne pouvons pas nous entendre avec les deux forces. Elles sont opposées l’une à l’autre, et nous sommes debout en face d’elles, stupéfaits par ce qui se passe. Nous avons apparemment perdu le contrôle, avons cessé de comprendre quelque chose, et nous nous sommes trouvés dans une situation désespérée.

Un nouveau système s’est révélé à nous, où la force du don sans réserve et la force de réception opèrent. La force du don sans réserve montre  de plus en plus  de puissance, alors que nous avions pris l’habitude de la force de réception, en respectant notre nature. La force  des règles du don sans réserve n’est pas en nous, mais entre nous, dans notre entourage, et nous avons à prendre de ce côté, se connecter et fusionner avec elle, apprendre à travailler avec elle. Tout cela est nouveau pour nous, et c’est pourquoi nous sommes en  crise.

C’est précisément dans cette période, comme les kabbalistes l’ont prédit, que la science de la Kabbale se révèle pour nous expliquer comment exister à partir de maintenant. C’est pourquoi le Baal HaSoulam dit que, tout d’abord, nous devons commencer à étudier. Sans l’étude, il vaut mieux ne rien faire du tout.

Toutes nos méthodes sont en provenance du système précédent, obsolète, et elles ne feront que causer un préjudice car de nouvelles lois sont entrées en vigueur. Cela s’est produit à la fois aux niveaux mondial et personnel, dans le monde et dans la vie de chaque personne.

Ainsi, nous allons commencer à étudier afin de comprendre la situation dans laquelle nous nous trouvons, à l’intérieur de la Toile où nous sommes coincés. En apprenant l’état des choses, nous allons comprendre la nature des problèmes, et ensuite nous trouverons la bonne solution. 

De la 5ème partie du  cours quotidien de Kabbale du 22/09/2011, « La Nation »

Passer à l’économie du futur

Dr. Michael LaitmanQuestion : Quel concept économique offre l’idée de la garantie mutuelle ?

Réponse : Il est difficile de parler de la période de transition actuelle. Nous devons travailler de concert avec des spécialistes. Il y a l’économie qui fonctionna jusqu’à maintenant, et il y a l’économie de la phase suivante, construite sur une répartition équitable et sur la satisfaction des besoins fondamentaux. Une personne travaillera pour se procurer les biens nécessaires pour vivre selon le sens communément admis, tout en investissant le reste de ses efforts dans son développement intérieur, parce que là, elle ressent de la satisfaction, qui deviendra éventuellement infinie.

Ensemble, nous décidons comment nous procurer nos besoins vitaux, et tout en avançant, nous verrons comment les réduire à des besoins basiques.

Mais pour le moment, le monde doit vivre normalement. Une personne a besoin d’une maison, d’une machine à laver, d’un réfrigérateur, d’un aspirateur, d’un lit, de meubles, d’une école pour ses enfants, d’une retraite, de vacances, de l’assurance maladie, etc. Cependant, tout cela est nécessaire uniquement dans la mesure nécessaire à l’existence, considérant que l’ensemble de nos intentions aspire à la garantie mutuelle. C’est la meilleure garantie en soi : Quand je suis sûr que tout le monde prend soin de moi, je me débarrasse de mes soucis égoïstes. Nous devons aider chaque personne, de sorte qu’elle puisse ne plus penser à elle-même.

Pour cela nous avons besoin d’une économie, de banques, de commerce et de calculs mutuels – tout ce qui est nécessaire pour approvisioner sept milliards de personnes, pour résoudre les problèmes et pour compenser les (accidents) imprévus et les erreurs. En bref, nous avons besoin de systèmes à grande échelle, mais qui fonctionnent sur le principe de complémentarité, plutôt que sur celui de la concurrence.

En conséquence, nous abandonnerons les excès. Disons que nous ne pourrons pas échanger nos voitures contre des nouvelles aussi souvent, si les anciennes sont encore utilisables. Ou nous annulerons d’onéreux projets scientifiques inutiles.

Le problème est la transition, qui n’est possible qu’à la condition que nous travaillions ensemble, montrant aux économistes, aux sociologues et aux politologues le prochain état du monde. Alors ils comprendront qu’il n’y a pas d’autre choix que de passer de l’opposition à l’union, et pas d’autre choix que de discuter des façons de sortir de la crise, pour se sauver de la menace d’annihilation planant sur le monde. Ils doivent prendre conscience de ce problème, et ils pourront alors monter un programme thérapeutique mutuel.

De notre côté, nous devons influencer le monde autant que possible, pour que la phase de transition ne soit pas si douloureuse. Cela dépend principalement de nous. Après tout, tous les autres agissent de façon automatique, selon les ordres de l’égoïsme, qui ne peut être changé que par les problèmes et dans une certaine mesure, par notre influence. Et nous ne nous adressons pas à l’esprit des gens, mais apportons notre union à la société humaine, qui deviendra un terrain favorable.

Alors, les personnes sentiront soudainement, «Il y a quelque chose ici, qu’il vaille la peine d’écouter. » Même si elles ne savaient rien auparavant, elles admettront dans leur for intérieur, que nous avons raison.

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 25.09.11, « La Nation »

En quoi sommes-nous différents?

Dr. Michael LaitmanQuestion : Sans parler de la science de la Kabbale dans notre diffusion, nous disons tout simplement aux gens que la garantie mutuelle leur fournira une bonne vie. Dans ce cas, en quoi sommes-nous différents des autres organisations qui font des promesses semblables ?

Réponse: C’est mauvais, si vous ne vous sentez pas la différence.

La personne moderne connaît une crise globale, intégrale. De cette façon, le Créateur lui montre qu’elle est connectée aux autres d’une mauvaise manière et qu’elle doit atteindre la garantie mutuelle. Il y a une méthode qui lui permettra de s’unir avec les autres correctement et de commencer à vivre une bonne vie. Cette méthode fonctionne en créant l’atmosphère appropriée, une «coquille» tirée de l’environnement, qui explique à une personne la façon de vivre ensemble et de mener une bonne vie saine et sûre.

Une personne entend et comprend qu’il n’y a pas d’autre solution. Et les autres entendent la même chose, donc c’est plus facile pour y arriver conjointement, de concert avec eux. Une personne apprend à s’unir aux autres de manière correcte, et dans le processus, elle attire la lumière qui la ramène vers le bien. C’est ce que font les enfants tout en jouant, devenant plus âgés et plus intelligents dans le processus.

Ainsi, quand une personne se trouve en mauvaise situation, elle utilise les autres pour attirer la lumière, et progressivement elle commence à valoriser la force du don. Elle la tient en haute estime, et celle-ci devient la plus grande valeur pour elle. Et soudain, elle commence à tant la respecter, que même quand tout se passe bien dans sa vie, elle n’abandonne pas le désir de donner, souhaitant l’adopter indépendamment de ses sensations. C’est parce qu’elle lui attribue la première importance.

Voilà comment une personne devient spirituelle, partant de l’intention égoïste, Lo Lishma vers l’intention altruiste, Lishma. Et il n’y a aucune chance pour que le 99% de la population atteigne la correction de toute autre manière. Pouvez-vous recommander autre chose que la Torah ?

Je pense que le problème est un malentendu élémentaire sur la façon de faire progresser AHP. Nous avons su corriger Galgalta Eynaim depuis l’époque de Babylone, mais pour corriger AHP, c’est le seul moyen dont nous disposons.
De la conférence de New York n ° 2, 12/09/11

Lorsque les malades ne sont pas prêts à être soignés

Dr. Michael LaitmanIl y a trois étapes devant nous. Tout d’abord, nous devons réaliser le mal de notre égoïsme (1). Le réaliser à un tel degré, afin que nous voulions dépasser l’égoïsme, pour atteindre la qualité de Bina (2). Et puis nous atteignons Keter (3), ce qui signifie que nous utilisons notre égoïsme en vue du don sans réserve.

La première étape est la période de préparation. Puis, nous nous élevons au degré de Bina, nous percevons déjà le monde spirituel et devenons inclus dans le monde d’Atsilout. Ensuite, nous commençons à sensibiliser l’ensemble de notre mal dans le monde d’Atsilout, le transformant en bien, en don sans réserve.

Nous sommes seulement en mesure de réaliser toutes ces étapes avec la puissance de la Lumière. Il est écrit: «J’ai créé le mauvais penchant (notre égoïsme), et j’ai créé la Torah, comme un épice car la Lumière en elle ramène vers le bien » Le problème est que l’humanité n’est pas consciente de la force destinée à corriger notre égoïsme, et c’est pourquoi les gens sont très confus et ne savent pas comment continuer.

Un moment critique qui sera suivie par une vague de problèmes aussi graves que les émeutes de masse, des révolutions et des guerres entre les nations et les pays est arrivé. La Kabbale avertit que la situation ne peut arriver au point d’une troisième et même d’’une quatrième guerre mondiale. La souffrance va continuer à augmenter jusqu’à ce que l’humanité trouve la méthode de correction, le remède qui ne peut venir que de la Lumière.

C’est pourquoi la méthode de la Kabbale a été révélée à des personnes à l’aube des temps, il y a 5771 ans, quand l’égoïsme avait juste commencé à apparaître chez l’homme. Il a continué à se développer progressivement jusqu’à notre époque, le stade où nous commençons à percevoir notre égoïsme comme le mal. Et maintenant, les quelques personnes qui ont développé cette méthode de correction pour nous peut être enfin présentée comme un remède.

Il faut expliquer à l’humanité comme un médecin qui explique la maladie à son patient, en lui disant quelle maladie il a, ce que le traitement sera, et comment retrouver la santé car il s’agit d’un traitement. Et si on se dépêche et présente au monde le remède, les gens n’auront pas besoin de le chercher sous la pression des problèmes et de la misère qui va les obliger à trouver cette solution de toute façon.

Après qu’une seule personne ait tué plus de soixante-dix personnes en Norvège, la télévision norvégienne a interdit la cruauté et la violence. Pourquoi sommes-nous seulement capables d’apprendre quand les choses comme cela arrivent? Pourquoi ne pouvons-nous pas faire la bonne chose à l’avance? Sommes-nous vraiment si désemparés? Pourquoi avons-nous créé un environnement si terrible pour nos enfants et les avons forcés à apprendre l’hostilité et la concurrence? Pourquoi les jeux des enfants ne leur apprennent qu’à tuer ou profiter, autant que possible? Pourquoi ne pas leur donner le message d’unité? Après tout, en réalité nous nous tuons nous mêmes; nous scions la branche, sur laquelle nous sommes assis.

Faut-il un scénario norvégien ou une situation similaire dans une proportion massive qui menace d’une guerre mondiale pour nous réveiller? Est-ce la seule façon pour nous de comprendre que c’est assez, que nous ne pouvons plus faire cela? Nous ne voyons toujours pas l’avancement réel. Les gens ne sont pas de plus en plus intelligents. Quels autres malheurs attendons-nous? Nous ne pouvons pas les attendre!

Nous avons besoin d’aller vers les gens maintenant, être patient et bon avec eux, comme si nous nous adressions à un patient qui ne comprend pas pourquoi il se sent malade encore. La douleur ne couvre que les yeux et les oreilles un peu plus. Nous avons besoin d’être doux et compréhensifs avec lui. Même s’il est contre, même si il nous maudit et ne veut rien entendre, nous avons encore besoin de continuer à essayer, à chercher des moyens de s’approcher de lui d’une manière aimante mais décisive et de lui expliquer qu’il n’y a pas d’autre solution.

Nous ne rejetons aucune des méthodes, nous ne rejetons rien. A la fin de la journée, nous ne nous opposons pas directement à l’égoïsme, et c’est pourquoi nous ne prévoyons pas l’écrasement de mouvement, d’approche, ou de parti. Il est impossible, et nous n’avons pas besoin de détruire ces structures égoïstes, de la même façon nous n’avons pas besoin de détruire l’ego en nous.

Nous avons seulement besoin de lutter pour l’unité au-dessus tous les désaccords. Et puis toutes les différentes formes égoïstes en nous et dans le monde extérieur, culturels et tous les autres différences se transforment en don sans réserve, en amour et en unité. Chacun apportera sa contribution à cette unité, non pas par la contrainte, mais doucement, d’une manière positive.

De la leçon 3, de la convention de l’Allemagne 06/08/2011

Prenons le bon chemin vers l’unité

Dr. Michael LaitmanQuestion: Que pensez-vous de l’actualité et de la tendance actuelle, et en particulier, comment sentez-vous les événements qui se sont passés ces derniers temps en Angleterre et au Chili?

Malheureusement, le monde entier sera bientôt enveloppé dans un feu chaotique car il n’y a aucun remède pour ce qui est en train de se passer, et personne ne le trouvera non plus. Pourquoi n’attendez-vous pas dehors jusqu’à ce les gens voient que rien n’aidera, et alors ils seront d’accord pour vous écouter?

Il y a plusieurs années, lors de son poste en tant que policier militaire de Grande-Bretagne, l’historien, Gordon Brown, avec beaucoup d’autres personnes influentes ont dit que le monde était un. Ils ont compris que seule l’union de tous les gens donnera à ce monde la solution à toutes ces questions et toutes ces crises. Pourquoi, alors, n’ont-ils pas résolu ces questions à travers l’union, en introduisant un nouveau type d’éducation promouvant la garantie mutuelle, comme vous le faites?

Réponse: Tout au long de l’histoire, l’humanité a été poussée en avant par l’égoïsme qui s’est développé individuellement au sein de chacun de nous. Nous aspirions à le réaliser et à le contenter. Notre existence entière s’élève à présent. Mais à notre époque la nature ne nous guide pas davantage vers le développement de notre égoïsme parce qu’il est développé au maximum et sa vacuité nous est montrée depuis 50 ans maintenant.

Notre égoïsme est devenu étroitement lié et c’est pourquoi nous révélons que nous sommes interconnectés. C’est ce que nous appelons «le monde global. » En réalité, ce n’est pas le monde, mais nous qui sommes devenus mondiaux. Et donc, comme les scientifiques le vérifient, nous ne devrions pas nous développer égoïstement, mais globalement, ce qui signifie que nous devrions corriger les liens entre nous.

C’est là que tous les scientifiques du monde s’arrêtent, car personne dans le monde ne sait comment faire. Et plus troubles apparaissent dans le monde, plus cela signifie que le monde a besoin de correction de façon plus urgente.

Une fois que le monde est devenu une partie intégrante et interconnectée, il a commencé à être régi par deux forces: non seulement la force de l’égoïsme, qui nous pousse par derrière de manière systématique, par le programme de la nature, la manière dont elle l’a fait tout au long de son histoire, mais aussi par la force d’attirance vers le but – de notre état uni. Cependant, nous devons pour obliger cette force à nous influencer de façon similaire comme pour un enfant qui resterait un animal s’il n’aspirait pas à devenir un adulte.

La méthode de la Kabbale est destinée à évoquer sur nous l’influence de la force qui aspire « de l’avant », vers l’unité. Sinon nous serons poussés par la seule force négative « par derrière», qui provoquera en permanence plus de souffrance globale, régressant vers des guerres. C’est pourquoi la Kabbale est révélée précisément à cette époque. Tous les kabbalistes ont écrit à ce sujet. Par exemple, voir les articles du Baal HaSoulam « Le don de la Torah», «la Garantie Mutuelle», et «la Paix. »

Par ailleurs, nous devons comprendre que plus la souffrance est exprimée dans le monde sous l’influence de la force négative qui nous pousse en avant, plus cela indique que le monde a besoin d’une force le tirant vers l’avant pour notre mouvement vers l’avant, vers l’union cela ne se fera pas en raison de la souffrance qui nous poursuit, mais par le bon chemin, la force du bien qui nous entraîne vers l’avant.

Parce que la nation d’Israël a été créée sur la base de la méthode d’union les gens, selon le principe: «Aime ton prochain comme toi-même», donc, même après la chute de ce niveau moral elle a conservé un « gène altruiste» qui peut évoquer une force qui accélère le progrès et déplace les gens en avant, vers l’unité. Mais si Israël n’évoque pas cette force et si le monde bouge vers cet objectif, pressé par la souffrance, alors les nations du monde ont raison d’affirmer que la nation d’Israël est la source de toutes les souffrances dans le monde.

Bien que cette nation n’ait pas choisi d’être le chef d’orchestre de la méthode de correction, elle est incapable de se libérer de cette mission. La souffrance de toutes les nations du monde évoquera  une telle grande pression de leur part, et une telle furie envers la nation d’Israël que cela obligera Israël à devenir le leader dans la correction du monde.

Sur les subtilités des impôts

Dr. Michael LaitmanQuestion: Beaucoup d’économistes suggèrent de se tourner à gauche vers le socialisme et d’augmenter les impôts sur le capital dans le monde entier et en même temps. Comment est-ce réaliste?

Réponse: Cela n’aidera pas. Toute action qui ne facilite pas l’unité parmi les gens se révélera perturbateur. Cela vous montrera que vous avez pris la mauvaise voie d’action. La seule action qui puisse être bénéfique est celle menant à l’unité.

Aujourd’hui, afin de faire toutes les réformes économiques et les réformes du gouvernement, vous avez besoin d’examiner les lois du système intégré. Vous devez pousser et tirer le monde vers l’intégralité, vers l’unité. C’est la seule manière par laquelle vous pouvez atteindre le succès. Sinon, rien ne va s’arranger.

C’est pourquoi ce n’est pas sur les taxes et les lois, mais sur la démarche. En prenant de l’argent au détriment des riches pour le donner aux pauvres, renforcez-vous vraiment l’unité? Disons que vous distribuez tout le capital de façon égale et même les riches sont plus heureux. Cependant, dès le lendemain, vous verrez que ce que vous avez réalisé est un échec complet. Sur le plan matériel, votre réforme a été de grande envergure et efficace, mais son effet spirituel est resté nul. Ce zéro vous reviendra dans un sens négatif.

Aujourd’hui, le monde a besoin de l’unité. Il doit devenir semblable au Créateur. L’avez-vous aidé sur le chemin de l’unité? C’est là toute la question.

Dans le pire des cas, s’il n’y a pas d’autre issue, les gens vont être amenés vers l’unité par le biais de malheurs et de catastrophes. Pendant une guerre, tout le monde s’unit. Ceci est bien connu. Si vous ne voulez pas de l’unité en prenant le bon chemin, vous serez forcé en prenant le mauvais chemin.

C’est la condition des forces de la nature: Aujourd’hui, vous devez être plus unis avec les autres qu’hier. Vous n’étiez pas unis? Eh bien, vous allez donc être poussé par la somme correspondante. Cette pression peut apparaître comme la pauvreté ou, peut-être, dans la guerre, les épidémies et autres catastrophes.

Le développement quotidien est défini par la croissance dans l’unité que nous avons atteinte. C’est le seul critère. Les actions elles-mêmes ne sont pas importantes. L’action peut même chercher le négatif, mais si elle conduit vers l’unité, son résultat aura des retombées bénéfiques, à la fin de laquelle vous aurez une meilleure correspondance avec la nature.

La nature nous nourrit vers l’unité, soit par la souffrance ou par le bon chemin si vous le voulez. Ainsi, la fiscalité par elle-même n’a pas de sens. La clé est de soutenir la garantie mutuelle et construire vos calculs de la même manière que cela est fait dans une famille. Nous avons besoin d’attention mutuelle pour le bien-être de la maison et du monde. Ensuite, tout sera en ordre.

Cela signifie que tout d’abord, vous devez arriver à un consensus dans toute la nation de ceux qui sont intéressés par l’existence du pays, y compris les riches et les pauvres. Vous ne pouvez aller de l’avant par le biais de l’éducation, sans aucune pression ou contrainte.

Il y a une place pour chaque chose: la religion, les croyances et les points de vue de droite et de gauche. Que chacun reste avec « son héritage ». Il doit accepter un seul principe : Nous sommes tous une famille, une nation, et personne ne doit chercher à tuer quelqu’un.

Vous pouvez avoir un point de vue différent de ce que je fais, mais nous vivons quand même dans une maison, et nous avons seulement un « gâteau » pour nous tous. Donc, nous allons le partager avec le maximum d’avantages pour tous.
De la 5ème partie du cours quotidien du 08.08.2011, « La Paix »

La crise de la dette européenne est un cercle vicieux

Dr. Michael LaitmanEditorial aux nouvelles (par Siim Kallas, vice-président de la Commission européenne): «Ni la déclaration d’insolvabilité d’un pays, ni sa sortie de la zone euro sont des mesures raisonnables. Si vous essayez de briser ce cercle vicieux en ayant l’un des pays qui se déclare insolvable, alors les autres pays qui lui ont accordé des prêts seront poussés au bord de la faillite. Qu’est-ce qui va se passer ensuite? »

Commentaire: Il est impossible pour quiconque de rompre ses  liens avec les autres. Mais quand les liens sont égoïstes, quiconque descend prend le reste avec lui et utilise leur disparition à dessein pour se sauver lui-même.

Par conséquent, la seule alternative est de s’élever au-dessus des solutions égoïstes et protectionnistes, et de commencer à agir  seulement sur la base de la dépendance commune, globale , intégrale,  totale et de la garantie mutuelle

La révolte de la jeunesse mondiale

Dr. Michael LaitmanAux Nouvelles, la Suède: « La police suédoise dit que les troubles ont éclaté durant la nuit à Göteborg, la deuxième plus grande ville du pays, plusieurs officiers ont été attaqués par des jeunes lançant des pierres et des cocktails Molotov »

L’Espagne: « Le pape Benoît XVI est dans la capitale espagnole, Madrid, pour célébrer la Journée Mondiale de la Jeunesse (JMJ), une fête catholique rassemblant les jeunes pèlerins du monde entier …. Plus de 100 groupes opposés à la visite du Pape ont protesté …. Les manifestants ont marché dans la vieille ville, en criant: «. Rien de mes impôts pour le pape… » L’Espagne connaît sa pire crise économique depuis des décennies, avec son taux de chômage de 21% [et le taux de chômage des jeunes à 43%], le plus élevé dans l’UE.  »

Royaume-Uni: « U.K. les juges ont été remis de lourdes peines dans le sillage des dernières protestations, y compris de deux semaines à quatre ans pour les posts publiés sur Facebook. … Les chiffres publiés aujourd’hui par le ministère de la Justice montrent 1277 suspects en relation avec les émeutes ont comparu sur le banc des accusés le mardi midi. La très grande majorité des suspects étaient des hommes et 21 pour cent avaient moins de 18.  »

 «Le Monde», France: « La Tunisie, l’Egypte,la Libye, la Syrie, l’Italie, la Grèce, l’Espagne, la Grande-Bretagne, Israël, et la liste des pays avec des jeunes révoltés continue de croître. Au lieu d’événements sportifs et de festivals de musique, l’élément unificateur est maintenant le chômage, le désordre, les craintes d’aujourd’hui, et l’inquiétude pour demain.

Mon commentaire: les gouvernements ne peuvent plus régner sur des gens qui se sentent capables de se gouverner parce que le monde a basculé de l’individu, de la connexion égoïste (où la gouvernance a été faite sur une ligne verticale) pour l’interconnexion mutuelle (où la gouvernance se fait par une table ronde).

Au point de rupture

Dr. Michael LaitmanQuestion: Le mouvement de protestation en Israël est en pleine expansion. Quel serait le bon cap pour son développement?

Réponse: Bien sûr, à ce stade, il est nécessaire de se soucier du citoyen moyen.

Mais généralement, le problème est que le monde entier avait mis de grands espoirs sur la classe moyenne. Il y a des simples travailleurs qui sont satisfaits par des plaisirs simples de la vie, et opposés à cela, il y a une couche supérieure, qui constitue une très grande partie de la population. Elle comprend des jeunes qui n’ont pas encore choisi leur chemin de vie. Dans l’ensemble, nous parlons de gens qui veulent vivre, expérimenter le monde, et vivre une vie normale à travers les normes modernes.

Toutefois, en raison de la crise, qui a effectivement duré une vingtaine d’années maintenant, le monde commence à perdre l’impulsion du mouvement progressif. Le Japon, qui autrefois a fait un bond gigantesque, a réduit son chiffre d’affaires depuis longtemps. Et tout le monde également ralentit et même recule. Ce sont les processus systématiques qui correspondent au programme de la création, et vous ne pouvez rien faire à leur sujet.

En conséquence, la classe moyenne perd l’espoir d’une bonne vie et descendant au niveau du simple ouvrier. Cela était dû, en partie, par les technologies et, plus généralement, par la tournure nouvelle de développement. Mais la raison principale est que nous nous trouvons dans un monde global et les sociétés sont désormais imprégnées par une interconnexion intégrale. Aujourd’hui, une famille est à peine capable d’élever un seul enfant. Tous les domaines de nos vies sont plongés dans une crise qui exige de nouveaux investissements afin d’éviter l’effondrement total.

Ainsi, la classe moyenne, y compris les étudiants, n’a aucun espoir d’avenir. Et c’est une très grosse partie du peuple. Par exemple, le chômage en Espagne touche jusqu’à 50% de la jeunesse. Revenant à la maison, les diplômés des universités européennes ont découvert qu’il n’y avait rien à faire pour eux. Ils ne peuvent pas trouver du travail ou créer une famille. Le temps est venu pour cela mais il y a aucun espoir. Par ailleurs, ils ne voient pas d’amélioration se produire maintenant, ni dans plusieurs années. Ils n’ont même pas une chance de mettre en avant quelque chose pour l’avenir parce qu’au lieu de développement économique, nous passons à une baisse.

Alors, que devons-nous faire? Il y a juste un moyen pour réussir à l’étape suivante: en dirigeant le monde vers des relations intégrales. C’est la seule chose qui nous apportera le succès dans nos activités terrestres. Après tout, nous sommes tous dans un système intégré et il est donc nécessaire de donner à chacun l’éducation appropriée. On devrait dire aux gens, «Voici le budget du pays. C’est ce que nous pouvons faire. Nous allons progressivement redresser la situation, en commençant par le strict nécessaire, mais à condition que vous commenciez à étudier. »

Les gens doivent être enseignés sur le monde intégral dans une forme qui soit accessible et claire pour eux, en utilisant des exemples et des illustrations évidentes. Cet apprentissage doit se faire par la radio, la télévision et Internet, à travers la littérature, le théâtre, la musique et le cinéma, de sorte que chacun comprenne dans quel genre de monde est entrée l’humanité. Il est nécessaire de faire usage de la culture et des arts afin que les gens deviennent imprégnés de cela et se sentent où ils sont.

Ensuite, peu importe ce que nous faisons dans la nation et dans le monde, le succès viendra sur notre chemin. C’est parce que nos actions seront destinées vers la correction. D’une part, nous allons calmer les gens, en leur fournissant les nécessités, et d’autre part, nous allons les éduquer, et quelques mois plus tard, ils seront différents. Ils prendront conscience de ce qui se passe et vont commencer à sentir la globalité du monde, qui ne laisse pas d’autre solution en dehors d’un changement dans les relations.

Lorsque les masses des peuples apprendront cela, les résultats correspondront aux nouvelles conditions, car chaque personne est mentalement reliée aux autres et influence tous les uns les autres, même sans dire un mot. En outre, ce message est entendu partout. Il imprègne l’ensemble des médias de masse et conquiert Internet, «Tout le monde est global et il faut aussi devenir mondial. Sinon, vous n’avez pas aucunes  chances de réussir dans quoi que ce soit.  »

Ainsi, si nous parlons de la bonne façon de procéder pour l’explosion sociale, alors à la prochaine étape sera tout le monder rentrera à la maison à partir des manifestations, recevra des moyens supplémentaires par le gouvernement, sans lesquels ils ne peuvent rien faire pour l’instant, et commencera à étudier. Cela ne peut pas leur nuire éventuellement, nous allons donc voir si la science de la Kabbale est correcte. Voyons voir si nous allons vraiment changer en conséquence et en vertu de cela, alors le monde entier changera.

Après tout, la société et le monde sont un produit de notre attitude vis à vis de l’autre. Il suffit de travailler sur soi, et tout se transforme autour ainsi, devenant plus efficace et florissant. Alors nous allons essayer, surtout car nous voyons que l’humanité n’a pas d’autre solution.

Le problème, c’est nous: En combien de temps serons-nous capables d’expliquer à la nation et au monde que c’est le salut? D’une façon ou une autre, tous les pays sont à risque et la situation ne fera qu’empirer. Nuls autres que nous ne peut donner au monde une explication de la raison de la crise et la façon de s’en sortir. Personne ne va révéler la possibilité réelle de changer la situation et montrer que le point de rupture en cours s’inscrit dans le cadre du programme de développement humain qui nous est inculqué dès le début. Les kabbalistes ont discerné ce point il y a longtemps et ont décrit le calendrier exact de sa réalisation. Alors nous allons les écouter.

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 29.07.11 , «un commandement»